close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

12-15 Mai 2016 29 rue de l`Ourcq Paris 75019

IntégréTéléchargement
12-15 Mai 2016
29 rue de l’Ourcq
Paris 75019
M
Pendant l’occupation d’une place par la foule révoltée, un espacetemps singulier se constitue, coupé de la réalité ordinaire de la vie
urbaine : une ville isolée dans la ville, un mouvement arrêté dans le
flux des événements quotidiens, une temporalité suspendue mettant
entre parenthèse le destin d’un pays. L’atmosphère suspendue des
places.
Il existe un lien entre la foule révoltée et l’architecture de la place qui
l’accueille, à Tahrir, à Taksim, ou encore à Puerta del Sol. L’architecture
de la place devient cadre, théâtre et symbole de la révolte urbaine.
Elle s’identifie, pour un temps du moins, à l’événement qui s’y
déroule, et en retour, l’événement s’identifie au lieu.
L’espace est détourné, retourné, la ville perd de son aspect policé,
elle gagne en spontanéité. Une brèche s’ouvre dans le quotidien,
une tension nait. Une appropriation que l’on sait n’être qu’éphémère,
s’installe. Et puis, quelque soit le dénouement, le souvenir reste,
parfois quelques traces. Quand la mémoire s’en empare, un symbole
peut en naître
La révolte urbaine marque les lieux de son sceau de manière quasi
permanente, jusqu’à ce que peut-être un nouvel événement de plus
grande envergure vienne engendrer un nouveau signe. C’est donc
parce qu’il y a d’abord un événement - contingent et éphémère que l’architecture de la ville peut paradoxalement prétendre à une
certaine permanence de son signe.
Pourtant, pendant que se déroule l’événement, l’architecture des
lieux subit un sort particulier. Sa physiologie change, se décompose,
se reconstruit. Elle est formée par l’événement autant qu’elle donne
son sens à l’événement en retour. Elle est une architecture de
l’événement. A cet instant, rien en elle n’obéit à un projet d’architecte
- aussi innovant fusse-t-il. L’architecture de l’événement est une
architecture du suspens, sans continuité du passé, sans projet
d’avenir pré-établi. C’est en ce sens que l’événement fait époque et
que l’architecture de la place est sa surface d’inscription.
L’exposition et les rencontres qui auront lieu à l’Ourcqblanc, au 29
rue de l’Ourcq, Paris 19e, du 12 au 15 mai, se proposent de rendre
compte de ces états de suspens sur les places occupées, détournées,
révoltées, tout en interrogeant les multiples façons dont l’architecture
et l’espace public participent de ces événements.
Le cœur de l’exposition sera constitué par des travaux d’étudiants en
architecture produits à l’ENSAVT à Marne-la-Vallée et à l’ENSA de
Paris-Malaquais, entre 2014 et 2016, Ces travaux seront présentés
par les étudiants et leurs enseignants Can Onaner, Guillaume Boubet
et Gilles Delalex.
Les travaux des étudiants, ainsi qu’un autre ensemble de travaux,
petit cabinet de curiosité, réunis à l’initiative de Philippe Simon seront
exposés et discutés pendant des séances de rencontres avec des
architectes, urbanistes, plasticiens, sociologues et enseignants
invités à prendre la parole pour l’occasion.
Un atelier de «stopmotion», sera animé par les étudiants pour donner
aux visiteurs - notamment les enfants du quartier - la possibilité
d’interagir avec les 3 grandes maquettes exposées en créant leurs
propres fictions qu’ils prendront en photos. A partir de ces photos
nous monterons 3 films, à la manière d’un cadavre exquis, qui seront
présentés le dimanche 15 mai au soir pour clôturer l’événement.
PROGRAMME
JEUDI 12 MAI
Vernissage : 19h00
Rencontre-discussion : 19h30-21h30
Proposée par Can Onaner sous le thème : "devenir foule de
l'architecture, devenir architectural de la foule"
Gilles Delalex, « L’architecture de la foule : entre héroïsme et
archaïsme »
Xavier Fabre, « L'impensé de la foule dans l'architecture »
Andrei Feraru, « Bucarest, les places de la manipulation »
Luca Merlini, « La foule contrainte ou lorsque les dedans deviennent
des dehors »
Dominique Rouillard, « Le grand espace commun »
Projection des vidéos produites pendant l’enseignement intensif «
Architecture de l’événement, la foule, la place et Aldo Rossi », par
Ismail Sakout, Pierre-Henri Viriot, Brice de Koninck, Hugo Dardenne,
Camille Campos, Marie Crouzillac, Arthur Hagry, Henry Isaac,
Ghizlane Abdallaoui, Thomas Bessard, Lisa Gaucher, Eléonore
d’Hauterives, Sarah Delanchy, Roland Fontaine, Flore Gustin,
Camille Pleuven, Stéphanie Sin-A-Fat, Lola Rigal, Estelle Salmona,
Camille Lot, Daouda Diabété, Thomas Gilbaud, Luscille Pesrin,
Antoine Troccaz, Daouda Diabété, Thomas Gilbaud, Luscille Pesrin,
Antoine Troccaz, Mehdi Allani, Alessandro Nicolai, Louise Shiina,
Eric De Melo, Timothée Fétiveau, Manon Frouin, Rose Hewins,
Ludevine Pépin et Aurélien Rabary.
Un intensif encadré par Can Onaner, Thibaut Barrault, Cyril
Pressacco, Guillaume Grall, Joseph Rupp et Benjamin Giraudon,
dans le cadre du workshop «Ville, territoire et espace public» à
l’Ecole d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée,
du 1er au 12 février 2016.
Projection de 2 vidéos produites pendant l’enseignement
« La place comme dispositif d’un événement », par Ludovic
Austry, Iris Séné, Marine Orlini et Iris Tissot.
Un studio de projet de master encadré par Xavier Fabre et Can
Onaner, à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de ParisMalaquais, du 7 octobre 2014 au 15 janvier 2015.
Présentation du blog « Villesmanifestes », produit dans le cadre
du workshop «Ville, territoire et espace public», par Caroline Cadart,
Bastien Goudier-Iacopucci, Zareen Kadimi, Caroline Vexlard, Jeanne
Vincent, Farzana Foyjoo, Jean-Baptiste Martin, Martin Masse,
Sybiline Prunier, Flora Voisin, Liza Gouriou, Quentin Jezegou,
Audrey Licari, Mathilde Weill, Constance Baroni, Louise Freville,
Alice Ponchaux, Amara Sendouk.
Un exercice intensif encadré par Guillaume Boubet, dans le cadre du
workshop «Ville, territoire et espace public» à l’Ecole d’architecture
de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée, du 1er au 12 février
2016.
VENDREDI 13 MAI
Rencontre-discussion : 19h30-21h30
Proposée par Philippe Simon sous le thème : "de la barricade à
l’occupation des places"
Jac Fol, « Un monument pour la fin du capitalisme »
Eric Hazan, « Du Palais-Royal à la République »
Anita Pouchard Serra « Argentine 2001, enfants de la crise, occuper
pour exister »
Sébastien Thiéry, « La Jungle de Calais, place forte »
Max Turnheim, « Une coupe »
Xavier Wrona, « Il n'y a d'architecture que dans la foule »
Projection des vidéos produites pendant l’enseignement intensif «
Architecture de l’événement, la foule, la place et Aldo Rossi »
SAMEDI 14 MAI
Atelier Stopmotion : « La géométrie de la révolte » : 11h-17h
Un atelier de "stopmotion", animé par les étudiants, pour donner
aux visiteurs - notamment les enfants du quartier - la possibilité de
jouer avec les 3 maquettes et de faire leurs propres photographies,
à partir desquelles nous monterons 3 films.
Rencontre-discussion : 17h-19h
Proposée par Guillaume Boubet, sous le thème : "Prendre Place .
Prendre Parole : Révolution des luttes urbaines"
Etudiants doctorants de l’Institut Français de Presse (Paris II,
Universités Sorbonne) :
Cansu Akkoyunlu, « Taksim, parc de Gezi occupés »
Inna Biei, « Maïdan occupée »
Stéfanos Pnevmatikos, « Syntagma occupée »
Etudiant doctorant du LIAT :
Georgi Stanishev, « Les monuments communistes de Sofia
détournés »
Présentation du blog « Villesmanifestes »
Projection des vidéos produites pendant l’enseignement intensif «
Architecture de l’événement, la foule, la place et Aldo Rossi »
Projection de 2 vidéos produites pendant l’enseignement « La
place comme dispositif d’un événement »
Soirée : 20h-23h
DIMANCHE 15 MAI
Projection de 3 films réalisés pendant l’atelier stopmotion : 17h-19h
Finissage : 22h
Un apéro dinatoire sera proposé tous les soirs
MATERIEL EXPOSE
- 3 grandes maquettes au 1/200ème de trois espaces publics
occupés (6m x 60cm pour l'avenue Bourguiba, 2m x 3m pour la
place Taksim et 2m x 2m pour la place Tahrir), production dans le
cadre d'un workshop à l'ENSAVT à Marne-la-Vallée
- 9 vidéos en stop motion sur ces places, à partir des thèmes
"Barricade, Théâtre et Portique", production dans le cadre d'un
workshop à l'école d'architecture de Marne
- Blog interactif "Villesmanifestes", production dans le cadre d'un
workshop à l’ENSAVT à Marne-la-Vallée
- 2 vidéos sélectionnées à partir de l’enseignement «La place
comme dispositif d’un événement», Studio de projet, Master 1/2,
semestre 1, ENSAP-Malaquais sous l'encadrement de Xavier Fabre
et Can Onaner.
- Exposition du studio « Villes & utopie : architectures de la foule
», enseignement de projet en cycle Master, année 2014-2015.
Encadré par Gilles Delalex et Georgi Stanishev, à l’Ecole Nationale
Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais.
- Cartes des barricades parisiennes depuis le XVIIe siècle, par
Philippe Simon et Jean-Claude Garcias
- « La place, pour le meilleur et pour le pire », Collage-dessin par
Nicolas Duru.
- « La disparition de la Place St Marc », dessin par Luca Merlini
- « Les hommes debout », monument pour la place Taksim,
Installation produite par le Studio Muoto, avec Elias Nourry, étudiant
de l’Ecole Nationale de Paris Malaquais.
- « La grille et le territoire », Installation par Henri Bony
- Travaux photographiques de Tom Ullrich sur le détournement de
l’espace public
- Photographies de manifestations à Paris et à Buenos Aires par
Anita Pouchard Serra
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
337 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler