close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

agenda - SEPÎ

IntégréTéléchargement
Vol. 16 | No 32 | Le lundi 9 mai 2016
SYNDICAT DE L’ENSEIGNEMENT DE LA POINTE-DE-L’ÎLE (SEPÎ)
Journal syndical
(514) 645-4536 | Téléc. (514) 645-6951 | www.sepi.qc.ca | f www.facebook.com/sepi.syndicat
ÉDITO | QUElQUES INFOS
CONGRÈS 2016
Les travaux préparatoires de la délégation du SEPÎ au Congrès
de 2016 vont bon train. Déjà quatre (4) longues journées ont
été tenues afin d’analyser et de débattre des quelque 350 propositions actuellement au menu. Au moins deux (2) autres journées seront nécessaires avant d’en arriver au congrès qui se
tiendra, de façon tout aussi intensive, du 27 au 30 juin prochain.
SUIVI DE LA NÉGO
les travaux d’écriture des textes se déroulent normalement.
Au moment d’écrire ces lignes, nous ne sommes pas en mesure
d’indiquer quand aura lieu la signature, ni si elle aura lieu avant
la fin de l’année de travail.
Je vous invite à lire, dans ce numéro du tOpO, l’article de Serafino Fabrizi relatif à l’annexe xxvIII. certainEs d’entre vous pourront encore une fois constater faire partie du club très sélect
« des établissements dont la direction est prête à dire n’importe
quoi pour tenter d’arriver à ses fins ».
Bonne semaine !
▪ luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
INFO | l’ImpOrtANcE dU rEcENSEmENt dE mAI 2016
Statistique Canada tient en ce moment un recensement, opération menée à tous les cinq (5) ans. toutEs les résidentEs du
Canada sont légalement tenuEs de remplir le questionnaire
abrégé ou détaillé, en vertu de la Loi sur la statistique. les informations recueillies par le recensement sont importantes pour
toutes les collectivités et essentielles à la planification des services tels que les écoles, les garderies, le logement, les services de police et d’incendie, le réseau routier et le transport
en commun, ainsi qu’au développement de compétences
pour l’emploi. c’est à partir des informations obtenues grâce
au recensement, notamment, qu’une nouvelle mise à jour de
l’annexe XLVI, liste des écoles situées en milieu défavorisé,
sera effectuée. Or, cette liste est primordiale, puisqu’elle permet d’obtenir des services supplémentaires pour les élèves en
milieux défavorisés.
Afin de favoriser la participation volontaire de la population
au recensement de mai 2016, Statistique Canada a produit
diverses trousses d’information, contenant des outils et ressources qui sont mis à la disposition d’organismes.
enseignantes et aux enseignants. Elles proposent des outils
conçus pour les élèves du primaire et du secondaire ainsi que
pour l’éducation des adultes et l’enseignement des langues
secondes. Selon Statistique Canada, toutes les activités sont
prêtes à être utilisées en classe par les enseignantEs et ont fait
l’objet d’un examen afin de respecter les exigences des programmes scolaires.
Elles sont disponibles en ligne : recensement.gc.ca/ccr16e/
ccr16e_000-fra.html.
Ces outils, à utiliser sur une base libre et volontaire, pourraient
contribuer à sensibiliser les élèves, jeunes et moins jeunes, aux
bénéfices liés au recensement. vous êtes invitéEs à remplir le
questionnaire du recensement, puisque la participation de
tous a un impact direct sur la collecte des données requises
afin de planifier, développer et évaluer différents programmes,
qui pourraient être importants pour nos élèves, et de bénéficier
de services publics qui répondent aux besoins de la population.
merci pour votre implication !
Certaines de ces trousses sont entre autres destinées aux
AGENDA
bUrEAUx FErméS
ASSEmbléE
ACTIVITÉ SOCIALE
Veuillez prendre note
que nos bureaux
seront fermés le lundi
23 mai prochain.
>> Le jeudi 12 mai
2016 à 16h :
assemblée
générale [voir p. 4]
>> Le jeudi 26 mai
2016 de 16h à 18h :
activité sociale au
Boston Pizza d’Anjou
Source :
CONSEIL DES
cOmmISSAIrES
>> Le mercredi 18
mai 2016 : conseil
des commissaires
de la CSPÎ
CONSEIL
FédérAtIF
>> Les 19 et 20 mai
2016 : conseil
fédératif (cF)
de la FAE
INFO | Surveillance d’examen au secondaire - Rémunération
La marche à suivre par les directions quand vient le moment
d’assigner des profs à la surveillance d’examen et de les rémunérer est convenue par une entente entre le SEPÎ et la CSPÎ.
Cette entente s’applique lors de journées d’examens alors
que l’horaire de l’ensemble des élèves de l’établissement
n’est pas totalement suspendu (exemple, une demi-journée
d’examen pour un cycle).
Dans ce cas, la direction doit obligatoirement assigner les
profs de la façon suivante :
1. La direction met PRIORITAIREMENT à l’horaire de la surveillance, selon leur horaire d’enseignement respectif, des
profs dont les cours sont annulés en raison du fait que les
élèves sont en situation d’examen;
2. À défaut de pouvoir combler tous les besoins en surveillance, la direction peut assigner en temps supplémentaire
unE enseignantE qui est à l’horaire pour seulement une
partie des périodes visées par le besoin de surveillance;
3. A
ux fins de paiement des minutes excédentaires au temps
initialement prévu à l’horaire d’enseignement dans les cas
visés aux paragraphes 1 et 2, la direction applique les dispositions de l’entente nationale et versera à l’enseignantE
en question un montant équivalent à 1/1000e de son traitement annuel (profs permanents, en voie de permanence
ou contractuels).
Exemple :
Il y a, dans l’établissement X, un avant-midi d’examen, lequel
est d’une durée de trois (3) heures. Les deux (2) périodes du
matin sont normalement d’une durée de 2h30. Si vous êtes à
l’horaire pour les deux (2) périodes et qu’on vous affecte à la
surveillance entière de l’examen, on devra vous payer les 30
minutes excédentaires au 1/1000e de votre traitement annuel.
La même logique s’applique si vous n’avez qu’une période ou
si, exceptionnellement, vous n’avez pas de période du tout. Si
une telle situation se produit et que vous n’êtes pas rémunéréE pour le dépassement, ne tardez pas à signaler le tout, par
courriel, à votre direction tout en nous en transmettant une
copie à sophiefabris@sepi.qc.ca.
▪ Sophie Fabris | sophiefabris@sepi.qc.ca
INFO | Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie
17 mai 2016
L’homophobie et la transphobie sont des phénomènes insidieux qui ont su se
frayer des chemins subtils,
discrets et habituellement
invisibles. Il n’y a personne
à l’abri de manifestions hostiles envers l’homosexualité et la transidentité. Et,
fort surprenant, certaines
personnes homosexuelles et trans elles-mêmes adoptent des
comportements homophobes et transphobes pour se mettre à
l’abri de réactions dont elles pourraient être l’objet de la part
de leur entourage. Une Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie cherche à rejoindre toutes les clientèles indépendamment de leur orientation sexuelle ou de leur
identité de genre.
Les objectifs proposés par la Fondation Émergence pour la
Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie
sont, entre autres, de :
• promouvoir le développement de relations harmonieuses
entre les personnes, indépendamment de leur orientation
sexuelle ou identité de genre;
• favoriser l’inclusion des personnes homosexuelles et trans
dans la société;
• promouvoir la compréhension de la diversité des citoyens et
des citoyennes sur la base de l’orientation sexuelle et l’iden-
2
TOPO - Vol. 16 | No 32 | Le 9 mai 2016
tité de genre;
• faire échec à la discrimination sur la base de l’orientation
sexuelle au regard de la Charte des droits et libertés de la
personne;
• susciter un esprit d’ouverture à la diversité et aux valeurs de
notre société;
• démontrer les effets dévastateurs de l’homophobie et la
transphobie;
• proposer et de mettre en place des moyens concrets de
lutte contre l’homophobie et la transphobie;
• créer un moment de convergence des actions de lutte
contre l’homophobie et la transphobie;
Un événement rassembleur
La Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie est un événement rassembleur et un moment de convergence. Tous les partenaires sont invités à organiser des événements dans leur milieu. À titre d’exemple, elle est l’occasion :
• pour les parents, de dire à leurs enfants que, peu importe leur
orientation sexuelle ou leur identité de genre, cela n’affectera pas l’amour qu’ils ont pour eux;
• pour les enseignants et les enseignantes, de parler d’homophobie et de transphobie en classe;
• pour les bibliothèques, de mettre en évidence des livres sur
l’homophobie et la transphobie;
• pour les employeurs, de mettre sur pied des programmes de
lutte contre l’homophobie et la transphobie.
Source : site internet homophobie.org
▪ Lucie Lépine | lucielepine@sepi.qc.ca
INFO | vIOlENcE À l’écOlE... Et lES prOFS dANS tOUt ÇA ?
mordre, pincer, frapper, bousculer, tordre, agripper, pousser,
griffer, lancer (des objets), asperger, cracher, saisir, insulter,
menacer… ne sont pas des verbes tirés d’une dictée, mais plutôt des verbes que l’on retrouve à l’intérieur des déclarations
que les enseignantEs font au registre des accidents du travail.
En 2015-2016, 24 actes de violence ont été déclarés à ce jour,
en 2014-2015, 35 actes de violence, en 2013-2014, 42 et en
2012-2013, 56… À la lecture des rapports d’accidents du travail, il est saisissant de lire les détails des événements. Il y en a
pour tous les goûts. Coups de pied aux jambes, au cou. Coups
de tête, gifles et coups de poing au visage. morsures aux bras
ou à la jambe. Des enseignantEs se font tirer les cheveux puis
cracher au visage. Et bien d’autres… Un grand nombre de
blessures est attribué à l’intervention d’enseignantEs auprès
d’élèves pour mettre fin aux bagarres, aux altercations ou à
des situations de crise nécessitant des arrêts d’agir.
pour quelles raisons les enseignantEs sont-ils(elles) si touchéEs ?
dans une enquête sur la violence vécue par les jeunes enseignantEs menée par m. denis Jeffrey, professeur et chercheur
à l’Université Laval, il est démontré que les enseignantEs sont
très touchéEs par des problèmes de violence, de stress et
d’insécurité parce qu’ils(elles) sont :
•
•
•
•
•
SeulEs dans leur classe;
En contact avec des jeunes en socialisation;
ObligéEs de se plier régulièrement à des changements de
rôle en situation d’autorité;
peu appuyéEs par les familles et la population;
peu soutenuEs dans leur rôle d’autorité par leur institution
scolaire.
À tort, on présume que les enseignantEs inexpérimentéEs ou
celles et ceux qui vivent des problèmes de gestion de classe
sont plus vulnérables ou du moins plus exposéEs. Toutes les
enseignantes et tous les enseignants prêtent flanc aux actes
de violence, qu’ils soient psychologiques ou physiques. peutêtre distingue-t-on mal la violence et l’indiscipline des élèves ?
La violence se manifeste par différents comportements et la
perception qu’en ont les enseignantEs est très variable. Il y
a en effet autant de niveaux de violence qu’il y a d’enseignantEs. d’autres aspects influencent aussi la perception de la
violence. On n’a qu’à se référer au sentiment de menace et
d’insécurité et à la capacité d’y répondre, au niveau de stress
et de fragilité émotionnelle, au nombre d’événements subis et
au climat de violence dans l’établissement.
LE REGISTRE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL
Les nombreux actes de violence recensés depuis les dernières
années à la pointe-de-l’Île représenteraient-ils la pointe de l’iceberg ? pourrait-on présumer que ces actes de violence sont
intentionnels et délibérément dirigés contre les enseignantEs ?
À la commission scolaire de la pointe-de-l’Île (cSpÎ), les enseignantEs doivent rapporter tout acte de violence de quelque
nature que ce soit. Ne cherchez pas spécifiquement un registre
ou un formulaire de déclaration des actes de violence à la
pointe-de-l’Île. Il n’y en a pas !! pourtant le comité paritaire SSt
avait travaillé sur un formulaire destiné aux écoles à ces fins. En
juin 2012, l’idée de se doter d’un tel formulaire, tel que le fait la
grande majorité des commissions scolaires, avait fait consensus
au comité. En septembre 2012, le comité paritaire SSt était informé que les directions de réseau semblaient favorables, mais
que le formulaire ne serait pas présenté aux directions d’école,
sous prétexte qu’elles « croupissent déjà sous la paperasse » !! Il
faut donc se tourner vers le REGISTRE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL disponible au secrétariat de chaque établissement. c’est
à partir de ce registre qu’il nous est possible de recenser tous
les actes de violence. À aucun moment, on ne peut vous empêcher de déclarer un acte de violence dont vous avez été
victime, et ce, que ce soit une agression physique ou une menace, un geste d’intimidation, de fausses rumeurs, des propos
humiliants ou des gestes à caractère sexuel.
la direction de l’école, malgré la paperasse, doit assurer votre
sécurité et préserver votre intégrité. Tout acte, tout geste,
toute parole dont vous vous êtes victime doit être porté à sa
connaissance afin d’être traité en toute diligence et contré
pour que cesse tout acte hostile à votre égard.
▪ Sylvain Frenette | sylvainfrenette@sepi.qc.ca
La fin de l’année approche à grand pas. Le SEPÎ vous convie
de nouveau au Boston Pizza d’Anjou pour un événement
social où vous pourrez rencontrer vos collègues et représentants syndicaux dans une ambiance décontractée!
Il y aura un tirage de prix de présence et deux consommations vous seront gracieusement offertes.
C’est un rendez-vous !
TOPO - Vol. 16 | No 32 | Le 9 mai 2016
3
IMPORTANT |CONVOCATION - ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE
CherE membre,
Vous êtes, par la présente, convoquéE à une assemblée générale extraordinaire qui se tiendra le jeudi 12 mai 2016 à 16h00 au
Centre Leonardo da Vinci (8370, boul. Lacordaire, Saint-Léonard (Qc) H1R 3Y6). Vous constaterez à la lecture du projet d’ordre du jour
que le point à l’ordre du jour s’adresse plus particulièrement aux collègues de l’éducation des adultes (EDA). Cependant, tous les
membres en règle du SEPÎ sont les bienvenus si le sujet les intéresse.
PROJET D’ORDRE DU JOUR
D - Décision | I - Information
E - Échange | P - Présentation
SUJETS
1. Les enjeux relatifs à l’implantation des nouveaux programmes à l’éducation des adultes (EDA)
P-E-D
▪ Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
RAPPEL | AVIS IMPORTANT – EDA/FP
Les enseignantEs de la liste prioritaire et de la liste de rappel
doivent informer la CSPÎ de leur disponibilité pour l’année scolaire 2016-2017 de jour, de soir ou les deux. Pour ce faire, vous
devez remplir le formulaire de disponibilité qui vous a été transmis par la CSPÎ et le lui retourner au plus tard le 15 mai 2016 à
l’attention de madame Véronique Collin, technicienne de la
section du personnel enseignant de la CSPÎ. À défaut de remplir cette obligation dans les délais, vous serez considéréE nondisponible pour 2016-2017. Veuillez vous assurer de conserver
une preuve de transmission dudit formulaire.
Finalement, veuillez porter une attention particulière aux
conséquences possibles de refuser une tâche, malgré que
vous vous soyez déclaréE disponible. Ces modalités sont indiquées à même le formulaire. Pour toute information relative à
cette opération ainsi qu’aux modalités inhérentes au formulaire, veuillez contacter Josiane Gratton ou Catherine Faucher,
conseillères au SEPÎ.
▪ Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
INFO | ANNEXE XXVIII
La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) est actuellement en discussion avec le Comité patronal de négociation
pour les commissions scolaires francophones (CPNCF) dans le
cadre des travaux d’écriture des textes de la nouvelle entente
quant à l’utilisation des sommes restantes de l’annexe XXVIII
qui doit être abolie.
La position que la FAE défend lors de l’écriture des textes est
que des mesures transitoires doivent être prévues pour utiliser
ces sommes tant qu’elles ne sont pas complètement versées.
Nous sommes en attente du résultat de ces discussions pour
régler cette question et nous vous en communiquerons aussitôt
la teneur. Entretemps, la lecture que la CSPÎ, ou certaines de
ses directions, pourrait en faire ne serait que le fruit d’une interprétation de l’entente de principe.
Ainsi, nous vous demandons de ne pas toucher à ces sommes et
d’attendre la fin de ces discussions pour que nous puissions vous
indiquer quand et comment ces sommes pourront être utilisées.
▪ Serafino Fabrizi | serafinofabrizi@sepi.qc.ca
Le TOPO est réalisé par le Syndicat de l’enseignement de la Pointe-de-l’Île (SEPÎ). Tiré à 2600 exemplaires, le TOPO est
distribué à toutes les enseignantes et tous les enseignants de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ).
La reproduction du journal, en tout ou en partie, est autorisée à condition de mentionner la source.
Commentaires et/ou suggestions
Syndicat de l’enseignement de la Pointe-de-l’Île
745, 15e Avenue | Montréal (Québec) H1B 3P9
Tél. : (514) 645-4536 | Téléc. : (514) 645-6951
Par courriel : topo@sepi.qc.ca
4
TOPO - Vol. 16 | No 32 | Le 9 mai 2016
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
388 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler