close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

africa insurance barometer 2016 - African Insurance Organisation

IntégréTéléchargement
Prepared by
BAROMÈTRE 2016
DE L’ASSURANCE EN
AFRIQUE
Étude de marché
Market Survey
AFRICA INSURANCE
BAROMETER 2016
Élaboré par
CONTENTS
Forewordpage 4
Methodologypage 5
Summary of Key Findingspage 6
Key Barometer Readingspage 7
Market Overviewpage 8
Survey Resultspage 20
1. Overall perspective: Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats
for African insurance marketsPage
20
2. General insurance market outlook
Page 23
3. Lines of business prospects
Page 29
4. Key African insurance market challenges
Page 31
5. Priorities for insurance sector advancement
Page 36
6. AIO role in insurance sector advancement
Page 38
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 3
3
22/04/2016 17:34:34
FOREWORD
e are pleased to present the first Africa Insurance Barometer. This research offers an authoritative overview of the current state and future prospects of the US$ 69 billion African
insurance market. It paints a comprehensive and quantitative picture of market sentiment,
which we will track over time in future editions. The report also offers a summary of key
regional insurance market data and highlights key steps to advance the region’s insurance markets.
W
Through the Africa Insurance Barometer, the AIO demonstrates its commitment to improving the
transparency of the African insurance markets as well as facilitating and encouraging an informed
dialogue between market participants.
The report draws on in-depth interviews with 28 senior executives of regional and international
insurance companies and intermediaries operating in Africa. We believe that the strengths of the Barometer lie in its comprehensive, diverse and diligent methodology. Through face-to-face interviews,
we are able to probe deeper to clarify responses from the participating executives. In addition, by
including both global and regional players, we have been able to collate a broad yet nuanced picture
of the market place.
Dr. Schanz, Alms & Company AG, a Zurich-based advisory firm specialising in global (re)insurance, has conducted the interviews and edited the report. The company’s appointment reflects its
experience and insights in the region, its proven record of undertaking insurance market research on
a global scale and, most importantly, its credible independence.
We would like to extend our deepest thanks to all AIO members for their support in producing this
research, which is designed to benefit the African insurance market as a whole.
We hope that you will enjoy reading the first edition of the African Insurance Barometer and will
benefit from the findings.
Prisca Soares
Secretary General
African Insurance Organisation (AIO)
4
Livre A4.indd 4
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:34
METHODOLOGY
he findings of this report draw on in-depth and structured telephone interviews with 28 senior
executives representing regional and international (re)insurance companies and intermediaries. Dr. Schanz, Alms & Company AG, a Zurich-based research, strategy and communications consultancy conducted the interviews from October 2015 to March 2016.
The companies that participated in the survey were:
T
• Africa Re, Nigeria
• CCR, Algeria
• Chanas Assurances, Cameroon
• CIC Insurance, Kenya
• CK Re, United Kingdom
• Custodian Life Assurance, Nigeria
• Empresa Mocambiquana De Seguros, Mozambique
• ENSA Seguros de Angola, Angola
• Enterprise Life Assurance, Ghana
• Ethiopian Insurance Corporation, Ethiopia
• First Mutual Life Assurance, Zimbabwe
• Ghana Life Insurance, Ghana
• ICEA Lion General Insurance, Kenya
• International Insurance, Sierra Leone
• Leadway Assurance, Nigeria
• Lloyds, United Kingdom
• Madison Life Insurance, Zambia
• Marsh, South Africa
• Metropolitan Insurance, Ghana
• Namib Re, Namibia
• Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance, (NSIA), Cote d’Ivoire
• Reinsurance Solutions, Mauritius
• Sanlam Life Insurance, Tanzania
• Swiss Re, Zurich
• Tan Re, Tanzania
• Tunis Re, Tunisia
• Willis, South Africa
• Zurich Insurance, South Africa
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 5
5
22/04/2016 17:34:34
SUMMARY OF KEY FINDINGS
1. Africa’s economic boom and subsequent growth of its insurance market, which is well above
the global average, are the region’s most significant strengths, according to the majority of the
executives polled. The market’s robustness has improved markedly, partly due to tighter regulation, but also benefiting from enhanced distribution of insurance products driven by the growing
success of bancassurance and mobile phone distribution.
2. According to the interviewees, a shortage of skilled and experienced insurance professionals
is a key weakness limiting growth. Lack of awareness of the benefits of insurance products,
excessive competition and insufficient product differentiation, are also dampening the market’s
growth perspectives.
3. Africa’s largest opportunity is certainly its low insurance penetration, which in some countries
is less than 1% of gross domestic product (GDP) – well below the global emerging markets
average of 2.7% in 2014. New product developments in life insurance, medical care, agriculture or microinsurance, as well as a growing middle class, may help close the gap. However,
given their need for specialist risk management capabilities and high quality security, large and
complex risks are still ceded to foreign insurance markets. Many of the executives polled are
concerned about this continued flight of premiums and perceive it as a threat to the viability of
the domestic insurance industry.
4. Across all lines of business, current profitability is viewed more positively than premium rates.
Losses have not yet fully developed. Capital and interest gains, as well as reserve releases, support profitability while greater cost efficiencies are expected to drive down cost ratios further.
5. The vast majority of interviewees expect insurance premiums to grow as fast as, or even outpace, growth in GDP. Executives hope for more investments in infrastructure and that further personal lines will become compulsory, which might also contribute to improve insurance
awareness. Microinsurance is also seen as a driver for growth, although it is frequently perceived as insufficiently regulated.
6. Personal lines like individual annuity business and motor insurance, which is compulsory in
most African markets, are the continent’s fasted growing lines. By contrast, group life insurance
and marine cargo, where rates have come under pressure due to overcapacity, are among the
slowest. Credit life insurance, which is used to protect lenders, as well as property business,
where large and specialised capacity is needed, are considered most profitable, while motor as
well as health are mentioned as least profitable.
7. Africa’s insurance markets remain diverse and fragmented. Regulation is thought inadequate
because undercapitalised companies compete on price rather than service, while cross-border
business suffers from a lack of regulatory harmonisation. Executives demand closer cooperation and often cite CIMA, the Inter African Conference of Insurance Markets, as an example of
successful regional collaboration.
8. Given the abundance of excess capacity in global insurance markets and the growth potential
of the African insurance markets, global insurers are expected to maintain, if not increase, their
market share in the continent’s insurance business. Protective measures may moderate pressure
from foreign companies, but for many of the larger risks their expertise in risk management and
the security they provide are required to shoulder the risk.
6
Livre A4.indd 6
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:34
KEY BAROMETER READINGS
T
he Barometer measures current perceptions of the African insurance market, tracking them over
time to monitor changes in attitudes.
Key readings (in % of respondents agreeing)
May 2016
State of local skills inadequate
69%
Protection against natural catastrophe exposures inadequate
65%
State of insurance regulation inadequate
65%
Protection against political risk exposures inadequate
64%
Individual life insurance fastest growing line of business
54%
Credit life most profitable line of business
50%
Motor least profitable line of business
50%
Higher market share of non-African owned insurance companies*
50%
Takaful insurance to grow slower than the rest of the market*
48%
Stable market structure (market concentration vs. fragmentation)*
46%
*Over the next 12 months
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 7
7
22/04/2016 17:34:34
MARKET OVERVIEW
Sub-Saharan Africa among the world’s fastest growing regions in
2015
Some 54 African countries, with a total population of nearly 1.2 billion, are expected to have generated GDP of US$ 2.2 trillion in 2015, about 3% of the world’s total. With an estimated growth
of 3.5% in 2015, down from 5% a year earlier, Sub-Saharan Africa will continue to be one of the
world’s fastest growing regions in 2015. North Africa’s GDP is forecast to grow at a slower rate of
2.5%1 , reflecting political instability, high fiscal deficits and the decline in oil prices.
Chart 1: Real GDP growth, 31 largest African economies (2010 - 2019f, compound annual
growth rates, in %)
10%
8%
6%
4%
2%
2010 - 2014
dan
Su
Zim
bab
Mo
we
zam
biq
ue
Rw
and
a
Ta
nza
nia
Za
mb
ia
Nig
e
r
Bo
tsw
ana
Ga
bon
Cô
te d
’Iv
oir
e
Ke
nya
An
gol
a
Nig
eri
a
Na
mi
b
i
a
Ca
me
roo
n
Ug
and
a
Re
Ma
pub
law
lic
i
of
Co
ngo
Mo
roc
co
Sen
ega
l
Ma
uri
tiu
s
Alg
eri
a
Ma
Ma
li
dag
asc
So
ar
uth
Af
ric
a
Eg
ypt
Tu
nis
ia
ia
ana
iop
Gh
Eth
Wo
rld
0%
2015 - 2019 (estimates forecasts)
Source: IMF, World Economic Outlook October 2015
Low commodity prices an opportunity to accelerate economic transformation?
Lower oil prices are expected to reduce GDP growth forSub-Saharan Africa’s oil exporting countries
by an average of 0.75 percentage points. In Nigeria, Sub-Saharan Africa’s largest economy, GDP
growth in 2016 is forecast to be 2.5 percentage points lower than in 2015, forcing the government to
cut capital spending and to adjust monetary and exchange rate policies (e.g. the Nigerian Naira has
depreciated by more than 25% since October 2014) to relieve pressure on public finances.
Unfortunately, many of the 37 oil importing Sub-Saharan countries benefit only marginally from the
low oil price. For an average country, where oil imports represent about 20% of total imports and 7%
of GDP, a sharp decline in oil prices certainly leads to substantial savings. However, many of these
countries are highly dependent on the exports of other commodities such as palm oil, timber and
1 Source: IMF, World Economic Outlook Update, January 2016
8
Livre A4.indd 8
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:35
metals, which have also seen substantial price reductions since 2014.
It remains to be seen whether the decline in commodity prices will create an opportunity for countries
to accelerate economic transformation and the greater integration of Sub-Saharan Africa into the
global economy. While in the past trade has been a major engine for growth, its impact on labour
productivity gains in Africa has been rather limited.
Table 1: GDP, GDP per capita and natural resources rents, 30 largest African economies
Country
Nigeria
South Africa
Egypt
Algeria
Angola
Morocco
Sudan
Kenya
Ethiopia
Tunisia
Tanzania
Libya
Ghana
DR Congo
Cote d’Ivoire
Cameroon
Uganda
Zambia
Gabon
Mozambique
Senegal
Botswana
Zimbabwe
Namibia
Republic of Congo
Mauritius
Mali
Madagascar
Niger
Rwanda
Malawi
2014 GDP,
US$ bn1
574
350
286
213
129
110
75
61
54
49
48
41
39
36
34
32
28
27
18
17
16
15
14
14
14
13
12
11
8
8
6
2014 GDP per
capita, US$*
3,300
6,483
3,304
5,406
5,304
3,316
2,005
1,420
620
4,422
1,029
6,670
1,473
453
1,460
1,410
713
1,772
11,484
630
1,079
7,233
1,043
6,188
3,171
9,999
766
453
469
712
344
2014
population,
million
2014 total natural
resources rent, % of
GDP**
174
54
87
40
24
33
37
43
88
11
47
6
26
79
23
23
39
15
2
26
15
2
13
2
4
1
16
24
17
11
18
15.6%
9.2%
10.9%
28.2%
35.0%
3.7%
8.9%
3.4%
15.8%
6.2%
7.9%
47.0%
17.6%
40.0%
8.4%
9.1%
13.0%
19.5%
46.2%
15.7%
5.2%
3.2%
11.7%
1.9%
59.8%
0%
13.3%
9.8%
18.3%
6.6%
14.0%
* Source: IMF, World Economic Outlook October 2015
**Source: World Bank. Total natural resources rents are the sum of oil rents, natural gas rents, coal rents (hard and soft),
mineral rents, and forest rents. The economic rent of a natural resource equals the value of capital services flows rendered
by the natural resources, or their share in the gross operating surplus; its value is given by the value of extraction.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 9
9
22/04/2016 17:34:35
Currency depreciation major risk to economic growth and political
stability
Several African currencies (including the South African Rand, Nigerian Naira and Ghanaian Cedi)
have weakened substantially against the US$ in recent years, reflecting market pricing in capital
outflows as well as rising domestic inflation. In 2015, the decision by the People’s Bank of China
to devalue the Chinese Yuan in an attempt to boost the competitiveness of Chinese exports further
aggravated the situation for African countries that rely on oil and mineral exports to China. Significant
devaluations pose a risk of hyperinflation, possibly followed by social unrest. As a reaction, a number
of countries, including Nigeria, Angola, Ethiopia and Mozambique, have restricted access to hard
currencies in a bid to protect shrinking reserves and defend national currencies.
Chart 2: Consumer price inflation (%), 20152 and currency depreciation against
the US$ (%), 2015
Source: Trading Economics (CPI) 2015 and OANDA (currency depreciation)
2 CPI data 2015 not available for Cote d’Ivoire, Gabon, Libya, Sudan and Republic of Congo
10
Livre A4.indd 10
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:35
Low commodity prices and security risks threaten economic growth
path
With projected GDP growth rates of 4.0% and 4.7% for 2016 and 2017 respectively, near-term
economic prospects for Sub-Saharan Africa remain very favourable, although there are a number
of significant risks. Large fiscal and current account deficits leave some countries vulnerable to a
potential reduction in external financing. The implementation of tighter fiscal policies, as already
observed in countries like Nigeria, could have a negative impact on short- and mid-term growth.
Recent experiences have also demonstrated Africa’s exposure to global economic developments.
A continued economic slowdown of Sub-Saharan Africa’s main trade partners China and Europe,
as well as a further appreciation of the US$, would certainly have an adverse impact on economic
growth prospects. Terrorism and political instability discourage foreign investors, leading to serious
fiscal and growth related risks.
A 3.5% growth rate forecast for 2016 and 2017, means that prospects for North African countries
remain solid. Rising political and social instability is a major risk to economic growth in these
countries. But in spite of these difficulties, medium- to long-term prospects for most African countries
remain positive, supported by higher disposable income of the rising middle class, strengthening and
diversifying economies as well as improving demographics.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 11
11
22/04/2016 17:34:35
South Africa dominates Africa’s insurance markets
African insurance premium volume in 2014 totalled US$ 69 billion, down from US$ 72 billion in
2013.Life insurance accounted for about two thirds of the 2014 total, with the remainder going to
Non-Life insurance (see chart 3). With a share of 71% of total premiums in 2014, South Africa
dominates the African insurance market. In Life insurance, South Africa’s share of the total market
was 87%, in Non-Life insurance 40%.
Chart 3: African insurance premiums by type (2010 - 2014, Life versus Non-Life,
in US$ million)
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
In 2014, the 10 largest markets (South Africa, Morocco, Egypt, Nigeria, Kenya, Algeria, Angola,
Namibia, Tunisia and Mauritius) generated a premium of US$ 63.4 million, or 92% of total African
premiums (see chart 4).
Among these top 10 markets, Kenya recorded the steepest nominal premium growth with 20% (12%
inflation adjusted). The largest market, South Africa, grew at an inflation-adjusted rate of 1% over
the same period.
12
Livre A4.indd 12
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:35
Chart 4: Geographical split of African insurance premiums in 2014 (excluding South Africa)
Source: Swiss Re sigma explorer
Insurance premiums accounted for 2.8% of African GDP in 2014. With the exception of South
Africa and Namibia - where insurance penetration levels reached 14% (Life 11.3%, Non-Life 2.7%)
and 7.3% (Life 5.1%, Non-Life 2.2%) respectively - the contribution of insurance to GDP was
significantly lower than the global average of 6.2% in all other African countries. In more than half
of all African countries penetration was lower than 1%. Low disposable income will remain the main
obstacle to more rapid insurance market development.
‘‘The Ethiopian insurance market, like many other African emerging markets, urgently needs
an aggressive capacity building initiative. As of today, the market suffers from a significant
lack of relevant insurance skills and talent. The government, regulatory authorities as well as
insurance companies need to close the current gap through concerted action.’’
Fikru Tsegaye, Director, Marketing and Strategic Management, Ethiopian Insurance
Corporation.
The depreciation of major African currencies in recent years will materially affect the performance
of insurance companies’ reporting in hard currencies, as top-line and profit growth of policies written
in domestic currencies will diminish after conversion. Weakening local currencies and a subsequent
increase in the price of imported goods (e.g. technology and cars) will also lead to rising claims
inflation in certain lines of business.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 13
13
22/04/2016 17:34:35
Strong Life insurance premium growth in Ghana,
Kenya and Morocco
In 2014, African Life insurance premiums stood at US$ 45.8 billion, translating into a Life insurance
penetration rate of 1.9%, significantly below the global average of 3.4%. At an inflation adjusted
real growth rate of 1.6%, African Life insurance also grew much slower than global Life insurance
premiums, which increased by 3.4% in 2014. With the exception of South Africa, African Life
insurance markets are very small with only five other countries reaching a market size of more than
US$ 500m in 2014. Among the nine largest Life markets in Africa, Ghana, Kenya and Morocco have
enjoyed very strong Life insurance premium growth over the past few years, while the Egyptian
market hardly grew at all (see chart 5 and chart 6).
Chart 5: Life premiums (US$m), 2014 and Life real premium (adjusted for inflation)
compound annual growth rate (%), 2010-2014*/2010-2013**
* : South Africa, Morocco, Egypt, Namibia, and Kenya
**:Mauritius, Nigeria, Cote d’Ivoire, and Ghana
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
14
Livre A4.indd 14
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:36
Chart 6: Geographical split of African life insurance premiums in 2014
(excluding South Africa)
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
Chart 7 offers an overview of African Life insurance markets’ current size and penetration, as well as
recent growth performance. Life insurance already plays an important role in South Africa, Mauritius
and Namibia. Furthermore, in the sizeable Namibian market, Life insurance is growing faster than
GDP. Albeit from very low levels, penetration growth rates are steep in Zimbabwe, Ghana, Kenya
and Morocco, while Botswana, Tunisia, Algeria and Nigeria grew in line with GDP.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 15
15
22/04/2016 17:34:36
Chart 7: Life insurance penetration 2014 and Life insurance penetration compound annual
growth rates 2010 – 2014 (excluding South Africa)
Size of the bubble represents Life insurance market size.
A value of 0% on the x-axis represents a Life insurance growth in line with GDP growth.
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
Non-Life insurance dominates outside of South Africa
Excluding South Africa, African Non-Life insurance premiums accounted for US$ 13.8 billion (or
71% of total premium) in 2014, clearly dominating the African insurance sector. Next to South
Africa, but at a large distance, Morocco, Algeria, Nigeria, Kenya, Egypt and Angola are the largest
Non-Life markets, each reaching a size of more than US$ 1 billion (see chart 8).
16
Livre A4.indd 16
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:36
Chart 8: Geographical split of African Non-Life insurance premiums in 2014
(excluding South Africa)
With real premium compound annual growth rates of 8.9% and 8.2%, Algeria and Kenya were the
fastest growing Non-Life markets. By contrast, the oil exporting countries of Angola and Nigeria
saw premiums shrink by -2.6% and -2.2% respectively (see chart 9).
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 17
17
22/04/2016 17:34:37
Chart 9: Non-Life premiums (US$m), 2014 and Non-Life real premium (adjusted for
inflation) compound annual growth rate (%), 2010-2014*/2010-2013**/2012***
* : South Africa, Morocco, Egypt, Nigeria, and Kenya
** : Algeria, Tunisia, and Cote d’Ivoire
***: Angola
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
Among smaller markets, the Republic of Congo, Malawi and Mozambique have experienced rapid
growth in non-life premiums over the past five years. In many other African markets, including the
relatively large (by African standards) markets of Namibia, Ghana and Cote d’Ivoire, Non-Life
insurance premiums grew slower than GDP over the past five years (see chart 10)
18
Livre A4.indd 18
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:37
Chart 10 offers an overview of African Non-Life insurance markets’ current size, current
penetration and recent growth performance.
Chart 10: Non-Life insurance penetration 2014 and Non-Life insurance penetration
compound annual growth rates 2010 – 2014 (excluding South Africa)
Size of the bubble represents Non-Life insurance market size.
A value of 0% on the x-axis representsNon-Life insurance growth in line with GDP growth.
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, based on Swiss Re sigma explorer data
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 19
19
22/04/2016 17:34:38
SURVEY RESULTS
1. The overall perspective: Strengths, weaknesses,
opportunities and threats of African insurance markets
Availability of relevant skills crucial to capitalize on strong growth
momentum
The vast majority of interviewees see Africa’s strong economic and insurance market growth, which
out performs the global average, as the most relevant strength of the market place. The market’s
improving robustness and resilience, partly influenced by regulatory developments, is the second
most frequently mentioned strength. Strong distribution capabilities within the African insurance
market ranks third. Bancassurance and mobile phone distribution are seen by some insurers as
opportunities to greatly expand the outreach to consumers.
«While insurance regulatory frameworks have improved significantly over the past couple
of years in many African countries, the control and enforcement of effective compliance with
rules and regulations often still lags behind. Issues related to implementation of compulsory
insurance covers, speed of claims management and settlement, reserving and actuarial
valuation, harmony in financial reporting, etc. have to be fixed quickly. Governments need to
develop and apply enforcement strategies that achieve the highest levels of compliance and
simultaneously keep costs and administrative burdens low.»
Corneille Karekezi, Group Managing Director & Chief Executive Officer, Africa Re
Chart 11: Market strengths (number of mentions)
The shortage of skills, partly related to the emigration of the educated young generation, is perceived
as the most relevant weakness for many African markets. Many respondents mentioned a lack of
quality training courses as well as a particular shortage of experienced insurance actuaries as specific
challenges. However, this weakness does not apply to all of Africa’s insurance markets. In particular,
in West Africa access to skilled labour has been emphasised as a clear asset.
20
Livre A4.indd 20
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:38
«Talent shortages continue to undermine the potential of the insurance sector in many African
countries. The government as well as the insurance industry have a joint interest to ensure
that relevant skills, capabilities and knowledge are developed and acquired.»
Steven O. Ouloch, Chief Executive Officer, ICEA Lion General Insurance Company
The lack of awareness of the benefits of insurance products, which is closely related to prevailing
weak financial literacy, ranks second. Some executives polled identified the shortage of relevant
insurance products for the poor (microinsurance) as a key obstacle to further widespread and inclusive
growth. However, several insurers mentioned that the affluent middle class is eager to protect its
achievements, while new distribution channels greatly enhance the accessibility and efficiency of
insurance products.
Excessive competition is the third ranking weakness, in particular observed and experienced by
Non-Life market participants.
Chart 12: Market weaknesses (number of mentions)
Low penetration identified as the key market opportunity
When asked about the key regional market opportunities, the majority of interviewees point to
the very low insurance penetration levels outside of South Africa and Namibia. In many African
markets, insurance premiums account for less than 1% of GDP, which is significantly below the
global emerging markets level of 2.7%3 in 2014. Opportunities related to the development of new
products rank second. Life insurance, medical care, agricultural and microinsurance are identified
as lines of business likely to benefit from the development of new and more relevant products in the
near future. Finally, the growing middle class is the third most frequently mentioned opportunity.
Rapid economic growth in countries such as Ghana, Kenya or Nigeria has increased the number
of people in upper-middle income brackets who can afford insurance to protect their income and
wealth.
3 Swiss Re sigma 4/2015
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 21
21
22/04/2016 17:34:38
Chart 13: Market opportunities (number of mentions)
Premium flight to foreign countries is the perceived key
market threat
Competition from foreign markets, and the corresponding premium flight, were the most frequently
mentioned threats to the development of a robust and sustainable African insurance market. The lack
of capacity to retain more risk within Africa is due to the shortage of skills but also a result of the
often weak capitalisation of African insurance companies. The shortage of skills and excessive price
competition are the second and third most cited threats. Excessive price competition may only be
of temporary nature, but shortage of skills is of greater strategic relevance and has the potential to
seriously obstruct further market developments in the long run.
«A shortage of skills continues to undermine the potential of the insurance sector in SubSaharan Africa. Programs providing practical training related to underwriting, finance and
claims are urgently needed to address this challenge.»
Natalie van de Coolwijk, Chief Executive Officer, Willis Re South Africa
Chart 14: Market threats (number of mentions)
22
Livre A4.indd 22
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:38
«Strong risk retention capabilities of insurance companies are a prerequisite for the development
of a healthy and sustainable insurance market. African insurance regulators therefore need
to focus more on adequate capital requirements, as very low capital not only discourages
insurance companies from retaining more risk but also leads to weak consumer protection.»
Julius Magabe, Chief Executive Officer, Sanlam Insurance
2. General insurance market outlook
Commercial lines insurance rates
Rate deterioration expected to continue further, but at a slower
pace
Chart 15: Commercial lines insurance rates
Current level compared to the past fiveyears
Chart 16: Commercial lines insurance rates
Outlook for the next 12 months
More than two-thirds of interviewees view current rates in African commercial lines business as
low or very low when compared to the average of the past five years. Industrial property rates are
regarded as particularly low in many markets. Even worse, more than one-third of interviewees
expect this trend to continue over the next 12 months, although at a slower pace.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 23
23
22/04/2016 17:34:38
Current commercial lines profitability viewed more positively than
rates
Chart 17: Commercial lines profitability
Current level compared to the past fiveyears
Chart 18: Commercial lines profitability
Outlook for the next 12 months
More than 50% of respondents consider the profitability of commercial lines as either low or very
low. The outlook on profitability is a little less pessimistic with 60% of all respondents expecting
either a stable or improving profitability over the next 12 months. In general, current profitability of
commercial lines is viewed more positively than rating levels, although the outlook is negative for
both.
Personal lines insurance rates
Personal lines even more challenging than commercial lines
Chart 19: Personal lines insurance rates
Current level compared to the past fiveyears
Chart 20: Personal lines insurance rates
Outlook for the next 12 months
The proportion of respondents viewing rates as low was even greater in personal lines than in
commercial lines. The senior executives polled expect very limited improvement over the next
12 months, with more than one-third of them predicting further deterioration. In particular, Motor
business is fiercely competitive in many markets.
24
Livre A4.indd 24
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:39
Personal lines insurance profitability
A glimmer of light at the end of the tunnel
Chart 21: Personal lines profitability
Current level compared to the past five years
Chart 22: Personal lines profitability
Outlook for the next 12 months
As with commercial lines, current profitability of personal lines business is judged more favourably
than the actual pricing levels. The overall outlook is still negative, with more executives expecting
a lower rather than improving profitability. But there does seem to be at least some light at the end
of the tunnel, as the outlook for the next 12 months is not as negative as the actual experienced
deterioration of profitability over the last five years.
Group Life insurance rates
Rock-bottom rates reached in many markets
Chart 23: Group Life insurance rates
Current level compared to the past fiveyears
Chart 24: Group Life insurance rates
Outlook for the next 12 months
Group Life insurance rates are a mixed bag, with substantial variation by market in terms of current
rates as well as expectations. More than two-thirds of polled executives regard current rates as either
low or very low when compared to the average of the past five years. However, a few markets
already experienced substantial increases in rates inthe past years. Overall, Group Life insurance
business is thought to be very competitive in most markets leaving only slim margins for insurance
companies.As many markets have reached rock-bottom, about every second interviewee is expecting
higher rates in the near future.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 25
25
22/04/2016 17:34:40
Group Life insurance profitability
Stabilisation ahead?
Chart 25: Group Life insurance profitability
Current level compared to the past fiveyears
Chart 26: Group Life insurance profitability
Outlook for the next 12 months
As with other lines, polled executives view Group Life insurance profitability more positively than
actual pricing levels. Nearly 50% of all interviewees see the current profitability lower or much
lower than the average of the past five years, but more than two-thirds of interviewees expect it to
stabilise over the next 12 months – and not even one executive predicts very low profitability levels
in the next 12 months.
Individual Life insurance rates
Rate hikes expected to continue
Chart 27: Individual Life insurance rates
Current level compared to the past five years
Chart 28: Individual Life insurance rates
Outlook for the next 12 months
According to survey respondents, Individual Life business is currently the most attractive line of
business in Africa. About one-third of polled Life insurance market executives regard current rating
levels as either high or very high, while 57% see current pricing in line with the average of the past
five years. The outlook is just as bright: Again, nearly one-third of interviewees expect rates to
increase, with more than 50% predicting at least a stabilisation.
26
Livre A4.indd 26
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:40
Individual Life insurance profitability
Further improvements ahead
Chart 29: Individual Life profitability
Current level compared to the past five years
Chart 30: Individual Life profitability
Outlook for the next 12 months
Current Individual Life insurance profitability is viewed positively, with 86% of respondents
regarding current profitability as very high, high or average. Judgements differ from market to market,
with only one respondent mentioning a lower profitability than the five-year average. The outlook
is positive as well, with a majority of respondents expecting further improvements in profitability,
while not a single interviewee expects profitability to deteriorate.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 27
27
22/04/2016 17:34:41
Insurance premiums to outgrow GDP in most, but not all markets
Chart 31: Overall growth prospects
As mentioned earlier, there are a few African markets where growth in insurance premiums has lagged
behind growth in GDP. In line with this experience, about one-quarter of polled insurance executives
expect insurance markets to grow slower than GDP, while three-quarters of interviewees expect either
faster growth or growth in line with GDP. Inadequate legal and regulatory frameworks as well as
inflation are frequently cited as the main obstacles to a steeper growth path. Many interviewees would
like to see governments play a more active role in market advancement by making more insurance
products compulsory, improving financial literacy and by increasing investments in infrastructure.
Microinsurance is seen as an important potential growth driver, although many interviewees suggest
an urgent need to improve (or introduce in some markets) microinsurance regulatory frameworks.
«We believe that the growth of African insurance markets in general and that of Cameroon
in particular could be faster than GDP growth. In addition to the economic development
of countries, microinsurance will contribute significantly to that growth. However,
security concerns in some countries remain a major issue even for insurance markets.»
Hernandez Lele, Statisticien, Chanas Assurances
28
Livre A4.indd 28
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:41
3. Lines of business prospects
Over the next 12 months, Life insurance, in particular individual annuity business, is expected to be
the fastest growing line of business in Africa, mainly driven by the growth of a financially affluent
middle class. Motor business ranks second, as growth is supported by compulsory requirements
in most African markets. Backed by public and private investments in infrastructure, Engineering
business is predicted to be the third fastest growing line of business (see chart 32).
Chart 32: The fastest-growing line of business (number of mentions)
In stark contrast to the fast growth of individual annuity business, Group Life insurance is mentioned
most frequently as the slowest growing line of business. Marine cargo ranks second. In line with the
global trend, where Marine cargo capacity exceeds demand, African cargo insurance prices have
come under pressure, leading to a slowdown of premium growth rates. Sluggish domestic demand
and depressed sales in some major export markets further aggravate this trend. Property and liability
insurance are mentioned third most frequently. While property business growth is mostly viewed as
low because of fierce competition, the development of liability business suffers from low awareness
and a degree of reluctance to pay for such cover(see chart 33).
Chart 33: The slowest-growing line of business (number of mentions)
Credit Life insurance ranks first among the most profitable lines. As many loan agreements require
Credit Life insurance to protect lenders, the product is in high demand, not only in the microinsurance
arena. Claims ratios are typically very low, making the product very profitable for Life insurers.
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 29
29
22/04/2016 17:34:41
Property business, in particular in areas where specialised knowledge or large capacity is needed,
ranks second on the list of most frequently mentioned profitable lines of business, closely followed
by Engineering business for the same reasons (see chart 34).
Chart 34: The most profitable lines of business (number of mentions)
Motor insurance is fiercely competitive in most African markets, leading to low levels of profitability
for insurers. Limited scope for risk selection in this compulsory line, and high claims inflation, are
mentioned as the main drivers behind the poor results, making Motor the most frequently mentioned
least profitable line of business. Health and property insurance are also mentioned as business lines
with low profitability, but to a much lesser degree. As shown earlier, views on property business are
mixed: Large risks and business requiring specialist expertise are regarded as profitable, while highly
commoditised business segments with easy access are seen as very competitive with low profitability
(see chart 35).
Chart 35: The least profitable lines of business (number of mentions)
30
Livre A4.indd 30
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:41
4. Key African insurance market challenges
About two-thirds of polled executives regard the current state of insurance regulation as inadequate
in their markets. A lack of reliable data and statistics, low capital requirements and the limited
enforcement of regulatory provisions are mentioned by many executives as major drawbacks. In
some markets, an abundance of under-capitalised companies has led to excessive competition over
price, rather than for service, a situation that might erode consumer trust. While cooperation within
the CIMA (Inter African Conference of Insurance Markets) markets in West Africa is mentioned as
a very positive and successful example of regional collaboration, many executives wish for greater
cooperation among other African regulators, ideally leading to more harmonised regulatory regimes.
Other shortcomings mentioned include the lack of empowerment of regulators, overregulation and a
significant gap in the regulation of microinsurance (see chart 36).
«One of the key challenges in Sub-Saharan Africa is the inconsistent and ever-changing
regulatory environment our industry is confronted with. For multinational clients,
intermediaries and insurers the need to arrange cover for large risks and access global
insurance programs, even if only for a portion of these risks, the process can be very
frustrating as there is no consistent way of achieving this across the region. What works in
one market, will not work in another. Ultimately this lack of regulatory harmony is a major
constraint to further growth in our markets.»
Michael Duncan, Managing Director, Marsh Africa
Chart 36: State of insurance regulation
Protection against natural catastrophes, which also include drought, is seen as inadequate by more
than 60% of interviewees. Reasons for the low penetration in this area are the result of issues on both
the demand and supply side. In general, there seems to be a tendency to underestimate the natural
catastrophe loss potential, in particular in Sub-Saharan Africa. In addition, many companies lack the
ability to offer relevant and affordable natural catastrophe insurance products, whereas consumers
are often unaware of the availability and potential benefits of such products. The introduction of
compulsory insurance and the creation of national or regional insurance pools are measures suggested
by executives to overcome the current shortfall (see chart 37).
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 31
31
22/04/2016 17:34:42
Chart 37: Protection against natural catastrophes
With the exception of the four countries - South Africa, Namibia, Morocco and Zambia - all other
African countries are classified as ‘high political risk countries’ (‘medium high’ to ‘very high’
political risk)4. Accordingly, only about one-third of survey respondents are of the opinion that the
protection against political risks in their markets is adequate. Most of them operate in countries with
a perceived lower level of political risk. To boost development, some interviewees advocate the
introduction of compulsory insurance schemes to covercertain political risk, others suggest to focus
more on selected aspects like SRCC (strikes, riots and civil commotions) and terrorism cover rather
than always offering products that cover the full range of political risks. Some interviewees also
mentioned that political risk cover is often purchased only ahead of elections in their markets. In
general, potential buyers consider political risk insurance too expensive (see chart 38).
Chart 38: Protection against political risks
The shortage of locally available technical skills is the most frequently mentioned key threat. The
perceived lack of actuarial and risk management skills as well as the general lack of certifications are
seen as major shortcomings. Executives suggest that more training courses should be offered locally
and that a concerted effort from the insurance industry, universities and the government is needed
to close the current skills gap. Others expect regulators to offer training courses as a service for the
regulatory fees collected. Further, the market entry of foreign insurance companies should depend
upon the professional development and training of local employees. In particular, foreign investors
should pay more attention to human resource development (see chart 39).
4 AON Political Risk Map 2015
32
Livre A4.indd 32
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:42
«Risk education has a crucial role to play for the further development of African insurance
markets. The continent needs more risk managers, loss surveyors and other experienced
insurance professionals to further advance the market place. A concerted effort by public
and private African insurance stakeholders is needed to establish and promote education
programs.»
Peter King, Managing Director, CKRe
Chart 39: State of local technical skills
Market concentration foreseen
Overall, the majority of executives expect markets to become more, rather than less, concentrated
in the future. Some markets are considered overcrowded, with too many players competing on price
and not differentiating themselves sufficiently from their competitors. Often, barriers to entry - such
as capital requirements - are regarded as too low. Consolidation in the market place is necessary to
build confidence among consumers. The presence of financially weak carriers erodes trust, especially
if they prove to be unable to pay valid claims.
Chart 40: Outlook on market structure
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 33
33
22/04/2016 17:34:42
Foreign competition expected to gain momentum
African insurance markets have been on the radar-screens of western insurance companies looking
for growth and diversification opportunities for over a decade. More than 90% of survey respondents
expect stable or increasing market shares of foreign, non-African, insurance companies in the next 12
months. Many executives expect that nationalistic legal and regulatory provisions - such as priority
cessions, which have already been introduced in some markets - will take some of the pressure off
domestic companies and help counter pressure from foreign competitors, which are either setting up
offices or looking for M&A opportunities. In general, as many larger risks require specialised risk
management expertise and strong financial security, which domestic companies are not currently
able to provide, the market share of non-African owned companies is expected to at least remain
stable. (see chart 41).
«We expect more insurance capacity to flow into the African insurance markets. First,
capacity from the large global insurers is on the rise. Secondly, brokers are increasing their
activities and bring in more international capacity and, finally, as African insurers grow their
presence across the continent through acquisitions and also by expanding their operations.»
Lukas Müller, Head North & Sub Saharan Africa, Swiss Re
Chart 41: Outlook on market share of foreign (non-African) owned insurers
34
Livre A4.indd 34
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:43
Distribution channels: Brokers to grow fastest, followed by bancassurance and mobile phone distribution
Insurance brokers are expected to be the fastest growing distribution channel, followed by
bancassurance and mobile phone distribution. Agents and brokers will remain critical to educating
consumers about the benefits of insurance. Brokers are typically used for larger risks while agents
play a dominant role in retail business. Some local and regional brokers are affiliated to global
brokers, which many respondents regard as an advantage. The prospects for mobile phone distribution
depend on the technological advancement and communication infrastructure in individual markets.
As yet, online distribution is not an important sales channel and only plays a role in the larger and
more developed markets (see chart 42).
Chart 42: Outlook on fastest growing distribution channels
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 35
35
22/04/2016 17:34:43
Limited growth prospects for Takaful insurance in most markets
Nearly 50% of respondents expect the African Takaful insurance market to grow at a slower pace
than the general insurance market. In a small number of markets, such as Sudan or Egypt, Takaful
insurance growth is expected to outpace general insurance growth. For about one-third of the polled
executives, Takaful insurance was not on the agenda at all, as demand was very limited or did not
exist in their markets (see chart 43).
Chart 43: Outlook on Takaful insurance growth in Islamic markets
5. Priorities for insurance sector advancement
When asked which steps are most likely to advance the insurance sector in their respective markets,
interviewees most frequently mentioned the need to improve insurance awareness and financial
literacy. Poverty is still the main obstacle to further development of insurance markets. Many
poor are still unaware of the potential benefits of insurance and hence donot take advantage of the
sector’s products. With a high proportion of the poor living in remote rural areas, agents of insurance
companies often find it difficult to advise them. As a result the rural market typically remains largely
untapped.
«In most African countries, the profile of insurance needs to be raised significantly. Insurance
regulators should improve their efforts towards increasing insurance awareness among the
general public and also promote the insurance industry as an attractive career choice.“
Rajab Kakusa, Chief Executive Officer, Tanzania National Reinsurance Corporation
36
Livre A4.indd 36
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:43
The second most frequently mentioned measure needed to advance the market is regulatory reform.
Most executives would like to see greater cooperation among African regulators, better enforcement
of existing rules and provisions, as well as a stronger empowerment of regulators by governments.
In addition, regulators are expected to focus more on profitability and the sustainability of insurers’
business models. Another area with a perceived need for improvement is microinsurance. Although
most African governments recognise that enhanced access to insurance services help reduce poverty
and promote social and economic development, many microinsurance providers in Africa are not
regulated or supervised by their respective national regulatory bodies.
«The introduction of appropriate microinsurance regulatory frameworks is of utmost importance
for the advancement of African insurance markets. Regulatory authorities need to establish the
necessary standards to ensure the efficient and effective delivery of appropriate microinsurance
products and the viability, growth and sustainable development of the microinsurance industry.»
Janine Diagou, Chief Executive Officer, Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance (NSIA)
The development of more relevant products, in particular microinsurance products, ranks third.
Nevertheless, many polled executives mention the difficulties related to the development of attractive
microinsurance products. The relative proportion of distribution and product development costs (as
part of the total insurance premium) is often much higher for microinsurance products than for
products targeted at, for example, the rising middle class.
Chart 44: Steps most likely to advance the insurance sector in Africa (number of mentions)
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016 Livre A4.indd 37
37
22/04/2016 17:34:44
6. AIO role in insurance sector advancement
Interviewees were asked about the role they would like the African Insurance Organisation (AIO) to
play infurther advancing the insurance sector in Africa. Most frequently, executives expect the AIO
to further foster regional cooperation by sharing best practices among AIO members from different
countries through publications or conferences. In particular, the AIO is expected to actively engage
with African governments and insurance regulators to strive for a greater harmonisation of market
regulation.
«The lack of regulatory harmonisation across countries constitutes a major obstacle to the
growth and regional expansion of African insurance companies. Industry organisations and
governments should join forces in a call to action to remove current obstructions.»
Larry Ademeso, Managing Director & Chief Executive Officer, Custodian Life Assurance
Ltd.
This role is closely linked to the advocacy role the AIO is expected to perform. The AIO is regarded
as an ideal body to collect, consolidate and articulate the opinions of its members, vis-à-vis
governments, regulators and the public. Interviewees are confident that the consolidated voice of the
AIO is powerful and highly regarded.
The offering or organisation of training courses by the AIO is mentioned third in line. This is closely
linked to the earlier mentioned perceived lack of relevant insurance skills in Africa. According to
the executives polled,the perception of insurance is often low in African countries and the insurance
profession is regarded as unattractive. High quality training courses could help to improve that image
over time.
Chart 45: Desired AIO contribution to further advance the insurance sector in Africa
(number of mentions)
38
Livre A4.indd 38
AFRICA INSURANCE BAROMETER 2016
22/04/2016 17:34:44
BAROMÈTRE 2016
DE L’ASSURANCE EN
AFRIQUE
Prepared by
Étude de marché
Élaboré par
Market Survey
AFRICA INSURANCE
BAROMETER 2016
Table des Matières
Avant-propospage 4
Méthodologiepage 5
Résumé des principaux résultatspage 6
Principales interprétations du baromètre
page 7
Vue d’ensemble du marchépage 8
Résultats de l’étude de marché
page 20
1. Perspective globale : forces, faiblesses, opportunités et menaces
caractérisant les marchés d’assurance africains
Page 20
2. Perspectives générales du marché de l’assurance
Page 23
3. Perspectives des différentes branches
Page 29
4. Les principaux défis du marché de l’assurance africain
Page 31
5. Mesures prioritaires pour promouvoir le secteur de l’assurance
Page 36
6. Rôle de l’OAA dans la progression du secteur de l’assurance
Page 38
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 3
3
22/04/2016 17:31:02
AVANT-PROPOS
N
ous avons le plaisir de vous présenter le premier baromètre de l’assurance en Afrique. Il
fournit une vue d’ensemble fiable de l’état actuel et des futures perspectives du marché de
l’assurance africain, qui représente 69 milliards de dollars des États-Unis. Ce baromètre
expose de manière détaillée et quantitative les conditions du marché que nous examinerons
au fil du temps dans de prochaines éditions. Il propose également un résumé des principales données
régionales et met en évidence les étapes primordiales pour faire progresser le marché de l’assurance
en Afrique.
Ce baromètre traduit l’engagement de l’Organisation des Assurances Africaines (OAA) en vue
d’améliorer la transparence sur le marché de l’assurance africain ainsi que de faciliter et d’encourager
un dialogue éclairé entre les différents acteurs du marché.
Le rapport s’appuie sur des entretiens approfondis menés avec 28 cadres dirigeants de sociétés d’assurance et d’intermédiaires régionaux et internationaux opérant en Afrique. Nous sommes persuadés
que le principal atout du baromètre réside dans sa méthodologie détaillée, diversifiée et rigoureuse.
Les entretiens individuels nous ont permis d’examiner de manière plus détaillée et de clarifier les
réponses des cadres dirigeants participants. En outre, nous avons pu dresser un tableau général plus
nuancé du marché grâce à la participation d’acteurs tant internationaux que régionaux.
Dr. Schanz, Alms & Company AG, une société de conseil basée à Zurich et spécialisée dans l’assurance/la réassurance mondiale, a conduit les entretiens et rédigé le rapport. Elle a été mandatée en raison de son expérience et de ses connaissances de la région, de sa réputation fondée dans la réalisation
d’études de marché internationales sur l’assurance et, surtout, de son indépendance.
Nous aimerions adresser nos sincères remerciements à tous les membres de l’OAA pour leur soutien
dans la réalisation de cette étude, qui devrait bénéficier à l’ensemble du marché de l’assurance en
Afrique.
Nous vous souhaitons une agréable lecture de cette première édition du baromètre de l’assurance en
Afrique et espérons que les résultats présentés vous seront utiles.
Prisca Soares
Secrétaire Générale
Organisation des Assurances Africaines (OAA)
4
Livre A4_French.indd 4
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:02
MÉTHODOLOGIE
L
es résultats de ce rapport s’appuient sur des entretiens téléphoniques approfondis et structurés
menés avec 28 cadres dirigeants de sociétés d’assurance/de réassurance et d’intermédiaires
régionaux et internationaux. Dr. Schanz, Alms & Company AG, une société de conseil en
études de marché, en stratégie et en communication basée à Zurich, a réalisé ces entretiens
entre octobre 2015 et mars 2016.
Les sociétés ayant participé à l’étude sont :
• Africa Re, Nigéria
• CCR, Algérie
• Chanas Assurances, Cameroun
• CIC Insurance, Kenya
• CK Re, Royaume-Uni
• Custodian Life Assurance, Nigéria
• Empresa Moçambicana De Seguros, Mozambique
• ENSA Seguros de Angola, Angola
• Enterprise Life Assurance, Ghana
• Ethiopian Insurance Corporation, Éthiopie
• First Mutual Life Assurance, Zimbabwe
• Ghana Life Insurance, Ghana
• ICEA Lion General Insurance, Kenya
• International Insurance, Sierra Leone
• Leadway Assurance, Nigéria
• Lloyds, Royaume-Uni
• Madison Life Insurance, Zambie
• Marsh, Afrique du Sud
• Metropolitan Insurance, Ghana
• Namib Re, Namibie
• Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance (NSIA), Côte d’Ivoire
• Reinsurance Solutions, Maurice
• Sanlam Life Insurance, Tanzanie
• SwissRe, Suisse
• Tan Re, Tanzanie
• Tunis Re, Tunisie
• Willis, Afrique du Sud
• Zurich Insurance, Afrique du Sud
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 5
5
22/04/2016 17:31:02
RÉSUMÉ DES PRINCIPAUX RÉSULTATS
1. La majorité des cadres dirigeants interrogés estiment que l’essor économique de l’Afrique et la croissance consécutive de son marché de l’assurance, qui est sensiblement supérieure à la moyenne mondiale,
constituent les principaux atouts de la région. La solidité du marché s’est fortement améliorée, notamment grâce à une réglementation plus stricte et à une distribution plus vaste des produits d’assurance en
raison du succès grandissant de la bancassurance et de la téléphonie mobile.
2. Selon les personnes interrogées, le manque de professionnels qualifiés et expérimentés est la principale
faiblesse qui limite la croissance. La méconnaissance des avantages des produits d’assurance, la concurrence excessive et la différenciation insuffisante des produits atténuent également les perspectives de
croissance du marché.
3. La plus grande opportunité de l’Afrique est certainement son faible taux de pénétration de l’assurance,
qui est inférieur à 1 % du produit intérieur brut (PIB) dans certains pays, soit en-deçà de la moyenne des
pays émergents (2,7 % en 2014). L’élaboration de nouveaux produits d’assurance-vie, les soins de santé,
l’agriculture, la micro-assurance et l’émergence d’une classe moyenne pourraient contribuer à combler
ce retard. Toutefois, les gros risques et les risques complexes sont encore cédés sur des marchés d’assurance étrangers, car des capacités de gestion des risques spécialisés et des garanties de grande qualité
sont nécessaires. De nombreux cadres dirigeants interrogés sont inquiets face à cette fuite régulière des
primes, qu’ils considèrent comme une menace pour la viabilité du secteur national de l’assurance.
4. Quel que soit la branche, la rentabilité actuelle est mieux considérée que les tarifs des primes. Les pertes
ne sont pas encore arrivées à maturité. Les gains en capital, les gains d’intérêts et les dissolutions de
réserves soutiennent la rentabilité, alors qu’une meilleure efficacité des coûts devrait continuer à réduire
les ratios de coûts.
5. La plupart des personnes interrogées pensent que les primes d’assurance enregistreront une croissance
similaire ou plus rapide que celle du PIB. Les cadres dirigeants espèrent que les investissements d’infrastructure augmenteront et que d’autres assurances de particuliers deviendront obligatoires, ce qui
contribuerait à accroître la notoriété de l’assurance. La micro-assurance est également considérée comme
un accélérateur de croissance, bien que l’absence de réglementation en la matière soit fréquemment déplorée.
6. Les branches particuliers telles que les assurances de rente individuelles et l’assurance automobile, qui
est obligatoire dans la plupart des marchés africains, affichent la plus forte croissance sur le continent.
En revanche, les assurances collectives et le fret maritime, dont les tarifs sont sous pression en raison
d’une surcapacité, comptent parmi les branches qui progressent le plus lentement. L’assurance d’amortissement, qui vise à protéger les prêteurs, et les affaires dommages, qui requièrent de grandes capacités
spécialisées, sont réputées les plus rentables, les assurances automobile et santé étant les moins rentables.
7. En Afrique, les marchés d’assurance restent variés et fragmentés. La réglementation est considérée
comme inadaptée, car les sociétés sous-capitalisées se livrent à une concurrence par le prix et non par le
service, tandis que les activités transfrontalières souffrent du manque d’harmonisation des législations.
Les cadres dirigeants souhaitent une plus grande collaboration et citent souvent la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances (CIMA) comme un exemple de coopération régionale réussie.
8. Eu égard aux capacités excédentaires sur les marchés d’assurance mondiaux et au potentiel de croissance
des marchés d’assurance africains, les assureurs internationaux devraient conserver, voire accroître, leurs
parts de marché dans les activités d’assurance du continent. Des mesures protectionnistes pourraient atténuer la pression exercée par les sociétés étrangères, mais leurs connaissances dans la gestion des risques
et les garanties proposées par ces sociétés sont nécessaires pour assumer la plupart des gros risques.
6
Livre A4_French.indd 6
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:02
PRINCIPALES INTERPRÉTATIONS
DU BAROMÈTRE
L
e baromètre mesure les perceptions actuelles du marché de l’assurance en Afrique et les
examine au fil du temps pour déterminer les changements de comportement.
Principales interprétations (en % des personnes interrogées qui
sont d’accord)
Mai 2016
Les qualifications locales sont inappropriées.
69 %
La protection contre les catastrophes naturelles est inadaptée.
65 %
La réglementation de l’assurance est inappropriée.
65 %
La protection contre les risques politiques est inadaptée.
64 %
L’assurance-vie individuelle affiche la croissance la plus rapide.
54 %
L’assurance d’amortissement est la branche la plus rentable.
50 %
L’assurance automobile est la branche la moins rentable.
50 %
Les sociétés d’assurance en mains étrangères non africaines augmenteront leurs parts de marché.*
50 %
L’assurance Takaful (assurance islamique) progressera plus lentement
que le reste du marché.*
48 %
Structure du marché stable (concentration contre fragmentation du
marché)*
46 %
* Sur les douze prochains mois
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 7
7
22/04/2016 17:31:02
VUE D’ENSEMBLE DU MARCHÉ
L’Afrique subsaharienne parmi les régions affichant la croissance la
plus rapide dans le monde en 2015
Quelque 54 pays africains comptant une population totale d’environ 1,2 milliard d’habitants devraient générer en 2015 un PIB de 2,2 trillions de dollars des États-Unis (USD), soit près de 3 % du
PIB total dans le monde. Avec une progression estimée à 3,5 % cette même année contre 5 % un
an auparavant, l’Afrique subsaharienne reste l’une des régions affichant la croissance la plus rapide
dans le monde en 2015. D’après les prévisions, le PIB de l’Afrique du Nord devrait augmenter plus
lentement (2,5 % )1 en raison de l’instabilité politique, des importants déficits budgétaires et de la
baisse des prix du pétrole.
Graphique 1 : Croissance du PIB réel, 31 principales économies africaines (de 2010 à 2019
[prévisions], taux de croissance annuel moyen, en %)
10%
8%
6%
4%
2%
Zim
bab
Mo
wé
zam
biq
ue
Rw
and
a
Ta
nza
nie
Za
mb
ia
Nig
e
r
Bo
tsw
ana
Ga
bon
Cô
te d
’Iv
oir
e
Ke
nya
An
gol
a
Nig
éri
a
Na
mi
bie
Ca
me
rou
n
Ou
gan
da
Ré
pub
Ma
liq
law
ue
i
du
Co
ngo
Ma
roc
Sén
éga
Ile
l
Ma
uri
ce
Alg
eri
e
Ma
Ma
li
dag
Af
asc
riq
a
r
ue
du
Su
d
Eg
ypt
e
Tu
nis
ie
So
uda
n
ie
ana
iop
Gh
Eth
Mo
nde
0%
2010 - 2014
2015 - 2019 (Estimations /Prévisions)
Source: FMI, perspectives de l’économie mondiale, octobre 2015
Les faibles prix des matières premières contribueront-ils à accélérer
la transformation économique ?
La baisse des prix du pétrole devrait diminuer la croissance du PIB des pays exportateurs de pétrole
d’Afrique subsaharienne de 0,75 point de pourcentage en moyenne. Au Nigéria, la principale économie
de la région, la progression du PIB en 2016 devrait être inférieure de 2,5 points de pourcentage à celle
de 2015, contraignant le gouvernement à réduire les dépenses et à adapter sa politique monétaire et
de change pour atténuer la pression sur les finances publiques (p. ex. le naira nigérian s’est déprécié
de plus de 25 % depuis octobre 2014).
Malheureusement, la baisse des prix du pétrole ne bénéficie que marginalement à la plupart des 37
1 Source: Fonds monétaire international (FMI), mise à jour des perspectives de l’économie mondiale, janvier 2016
8
Livre A4_French.indd 8
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:02
pays subsahariens importateurs de pétrole. Dans un pays moyen dont les importations de pétrole
représentent quelque 20 % des importations totales et 7 % du PIB, une forte diminution des prix
du pétrole permet indéniablement de réaliser des économies substantielles. Toutefois, nombre de
ces pays dépendent énormément des exportations d’autres matières premières telles que l’huile de
palme, le bois et les métaux, dont les prix ont eux aussi sensiblement fléchi depuis 2014.
Reste à savoir si la baisse des prix des matières premières incitera les États à accélérer leur
transformation économique et l’intégration accrue de l’Afrique subsaharienne dans l’économie
mondiale. Bien que le commerce ait constitué par le passé un important moteur de la croissance, son
impact sur les gains de productivité du travail en Afrique a été plutôt limité.
Tableau 1 : PIB, PIB par habitant et rente des ressources naturelles, 30 principales économies africaines
Pays
Nigéria
Afrique du Sud
Égypte
Algérie
Angola
Maroc
Soudan
Kenya
Éthiopie
Tunisie
Tanzanie
Libye
Ghana
RD Congo
Côte d’Ivoire
Cameroun
Ouganda
Zambie
Gabon
Mozambique
Sénégal
Botswana
Zimbabwe
Namibie
République du
Congo
Maurice
Mali
Madagascar
Niger
Rwanda
Malawi
PIB 2014, en
mrd USD1
PIB 2014 par
habitant, en
USD*
Population
2014, en
millions
Rente 2014 des ress.
naturelles, en % du
PIB**
574
350
286
213
129
110
75
61
54
49
48
41
39
36
34
32
28
27
18
17
16
15
14
14
3 300
6 483
3 304
5 406
5 304
3 316
2 005
1 420
620
4 422
1 029
6 670
1 473
453
1 460
1 410
713
1 772
11 484
630
1 079
7 233
1 043
6 188
174
54
87
40
24
33
37
43
88
11
47
6
26
79
23
23
39
15
2
26
15
2
13
2
15,6 %
9,2 %
10,9 %
28,2 %
35,0 %
3,7 %
8,9 %
3,4 %
15,8 %
6,2 %
7,9 %
47,0 %
17,6 %
40,0 %
8,4 %
9,1 %
13,0 %
19,5 %
46,2 %
15,7 %
5,2 %
3,2 %
11,7 %
1,9 %
14
3 171
4
59,8 %
13
12
11
8
8
6
9 999
766
453
469
712
344
1
16
24
17
11
18
0%
13,3 %
9,8 %
18,3 %
6,6 %
14,0 %
* Source: FMI, perspectives de l’économie mondiale, octobre 2015
** Source: Banque mondiale. La rente des ressources naturelles correspond à la somme des rentes du pétrole, du gaz naturel,
du charbon (houille et charbon tendre), des minerais et des forêts. La rente économique d’une ressource naturelle équivaut
à la valeur des flux de services du capital qui sont générés par les ressources naturelles ou à leur part dans l’excédent brut
d’exploitation ; sa valeur est fixée par la valeur de l’extraction.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 9
9
22/04/2016 17:31:02
La dépréciation monétaire est un risque majeur pour la croissance
économique et la stabilité politique
Plusieurs monnaies africaines, dont le rand sud-africain, le naira nigérian et le cedi ghanéen, ont
sensiblement faibli face au dollar des États-Unis ces dernières années, les cours du marché se traduisant
par des sorties de capitaux et une hausse de l’inflation nationale. En 2015, la décision de la Banque
populaire de Chine de dévaluer le yuan pour tenter de stimuler la compétitivité des exportations
chinoises a détérioré encore plus la situation des pays africains qui dépendent des exportations
de pétrole et de minerais vers la Chine. Des dévaluations significatives risquent d’entraîner une
hyperinflation, voire une agitation sociale. En réaction, plusieurs pays, dont le Nigéria, l’Angola,
l’Éthiopie et le Mozambique, ont limité l’accès aux devises fortes pour essayer de protéger leurs
réserves décroissantes et de défendre leur monnaie nationale.
Graphique 2 : Renchérissement des prix à la consommation (en %) et dépréciation des monnaies face à l’USD (en %) en 20152
Source: Trading Economics (renchérissement 2015 des prix à la consommation) et OANDA (dépréciation des monnaies)
2 Renchérissement 2015 des prix à la consommation indisponible pour la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Libye, le Soudan et la République du
Congo
10
Livre A4_French.indd 10
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:02
Les faibles prix des matières premières et les risques pour la sécurité menacent la croissance économique
Malgré des risques significatifs, les taux de croissance du PIB prévus pour 2016 et 2017
(respectivement 4,0 % et 4,7 %) reflètent des perspectives économiques à court terme très favorables
pour l’Afrique subsaharienne. Les importants déficits du budget et de la balance des transactions
courantes exposent certains pays à une éventuelle réduction du financement externe. La mise en
place de politiques budgétaires plus strictes, à l’instar de pays comme le Nigéria, pourrait avoir des
répercussions négatives sur la croissance à court et à moyen termes.
Les expériences récentes ont également mis en évidence l’exposition de l’Afrique aux évolutions
conjoncturelles mondiales. Un ralentissement économique durable en Chine et en Europe, qui sont
les principaux partenaires commerciaux de l’Afrique subsaharienne, et une nouvelle appréciation
du dollar des États-Unis auraient certainement un effet négatif sur les perspectives de croissance
économique. Le terrorisme et l’instabilité politique découragent les investisseurs étrangers et se
traduisent par des risques sérieux en termes de budget et de croissance.
Le taux de croissance de 3,5 % prévu en 2016 et en 2017 indique que les prévisions demeurent solides
pour les pays d’Afrique du Nord, mais l’instabilité politique et sociale grandissante y représente un
risque majeur pour la croissance économique. En dépit de ces difficultés, les perspectives à moyen
et à long terme restent positives pour la plupart des pays africains et sont soutenues par une hausse
du revenu disponible de la classe moyenne émergente, par un renforcement et une diversification des
économies et par une amélioration des données démographiques.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 11
11
22/04/2016 17:31:02
Marchés d’assurance africains dominés par l’Afrique du Sud
En 2014, le volume des primes d’assurance en Afrique totalisait 69 milliards de dollars des ÉtatsUnis, contre 72 milliards en 2013. Le total 2014 découle aux deux tiers de l’assurance-vie et, pour
un tiers environ, de l’assurance non-vie (cf. graphique 3). L’Afrique du Sud domine les marchés
d’assurance africains : en 2014, sa part représentait 71 % du total des primes, 87 % du marché total
et 40 % de l’assurance non-vie.
Graphique 3 : Primes d’assurance en Afrique, par type (de 2010 à 2014, vie et non-vie, en
millions d’USD)
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
En 2014, les dix principaux marchés (Afrique du Sud, Maroc, Égypte, Nigéria, Kenya, Algérie,
Angola, Namibie, Tunisie et Maurice) ont comptabilisé des primes d’un montant de 63,4 milliards
de dollars des États-Unis, soit 92 % du total des primes en Afrique (cf. graphique 4). Parmi ces
marchés, le Kenya a enregistré la plus forte croissance des primes nominales, à savoir 20 % (12 %
après correction de l’inflation), tandis que l’Afrique du Sud, qui est le plus grand marché, a progressé
de 1 % sur la même période (taux corrigé de l’inflation).
12
Livre A4_French.indd 12
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:02
Graphique 4 : Répartition géographique des primes d’assurance en Afrique en 2014
(hors Afrique du Sud)
Source: Données de recherche sigma de Swiss Re
En 2014, les primes d’assurance représentaient 2,8 % du PIB africain. Hormis l’Afrique du Sud et
la Namibie, où le taux de pénétration de l’assurance atteignait respectivement 14 % (vie : 11,3 %,
non-vie : 2,7 %) et 7,3 % (vie : 5,1 %, non-vie : 2,2 %), la contribution de l’assurance au PIB était
sensiblement inférieure à la moyenne mondiale de 6,2 % dans tous les autres États africains. La
pénétration était en-dessous de 1 % dans plus de la moitié des pays d’Afrique. La faiblesse du revenu
disponible demeurera le principal obstacle au développement plus rapide du marché de l’assurance.
Sur le plan matériel, la dépréciation des principales monnaies africaines au cours des dernières années
affectera la performance des sociétés d’assurances qui établissent leurs comptes dans des monnaies
fortes, car la croissance de l’activité et du rendement des polices libellées en monnaies nationales
diminuera après conversion. De plus, l’affaiblissement des monnaies locales et la hausse consécutive
du prix des biens importés (p. ex. technologie et voitures) se traduiront par une augmentation des
prétentions dans certaines branches.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 13
13
22/04/2016 17:31:02
Forte progression des primes d’assurance-vie au Ghana, au Kenya
et au Maroc
En 2014, les primes d’assurance-vie en Afrique s’inscrivaient à 45,8 milliards de dollars des ÉtatsUnis, ce qui représente un taux de pénétration de l’assurance-vie de 1,9 %. Celui-ci est sensiblement
inférieur à la moyenne mondiale de 3,4 %. Avec un taux de croissance réelle corrigé de l’inflation de
1,6 %, l’assurance-vie en Afrique a également progressé plus lentement que les primes d’assurancevie dans le monde, qui ont augmenté de 3,4 % en 2014. À l’exception de l’Afrique du Sud, les
marchés africains de l’assurance-vie sont très petits et seuls cinq autres pays avaient un marché de
plus de 500 millions de dollars en 2014. Parmi les neuf principaux marchés vie en Afrique, le Ghana,
le Kenya et le Maroc ont enregistré une croissance très forte des primes d’assurance-vie ces dernières
années, alors que le marché égyptien n’a guère progressé (cf. graphiques 5 et 6).
Graphique 5 : Primes vie en 2014 (en millions d’USD) et taux de croissance annuel moyen des
primes réelles vie (corrigé de l’inflation, en %) de 2010 à 2014*/2013**
* Afrique du Sud, Maroc, Égypte, Namibie et Kenya
** Maurice, Nigéria, Côte d’Ivoire et Ghana
Source: Dr. Schanz, Alms&Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
14
Livre A4_French.indd 14
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
Graphique 6 : Répartition géographique des primes d’assurance-vie en Afrique en 2014
(hors Afrique du Sud)
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
Le graphique 7 présente un aperçu de la taille et du taux de pénétration actuels des marchés africains
de l’assurance-vie ainsi que leur taux de croissance récent. L’assurance-vie joue déjà un rôle important
en Afrique du Sud, à l’Île Maurice et en Namibie. De plus, sur ce dernier marché considérable, elle
progresse plus rapidement que le PIB. Même s’ils étaient très bas au départ, les taux de croissance
de la pénétration sont élevés au Zimbabwe, au Ghana, au Kenya et au Maroc, tandis qu’ils suivent la
progression du PIB au Botswana, en Tunisie, en Algérie et au Nigéria.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 15
15
22/04/2016 17:31:03
Graphique 7 : Pénétration de l’assurance-vie en 2014 et taux de croissance annuels moyens
correspondants de 2010 à 2014 (hors Afrique du Sud)
La taille des cercles reflète celle du marché de l’assurance-vie.
Une valeur de 0 % sur l’axe des abscisses signifie que la croissance de l’assurance-vie suit celle du
PIB.
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
Domination de l’assurance non-vie hors d’Afrique du Sud
Si l’on exclut l’Afrique du Sud, les primes d’assurance non-vie en Afrique s’établissaient à 13,8
milliards de dollars des États-Unis (ou à 71 % du total des primes) en 2014, dominant clairement
le secteur africain de l’assurance. Loin derrière l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Algérie, le Nigéria, le
Kenya, l’Égypte et l’Angola sont les plus grands marchés non-vie, dont la taille individuelle dépasse
1 milliard de dollars des États-Unis (cf. graphique 8).
16
Livre A4_French.indd 16
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
Graphique 8 : Répartition géographique des primes d’assurance non-vie en Afrique en 2014
(hors Afrique du Sud)
L’Algérie et le Kenya, qui affichent des taux de croissance annuels moyens des primes réelles de
respectivement 8,9 % et 8,2 %, sont les marchés non-vie qui progressent le plus rapidement. À
l’inverse, les pays exportateurs de pétrole que sont l’Angola et le Nigéria ont accusé un recul respectif
des primes de 2,6 % et 2,2 % (cf. graphique 9).
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 17
17
22/04/2016 17:31:03
Graphique 9 : Primes non-vie en 2014 (en millions d’USD) et taux de croissance annuel moyen des primes réelles non-vie (corrigé de l’inflation, en %), de
2010 à 2014*/2013**/2012***
*
Afrique du Sud, Maroc, Égypte, Nigéria et Kenya
** Algérie, Tunisie et Côte d’Ivoire
*** Angola
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
Parmi les plus petits marchés, la République du Congo, le Malawi et le Mozambique ont enregistré
une croissance rapide des primes non-vie au cours des cinq dernières années. Dans plusieurs autres
marchés africains dont ceux de la Namibie, du Ghana et de la Côte d’Ivoire, qui sont relativement
grands en Afrique, les primes d’assurance non-vie ont progressé plus lentement que le PIB sur la
même période (cf. graphique 10).
18
Livre A4_French.indd 18
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
Le graphique 10 présente un aperçu de la taille et du taux de pénétration actuels des marchés africains
de l’assurance non-vie ainsi que leur taux de croissance récent.
Graphique 10 : Pénétration de l’assurance non-vie en 2014 et taux de croissance annuels
moyens correspondants de 2010 à 2014 (hors Afrique du Sud)
La taille des cercles reflète celle du marché de l’assurance non-vie.
Une valeur de 0 % sur l’axe des abscisses signifie que la croissance de l’assurance non-vie suit celle
du PIB.
Source: Dr. Schanz, Alms & Company, d’après des données de recherche sigma de Swiss Re
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 19
19
22/04/2016 17:31:03
RÉSULTATS DE L’ÉTUDE DE MARCHÉ
1. Perspective globale : forces, faiblesses, opportunités et
menaces caractérisant les marchés d’assurance africains
Importance de la disponibilité des compétences pertinentes pour
tirer parti de la forte dynamique de croissance
La grande majorité des personnes interrogées estiment que la principale force du marché africain
réside dans la solide croissance de l’économie et du marché de l’assurance des pays d’Afrique,
laquelle dépasse la moyenne mondiale. L’amélioration de la robustesse et de la résilience du marché,
influencée en partie par les évolutions du cadre réglementaire, est le deuxième point fort le plus
fréquemment cité. Le troisième atout consiste dans les capacités de distribution étendues au sein
du marché de l’assurance africain. Certains assureurs considèrent également que la bancassurance
et la téléphonie mobile permettent d’accroître fortement la portée de l’assurance auprès des
consommateurs.
« Alors que le cadre réglementaire de l’assurance s’est nettement amélioré ces dernières
années dans de nombreux pays d’Afrique, le contrôle et la conformité effective avec
les règles et les réglementations sont souvent encore à la traîne. La mise en œuvre des
couvertures d’assurance obligatoires, la rapidité de la gestion et du règlement des sinistres,
le provisionnement et l’évaluation actuarielle, l’harmonisation du reporting financier, etc.
sont autant d’aspects qu’il faut régler au plus vite. Les gouvernements doivent développer et
appliquer des stratégies d’exécution répondant aux niveaux de compliance les plus élevés tout
en maintenant les coûts et les charges administratives aussi bas que possible. »
Corneille Karekezi, Directeur Général du Groupe et CEO, Africa Re
Graphique 11 : Forces du marché (nombre de mentions du critère)
La pénurie de compétences, en partie liée à l’émigration de la jeune génération diplômée, est
considérée comme la principale faiblesse de nombreux marchés africains. Parmi les défis, beaucoup
de personnes interrogées ont mentionné le manque de formations de qualité et, en particulier, le
20
Livre A4_French.indd 20
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
manque d’actuaires expérimentés. Cette faiblesse ne concerne toutefois pas l’ensemble des marchés
de l’assurance africains. Ainsi, les personnes interrogées ont souligné que l’accès à la main-d’œuvre
spécialisée était un atout décisif en Afrique occidentale.
« La pénurie de talents continue de compromettre le potentiel du secteur de l’assurance dans
de nombreux pays africains. Il est dans l’intérêt commun des gouvernements et du secteur
assurantiel de garantir le développement et l’acquisition des compétences, des aptitudes et
des connaissances pertinentes. »
Steven O. Oluoch, directeur général, ICEA Lion General Insurance Company
Le deuxième point faible est le fait que de nombreuses personnes n’ont pas conscience des avantages
que peuvent offrir les produits d’assurance, ce qui tient à leur manque de connaissances financières.
Parmi les dirigeants interrogés, certains ont relevé que le manque de produits d’assurance destinés
aux pauvres (micro-assurance) représentait un obstacle majeur à la poursuite d’une croissance
étendue et intégratrice. Certains assureurs ont toutefois précisé que la classe moyenne aisée souhaite
protéger ses acquis, à l’heure où de nouveaux canaux de distribution rendent les produits d’assurance
beaucoup plus accessibles et efficaces.
La troisième pierre d’achoppement est la concurrence excessive, que les acteurs du marché non-vie
sont les premiers à observer et à expérimenter.
Graphique 12 : Faiblesses du marché (nombre de mentions du critère)
La faible pénétration est considérée comme une opportunité majeure
À la question concernant les principales opportunités du marché régional, la plupart des personnes
interrogées soulignent la très faible pénétration de l’assurance en dehors de l’Afrique du Sud et de
la Namibie. Sur de nombreux marchés africains, les primes d’assurance représentent moins de 1 %
du PIB, soit nettement moins que le niveau mondial des marchés émergents, qui était de 2,7 % en
2014. Les opportunités liées au développement de nouveaux produits arrivent en deuxième position.
L’assurance-vie, les soins de santé, l’agriculture et la micro-assurance sont considérés comme des
branches qui pourraient tirer profit de l’élaboration de produits novateurs et plus ciblés dans un
avenir proche. Enfin, le développement de la classe moyenne est la troisième opportunité la plus
fréquemment citée. La croissance économique rapide dans des pays tels que le Ghana, le Kenya ou le
Nigéria s’est traduite par une hausse du nombre de personnes issues de la classe de revenu moyenne
supérieure qui peuvent financer des produits d’assurance destinés à protéger leurs revenus et leur
santé. BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 21
21
22/04/2016 17:31:03
Graphique 13 : Opportunités du marché (nombre de mentions du critère)
La fuite des primes vers l’étranger est perçue comme la principale
menace
La concurrence des marchés étrangers et la fuite des primes qui en résulte représentent la menace
la plus souvent évoquée pour le développement d’un marché d’assurance africain solide et durable.
L’impossibilité de conserver davantage de risques en Afrique tient non seulement à la pénurie de
compétences mais aussi à la capitalisation souvent faible des sociétés d’assurance africaines. La
pénurie de compétences et la concurrence excessive par le prix sont respectivement la deuxième
et la troisième menace les plus fréquemment citées. Si cette concurrence peut avoir un caractère
uniquement temporaire, la pénurie de compétences est plus importante d’un point de vue stratégique
et risque d’entraver l’évolution du marché à long terme.
« La pénurie de compétences continue à compromettre le potentiel du secteur de l’assurance
en Afrique subsaharienne. Des programmes de formation pratique dans les domaines de la
souscription, des finances et des sinistres s’imposent de toute urgence pour faire face à ce défi. »
Natalie van de Coolwijk, Directrice Générale, Willis Re Afrique du Sud
Graphique 14 : Menaces pour le marché (nombre de mentions du critère)
« Le développement d’un marché de l’assurance solide et durable nécessite des capacités
élevées de rétention du risque de la part des sociétés d’assurance. Les organismes africains
de réglementation de l’assurance doivent donc veiller davantage à l’adéquation des exigences
en matière de fonds propres. En effet, un niveau très bas de fonds propres dissuade non
seulement les assureurs de conserver davantage de risques, mais se traduit également par une
faible protection des consommateurs. »
Julius Magabe, Directeur Général, Sanlam Insurance
22
Livre A4_French.indd 22
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
2. Perspectives générales du marché de l’assurance
Tarifs d’assurance dans les branches entreprises
La détérioration des tarifs devrait se poursuivre, mais à un rythme
moins soutenu
Graphique 15 : Tarifs d’assurance
dans les branches entreprises
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Graphique 16 : Tarifs d’assurance
dans les branches entreprises
Perspectives pour les douze prochains mois
Plus des deux tiers des personnes interrogées estiment que les tarifs actuels dans les branches
entreprises africaines sont bas ou très bas par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Elles
considèrent que les tarifs de l’assurance des dommages industriels sont particulièrement bas sur
de nombreux marchés. Pire encore, plus d’un tiers d’entre elles tablent sur une poursuite de cette
tendance au cours des douze prochains moins, quoiqu’à un rythme moins soutenu.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 23
23
22/04/2016 17:31:03
La rentabilité actuelle des branches entreprises est mieux perçue
que les tarifs d’assurance
Graphique 17 : Rentabilité des
Graphique 18 : Rentabilité des
branches entreprisesbranches entreprises
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Perspectives pour les douze prochains mois
Plus de 50 % des participants à l’étude de marché estiment que la rentabilité des branches entreprises
est faible ou très faible. Les perspectives correspondantes sont un peu moins pessimistes, 60 % des
personnes interrogées tablant sur une rentabilité stable ou en hausse au cours des douze prochains
mois. D’une manière générale, la rentabilité actuelle des branches entreprises est mieux perçue que
les niveaux des tarifs, même si les perspectives sont négatives dans les deux cas.
Tarifs d’assurance dans les branches particuliers
Les branches particuliers sont en moins bonne position que les
branches entreprises
Graphique 19 : Tarifs d’assurance
dans les branches particuliers
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Graphique 20 : Tarifs d’assurance
dans les branches particuliers
Perspectives pour les douze prochains mois
La part des personnes interrogées qui estiment que les tarifs sont bas était encore plus importante
pour les branches particuliers que pour les branches entreprises. Les cadres dirigeants interrogés
s’attendent à une amélioration très limitée au cours des douze prochains mois ; plus d’un tiers d’entre
eux prédisent même une nouvelle détérioration. La concurrence est particulièrement acharnée pour
les affaires automobiles sur de nombreux marchés.
24
Livre A4_French.indd 24
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
Rentabilité des branches particuliers
Une lueur d’espoir à l’horizon
Graphique 21 : Rentabilité des
Graphique 22 : Rentabilité des
branches particuliersbranches particuliers
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Perspectives pour les douze prochains mois
Comme dans le cas des branches entreprises, la rentabilité actuelle des branches particuliers est jugée
plus positivement que les niveaux effectifs des prix. Les perspectives globales demeurent néanmoins
négatives, les cadres étant plus nombreux à tabler sur une baisse que sur une amélioration de la
rentabilité. Il semble malgré tout y avoir une lueur d’espoir à l’horizon, car les perspectives pour
les douze prochains mois ne sont pas aussi négatives que la détérioration effective de la rentabilité
enregistrée ces cinq dernières années.
Tarifs d’assurance vie collective
Prix planchers atteints sur de nombreux marchés
Graphique 23 : Tarifs d’assurance
Graphique 24 : Tarifs d’assurance
vie collectivevie collective
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Perspectives pour les douze prochains mois
Les tarifs d’assurance vie collective sont très contrastés ; ils affichent de fortes variations d’un
marché à l’autre, tant en ce qui concerne les prix actuels que les prévisions. Plus des deux tiers
des cadres interrogés estiment que les tarifs actuels sont bas ou très bas par rapport à la moyenne
des cinq dernières années. Toutefois, quelques marchés ont déjà enregistré de fortes hausses au
cours des dernières années. Dans l’ensemble, les affaires vie collective sont considérées comme
très concurrentielles sur la plupart des marchés, ne laissant que très peu de marges aux sociétés
d’assurance. Etant donné que de nombreux marchés ont atteint des prix planchers, près d’une
personne interrogée sur deux table sur une hausse des tarifs dans un avenir proche.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 25
25
22/04/2016 17:31:03
Rentabilité de l’assurance vie collective
Une stabilisation en vue ?
Graphique 25 : Rentabilité de l’assurance
Graphique 26 : Rentabilité de l’assurance
vie collectivevie collective
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Perspectives pour les douze prochains mois
Comme pour les autres branches, les cadres dirigeants interrogés estiment que la rentabilité de
l’assurance vie collective est meilleure que les niveaux effectifs des prix. Si près de 50 % des
participants considèrent que la rentabilité actuelle est plus faible ou beaucoup plus faible que la
moyenne des cinq dernières années, plus des deux tiers des personnes interrogées tablent sur une
stabilisation au cours des douze prochains mois et aucun dirigeant ne s’attend à des niveaux de
rentabilité très faibles sur la même période.
Tarifs d’assurance vie individuelle
La hausse des tarifs devrait se poursuivre
Graphique 27 : Tarifs d’assurance
Graphique 28 : Tarifs d’assurance
vie individuellevie individuelle
Niveau actuel par rapport aux cinq dernières années
Perspectives pour les douze prochains mois
D’après les participants à l’enquête, les affaires vie individuelle représentent actuellement la branche
la plus intéressante en Afrique. Environ un tiers des cadres dirigeants du secteur vie interrogés
considèrent que les tarifs actuels sont élevés ou très élevés, tandis que 57 % estiment que les tarifs
actuels sont en phase avec la moyenne des cinq dernières années. Les perspectives sont tout aussi
réjouissantes : près d’un tiers des personnes interrogées tablent sur une hausse des tarifs, plus de la
moitié d’entre elles s’attendant au minimum à une stabilisation.
26
Livre A4_French.indd 26
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
Rentabilité de l’assurance vie individuelle
Nouvelles améliorations en vue
Graphique 29 : Rentabilité de l’assurance
Graphique 30 : Rentabilité de l’assurance
vie individuellevie individuelle
Niveau actuel par rapport aux cinq
Perspectives pour les douze prochains mois
dernières années
La rentabilité actuelle de l’assurance vie individuelle est considérée comme positive, 86 % des
participants à l’enquête estimant qu’elle est très élevée, élevée ou moyenne. Les avis divergent d’un
marché à l’autre, et une seule personne a fait état d’une rentabilité inférieure à la moyenne sur cinq
ans. Les perspectives sont également positives, la majorité des personnes interrogées tablant sur de
nouvelles améliorations de la rentabilité et aucune ne s’attendant à une détérioration.
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 27
27
22/04/2016 17:31:03
Les primes d’assurance devraient dépasser le PIB sur la plupart des
marchés, à quelques exceptions près
Graphique 31 : Perspectives générales de croissance
Comme mentionné précédemment, la croissance des primes n’a été inférieure à la croissance du PIB
que sur quelques rares marchés africains. Aussi environ un quart des cadres dirigeants interrogés
s’attendent-ils à ce que les marchés de l’assurance croissent plus lentement que le PIB, tandis
que les trois quarts tablent sur une croissance plus rapide que le PIB ou en phase avec ce dernier.
Des dispositions légales et réglementaires inadéquates et l’inflation sont les obstacles les plus
fréquemment cités à une plus forte croissance. De nombreuses personnes interrogées souhaiteraient
que les gouvernements jouent un rôle plus actif dans le développement du marché en rendant
obligatoire un plus grand nombre de produits d’assurance, en améliorant l’éducation financière
et en investissant davantage dans les infrastructures. La micro-assurance est considérée comme
un important accélérateur potentiel de croissance, même si de nombreuses personnes interrogées
estiment qu’il serait urgent d’améliorer la réglementation correspondante (voire de l’introduire sur
certains marchés).
« Nous pensons que la croissance des marchés d’assurance africains et celui du Cameroun en
particulier pourrait être plus rapide que le PIB. Car, en plus du développement économique
des pays, la micro-assurance y aura une part significative. Toutefois, la question sécuritaire
aux frontières de certains États reste une préoccupation majeure y compris pour les marchés
d’assurance. »
Hernandez Lele, statisticien, Chanas Assurances
28
Livre A4_French.indd 28
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:03
3. Perspectives des différentes branches
Au cours des douze prochains mois, l’assurance vie, en particulier les assurances de rente individuelles,
devrait être la branche enregistrant la croissance la plus rapide en Afrique, stimulée essentiellement
par la progression de la classe moyenne disposant de moyens financiers élevés. Elle est suivie par les
affaires automobiles, dont la croissance est soutenue par des dispositions obligatoires sur la plupart
des marchés africains. Stimulée par les investissements d’infrastructure tant publics que privés,
l’assurance des risques techniques devrait être la troisième branche à afficher une croissance rapide
(cf. graphique 32).
Graphique 32 : Branches d’assurance affichant la croissance la plus rapide
(nombre de mentions de la branche)
Contrairement aux affaires de rente individuelles, qui affichent une croissance rapide, l’assurance
vie collective est la plus fréquemment citée parmi les branches dont la croissance est la plus lente.
L’assurance du fret maritime se classe en deuxième position. Conformément à la tendance mondiale
selon laquelle les capacités sont supérieures à la demande dans l’assurance du fret maritime, les prix
de cette couverture sont également sous pression en Afrique, d’où un ralentissement des taux de
croissance des primes. La demande intérieure atone et les ventes en berne sur certains grands marchés
d’exportation ont encore aggravé cette tendance. L’assurance dommages et l’assurance responsabilité
civile arrivent en troisième position des branches à croissance lente les plus fréquemment citées.
Alors que la timide progression des affaires dommages est souvent attribuée à une vive concurrence,
l’évolution des affaires responsabilité civile souffre d’une faible sensibilisation et de la réticence des
consommateurs à débourser de l’argent pour cette couverture (cf. graphique 33).
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 29
29
22/04/2016 17:31:04
Graphique 33 : Branches d’assurance affichant la croissance la plus lente
(nombre de mentions de la branche)
L’assurance d’amortissement se classe première parmi les branches les plus rentables. Etant donné
que de nombreux contrats de prêt sont liés à la conclusion de cette couverture pour protéger les
prêteurs, ce produit fait l’objet d’une forte demande, et pas uniquement dans la micro-assurance.
Il se caractérise par des taux de sinistres très bas, d’où une très grand rentabilité pour les assureurs
vie. Les assurances dommages, en particulier dans des domaines nécessitant des connaissances
spécialisées ou d’importantes capacités, arrivent en deuxième position des branches rentables les
plus fréquemment citées. Elles sont talonnées par les assurances des risques techniques, dont la
rentabilité tient aux mêmes raisons (cf. graphique 34).
Graphique 34 : Branches d’assurance les plus rentables (nombre de mentions de la branche)
L’assurance automobile est soumise à une vive concurrence sur la plupart des marchés africains,
ce qui la rend peu rentable pour les assureurs. Les possibilités limitées de sélection du risque dans
cette branche obligatoire et la forte inflation des sinistres sont considérées comme les principales
causes de ces mauvais résultats. En toute logique, la branche automobile est la moins rentable
parmi celles qui sont le plus fréquemment cité. Les assurances santé et dommages sont également
considérées comme peu rentables, mais dans une moindre mesure que l’assurance automobile.
Comme mentionné précédemment, les opinions sur les assurances dommages sont partagées : si
les gros risques et les affaires nécessitant une expertise de pointe sont jugés rentables, les affaires
hautement standardisées et facilement accessibles sont soumises à une rude concurrence et réputées
peu rentables (cf. graphique 35).
30
Livre A4_French.indd 30
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:04
Graphique 35 : Branches d’assurance les moins rentables
(nombre de mentions de la branche)
4. Les principaux défis du marché de l’assurance africain
Environ deux tiers des dirigeants interrogés estiment que le niveau actuel de réglementation de
l’assurance n’est pas approprié sur leurs marchés respectifs. De nombreux dirigeants sont d’avis que
le manque de données et de statistiques fiables, les faibles exigences en matière de fonds propres
et l’application limitée des dispositions réglementaires constituent des handicaps importants. Sur
certains marchés, l’abondance de sociétés sous-capitalisées a entraîné une concurrence excessive
par le prix et non par le service. Cette situation pourrait se traduire par une perte de confiance des
consommateurs. Tandis que la coopération au sein des marchés membres de la CIMA en Afrique
de l’Ouest est citée comme un exemple positif et efficace de collaboration régionale, de nombreux
dirigeants aspirent à une plus grande coopération entre d’autres régulateurs africains, qui permettrait,
dans l’idéal, d’harmoniser davantage les régimes de réglementation. Le manque d’autonomie des
organismes de réglementation, la surrèglementation et le déficit important de réglementation dans le
domaine de la micro-assurance sont d’autres déficiences qui ont été citées (cf. graphique 36).
« L’environnement réglementaire incohérent et sans cesse changeant représente un des
grands défis auxquels notre secteur est confronté en Afrique subsaharienne. Pour les clients
multinationaux, les intermédiaires et les assureurs qui souhaitent concevoir une couverture
pour de gros risques et accéder à des programmes d’assurance d’envergure mondiale, ne
serait-ce que pour une partie de ces risques, le processus peut être très frustrant, car il n’existe
pas de mode opératoire uniforme dans toute la région. Ce qui fonctionne sur un marché ne
fonctionnera pas sur un autre. En fin de compte, ce manque d’harmonisation réglementaire
est un obstacle majeur à la poursuite de la croissance sur nos marchés. »
Michael Duncan, Directeur Général, Marsh Africa
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 31
31
22/04/2016 17:31:04
Graphique 36 : Niveau de réglementation du marché de l’assurance
Plus de 60 % des personnes interrogées considèrent que la protection contre les catastrophes
naturelles, qui incluent aussi la sécheresse, n’est pas adéquate. La faible pénétration de l’assurance
dans ce domaine résulte de problèmes du côté tant de la demande que de l’offre. D’une manière
générale, le potentiel de sinistres des catastrophes naturelles tend à être sous-estimé, en particulier
en Afrique subsaharienne. De plus, de nombreuses sociétés ne sont pas en mesure de proposer
des produits d’assurance adéquats et abordables en matière de catastrophes naturelles. Quant aux
consommateurs, ils ne sont souvent pas au courant de l’existence de ces produits ni des avantages
que ceux-ci peuvent procurer. L’introduction d’une obligation d’assurance et la création de pools
d’assurance nationaux ou régionaux sont autant de mesures suggérées par les dirigeants afin de
remédier aux lacunes actuelles (cf. graphique 37).
Graphique 37 : Protection contre les catastrophes naturelles
À l’exception de quatre pays (Afrique du Sud, Namibie, Maroc et Zambie), tous les autres pays
d’Afrique font partie des « pays à risque politique élevé » (risque politique «moyennement élevé»
à «très élevé»). En conséquence, seul un tiers environ des personnes interrogées pensent que la
protection contre les risques politiques est adéquate sur leurs marchés respectifs. La plupart exercent
leurs activités dans des pays où le niveau du risque politique perçu est moins élevé que le niveau
réel. Pour stimuler le développement, certains participants plébiscitent l’introduction de programmes
d’assurance obligatoires afin de couvrir certains risques politiques. D’autres suggèrent de se focaliser
davantage sur des aspects bien précis tels que les grèves, les émeutes et les troubles civils ainsi que
sur la couverture du terrorisme, plutôt que de proposer systématiquement des produits couvrant
toute la gamme de risques politiques. Certains dirigeants interrogés ont également souligné que
la couverture du risque politique n’était souvent acquise qu’avant des élections sur leurs marchés
respectifs. D’une manière générale, les acheteurs potentiels estiment que le coût de cette assurance
est trop élevé (cf. graphique 38).
32
Livre A4_French.indd 32
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:04
Graphique 38 : Protection contre les risques politiques
La pénurie de compétences techniques sur les marchés locaux est la menace la plus fréquemment
citée. L’impression que les compétences actuarielles et de gestion des risques font défaut de même
que le manque généralisé de certifications sont considérés comme des inconvénients majeurs. Des
dirigeants interrogés suggèrent d’élargir l’offre locale de cours de formation et estiment nécessaire
que le secteur de l’assurance, les universités et les gouvernements unissent leurs efforts pour combler
le déficit de compétences actuel. D’autres souhaiteraient que les organismes de réglementation
proposent des cours de formation en contre partie des taxes réglementaires qu’ils perçoivent. De
plus, l’entrée de sociétés d’assurance étrangères sur le marché devrait être liée au développement
professionnel et à la formation des employés locaux. En particulier, les investisseurs étrangers
devraient accorder une attention accrue au développement des ressources humaines (cf. graphique
39).
« La poursuite du développement des marchés de l’assurance africains passe impérativement
par l’éducation aux risques. Le continent a besoin de davantage de gestionnaires des risques,
d’inspecteurs des sinistres et d’autres spécialistes de l’assurance pour faire progresser le
marché. Il faut que les intervenants publics et privés sur le marché de l’assurance africain
se mobilisent pour établir et promouvoir des programmes d’éducation. »
Peter King, Directeur Général, CK Re
Graphique 39 : Niveau des compétences techniques locales
Une concentration du marché se profile
Dans l’ensemble, la majorité des dirigeants s’attendent non pas à une plus faible, mais à une plus
forte concentration du marché à l’avenir. Certains marchés sont considérés comme saturés : trop
d’intervenants se livrent à une concurrence par le prix sans se différencier suffisamment de leurs
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 33
33
22/04/2016 17:31:04
concurrents. Les barrières à l’entrée, comme les exigences en matière de fonds propres, sont souvent
jugées trop faibles. Une consolidation doit avoir lieu sur le marché pour faire naître la confiance chez
les consommateurs. La faiblesse des barrières sur le plan financier induit une érosion de la confiance,
en particulier lorsqu’il s’avère que les assureurs ne sont pas en mesure de satisfaire des prétentions
légitimes.
Graphique 40 : Perspectives concernant la structure du marché
La concurrence étrangère devrait s’intensifier
Les marchés de l’assurance africains sont, depuis plus de dix ans, sur l’écran radar des sociétés
d’assurance occidentales à la recherche d’opportunités de croissance et de diversification. Plus de
90 % des personnes interrogées tablent sur la stabilité voire sur la hausse des parts de marché des
sociétés d’assurance étrangères non africaines au cours des douze prochains mois. De nombreux
dirigeants pensent que les dispositions légales et réglementaires nationalistes, telles que les cessions
prioritaires qui ont déjà été introduites sur certains marchés, allégeront un peu la pression subie
par les compagnies nationales et contribueront à exercer une contre-pression face aux concurrents
étrangers, qui ouvrent déjà des bureaux en Afrique ou sont à la recherche d’opportunités de fusionsacquisitions. D’une manière générale, étant donné que de nombreux gros risques nécessitent des
connaissances spécialisées dans la gestion des risques et des garanties financières élevées qui font
actuellement défaut au sein des sociétés nationales, la part de marché des sociétés en mains non
africaines devrait au moins rester stable (cf. graphique 41).
« Nous nous attendons à ce que des capacités d’assurance supplémentaires arrivent sur les
marchés d’assurances africains. Premièrement, la capacité des grands assureurs d’envergure
mondiale augmente. Deuxièmement, les courtiers multiplient leurs activités et accroissent
l’apport de capacités internationales. Troisièmement, les assureurs africains renforcent
leur présence à travers tout le continent en procédant à des acquisitions et en étendant leurs
activités. »
Lukas Müller, responsable Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, Swiss Re
34
Livre A4_French.indd 34
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:04
Graphique 41 : Perspectives concernant la part de marché des assureurs (non africains)
en mains étrangères
Canaux de distribution : la croissance la plus rapide devrait provenir
des courtiers, puis de la bancassurance et de la téléphonie mobile
Les courtiers en assurances devraient être le canal de distribution qui affichera la croissance la plus
rapide, suivis de la bancassurance et des entreprises de téléphonie mobile. Les agents et les courtiers
continueront à jouer un rôle crucial dans la sensibilisation des consommateurs aux avantages de
l’assurance. Les courtiers sont souvent sollicités pour les gros risques, tandis que les agents dominent
les affaires de particuliers. Certains courtiers locaux et régionaux sont affiliés à des sociétés de courtage
d’envergure mondiale, ce qui constitue un avantage pour de nombreuses personnes interrogées. Les
perspectives de la distribution par téléphone portable dépendent des avancées technologiques et
de l’infrastructure de communication des différents marchés. À ce jour, ce type de distribution ne
constitue pas un canal de vente important et ne joue un rôle que sur les marchés les plus vastes et les
plus développés (cf. graphique 42).
Graphique 42 : Perspectives concernant les canaux de distribution à la croissance
la plus rapide
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 35
35
22/04/2016 17:31:04
Perspectives de croissance limitées pour l’assurance Takaful sur la
plupart des marchés
Près de 50 % des personnes interrogées sont d’avis que le marché africain de l’assurance Takaful
(assurance islamique) enregistrera une croissance plus lente que l’ensemble du marché de l’assurance.
Sur un petit nombre de marchés tels que le Soudan ou l’Égypte, la croissance de l’assurance Takaful
devrait toutefois dépasser celle du marché de l’assurance. Pour environ un tiers des dirigeants
interrogés, l’assurance Takaful n’entrait même pas en ligne de compte, car la demande était très
limitée voire inexistante sur leurs marchés (cf. graphique 43).
Graphique 43 : Perspectives de croissance de l’assurance Takaful sur les marchés islamiques
5. Mesures prioritaires pour promouvoir le secteur de
l’assurance
Lorsqu’on leur demande quelles sont les mesures les plus susceptibles de promouvoir le secteur de
l’assurance sur leurs marchés respectifs, les personnes interrogées mentionnent le plus souvent le
besoin d’améliorer la visibilité de l’assurance et l’éducation financière. La pauvreté reste le principal
obstacle à la poursuite du développement des marchés de l’assurance. De nombreux pauvres
n’ont pas encore connaissance des avantages d’une assurance et ne profitent donc pas des produits
assurantiels. Etant donné qu’une part élevée de pauvres vivent dans des zones rurales éloignées, les
agents d’assurance ont souvent du mal à les conseiller. En conséquence, le marché rural demeure
largement inexploité.
« Dans la plupart des pays d’Afrique, il est nécessaire d’accroître sensiblement la visibilité
de l’assurance. Les organismes de réglementation de l’assurance devraient multiplier leurs
efforts pour renforcer la sensibilisation à l’assurance au sein des populations, mais aussi
pour promouvoir l’attrait du secteur dans les choix de carrière. »
RajabKakusa, Directeur Général, Tanzania National Reinsurance Corporation
36
Livre A4_French.indd 36
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:04
Une réforme de la réglementation est la deuxième mesure de promotion du marché la plus
fréquemment citée. La plupart des dirigeants souhaiteraient que la coopération entre les organismes
africains de réglementation s’intensifie, que les règles et les dispositions existantes soient appliquées
plus systématiquement et que les gouvernements accordent davantage d’autonomie aux organismes
de réglementation. En outre, ces derniers devraient se focaliser davantage sur la rentabilité et sur la
durabilité des modèles commerciaux des assureurs. La micro-assurance est un autre domaine dans
lequel des améliorations sont jugées nécessaires. Même si la plupart des gouvernements africains
admettent qu’un meilleur accès aux services d’assurance aide à réduire la pauvreté et à promouvoir
le développement économique et social, de nombreux prestataires de micro-assurance en Afrique
ne sont soumis à aucune réglementation ni surveillance de la part des organismes de réglementation
nationaux respectifs.
« L’introduction de cadres réglementaires adéquats dans la micro-assurance est cruciale pour
promouvoir les marchés d’assurance africains. Les autorités réglementaires doivent instaurer
les normes aptes à garantir la fourniture efficace et effective de produits de micro-assurance
adaptés ainsi que la viabilité, la croissance et le développement durable du secteur de la microassurance. »
Janine Diagou, Directrice Générale, Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance (NSIA)
Le développement de produits plus pertinents, en particulier dans le domaine de la micro-assurance,
est la troisième mesure prioritaire. Néanmoins, de nombreux dirigeants interrogés mentionnent les
difficultés liées au développement de produits attrayants de micro-assurance. La part représentée
par les coûts de développement et de distribution des produits (dans la prime d’assurance totale)
est souvent beaucoup plus élevée pour les produits de micro-assurance que pour les produits qui
s’adressent, par exemple, à la classe moyenne émergente.
Graphique 44 : Mesures les plus à même de faire progresser le secteur de l’assurance en
Afrique (nombre de mentions du critère)
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
Livre A4_French.indd 37
37
22/04/2016 17:31:04
6. Rôle de l’OAA dans la progression du secteur de l’assurance
Les participants ont été interrogés sur le rôle que devrait jouer, selon eux, l’OAA dans la progression
du secteur de l’assurance en Afrique. Ils souhaitent pour la plupart que l’OAA soutienne encore
davantage la coopération régionale via un partage de bonnes pratiques entre ses membres issus de
différents pays, que ce soit par l’intermédiaire de publications ou de conférences. L’OAA devrait en
particulier s’engager activement aux côtés des gouvernements et des organismes de réglementation
de l’assurance africains pour favoriser davantage l’harmonisation de la réglementation du marché.
« Le manque d’harmonisation de la réglementation entre les pays représente un obstacle
majeur à la croissance et à l’expansion régionale des sociétés d’assurance africaines. Les
organisations sectorielles et les gouvernements devraient déployer des efforts communs pour
réclamer l’élimination des entraves actuelles. »
Larry Ademeso, Directeur Général, Custodian Life Assurance Ltd.
Ce rôle est étroitement lié à la mission de promoteur que l’OAA est appelée à remplir. L’OAA est
considérée comme l’organisme idéal pour rassembler, consolider et structurer les opinions de ses
membres vis-à-vis des gouvernements, des autorités de réglementation et du public. Les personnes
interrogées sont convaincues que les avis émis par l’OAA en sa qualité de porte-parole du secteur
sont susceptibles d’avoir un fort impact et une portée significative.
Le troisième critère cité est l’offre ou l’organisation de cours de formation par l’OAA. Cet aspect
est largement corrélé à l’impression d’un manque de compétences assurantielles en Afrique, qui a
été mentionnée précédemment. D’après les dirigeants interrogés, l’assurance est souvent faiblement
perçue dans les pays africains, et la profession d’assureur n’est pas considérée comme attrayante.
Des cours de formation professionnelle de qualité pourraient améliorer cette image négative.
Graphique 45 : Contribution de l’OAA souhaitée par les dirigeants pour faire progresser le
secteur de l’assurance en Afrique (nombre de mentions du critère)
38
Livre A4_French.indd 38
BAROMÈTRE 2016 DE L’ASSURANCE EN AFRIQUE
22/04/2016 17:31:04
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
6 011 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler