close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communication

IntégréTéléchargement
METHODES
D’ENSEIGNEMENT
ET DE
COMMUNICATION
PARTIE PRATIQUE
INDEX

Qualités et compétences du formateur

Analyse de la situation

Contenu du module

Structure de la formation et programme
Justification
Objectifs

Méthodologie

Répartition du temps (Programme)

Ressources nécessaires à l‟enseignement

Exercices et ressources destinées aux apprenants

Evaluation et feed-back
STRATEGIES D’ENSEIGNEMENT ET DE COMMUNICATION
POUR DEVELOPPER CHEZ LES SENIORS LA
SENSIBILISATION A LA PROBLEMATIQUE DE LA SANTE
Aptitudes que les formateurs doivent posséder (ou mettre en
œuvre) :
Proximité avec l‟auditoire (Aptitudes en communication et sociabilité).
Savoir se faire comprendre, à la fois dans ce qu‟on dit et dans la façon
de le dire (Aptitudes en communication).
Donner l‟impression „qu‟on s‟y connaît‟ (Connaissance du sujet).
Savoir montrer que le cours est bien organisé et qu‟il bénéficie d‟une
structure solide (Compétences organisationnelles et en gestion).
Savoir susciter de l‟intérêt pour ce qui est enseigné (Capacité à éveiller
l‟intérêt des apprenants).
Savoir faciliter l‟apprentissage et la progression.
En bref, il faut savoir...
. Communiquer avec le groupe
· Utiliser les ressources et diverses techniques
· Gérer des situations difficiles ou sujettes à controverse ainsi que la
dynamique du groupe
ANALYSE DE LA SITUATION:
QUESTIONS A SE POSER AU PREALABLE
Qui
Est-ce moi seul qui parle ou est-ce quelqu‟un d‟autre?
Est-ce que je connais le sujet, les auditeurs…?
Quels
auditeurs
Quel âge ont-ils? Quel type de vocabulaire maîtrisentils?... Quelles sont leurs connaissances actuelles?
Quoi
Quel message ou quelle information vais-je leur
transmettre? Est-ce que c‟est en lien avec autre chose?
Dans quel but Quel but je recherche avec mes paroles?
Pourquoi
Quel est le but à atteindre?
Combien
De combien de temps je dispose?
Comment
Comment dois-je commencer le message? Quel type de
support vais-je utiliser?...
Où
A quel endroit? Avec quel matériel?
Quand
A quel moment? Qu‟y a-t-il avant et/ou après?...
LES THEMATIQUES DEVELOPPEES
DANS LES MODULES
A-t-on fixé un objectif au préalable?
Quelle est la situation et quelles sont les limites?
Il arrive un moment où il nécessaire d‟élaborer des idées qui vont former
le fond du discours et les arguments sur lesquels on va s‟appuyer.
Pour ce faire, on va se référer aux bibliographies, aux données
scientifiques, aux sources documentaires, à l‟accès en ligne à la
recherche et aux données, à la logique et au raisonnement.
Il est utile de noter toutes les idées en rapport avec la thématique qui va
être abordée au fur et à mesure qu‟elles viennent à l‟esprit sans établir
de filtres relationnels et en laissant assez de jeu entre les idées pour que
l‟on puisse y faire des ajouts ou établir des liens entre elles.
L’ELABORATION ET LA STRUCTURE
DU MODULE DE FORMATION
A quoi ressemble le déroulement d‟un module dans sa totalité? Avant
même de structurer son contenu, on doit garder à l‟esprit qu‟on ne fait
pas entendre seulement sa propre voix et on doit penser constamment
au fond.

On doit laisser un peu de temps aux gens pour favoriser la participation du
groupe dans son ensemble.

Lors de l‟élaboration du module, il faut privilégier tout ce qui favorisera une
bonne compréhension.

Le module doit être court, bien défini dans ses différentes parties et doit
s‟appuyer sur des ressources pédagogiques.

Les sections ou pages doivent être clairement identifiées/marquées et
comporter un fil conducteur.

On doit toujours annoncer la suite et assurer une transition fluide entre les
différentes parties du module.
MODELE STRUCTUREL
1.
Intéresser les auditeurs (avec une anecdote, une information marquante ou une
allusion à quelque chose qui vient juste d‟arriver).
2. Mettre les auditeurs „dans sa poche‟ (en félicitant le groupe, appréciation exprimée
par un membre du groupe...)
3. Analyser la situation telle qu‟elle est.
4. Indiquer comment améliorer cette situation.
5. Montrer les conséquences d‟une situation insatisfaisante.
6. Décrire ce que serait une situation plus favorable.
7. Décrire comment remédier aux problèmes, en faisant des propositions
spécifiques.
8. Prouver que la solution proposée mènera au résultat escompté.
9. Présenter les solutions envisageables et en débattre ou expliquer comment elles
seront compensées par les avantages qui seront obtenus.
10. Récapituler les principales solutions proposées et les principaux arguments en
faveur de ces solutions.
11. Encourager les auditeurs à mettre en œuvre l‟action qui a été recommandée.
12. Encourager la négociation et en tenir compte, tout comme le feed-back qui en
découlera.
METHODE DEMONSTRATIVE

I. Préparation
 Du matériel pédagogique, des documents
 Elaboration de l‟exposé
 Recherche de citations ou de supports
 Anticipation de la durée

II. Déroulement
 Introduction: Information initiale et présentation des objectifs
 Déroulement: tour d‟horizon des connaissances, du plus „simple‟ vers
le plus „compliqué‟
 Résumé: une synthèse de ce qui a été traité et les conclusions qui en
ont été tirées.
La méthode démonstrative doit prendre en compte les points suivants afin
d‟éviter qu‟ils ne deviennent des problèmes:
 Le comportement passif ou réceptif des participants.
 Leur efficacité dépend de la capacité du formateur à savoir intéresser
les participants et à retenir leur attention.
 Si l‟exposé est trop long, il peut devenir franchement ennuyeux. C‟est
pourquoi sa durée ne doit pas dépasser les 20 minutes.
MODELE D’ENTRAINEMENT ET
FLEXIBILITE

Tout formateur a la possibilité d‟organiser des exercices d‟entraînement en se basant
sur au moins quatre façons de procéder adaptées aux programmes de formation : celle
du formateur, celle du négociateur, celle du facilitateur et celle du consultant. Chaque
façon de procéder correspond à une situation réelle et le formateur efficace doit être
capable de changer de méthode selon les circonstances et les besoins spécifiques en
termes de pédagogie.

Apprendre à apprendre est aussi important pour les formateurs que pour les
apprenants. Un formateur efficace peut, par exemple...
- découvrir la méthode qui convient le mieux à une situation ou un moment spécifique;
- imaginer le type de comportement qui peut correspondre le mieux aux attentes des
apprenants;
- adopter le comportement „ad hoc', l‟„ajuster‟ selon les réactions du groupe
d‟apprenants;
- tirer des leçons de sa propre expérience pédagogique.
Mot-clé pour un formateur efficace: flexibilité
COMMENT FAIRE UN BON EXPOSE
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
Inspirer profondément 3 fois avant de commencer.
Commencer toujours avec un maximum d‟énergie.
S‟assurer en permanence que le public participe, et ce, dès le début.
Prendre un ton agréable à l‟oreille.
Faire un résumé des thèmes que vous allez aborder. Présenter les idées de
façon ordonnée. Eviter les phrases „filandreuses‟.
Utiliser un langage simple, adapté à votre public. Les bons formateurs doivent
parler pour s‟exprimer et non pour impressionner.
Ne jamais rien lire, seulement les citations.
Balayer la salle du regard.
Etre convaincant et tonique.
Eviter les clichés et toute expression pouvant être blessante (“J‟espère que ce
n‟est pas trop compliqué pour vous”, “Je ne vais pas vous ennuyer plus
longtemps avec ceci”...).
Renvoyer aux autres son propre message. Les formateurs doivent montrer
qu‟ils maîtrisent et qu‟ils appliquent à eux-mêmes chacun des préceptes dont
ils vont parler.
Faire attention à la gestuelle.
Respecter toujours l‟horaire.
Terminer par quelque chose de marquant.
EXEMPLE:
BALAYER LA SALLE DU REGARD
but est de donner l‟impression à chaque participant
que les paroles du formateur s‟adressent à lui ou à elle.
Il faut pour ce faire fixer son attention et s‟assurer que
le groupe est réceptif et réactif.
 Comment faire (y arriver) ? Balayer le public du
regard en s‟attardant sur chaque personne pendant
quelques secondes (sauf quand un dialogue est
engagé). Si le regard s‟arrête trop longtemps sur
quelqu‟un, il ou elle va penser: “Pourquoi me regarde-til comme ça?” et les autres vont penser “Pourquoi le
formateur regarde-t-il cette personne comme ça?” et
plus personne ne fera attention au discours. La façon
de regarder est donc essentielle pour une bonne
présentation.
 Le
EXEMPLE:
COMMENT MAITRISER SA NERVOSITE
Le sentiment d‟insécurité ou l‟anxiété sont tout à fait normaux lorsqu‟on
parle devant un auditoire et même les personnes ayant beaucoup
d‟expérience les ressentent.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Pensez et réfléchissez à ce que vous allez dire.
Regardez vos auditeurs, sans hâte, pour établir le contact.
L‟absence de contact visuel est la seule preuve manifeste de la
nervosité de la personne qui parle.
Inspirez profondément et faites-le plusieurs fois.
Adoptez une position dynamique, en évitant tout geste ou tic
nerveux qui pourrait révéler votre état d‟esprit.
Parlez en formulant votre discours clairement, sur un rythme assez
lent au début, pour arriver peu à peu à un rythme normal.
Ecoutez, faites attention aux réactions du public.
Faites des pauses:
- Au début d‟un discours.
- Au milieu d‟une phrase, pour donner du poids à un élément
particulier.
- Après une interruption.
- Avant de prononcer les derniers mots.
QUELQUES CONSEILS POUR SE LANCER










Installez-vous calmement à votre place.
Arrangez vos feuilles de papier, vos autres documents et
supports avant de commencer à parler.
Inspirez profondément et relâchez vos muscles calmement.
Regardez calmement votre auditoire avant de commencer à
parler. Un contact visuel doit être établi avant tout contact
auditif.
Souriez, veillez à créer une bonne ambiance entre votre auditoire
et vous.
Ne commencez pas votre exposé avant que l‟auditoire ne soit
tout à fait silencieux.
Commencez à parler lentement, afin que les auditeurs puissent
s‟adapter à votre voix. Après deux ou trois minutes, vous pouvez
adopter un rythme normal.
En cas de toux, d‟erreur ou de blocage, il n‟est pas nécessaire
de s‟excuser.
Répétez la dernière phrase ou passez à la suivante.
Souvenez-vous que vous êtes mieux préparé(e) que votre
auditoire.
EXEMPLE:
COMMENT EVEILLER L’ATTENTION DU
PUBLIC
Moyens pour fixer l‟attention
 Racontez une expérience personnelle.
 Donnez un élément d‟information surprenant.
 Référez-vous à un fait que vous avez observé
récemment.
 Anticipez sur la phrase “Je vais tout d‟abord vous
présenter... Ensuite je passerai à..."
 Posez une question inopinée en rapport avec le
thème, dont la réponse est connue de quelques
personnes seulement.
 Racontez une anecdote ou plaisantez.
 Citez quelqu‟un.
EXEMPLE:
COMMENT GAGNER L’ADHESION DU
PUBLIC
Présentez-vous, en indiquant votre nom et en décrivant votre expérience dans ce
domaine ou ce module en particulier. Si vous disposez d‟assistants ou d‟auxiliaires,
présentez-les.
Demandez aux personnes participant au module de se présenter.
Si on dispose de suffisamment de temps, ces personnes peuvent indiquer ce qu‟elles
savent déjà sur le sujet ou leur intérêt particulier concernant ce sujet ou encore la
raison qui les a poussées à s‟inscrire à la formation. Elles peuvent également
indiquer ce qu‟elles attendent de la formation en termes d‟apprentissage.
Remerciez-les de leur attention : “Je vous suis reconnaissant(e) de cette occasion
qui m‟est donnée pour partager mes idées et mes connaissances avec vous…“
Félicitez-les : “Aucun groupe n‟a montré autant d‟intérêt que vous”
Indiquez leur clairement le programme : “Je suis venu(e) ici pour vous apprendre à
apprendre"
LE MESSAGE
Le mot étant l‟élément de base de toute communication verbale, si on veut
que celle-ci soit efficace, les efforts doivent donc être portés sur le choix des
mots que l‟on va employer.
Il est utile de se rappeler que la langue orale permet quelques licences
interdites à l‟écrit; si l‟on en joue avec habileté, elles permettent de réduire la
distance avec les apprenants.
Les principaux points à prendre en compte sont :

Les constructions grammaticales

Le vocabulaire

Les exemples
Le message que l‟on transmet doit être: clair, concis, simple, exact, objectif,
ordonné et bref. Si les idées ne sont pas ordonnées, si les phrases ne sont
pas grammaticalement correctes; si le vocabulaire employé est abstrait ou
inconnu de l‟auditoire; si en plus les thèmes abordés ne sont pas illustrés
par des exemples, on court le risque d‟avoir un auditoire complètement
perdu et désemparé.
DE LA GESTUELLE COMME AIDE OU
OBSTACLE A LA COMMUNICATION
Réfléchit-on jamais au nombre de choses que notre corps et nos
mouvements laissent apparaître?
Est-on conscient de la façon dont notre voix influence l‟information
que l‟on transmet, ou plutôt, la façon dont cette information est
perçue?
Les formateurs ne sont pas seulement entendus; ils sont aussi vus;
en outre, “on les voit plus qu‟on ne les entend”.
L‟image que l‟on donne en tant que formateur peut aider à fixer
l‟attention sur un discours ou, au contraire, elle peut provoquer une
certaine distraction.
Voyons un peu quels gestes renforcent ou non la perception de ce
qui est dit.
GESTES REDHIBITOIRES
QUELS GESTES DOIVENT ETRE EVITES?

En position debout, éviter de...
 Mettre les mains dans ses poches ou sur ses hanches.
 Se balancer d‟un pied sur l‟autre.
 Faire des mouvements de pied.
 Se déplacer d‟un côté à l‟autre.
 Se pencher sur sa chaise ou sa table.

En position assise, éviter de...
 Reposer sa tête sur l‟une de ses mains.
 Laisser reposer ses bras sur sa table.
 Se tortiller.
 Se balancer sur sa chaise.

Dans tous les cas, éviter de...
 Jouer avec son stylo, ses clefs...
 Se gratter la tête, se frotter le nez...
 Mettre les mains devant sa bouche.
 Se mordre les lèvres.
 Regarder sa montre.
DE LA GESTUELLE COMME COMPLEMENT
DE LA COMMUNICATION.
LES GESTES OPPORTUNS
L‟idée est d‟établir et de maintenir le contact avec l‟auditoire en se servant
de toutes les ressources utiles et en évitant tout ce qui pourrait gêner ce
contact.
 Le regard:
 Regarder chaque personne quelques secondes.
 Percevoir la réaction de chaque participant.

La posture:
 Digne; elle laisse transparaître du respect pour le groupe et pour le rôle que
l‟on tient.
 Variable; elle doit rester souple et ouverte.
 Naturelle, empreinte de sérénité et détendue.

Les gestes:
 Le langage serait incomplet sans la gestuelle.
 On exprime des choses avec toutes les parties de notre corps, plus
particulièrement les mains, le visage, les bras, la tête et les épaules.
EN PRATIQUE
1. Installez-vous convenablement.
 Installez-vous calmement.
 Votre dos doit être au contact du dossier de votre chaise.
 Organisez vos affaires avant de commencer.
2. Regardez le public dans sa totalité.
 Si vous êtes timide, regardez une seule personne et, petit à petit,
regardez toutes les autres personnes au fur et à mesure que votre
assurance grandit.
 Ne regardez pas constamment du même côté.
3. Assurez-vous que votre auditoire se sente à l‟aise
 En souriant.
 En parlant lentement.
 En changeant votre ton pour l‟adapter au contenu du message.
4. Enlevez tout ce qui peut vous distraire
 Stylo, lunettes, montre...
 Ne gardez sur la table que ce qui est indispensable.
 Ne commencez pas à parler en tournant le dos à votre auditoire.
 Ne regardez pas vos notes trop souvent.
L’ECOUTE
Le langage est un „instrument‟ à prendre par deux bouts, tout
d‟abord en tant que base des échanges verbaux et comme outil
pour enseigner. Le langage n‟appartient pas à une seule personne,
mais à un groupe d‟individus: la personne qui parle et celles qui
l‟écoutent.
Dans ce double processus, l’écoute est aussi importante que la
parole. Une personne qui sait comment écouter valorise son
interlocuteur par l‟attention qu‟elle lui porte. Et on ne peut
réellement répondre aux besoins des autres si on est incapable en
premier lieu de les écouter. Comme le dit Stuart Chase: “Si les
gens arrêtaient d‟écouter, parler serait inutile”.
Comment peut-on (doit-on) écouter et comment peut-on améliorer
cette capacité?
COMMENT DEVELOPPER SA
CAPACITE D’ECOUTE
Se baser sur trois méthodes:
1.
L‟écoute active, qui se base sur un comportement personnel comprenant l‟écoute
en tant que partie active du processus de communication. Avec l‟écoute active, on
s‟efforce de faire comprendre aux interlocuteurs qu‟on les écoute vraiment; mais
comment?:

en les regardant

en faisant des signes de tête

en nous nous rapprochant d‟eux

en leur posant des questions sur le sujet

en posant des questions ouvertes

en récapitulant les idées
Le participant peut ainsi montrer que ce que les formateurs ont entendu
est bien ce qu‟ils souhaitaient entendre ou au contraire apporter une
nuance à cette interprétation.
Les formateurs peuvent très vite revenir vers le participant pour cerner le problème
en question et proposer une solution.
DEVELOPPER LES TECHNIQUES ET LES COMPORTEMENTS
EN RAPPORT AVEC UNE BONNE ECOUTE
2. L‟écoute compréhensive, qui consiste à donner aux interlocuteurs
l‟impression que l‟on approuve ce qu‟ils disent grâce à des expressions
comme “C‟est vrai”, “Vous avez raison”, etc, etc.
3. L‟écoute sélective, qui consiste à poser des questions ouvertes sur les
points essentiels de l‟information qui est transmise, orientant ainsi le
message vers ce que l‟on souhaite savoir.
Comportements associés à une bonne écoute
Un comportement détendu et aimable est primordial pour toute personne
sachant comment écouter.
 On sait d‟expérience que l‟on doit adopter trois types de comportement
si l‟on souhaite écouter d‟une manière appropriée. Ces trois
comportements sont caractéristiques des personnes qui savent
écouter:
 La certitude que l‟on n‟est pas la seule personne à parler: la volonté de
laisser parler les autres doit être le premier des comportements à
adopter.
 Montrer de la considération (de la prévenance) et de la gentillesse
envers votre auditoire.
 La volonté de faire de l‟écoute une partie active du processus de
communication, c‟est-à-dire dans une proportion d‟au moins 51% du
processus de communication total.
TECHNIQUES D’ECOUTE
1. Créer une bonne ambiance.
2. Savoir écouter les gens selon les besoins qu‟ils ont exprimés.
3. Avoir (ou acquérir) des connaissances sur le sujet traité.
4. Montrer une attitude compréhensive envers votre interlocuteur.
5. Eviter les sources de distraction.
6. Ecouter et récapituler les idées principales.
8. Comprendre la structure interne du discours de l‟interlocuteur.
9. Ecouter comme si on devait faire un rapport.
10. Poser des questions.
11. Prendre des notes.
12. Faire participer le groupe.
LE FEED-BACK
On doit être capable d‟interroger le groupe pour l‟aider dans son
apprentissage, pour lequel on doit tenir compte de certaines
règles qui demandent à ce que toute question doit:
 être formulée de telle façon qu‟elle suscite une réponse, sans
que le but soit de démontrer l‟ignorance des participants.
 présupposer une expérience antérieure qui permet à la personne
interrogée de répondre.
 être exprimée avec des mots simples; la personne interrogée
doit comprendre clairement ce qui lui est demandé.
 encourager la réflexion; la question ne doit pas être simple au
point qu‟elle ne demande aucune réflexion ni ardue au point
qu‟elle en devient décourageante.
 être formulée de façon naturelle, avec des mots appropriés et
sur un ton qui montre une certaine confiance dans les capacités
de la personne qui doit répondre.
 être orientée dans un but clairement défini:
 obtenir une information.
 mettre en valeur certaines problématiques.
 stimuler la réflexion des participants en provoquant la
discussion.
QUELLES QUESTIONS POSER
Questions ouvertes :
 Réunir le plus d‟informations possible de la part des apprenants.
 Accroître la participation active des apprenants.
 Faire appel aux contributions individuelles, afin d‟accroître la
capacité de réflexion du groupe.
 Vérifier où en sont les participants par rapport au sujet traité et
adapter les interventions en conséquence.

Renvoi vers le groupe: les formateurs demandent à tout le groupe
de répondre aux questions que les apprenants leur posent.
 Cela permet au formateur de réfléchir à la réponse qui doit être
apportée à la question posée.
 Cela donne aux participants l‟occasion de participer plus souvent
aux débats et cela permet d‟utiliser les ressources du groupe.
 C‟est un moyen de vérifier où en est le groupe par rapport au
sujet traité.
REPARTITION DU TEMPS
Le Programme établi pour enseigner chaque module
doit tenir compte du degré d‟activité de l‟auditoire
auquel il s‟adresse, dans le but d‟atteindre le meilleur
niveau d‟apprentissage de la matière enseignée.
 On
doit proposer des durées précises, nécessaires à
l‟enseignement de chaque concept, de chaque savoir
et de chaque exercice pratique...
 ...
et aussi une périodicité déterminée pour les
sessions, des contrôles, ainsi que des temps d‟arrêt
facultatifs et des pauses, en veillant aux situations de
blocage et à rester flexible durant le déroulement du
programme de formation.
UTILISATION DES RESSOURCES ET DES
MOYENS TECHNIQUES

Les aptitudes des bons formateurs ne se révèlent pas seulement à
travers une bonne gestion de groupe, une communication efficace
ou la capacité à aider un groupe dans l‟acquisition de certaines
compétences.

D‟autres aptitudes, entre la capacité à improviser, la créativité ou
encore la faculté de servir des ressources en classe, sont
également très importantes et servent à rendre la session encore
plus marquante.
 Ressources audiovisuelles: vidéos
 Présentations multimédias
 Livrets de trois pages et affiches
 Matériel pédagogique interactif : e-learning

Il faut savoir quelle ressource est la plus adaptée pour chaque
activité; et pourquoi précisément celle-là et non une autre.
UTILISATION DU MATERIEL ET DES MOYENS
TECHNIQUES





On arrive en sachant comment utiliser le matériel correctement, en
sachant exactement ce dont on a besoin. On doit tester le matériel (faire un
essai) à l‟avance ─ il n‟y a rien de pire que 30 personnes qui contemplent
un lecteur vidéo qui ne fonctionne pas avec à côté un formateur au
désespoir.
S‟il s‟agit d‟un nouveau matériel avec lequel on n‟est pas encore
familiarisé (ou qui ne convient pas), comme, par exemple, un ordinateur
portable ou un rétroprojecteur pour un exposé, on vérifie comment on „se
débrouille‟ avec lui, l‟endroit où on doit se placer pour éviter de gêner la
vue, la disposition des fils électriques sur le sol pour ne pas se prendre les
pieds dedans…
Comment tirer le meilleur du matériel: plutôt que de passer des extraits
vidéo, on peut diversifier les activités; on peut par exemple montrer
quelques diapos pour ensuite faire une synthèse au tableau de ce qui vient
d‟être vu…
S‟il s‟agit d‟un matériel que le formateur utilise habituellement, il peut
être également utilisé par les apprenants: par exemple un transparent, un
manuel, un questionnaire, un journal,…
Il doit y avoir suffisamment de matériel pour chaque apprenant.
EXERCICES PRATIQUES ET
EVALUATION

Cette partie du programme de formation va tourner autour de la
mise en œuvre d‟une dynamique avec des méthodes visant
essentiellement à procurer un soutien, dans le but d‟accroître
l‟estime de soi chez les participants ainsi que leur volonté de
surmonter les problèmes et leur capacité à produire des efforts.

Au moyen de simples activités et d‟exercices élaborés pour chaque
thématique et chaque module relatif à la santé, on va chercher à…
 donner aux gens l‟envie de changer
 fournir des solutions
 encourager les bonnes habitudes
Pour résumer, l‟objectif est que les patients trouvent des
solutions et reprennent l‟initiative, en imaginant leurs propres
stratégies pour accroître leur confiance en eux-mêmes. Le
moniteur-formateur fera office de guide, dans le but de faciliter
cette tâche, mais ne devra en aucun cas proposer une solution
directement.
EXERCICES PRATIQUES ET
EVALUATION
On donne aux apprenants des documents et des idées afin qu‟ils
repartent avec quelques activités à effectuer qui les aideront à créer
une dynamique active de pleine santé.
Ils seront encouragés à…

faire de l‟exercice physique selon des consignes pré-établies

tenir un journal de santé où sont consignées les habitudes
alimentaires et la consommation de médicaments

prendre des notes sur leur façon de dormir

suivre les stratégies d‟adaption au contrôle des émotions

exercer leur attention visuelle et pratiquer l‟écoute active
et enfin, venir faire des visites d‟après contrôle pour partager ce
qu‟ils ont appris et accompli.
EVALUATION DU MODULE
Après chaque module de formation, il est nécessaire de
procéder à l‟évaluation des éléments suivants…

adaptation des ressources au public ciblé

réalisation des objectifs pré-établis

compétence des professionnels quant au matériel fourni

utilité du matériel employé

adéquation avec les méthodes employées, et enfin…

état des lieux utilisés
MERCI DE
VOTRE
ATTENTION
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
441 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler