close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV_RA_Arbono15du10052016 - DRAAF Auvergne-Rhône

IntégréTéléchargement
BULLETIN DE
SANTE DU VEGETAL
Edition RHONE-ALPES
Cultures fruitières - n°15 du 10 mai 2016
PROCHAIN BSV : Mercredi 18 mai 2016
Ce BSV est réalisé à partir des observations effectuées le lundi 9 mai par
les membres du réseau BSV sur les parcelles de référence.
A retenir, cette semaine :
Abricotier (p. 3-6) :

C. pruni, vecteur de l’ECA : fin du vol proche

Anarsia : vol faible

Corynéum : risque fort cette semaine
Abricotier - pêcher (p. 1-3):

Tordeuse orientale : Période à haut risque de pontes et d’éclosions
en cours en toutes zones de tous secteurs.

Oidium : durcissement du noyau atteint dans les plaines de
Moyenne Vallée du Rhône (MVR) sur abricotier
Pêcher (p. 5-6):

Cochenille du mûrier : pontes en cours en Rhône-Loire (RL)

Pucerons verts : nouveaux foyers visibles
Cerisier (p. 6-8) :

D.suzukii : le risque débute dès le tout début de grossissement

Pucerons noirs : foyers visibles

Maladies du feuillage : risque fort cette semaine
Pommier (p. 9-10) :

Tavelure : présence de taches sur feuilles en tous secteurs. Risque fort cette semaine

Pucerons lanigères : réactivation en cours, remontée sur pousses à surveiller
Poirier (p.10-11) :

Psylles : Premières éclosions de G2 en cours en MVR. Début de pontes de G2 dans les zones précoces de Rhône-Loire et Savoie/Haute-Savoie.
Pommier-poirier (p.11-13) :

Carpocapse : vol faible en cours en MVR et dans les zones précoces et moyennes de Rhône-Loire.
Pontes en cours en MVR, et qui débutent cette semaine en RL

Tordeuse de la pelure : vol faible
Noyer (p.14)

Bactériose/anthracnose : période à risque en cours. Risque anthracnose fort cette semaine.
ABRICOTIER - PECHER
MALADIE DES TACHES BACTERIENNES—XANTHOMONAS ARBORICOLA PV. PRUNI
Analyse de risque : Les conditions météorologiques annoncées cette semaine sont très favorables aux contaminations par la bactérie. A 15°C, il faut environ 7 heures d’humectation pour
entrainer une contamination, , et environ 5 heures d’humectation à plus de 20 °C.
Prophylaxie : Il est indispensable de mettre en œuvre des mesures prophylactiques (source Groupe de
Travail Xanthonomas)
- Intervenir dans les parcelles saines d'abord, celles ayant présenté des symptômes ensuite
- En fin de travail dès la sortie de parcelle, nettoyer le matériel de tous déchets végétaux (feuilles, fruits,
rameaux) et encroûtements de sève sur les sécateurs, les désinfecter et les remiser au sec jusqu'au lendemain.
1
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
- Irriguer avec modération, en fonction du besoin. Ne pas arroser trop tôt.
- Eviter les excès d’azote, et les déficits potassiques, se contenter d’une vigueur moyenne mais correcte
- Lors de l’établissement de jeunes vergers, éviter les systèmes d’irrigation mouillant le bas du feuillage
et proscrire l’aspersion sur frondaison, à éviter absolument.

Signaler au SRAL Rhône-Alpes ou à votre technicien toute nouvelle parcelle suspecte
TORDEUSE ORIENTALE DU PECHER - CYDIA MOLESTA
Situation : Ce ravageur est problématique sur pêcher, et peut l’être pour les variétés tardives d’abricotiers. Le vol de tordeuses orientales est en augmentation, sous l’effet du radoucissement.
Résultats des suivis de TORDEUSES ORIENTALES du 09/05/2016 sur pêcher
secteur
Nombre total
de pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
avec 6 à 10 captures
Nombre de pièges
avec 11 à 20 captures
Nombre de pièges
avec plus de 20
captures
MVR
10
2
4
1
1
2
RL
1
0
1
0
0
0
Résultats des suivis de TORDEUSES ORIENTALES du 09/05/2016 sur abricotier
secteur
Nombre total
de pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
avec 6 à 10 captures
Nombre de pièges
avec 11 à 20 captures
Nombre de pièges
avec plus de 20
captures
MVR
17
7
3
2
4
1
NB
3
0
0
2
1
0
Vol de Tordeuses orientales - Pêcher et abricotier
Toutes zones (Cumul des captures sur 31 pièges)
300
250
200
150
100
50
0
Modélisation et analyse de risque :
Pourcentage d’avancement estimé par le modèle DGAL/Inoki au 09/05/2016
Secteur
MVR
RL
Zone
Adulte TO (premier vol)
Pontes de TO en G1
Eclosions de TO en G1
Zone précoce
90 %
76 %
55 %
Zone moyenne
85 %
65 %
40 %
Zone tardive
81 %
57 %
21 %
Zone précoce
82 %
57.5 %
35 %
Zone moyenne
61 %
30 %
9%
Zone tardive
41 %
18 %
3%
2
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Le modèle Tordeuse Orientale du Pêcher (modèle Inoki DGAL) permet d’estimer le pourcentage des populations, et de prévoir l’évolution des pontes et des éclosions.
TORDEUSE ORIENTALE - PONTES
Données prévisionnelles (modèle Ctifl/DGAL)
Zones de précocité
secteur
ZP : zones précoces,
ZM : zones moyennes,
ZT : zones tardives
ZP
Moyenne Vallée
du Rhône
MAI
10
11
risque fort (G1)
ZM
13
14
80%
80%
risque fort (G1)
80%
80%
19
20
risque modéré (G1)
risque fort (G1)
80%
risque fort (G1)
TORDEUSE ORIENTALE - ECLOSIONS
Données prévisionnelles (modèle Ctifl/DGAL)
Zones de précocité
ZP : zones précoces,
ZM : zones moyennes,
ZT : zones tardives
MAI
10
11
12
ZP
13
14
15
16
17
18
risque fort (G1)
risque fort (G1)
ZT
risque fort (G1)
ZP
19
20
80%
ZM
ZM
18
risque modéré (G1)
ZT
Rhône-Loire
17
risque modéré (G1)
risque fort (G1)
ZP
Moyenne Vallée
du Rhône
16
risque modéré (G1)
ZM
secteur
15
risque fort (G1)
ZT
Rhône-Loire
12
risque fort (G1)
risque modéré (G1)20%
ZT
risque fort (G1)
risque modéré (G1)
20%
risque fort (G1)
Prévisions du modèle : Voici les résultats obtenus le 9 mai 2016 en Moyenne Vallée du Rhône et
Rhône-Loire :
Moyenne Vallée du Rhône : Selon les prévisions du modèle, la période de pic de pontes devrait se terminer le 12 mai en zones précoces, le 15 mai en zones moyennes et le 16 mai en zones tardives. La période de pic d’éclosions est en cours en toutes zones.
Rhône-Loire : Selon les prévisions du modèle, la période de pic de pontes est en cours en toutes zones.
Le pic d’éclosions de G1 est en cours en zones précoces. Les éclosions sont en cours en zones moyennes
et tardives, et le pic d’éclosions de G1 devrait débuter le 12 mai en zones moyennes et le 18 mai en
zones tardives.
BACTERIOSES A PSEUDOMONAS
Situation : La maladie continue sa progression sur les parcelles concernées, avec des symptômes récents observés sur certaines.
Prophylaxie : Dans le cas de symptômes de dépérissement, il est important d’assainir en coupant
largement en dessous de la zone attaquée, et en brûlant les parties malades en dehors du verger.
Veillez à bien désinfecter vos outils entre chaque arbre ou au moins entre chaque parcelle.
Soyez vigilants en particulier sur variétés sensibles.
ABRICOTIER
MONILIOSES DES FLEURS ET RAMEAUX
Situation : Plusieurs parcelles ont été concernées par du monilia sur fleurs. Les rameaux secs sont toujours visibles.
Analyse de risque et prophylaxie : la période de sensibilité sur fleurs et rameaux est terminée
que ce soit sur abricotier ou sur pêcher. En cas de présence de symptômes, taillez les rameaux attaqués pour limiter les futures contaminations (sur fruits) qui peuvent se produire à
l’occasion des pluies.
3
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
ENROULEMENT CHLOROTIQUE DE L’ABRICOTIER-ECA
Réglementation : Un arrêté préfectoral (n°2016-171) encadre la lutte contre l’Enroulement
Chlorotique de l’Abricotier. Celle-ci est obligatoire en Ardèche et dans la Drôme, mais l’est
également en Isère désormais. Retrouvez les mesures de lutte obligatoires dans le BSV n°10 du
05/04/2016.
CACOPSYLLA PRUNI, VECTEUR DE l’ECA
Situation : Lors des battages réalisés le 9 mai, 3 individus ont été observés à Etoile-sur-Rhône (26), 1 à
Vesseaux (07), 24 à St-Marcel-lès-Valence (26). Aucun individu n’a été trouvé à Salaise-sur-Sanne (38).
Le vol est en diminution à St Marcel lès Valence et se termine sur les 3 autres sites.
Vol de Cacopsylla pruni sur 4 sites de battage
100
Nombre de C.pruni capturés
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Etoile-sur-Rhône (26)
Salaise-sur-Sanne (38)
St Marcel-lès-Valence (26)
Vesseaux (07)
(vide)
Analyse de risque : le risque de contaminations par des adultes hivernants ne concerne plus
que le secteur de St Marcel-lès-Valence (où il devient plus faible actuellement).
OIDIUM DE L’ABRICOTIER—PODOSPHAERA TRIDACTYLA
Situation : Les premiers symptômes sur fruits ont été observés le 9 mai en Rhône-Loire et dans le
Nyonsais-Baronnies. En Moyenne Vallée du Rhône, le nombre de parcelles concernées est en augmentation avec 7 parcelles concernées sur 19, et 1 % à 16 % de fruits touchés selon les parcelles.
Analyse de risque : Le durcissement du noyau marque la fin de la période de sensibilité. De nombreuses variétés ont désormais atteint le durcissement du noyau dans les zones de plaine de Moyenne
Vallée du Rhône ( Bergeval, Bergecot, Lady cot, Farbaly, Farely, Faralia…). En Rhône-Loire et dans les
zones tardives de Moyenne Vallée du Rhône, ce stade est proche pour les variétés précoces.
Le risque de contaminations est faible en période pluvieuse, car les spores du champignon
perdent leur capacité germinative en milieu liquide. Mais des conditions de forte hygrométrie
(supérieure à 90 %) et de températures douces (optimales à 20°C) constituent des conditions
très favorables aux infections. Soyez vigilants sur les variétés encore au stade sensible.
4
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
MALADIE CRIBLEE—CORYNEUM BEIJERINCKII
Situation : Des symptômes sur fruits ont été observés sur une parcelle du Nyonsais-Baronnies.
Analyse de risque : Le risque de contamination sera fort cette semaine. En effet, des températures comprises entre 9°C et 27°C et une humidité prolongée due à une pluie ou à la rosée
constituent des conditions favorables aux infections.
PETITE MINEUSE DU PECHER—ANARSIA LINEATELLA
Situation : Des pièges à phéromones permettent de suivre le vol de ce ravageur qui peut entrainer des
dégâts dans le cas de forte pression. Le vol se poursuit dans le Nyonsais Baronnies et Moyenne Vallée du
Rhône avec des prises faibles voire nulles. En Rhône-Loire, hors réseau, les prises sont faibles.
Résultats des suivis d’ANARSIA du 09/05/2016 sur abricotier
secteur
Nombre total de
pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
Nombre de
avec 6 à 10 cap- pièges avec 11 à
tures
30 captures
Nombre de pièges
avec plus de 30 captures
NB
3
0
0
1
2
0
MVR
27
20
3
1
3
0
RL
1
1
0
0
0
0
Analyse de risque : En dessous du seuil de 30 captures, le risque d’attaque est faible.
PECHER
CLOQUE DU PECHER - TAPHRINA DEFORMANS
Analyse de risque : Même si la période à fort risque est terminée, des contaminations sont possibles
dans les vergers présentant des symptômes en période de pluie (risque cette semaine). Dès que le
temps redeviendra sec, veillez à retirer les bouquets de feuilles cloquées et les sortir du verger pour diminuer l’inoculum.
OIDIUM
Situation : Aucun symptôme n’a été encore été observé sur pêche pour le moment en tous secteurs.
Analyse de risque : la période de sensibilité des fruits qui débute au stade 7-8 mm est en
cours en tous secteurs, elle se terminera au durcissement du noyau. Le risque de contaminations
est faible en période pluvieuse, car les spores du champignon perdent leur capacité germinative en milieu liquide. Mais sur pêcher, une hygrométrie supérieure à 50 % et des températures douces (optimales
à 20°C-25°C) sont des conditions favorables aux infections. Surveillez la météorologie pour évaluer le
risque.
PUCERONS VERTS -MYZUS PERSICAE
Situation : De nouveaux foyers de pucerons verts ont été repérés sur 2 parcelles de Moyenne Vallée du
Rhône le 9 mai. On en voit également hors réseau sur certaines parcelles de Rhône-Loire.
Analyse de risque : observez vos parcelles pour évaluer le risque.
Seuil de nuisibilité : dès présence
Auxiliaires : Des larves de coccinelles étaient visibles le 9 mai. Veillez à préserver la faune
auxiliaire. Les adultes comme les larves de coccinelles sont carnivores, et leur consommation
peut atteindre jusqu’à 60 pucerons par jour. Quant aux chrysopes, ce sont les larves (2 à 8
mm en taille) qui sont prédatrices de pucerons.
5
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Boucliers femelles
COCHENILLE DU MURIER
Situation : Les observations réalisées hors réseau le 4 mai montrent que la ponte a débuté en RhôneLoire (premiers œufs visibles sous certaines femelles).
Analyse de risque : le risque débutera lorsque la sortie des larves qui migrent ensuite vers les
fruits, aura débuté (essaimage). Débutez les observations sur vos parcelles présentant des
boucliers femelles : soulevez les boucliers pour repérer les œufs, et suivre ensuite l’apparition
Photo FR EDON R hône-Al pes
des larves mobiles à proximité.
Boucliers femelles
Photo FR EDON R hône-Al pes
CERISIER
MALADIES DE CONSERVATION
Biologie : Les maladies de conservation regroupent les pourritures susceptibles d’être observées à l’approche de la récolte, lors du stockage, et des opérations post-récolte. Parmi elles, figurent majoritairement les monilioses, mais également les maladies dues au développement des champignons Alternaria
(parasite de blessure), Botrytis (parasite de blessure), Rhizopus (plus courante en conservation qu’au
verger), et Pénicillium. Les variétés présentant des fruits par paquet sont particulièrement sensibles.
Analyse de risque et prophylaxie : Retirer les rameaux concernés par les monilioses pour limiter les risques de contaminations sur fruits.
CYLINDROSPORIOSE (ANTHRACNOSE) DU CERISIER - CYLINDROSPORIUM PADI
Situation : Les premiers symptômes ont été repérés sur le feuillage sur 2 parcelles de Moyenne Vallée
du Rhône le 9 mai. L’une d’elle présentait 40 % d’arbres touchés avec 3 % de feuilles attaquées, et
l’autre présentait 80 % d’arbres touchés avec 5 % de feuilles attaquées.
Analyse de risque : La période de sensibilité est en cours. Les conditions annoncées cette semaine sont très favorables à la maladie, le risque sera fort. La libération des spores et les contaminations se produisent au cours des périodes pluvieuses. Une humidité prolongée de 20 heures et des
températures comprises entre 16°C et 20°C constituent des conditions optimales pour entrainer des contaminations.
MALADIE CRIBLEE—CORYNEUM BEIJERINCKII
Situation : Des symptômes sur feuilles sont en progression sur certaines parcelles, mais aucun dégât
sur fruit n’a encore été repéré.
Analyse de risque : La période de sensibilité est en cours. soyez vigilants cette semaine car les
conditions météorologiques sont très favorables aux contaminations. Le risque est fort.
GNOMONIA—GNOMONIA ERYTHROSTOMA
Biologie : Cette maladie peut se développer dans certains secteurs (Ardèche, Rhône) lors des
printemps aux conditions humides. Les spores sont conservées dans des périthèces pendant l’hiver
dans les feuilles infestées restées au sol. Ensuite elles sont libérées à l’occasion des pluies d’avril à mai
et infectent les jeunes feuilles. Dès le mois de mai, les symptômes (taches diffuses jaunâtres puis
brunes) peuvent apparaitre sur les jeunes feuilles des bouquets de mai et de la base des rameaux. A la
face inférieure des feuilles se forment de minuscules cratères noirs renfermant les conidies qui entraine6
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
ront les contaminations secondaires pendant l’été, et de nouveaux symptômes sur feuilles (taches arrondies brun-rougeâtres) et en cas de fortes attaques sur fruits (taches violacées, chair liégeuse et amère).
Situation : La présence de symptômes sur feuilles a été repérée sur une parcelle de Nord Ardèche.
Analyse de risque : Dans les parcelles concernées par des attaques les années précédentes, la période
à risque de contaminations est en cours. Les conditions pluvieuses et douces de la semaine sont favorables aux infections des feuilles.
PUCERONS NOIRS DU CERISIER—MYSUS CERASI F.
Situation : Le nombre de parcelles concernées par des colonies de pucerons noirs est en progression.
En Moyenne Vallée du Rhône, 1 % à 20 % d’arbres touchés ont été observés sur 5 parcelles. Hors réseau, des foyers sont visibles sur certaines parcelles de Rhône-Loire.
Des œufs et des adultes de coccinelles étaient visibles sur certaines parcelles, veillez à préserver ces
auxiliaires.
Analyse de risque : Observez vos parcelles. Surveillez en particulier les porte-greffes nanisants
(Tabel…).
Seuil de nuisibilité : dès présence
CHENILLES DEFOLIATRICES
Situation : la présence de dégâts a été repérée sur une parcelle de Moyenne Vallée du Rhône et sur 2
parcelles de Rhône-Loire.
Analyse de risque : observez vos parcelles pour repérer les chenilles au niveau des feuilles et évaluer
le risque.
FORFICULES—FORFICULA AURICULARIA
Situation : Le 9 mai, les premiers forficules ont été observés sur une parcelle en sud Ardèche.
Analyse de risque et méthode alternative : La pose d’une barrière engluée au niveau des
troncs, permet d’empêcher la remontée des adultes vers les fruits en développement. En complément, il est important d’éliminer les branches touchant le sol, et les rejets qui constituent des ponts
de passage pour les forficules, pour contourner l’anneau de glu. Attention à la gestion de l’enherbement
qui peut former par endroit des ponts de passage pour l’insecte. Pour l’instant il n’y a pas de risque
de morsure sur les fruits.
PHYTOPTES - ERIOPHYES PADI
Situation : En Moyenne Vallée du Rhône et Rhône-Loire, des symptômes (ponctuations jaunâtres sur les
feuilles) étaient visibles sur 4 parcelles du réseau le 9 mai, avec 2 % à 20 % d’arbres concernés. Les
conditions sèches et chaudes de la semaine dernière ont été favorables à la progression des attaques.
Analyse de risque : Observez vos parcelles, en particulier les jeunes plantations.
BACTERIOSE DU CERISIER
Analyse de risque et prophylaxie : La période à risque de contaminations est en cours. Dans le cas
de symptômes de dépérissement, il est important d’assainir en coupant largement en dessous
de la zone attaquée, et en brûlant les parties malades en dehors du verger. Soyez particulièrement vigilants sur les parcelles sensibles et les jeunes plantations. Veillez à désinfecter les
outils de taille.
7
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
DROSOPHILA SUZUKII
Situation : Pour rappel, seuls les mâles, reconnaissables facilement par la tache caractéristique sur
chaque aile, sont comptabilisés. Des captures de mâles ont été observées sur 10 pièges sur 17 suivis le
9 mai.
11/05/2016
10/05/2016
09/05/2016
08/05/2016
07/05/2016
06/05/2016
05/05/2016
04/05/2016
03/05/2016
02/05/2016
01/05/2016
30/04/2016
29/04/2016
28/04/2016
27/04/2016
26/04/2016
25/04/2016
24/04/2016
23/04/2016
22/04/2016
21/04/2016
20/04/2016
19/04/2016
18/04/2016
17/04/2016
16/04/2016
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
15/04/2016
Nombre de D.suzukii mâles
Captures de D.suzukii mâles - Cerisier
MIRABEL-AUX-BARONNIES (26)
SALAISE-SUR-SANNE (38)
VESSEAUX (07)
(vide)
CHASSELAY (69)
SAINT-DIDIER-SOUS-RIVERIE (69)
CHATEAUNEUF-SUR-ISERE (26)
CLIOUSCLAT (26)
LORIOL-SUR-DROME (26)
SAVAS (07)
SAINT-MARCEL-LES-VALENCE (26)
SAINT-ROMAIN-DE-POPEY (69)
BESSENAY (69)
VION (07)
SAINT HILAIRE DU ROSIER (38)
EMPURANY (07)
La-Roche-de-Glun
Analyse de risque : Les populations de D. suzukii ont repris leur activité en verger, et les femelles peuvent commencer à pondre. Il faudra être vigilant en particulier dès le tout début de
rosissement des cerises qui marquera le début de la période à risque d’attaque.
MOUCHE DE LA CERISE - RHAGOLETIS CERASI
Situation : Le 9 mai, une capture a été observée sur 2 pièges (un suivi en Sud Ardèche, et
l’autre au sud de Valence), et des captures sont également visibles en toutes zones de
Moyenne Vallée du Rhône hors réseau. Il n’y a pas eu de captures sur les 14 autres pièges du
réseau. Le vol démarre donc en Moyenne Vallée du Rhône. Il n’a pas débuté en Rhône-Loire.
Analyse de risque : La sensibilité de la cerise commence au début du rosissement. Il est important de bien connaître le début de vol sur les parcelles pour calculer le début de la période à risque. Les
pontes de mouches de la cerise débutent 10-15 jours après le début du vol, en conditions de températures favorables (>18°C), et les éclosions se produisent 6 à 10 jours après la ponte.
8
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
POMMIER
STADES PHENOLOGIQUES
H à J selon les variétés et les secteurs
TAVELURE DU POMMIER—VENTURIA INAEQUALIS
Situation : Des taches sur feuilles sont désormais visibles en tous secteurs.
Le modèle Tavelure DGAL/Inoki est utilisé afin d’estimer la quantité de spores projetées lors d’une pluie,
et d’évaluer si les conditions sont favorables à la réalisation d’une contamination grâce aux courbes de
Mills. Ces deux informations complémentaires permettent d’estimer le risque réel associé à une pluie.
Les tableaux ci-dessous indiquent les risques enregistrés entre 3 mai après-midi et le 10 mai matin :
Secteur
Drôme
Rhône
Savoie/HauteSavoie
dans BSV n°3 du 10/03/15
Quantité de
spores projetées
Niveau de risque
réel de contamination
08/05 au 09/05 matin
09/05 soir au 10/05
Très léger
Très léger
Faible
Très faible
Faible
Très faible
Zone moyenne
08/05 au 09/05 matin
09/05 soir au 10/05
Léger
Léger
Moyenne
Très faible
Moyen
Faible
Zone tardive
08/05 au 09/05 matin
09/05 soir au 10/05
Nul
Léger
Moyenne
Moyen
Faible
Zone précoce
08/05
09/05 au 10/05 (en cours)
Léger
Assez grave *
Moyenne
Faible
Moyen
Moyen *
Zone moyenne
09/05 au 10/05 (en cours)
Limite Angers*
Moyenne*
Moyen*
Zone tardive
08/05 au 10/05 (en cours)
Grave
Fort
Fort
Zone précoce
Pas de pluie
-
-
-
Zone tardive
08/05
Assez grave
Zone concernée
Période de pluie
Zone précoce
Risque Mills(1)
CF. courbe Mills
Forte
Fort
*en cours, susceptible d’évoluer dans la journée du 10/05
(1)
Le risque Mills reflète si les conditions sont favorables à la germination de spores sur le végétal après la pluie
Analyse de risque pour la semaine : Météo France annonce une semaine pluvieuses en conditions de
températures douces (Cf. courbes de Mills dans BSV n° 07 du 16/03/2016). Ces conditions sont favorables à la sortie de nouvelles spores et aux contaminations, car une longue période d’humectation est
attendue. Le risque de contamination sera fort cette semaine. Tenez compte impérativement
de la pousse qui s’effectue rapidement actuellement.
OIDIUM-PODOSPHAERA LEUCOTRICHIA
Situation : De nombreuses parcelles du réseau sont concernées par la présence de symptômes. La maladie continue sa progression, en particulier dans les parcelles sensibles (Idared, Crimson cripps, Goldrush,
Idared, Jonagold, Tentation …).
Analyse de risque : La période à risque de contaminations est en cours. Soyez vigilants dans
les parcelles sensibles, concernées en 2015. Les conditions pluvieuses seront peu favorables
car les conidies perdent leur faculté de germination en milieu liquide. Les conditions de forte
hygrométrie et de températures comprises entra 10°C et 20°C sont favorables.
9
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
PUCERONS CENDRES - DYSAPHIS PLANTAGINEA
Situation : En tous secteurs, certaines parcelles sont concernées par de nouveaux foyers de pucerons
cendrés, avec 2 % à 12 % d’arbres concernés. Les premiers individus ailés sont visibles sur certaines
parcelles. Cela est le signe que la migration débute, mais celle-ci peut durer plusieurs semaines et se
terminer courant juillet.
Analyse de risque : observez vos parcelles pour évaluer le risque.
Seuil indicatif de risque : le risque de nuisibilité existe dès présence.
Auxiliaires : Les différents stades de coccinelles ont été observés sur certaines parcelles. Veillez à préserver ces auxiliaires.
ACARIENS ROUGES
Situation : Les conditions connues la semaine dernière ont pu être favorables à l’éclosion de la totalité
des œufs. Le 9 mai, seules 2 parcelles situées en Savoie/Haute-Savoie présentaient quelques feuilles occupées par au moins une forme mobile d’acariens rouges (1 % des feuilles).
Analyse de risque : Dans les parcelles présentant de fortes populations, celles-ci seront à surveiller dès
lors que les conditions deviendront chaudes et sèches.
Seuil indicatif de risque : 50% de feuilles occupées par au moins une forme mobile (80% en présence
de Typhlodromes) .
PUCERONS LANIGERES
Situation : Le 9 mai, 4 parcelles du réseau situées en Moyenne Vallée du Rhône et 2 parcelles situées
en Savoie/Haute-Savoie étaient concernées par la présence de foyers au niveau du collet, tronc et plaies
de taille. Sur 2 parcelles de Savoie/Haute-Savoie, des foyers étaient visibles à la base des
jeunes pousses. Hors réseau en Rhône-Loire, on observe la réactivation des foyers au niveau
du collet, tronc et plaies de taille sur certaines parcelles mais pas encore sur pousses.
Analyse de risque : Soyez vigilants, observez vos parcelles pour repérer la remontée des
foyers du vieux bois vers les pousses de l’année.
POIRIER
TAVELURE DU POIRIER - VENTURIA PIRINA
Analyse de risque : La période à risque de contaminations est en cours. En cas de projections
d’ascospores, et de conditions d’humectation et de températures favorables, des contaminations pourront alors se produire (Cf. paragraphe POMMIER).
PSYLLE DU POIRIER—CACOPSYLLA PYRI
Situation : La ponte de deuxième génération est en cours en Moyenne Vallée du Rhône, et a
débuté la semaine dernière sur certaines parcelles des zones précoces de Rhône-Loire et Savoie/Haute-Savoie. Les premières éclosions ont été observées sur une parcelle de Moyenne
Vallée du Rhône le 9 mai avec 14 % de pousses occupées.
Nombre de parcelles de poirier par % de pousses occupées par des ŒUFS de deuxième génération de psylles - 09/05/16
Niveau de présence
Secteurs
Total de parcelles
suivies
Nul
Faible :
<5 %
Moyenne :
entre 6 et 10 %
Forte :
>10 %
MVR
4
0
0
0
4
RL
2
0
2
0
0
SHS
3
1
2
0
0
10
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Analyse de risque et prophylaxie : Observez vos parcelles afin de suivre l’avancement de la
maturation des œufs de deuxième génération, et repérer les premières éclosions.
Différents stades de maturité d’œufs de psylles - Photo CA26
Œuf peu mature
Œuf très mature (yeux rouges vi-
PUCERONS MAUVES
Situation : Des foyers étaient visibles le 9 mai sur une parcelle de Savoie/Haute-Savoie et une parcelle
de Rhône-Loire (conduite en Agriculture Biologique). Les foyers sont en augmentation hors réseau en
Moyenne Vallée du Rhône sur les parcelles en Agriculture Biologique.
Analyse de risque : le puceron mauve peut être rencontré dans certains secteurs, en particulier dans
les parcelles conduites en Agriculture Biologique. Observez vos parcelles.
Seuil indicatif de risque : le risque existe dès présence
ANTHONOME DU POIRIER
Situation : Ce ravageur peut devenir problématique certaines années en particulier dans les parcelles
conduites en Agriculture Biologique. Les températures actuelles peuvent être favorables à l’émergence
des adultes.
Analyse de risque : Dans les parcelles attaquées, observez les bourgeons pour suivre l’évolution des larves et repérer les premiers adultes formés et les trous de sortie sur les bourgeons.
POMMIER-POIRIER
CHENILLES DEFOLIATRICES-TORDEUSES
Situation : actuellement, des dégâts peuvent être encore visibles mais sans présence de la chenille ou
bien, avec présence, mais à un stade avancé.
Analyse de risque : le risque de nouvelles attaques est désormais faible.
FEU BACTERIEN-ERWINIA AMYLOVORA
Biologie : L’hôte principal de la bactérie Erwinia Amylovora, est le poirier, mais elle s’attaque également
au pommier, au cognassier et à plusieurs espèces ornementales (cotonéasters, pyracantha, stranvaesia,
chaenomeles...). La bactérie contamine l'arbre ou la plante essentiellement par la fleur mais aussi par
l'extrémité des pousses en croissance, par des ouvertures naturelles ou des blessures. La bactérie progresse dans les rameaux puis les branches fruitières, les charpentières, et passe dans le tronc et le système racinaire. Sur les parties atteintes, les feuilles brunissent (poirier) ou roussissent (pommier), et
11
prennent un aspect brûlé. Ces bactéries sont disséminées par l'eau, le vent, les insectes,
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
l'homme, ... Erwinia amylovora atteint son développement optimum vers 24-27°C.
Analyse de risque : Des floraisons secondaires sont visibles. Les conditions sont favorables aux
contaminations cette semaine. Soyez vigilants dans les parcelles ayant subi des chutes de grêle et présentant des blessures. Dans les parcelles où des infections se sont produites pendant la floraison, les
symptômes peuvent commencer à apparaitre. Attention à ne pas confondre avec les dégâts de cèphe
visibles actuellement (reconnaissables par la présence d’une ligne de perforation entourant le rameau à
la base du symptôme).
Prophylaxie et mesures de lutte : Prévoir des observations dès que le temps redeviendra sec.
En cas de présence :
- Supprimez les symptômes le plus tôt possible après leur apparition. Il est nécessaire de couper
largement en dessous du dernier signe visible de la maladie (1 m en dessous sur poirier, et 30 cm en
dessous sur pommier). Plus la vitesse de croissance est importante, plus la bactérie est active, plus cette
distance doit être grande. En cas de forte attaque, l’arrachage de l’arbre entier doit être envisagé.
- Veillez à réaliser l’assainissement par temps sec, et à désinfecter les outils de taille.
- Evacuez hors du verger les bois taillés par temps sec, rapidement (dans les 24 h), et les détruire
(brûlage).
CARPOCAPSE DES POMMIERS ET POIRIERS - CYDIA POMONELLA
Situation : Les toutes premières prises ont été observées la semaine dernière en Moyenne Vallée du
Rhône, et dans les zones précoces et moyennes de Rhône-Loire (hors réseau). Le vol devrait démarrer
cette semaine dans les zones précoces de Savoie/Haute-Savoie.
Résultats des suivis de CARPOCAPSE du 09/05/16 sur pommier et poirier
secteur
Nombre total
de pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
avec 6 à 10 captures
Nombre de pièges
avec 11 à 20 captures
Nombre de pièges
avec plus de 20
captures
MVR
14
8
3
0
2
1
RL
2
2
0
0
0
0
S-HS
6
6
0
0
0
0
Modélisation et analyse de risque :
Pourcentage d’avancement estimé par le modèle au 10/05/16
Secteur
MVR
RL
Zone
Adulte Carpocapse
(premier vol)
Pontes de Carpocapse en G1
Eclosions de Carpocapse en G1
Zone précoce
14 %
3%
0%
Zone moyenne
11 %
3%
0%
Zone tardive
11 %
2%
0%
Zone précoce
8%
0%
0%
Zone moyenne
4%
0%
0%
12
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Prévisions du modèle au 9 mai :
Moyenne Vallée du Rhône : Les pontes sont en cours en toutes zones. La période à haut risque
de pontes devrait démarrer le 20 mai en zones précoces, le 22 mai en zones moyennes et le
23 mai en zones tardives.
Rhône-Loire : Les pontes devraient démarrer le 13 mai en zones précoces et le 15 mai en zones
moyennes.
secteur
CARPOCAPSE
- PONTES
CARPOCAPSE
- ECLOSIONS de G2
Données prévisionnelles (modèle DGAL)
Zones de précocité
ZP : zones précoces,
ZM : zones moyennes,
ZT : zones tardives
MAI
10
11
12
13
ZP
Moyenne Vallée
du Rhône
15
16
17
18
19
risque modéré (G1)
risque modéré (G1)
ZT
risque modéré (G1)
risque nul
ZM
2%
20
20%
ZM
ZP
Rhône-Loire
14
risque modéré (G1)
risque nul
2%
risque modéré (G1)
ZT
TORDEUSES DE LA PELURE - CAPUA et PANDEMIS
Situation : Le vol de tordeuses de la pelure Capua et Pandemis se poursuit avec des prises faibles. Le
vol n’a pas débuté sur certaines parcelles.
Résultats des suivis de CAPUA du 09/05/16 sur pommier et poirier
secteur
Nombre total
de pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
avec 6 à 10 captures
Nombre de pièges
avec 11 à 20 captures
Nombre de pièges
avec plus de 20
captures
MVR
11
8
3
0
0
0
RL
3
1
2
0
0
0
S-HS
9
5
3
0
1
0
Résultats des suivis de PANDEMIS du 09/05/16 sur pommier et poirier
secteur
Nombre total
de pièges suivis
Nombre
pièges avec
prises nulles
Nombre de pièges
avec
1 à 5 captures
Nombre de pièges
avec 6 à 10 captures
Nombre de pièges
avec 11 à 20 captures
Nombre de pièges
avec plus de 20
captures
MVR
12
9
3
0
0
0
RL
3
2
1
0
0
0
S-HS
9
9
0
0
0
0
Analyse de risque : Le risque peut relever actuellement des derniers stades de chenilles qui
peuvent être encore présents sur certaines parcelles.
Attention à ne pas confondre les adultes Capua et Pandemis avec la tordeuse de l’œillet (aux
ailes postérieures orange vif), qu’on trouve dans les pièges actuellement. Cf. photo dans précédent bulletin.
13
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
KIWI
STADES PHENOLOGIQUES
Hayward : E (Boutons floraux visibles)
BACTERIOSE DU KIWI - PSEUDOMONAS SYRINGAE PV. ACTINIDIAE
Situation : Des symptômes sont visibles actuellement. Contrôlez vos parcelles pour repérer les
arbres infectés : repérez les cannes qui ne débourrent pas ou qui commencent puis se dessèchent. En
cas de doutes sur des symptômes dans des secteurs non connus comme contaminés, contactez le réseau Fredon/fdgdon pour des confirmations.
NOYER
STADES PHENOLOGIQUES (au 9 mai)
Chatte (38)
Ferbel : Ff1+, Chandler : Ff2, Serr : Ff3, Ferouette : Ff1+
Lara : Ff1, Feradam : Ff+,
Franquette: Df à Df2, Fernor : Df
La Buissière (38)
Serr : Ff3, Ferbel : Ff2
Franquette : Df2 Ff Ff1, Fernor : Df2 (Ef), Lara: Ff Ff1
Ferouette : Ff2, Feradam : Ff2
Cras (38)
Ferbel : Ff, Feradam, Franquette : Ef(Ff), Ferouette : Ff
Lara : Ff1 à Ff2, Fernor : Cf2
Cf. photos des stades phénologiques dans le BSV précédent
ANTHRACNOSE - GNOMONIA LEPTOSTYLA
Situation : Le modèle Inoki indique qu’au 9 mai, 97.6 % des périthèces ont atteint la maturité. Le pourcentage restant est susceptible de libérer des spores aux prochaines pluies. Des projections conséquentes sont attendues lors des pluies de cette semaine.
Analyse de risque : La période à risque de contaminations qui débute au stade Df est en cours désormais pour la plupart des variétés.
Le risque de contaminations sera fort cette semaine compte-tenu des conditions pluvieuses et
douces annoncées, et du risque de projections.
BACTERIOSE—XANTHOMONAS ARBORICOLA PV. JUGLANDIS
Biologie : La bactérie Xanthomonas arboricola pv. Juglandis survit essentiellement dans les bourgeons.
La période de sensibilité du noyer à la bactériose s’étend du stade Df2 au stade Gf.
Analyse de risque : Toutes les variétés précoces sont au stade sensible, ainsi que certains vergers de
Franquette en zoneprécoce. En zone tardive, le stade sensible n’est pas encore atteint pour certaines variétés. Soyez vigilants par temps humide en particulier pendant la floraison.
TOUTES ESPECES
CHARANCONS PHYLLOPHAGES
Les charançons sont toujours visibles sur toutes cultures avec présence de feuilles grignotées
(Cf. photos de charançons dans bsv n°13). Ces insectes peuvent être rencontrés sur toutes espèces,
ils dévorent les feuilles, à partir de la bordure du limbe (feuilles dentelées), et peuvent causer des dégâts
notables au feuillage. Cependant, ils ne s’attaquent pas aux fruits. Ils peuvent devenir problématiques dans les jeunes plantations, mais rarement sur arbres adultes.
14
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
PROTECTION DES INSECTES POLLINISATEURS
La Note nationale Abeilles et Pollinisateurs reprend les précautions à adopter pour protéger ces insectes indispensables à la pollinisation. Vous la trouverez à l’adresse suivante : http://itsap.actainformatique.fr/wp-content/uploads/2014/06/note_nationale_abeilles_et_pollinisateursvf06-04-2012.pdf
Les abeilles butinent, protégeons les ! Respectez la réglementation « abeilles » et lisez attentivement la note nationale BSV sur les abeilles
1. Dans les situations proches de la floraison des arbres fruitiers et des parcelles légumières, lors de la
pleine floraison, ou lorsque d'autres plantes sont en fleurs dans les parcelles (semées sous couvert ou
adventices), utiliser un insecticide ou acaricide portant la mention « abeille », autorisé « pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d’abeilles » et intervenir le soir par température
<13°C (et jamais le matin) lorsque les ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les autres
auxiliaires des cultures potentiellement exposés.
2. Attention, la mention « abeille » sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le produit est
inoffensif pour les abeilles. Cette mention « abeille » rappelle que, appliqué dans certaines conditions,
le produit a une toxicité moindre pour les abeilles mais reste potentiellement dangereux.
3. Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles sont utilisées, ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle en appliquant
l’insecticide pyréthrinoïde en premier.
4. N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée
avec l’emballage du produit.
5. Lors de la pollinisation (prestation de service), de nombreuses ruches sont en place dans les vergers et les cultures légumières. Les traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines ont un effet toxique pour les abeilles. Veiller à informer le
voisinage de la présence de ruches.
Pour en savoir plus : téléchargez la plaquette « Les abeilles butinent » et la note nationale BSV « Les
abeilles, des alliées pour nos cultures : protégeons-les ! » sur les sites Internet partenaires du réseau d'épidémiosurveillance des cultures ou sur www.itsap.asso.fr
Bulletin édité sous la responsabilité de la Chambre Régionale d’Agriculture Auvergne - Rhône-Alpes.
Directeur de publication : Jean-Luc FLAUGERE, Président du Comité Régional d'Epidémiosurveillance
Animation : Anne-Lise CHAUSSABEL, Chambre d’agriculture de la Drôme
Analyse de risque et Rédaction : Manuela DAGBA — FREDON Rhône-Alpes
Comité de validation : Chambre d’agriculture de la Drôme, SRAL Auvergne-Rhône-Alpes
A partir des observations réalisées par : Chambres d’agriculture de la Drôme, de l’Ardèche, du Rhône, de la Loire, et
de l’Isère, Chambre d’agriculture Savoie-Mont-Blanc, Coopérative du Pilat, Naturapro, Lorifruit, Terres dioises, Ets
Payre, EPL Olivier de Serres, Ets Bernard, SCAN, Groupe Dauphinoise, Valsoleil, Inovappro, Agrodia, FDGDON26,
FDGDON38, FDGDON 07, FDGDON73, FREDON Rhône-Alpes, ADABIO, Verger Expérimental de Poisy, Cooptain, Coopénoix, SENURA, SEFRA.
Ce bulletin sera produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire régionale, celle-ci ne
peut pas être transposée telle quelle à la parcelle. La CRA AU-RA dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par
les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à prendre ces décisions sur la base d’observations qu’ils auront
eux-mêmes réalisées sur leurs parcelles et/ou en s’appuyant sur les préconisations issues de bulletins techniques. Action pilotée
par le ministère chargé de l'agriculture, avec l'appui financier de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits
issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto
15
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
2 061 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler