close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1 Communiqué de Presse L`éolien est une énergie

IntégréTéléchargement
Communiqué de Presse
L'éolien est une énergie essentielle pour atteindre les objectifs "Energie-Climat 2020",
a fortiori dans la perspective du dé-commissionnement complet de notre parc
nucléaire




D'ici 2020, l'énergie éolienne devrait couvrir 14% dans la demande totale
d'électricité en Belgique dont 8,5% pour l'éolien terrestre.
Même en l'absence de subsides, l'éolien terrestre est déjà l'un des moyens de
production d'électricité les plus compétitifs.
150 milliards € devraient être investis à la fois dans les "réseaux intelligents" et
dans les capacités de transferts transeuropéens.
Les coûts opérationnels des installations éoliennes pourraient être réduits
jusqu'à 45%.
Bruxelles, Avril 2016
L'éolien est une source renouvelable essentielle pour permettre à la Belgique d'atteindre ses
objectifs "Energie-Climat" 2020, a fortiori dans la perspective du dé-commissionnement
complet de notre parc nucléaire. L'éolien pourrait en effet représenter 14 % de la demande
totale d'électricité en 2020. Afin de garantir l'utilisation efficace des sources d'énergie
renouvelables, les autorités devraient investir nettement plus dans les "réseaux intelligents".
De leur côté, les opérateurs devraient agir maintenant pour rester compétitifs, selon la
dernière étude de Roland Berger publiée (ce jour) à Bruxelles.
D'ici 2020, l'énergie éolienne pourrait représenter 14 % de la demande totale d'électricité en
Belgique, ce qui est en ligne avec la moyenne prévue en Europe. Les installations terrestres
représenteront la part la plus importante avec 8,5 % contre 5,5 % pour l'offshore. Selon les
projections de Roland Berger, l'énergie d'origine éolienne pourrait couvrir 25 % de la
demande future d'électricité à l'horizon 2030, l'éolien terrestre y contribuant pour moitié.
L'un des moyens de production d'électricité les plus compétitifs
"Les capacités de production éolienne ont été multipliées par 50 ces 20 dernières années
dans le monde et les installations en service sont concurrentielles sur de nombreux marchés
européens", indique Didier Tshidimba, Managing Partner de Roland Berger à Bruxelles. Le
coût de production a baissé d'un tiers depuis 2010.
Le coût de production des éoliennes terrestres les mieux situées est moindre que celui
d'autres technologies classiques ou exploitant les énergies renouvelables. Seules
l'hydroélectricité (en quasi saturation en Belgique) et l'électricité produite par nos centrales
nucléaires historiques demeurent moins chères. "C'est pourquoi l'éolien est une source
renouvelable essentielle pour permettre à la Belgique d'atteindre ses objectifs 'EnergieClimat' 2020 et de s'inscrire sur la voie des objectifs 2030 déjà fixés au plan de l'UE. A
fortiori dans la perspective du dé-commissionnement complet de notre parc nucléaire
programmé pour 2025", explique Didier Tshidimba.
1
La croissance rapide atteint ses limites
Les sites les plus propices à maximiser le rendement de production ont été les premiers
occupés. En outre, l'effet "Not In My Back Yard" et les procédures d'autorisation augmentent
la durée des projets quand ils ne les remettent pas en question (en 2015 en Wallonie, 520
MW font l'objet d'un recours). De plus, la diminution des subsides signifie que le marché ne
sera plus stimulé de manière artificielle. Pour surmonter ces obstacles, les promoteurs
doivent notamment encourager les riverains à investir dans l'éolien (ouverture du capital à
ceux-ci par l'acquisition de parts de coopérateur) et à en récolter les bénéfices.
Investir massivement dans les réseaux intelligents
Afin de garantir l'utilisation efficace des sources d'énergie renouvelables, y compris de
l'éolien terrestre, l'Europe devrait investir nettement plus dans les "réseaux intelligents" qui
sont nécessaires à la gestion de la volatilité de la production d'énergie renouvelable (gestion
de la demande et du stockage) et à l'injection de l'électricité dans le réseau (faire se
rencontrer offre et demande).
La Chine et les Etats-Unis y consacrent deux à trois fois plus que l'ensemble des pays
européens (environ 400 millions d'euros en Europe). Les futurs investisseurs dans l'éolien
seront attentifs à la qualité des réseaux et, notamment, à leur capacité à absorber la
production au moindre coût. Dans cette optique, les technologies de type "Distribution
Management System" implémentées par les gestionnaires de réseaux ouvrent la voie aux
réseaux intelligents.
En plus de la mise en œuvre des réseaux intelligents, de grands investissements
transeuropéens sont requis afin d'augmenter les flux transfrontaliers et de garantir la sécurité
d'approvisionnement dans le cadre de la réalisation du grand marché intérieur de l'électricité
en Europe. Il s'agit entre autres d'éliminer les goulots d'étranglement existants dans certains
réseaux de transport. Par exemple, la Grande Bretagne doit tripler ses capacités de
transmission d'ici 2030 et la péninsule ibérique devra les multiplier par 10. A court et moyen
termes, 150 milliards d'euros devraient être investis en Europe.
Cependant, les coûts de raccordement et d'utilisation des réseaux doivent rester acceptables
pour ne pas hypothéquer la compétitivité de la production renouvelable.
Rendre les parcs éoliens plus compétitifs
Outre les autorités, les régulateurs et les gestionnaires de réseaux, les investisseurs et les
opérateurs de parcs éoliens terrestres sont appelés à agir. Face à la faiblesse actuelle des
prix des combustibles fossiles et aux règles européennes futures (abandon des subsides,
appel d'offre et sélection du prix le plus bas), les opérateurs des parcs éoliens doivent
réduire drastiquement leurs coûts pour rester compétitifs.
"Le potentiel d'économies opérationnelles est chiffré à 45%, si l'on se focalise
principalement sur l'optimisation des coûts d'entretien et de réparation, d'assurance, de
gestion et de financement", explique Didier Tshidimba. Parallèlement, les constructeurs de
turbines doivent sensiblement accroître leurs budgets de R&D. L'innovation est la seule voie
pour lutter contre la concurrence (Chine, Corée, USA) et éviter une perte de compétitivité
telle qu'a connue l'industrie européenne du photovoltaïque.
2
"Le niveau de maturité et de professionnalisme de l'industrie éolienne s'accroît. Ce qui se
reflète dans la baisse des coûts de production. Cette dynamique positive servira à rendre
l'énergie éolienne encore plus compétitive de sorte qu'elle devienne une des composantes
essentielles de notre approvisionnement en électricité, économique et durable", conclut
Didier Tshidimba.
Sébastien Procureur
Roland Berger
Marketing Manager
Tel.: +32 (2) 661 03 13
E-mail: sebastien.procureur@rolandberger.com
www.rolandberger.com
3
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
153 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler