close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Collectif pour un Québec sans pauvret - Presse

IntégréTéléchargement
s à l'aide sociale - François Blais à fond de train contre les plus pauvres (Collectif pour un Québec sans p
Extrait du Presse-toi à gauche !
http://www.pressegauche.org/spip.php?article26355
Coupes à l'aide sociale François Blais à fond de train
contre les plus pauvres
(Collectif pour un Québec sans
pauvreté)
Date de mise en ligne : mercredi 11 mai 2016
- Actualité et luttes au quotidien -
Copyright © Presse-toi à gauche ! - Tous droits réservés
Copyright © Presse-toi à gauche !
Page 1/2
s à l'aide sociale - François Blais à fond de train contre les plus pauvres (Collectif pour un Québec sans p
QUÉBEC, le 11 mai 2016 - Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais,
vient de dévoiler ses intentions réglementaires sur le projet de loi 70. Il y confirme que les
personnes participant au programme Objectif emploi seront susceptibles de se faire couper
leur prestation de base en cas de manquements aux obligations prévues par le ministre. Le
Collectif enrage de constater la fermeture complète de François Blais à toute remise en
question du projet de loi 70.
Une personne seule à l'aide sociale touche un revenu de 726$ par mois, ce qui lui permet à peine de couvrir la
moitié des besoins de base reconnus. Comment alors le ministre François Blais peut-il envisager de couper 224$ à
ce montant ? Le porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Serge Petitclerc, dénonce l'acharnement
du ministre : « Quand le ministre prend cette décision, il sait qu'il appauvrira potentiellement des milliers de
personnes parmi les plus pauvres de la société. Cette décision est carrément indigne de sa fonction. »
« Avec des revenus de 726$ par mois, une personne est déjà en situation de survie. Comment le ministre peut-il
croire qu'elle pourra s'en tirer avec 500$ par mois ? » s'interroge Serge Petitclerc. Rappelons que le coût minimal
pour bien se nourrir lorsqu'on vit seul est de 276$ par mois. Cela laisserait 224$ à la personne pour couvrir
l'ensemble de ses autres besoins, dont le loyer. Par exemple, pour un studio à Montréal, le loyer était de 577$ en
moyenne en 2015, d'après la Société canadienne d'hypothèque et de logement.
En plus de rendre la vie encore plus misérable aux personnes au bas de l'échelle, François Blais démontre qu'il n'a
rien retenu des critiques que sont allées lui présenter la presque totalité des organisations consultées par la
commission parlementaire. Soulignons le caractère discriminatoire et contreproductif de l'approche punitive prônée
par le ministre, qui brime les droits des personnes en situation de pauvreté, pourtant protégés par la Charte des
droits et libertés de la personne.
Si ce ministre et son gouvernement souhaitent réellement « briser le cycle de la pauvreté », les solutions ne
manquent pas : salaire minimum à 15$, grand chantier de logements sociaux, gratuité scolaire de la petite enfance
aux études supérieures, etc. Le premier pas demeure évidemment le retrait pur et simple du projet de loi 70.
Copyright © Presse-toi à gauche !
Page 2/2
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
12 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler