close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

: Guide plan de fumure2014-12-22 - Chambre-agriculture

IntégréTéléchargement
réaliser un bon PLAN DE FUMURE
G
GUIDE
pratique agriculteur
f
et un CAHIER DE FERTILISATION
m
u
u
e
r
E
GUIDE
MÉTHODOLOGIQUE
Pour réaliser étape par étape un bon plan de fumure et cahier de fertilisation
Ce guide est réalisé par
les Chambres d’Agriculture
de Bretagne.
Avec le soutien financier de : • Agence de l’Eau Loire Bretagne
• L’Etat
Equipe projet :
Christelle SAMSON
Fabien STEPHAN
Brigitte GASNIER
Sylvie TICO
Elisabeth CONGY
Conception réalisation : Studio
comité de bassin
ik
02 97 57 84 21 • Photo : Chambre d’agriculture 56, Niko, Yknups, K. Bolf, Tein
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE pour réaliser un bon plan de fumure
et cahier de fertilisation
INTRODUCTION L’azote
4
Les différentes formes d’azote
6
La minéralisation
6
Le lessivage des nitrates
1ÈRE ÉTAPE
Le parcellaire
7
Définir les parcelles culturales de son plan de fumure
9
Etablir les surfaces totales et épandables de ces parcelles
2ÈME ÉTAPE
Les fertilisants organiques de son exploitation
4ÈME ÉTAPE
Calcul de la dose d’azote par parcelle de culture
21
Définir l’objectif de rendement
23
Calculer les besoins en azote de la culture (maïs, blé, colza)
24
Estimer
les fournitures d’azote par le sol
(RSH, effets précédents, arrières effets, minéralisation de la matière organique)
28
Calculer les besoins en azote
5ÈME ÉTAPE
Faire ses prévisions d’apports de fertilisants organique
10
Vérifier le respect de l’indicateur 170
34
Déterminer l’azote efficace des fertilisants organiques que l’on apporte
11
Lister les effluents organiques à gérer sur l’exploitation
35
Comment utiliser ce coefficient d’azote efficace
12
Estimer les quantités à gérer sur l’exploitation
36
Les informations complémentaires à préciser
16
Déterminer la valeur fertilisante en azote des fertilisants organiques à gérer
6ÈME ÉTAPE
3ÈME ÉTAPE
17
La répartition prévisionnelle des déjections
Faire l’assolement prévisionnel de l’exploitation
Faire son cahier de fertilisation
37
Enregistrer un apport de fertilisant organique et/ou minéral
39
Faire le récapitulatif des apports de fertilisants azotés de votre exploitation
40
Réaliser un bordereau de livraison de déjections animales
3
INTRODUCTION
L’azote
O Les différentes FORMES d’azote
ENGRAIS DE FERME
contiennent 2 formes d’azote
ENGRAIS
MINÉRAL
ABSORPTION de l’azote minéral
par les plantes
LESSIVAGE des nitrates
s’ils se trouvent en excès
AZOTE
MINÉRAL
assimilable
NH4+ NO3-
MINÉRALISATION
AZOTE
ORGANIQUE
non assimilable
NAPPE PHRÉATIQUE ET / OU RIVIÈRE
A • Les formes d’azote présentes dans les effluents organiques
Il y a 3 formes d’azote présentes dans les effluents organiques :
L’azote ammoniacal
(NH4+) est une forme
d’azote minéral. Il se
transforme rapidement en
nitrates, dans un délai de 2
à 4 semaines.
L’azote organique
simple (comme l’urée par
exemple).
Il se transforme plus
lentement en nitrate (en
quelques mois)
L’azote organique
complexe (l’azote contenu
dans les protéines se
compose de grosses
molécules).
Il se transforme très
lentement en nitrates (en
plusieurs années)
Lisier
Fumier
Compost
10 %
20 %
5%
40 %
30 %
70 %
90 %
30 %
Ces différentes formes d’azote nécessitent des transformations plus ou moins longues pour
donner des nitrates (NO3-) qui est la principale forme d’azote assimilable par les plantes
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
L’azote ammoniacal
L’azote organique simple
L’azote organique complexe
Introduction : L’azote
Les différentes formes d’azote
4
B • Déterminer l’azote efficace (ou azote disponible) des fertilisants organiques que l’on apporte en fonction de la culture
3 formes d’azote
dans les engrais de ferme
Fumier
10 %
20 %
70 %
Effet direct
Arrière effet
Effet direct : seule une partie de
l’azote total contenu dans les fertilisants
organiques sera disponible sous forme de
nitrate au cours de l’année de l’épandage
et donc susceptible d’alimenter une
culture.
Cet effet direct sera lié à la part d’azote
ammoniacal et d’azote organique
simple (transformable en nitrate en
3-4 semaines) contenue dans l’effluent
organique.
Cette fraction constitue ce que l’on
appelle l’effet direct de l’épandage
Arrière effet : l’azote organique
complexe sera disponible à plus long
terme (les années suivant l’épandage).
C’est cette part d’azote organique
complexe qui constituera l’arrière effet
de l’épandage.
Cet arrière effet ne sera mesurable pour
les cultures suivantes que s’il y a eu des
apports réguliers d’effluents organiques
depuis 15-20 ans, en particulier pour les
composts.
L’azote ammoniacal
L’azote organique simple
L’azote organique complexe
C • Les effluents organiques ont des compositions différentes en azote organique et minéral : ils ont donc des vitesses d’action différentes
Il existe donc des effluents organiques
à effet azote rapide (effet direct
important) :
• les lisiers de porcs
• les lisiers de bovins
• les fumiers de volailles
• les fientes de volailles
• les digestats
Il existe donc des effluents organiques à
effet azote lent :
• les fumiers de bovins
• les fumiers de porcs
• les fumiers de moutons
• les fumiers de cheval
Il existe donc des effluents organiques
à effet azote très lent (mais arrières
effets importants) :
• les composts de fumier de bovins, porcs
ou volailles
• les composts de déchets verts, etc
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
Introduction : L’azote
Les différentes formes d’azote
5
O La MINÉRALISATION
C’est la transformation de l’azote
organique en azote minéral par l’action
de certaines bactéries. Ce phénomène
peut prendre de quelques mois à
quelques années.
B • La minéralisation n’a pas la même intensité tout au long de l’année
Quantité
d’azote
libérée
par le sol
A•C
onditions et périodes
propices à la minéralisation
HIVER
PRINTEMPS
ÉTÉ
AUTOMNE
Tous les facteurs qui favorisent l’activité
des bactéries du sol, augmentent la
minéralisation :
• conditions chaudes
• conditions humides
• dans les sols bien structurés
• dans les sols à pH correct (6-6,5)
Intensité de la minéralisation, d’après Schner, 2000
Mois
O Le LESSIVAGE des nitrates
Le lessivage correspond à
l’entraînement en profondeur des
nitrates sous l’action de l’eau qui
peuvent se retrouver dans les nappes
et les rivières. En effet, les nitrates
sont une forme d’azote qui n’est pas
retenue par le sol.
Tout apport d’azote en excès
sera lessivé et aura un impact
environnemental fort mais également
un impact économique.
A • Les facteurs favorables au lessivage des nitrates
• l’apport
excessif d’azote par rapport aux besoins des cultures
• l’apport
au mauvais moment d’azote (exemple : les apports tardifs de fumier de bovins pour maïs)
• la
pluviométrie élevée
• un
sol de faible profondeur qui est plus vite saturé en eau
• un
sol sableux qui retient moins d’eau
B • Comment limiter le lessivage des nitrates ?
• avoir
une fertilisation azotée équilibrée par rapport aux besoins de chacune des parcelles
• apporter
l’azote au bon moment
• couvrir
les sols en hiver
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
Introduction : L’azote
La minéralisation
Le lessivage des nitrates
6
1ÈRE ÉTAPE Le parcellaire
O Définir les PARCELLES CULTURALES de son plan de fumure
(Établir la liste des parcelles du plan de fumure)
Le plan de fumure et le cahier d’enregistrement des pratiques doivent être établis pour chaque îlot cultural « exploité » en zone
vulnérable, qu’il reçoive ou non des fertilisants azotés. (arrêté du 19 décembre 2011)
Toutes les parcelles doivent donc figurer dans le plan de fumure
Pour chaque parcelle, vous devrez réaliser les calculs de doses d’azote selon les règles définies par l’arrêté régional du 5 juillet
2013.
Définition d’une parcelle de culture :
c’est une parcelle (ou un ensemble de parcelles) appartenant au même îlot cultural, homogène du point de vue de la culture
concernée, de l’histoire culturale (notamment pour ce qui concerne les successions et les apports organiques) et de la nature du
terrain.
A l’inverse, une parcelle de même culture dans un îlot PAC doit être subdivisée pour le plan de fumure en autant de parcelles
de culture qu’il y a de précédents différents ou pratiques de fertilisation antérieures différentes.
N’oubliez pas d’inclure…
Remarque
Les différentes prairies même si elles ne sont pas fertilisées : prairies
Si vous modifiez votre assolement après avoir réalisé votre plan de
permanentes, prairies naturelles, les bandes enherbées, jachères…
fumure prévisionnel :
Les légumes même non fertilisés
Il n’est pas nécessaire de modifier votre prévisionnel
Les parcelles faisant partie d’échanges que l’on a en prêt
C’est dans le cahier de fertilisation que vous préciserez la culture
Les cultures dérobées et les doubles cultures
réellement mise en place ainsi que la surface réelle
La fertilisation réalisée doit cependant respecter les équilibres de
fertilisation de la culture mise en place
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
1ère étape : Le parcellaire
Définir les parcelles culturales de son plan de fumure
7
7,32 ha
• Culture : maïs
• Précédent : prairie temporaire
Ilot 1 – Kerantré haut
«Dans votre déclaration PAC»
Direction départementale des territoires – Direction départementale des territoires et de la mer
Dossier PAC • Campagne 2014
Déclaration de surfaces (S2 jaune)
MINISTÈRE
DE L’AGRICULTURE
DE L’AGROALIMENTAIRE
ET DE LA FORÊT
ᅫ IDENTIFICATION
N° 10384 * 15
N° Cachet : 056000000-0
Date de l'édition : mercredi 14 mai 2014, 16h13
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
0 5 6 0 0 0 0 0 0 N° Siret : abbbbbbbbbbbbc
N° Pacage : abbbbbbbc
Nom prénom (ou dénomination) : xxxxxxxxxxx
5
Page n° qc
Remplissez une feuille par commune (toutes vos surfaces doivent être déclarées, même les surfaces non aidées)
5 6
Code INSEE : ae
Commune : XXXXXXXXX
N°
de
l’îlot
Surface graphique
de l’îlot
(1)
hectares
136193
+
Nom de la culture
(selon liste de la notice)
hectares
1 4 , ae
7 4
aze
Prairie temporaire (entrant dans 1 rotation)
0 , ae
4 0
aze aze
19
1 4 , ae
7 4
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
2 , ae
6 0
aze aze
19
1 4 , ae
7 4
aze
Eléments naturels non admissibles
3 , ae
5 2
aze aze
20
5 , ae
5 3
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
0 , ae
6 0
aze aze
20
5 ,
aze
Blé tendre hiver
4 , ae
9 3
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
4 , ae
9 4
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Maïs ensilage
3 , ae
3 0
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Maïs ensilage
4 , ae
6 0
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Maïs ensilage
1 , ae
6 0
aze aze
21
2 0 ,
aze
Prairie temporaire (entrant dans 1 rotation)
5 , ae
5 1
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Eléments naturels non admissibles
0 , ae
1 6
aze aze
22
3 , ae
2 2
aze
Maïs ensilage
3 , ae
1 4
aze aze
22
3 , ae
2 2
aze
Eléments naturels non admissibles
0 , ae
0 8
aze aze
23
5 , ae
3 0
aze
Haricot commercialisé
2 , ae
2 1
aze aze
23
5 ,
aze
Eléments naturels non admissibles
0 , ae
0 8
aze aze
23
5 , ae
3 0
aze
Prairie temporaire (entrant dans 1 rotation)
3 , ae
0 1
aze aze
24
8 , ae
1 9
aze
Maïs ensilage
1 , ae
8 0
aze aze
24
8 , ae
1 9
aze
Blé tendre hiver
6 , ae
3 9
aze aze
25
1 ,
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
1 1
ae
3 0
ae
2 8
ae
Soutien à
l’agriculture
biologique
(2)
ares
19
5 3
ae
1 9 9
aze
Surface
effectivement consacrée
à la culture
ares
5 8 , ae
3 7
aze
IMPRIMERIE NATIONALE
Code variété
pour
chanvre,
blé dur
1 , ae
2 8
aze aze
5 0 , ae
1 5
aze
TOTAL DE PAGE
«Dans votre plan de fumure azote»
(1) La surface graphique de l’îlot est celle qui figure sur votre registre parcellaire graphique (document RPG). Si vous modifiez ou créez un îlot, vous devez indiquer la
nouvelle surface de cet îlot. Elle fera l’objet d’une instruction et d’une validation par la DDT(M).
(2) Inscrivez M si vous demandez sur la parcelle le soutien à l’agriculture biologique volet maintien.
Inscrivez C si vous demandez sur la parcelle le soutien à l’agriculture biologique volet conversion, suivi de l’année de campagne de conversion (par exemple, pour une parcelle
dont la date de début de conversion est comprise entre le 16 mai 2010 et le 15 mai 2011, inscrivez C2011).
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
Culture
Surf.
(pour les prairies,
indiquer la date
Culture et
interculture
précédentes
Obj.
Rdt
(/ha)
Fumure organique et minérale prévue
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
Total
(ha)
d'implantation)
azote
Culture ou
N eff. sont
Teneur
J’atteste
dans le tableau ci-dessus et certifie que toutes les données qui figurent
dans ce tableau
exactes.
Surface sur l’honneur exploiter les surfaces mentionnées (/ha)
Coef N par ha efficace CIPAN suivant
N
Quantité
Type d'effluent organique ou
Période
*2
Signature du demandeur, du représentant légal en cas de *1forme sociétaire, de tous
lesminéral
associés en cas
de GAECSurf. par ha par
kg/ha
de
%
engrais
d'apport
iLECpTPstWB2jOmHs3xKMCGgp7CTkjR3
SAU
4.27
Ilot N° 4
Champ Coat Ker SPE
4.27
SNE
0
Ilot N°
1
SAU
Kerantré Bas
SPE
SNE
Ilot N°
1
SAU
Perrière 1
SPE
SNE
Ilot N°
5,25 ha
• Culture : prairie temporaire
• Précédent : prairie temporaire
Ilot 1 – Kerantré bas
5,79 ha
• Culture : maïs
• Interculture : dérobée RGI
• Précédent : blé
1
SAU
Perrière 2
Ilot N°
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
0
5.79
ammo 33.5
fin février
4.27
100
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
5.25 Prairie
temporaire
Prairie
temporaire
(août 2012)
(pâturée)
Dérobée RG
Blé
l'apport
unité
135
7T
5 (semis
25/08/2013)
62.5
4.5
déb mars
5.25 35 m3
1.8
33.5
55%
fin avril
5.25
150
33.5
50
déb juin
5.25
150
33.5
50
Lisier de bovins
fin août
fin-fév
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
45%
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
35
ammo 33.5
ammo 33.5
Ammo 33.5
117
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
iLECpTPstWB2jOmHs3xKMCGgp7CTkjR3
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
91
Céréale
SAU
SPE
SNE
Ilot 1 – Perrière
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
+
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
1ère étape : Le parcellaire
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Définir les parcelles culturales de son plan de fumure
8
Enregistrement des parcelles lorsqu’il y a plusieurs cultures sur l’année
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Sur une campagne culturale, vous pouvez avoir plusieurs cultures qui se suivent sur une
même parcelle.
Parcelle
Ilot N° 4
Exemple :
• cultures dérobées mises en place sur la période automne-hiver (comme les RGI, colza ou
navet fourrager, etc.)
• des doubles cultures (ou plus) de légumes : pois/haricot, épinard/maïs, etc…
SAU
4.27
0
1
SAU
Kerantré Bas
SPE
1
SAU
Perrière 1
5.79
SPE
1
Ilot N°
70 qx
120
40
Prairie
temporaire
(août 2012)
(pâturée)
Dérobée RG
Blé
135
7T
62.5
4.5
Période
d'apport
fin février
Quantité
par ha
Surf.
4.27
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
kg/ha
de
%
par
l'apport
unité
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
1.8
55%
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
déb juin
5.25
150
33.5
50
Lisier de bovins
fin août
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
45%
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
ammo 33.5
Ammo 33.5
Culture ou
CIPAN suivant
24
33.5
0.79
SAU
Perrière 2
Maïs ensilage
5 (semis
25/08/2013)
SNE
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
ammo 33.5
Blé
5.25 Prairie
temporaire
0
Fumure organique et minérale prévue
*
5.25
SNE
Ilot N°
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
Obj.
Rdt
(/ha)
4.27
SNE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Pour une même parcelle, vous devez utiliser autant de ligne que vous aurez de culture,
surtout si elles sont fertilisées. Par contre, lorsque vous ferez le total de vos surfaces, il ne
faut compter qu’une seule fois ces surfaces.
S’il s’agit d’un CIPAN, il n’est pas nécessaire de créer une ligne supplémentaire.
Culture
Surf.
Surface
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
92
10
5 25m3
5.79
4.2
100
70%
18
73
18
SAU
SPE
+
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Tableau III - Prévisionnel dose d’azote :
gestion des doubles cultures
O E
tablir les surfaces TOTALES et ÉPANDABLES
de ses parcelles
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
SAU : Surface Agricole Utile
(terres arables, surfaces toujours en herbes et les cultures pérennes)
SPE : Surface Potentiellement Epandable (par rapport aux habitations et à l’eau)
SNE : Surface Non Epandable
Ilot N° 4
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
SAU
4.27
SNE
0
1
SAU
Kerantré Bas
SPE
SNE
Ilot N°
1
SAU
Perrière 1
SPE
SNE
Ilot N°
1
SAU
Perrière 2
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
Obj.
Rdt
(/ha)
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Si vous ne disposez pas de plan d’épandage, vous devez estimer ces surfaces non épandables
à partir des règles en vigueur dans votre département.
Culture
Surf.
Surface
ammo 33.5
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.79
Prairie
temporaire
(août 2012)
(pâturée)
Dérobée RG
Blé
135
7T
5 (semis
25/08/2013)
62.5
4.5
Période
d'apport
fin février
Quantité
par ha
Surf.
4.27
100
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
kg/ha
de
%
par
l'apport
unité
33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
déb mars
5.25 35 m3
1.8
55%
fin avril
5.25
150
33.5
50
déb juin
5.25
150
33.5
50
Lisier de bovins
fin août
fin-fév
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
45%
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
ammo 33.5
ammo 33.5
Ammo 33.5
Culture ou
CIPAN suivant
33.5
ammo 33.5
ammo 33.5
Lisier de bovins
5.25 Prairie
temporaire
0
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
+
Important
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Tableau III - Prévisionnel dose d’azote :
enregistrement des différentes surfaces
Vous devez obligatoirement préciser :
la SPE des parcelles même si celle-ci est
égale à la SAU
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
1ère étape : Le parcellaire
Etablir les surfaces totales et épandables de ses parcelles
9
2ÈME ÉTAPE Les fertilisants organiques de l’exploitation
O V
érifier le respect de L’INDICATEUR 170
Limitation à 170 kg/ha/an de la quantité d’azote issu des effluents d’élevage pouvant être épandue annuellement sur l’exploitation
Comment calculer la quantité d’azote contenue dans les effluents d’élevage pouvant être épandue sur l’exploitation ?
Production d’azote
des animaux
Quantité d’azote issu
des effluents d’élevage cédées
(épandues chez les tiers
ou transférées)
Quantité d’azote issu
des effluents d’élevage
provenant de tiers
+
Quantité d’azote issu
des effluents d’élevage
abattu par traitement
/ SAU de
l’exploitation
170 kgN/ha
Effectif x Production d’azote par animal
Calcul de l’azote organique disponible sur l’exploitation
DREAL Bretagne 5ème
programme d’actions en
Bretagne
Calcul de l'azote
produit par le
cheptel
pour les VL
Bretagne
Directive nitrates
5ème programme d'actions en Bretagne
6 à 8000kg = 1,05
>8000 kg = 1,15 UGB
65
* fonction de
la production
nombre de têtes
Mâles de plus de 2 ans
nombre de têtes
Genisses de moins d'un an
<6000 kg = 0,95 UGB
UGB
"fourage"
nombre de têtes
Vache allaitantes
26
nombre de têtes
Génisses de plus de 2 ans
nombre de têtes
Bovins viande de 1 à 2ans
Veau de boucherie
nombre de têtes
nombre de places
Bovins viande de moins d'un an
23
8
nombre de têtes
0.85
0.3
0.7
© DREAL Bretagne
25
54
0.6
40
6.3
%
Total azote bovins (A)
Standard
biphase
17.5
14.5
0.44
3.25
0.4
2.7
Total azote porcins (B)
Kg Azote par unité
Tous les fertilisants azotés d’origine animale sont pris
en compte, qu’ils aient subi ou non un traitement ou une
transformation, y compris lorsqu’ils sont homologués ou
normés.
nombre produits/an
Canards
Autres précisez
nombre produits/an
Total azote autre (C)
AUTRES
Kg Azote par unité
3.25
nombre de cages mères
10
nombre de têtes
Chevrettes/Agnelles
Autres, précisez
nombre de têtes
Les bordereaux d’échanges d’effluents cosignés et
comportant le volume par nature d’effluent, les quantités
d’azote transférées et la date du transfert doivent être
conservés.
5
Total azote autres (D)
TOTAT AZOTE TOUTES ESPECES (A) + (B) + C + (D) = E
Total E
4356.00
E+G-F-H=I
12980.50
Quantié d'azote organique "entrant"
Quantié d'azote éliminée par traitement ou transfert
Total azote organique d'origine animale à épandre sur l'exploitation (I)
(SAU)
102.4

8624.50
Total (F)
Total (G)
Total (H)
Quantié d'azote organique "sortant" chez un (des) tiers receveur
Surface agricole utile
8624.50
nombre de places
Poulettes

cahier de fertilisation.
nombre de places
Dindes reproductrices
Chèvres/Brebis
%
SAU lors de la réalisation du plan de fumure et du
650.00
977.50
432.00
0.00
25
42.5
Vous devez respecter le plafond de 170 kg N/ha de
m2 de bâtiment
Poules pondeuses
Lapines
72
%
Total (1) x (2)
Attention
Dont N non
maitrisable
6565.00
67
%
0.3
VOLAILLES
www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr
101
%
0.6
nombre produits/an
nombre produits/an
Volailles de chair :
Poulets, dindes, pintades
Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement
BRETAGNE
kg azote par unité (2)
%
nombre de places
Porcelets
Porcs charcutiers de plus de 30kg
% pâture
%
Total UGB
PORCINS
Truies et Verrats
NB UGB
= UGBxNb
0.8
nombre de têtes
Génisses de 1 à 2 ans
* UGB VL
DREAL
BOVINS
Vache laitière
NOMBRE (1)
SAU
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
126.76
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Vérifier le respect de l’indicateur 170
10
O L ister les EFFLUENTS ORGANIQUES
à gérer sur l’exploitation
Attention
Tous les effluents organiques d’origine animale ou non utilisés sur
l’exploitation doivent être pris en compte dans le plan de fumure et dans
le cahier de fertilisation et apparaître dans le tableau « Nature et quantités
de fertilisants organiques disponibles sur l’exploitation ».
Tableau I - Nature et quantité de fertilisants organiques disponibles
sur l’exploitation : enregistrement de tous les effluents organiques
Remarque
I - Nature et quantité de fertilisants organiques disponibles sur l'exploitation
Evaluez le plus précisément possible les quantités de fertilisants organiques dont vous disposez, ainsi que leur contenu en azote
Il ne faut donc pas oublier les effluents organiques tels que :
NATURE
Origine
type
les effluents d’exploitation peu chargés en azote comme les eaux blanches, les purins…
Fumier
Bovins
les boues des stations d’épuration des collectivités
Sortant
(vers tiers ou
transfert)
Quantié à gérer et à épandre sur l'exploitation
Entrant sur
l'exploitation
400 m3
Tonnes
ou m
Teneur en
azote total
5,5
1,8
2860 uN
1170 uN
400 m3
4,2
1680 uN
Total
5710 uN
520 T
650 m3
Quantité
d'azote
Porcs
Volailles
les différents composts : composts de déchets verts ; composts de boues de station
d’épuration, composts de fumiers, etc…
Autres*
*y compris boues de station d'épuration, composts urbains
les fientes sèches de volailles (supérieures à 80% de MS)
Comparez ce total avec la quantité d'azote maîtrisable calculée à partir du cheptel et des normes de rejets
par animal (voir dossier du plan d'épandage, pour les élevages relevant des installations classées)
+
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
520 T
650 m3
Lisier
les effluents issus de l’agro-alimentaire : boues, eaux de lavages, les déchets de
légumes, etc…
les digestats
Lisier
Produits sur
l'exploitation
(après traitement éventuel)
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Prise en compte des pertes liées au stockage :
En cas de stockage très long, supérieur à 6 mois, et pour tous les types de fumiers, un abattement de 20% pourra être pris en compte pour déterminer
la quantité d'azote à épandre dans le plan de fumure. L'éleveur devra alors disposer d'installations de stockage en adéquation avec cette durée.
Lister les effluents organiques à gérer sur l’exploitation
11
O E
STIMER LES QUANTITÉS (tonnes ou m3)
à gérer sur l’exploitation
A • Estimer les quantités produites sur l’exploitation
Selon les informations dont vous disposez sur votre exploitation, 3 approches sont
possibles pour quantifier vos engrais de ferme. Si possible, recoupez plusieurs méthodes
pour une meilleure cohérence.
Si vous faites faire votre plan de fumure par un prestataire, demandez-lui quelle méthode il
a utilisée.
Si vous ne le savez pas ou si ces chiffres ne vous paraissent pas cohérents avec vos pratiques,
vérifiez et/ou ajustez ces quantités en utilisant l’une des 3 méthodes :
1 • l’approche « CORPEN » :
Remarque
L
a méthode basée sur les références CORPEN peut
être intéressante pour faire un contrôle de cohérence.
Vous disposez de ces références pour votre exploitation
dans les dossiers de plan d’épandage ou de mise aux
normes.
L
a méthode « référence technique » est intéressante
il s’agit des quantités d’azote rejetées théoriquement par l’animal.
lorsque vous ne disposez pas de références
(d’enregistrements) ou lorsque vous avez fait évoluer
2 • l’approche « référence technique » :
il s’agit des quantités d’engrais de ferme à la sortie des bâtiments, avant les pertes
éventuelles au stockage.
l’exploitation (les effectifs, le type de bâtiments, etc.)
N
ous vous conseillons d’utiliser en priorité la
méthode « agriculteur » car elle est basée sur
3 • l’approche « agriculteur » :
il s’agit des quantités d’engrais de ferme au moment de l’épandage après les pertes
éventuelles en bâtiment et au stockage.
vos enregistrements : les chiffres que vous obtenez
correspondent aux quantités d’effluents dont vous
disposez réellement au moment de l’épandage.
Attention
Quelle que soit la méthode utilisée, il est important
de vérifier que le total de l’azote organique que
vous avez à gérer soit le plus proche de votre calcul
d’azote maîtrisable que vous avez estimé dans le
calcul de la pression azotée (indicateur 170).
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Estimer les quantités (tonnes ou m3) à gérer sur l’exploitation
12
Quelle que soit la méthode de quantification choisie…
* Référentiel
Vous pouvez trouver les
références des teneurs
en azote des principaux
effluents ainsi que les
références techniques dans
«l’outil de références pour
la réalisation du plan de
fumure azote».
les quantités peuvent varier d’une année sur l’autre et seront, dans certains cas, à recalculer :
si les effectifs animaux ont évolué
si la mise aux normes a été faite entre temps et que cela modifie le type de déjection et/ou les volumes récupérés
les temps de présence en bâtiment qui peuvent varier d’une année sur l’autre
1 • Approche « CORPEN »
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
es références de rejet d’azote par
D
animal et par an permettent d’obtenir :
une quantité d’azote théorique produite par an sur l’exploitation :
Références CORPEN
Voir Référentiel* -
Novembre 2013
Remarque
Cette méthode ne tient pas compte de la diversité des exploitations. Par contre, ce sont ces références qui servent
pour les différents dossiers administratifs comme le plan d’épandage, les Dexels, les calculs des différents indicateurs
comme le 170.
2 • Approche « référence technique »
es références, tenant compte
D
du type d’animaux, du type de
bâtiment et du mode d’alimentation,
permettent d’obtenir les informations
suivantes :
- quantités d’engrais de ferme produites
- q uantités d’azote à gérer par an sur l’exploitation ( Voir Référentiel *) - Références Techniques pour la
quantification des déjections
- quantification des déjections
Remarque
Il s’agit d’une estimation des quantités d’engrais de ferme à la sortie du bâtiment. Cette approche ne tient pas compte
des pertes éventuelles au stockage. Les enregistrements du cahier de fertilisation permettent d’ajuster ces quantités.
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Estimer les quantités (tonnes ou m3) à gérer sur l’exploitation
13
1 • Approche « agriculteur »
* Référentiel Outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote
nregistrement des quantités de
E
fumier ou lisier à gérer sur l’année
Pour cela, il faut connaître :
- le poids d’un épandeur (pesée) et le volume contenu dans une tonne à lisier (cubage)
- le nombre de passages d’épandeurs et de tonnes à lisier chaque année,
A
nalyses de leur teneur en azote
la teneur en azote des fumiers/ lisiers (analyses)
- Teneurs en azote des principaux effluents organiques Voir Référentiel*
- Références Techniques pour la quantification des déjections Voir Référentiel*
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Densités moyennes des fumiers : poids moyens à retenir selon les types de fumier
Densité apparente (kg/m 3)
Novembre 2013
Type de fumier
Léger
Moyen
Lourd
Bovins - Porcins - Équins - Caprins
650 kg
Ex : fumier pailleux, sortie de
bâtiment
750 kg
Ex : mélange fumier pailleuxfumier raclage, fumier pailleux
stocké 2-3 mois
850 kg
Ex : fumier de raclage
Volailles
300 Kg
Ex : fumier de poulets sortie
bâtiment, fumiers « secs »,
fientes sèches
400 kg
Ex : fumier humides à la sortie du
bâtiment, fumier stocké extérieur
ayant reçu des eaux de pluies
550 kg
Ex : fumiers stocké en extérieur,
non bâché, non-tassé, ayant reçu
les eaux de pluie pendant l’hiver
Exemple :
Lors du chantier d’épandage, le volume
de l’épandeur a été mesuré HxLxl
Ce jour là, l’agriculteur a épandu du fumier de bovins stocké
depuis plusieurs semaines.
Il importe également du fumier de poulets : il y avait un tas de
fumier qui était stocké depuis le début de l’hiver et non bâché et
un autre tas de fumier qui sortait du bâtiment.
(Hauteur moyen du chargement x Longueur
de l’épandeur x largeur de l’épandeur).
Le volume moyen de chargement était
de 15,5 m3
Remarque
Il s’agit des quantités estimées
au moment de l’épandage. D’une
année sur l’autre, le temps de
Densité fumier
retenue
Epandeur 1 (chargement
de 15,5 m3)
Nombre
épandeur
Quantité de fumier
utilisé
Fumier de bovins
750 kg/m
(15,5 x 750)/1000
= 11,63 t/épandeur
19
221 tonnes
Fumier de volailles stocké
550 kg /m3
(15,5 x 550)/1000
= 8,53 t/épandeur
3
26 tonnes
Fumier de volailles frais
300 kg/m3
(15,5 x 300)/1000
= 4,65 t/épandeur
5
23 tonnes
3
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
stockage des engrais de ferme
peut varier. Des ajustements
peuvent être nécessaires car
les fumiers évoluent pendant le
stockage (densité, teneurs en
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
éléments fertilisants).
Estimer les quantités (tonnes ou m3) à gérer sur l’exploitation
14
B • Estimer les quantités à gérer
quantités produites
+
effluents importés
effluents exportés
Si vous importez ou exportez des déjections, n’oubliez pas de les indiquer au tableau I Nature
et quantité de fertilisants organiques disponibles sur l’exploitation.
Attention
Remarque
Si les quantités de déjections importées et/ou exportées sont différentes au cours de la
Il est important de tenir à jour vos bordereaux
campagne (ex : moins de lots de volailles produites sur l’année), c’est dans le cahier de
de livraison des déjections. Ils vous serviront
fertilisation et dans le tableau récapitulatif des apports que vous indiquerez les quantités
également à remplir votre déclaration annuelle
réellement utilisées.
de flux d’azote.
Le prévisionnel est un outil de prévision !
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Estimer les quantités (tonnes ou m3) à gérer sur l’exploitation
15
O D
ÉTERMINER LA VALEUR fertilisante en azote
des effluents organiques à gérer
A • Les analyses
Attention
Dans la mesure du possible, une ou des analyses sont recommandées pour avoir ses
propres références.
• Pour les fumiers, seule une analyse en laboratoire permet de connaître la teneur en azote.
• Pour les lisiers, des analyses plus simples et plus rapides avec les systèmes QUANTOFIX ou
AGROLISIER permettent de connaître leur teneur en azote.
• La fiabilité du résultat dépend essentiellement de la qualité de votre prélèvement pour
faire l’échantillon.
Quelle que soit la méthode utilisée, il est important
de vérifier que le total de l’azote organique que vous
avez à gérer soit le plus proche de votre calcul d’azote
maîtrisable que vous avez estimé dans le calcul de la
pression azotée (indicateur 170).
B • Les références
A défaut d’analyses, vous pouvez utiliser les références sur les teneurs moyennes
indicatives en azote pour les fumiers et lisiers.
Attention cependant lorsque vous réalisez des mélanges de lisiers ou fumiers.
Par exemple, pour les lisiers de bovins, vous trouverez des références pour des lisiers de
raclage variant de 2,8 uN/m3 à 3,2 uN/m3.
Ces valeurs sont valables dans la mesure où ces lisiers sont stockés seuls et en fosse couverte.
Mais dans la plupart des exploitations laitières, les différents effluents liquides sont stockés
dans la même fosse : les lisiers de raclage plus riche en azote, les eaux blanches et vertes de
salles de traites, les eaux récupérées sur les aires d’exercice, sans oublier les eaux de pluie
(surface découverte dont la fosse elle-même si elle n’est pas couverte).
Remarque
Pour les effluents organiques que vous pouvez achetez ou que vous recevez dans le cadre d’un
contrat avec une entreprise ou une collectivité (entreprise de l’agro-alimentaire avec les eaux
résiduaires, des déchets de légumes, les boues de stations d’épuration, etc.), vous devez demander
aux fournisseurs les teneurs en éléments fertilisants ainsi que le coefficient d’azote efficace les
concernant. Le fournisseur a l’obligation de vous les fournir.
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
2ème étape : les fertilisants organiques de l’exploitation
Exemple :
Comment prendre en compte les mélanges dans
l’estimation des volumes et des valeurs :
Si des lisiers ou des fumiers sont mélangés, il faut
estimer les volumes des différents lisiers ou fumiers
afin de faire une moyenne pondérée pour la teneur en
azote :
Pour les lisiers particulièrement, n’oubliez pas de
prendre en compte les eaux de pluies collectées qui
augmentent les volumes à gérer et diminuent les
teneurs en azote de ces lisiers.
Exemple :
550 m3 de lisier de raclage à 2,8 uN/m3 = 1540 uN
350 m3 d’eaux blanches à 0,4 uN/m3 = 140 uN
150 m3 d’eaux de pluie à 0uN/m3
=
0 uN
1050 m3 de lisier contenant 1680 u N
soit un lisier à (1680 uN/1050 m3) 1,6 uN/m3
Déterminer la valeur fertilisante en azote des effluents organiques à gérer
16
3ÈME ÉTAPE La répartition prévisionnelle des déjections
O F aire l’ASSOLEMENT PREVISIONNEL
de l’exploitation
L’assolement que vous reportez sur le « tableau II – Prévision d’utilisation des fertilisants organiques
sur les cultures de l’exploitation » doit faire apparaître toutes les surfaces et cultures de votre
exploitation, même celles qui ne reçoivent pas de fertilisants organique.
(Revoir 1ère étape Le parcellaire – Définir les parcelles culturales de son exploitation).
Recommandations
Les déjections animales (et autres fertilisants organiques) doivent être utilisées en priorité pour
fertiliser le maximum de cultures et prairies.
Tableau II - Prévision d’utilisation des fertilisants
organiques sur les cultures :
toutes les surfaces doivent apparaître
Concentrer les épandages sur quelques parcelles entraine inévitablement une surfertilisation
conduisant au lessivage des nitrates et donc à une pollution mais également à un gaspillage
d’éléments fertilisants. A l’inverse, une bonne répartition des « engrais de ferme » permet
des économies appréciables d’engrais chimiques.
II Prévision d'utilisation des fertilisants organiques sur les cultures de l'exploitation
Avant d’établir avec plus de précision la dose d’effluent organique à apporter sur chaque parcelle,
Ce tableau vous permet de faire un premier projet de répartition des fertilisants organiques disponibles; les doses apportéesdevront être corrigées
et ajustées au fur et à mesure que vous établirez les besoins par parcelle
Produits et déjections animales à gérer
faite une première hypothèse de répartition et d’utilisation des déjections animales sur les
Assolement prévisionnel
différentes cultures de votre exploitation à l’aide du tableau II.
Surface (ha)
Blé
9.32 ha
Maïs
21.75 ha
350 T
35.21 ha
170 T
Orge
Il est recommandé d’utiliser un crayon effaçable dans le cas où vous seriez amené à modifier cette
7.54 ha
Colza
Prairies temporaires
première hypothèse après avoir ajusté les différents apports d’effluents organiques en fonction des
4.23 ha
Prairies permanentes
Autres
Dérobées
besoins de chaque parcelle culturale.
2
3
4
5
Epandages 1
Nature : F.Bovins Nature :L. Bovins Nature : L.Porcs Nature :
Nature :
prévus
Quantité
Quantité 520 T
Quantité 650 m3 Quantité 400 m3 Quantité
sur
Prévision d'utilisation des fertilisants organiques (en t ou m3) /ha
(ha)
Cultures ou prairie
4.97 ha
1.22 ha
11.26 ha
250 m3
450 m3
100 m3
50 m3
200 m3
Dans le cas où il apparaîtrait un excédent de déjections animales, vous devez rechercher
SAU = 84.24 ha
d’autres solutions (traitement, exportation, modification d’assolement, …) afin de rééquilibrer
les apports avec les possibilités réelles de valorisation de vos terres et de vos cultures.
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
Total colonne
95.5 ha
520 T
650 m3
400 m3
Quantité disponible total apports prévus
+
3ème étape : la répartition prévisionnelle des déjections
Faire l’assolement prévisionnel de l’exploitation
17
A • Quelques conseils pratiques pour mieux utiliser les fertilisants organiques
Attention
Une fertilisation équilibrée est indispensable pour réduire les risques de pollution des eaux
par les nitrates tout en assurant les besoins liés à la croissance des plantes. L’équilibre de
la fertilisation est une obligation réglementaire et peut être contrôlé dans le cadre de la
Directive Nitrate et de la Conditionnalité environnement.
Il est important d’avoir du matériel d’épandage adapté à vos effluents pour apporter la
bonne dose et éviter la perte par volatilisation : rampe à pendillards, enfouisseurs et table
d’épandage.
MAÏS
Les doses d’azote à apporter sur cette
culture sont relativement limitées.
Cette culture valorise bien l’azote
fourni par le sol.
• Veillez à ne pas surfertiliser vos maïs
par des apports trop importants de
déjections. Attention notamment aux
doubles apports sur une même parcelle
associant les fumiers de bovins à un
fertilisant riche en azote disponible
(de type fumier de volailles ou lisier
de porcs). Attention également à
l’association de 2 effluents riches en
azote comme le lisier de porcs avec du
fumier de volailles.
Supprimez le complément en azote
minéral quand les fertilisants organiques
couvrent les besoins en azote de la
plante. Ce complément minéral, quand
il n’est pas nécessaire entraine un
risque de pollution par les nitrates. C’est
également une économie financière
appréciable.
• Si vous avez plus de déjections au
printemps que vos maïs ne peuvent
en valoriser, vous pouvez stocker ces
déjections pour un usage sur d’autres
cultures (colza, dérobées, légumes). Le
compostage des fumiers de bovins par
exemple est une solution intéressante
d’un point de vue agronomique
(amendement de fond), sanitaire
(destruction des germes pathogènes), de
répartition des épandages dans le temps
et de diminution du nombre d’épandeurs
au moment de l’épandage (pertes en eau
importante lors du compostage).
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
• Apporter les fumiers et / ou lisiers au
bon moment :
- les fumiers de bovins et les composts
agissent lentement, il faut donc
anticiper et les apporter tôt pour qu’il y
ait suffisamment d’azote disponible pour
le maïs : février à mi-mars.
- Ne pas épandre des fumiers pailleux
(sortie de stabulation) après le 20 mars
car cela a un effet dépressif sur le maïs.
La décomposition des pailles dans le sol
« consomme » de l’azote au détriment
du maïs. Il est préférable de conserver
ce fumier ou de le composter pour des
épandages d’automne sur prairies
par exemple.
3ème étape : la répartition prévisionnelle des déjections
Faire l’assolement prévisionnel de l’exploitation
18
CÉRÉALES
PRAIRIES
Les céréales ont des besoins en azote
relativement élevés en sortie d’hiver et
début de printemps. Ces besoins peuvent
être couverts par des apports de lisier
de porcs ou des fumiers de volailles de
moins de 3-4 mois à la sortie de l’hiver.
• Les épandages d’automne de lisier
de porcs ou de déjections de volailles
(fumier ou lisier) sont interdits : la plante
n’a pas besoin d’azote à ce moment là.
• Les contraintes de portances et les
distances d’interdiction d’épandage
par rapport aux habitations (pas
d’incorporation possible) limitent les
surfaces épandables sur céréales.
COLZA
Les prairies ont des besoins en azote
qui s’échelonnent sur l’année. Elles
permettent d’utiliser de nombreux
fertilisants organiques.
• Les fertilisants ayant un effet rapide
en azote (les lisiers notamment mais
les engrais minéraux aussi) sont à
privilégier au printemps où les besoins
sont importants.
La capacité du colza à mobiliser de
l’azote en automne permet de valoriser
les effluents organiques de telle sorte
que la fertilisation azotée en sortie
d’hiver sera faible à nulle. Cependant,
ces apports sont plafonnés à 65 unités
d’azote efficace.
• Les fertilisants organiques à effet plus
lent en azote (les fumiers de bovins, les
composts) sont à privilégier à l’automne
dans la mesure du possible. A cette
période, les besoins en azote de la
prairie sont plus faibles, la minéralisation
d’automne couvrant en grande partie
ses besoins. Cela permet une meilleure
disponibilité au printemps suivant de
l’azote de ces déjections à effet azote
plus lent.
Rappel : l’épandage de compost sur
prairie est interdit du 16 décembre au
15 janvier
Le compostage des fertilisants est un
moyen de réduire les risques sanitaires et
également de dissémination des graines
de mauvaises herbes (la chaleur dégagée
lors du compostage détruit une grande
partie des germes pathogènes et des
graines de mauvaises herbes).
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
3ème étape : la répartition prévisionnelle des déjections
Faire l’assolement prévisionnel de l’exploitation
19
4ÈME ÉTAPE Calcul de la dose d’azote par parcelle
ÉQUILIBRE
entre besoins des plantes
&
fournitures d’azote par le sol
Le raisonnement de la fertilisation azotée vise
à quantifier les fournitures d’azote par le sol,
de manière à équilibrer les apports d’azote
complémentaires sous forme d’effluents
organiques ou d’engrais minéral pour répondre
aux besoins des plantes.
Pour établir votre plan de fumure prévisionnel
azote, vous devez utiliser utiliser les grilles
du référentiel régional du 5 juillet 2013. Vous
pouvez trouver ces grilles dans notre Référentiel*.
* Référentiel Outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Cela vous garantie notamment que les références
sont bien celles de votre région.
La dose d’azote que vous apportez doit être
cohérente avec vos objectifs de rendement et
l’historique de chacune de vos parcelles.
Le chiffre que vous reportez dans la colonne « Dose
d’azote à apporter par ha » doit être calculé à
partir des grilles du référentiel régional du 5 juillet
2013
Azote efficace
à apporter
Besoins
en azote
de la culture
Reliquat sortie hiver
Azote non valorisable
Fourniture
d’azote
par le sol
LA MÉTHODE DES BILANS
Novembre 2013
Dose
=
besoin de la culture
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
-
fourniture du sol
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
20
III - Estimation du potentiel de rendement par parcelle
Ce tableau permet d'évaluer le potentiel de rendement de chaque parcelle et de visualiser
l'exploitation. Le potentiel de rendement est évalué sur la base de deux critères principaux
O L e RENDEMENT
Ilôt Pac :
Vous pouvez regrouper des ilôts PAC de caractéristiques identiques dès lors que ceux -ci ont des surfaces inf
concernés ( ilôts 1 et 5 par exemple).
Le rendement apparaît sous deux formes dans le plan de fumure : l’estimation du potentiel
de rendement et le rendement moyen.
A • Pour les grandes cultures annuelles
L’estimation du potentiel de rendement :
Lors de la réalisation du Plan de Fumure, vous devez renseigner le tableau des potentiels de
rendement.
Ce tableau permet de visualiser les variations de rendements entre les différentes parcelles
de l’exploitation. Le potentiel de rendement est évalué sur la base de deux critères
principaux : le type de sol et la profondeur.
exemple
Ilôts PAC n°
1 et 5
Parcelle
Haute et
basse vallée
Surface
12 ha
Type de sol (1)
SA
Profondeur du sol (2)
M
Maïs ensilage
Maïs grain
85 q/ha
Tableau de potentiel Blé
des rendements par
parcelles
Orge
homogènes
Triticale
80 q/ha
70 q/ha
75 q/ha
Colza
35 q/ha
Prairie temporaire
Le Rendement Moyen :
La première étape consiste à définir le rendement moyen sur l’exploitation pour une culture
en réalisant la moyenne des 5 derniers rendements de l’exploitation (cahier de fertilisation,
documents comptables), desquels les deux extrêmes sont retirés
14 t MS/ha
7 t MS/ha
(1)
solsol
: sain
(SA),
légèrement
hydromorphe
(LH) ou hydromorphe (H)
(1)Type
Typedede
: sain
(SA),
légèrement
hydromorphe
(2) Profondeur du sol : P (profond) pour les sols à 3 horizons distincts, M (moyen) po
(LH) ou hydromorphe (H)
ou S (superficiel) pour les sols de moins de 30 cm
(2) Profondeur du sol : P (profond) pour les sols
à 3 horizons
distincts,
M (moyen)
poursurlesl'exploitation
sols à 2 pour une culture ou pra
Le Rendement
Moyen
: Il est calculé
l'exploitation
horizons
distincts(cahier de fertilisation, documents comptables) , desquels les deux extrème
le Plan de Fumure selon la productivité de chaque parcelle.
ou S (superficiel) pour les sols de moins de 30 cm
Ne pas confondre avec :
Exemple :
• Les rendements en blé des 5 dernières années étaient de :
75, 80, 85, 72 et 82 q/ha
• Le rendement moyen à retenir est de :
(80 + 75 + 82) / 3 = 79 q/ha .
• Ce rendement moyen sera ensuite modulé dans le Plan de Fumure selon la productivité
de chaque parcelle.
• A défaut de disposer du rendement moyen sur votre exploitation, vous pouvez utiliser les
rendements moyens régionaux issu des travaux du GREN*
*GREN : Groupe Régional d’Expertise Nitrates
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Définir l’objectif de rendement
21
B • Pour les prairies
Le rendement des prairies s’appuie sur la cohérence des rendements fourragers.
Comme pour les autres cultures, la fertilisation des prairies doit être raisonnée. Notamment, il convient d’adapter les apports azotés au mode d’exploitation de
l’herbe et au rendement recherché : il ne sert à rien de viser un objectif supérieur à ce que les animaux consomment.
Ne donnant pas lieu à une récolte pesée, le rendement de la prairie pâturée impose une évaluation indirecte, cette évaluation se fait à partir de l’estimation des
besoins fourragers du troupeau.
COHERENCE DES RENDEMENTS FOURRAGERS
Estimation besoins du troupeau
Nombre UGB
Estimation des besoins du troupeau
Vous pouvez trouver
ce tableau d’aide
à l’estimation des
rendements fourragers
dans le support «plan de
fumure prévisionnel»
proposé par votre
Chambre d’Agriculture
Exploitation agricole
Nom et prénom
Programme d’action
Directive nitrates
.........................................................................................................................................................................................
Plan de fumure prévisionnel azote
Société
et Cahier de fertilisation
.........................................................................................................................................................................................
a
MAIS
BESOINS DU TROUPEAU : 6,2 t MS x nb UBG
totaux (VL + génisses)
voir tableau de calcul de l'azote organique
disponible sur l'exploitation
surface en maïs ( ha)
- nombre ha nécessaires pour la reconstitution des stocks
+ ou nombre ha en stock d'avance début de campagne précédente
= nombre ha consommés sur la période
rendement moyen t
MS/ha au champ
= surface en maïs ( ha) * rendement moyen
BETTERAVES
b
surface en betteraves(ha)
- dont ha nécessaires pour la reconstitution des stocks
+ ou dont ha avance en stock d'avance début de campagne précédente
= nombre ha consommés sur la période
rendement moyen
t MS/ha au champ
= surface en betteraves (ha)* rendement moyen
Campagne culturale 201 /201
Une approche cohérente des besoins et du
potentiel de rendement doit conduire à un bilan
équilibré à plus ou moins 5%, en raisonnant à partir
des rendements fourragers produits au champ et
non pas des rendements valorisés
c
HERBE RECOLTÉE
Adresse
.........................................................................................................................................................................................
ENSILAGE (Surfaces * Rdt en t de MS)
.........................................................................................................................................................................................
Commune
20.. / 20..
.....................................................................................................................................
Mois de début : Septembre
Code postal
.............................................................................................................................
Novembre 2013
Cahier d’enregistrement du plan de fumure prévisionnel
et des apports de fertilisants azotés sur l’ensemble des
parcelles de l’exploitation agricole
FOIN (Surfaces * Rdt en t de MS)
d
Total
AUTRES FOURRAGES
Méteil
Couverts
e
Total
ACHAT VENTE
Stock début de campagne (t de MS)
+ Achat de fourrages (t de MS)
- Vente de fourrages (t de MS)
Total tonnes de fourrages
f
g
besoin en herbe pâturée (t MS)
h
Total
surface en herbe pâturée ( ha)
i
rendement moyen herbe pâturée / t MS/ha
j
Total des fourrages (maïs, betteraves, foin,
ensilage d'herbe, méteil) en t de MS
g = b+c+d+e+f
Besoin du troupeau - total des
fourrages
h = a-g
rendement moyen herbe en t MS/ha =
besoin en herbe / surface en herbe
j = h/i
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
11
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Définir l’objectif de rendement
22
O C
alculer les besoins en azote de la CULTURE
(maïs, blé, colza)
Besoin en azote
de la culture
=
Objectif de
rendement
*Référentiel
x
Quantité d’azote absorbée
par tonne ou par quintal
+
Azote
non valorisable
Se référer aux
grilles de notre
outil de références
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Azote non valorisable :
c’est la quantité d’azote qu’une culture n’absorbe pas parce qu’en aucune circonstance elle
ne peut extraire la totalité de l’azote présent dans le sol
La valeur retenue en Bretagne est de 30 unités pour toutes les cultures, peu importe la
profondeur du sol car l’azote valorisable se trouve principalement sur l’horizon superficiel du sol
BESOINS
Novembre 2013
70 q
Besoins
en azote
de la culture
Exemple :
• Vous implantez un blé et l’objectif de rendement de votre parcelle est de 70 quintaux / ha
• Besoin en azote de votre blé = 70 * 3 uN/q + 30 unités = 240 unités
Azote non valorisable
• Il faudra bien sûr déduire les fournitures en azote du sol pour déterminer la dose d’azote
que vous apporterez
210 uN
30 uN
240 uN
TOTAL
Se référer aux grilles de notre outil Référentiel*
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Calculer les besoins en azote de la culture (maïs, blé, colza)
23
Azote efficace
à apporter
O Estimer les FOURNITURES d’azote par le sol
Reliquat sortie hiver
A • Reliquat Sortie Hiver (RSH)
C’est une mesure du stock d’azote minéral restant dans le sol à la sortie d’hiver, c’està-dire la première quinzaine de février, après les lessivages d’automne-hiver et avant le
redémarrage de la minéralisation. Ce reliquat dépend de :
• l’azote minéral restant dans le sol après la récolte de la culture précédente
• de l’intensité de la minéralisation d’automne
• de la pluviométrie hivernale
FOURNITURES
• Contribution
des retournements
de prairies
• Effets du précédent
cultural
• Arrières-effets des apports
organiques
• Minéralisation par l’humus
Fourniture
d’azote
par le sol
1 • Si vous faites votre plan de fumure AVANT la première quinzaine de février
Vous pouvez prendre la mesure reliquat
de votre parcelle si vous en disposez.
Sinon, vous devez prendre, les valeurs
proposées dans l’arrêté du 5 juillet 2013 :
• Finistère : 30 kgN/ha,
• Morbihan : 40 kg N/ha,
• Côtes d’Armor : 40 kg N/ha,
• Ille et Vilaine : 50 kg N/ha.
Pour le colza,
si l’azote absorbée est > 60 kg N, le
reliquat est généralement faible : il faut
prendre 10 kg N/ha.
Sinon, une mesure de reliquat est
fortement conseillée.
Pour les prairies,
une autre démarche est appliquée. Elle
intègre les spécificités de sa croissance,
mais également de sa gestion (fauche et/
ou pâturage).
Un chapitre spécifique est consacré aux
prairies pages 28 à 29.
Attention
Il faudra également prendre en compte
les résultats des réseaux de mesures de
RSH pour réajuster la dose à apporter
dans le cahier de fertilisation.
2 • Si vous faites votre plan de fumure APRÈS la première quinzaine de février
Vous pouvez prendre la valeur proposée
chaque année par le réseau régional
RSH en prenant les valeurs de votre
secteur. Vous devez ensuite l’adapter en
tenant compte du précédent cultural et
du passé de fertilisation de la parcelle.
Les données du réseau régional RSH
sont publiées chaque année dans la
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
presse agricole régionale et sur le site
internet des chambres d’agriculture de
Bretagne.
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Estimer les fournitures par le sol
24
B • Contribution des retournements de prairies
D’autre part, le mode d’exploitation de
la prairie (fauche ou pâturage) influe
également sur la quantité d’azote libérée.
Les quantités d’azote libérées sont plus
importantes lorsque la prairie a été
Les prairies de moins de 3 ans ne sont
exploitée en pâturage intégral et sont
pas concernées par cette interdiction
exemple : rotation Blé cipan Maïs ensilage avec fumier bovin sur maïs et lisier de porc sur blé
fortement diminuées lorsqu’il s’agit d’une
de fertilisation azotée. Elles fournissent
B. Estimation des fournitures d'azote par le sol
exploitation par fauche.
également de l’azote mais elles auront
Contribution
de la minéralisation
d'automne
et du début d'hiver
moins d’effet
azote direct
ou indirect
Les associations ray-grass - trèfle blanc
(minéralisation de l’humus).
3. Reliquat sortie hiver (RSH) (fin février : ouverture du bilan)
ne sont pas concernées par cet effet
Cette quantité d’azote libérée diminue
Selon que très
vous disposez
:
fauche : on prendra toujours dans ce cas
ensuite
rapidement.
Au-delà de 2
d'uneamesure
reliquat pour
votre parcelle
la ligne 100 % pâturage. La contribution
ans,1 il n’y
plusded’effet
direct
dû au
2
si rotation "maïs-maïs"
: prendre le resultat issu du réseau de suivi régional
enRSH
azote des associations de graminées
retournement
de la prairie.
sinon prendre la valeur suivante (Ce niveau de RSH sera obligatoirement à corriger dans le cahier de fertilisation après publication des RSH de
3
légumineuses est plus importante.
L’effet direct lié au retournement d’une
prairie peut être important l’année qui
suit sa destruction.
ur le
10
3
Attention
Pas d’apport de fertilisants azotés (organique et
minéral) sur la culture qui suit le retournement
d’une prairie de plus de 3 ans. Une exception est
faite lors d’un retournement de prairies conduites
uniquement en fauche au cours des 3 années
précédentes. Dans ce cas, une fertilisation au
printemps est possible selon les préconisations
présentes dans les grilles azote de l’arrêté de juillet
2013.
kg N /ha
kg N /ha
D’autre part, le retournement d’une prairie en fin
10
l'année)
d’hiver est interdit avant le 1er février.
kgN/ha
Les rotations « prairies de plus de 3 ans – Céréales
d’hiver » sont déconseillées.
Contribution de la minéralisation de fin d'hiver et de printemps
4. Contribution des retournements de prairie
u q /ha
Les associations ray-grass - trèfle blanc correspondent au cas "100% pâture"
Outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote
+
0
Rang de la culture
post destruction
4
Age de la prairie
Type d'exploitation de la prairie 6-18 mois
1 fauche + P
25
70
2 fauches + P
20
55
100% fauche
10
30
55
70
80
100% pâture
0
0
35
45
45
1 fauche + P
0
0
30
35
40
2 fauches + P
0
0
25
30
30
100% fauche
0
0
0
0
0
tout type d'exploitation
0
0
0
0
0
2
135
> 10 ans
80
1
3
6-10 ans
30
Outil de référence pour la réalisation du
+
4-5 ans
100% pâture
MS ou q
Plan prévisionnel
de fumure azote
2-3 ans
175
200
110 apport d'azote140
160la
Aucun
n'est autorisé sur
culture
95
120
140
Dans ce tableau, il n'est donné que l'effet direct
du retournement de prairie en tenant compte de
sonDans
mode d'exploitation
selon il
lesn'est
références
ce tableau,
donné que l'effet direct du
établies par l'INRA, ARVALIS et les chambres
retournement
de
prairie
en tenant compte de son mode
d'agriculture de Bretagne. Les arrières effets sont
dans le tableau
7. les références établies par l'INRA,
d'exploitation
selon
ARVALIS et les chambres d'agriculture de Bretagne.
Les arrières effets sont dans un autre tableau présent
dans l’outil de référence.
Novembre 2013
5. Contribution
apports
organiques
des années précédant le semis
Issu
de la grille des
de calcul
dose
N du maïs
Nature des apports: 25t de fumier (à 5,5 kg N/t) tous les deux ans sur Maïs et 25 m3 (à 3,5 kg N/m3) tous les deux ans sur blé
37.5
5
+
Compost fumier bovin et
"Boues STEP+déchets Compost fumier volailles
verts"
Compost OM et
Compost mûr de
déchets verts
Lisier porc
Fumier porc
Compost lisier porc
à 3,5 kg N/m3
à 4 kg N/t
à 6 kg N/t
à 6,5 kg N/t
à 20 kg N/t
15 m3
30 m3
30 t
30 t
20 t
8t
30t
45
20
35
25
80
50
65
40
100
65
125
80
20
40
30
50
60
Fumier bov.
Lisier bov.
Fumier vol.
à 5,5 kg N/t
à 3 kg N/m3
à 25 kg N/t
30 t
40m3
10 t
tous les ans
70
35
Fréquence des apports
organiques
Lisier vol.
à 7 kg N/m3
2 années sur 3
45
25
30
15
20
15
tous les 2 ans
35
20
25
10
10
tous les 3 ans et +
20
15
15
GUIDE
0
0 MÉTHODOLOGIQUE
de la dose
d’azote par
415ème étape : Calcul
25
20
30 parcelle
à 8 kg N/t
Estimer les fournitures par le sol
40
25
B. Estimation des fournitures d'azote par le sol
Contribution de la minéralisation d'automne et du début d'hiver
3. Reliquat sortie hiver (RSH) (fin février : ouverture du bilan)
Selon que vous disposez :
1 d'une mesure de reliquat pour votre parcelle
C•
des : apports
organiques
des années
précédent
rotation "maïs-maïs"
prendre le résultat
issu du réseau
de suivi régional
RSH le semis
2 siContribution
3 sinon prendre la valeur suivante (Ce niveau de RSH sera obligatoirement à corriger dans le cahier de
3
Les effluents
organiques
possèdent
2 effets :
fertilisation
après publication
des RSH
de l'année)
(Ri)
kg N /ha
kg N /ha
kgN/ha
10
• l’effet direct, caractérisé par la minéralisation assez rapide de l’azote ammoniacal
(NH4+) et de l’azote organique simple.
Rappels
Contribution de la minéralisation de fin d'hiver et de printemps
• l’arrière effet, constitué de la minéralisation beaucoup plus lente de la fraction d’azote
organique complexe contenue dans les effluents organiques. Cet arrière effet se manifeste
4.uniquement
Contribution
retournements
prairie
sur lesdes
parcelles
ayant reçu desde
effluents
organiques régulièrement depuis au
Les
associations
moins
20 ans.ray-grass - trèfle blanc correspondent au cas "100% pâture"
Rang de la
Age de la prairie
culture
post
Type d'exploitation de la
Exemple :
6-18 mois
2-3 ans
4-5 ans
6-10 ans
> 10 ans
destruction
prairie
L’agriculteur A apporte du lisier de porcs 2 années sur 3. La contribution des apports
100%
pâture
30
80
135
175
200
organiques des années antérieures pour sa culture est de 15 uN
+
4
+
25
1 fauche + P
70
110
140
160
1
+ P du 20 t/ha
20 de fumier 55
95
140
L’agriculteur B2 fauches
apporte
de bovins : dans
ce cas, 120
il faudra modéré
les
100%
fauche des quantités
10
30
55
70 teneurs en
80 azote
contributions en
fonction
habituellement
apportées
et des
100%
pâture
0
0 référence35dans le tableau
45
45 une
qui peuvent être
différentes
de celles
citées en
(réaliser
0
0
40
30
35
règle de 3). 1 fauche + P
2
0 de fumier0de bovins : 25
30
30 30 t
Contribution des
apports
35 uN de contribution
pour
2 fauches
+ P de 20 t/ha
tous les 2 ans =
35*(20/30)
= 230unités pour0l’apport régulier
de 20 t/ha
de fumier
0
0
0 de
100%
fauche
bovins.
tout type
0
0
0
0
0
3
d'exploitation
p lus un effluent organique est riche
en azote organique complexe, plus son
(Mhp) arrière effet est important. C’est le
cas notamment des fumiers de bovins,
caprins, chevaux, porcs et des composts.
Ces produits ont des effets directs plus
faibles, ils libèrent peu de nitrates la
Dans ce tableau, il n'est donné que
première année de l’apport.
l'effet direct du retournement de prairie
en tenant compte de son mode
A
u selon
contraire,
plus un effluent organique
d'exploitation
les références
richeARVALIS
en azote et
ammoniacal,
établies parest
l'INRA,
les
chambres d'agriculture
de transformé
Bretagne. Les
rapidement
en nitrate, plus
arrières effets
dans
le tableau
7.
sonsont
effet
direct
est important
mais son
arrière effet est moindre.
5. Contribution des apports organiques des années précédant le semis
Nature des apports
5
Fréquence des apports
organiques
+
Fumier bov.
Lisier bov.
Fumier vol.
à 5,5 kg N/t
à 3 kg N/m3
à 25 kg N/t
Lisier vol.
à 7 kg N/m3
Compost fumier bovin
Compost fumier
et "Boues
volailles
STEP+déchets verts"
Lisier porc
Fumier porc
Compost lisier
porc
à 3,5 kg N/m3
à 4 kg N/t
à 6 kg N/t
à 6,5 kg N/t
à 20 kg N/t
Compost OM et
Compost mûr de
déchets verts
30 t
40m3
10 t
15 m3
30 m3
30 t
30 t
20 t
8t
30t
tous les ans
70
35
45
20
20
35
80
65
100
125
2 années sur 3
45
25
30
15
15
25
50
40
65
80
tous les 2 ans
35
20
25
10
10
20
40
30
50
60
15
15
0
0
15
25
20
30
40
20
tous les 3 ans et +
(Mha)
à 8 kg N/t
Ces valeurs correspondent à des pratiques régulières sur la parcelle.
Pour un fertilisant donné, si la quantité et la teneur appliquées sont différentes de celles proposées en tête de colonne, il suffit de faire une règle de trois
Il faut prendre en compte toutes les déjections apportées : en cas d'apports multiples, effectuer la somme des apports individuels ainsi recalculés
Extrait de la grille maïs
6. Contribution des résidus du précédent(*) (pour les prairies, voir 4)
Précédent
Conditions de récolte
kg N/ha
(Mr ou Mrci)
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
: Calcul de la dosekgd’azote
par parcelle
4 étape
Précédent
Conditions
de récolte
N/ha
ème
Estimer les fournitures par le sol
26
5. Contribution des apports organiques des années précédant le semis
Nature des apports
5
Fréquence des apports
organiques
Fumier bov.
D • Contribution des résidus du précédent cultural et des
CIPAN
à 5,5
kg N/t
Vous pouvez trouver
les références dans
notre outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Novembre 2013
Lisier bov.
Fumier vol.
à 3 kg N/m3
à 25 kg N/t
35
tous les 2 ans
20
Les résidus de culture peuvent libérer de l’azote ou prélever de l’azote dans le sol au
tous les 3 ans et +
20
15
détriment de la culture qui suit. On distingue donc :
Compost OM et
Compost mûr de
déchets verts
Fumier porc
Compost lisier
porc
à 3,5 kg N/m3
à 4 kg N/t
à 6 kg N/t
à 6,5 kg N/t
15 m3
30 m3
30 t
30 t
20 t
8t
30t
20
20
35
80
65
100
125
à 7 kg N/m3
10 t
t
Il s’agit ici des précédents hors prairies (les prairies sont abordées à30part
dans40m3
le point B du
tous les ans
45
70
35
chapitre précédent)
+
30
2 années sur 3
45
25
Compost fumier bovin
Compost fumier
et "Boues
volailles
STEP+déchets verts"
Lisier porc
Lisier vol.
à 20 kg N/t
à 8 kg N/t
15
15
25
50
40
65
80
25
10
10
20
40
30
50
60
15
0
0
15
25
20
30
40
Ces valeurs correspondent à des pratiques régulières sur la parcelle.
• les résidus riches en azote qui libèrent de l’azote
ladonné,
culture
suivante :
les CIPAN,
Pour unpour
fertilisant
si la quantité
et la teneur
appliquées sont différentes de celles proposées en tête de colonne, il suffit de faire une règle de trois
les résidus de culture légumière, les résidus de colza,
Il faut prendre en compte toutes les déjections apportées : en cas d'apports multiples, effectuer la somme des apports individuels ainsi recalculés
• les résidus pauvres en azote qui « consomment » de l’azote au détriment de la culture qui
suit : les cannes de maïs grains, les pailles de céréales qui ne seraient pas enlevées. Pour
6. Contribution des résidus du précédent(*) (pour les prairies, voir 4)
dégrader ce type de résidus, les bactéries présentes dans le sol ont besoin d’azote minéral.
Précédent
Précédent
Conditions de récolte
Conditions de récolte
kg N/ha
Cette consommation d’azote se fait au détriment de la culture (ce phénomène de
20
Betteraves
feuilles enfouies
Tournesol
consommation d’azote par les bactéries du6 solBetteraves
s’observe également
pour les fumiers
0
feuilles non enfouies
Légumineuses fouragères ( luzerne,trèfle)
pailleux qui sont incorporés au sol juste avant Céréales
l’implantation
de la culture : ils ont un effet0
pailles exportées
CIPAN, jachères
Phacélie
dépressif sur la culture).
0
Céréales
pailles enfouies
Maïs
ensilage
20
Colza, pomme de terre pois haricots
+
(*)Pas
d'addition
desol
plusieurs
précédents
E • Contribution liée à la minéralisation
de
l’humus
du
et du
système de culture
Cela correspond à la minéralisation dite
« basale » de la matière organique du
sol. Cette minéralisation de l’humus
dépend de sa qualité et du passé cultural
ancien.
Il appartient donc de prendre en compte
l’effet « système » dans l’estimation de
la minéralisation de l’humus :
=
• L’effet des résidus de récolte :
l’enfouissement régulier des résidus
végétaux des cultures légumières,
des tiges et feuilles en maïs grains,
des résidus de colza, ou des pailles de
céréales, augmente la contribution
liée à la minéralisation de l’humus
• La présence de prairie dans la
rotation :
elle augmente la contribution liée à la
minéralisation de l’humus
Légumes
20
0
Chou-fleur d'hiver
60
kg N/ha
Prairies pâturées
avec 3 pâturages
par an
0
En cours d'étude
-10
Système de cultures
Maïs - Céréales
kg N/ha
Maïs grain
7. Contribution de l'humus du sol et du système de cultures
7
(Mr ou Mrci)
Rotation maïs ensilage et céréales (cipan)
80
Rotation maïs grain et céréales (cipan)
90
3 années de prairie sur 10
90
5 années de praire sur 10
100
8 années de prairie sur 10
110
Système endivier et terres de st Malo
70
Légumes céréales ou lég. Industries
100
Légumes frais 100 %
110
Extrait de la grille maïs
Pour la parcelle analysée
(B) Total des fournitures du sol (3 + 4 + 5 + 6 + 7)
Exemple : (Mhs)
La parcelle A
Rotation maïs ensilage •
Céréale
Lacas
contribution
de l’humus
En
de culture dérobée
précédant un maïs, voir la
du sol
etspécifique
du système
de
grille
dérobée-maïs
(annexe 7)
culture sera de 80 uN/ha
La parcelle C
Rotation prairie avec 1
retournement de la prairie
tous les 5 ans avec un
maïs et une céréale avant
de remettre en prairie
Pour l’implantation d’un
maïs, la contribution de
l’humus du sol et du système
sera de 110 uN/ha
[Ri+Mhp+Mha+(Mr
ou10)
Mrci)+Mhs]
(Prairie 8 années sur
Reprendre la valeur de A (page précédente) puis faire le calcul ci-dessous
ème
GUIDE
étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
DoseMÉTHODOLOGIQUE
à apporter = besoins - 4fournitures
Estimer les fournitures par le sol
27
l La lixiviation d’azote en prairie pâturée dépend du cha
O Calculer
les besoins en AZOTE DES PRAIRIES La figure 12
basée sur le même jeu de données expérimentales
que
la
précédente,
illustre la relation de forme exponenPour une fumure efficace sans risque de pollution des eaux
tielle trouvée avec le chargement animal exprimée en Unité
Gros Bétail x nombre de jours équivalent de pâturage (UGB.
Les prairies :
JPE/ha/an).Les
Laprincipales
lixiviation
de nitrate
reste
pratiques
à risque
sontfaible
cellesou
quimodérée
comme les autres cultures, une bonne gestion est nécessaire afin d’en
jusqu’à 450déconnectent
à 550 UGBl’apport
JPE/ha
puisdeaugmente
rapidement
d’azote
la valorisation
par
limiter les fuites, même si c’est moins l’effet de la dose apportée qui joue
le couvert.
citera enélevés,
particulier
la situation
où les supépour atteindre
des On
niveaux
avec
des pertes
que le chargement ou la date d’apport.
animaux reste
au pâturage Cette
avec unrelation
complément
fourrager
rieures à 100-120
kg N/ha/an.
a été
reprise
extérieur : des
dans ces
situations,
il y a plus
restitutions sous
pour caractériser
niveaux
moyens
dedelixiviation
Les prairies présentent plusieurs différences avec les grandes cultures :
de prélèvement
Lesazote
parcelles
prairies ded’azote
façonque
simplifiée
danspar
lel’herbe.
module
de l’outil
• Elles sont pluriannuelles : avec plusieurs récoltes par an et des besoins
« parking »
proches
de
la
salle
de
traite,
présentent
des
Territ’eau (figure 15).
en azote importants tant que les conditions climatiques permettent la
chargements
très
élevés
et
peuvent
présenter
des
risques
Si l’on voit clairement que la réduction du nombre de jours
croissance
importants de pertes d’azote.
de pâturage
aura un impact fort sur la réduction des fuites
• Cet azote prélevé est exporté de la parcelle en cas de fauche mais il
va être en grande partie restitué par les déjections des animaux au
pâturage.
• Une part de l’azote est va être stocké sous forme organique : ce stockage
limite les pertes durant la vie de la prairie mais cette réserve va être en
partie libérée (minéralisé) lors de la destruction de cette prairie.
Les prin
nectent l
citera en
pâturage
tituant pl
celles "p
des char
de lixivia
Une fertilisation azotée raisonnée des prairies en période de pousse
limite les fuites d’azote
Plus les apports d’azote sont réalisés durant la période de forte croissance
de la prairie, plus les fuites seront modérées, grâce à une valorisation
maximale de l’azote apporté : de février à fin de printemps - début d’été
selon les contextes climatiques.
Quels que soient les sites, les apports tardifs d’azote augmentent les
risques de fuite d’azote.
Les pertes en azote augmentent avec le chargement
Le chargement est exprimé en Unité Gros Bétail x nombre de jours
équivalent de pâturage (UGB JPE / ha / an). Les pertes en azote
augmentent fortement au-delà de 450 à 550 UGB JPE /ha, avec des pertes
supérieures à 100-120 kg N/ha/an.
La réduction du nombre de jours de pâturage aura un impact fort sur la
réduction des fuites d’azote. Toutefois, d’autres facteurs peuvent intervenir :
la différence de lame drainante (quantité d’eau nécessaire pour lessiver un
sol), du type de sol (hydromorphe ou pas), des pertes du couverts herbagé en
condition sèche.
d’azote,
vertical d
chargem
varier de
fois par d
pour des
pertes él
une forte
par lixivia
mentales
le fractio
au poten
ajusteme
le potent
Notons q
à la fois
et une di
Relation
d’azote per
x UGB intè
de la produ
l La
Relation entre l’importance de la pression de pâturage
et les quantités d’azote perdues par lixiviation. Notons
que le nombre de jours de pâturage x UGB intègre la
«part de fauche» et le niveau de fertilisation par le biais
de la production d’herbe
qui s’en suit.
minéralisation
de l’azote
suite à un retournement
la première année
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Calculer les besoins en azote des prairies
d
28
Comme pour les cultures annuelles,
la dose d’apport se raisonne sur la base
d’une méthode de bilan. Mais pour
les prairies, l’utilisation de l’équation
du bilan est malaisée. Du fait de
caractéristiques particulières (présence
des animaux, plusieurs récoltes dans
l’année, etc…), il n’est pas possible
d’utiliser le même outil que pour
les cultures annuelles. C’est la raison
pour laquelle une grille simplifiée à
partir de ces critères à été établie.
Une partie des besoins en azote de la
prairie est couverte par les fournitures
du sol.
Le complément de fertilisation à apporter
dépend du niveau de ces fournitures.
Ces dernières sont liées aux conditions
pédoclimatiques (bonne pousse estivale
ou non), à l’entretien azoté de la parcelle
(fréquence des apports de déjections et
intensité des restitutions au pâturage) et
à la présence ou non des légumineuses.
-
(Besoins (A)
DOSE D’APPORT PRÉVISIONNEL
) / 0.70
Fournitures (B)
(1)
=
kg ou unités/ha
(1) :
CAU : coefficient apparent d’utilisation.
Tout l’azote apporté n’est pas valorisé par la plante (pertes par volatilisation, lessivage, stockage). Le coefficient apparent d’utilisation de l’azote représente la fraction apportée à
la prairie qui est absorbée par la plante. L’azote est mal utilisé à certaines périodes, en particulier en conditions trop sèches ou trop froides. En moyenne sur l’année, il est estimé à
70% pour des apports effectués durant les périodesVersion
de bonne
valorisation
de l’azote (février à début juillet)
mars
2013
ANNEXE 8 -2 : Grille de calcul de la dose d'azote prévisionnelle pour les prairies en Bretagne
ANNEXE 8 -2 : Grille de calcul de la dose d'azote prévisionnelle pour les prairies en Bretagne
ndement
ndement
porté
(tableau 1)
porté (tableau 1)
Version mars 2013
A • Besoins en azote de la prairie
Tableau 1 Exportation d'azote selon le mode d'exploitation au printemps
Tableau 1 Exportation d'azote selon le mode d'exploitation au printemps
Azote exporté (kg N/t
MS) (kg N/t
Azote exporté
Mode d'exploitation au printemps
Mode d'exploitation au printemps
Pâturage à rotation rapide
MS)
30
Pâturage
rotationmixte
rapide
Pâturage à rotation
lente etàprairie
fauche et pâturage
Pâturage à rotation
lente etetprairie
mixte
fauche et pâturage
Foin précoce
foin de
repousse
Foin Foin
précoce
foin1er
decycle
repousse
tardifetde
Foin tardif de 1er cycle
Besoins (A)
=
Rendement
Entretien azoté antérieur par
x
30
25
25
20
20
15
15
Remarque
les teneurs les plus élevées sont celles qui entraînent le
plus de gaspillage et de pertes azotées par voie urinaire,
sans améliorer le rendement. Le pâturage de 21 jours
n’est donc pas un optimum.
Exportation N (selon le mode d’exploitation dominant au printemps)
TABLEAU 2
ESTIMATION DES FOURNITURES
D’AZOTE
PAR LE SOL , Kg / ha
TABLEAU
2
Dans
le
cas
de
prairies
sans
légumineuses
ESTIMATION DES FOURNITURES D’AZOTE PAR LE SOL , Kg / ha
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE Dans
: Calcul
de laObjectif
dose
d’azote
parcelle Calculer
4ème étape
le cas
de prairies
sans
légumineuses
de par
rendement
en t MSles/ besoins
ha en azote des prairies
29
Tableau 1 Exportation d'azote selon le mode d'exploitation au printemps
Mode d'exploitation au printemps
Azote exporté (kg N/t
MS)
Pâturage à rotation rapide
30
25
B • Fournitures d’Azote du sol
Foin précoce et foin de repousse
20
Pâturage à rotation lente et prairie mixte fauche et pâturage
1 • Fournitures d’azote par15le sol liées à l’entretien azoté de la parcelle
Foin tardif de 1er cycle
Remarque
Cet entretien azoté n’est pas uniquement lié à la fertilisation azotée pratiquée sur la parcelle.
pour la première année d’implantation de la prairie
Grille de calcul de la dose d'azote prévisionnelle pour les prairies
en Bretagne
TABLEAU 2
prendre en compte uniquement la note issue du tableau 3
Il dépend
Version mars 2013
également de deux choses :
ESTIMATION DES FOURNITURES D’AZOTE PAR LE SOL , Kg / ha
Dans le cas de prairies sans légumineuses
• des arrières effets des restitutions au pâturage et donc du mode d’exploitation domiTableau 1 Exportation
d'azote selonpar
le mode d'exploitation au printemps
Entretien
azoté antérieur
Objectif de rendement en t MS / ha
nant de la prairie (pâturage ou fauche),
(a) : Entretien azoté antérieur (tableau 2)
• Un entretien azoté antérieur fort correspond soit à :
des apports directs ou
Azote exporté (kg N/t
Mode d'exploitation au printemps
- u ne note > à 9 (cf tableau 3: contributions des apports
mécaniques (a)
• des5apports MS)
ou non6 de déjections dans
la rotation.8
7
9
10
11 organiques des
12années précédentes)
30
Pâturage à rotation rapide
- Prairie majoritairement pâturée les années
25
Pâturage à rotation lente et prairie mixte fauche et pâturage
Fort
85
100
115
130
145
160
175
190
précédentes
Foin précoce et foin de repousse
20
Moyen
80
130
140
70
90
100
110
120
•U
n entretien azoté antérieur moyen correspond à :
Foin tardif de 1er cycle
15
Faible
65
70
75
80
90
95- u ne note comprise
100 entre 4 et 9 (cf tableau 3 :
85
(a) : Entretien azoté antérieur (tableau 2)
contributions des apports organiques des années
Ø Un entretien azoté antérieur fort correspond soit à TABLEAU
:
précédentes)
2
• une note
> à 9 (cfDES
tableau
3: contributions
organiques
des années précédentes)
ESTIMATION
FOURNITURES
D’AZOTE des
PAR apports
LE SOL , Kg
/ ha
-P
rairies ayant été en partie fauchées (1 fauche de foin
Dans le cas
de prairies
sans légumineuses
• Prairie majoritairement
pâturée
les années
précédentes
ou ensilage) les années précédentes et pâturées le
Entretien azoté
antérieur
parazoté antérieur moyen correspond à :
Objectif de rendement en t MS / ha
Ø Un
entretien
reste de l’année
des apports directs ou
• une note comprise entre 4 et 9 (cf tableau 3 : contributions des apports organiques des années précédentes)
•
U
n entretien azoté antérieur faible correspond à :
mécaniques (a)
5 • Prairies ayant
6 été en partie7fauchées (1 fauche
8
11
12 le reste de l’année
de foin ou9 ensilage) les 10
années précédentes
et pâturées
- u ne note < 4 (cf tableau 3 : contributions des apports
Ø Fort
Un entretien azoté antérieur
faible100
correspond à115
:
85
130
145
160
175
190
organiques des années précédentes)
4 (cf tableau 390
: contributions100
des apports organiques
des années
précédentes)
Moyen
70 • une note <80
110
120
130
140
-P
rairie principalement fauchée. La fauche représente
fauchée.
moins les 2/3 du
Faible
100
65 • Prairie principalement
70
75 La fauche80représente au85
90 rendement 95
au
moins les 2/3 du rendement
Remarque : pour la première année d'implantation de la prairie prendre en compte uniquement la note issue du tableau 3
(a) : Entretien azoté antérieur (tableau 2)
Ø Un entretien azoté antérieur fort correspond soit à :
TABLEAU 3
• une note > à 9 (cf tableau 3: contributions des apports organiques des années précédentes)
Contribution des apports organiques des années précédentes
• Prairie majoritairement pâturée les années précédentes
Ø Un entretien azoté antérieur moyen correspond à :
Nature des apports. En cas d'apports multiples, effectuer la somme des apports individuels
• une note comprise
entre
4 et 9 (cf tableau
3 : bov.
contributions des
apportsvol.
organiques desLisier
annéesvol.
précédentes) Lisier porc
Type d'effluent
Fumier
bov.
Lisier
Fumier
Fumier porc
Compost lisier
• Prairies ayant été en partie fauchées (1 fauche de foin ou ensilage) les années précédentes et pâturées le reste de l’année
porc
Tonnage
ou faible
M3 correspond
30 t
30 T à :
40m3
10 T
15 m3
30 m3
30 T
Ø Un entretien azoté
antérieur
• uneen
note
tableau
: contributions
des N
apports
Valeur unitaire
N < 4 à(cf5,5
à 5 Kg N /m3
à4 Kg N /T
à 6 kg N/t
Kg N3 /T
à 3Kg
/m3 organiques
à 25desKgannées
N /T précédentes)
À 7 Kg N /m3
• Prairie principalement fauchée. La fauche représente au moins les 2/3 du rendement
total / la note issue du
N total
Remarque : pour la première année d'implantation deN
la total
prairie/prendre en compteNuniquement
tableau/ 3
Fréquence des apports
tous les ans**
an
165
2 années sur 3
110
Type d'effluent
tous les
2 ans
Tonnage ou M3
tous les
3 ans
et +en N
Valeur
unitaire
Fumier bov.
30 T
tous les ans**
N total /
an
165
2 années sur 3
110
Fréquence des apports
83
à 5,5 Kg N /T50
note
14
note
14
9
7
à 3Kg4N /m3
N total /
an
120
Fumier vol.
60
10 T
4
36à 25 Kg N /T3
N total /
note
note
an
TABLEAU
7
9
250 4
Lisier vol.
125
15 m3
À 7 75
Kg N /m3
N total /
an
105
Taux
de 80légumineuse
pondéré6 annuel
9
5
167
70 (%)
5
3
Lisier porc
53
30 m3
à 5 Kg N 32
/m3
4
N total /
an
150
3
100
note
note
6
4
GUIDE
Fumier porc
2 30 T
0 Kg N /T
à4
N total /
an
120
note
7
75
45
6
N total /
an
120
4
80
note
Nature80
des apports.
la somme des apports
individuels
5 En cas d'apports
6 effectuer 70
3
167 multiples,
100
Lisier bov.
40m3
N total /
N total /
note
note
note
an
an
an
an
TABLEAU 3
7 des apports
9 des années
4
120Contribution
250 organiques
105 précédentes
150
Compost lisier
3
porc
30 t
à 6 kg2N/t
N total /
an
180
16
5
10
80
120
MÉTHODOLOGIQUE
4
à 20 kg N/t
à 8 kg N/t
7
16
16
20
N total /
an
240
5
120
10
108
10
107
13
160
16
8
80
10
120
12
à 2054
kg N/t
5
à 8 kg N/t49
5
48
6
72
8
N total /
an
163
N total /
an
160
note
note
20
note
Compost mûr de
8déchets
81
30t verts
N total /
an
240
note
note
note
25
note
TABLEAU
5
25
Estimation
du160
taux de16par
trèfle
par observation
visuelle
107
Calcul
de la13dose
d’azote
parcelle
Calculer
les besoins
10
étape :
à 6,5 kg N/t
N total /
an
160
Compost fumier
90
volailles
8t
ème 108
Compost mûr de
déchets
30t verts
N total /
an
163
Compost fumier
4
60 bovin
25 t
16
Compost fumier
volailles
8t
N total /
an
180
note
36à 6,5 kg N/t 3
note
Compost fumier
bovin
25 t
en azote des prairies
30
Entretien azoté antérieur par
des apports directs ou
mécaniques (a)
5
6
7
8
9
Fort
Moyen
Faible
85
70
65
100
80
70
115
90
75
130
100
80
145
110
85
lles sur la rotation cf : tableau 2)
Objectif de rendement en t MS / ha
Entretien azotédes
antérieur
(tableau 2)
2 •(a)C:ontribution
légumineuses
(a) : Entretien azoté antérieur (tableau 2)
Ø Un entretien azoté antérieur fort correspond soit à :
11
12• une note > à 9 (cf tableau 3: contributions des ap
10
• Prairie majoritairement pâturée les années précéde
160
175
190
Ø Un entretien
azoté antérieur
moyen correspond à :
120
130
140• une note comprise entre 4 et 9 (cf tableau 3 : con
95
100• Prairies ayant été en partie fauchées (1 fauche de
90
Ø Un entretien azoté antérieur faible correspond à :
• une note < 4 (cf tableau 3 : contributions des appo
• Prairie principalement fauchée. La fauche représen
Ø Un entretien azoté antérieur fort correspond soit à :
• une note > à 9 (cf tableau 3: contributions des apports organiques des années précédentes)
majoritairement
pâturée les années précédentes
En pratique, plusieurs cas sont• àPrairie
considérer
:
Remarque : pour la première année d'implantation de la prairie prendre en compte uniquement la n
Ø Un entretien azoté antérieur moyen correspond à :
• une note comprise entre 4 et 9 (cf tableau 3 : contributions des apports organiques des années précédentes)
• Si la prairie est en 1ère année de production, il est déconseillé de faire des apports
Contribut
• Prairies ayant été en partie fauchées (1 fauche de foin ou ensilage) les années précédentes et pâturées le reste de l’année
d’azote pour
l’installation
ducorrespond
trèfle. à :
Nature des apport
Ø Unpermettre
entretien azoté
antérieur faible
Type d'effluent
Fumier bov.
Lisier bov.
Fumier vo
• une note < 4 (cf tableau 3 : contributions des apports organiques des années précédentes)
• Prairie principalement
fauchée.de
Laproduction
fauche représente
moinsillesfaut
2/3 du
rendement
• S’il s’agit d’une prairie d’association
en 2ème année
ouauplus,
tenir
Tonnage ou M3
30 T
40m3
10 T
Remarque : pour la première année d'implantation de la prairie prendre en compte uniquement la note issue du tableau 3
compte
de l’abondance du trèfle :
Valeur unitaire en N
à 5,5 Kg N /T
TABLEAU 3
N total /
note
des apports
organiques
des années précédentes Fréquence des apports
- si le trèfle est abondant (> 20 % au printemps et 35 % enContribution
été), on peut
considérer
que la
an
Nature des apports. En cas d'apports multiples, effectuer la somme des apports individuels
14
tous les ans**
165
prairie n’a pas besoin de fertilisation azotée, l’azote fournie par le trèfle étant suffisant pour
Type d'effluent
Fumier bov.
Lisier bov.
Fumier vol.
Lisier vol.
Lisier porc
assurer la production.
En ou
cas
de déjections),
Tonnage
M3d’apport
30 T (sous forme
40m3
10 Tle limiter dans
15 m3tous les cas
30 m3
à 50 N/ha.
Valeur unitaire en N
à 5 Kg N /m3
à 5,5 Kg N /T
à 3Kg N /m3
à 25 Kg N /T
À 7 Kg N /m3
N total /
Fréquence des apports
note
N total /
note
N total /
note
N total /
note
N total /
an % au printemps
an
an en été), on raisonnera
an
- si le trèfle est peu abondant (10
et < 30 %
de an
la
14
7
9
4
tous les ans**
165
120
250
105
150
même façon
que pour les graminées
pures.
2 années sur 3
(Fs)
tous les 2 ans
30 T
tous les
à 6 2kgans
N/t
à4 Kg N /T
6
N total /
an
120
4
80
note
Compost lisier
2 années
porc
30sur
t 3
note
tousN les
total3 /ans et +
8
6
70
3
2
75
3
60
4
50
4
36
3
75
3
32
0
45
2
36
3 production
5
54 de la prairie
5
0
40 - 30
6
0
50 - 40
7
0
55 - 45
8
0
65 - 50
9
0
70 - 55
0
80 - 60
0
87 - 67
11
0
DOSE D’APPORT PREVISIONNEL
(1) - Fournitures (2)0 ] / 0.70
plus de 30 %
10 à 30 %
moins de 10 %
faible
moyen
élevé
Apport total limité à un
maximum de 50 uN efficace/ha
en début de saison
80 - 60
(1)
95 - 75
81
50
note
5
6
7
8
9
10
à 25 Kg N /
N total /
an
250
note
7
no
9
Compost fumier Compost mûr de
9 8t
530t verts 167
80 déchets
volailles
à 720 kg N/t 60
N total4 /
16
an
160
10
107
à 84kg N/t
36 N total /3
note
20
an
240
note
6
125
5
75
3
25
TABLEAU 4
13
16
160
Taux de légumineuse pondéré annuel (%)
49
8
80
10
120
12
5
48
6
72
8
moins de 10 %
10 à 30 %
0
40 - 30
TABLEAU 5
(t MS/ha)
Estimation du taux de trèfle par observation visuelle
niveau
10
X= (Nexp)-[((Mhs+Nrest)+(Fs)]
(1)
90
167
(t MS/ha)
12
[ Besoins
108
5
production de la prairie
10
10
5
note
80
Taux de légumineuse pondéré annuel (%)
égumineuses cf : tableau 4)
120
7
TABLEAU
4
(en cas d’association
graminées-légumineuses
cf : tableau 4)
ses de la prairie en place
16
N total /
an
163
an
180
9
100
Compost fumier
bovin
25 t 110
à 6,5 kg N/t83
110
b - contribution
de 125
la prairie5en place
7 des légumineuses
4
83
60
53
tous les 3 ans et +
Fumier porc
à 3Kg N /m3
N total /
an
120
Eléments d'observation
0
% trèfle blanc en mai-juin
la graminée domine largement le
trèfle blanc
0
moins de 10 %
0
la graminée est dominante mais on
voit bien le trèfle blanc
0
10 - 30 %
0
on voit presque du trèfle partout
plus de 30 %
50 - 40
55 - 45
65 - 50
70 - 55
80 - 60
11
0
87 - 67
10
0
80 - 60
12
0
95 - 75
Les chiffres en noir correspondent au trèfle blanc.
kg ou unités/ha
Les chiffres en italique rouge correspondent aux autres légumineuses prairiales.
CAU : coefficient apparent d’utilisation.
Les chiffres en noir correspondent au trèfle blanc.
kg ou unités/ha
Les chiffres en italique rouge correspondent aux autres légumineuses prairiales.
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
7
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Calculer les besoins en azote des prairies
31
O Calculer les besoins en azote des LÉGUMES D’INDUSTRIE
Par légumes d’industrie, on entend : haricots, flageolets, épinards d’automne et de printemps, carottes
Besoin en azote
de la culture
=
Dose
Pivot
-
Reliquat
pré-semis
-
DOSE PIVOT
Vous pouvez trouver
les références dans
notre outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Novembre 2013
Besoins de la culture
-
la minéralisation de l’humus du sol
=
Dose Pivot
La dose pivot prend en compte les
besoins reconnus d’une culture réussie
(obj de rendement * quantité d’azote
absorbée) auxquels s’ajoute l’azote
restant dans le sol à la récolte (appelé
aussi azote non valorisable) et moins
l’azote fournit par la minéralisation de
l’humus.
Contribution
du précédent cultural
RELIQUAT PRÉ-SEMIS
En grande culture, on utilise la notion
de Reliquat sortie Hiver. Cette notion
n’est pas applicable pour les légumes
d’industrie du fait de la fréquence des
doubles cultures.
Le reliquat est donc à mesurer ou à
estimer juste avant le semis.
Comme pour le reliquat sortie hiver, le
reliquat pré-semis dépend du précédent :
l’azote des résidus du précédent est
libéré en partie avant et en partie après
le semis.
Dans ce contexte, il est recommandé
de faire une mesure directe du reliquat
azote.
Contribution des
apports organiques
des années antérieures
-
Sans mesure réelle à la parcelle, un
niveau repère vous est indiqué : il
correspond à une situation de fertilisation
équilibrée.
EFFET DU PRÉCÉDENT CULTURAL
Il s’agit de la part d’azote contenu dans
les résidus de récolte du précédent qui se
minéralisera après semis sur le cycle de
la culture. Une part de cet azote est déjà
prise en compte dans le reliquat pré-semis :
l’effet total du précédent étant la somme
des deux.
O C
alculer les besoins en azote des LÉGUMES DE PLEIN CHAMP
Un référentiel est disponible sur internet,
ou sur papier en contactant votre
Chambre d’Agriculture.
Outil de référence
Dose d’azote
pour les légumes frais
Février 2014
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Calculer les besoins en azote des légumes d’industrie
32
O Cultures avec UNE DOSE PIVOT
Cf. «Outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote»
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Pour certaines cultures, il n’y a pas de grilles de calcul de la dose d’azote : vous
utiliserez alors une dose pivot ou une dose plafond.
Exemple :
Pour les petits pois d’industrie :
la dose pivot est de 30 kg N/ha et la dose plafond
à ne pas dépasser est de 50 kg N/ha
Dose pivot : dose à partir de laquelle vous pouvez faire des ajustements selon les
conditions (climat, variétés, sol …); Dans tous les cas, vous ne pourrez pas dépasser la
dose plafond appliquée à cette culture.
Pour le méteil (mélange céréales légumineuses
<30%) : la dose plafond à ne pas dépasser est
de 50 kg N/ha
Dose plafond : dose maximale issue de références tirées d’expérimentation au champ
que vous ne pouvez pas dépasser. Elle laisse le libre choix d’épandre des doses plus
faible.
Novembre 2013
O R
eporter le détail de vos différents calculs
d’azote
Exemple :
L’arrêté national de décembre 2011 vous oblige à détailler le calcul de vos doses
d’azote pour toutes vos parcelles fertilisées.
Que vous utilisiez un logiciel ou que vous le fassiez sur papier, il vous faut obligatoirement faire apparaître ce détail.
Ci-dessous extrait du support papier pour réaliser
votre plan de fumure proposé par les différentes
Chambre d’Agriculture de Bretagne
Calcul des doses d'azote à apporter
GRANDES CULTURES
maïs-céréales-Colza
A - ESTIMATION DES BESOINS
Vous pouvez trouver les
informations dans notre
outil «Plan de fumure»
Exploitation agricole
Nom et prénom
Programme d’action
Directive nitrates
.........................................................................................................................................................................................
Plan de fumure prévisionnel azote
Société
Parcelle - Cultures
Exemple : Ilot 3 - Blé
Obj
Rendement
(1)
Azote abs.
Par unité de
production
(2)
70
3
Azote déjà
prélevé par
la culture
(3)
B - ESTIMATION DES FOURNITURES PAR LE SOL
azote non
valorisable
(4)
(A)
total besoins
(1 x 2) - 3 + 4
5 - reliquat
(RSH)
30
240
40
antérieurs
8Contribution
résidus
précédent
9Contribution
de l'humus du
sol
(B)
total
fournitures
(5+6+7+8+9)
Dose N à
apporter
25
0
60
125
115
6 - Contrib.
7 - Contribution
"prairie" apports organiques
0
SOLDE (A - B)
et Cahier de fertilisation
.........................................................................................................................................................................................
Campagne culturale 201 /201
Adresse
.........................................................................................................................................................................................
.........................................................................................................................................................................................
Commune
.....................................................................................................................................
Mois de début : Septembre
Code postal
.............................................................................................................................
Cahier d’enregistrement du plan de fumure prévisionnel
et des apports de fertilisants azotés sur l’ensemble des
parcelles de l’exploitation agricole
Novembre 2013
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
4ème étape : Calcul de la dose d’azote par parcelle
Cultures avec une dose pivot
33
5ÈME ÉTAPE Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
O Déterminer l’ AZOTE EFFICACE des fertilisants organiques que l’on apporte
La part d’azote efficace des fertilisants
organiques dépend des différentes
formes d’azote qui le compose :
• azote organique complexe,
• azote organique simple,
• azote ammoniacal.
Attention
Vous devez obligatoirement présenter un plan de
fumure à l’équilibre. Cela veut dire que vos apports
prévisionnels en azote ne doivent pas dépasser la
dose que vous avez calculée.
Cf. «Outil de référence
pour la réalisation
du Plan prévisionnel
de fumure azote»
Outil de référence pour la réalisation du
Plan prévisionnel
de fumure azote
Novembre 2013
Pour chaque type d’effluent organique,
on détermine donc le coefficient
d’efficacité azote (coefficient
d’équivalence engrais) qui représente
la part d’azote de l’effluent qui sera
utilisable par la culture.
Cette part d’azote efficace dépend de :
• la nature de l’effluent organique (sa composition en azote organique complexe, simple et
ammoniacal)
• la modalité d’apport (enfouissement ou non)
• la période d’épandage
• la culture réceptrice
Les valeurs des coefficients d’efficacité azote (ou coefficient d’équivalence engrais) ont
été déterminées suite à de nombreuses années d’expérimentations.
Exemple :
Vous avez prévu d’apporter du fumier de bovins
pour la mise en place d’un maïs. Ce fumier de
bovins a une teneur de 5 uN/tonne.
Le coefficient à prendre en compte sera de 0,25
(ou 25 %).
Cela veut dire que pour une tonne de fumier apporté
1,25 uN/tonne seront disponibles pour le maïs
(5 uN * 0.25)
Vous avez prévu d’apporter du lisier de porcs sur
votre blé en février. Ce lisier de porcs a une teneur
en azote de 4 uN/m3
Le coefficient à prendre en compte sera de 0,60
(ou 60 %)
Cela veut dire que pour un m3 de lisier apporté
2,4 uN/m3 seront disponibles pour le blé
(4 uN * 0.60)
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
5ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
Déterminer l’ azote efficace des fertilisants organiques que l’on apporte
34
Remarque
Améliorer l’efficacité des déjections :
Pertes d’efficacité des déjections :
Pour les effluents à effet azote lent,
• pour les effluents liquides à effet azote
en tardant à incorporer les effluents
l’incorporation à la dernière minute de
rapide : en les incorporant directement au sol,
organiques, en particulier les lisiers et les
l’effluent, diminue son efficacité azote.
• pour les effluents à effet azote lent ou
différents effluents de volailles, il y a des
très lent : en apportant tôt l’effluent par
pertes d’azote sous forme ammoniacale très
Par exemple, l’apport du fumier de bovins
rapport à l’implantation de la culture. Par
volatile, d’où l’importance d’incorporer très
en avril avant l’implantation du maïs
exemple, vous améliorez l’efficacité des
rapidement ce type d’effluents.
diminue son efficacité. La libération de
fumiers de bovins sur maïs en les apportant
l’azote risque de se faire après la période
tôt, dès la mi-février.
de besoin du maïs.
O Comment utiliser ce COEFFICIENT D’AZOTE EFFICACE
Ce coefficient vous permet de calculer la dose d’effluent organique à apporter en fonction de la dose d’azote à apporter à votre culture
Dose d’effluent à apporter
Dose d’azote à apporter pour la culture
=
Azote total de l’effluent
Exemple :
Vous devez apporter 50 unités d’azote
sur votre prairie en février-mars.
Vous réaliserez cette fertilisation avec
du lisier de porcs contenant 3,5 unités
d’azote total par m3.
Combien de m de ce lisier de porcs
devrez-vous apporter ?
3
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
x
coefficient d’azote efficace de l’effluent
1 • Coefficient d’équivalence engrais N du lisier de porcs apporté sur prairie = 0 ,65
2 • Quantité de lisier de porcs à apporter ?
50
=
3,5
x
22 M3/ha
0,65
5ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
Déterminer l’ azote efficace des fertilisants organiques que l’on apporte
35
O Les informations COMPLÉMENTAIRES à préciser
A•P
ériode envisagée pour les apports d’effluents et pour les apports de
complément de fumure minérale
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
Ilot N° 4
Vous devez préciser la quinzaine à laquelle vous prévoyez votre apport de fertilisant.
Par exemple, si vous avez l’habitude d’épandre les fumiers de bovins la première quinzaine
de mars, vous pouvez mettre « début mars » pour la période envisagée.
Ces périodes doivent respecter les calendriers d’autorisation d’épandage en vigueur dans
votre département.
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
SAU
4.27
SNE
0
Ilot N°
1
SAU
Kerantré Bas
SPE
1
SAU
Perrière 1
1
SAU
Ilot N°
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
0
5.79
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
ammo 33.5
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
Prairie
temporaire
(août 2012)
(pâturée)
Dérobée RG
Blé
135
7T
5 (semis
25/08/2013)
62.5
4.5
Période
d'apport
fin février
Quantité
par ha
Surf.
4.27
100
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
kg/ha
de
%
par
l'apport
unité
33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
déb mars
5.25 35 m3
1.8
55%
fin avril
5.25
150
33.5
50
déb juin
5.25
150
33.5
50
Lisier de bovins
fin août
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
45%
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
ammo 33.5
ammo 33.5
Ammo 33.5
Culture ou
CIPAN suivant
33.5
ammo 33.5
ammo 33.5
Lisier de bovins
5.25 Prairie
temporaire
SPE
SNE
Ilot N°
Obj.
Rdt
(/ha)
5.25
SNE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
4.27
Champ Coat Ker SPE
Perrière 2
Pour le complément de fumure minéral, si vous le prévoyez en 2 ou 3 apports, vous devez
préciser les 2 ou 3 périodes d’apports.
Culture
Surf.
Surface
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
70%
18
73
18
SAU
SPE
SNE
+
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Tableau III - Prévisionnel dose d’azote :
précisez les périodes d’apports organique
et / ou minérale
B • Culture ou CIPAN suivant
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
Il s’agit de la dernière colonne du tableau de prévision de fumure.
Ilot N° 4
Culture
Surf.
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Obj.
Rdt
(/ha)
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
ammo 33.5
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Prairie
temporaire
(août 2012)
(pâturée)
Dérobée RG
Blé
135
7T
5 (semis
25/08/2013)
62.5
4.5
Période
d'apport
fin février
Quantité
par ha
Surf.
4.27
100
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
kg/ha
de
%
par
l'apport
unité
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
1.8
55%
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
déb juin
5.25
150
33.5
50
Lisier de bovins
fin août
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
45%
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
ammo 33.5
Ammo 33.5
Culture ou
CIPAN suivant
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
+
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Tableau III - Prévisionnel dose d’azote :
précisez la culture ou CIPAN suivant
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
5ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
Les informations complémentaires à préciser
36
6ÈME ÉTAPE Faire son cahier de fertilisation
O E
NREGISTRER un apport de fertilisant organique et/ou minéral
Toute intervention doit être renseignée sur votre cahier de fertilisation dans les 30 jours qui suivent leur réalisation.
Quantité totale épandue
sur la parcelle.
Ex. 5 épandeurs et demi
d’un poids moyen de 3,8 t
de fumier de volailles =
20,9 t
= quantité x teneur en N total
Même coefficient
d’efficacité que
dans le tableau
prévisionnel
Calculez la dose moyenne
d’azote efficace par ha,
après avoir additionné
l’azote organique efficace
et l’azote minéral
(213 + 57) / 4,1 = 66
Comparez l’apport réalisé en N
efficacité avec la dose prévue
Correctif reliquat : vous
reporterez l’écart entre le RSH
de votre plan de fumure et le
RSH de l’année.
En cas d’analyse du
produit, reportez la valeur
en azote total mesurée.
=> voir page 4 du cahier
pour les mesures avec
quantofix ou agro-fisier
Indiquez la date de récolte
et le rendement mesuré ou
estimé (pour les prairies)
IV - Réalisé : enregitrement des apports fertilisants par parcelle
Parcelle
Culture
Surf.
(ha)
Correctif
Reliquat
kg/ha
Fumure organique et minérale
Date
d'apport
Ilot N° 4
4.27
Champ Coat Ker SPE
4.27
SNE
0
Ilot N°
SAU
1
SAU
Ilot N°
SAU
Ilot N°
SAU
1
Blé
+25
5.25
Kerantré Bas
SPE
5.25
SNE
0
1
5.79
Perrière 1
SPE
5
SNE
0.79
1
Prairie temporaire
5
Modalité
d'épandage
N eff.
Teneur
Coef N par ha
N
Quantité
de
%
par
par ha
l'apport
unité
Surf.
(ha)
27-févr Ammo 27
4.27
150
27
40.5
28-mars Ammo 33.5
4.27
200
33.5
67
25-avr Ammo 33.5
4.27
100
33.5
33.5
5.25
25
1.8
5.25
5.25
150
150
33.5
33.5
50
50
16.5
12-mars Lisier de bovins
surface
17/04 Ammo 33.5
23/05 Ammo 33.5
(août 2012)
20-juin Lisier de bovins
surface
5.25
25 m3
1.2
Dérobée RG
27-août Lisier de bovins
surface
5
25
1.8
(semis 25/08/2013)
24-févr Ammo 33.5
5.79
100
33.5
5
22
4.5
5.79
Perrière 2
SPE
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Date récolte
16-avr Lisier de Porcs
Maïs fourrage
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
tonne avec
enfouisseurs
55%
45%
141
Culture ou
CIPAN suivant
Rdt
réalisé
(/ha)
Date semis
Date récolte ou
destruction
28-juil
mélange
couverts
72 qx
semis: 13/08/13
7.5 T
141
20
1 coupe suppl
début été
Remarque
Notez
régulièrement
tous les apports
de fertilisants
azotés réalisés en
cours de campagne
sur vos parcelles.
prairie
4.5 t
54
69
Starter 20-23
5.79 80 kg
: Faire les prévisions d’apport de
fertilisants20organiques16
6ème étape
et
dest : 10/03/14
25
34
70%
Total
azote
efficace
kg/ha
1 coupe
maïs ens
enrubannage déb
avril+ pât génisses
automne + srotie
hiver
10-oct
85
14 T
Blé
(cubageun
silo)apport de fertilisant organique et/ou minéral
Enregistrer
37
Attention
Comme dans le plan de fumure, vous devez respecter l’équilibre de fertilisation. Tout apport d’azote réalisé
supérieur à la dose prévisionnel du plan de fumure doit être justifié (article 9 de l’arrêté régional de juillet 2013) :
• Soit par l’utilisation d’un outil de raisonnement dynamique ou de pilotage de la fertilisation
• Soit par un rendement supérieur, mais vous devez pouvoir justifier ce rendement
• Soit par un accident cultural intervenu postérieurement au calcul de la dose d’azote prévisionnelle.
Vous devez décrire dans votre cahier de fertilisation tout élément permettant d’expliquer et de justifier cet écart.
1
AZOTE EFFICACE
2
MOYENNE D’AZOTE EFFICACE
Voir 5ème Étape p 34
– Chapitre « déterminer l’azote efficace des fertilisants organiques que l’on apporte »
Vous devrez avoir déterminé préalablement la part d’azote efficace pour le ou les effluents organiques que
vous aurez apportés (voir chapitre précédent).
Ensuite, vous avez 2 possibilités :
• soit votre parcelle est fertilisée en totalité de la même façon : (azote efficace + azote minéral) / surface
de la parcelle
• soit la fertilisation est différente sur votre parcelle (c’est fréquemment le cas lorsque la parcelle n’est
pas totalement épandable : une partie de la parcelle est fertilisée avec des effluents organique et l’autre
partie avec des fertilisants minéraux). Dans ce cas, le plus simple, c’est de faire une moyenne par type de
fertilisation (comme l’exemple du tableau de la page précédente).
3
DATES DE RÉCOLTE - RENDEMENT
La date de récolte doit apparaître obligatoirement pour les cultures sauf les cultures pâturées/fauchées.
Le rendement est obligatoire pour toutes les cultures, mêmes les cultures pâturées/fauchées.
Pour les cultures pour lesquelles il n’y a pas de pesée de récolte (les céréales gardées sur l’exploitation, le
maïs ensilage, les prairies et autres parcelles pâturées/ fauchées), vous devrez estimer :
• le rendement est-il supérieur ou inférieur aux années précédentes ?
• le rendement était-il équivalent dans toutes les parcelles ?
• pour les prairies, avez-vous réalisé plus de pâturage ou de fauches que les années précédentes ?
• avez-vous pâturé plus longtemps vos prairies ?
Pour les cubages de silo, n’oubliez pas qu’il y a des pertes à la récolte et au stockage : ces pertes peuvent
s’élever à 10 % pour les maïs ensilage et jusqu’à 25 % pour des ensilages d’herbe.
4
INTERCULTURE
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
Il s’agit ici des CIPAN, CIVES et dérobées
N’oubliez pas :
• la date d’implantation
• la date de destruction.
6ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
Enregistrer un apport de fertilisant organique et/ou minéral
38
O Faire le RÉCAPITULATIF des apports de fertilisants azotés de votre exploitation
Tableau V
Récapitulatif des apports de fertilisants azotés sur l’exploitation
Ce récapitulatif doit être établi en fin de campagne en cumulant tous les apports enregistrés par cultures
Conseil pratique : pointez pour une culture donnée toutes les parcelles concernées, notez éventuellement sur une feuille de brouillon les
valeurs à additionner (SAU, quantités de fertilisants organiques par type, azote organique et minéral), puis faites les additions.
VIl vous
Récapitulatif
des
apports
de fertilisants
azotés
sur l'exploitation
permet de connaître
par culture
et globalement
sur l’exploitation, les
quantités épandues
de déjections animales, la quantité d’azote organique que cela
représente
et l’azoteorganiques,
minéral utilisé.
Pour
les fertilisants
faites la somme des quantités épandues par type de produits (précisez le type ) dans les colonnes 1 à 5
Exemple :
Quantités de fertilisants organiques (m3 ou t)
Quantité d'azote total épandue (kg N)
4
5
Quantité d’azote total apporté (kg N)
Nature :
Nature :
Nature :
Cumul Cumul
F.Bovins
L. Bovins3 L.Porcs
2
5
Organique
Minéral
(Organique +(organique
Minéral)
Moyenne / ha
Quantité 4
Quantité
+
Lisier Bovins Quantité
Fumier Poulets
minéral)
400 m3
520 T
650 m3
Moyenne/ha
Organique
Minéral
33 ou t)
1
2
Quantités
de fertilisants
(m
Type de
culture ou
Type
de
de prairie
SAU
(ha)
culture
ou de prairie
Blé
Blé
14,7
Orge
MaïsOrge
1
FumierSAU
Bovins
(ha)
9.32- ha
7.54 ha
4,1
Colza
21.75 ha
4.23 ha
Prairies temporaires 35.21 ha
-
88
12 ha
300 T
13 ha
160 T
14 ha
16
355 m3
2025
400
17 ha
510 m3
620
1258
2645
1258
845
845
195
595
3177
1517
L’azote organique :
c’est l’azote organique total que vous
faites apparaître
non l’azote efficace.
Total sur et
la SAU
de l'exploitation
Si vous avez des écarts entre l’azote
6 ha
organique
total de ce tableau et le
170 m3 I « Nature et quantité de
tableau
fertilisants organiques disponibles sur
l’exploitation » :
•S
oit vous avez oublié des parcelles en
faisant votre total ou alors avez-vous
oublié d’enregistrer certains apports :
vérifiez et complétez si nécessaire
187
135
112
145
208
3385
326
326
77
2323
3840
109
75
75
15
Prairies permanentes 4.97 ha
PourAutres
les cultures dérobées 1.22
ou doubles
ha
cultures :
11.26
vous Dérobées
devez les faire apparaître
dansha
ce
tableau. Par contre, vous ne tiendrez pas
compte de leur surface pour le calcul des
surfaces totales de votre exploitation.
180
156
• Votre total organique de fin de
campagne est inférieur ou supérieur
187au prévisionnel
268 (les bovins
455sont restés 40
plus longtemps dehors, en volailles,
il y a eu moins de lots produits et/
ou livrés, etc…) : dans ce genre de
situation, ajoutez au bas de ce tableau
un commentaire qui vous permet de
garder une explication sur la différence
avec le prévisionnel.
5303
10184
Remarque : pour les exploitations ayant des animaux au paturage, l'azote émis par ces animaux au champ s'ajoute aux apports comptabilisés
ce récapitulatif
GUIDE dans
MÉTHODOLOGIQUE
6ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques Faire le récapitulatif des apports de fertilisants azotés de votre exploitation
39
O Réaliser un BORDEREAU DE LIVRAISON de déjections animales
Tableau VI
Livraisons de déjections animales et autres fertilisants organiques
Toute sortie ou entrée de fertilisants organiques sur l’exploitation doit faire l’objet d’un bordereau signé par le producteur et le receveur.
Ce bordereau est à joindre au cahier de fertilisation.
Exemple :
Bordereau de livraison de déjections animales dans le cadre d'un plan d'épandage
Bordereau N° 2 - 2013………………………
Identité
Adresse, Commune
SIRET : 12212913500056
Nom, prénom : exemple production
Société : producteur 1
SIRET : 22293556000018
Nom, prénom : exemple receveur
Société : RECEVEUR 1
Producteur
Receveur
56 - LE FAOUËT
56 - LE FAOUËT
LIVRAISON
Date
Vous pouvez trouver
les informations dans
notre outil «Plan de
fumure»
Exploitation agricole
Nom et prénom
Programme d’action
Directive nitrates
.........................................................................................................................................................................................
Plan de fumure prévisionnel azote
Société
Type de déjection ou
d'effluent d'élevage
Quantité
(m3 ou t)
EPANDAGE
Teneur en
azote total
Quantité
d'azote
livrée
Date
(si différente de la
livraison)
Culture en
place ou
prévue
29/09/2012 Fumier de poulet
35 T
27
945
12/04/2013 Maïs
15/11/2012 Fumier de poulet
35 T
27
945
12/04/2012 Maïs
20/01/2012 Fumier de poulet
35 T
27
945
12/04/2012 Maïs
Total
105
Signature
Identification des ilots et
parcelles réceptrices (ou de
Surface
stockage temporaire pour les épandue ha
fumiers)
Ilot 2 et moitié du 3
4.04ha
moitié ilot 3 et ilot 11
4.23 ha
Ilot 16
5.15 ha
2835
13.42
et Cahier de fertilisation
.........................................................................................................................................................................................
Campagne culturale 201 /201
Adresse
.........................................................................................................................................................................................
.........................................................................................................................................................................................
Commune
.....................................................................................................................................
Mois de début : Septembre
Code postal
Ce bordereau est rempli sous la responsabilité du producteur en accord avec le receveur qui met des terres à disposition.
Il est co-signé par les deux parties. Le producteur et le receveur en conservent un exemplaire (joindre au cachier de fertilisation)
.............................................................................................................................
Cahier d’enregistrement du plan de fumure prévisionnel
et des apports de fertilisants azotés sur l’ensemble des
parcelles de l’exploitation agricole
Novembre 2013
• Dans le cas d’un contrat de reprise
ou de commercialisation, l’organisme
repreneur doit établir un bordereau
d’enlèvement.
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
•D
ans le cas d’une livraison organique
d’origine urbaine ou industrielle
(boue, compost…), un bulletin
d’analyse doit également être remis à
l’agriculteur.
6ème étape : Faire les prévisions d’apport de fertilisants organiques
Réaliser un bordereau de livraison de déjections animales
40
OÙ TROUVER
NOS PUBLICATIONS
(supports pour plan de fumure et référentiels)
Sur DOCUMENTS PAPIER
S UR INTERNET :
dans vos Chambres d’Agriculture
www.synagri.com
> rubrique cultures
> Outils pratiques
Outil de référence
Outil de référence pour la réalisation du
Dose d’azote
pour les légumes frais
Plan prévisionnel
de fumure azote
Exploitation agricole
Nom et prénom
Programme d’action
Directive nitrates
.........................................................................................................................................................................................
Plan de fumure prévisionnel azote
Société
et Cahier de fertilisation
.........................................................................................................................................................................................
Campagne culturale 201 /201
Adresse
.........................................................................................................................................................................................
.........................................................................................................................................................................................
Commune
.....................................................................................................................................
Mois de début : Septembre
Code postal
Février 2014
.............................................................................................................................
Novembre 2013
Novembre 2013
Cahier d’enregistrement du plan de fumure prévisionnel
et des apports de fertilisants azotés sur l’ensemble des
parcelles de l’exploitation agricole
Direction départementale des territoires – Direction départementale des territoires et de la mer
MINISTÈRE
DE L’AGRICULTURE
DE L’AGROALIMENTAIRE
ET DE LA FORÊT
Dossier PAC • Campagne 2014
Déclaration de surfaces (S2 jaune)
ᅫ IDENTIFICATION
N° 10384 * 15
N° Cachet : 056000000-0
Date de l'édition : mercredi 14 mai 2014, 16h1
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
0 5 6 0 0 0 0 0 0 N° Siret : abbbbbbbbbbbbc
N° Pacage : abbbbbbbc
Nom prénom (ou dénomination) : xxxxxxxxxxx
5
Page n° qc
Remplissez une feuille par commune (toutes vos surfaces doivent être déclarées, même les surfaces non aidées)
5 6
Code INSEE : ae
Commune : XXXXXXXXX
N°
de
l’îlot
Surface graphique
de l’îlot
(1)
hectares
Nom de la culture
(selon liste de la notice)
Code variété
pour
chanvre,
blé dur
ares
Surface
effectivement consacrée
à la culture
hectares
ares
19
1 4 , ae
7 4
aze
Prairie temporaire (entrant dans 1 rotation)
0 , ae
4 0
aze aze
19
1 4 , ae
7 4
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
2 , ae
6 0
aze aze
19
1 4 , ae
7 4
aze
Eléments naturels non admissibles
3 , ae
5 2
aze aze
20
5 , ae
5 3
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
0 , ae
6 0
aze aze
20
5 , ae
5 3
aze
Blé tendre hiver
4 , ae
9 3
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Prairie permanente (non intégrée dans 1 rotation)
4 , ae
9 4
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Maïs ensilage
3 , ae
3 0
aze aze
21
2 0 , ae
1 1
aze
Maïs ensilage
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
4 , ae
6 0
aze aze
1 9 9
aze
Soutien à
l’agriculture
biologique
(2)
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
Ilot N° 4
Culture
Surf.
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Obj.
Rdt
(/ha)
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Prairie
temporaire
135
7T
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Période
d'apport
fin février
4.27
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
5.25
150
33.5
50
(pâturée)
ammo 33.5
déb juin
Dérobée RG
Blé
Lisier de bovins
fin août
Ammo 33.5
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
62.5
4.5
Surf.
ammo 33.5
(août 2012)
5 (semis
25/08/2013)
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
Quantité
kg/ha
de
%
par
par ha
l'apport
unité
1.8
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
55%
45%
Culture ou
CIPAN suivant
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
Ilot N° 4
Culture
Surf.
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Obj.
Rdt
(/ha)
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Prairie
temporaire
135
7T
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Période
d'apport
fin février
4.27
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
5.25
150
33.5
50
(pâturée)
ammo 33.5
déb juin
Dérobée RG
Blé
Lisier de bovins
fin août
Ammo 33.5
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
62.5
4.5
Surf.
ammo 33.5
(août 2012)
5 (semis
25/08/2013)
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
Quantité
kg/ha
de
%
par
par ha
l'apport
unité
1.8
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
55%
45%
Culture ou
CIPAN suivant
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
Ilot N° 4
Culture
Surf.
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
Obj.
Rdt
(/ha)
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Prairie
temporaire
135
7T
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Période
d'apport
fin février
4.27
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
5.25
150
33.5
50
(pâturée)
ammo 33.5
déb juin
Dérobée RG
Blé
Lisier de bovins
fin août
Ammo 33.5
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
62.5
4.5
Surf.
ammo 33.5
(août 2012)
5 (semis
25/08/2013)
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
Quantité
kg/ha
de
%
par
par ha
l'apport
unité
1.8
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
55%
45%
Culture ou
CIPAN suivant
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
I - Nature et quantité de fertilisants organiques disponibles sur l'exploitation
Evaluez le plus précisément possible les quantités de fertilisants organiques dont vous disposez, ainsi que leur contenu en azote
NATURE
Origine
type
Fumier
Bovins
Lisier
Produits sur
l'exploitation
(après traitement éventuel)
520 T
650 m3
Sortant
(vers tiers ou
transfert)
Quantié à gérer et à épandre sur l'exploitation
Entrant sur
l'exploitation
400 m3
Lisier
Tonnes
ou m
Teneur en
azote total
5,5
1,8
2860 uN
1170 uN
400 m3
4,2
1680 uN
Total
5710 uN
520 T
650 m3
Quantité
d'azote
Porcs
Volailles
Autres*
*y compris boues de station d'épuration, composts urbains
Comparez ce total avec la quantité d'azote maîtrisable calculée à partir du cheptel et des normes de rejets
par animal (voir dossier du plan d'épandage, pour les élevages relevant des installations classées)
Prise en compte des pertes liées au stockage :
En cas de stockage très long, supérieur à 6 mois, et pour tous les types de fumiers, un abattement de 20% pourra être pris en compte pour déterminer
la quantité d'azote à épandre dans le plan de fumure. L'éleveur devra alors disposer d'installations de stockage en adéquation avec cette durée.
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
II Prévision d'utilisation des fertilisants organiques sur les cultures de l'exploitation
Ce tableau vous permet de faire un premier projet de répartition des fertilisants organiques disponibles; les doses apportéesdevront être corrigées
et ajustées au fur et à mesure que vous établirez les besoins par parcelle
Produits et déjections animales à gérer
Assolement prévisionnel
2
3
4
5
Epandages 1
Nature
:
F.Bovins
Nature
:L.
Bovins
Nature
:
L.Porcs
Nature
:
Nature
:
prévus
Quantité
Quantité 520 T
Quantité 650 m3 Quantité 400 m3 Quantité
sur
Prévision d'utilisation des fertilisants organiques (en t ou m3) /ha
(ha)
Cultures ou prairie
Surface (ha)
Blé
9.32 ha
Maïs
21.75 ha
350 T
35.21 ha
170 T
Orge
7.54 ha
Colza
4.23 ha
Prairies permanentes
4.97 ha
Prairies temporaires
Autres
Dérobées
SAU = 84.24 ha
Total colonne
1.22 ha
11.26 ha
95.5 ha
250 m3
450 m3
100 m3
50 m3
200 m3
520 T
650 m3
400 m3
Quantité disponible total apports prévus
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
Ilot N° 4
Culture
Surf.
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Obj.
Rdt
(/ha)
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Prairie
temporaire
135
7T
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Période
d'apport
fin février
4.27
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
5.25
150
33.5
50
(pâturée)
ammo 33.5
déb juin
Dérobée RG
Blé
Lisier de bovins
fin août
Ammo 33.5
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
62.5
4.5
Surf.
ammo 33.5
(août 2012)
5 (semis
25/08/2013)
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
Quantité
kg/ha
de
%
par
par ha
l'apport
unité
1.8
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
55%
45%
Culture ou
CIPAN suivant
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
III - Prévisionnel : dose d'azote nécessaire et projet de fumure par parcelle
Parcelle
(pour les prairies,
indiquer la date
d'implantation)
(ha)
Surface
Ilot N° 4
Culture
Surf.
SAU
4.27
SNE
0
1
Kerantré Bas
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 1
SAU
SPE
SNE
Ilot N°
1
Perrière 2
Ilot N°
Reliquat Doses N à
apporter
Sortie
kg/ha
Hiver
(/ha)
2
*1
Obj.
Rdt
(/ha)
*
4.27
Champ Coat Ker SPE
Ilot N°
Culture et
interculture
précédentes
SAU
Blé
Maïs ensilage
70 qx
40
120
5.25
5.25 Prairie
temporaire
0
5.79
Prairie
temporaire
135
7T
Fumure organique et minérale prévue
Type d'effluent organique ou
engrais minéral
Période
d'apport
fin février
4.27
100
33.5
33.5
ammo 33.5
fin mars
4.27
150
33.5
50
ammo 33.5
fin avril
4.27
100
33.5
33.5
Lisier de bovins
déb mars
5.25 35 m3
ammo 33.5
fin avril
5.25
150
33.5
50
5.25
150
33.5
50
(pâturée)
ammo 33.5
déb juin
Dérobée RG
Blé
Lisier de bovins
fin août
Ammo 33.5
fin-fév
Lisier de Porcs
fin avril
Starter 18-46
fin avril
62.5
4.5
Surf.
ammo 33.5
(août 2012)
5 (semis
25/08/2013)
Total
azote
N eff.
Teneur
Coef N par ha efficace
N
Quantité
kg/ha
de
%
par
par ha
l'apport
unité
1.8
5 30 m3
1.8
5.79 100 kg
33.5
55%
45%
Culture ou
CIPAN suivant
117
cipan
135
Prairie
temporaire
57
maïs ensilage
91
Céréale
35
24
33.5
0.79
5.79
SPE
5
SNE
0.79
Maïs fourrage
Dérobée RG
13 T
10
92
5 25m3
5.79
100
4.2
18
70%
73
18
SAU
SPE
SNE
*1 La valeur du reliquat sortie hiver retenue dans le PPF est estimée le jour de sa réalisation. Elle devra être adaptée selon le résultat du réseau de référence à partir de février de chaque
année.
Total des parcelles
Pour revenir sur la page de lecture, cliquez n’importe où sur cette page
*2 pour le détail des calculs des doses d'azote, se reporter aux tableaux de détail des calculs
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
3 168 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler