close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

09/05/2016 - La Presse de la Manche

IntégréTéléchargement
Près de Coutances. Perte de contrôle
Miss Ronde Basse-Normandie. Samedi soir
Un blessé évacué par hélicoptère
Une Querquevillaise titrée
Page 2
PLOMBERIE-SANITAIRE
ELECTRICITE
LUNDI 9 MAI 2016 *
N° 21877 - 0,90 €
Dépannage
● Vente
nance
● Mainte
Rue Jean-Bouin - TOURLAVILLE
tion
● Installa
02 33 88 61 04
zCcCIcF cICfIfFc fCcIiCcFCc IfCcmCcIfCcIfCcICfIfCc Cz
lundi 9 mai
CHAUDIERE
●
9, rue Gambetta - B.P. 408 - 50104 CHERBOURG CEDEX
Tél. 02.33.97.16.16 - www.lapressedelamanche.fr
n°3
Page 6
contact@ceiservices.fr
Karachi, il y a
quatorze ans déjà
avec
les coureurs
intana
tK
Froum e
Emmanuel Macron. Jeanne d’Arc
Page 25
© AFP
Un hommage qui fait des vagues
Emmanuel Macron était hier à Orléans pour un hommage à Jeanne d’Arc, avec un discours
parsemé d’allusions à sa propre ambition politique. L’occasion pour le ministre de l’Economie
de se livrer, en creux, à un autoportrait en saluant le rôle de la Pucelle.
Cherbourg. Presqu’île en Fleurs
Page 3
© Jean LAVALLEY
Record d’affluence aux Ravalet
Avec la météo idéale de ce week-end, Presqu’île en Fleurs a battu son record d’affluence,
dépassant les 25 000 visiteurs selon les organisateurs.
Dossier. Le « fait main » à travers quatre créatrices
De l’or dans les mains et des idées
plein la tête
© Nicolas LEPIGEON
Page 4
Il faut des heures de travail pour imaginer et créer des objets artisanaux et artistiques, à l’image
ici des bijoux brodés de la Cherbourgeoise Élise Letulle.
Page 2
Point de vue
Savoir ce que l’on veut
Reprise aujourd’hui à l’Assemblée nationale de la discussion sur le projet
de loi réorganisant le code du travail,
présenté par Mme Myriam El Khomri.
Sur ce texte si controversé, les débats traînent systématiquement en
longueur, animés par une poignée
de parlementaires, décidés à mettre
à mal un texte dont ils ne veulent
pas.
La durée des débats ne traduit malheureusement pas un intérêt considérable pour le texte en discussion.
Il y a très peu de monde pour entendre d’interminables redites, argumentées avec talent au service
d’une stérilité étonnante. C’est qu’il
y a 5 000 amendements, dont les
neuf dixièmes sont superflus, et
n’existent que pour ralentir la discussion.
Ce faisant, cela rend crédible l’utilisation du 49 – 3 pour débloquer
une opération d’obstruction et sortir de l’impasse. On touche du doigt
le dérapage que l’on fait subir à nos
institutions. Car, au fin du fin, il ne
s’agit même plus de légiférer sur un
texte, jugé il y a peu comme essentiel, mais de se chamailler, de pousser l’autre à la faute, d’obliger même
le Premier ministre à recourir au 49-3
pour mieux le lui reprocher ensuite.
Ce pourrait être enfantin, ça ne l’est
pas. C’est une contribution globale à
la dépréciation de la classe politique.
Car, après tout, si les relations sont
si manifestement exécrables dans la
majorité, eh bien que l’on crève l’abcès ! Et que l’on ait le courage de ses
opinions. Car le 49-3 n’est absolument pas le passage sans risque d’un
texte de loi contre l’avis d’une majorité qui ne le serait plus tout à fait.
C’est, au contraire, l’engagement de
la responsabilité gouvernementale
qui choisit de mettre son existence
en jeu, qui accepte d’être battu dans
un débat de conviction. Mais, pour
cela, il faudrait avoir le courage, en
face, d’aller jusqu’au bout de la logique constitutionnelle. C’est-à-dire
déposer une motion de censure et
la voter.
Sinon, c’est faire preuve de lâcheté,
d’irresponsabilité. A moins que ce ne
soit, plus redoutable encore, la démonstration d’une impuissance qui
devrait inciter les intéressés à se remettre en cause.
Jean LEVALLOIS
Football. DSR
Le FCEH relégué
Page 17
© Jacques BLONDEL
© Romain MANCEL
L’attentat de Karachi, le 8 mai 2002, avait causé la mort de onze salariés de DCNS et
gravement blessé douze autres. Bernard Cazeneuve, par « fidélité » aux familles de
victimes, a participé hier à l’hommage rendu à la stèle de la Cité de la Mer. Une cérémonie
à laquelle certains blessés n’ont pas voulu s’associer, dénonçant « un manque de volonté
politique » pour faire avancer les enquêtes.
Battu à Coutances, encore une fois dans les arrêts de jeu (3-2),
le FCEH n’évoluera plus la saison prochaine en DSR.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
900 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler