close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV15 - DRAAF Bretagne

IntégréTéléchargement
n°15
10 mai 2016
En Bref
Colza (p. 2)
Stade
Charançon des
siliques
Stade majoritaire : G4
Pour les parcelles ayant atteint le stade G4 : risque nul.
Pour les autres parcelles : attention aux vols annoncés dans les jours à venir. Risque moyen.
Pucerons cendrés Risque faible. Colonies faiblement présentes dans les parcelles.
Blé (p. 4)
Stade
86 % des parcelles ont atteint ou dépassé le stade « dernière feuille pointante ».
Septoriose
Des parcelles du réseau ont atteint le seuil de risque. Attention particulière sur les parcelles avec des variétés sensibles au stade « dernière feuille pointante ou étalée ».
Risque septoriose (modélisation Arvalis-Institut du végétal) : risque fort pour toutes les situations sauf pour quelques
situations en Centre Bretagne semées tardivement où le risque est encore faible à moyen.
Rouille jaune
Surveiller son évolution. 9 cas signalés.
Oïdium
Pas de développement de la maladie. Surveiller son évolution sur les variétés sensibles.
Rouille brune
Maladie très discrète pour le moment. Risque faible.
Orge (p. 6)
Stade
Stade majoritaire pour cette semaine : sortie des barbes
Maladies Foliaires Légère évolution des maladies foliaires. Surveillance des variétés sensibles.
Triticale p. 8)
Stade
3 parcelles observées ont atteint le stade « épiaison ».
Maladies foliaires Surveiller les variétés sensibles à la rouille jaune et à l’oïdium.
Protéagineux (p. 9)
Stade
Féverole d’hiver : « pleine floraison » ; Féverole de printemps : « 9 feuilles ou + »
Pois protéagineux d’hiver : « floraison » ; Pois protéagineux de printemps : « 4 feuilles » à « 9 feuilles »
Botrytis
Maintenir la surveillance sur féverole d’hiver. Présent majoritairement sur les parties basses des plantes
Ascochytose
Présente sur les parcelles de pois d’hiver à des intensités variables
Ravageurs
Surveiller les thrips sur les pois de printemps. Surveiller les sitones dès la levée des pois de printemps. Apparition de
pucerons noirs sur féverole d’hiver et de pucerons verts sur pois de printemps.
Lin oléagineux (p. 11)
Stade
Lin oléagineux d’hiver : F1(= 1ère fleur visible) à F5 (= 50% des fleurs sont ouvertes)
Lin oléagineux de printemps : D1 (= 10 cm)
Altises
Maintenir une surveillance sur les parcelles de lin de printemps n’ayant pas atteint le stade 5 cm et peu poussantes.
Thrips
Maintenir la surveillance.
Septoriose
Evaluation du risque à la parcelle. Maintenir la surveillance.
Page 2
COLZA
17 parcelles de colza suivies cette semaine (Côtes d’Armor : 2, Finistère : 5, Ille-et-Vilaine : 8, et Morbihan : 2).
Stades
Les stades observés vont de « G1 / chute des premiers pétales» à « G4 / les dix premières siliques sont bosselées ».
Le stade majoritaire pour cette semaine est G4 (10 parcelles).
Stade du colza : G4
Source : Terres Inovia
Ravageurs
Charançon des siliques : Risque moyen
Individus un peu plus présents cette semaine :
28 charançons ont été capturés cette semaine dans 7 cuvettes relevées (sur 14 observées). La hausse des
températures en fin de semaine dernière a été favorable aux vols des charançons bien que les captures
restent très modérées (début de semaine très mitigé).
Des adultes ont été vus sur les plantes dans 8 parcelles (sur les 17 observées) : en moyenne 0.23 charançon par plante. Sur les 17 parcelles, seule une parcelle dépasse le seuil de risque et est dans la période
de risque. La parcelle est située à Lamballe (22).
Maintenir une surveillance :
D’après le modèle de prévision du risque climatique, Proplant (disponible sur le site de Terres Inovia),
les conditions climatiques sont favorables aux vols des charançons mais également aux cécidomyies
(ravageur profitant de l’activité des charançons des siliques pour pondre dans les siliques et occasionner
leur éclatement). Une surveillance doit être maintenue dans les parcelles.
Charançon des siliques
Source : Fredon Bretagne
Période d’observation : Formation des premières siliques (G2) aux 10 premières siliques bosselées (G4).
Seuil indicatif de risque : Plus d’un charançon sur 2 plantes à l’intérieur des parcelles.
Pucerons cendrés : Risque faible
Pas de développement des colonies des pucerons :
Des colonies de pucerons sont toujours observées dans 5 parcelles situées dans le Finistère (Fouesnant, St
Hernin), en Ille-et-Vilaine (Gévezé, Lalleu) et dans le Morbihan (Béganne). Aucune parcelle ne dépasse le
seuil de risque. Les colonies ne se sont pas développées depuis la semaine dernière.
Maintenir une surveillance :
Toutes les parcelles sont dans la période de sensibilité. Les colonies sont essentiellement vues en bordure
de parcelles. Assurer une surveillance dans les parcelles car la hausse des températures peut être favorable au développement des colonies. Surveiller également le développement des auxiliaires pouvant aider
à la régulation des colonies de pucerons.
Période d’observation : Reprise de végétation aux 10 premières siliques bosselées (G4).
Seuil indicatif de risque : 2 colonies par m².
Colonie de pucerons cendrés
Source : Fredon Bretagne
Page 3
Maladies : Etat sanitaire satisfaisant
Sclérotinia
Les premiers symptômes ont été signalés dans deux parcelles situées en Ille-et-Vilaine : en moyenne 5% des plantes touchées..
Pseudocercosporella
2 parcelles touchées : en moyenne 18% des feuilles à Béganne (56) et Paule (22).
Mycosphaerella
2 parcelles touchées : en moyenne 15% des feuilles à Plourin Les Morlaix (29) et Domloup (35).
Cylindrosporiose : légère évolution des symptômes
3 parcelles touchées (en moyenne 53% des plantes touchées) à Saint Hernin (29), Paule (22) et Guipry (35).
C’est une maladie que l’on ne rencontre pas tous les ans aussi précocement, mais cette année est particulièrement à risque
Symptômes de cylindrosporiose sur
tige et sur feuilles
Source : Terres Inovia
Rappel des principales consignes pour la protection des abeilles :
En présence de fleurs dans les parcelles, il est important de respecter les bonnes pratiques pour protéger des insectes pollinisateurs.
- N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée avec l’emballage du produit.
- Dans les situations proches de la floraison, sur colza, en pleine floraison ou en période de production d’exsudats, utiliser un
insecticide ou acaricide portant la mention « abeille », autorisé « pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d’abeilles » et intervenir le soir par température <13°C (et jamais le matin) lorsque les ouvrières sont dans la ruche
ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les
autres auxiliaires des cultures potentiellement exposés.
- Attention, la mention « abeille » sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le produit est inoffensif pour les
abeilles. Cette mention « abeille » rappelle que, appliqué dans certaines conditions, le produit a une toxicité moindre pour
les abeilles mais reste potentiellement dangereux.
- Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles sont utilisées, ces familles de
matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle en appliquant l’insecticide pyréthrinoïde en premier.
- Afin d’assurer la pollinisation, de nombreuses ruches sont en place dans les parcelles de multiplication de semences. Les
traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines, peuvent avoir
un effet toxique pour les abeilles. Limiter la dérive lors des traitements.
- Veiller à informer le voisinage de la présence de ruches.
Page 4
BLE
55 parcelles suivies cette semaine (Côtes d’Armor : 13, Finistère : 9, Ille-et-Vilaine : 16 et Morbihan : 17).
(observations faites sur 7 parcelles non traitées et 48 parcelles traitées)
Stades
Les stades observés vont de « 2 nœuds » (1 parcelle située dans le
Finistère et semée le 02 décembre) au stade « épiaison complète »
(3 parcelles situées dans le Morbihan et en Ille-et-Vilaine et semées
le 23, 24 et 26 octobre).
Pour 35% des parcelles suivies (19 parcelles sur 55), le stade majoritaire est « dernière feuille étalée ».
Maladies
Oïdium : aucune évolution — Risque faible
Cette maladie n’a pas évolué depuis la semaine dernière : aucune dépassement de seuil
de risque constaté. L’oïdium est toujours observé sur la base des tiges et les feuilles
basses et a été vu sur seulement 4% des parcelles (2 parcelles sur 55). Les variétés touchées sont Barok (assez résistant) et Fructidor (assez résistant).
Les conditions climatiques (fréquentes averses annoncées) sont peu favorables au développement de la maladie.
Période d’observation : A partir du stade « Epi à 1 cm ».
Seuil indicatif de risque :
Variétés sensibles : si plus de 20% des F3, F2 ou F1 déployées sont
•
atteintes (feutrage blanc couvrant 5% de la surface)
Variétés tolérantes : si plus de 50% des F3, F2 ou F1 déployées sont
•
Source : Arvalis - Institut du végétal
atteintes (feutrage blanc couvrant 5% de la surface
Si l’oïdium n’est présent uniquement qu’à la base des tiges ou s’il couvre moins de 1% de la surface foliaire (1 ou 2 feutrages
blancs), le risque est faible.
Septoriose : très légère évolution
Feuilles
% de parcelles
touchées
% de feuilles touchées dans les
parcelles atta-
% de surface foliaire
touchée dans les parcelles attaquées
F2
41 %
25 %
5%
F3
88 %
52 %
13 %
F4
92 %
78 %
33 %
Avec les conditions climatiques de la semaine dernière (hausse des températures et fréquentes averses), la maladie a légèrement évolué sur les étages foliaires supérieurs.
11 parcelles ont dépassé le seuil de risque.
Source : Arvalis - Institut du végétal
Poursuivre la surveillance sur les parcelles ayant une variété sensible et arrivant au stade « dernière feuille pointante ou étalée »
car les conditions climatiques sont très propices au développement de la maladie sur les étages supérieurs.
Période d’observation : A partir du stade « 2 nœuds »
Seuil indicatif de risque :
A 2 nœuds :
Pour les variétés sensibles : si plus de 20% des F2 observées présentent des symptômes
•
Pour les variétés peu sensibles : si plus de 50% des F2 observées présentent des symptômes.
•
A dernière feuille pointante :
•
Pour les variétés sensibles : si plus de 20% des F3 observées présentent des symptômes
Pour les variétés peu sensibles : si plus de 50% des F3 observées présentent des symptômes.
•
Page 5
Rouille jaune : développement à surveiller
Cette semaine, cette maladie a été observée dans 9 parcelles du réseau. Les variétés touchées sont
Fluor, Rubisko, Tulip, Ephoros, Mandragor et Cellule.
Intensité de la maladie à l’échelle
de la parcelle
Nombre de
situations
Traces présence (1%)
3
Lanrivoare (29) / Fluor (7)
Bignan (56) / Rubisko (7)
Elven (56) / Tulip (8)
Quelques foyers
3
Plouigneau (29) / Ephoros (2)
Crédin (56) / Tulip (8)
Matignon (22) / Mandragor (6)
Nombreux foyers bien répartis
3
Plouaret (22) / Cellule (7)
Pléboulle (22) / Fluor (7)
Saint Pôtan (22) / Fluor (7)
Lieux (dpt)/variétés (notes GEVES)
Au vu des conditions climatiques (hausse des températures et temps couvert), l’évolution de la
maladie doit être particulièrement surveillée, notamment sur les variétés sensibles.
Risque fort
Source : Fredon Bretagne
Période d’observation : A partir du stade « Epi 1 cm »
Seuil indicatif de risque : A partir du stade « 1 nœud » : traitement dès la présence des premières pustules
Rouille brune : peu présente jusqu’à maintenant
Des pustules ont été signalées sur une seule parcelle située à Matignon (variété : Mandragor) avec en
moyenne 3% des feuilles atteintes.
Pour le moment, le risque est faible.
Avec la hausse des températures et l’humidité présente, une attention particulière dans les parcelles doit
être portée et notamment sur les variétés sensibles.
Période d’observation : A partir du stade « 2 nœuds »
Seuil indicatif de risque : traitement dès l’apparition de pustules sur l’une des trois dernières feuilles visibles
Source : Fredon Bretagne
Autres signalements
La jaunisse nanisante de l’orge est présente un peu partout en Bretagne, mais elle ne concerne souvent que de petites surfaces et les
dégâts sont nettement moins importants que sur orge.
Page 6
ORGE
22 parcelles suivies cette semaine (Côtes d’Armor : 5, Finistère : 8, Ille-et-Vilaine : 7 et Morbihan : 2).
Stades
Les stades observés vont de « dernière feuille étalée» à « mifloraison » pour une parcelle semée le 16/10/15 dans le Nord
35.
Pour 42% des parcelles suivies (9 parcelles sur 22), le stade
majoritaire est « sortie des barbes ».
Maladies
Helminthosporiose : absence de symptômes
sur les dernières feuilles sorties
L’helminthosporiose a été vue sur 16 parcelles avec en moyenne 20% des feuilles touchées. La maladie n’a pas évolué depuis les derniers relevés. Les symptômes sont toujours principalement observés sur les feuilles basses (F3 et F4). Cette semaine, on observe une montée des symptômes sur les étage supérieurs. 3 parcelles du réseau présentent des symptômes sur la F2.
Une seule parcelle dépasse toujours le seuil de risque. Toutes les variétés observées
sont peu sensibles à assez résistante : Augusta, Casanova, Kws Cassia, Mangoo, Platine,
Tatoo, Tektoo, Volume et Sy Boogy.
La hausse des températures et les précipitations régulières devraient être favorables à
la progression de la maladie vers les étages foliaires supérieurs.
Surveiller vos parcelles, surtout les variétés sensibles.
Risque moyen à fort.
Source : Arvalis - Institut du végétal
Période d’observation : A partir du stade « 1 nœud ».
Seuil indicatif de risque :
•
Variétés sensibles : plus de 10% des F1, F2 et F3 atteintes par l’helminthosporiose
•
Variétés tolérantes : plus de 25% F1, F2 et F3 atteintes par l’helminthosporiose
Rhynchosporiose : pas de progression des symptômes
Cette semaine, on constate une légère évolution des symptômes vers les étages supérieurs
dans les parcelles : observation de la maladie sur 7 parcelles avec en moyenne 29% des feuilles touchées. La maladie est toujours principalement observée sur les étages les plus bas (F3
et F4). Trois parcelles dépassent le seuil de risque. Toutes les parcelles suivies sont emblavées avec une variété peu sensible à assez résistante : Augusta, Casanova, Kws Cassia, Platine et Goody.
Les conditions climatiques devraient être moins favorables au développement de la maladie
malgré de fréquentes précipitations attendues.
Surveiller vos parcelles et surtout les variétés sensibles.
Risque moyen.
Période d’observation : A partir du stade « 1 nœud ».
Seuil indicatif de risque :
•
Variétés sensibles : plus de 10% des F1, F2 et F3 atteintes par la rhynchosporiose
•
Variétés tolérantes : plus de 25% F1, F2 et F3 atteintes par la rhynchosporiose
Source : Arvalis - Institut du végétal
Page 7
Oïdium : léger développement de la maladie
Observée sur une seule parcelle située à Bignan (56) : en moyenne 30% des feuilles
touchées (principalement sur les étages inférieurs). La variété touchée est Kws Cassia (peu sensible).
Les conditions climatiques sont moyennement favorables.
Risque faible.
Période d’observation : A partir du stade « Epi 1 cm ».
Seuil indicatif de risque :
•
Variétés sensibles : plus de 20% des feuilles atteintes
•
Variétés tolérantes : plus de 50% des feuilles atteintes
Source : Arvalis - Institut du végétal
Rouille naine : pas de progression de la maladie
Maladie signalée sur une seule parcelle située à Saint Cast Le Guildo (22) : en moyenne
71% des feuilles touchées (toujours sur feuilles basses). La variété touchée est Origami
(assez sensible).
Les conditions climatiques annoncées (hausse des températures et forte hygrométrie)
sont favorables à son développement.
Surveiller vos parcelles, surtout les variétés sensibles.
Risque faible.
Période d’observation : A partir du stade « 1 nœud ».
Seuil indicatif de risque :
•
Variétés sensibles : plus de 10% des feuilles atteintes
•
Variétés tolérantes : plus de 50% des feuilles atteintes
Source : Arvalis - Institut du végétal
Jaunisse nanisante de l’orge
Dans le réseau, 7 parcelles d'orge présentent des symptômes de JNO (nanisme, jaunissement, voire dessèchement des plantes, par
foyers). Hors réseau, on observe également une fréquence élevée de parcelles touchées, y compris, en cas de semis précoces, sur des
parcelles avec un traitement de semences insecticide. L'intensité des attaques est variable, mais certaines parcelles verront leur production fortement affectée.
Ces symptômes observés courant montaison sont consécutifs à des piqûres de pucerons courant hiver, favorisés par un hiver exceptionnellement doux.
Ravageurs
Pucerons
Cette semaine pas de signalement de puceron sur les 21 parcelles d’orges suivies.
A ce stade, les pucerons ne sont pas nuisibles pour la culture.
Page 8
TRITICALE
3 parcelles suivies cette semaine (Côtes d’Armor : 0, Finistère : 0, Ille-et-Vilaine : 1 et Morbihan : 2).
Stades
Les stades des 3 parcelles observées vont de« début épiaison » à « mi-épiaison ».
Maladies
Septoriose : ponctuellement présente sur feuilles basses
Cette maladie a été observée sur les trois parcelles. Mais, aucune parcelle ne dépasse le seuil de risque. Les conditions climatiques
(hausse des températures et fréquentes averses) sont favorables à son développement. Surveiller vos parcelles.
Période d’observation : A partir du stade « 2 nœuds »
Seuil indicatif de risque :
A dernière feuille pointante :
•
Pour les variétés sensibles : si plus de 20% des F3 observées présentent des symptômes
Pour les variétés peu sensibles : si plus de 50% des F3 observées présentent des symptômes.
•
Oïdium : développement de la maladie
L’oïdium a été observé sur deux parcelles. Les variétés touchées sont Vuka (80% des F3) et Tribeca (10% des F4). La maladie s’est développée depuis les derniers relevés.
Son évolution est à surveiller, notamment sur les variétés sensibles.
Période d’observation : A partir du stade « Epi à 1 cm ».
Seuil indicatif de risque :
Variétés sensibles : si plus de 20% des F3, F2 ou F1 déployées sont atteintes (feutrage blanc couvrant 5% de la surface)
•
Variétés tolérantes : si plus de 50% des F3, F2 ou F1 déployées sont atteintes (feutrage blanc couvrant 5% de la surface
•
Si l’oïdium n’est présent uniquement qu’à la base des tiges ou s’il couvre moins de 1% de la surface foliaire (1 ou 2 feutrages
blancs), le risque est faible.
Rouille jaune : attention aux variétés sensibles
Cette maladie est toujours observée sur deux parcelles : Agrilac (forte attaque : 72% des feuilles touchées) et Tribeca (20% des feuilles
touchées).
Hors réseau, il y a beaucoup de signalements de parcelles touchées, notamment sur la variété Kéréon. Les conditions climatiques actuelles sont favorables à son développement. Une attention particulière doit être portée sur les variétés sensibles.
Période d’observation : A partir du stade « Epi 1 cm »
Seuil indicatif de risque : A partir du stade « 1 nœud » : traitement dès la présence des premières pustules
Rouille brune : présence essentiellement sur les feuilles basses
Cette maladie a été observée sur une seule parcelle (Vuka). Des symptômes ont été vus sur 30% des F2 et 100% des F3.
Surveiller vos parcelles.
Page 9
POIS PROTÉAGINEUX
Pois protéagineux d’hiver : 2 parcelles suivies cette semaine (Bretagne : 1, Pays de la Loire : 1).
Pois protéagineux de printemps : 9 parcelles suivies cette semaine (Bretagne : 4, Pays de la Loire : 5).
Stades
Pois protéagineux d’hiver : « début floraison » à « pleine floraison ».
Pois protéagineux de printemps : de « 4 feuilles » à « 9 feuilles »
Pois d’hiver
Ascochytose : progression des symptômes
La maladie a été observée sur une parcelle avec 100% % d'organes atteints sur la moitié supérieure de la végétation.
Les conditions climatiques annoncées (alternance temps sec et fréquentes averses) vont être favorables à la progression des contaminations sur les étages supérieurs des plantes.
Au vue des stades de développement des pois d’hiver, l’évolution de la maladie reste à surveiller.
Risque moyen à fort.
Période d’observation : « levée » - « fin stade limite d’avortement ».
Seuil indicatif de risque : apparition des premiers symptômes (tâches noires au niveau du collet ou sur les feuilles).
Pucerons verts : pas observé
Aucun signalement cette semaine.
Les conditions climatiques (hausse des températures) de cette semaine pourraient être favorables au développement des colonies de pucerons. Maintenir une surveillance dans les parcelles.
Risque faible.
Période d’observation : « 10 feuilles » – « fin du stade limite d’avortement (FSLA) ».
Seuil indicatif de risque : > 10 pucerons par plante.
Pois de printemps
Thrips : très peu présents pour le moment
Aucun thrips n’a été observé cette semaine.
Certaines parcelles ne sont plus dans la période de sensibilité vis-à-vis de cet insecte.
Les conditions climatiques annoncées sont favorables à l’activité des thrips. Une surveillance doit être maintenue car les parcelles sont
dans la période à risque. En conditions très poussantes, la nuisibilité est généralement faible.
Risque faible.
Période d’observation : de la levée au stade 6 feuilles.
Seuil indicatif de risque : 1 thrips / plante.
Sitone : insecte bien présent dans les parcelles
De nombreuses parcelles sont en dehors de la période de risque.
Des morsures ont été signalés sur 4 parcelles, encore dans la période de sensibilité avec en moyenne 4 encoches par feuilles. Les morsures
sont principalement observées sur les feuilles basses.
Maintenir la surveillance sur les parcelles encore dans la période de sensibilité.
Risque faible.
Période d’observation : de la levée au stade 6 feuilles.
Seuil indicatif de risque : 5 à 10 encoches sur les premières feuilles.
Pucerons verts : premiers signalements
Des pucerons ont été signalés sur 3 parcelles avec en moyenne 1 individu par plant. Ces parcelles ne sont pas encore dans la période de
sensibilité.
Les conditions climatiques (hausse des températures) de cette semaine pourraient être favorables au développement des colonies de pucerons. Maintenir une surveillance dans les parcelles.
Risque moyen.
Période d’observation : « 10 feuilles » – « fin du stade limite d’avortement (FSLA) ».
Seuil indicatif de risque : > 10 pucerons par plante.
Page 10
FEVEROLE
Féverole d’hiver : 4 parcelles suivies cette semaine (Bretagne : 3, Pays de la Loire : 1).
Féverole de printemps : 1 parcelle suivie cette semaine ( Bretagne : 1, Pays de la Loire : 0)
Stades
Féverole d’hiver : « pleine floraison ».
Féverole de printemps : stade « 9 feuilles ou plus ».
Féverole d’hiver
Botrytis : bien présent dans les parcelles
Du botrytis est signalé sur les 4 parcelles observées. Les symptômes restent localisés majoritairement dans le tiers inférieur de la plante.
Surveiller l’évolution de la maladie car la hausse des températures va être favorable à la progression des contaminations sur les étages supérieurs des plantes.
Risque moyen à fort.
Attention : maintenir la surveillance
Période d’observation : de la levée à fin stade limite d’avortement.
Seuil indicatif de risque : dès l’apparition des premiers symptômes.
Rouille : développement à surveiller
Cette semaine, aucun symptôme n’a été signalé.
Depuis les premiers signalements, la maladie évolue peu compte-tenu des conditions climatiques très peu favorables à son développement.
Maintenir la surveillance
Les conditions climatiques à venir (hausse des températures et fréquentes précipitations) vont être moyennement favorables à la maladie.
Risque faible
Période d’observation : début floraison à fin stade limite d’avortement.
Seuil indicatif de risque : dès l’apparition des premières pustules.
Autres maladies
Du mildiou a été observé sur 1 parcelles située à l’Aiguillon-sur Vie (85) avec en moyenne 5% des organes touchés.
On signale de l’ascochytose sur 5 % des plantes en zone non traitée d(pt 85).
Pucerons noirs
A L’Aiguillon-sur-Vie (85), on observe 20% de plantes avec manchon. Si les manchons font 1 cm de long, la parcelle présente un risque de
perte de rendement.
Période d’observation : Stade bouton floraux au stade fin floraison.
Seuil indicatif de risque : > 10 % des tiges avec un manchon de 1 cm de long.
Féverole de printemps
Sitone : peu présent
Pas de signalement cette semaine. La parcelle suivie a en effet dépassé le stade de risque.
Risque faible.
Période d’observation : de la levée au stade 6 feuilles.
Seuil indicatif de risque : plusieurs encoches ( > 10) sur l’ensemble des 6 premières feuilles.
Page 11
LE LIN
(Retrouver la version complète sur les sites de la DRAAF et de la Chambre Régionale de l’Agriculture sous la rubrique
« Grandes Cultures »
4 parcelles de lin oléagineux d’hiver suivies (Bretagne: 0, Centre : 2, Pays de la Loire : 0, Poitou-Charentes : 2).
2 parcelles de lin oléagineux de printemps suivies (Centre : 1, Poitou-Charentes : 1).
Le réseau lin oléagineux Nord-Ouest est composé à ce jour de 16 parcelles de lin d’hiver pour la campagne 2015/2016. La répartition
régionale est la suivante : 7 parcelles en Centre, 4 parcelles en Poitou Charentes, 2 en Bretagne, 3 en Pays de la Loire.
2 parcelles de lin oléagineux de printemps viennent compléter le réseau pour la campagne 2016. Ces deux parcelles se situent 1 en Poitou Charentes et 1 en Centre.
Stade phénologique et état des cultures
Lin oléagineux d’hiver : cette semaine les stades s’échelonnent de F1 (= 1ère fleur visible) à F5 (= 50% des fleurs sont ouvertes) pour
les parcelles suivies cette semaine. Pour les parcelles plus précoces, la pleine floraison est passée et la défloraison s’engage (parcelle en
Charente Maritime - 17).
Lin oléagineux de printemps : cette semaine les parcelles de lin de printemps sont aux stades D1 (= 10 cm) pour la parcelle dans les
Deux Sèvres (79) et pour la parcelle en Loir et Cher (41).
Lin de printemps – Analyse du risque altises
Toutes les parcelles du réseau sont sorties du stade à risque vis-à-vis de ce ravageur (stade 5 — 6 cm). Les parcelles du réseau signalent 0 à 80% des plantes touchées cette semaine, respectivement en Deux Sèvres (79) et Loir et Cher (41). Le ravageur reste à surveiller
sur les parcelles n’ayant pas encore atteint ce stade 5 cm et peu poussantes.
Lin d’hiver- Analyse du risque Thrips
Les parcelles sont toujours en période à risque. Cette semaine, aucune parcelle du réseau ne signale une présence de thrips. Cependant, la surveillance doit se maintenir.
Lin d’hiver- Analyse du risque Maladies
Septoriose : toutes les parcelles sont en période à risque vis-à-vis de la septoriose (à partir d’E5 pour évaluer le risque). Le niveau de
risque doit s’estimer à la parcelle car les niveaux d’infestation sont contrastés sur les parcelles du réseau. Le risque est à évaluer à
la parcelle – la vigilance doit être accrue. Dans les parcelles encore saines à ce jour, surveillez l’apparition des premiers symptômes.
L’ensemble des observations contenues dans ce
bulletin a été réalisé par les partenaires suivants :
Agrial, Agriculteurs, Agritex Bocage, Arvalis-Institut
du Végétal, BCEL Ouest, CA 22, CA 29, CA 35, CA
56, CECAB, CLAL St Yvi, Coop de Broons, Coopérative Garun – La Paysanne, Coopérative Le Gouessant, Corre Appro, CRAB, D2N, Ets Moisdon, Ets
Touchard, Even Agri, Fdceta 35, Fredon Bretagne,
Gaudiche SA, Gruel Fayer, Hautbois SA, Lycée de
Bréhoulou, Lycée La Touche, SARL Paul DUCLOS.
BSV lin rédigé par Terres Inovia à partir des
observations réalisées cette semaine par :
Lin d’hiver : CA 36, CA 28, Bellanne SA et Terres
Inovia
Lin de printemps : CA 41, Bellanne SA
Direction de Publication
Chambre Régionale d’Agriculture
ZAC Atalante Champeaux 35 042 RENNES
Contact : Alix DELEGLISE
Animatrice inter-filières
Tél : 02 23 48 23 23
Rédigé par :
FREDON Bretagne
5, Rue A. de St Exupéry
35235 THORIGNE FOUILLARD
Contact : Nathalie SAULAIS
Animatrice Grandes Cultures
Tél : 02 23 21 21 17
Pour la partie lin oléagineux :
Rédacteur : Nina RABOURDIN — Terres Inovia
Suppléant : Guy ARJAURE — Terres Inovia, en partenariat avec ARVALIS-Institut du végétal
Comité de Relecture :
Arvalis-Institut du Végétal, Chambres d’Agriculture de Bretagne, Coop de France Ouest,
Réseau AA pour Négoce Ouest, DRAAF-SRAL,
Terres Inovia
Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec
l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux
aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour
pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto
Ce bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire
régionale, celle-ci ne peut être transposée telle quelle à la
parcelle. La Chambre Régionale d’Agriculture dégage
toute responsabilité quant aux décisions prises par les
agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les
invite à prendre ces décisions sur la base d’observations
réalisées eux-mêmes dans leurs cultures et/ou sur les
préconisations de bulletins techniques.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
1 749 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler