close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bientôt la fin du monopole de la SEEG

IntégréTéléchargement
Bientôt la fin du monopole de la SEEG
Le siège de la SEEG à Libreville @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), filiale
du groupe français Veolia ayant le monopole de la production et de la distribution
d’électricité et d’eau dans le pays jusqu’en 2017, date de la fin de sa concession de 20 ans,
sera désormais en concurrence sous peu, selon un projet de loi initié par le gouvernement.
Dans ce projet de loi en discussion à l’Assemble nationale, le gouvernement a décidé de libéraliser le
secteur très fermé de la production et la distribution de l’eau et de l’énergie.
«L’adoption de ce texte se justifie par l’impérieuse nécessité de l’État de modifier, dans les meilleurs
délais la loi 93 fixant le régime juridique de la production, du transport et de la distribution de
l’énergie électrique, qui ne prévoit que la concession comme mode de délégation de service
publique, de manière à y inclure d’autres modes de délégations de service public comme
l’affermage, la régie intéressée ou la gérance», a indiqué récemment Guy Bertrand Mapangou,
ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, l’initiateur du projet de loi
Lors de la présentation dudit projet de loi à l’Assemblée nationale, M. Mapangou a précisé que le
document soumis à l’appréciation des honorables députés prévoit l’ouverture du secteur « eau et
électricité » à d’autres opérateurs économiques. Il y aurait déjà plusieurs investisseurs outillés dans
le domaine qui frappent aux portes du Gabon.
Une des installations de la SEEG à Libreville @ Archives Gabonactu.com
La libéralisation du secteur vise pour les pouvoirs publics de booster l’offre en électricité et en eau
produite en quantité insuffisante en ce moment pour satisfaire la demande très croissante de
consommation des populations. Libreville, ville qui concentre la moitié de la population estimée à
1,800 million d’habitants accuse un déficit en adduction d’eau et d’électricité. Plusieurs quartiers ne
sont pas desservis. D’autres sont ravitaillés par intermittence et ce avec beaucoup des difficultés.
Des manquements qui poussent parfois les populations à barrer les routes pour la mise à disposition
de l’eau, source de vie.
Vue partielle d’un point de captage d’eau à Ntoum @ Archives Gabonactu.com
La SEEG, accusée à tort ou à raison par des populations d’offrir des « prestations insuffisantes »
semble ne plus répondre à son cahier de charge. Des délestages sont récurrents. Le nouveau
dispositif juridique vise entre autres l’amélioration de la qualité de l’eau, du service aux clients,
l’augmentation de la production en eau et en électricité. Dans le texte, il est question également de
revisiter des coûts d’accès à tous les services inhérents. Avec l’ouverture de ce secteur, plusieurs
emplois seront créés. Un des points qui motive la réorganisation de secteur des sensible et
exigeant. La concession signée entre le gouvernement gabonais et le groupe français Veolia Water
via sa filiale la SEEG date de 1997. Veolia est actionnaire majoritaire avec 51 % de capital tandis
que l’Etat gabonais, associé à certains privés disposent des 49% des actions.
Camille Boussoughou
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
8
Taille du fichier
307 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler