close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

A 7 heures du matin déjà, on s`arrachait les quelques N

IntégréTéléchargement
17 Mai 2016
CRÉATION : NOTRE JEUNESSE À L’ŒUVRE
Page 6
Tribune libre ouverte 2 fois par semaine à notre Jeunesse : 2 pages Mardi et 2 pages Jeudi
«L’ODJ» : 2 Pages
d’expression libre depuis
la fin des années 60.
Elles sont et resteront
toujours au service
de la Jeunesse marocaine :
Celle de l’époque
et celle d’aujourd’hui
Au son des belles rimes
Demain, encore...
« L’OPINION DE LA JEUNESSE »
Un vieux facebook sur papier utilisé librement par la Jeunesse
marocaine depuis la fin des années 60 afin de faire entendre sa voix
Une bonne adresse à retenir : «L’ ODJ» : Boîte postale 10 --- Rabat --- (Maroc)
Fouzi Hassane, retraité de l’Enseignement, témoigne
Ma fidélité à «L’ODJ» (L’Opinion Des Jeunes)
demeure inébranlable depuis 40 ans !
Demain ...Encore…
J’en rêverai toujours et encore…
Car, je t’aime trop fort…
Une fée m’a jetée un sort…
Je ne sais si elle a eu raison
ou si elle a eu tort
A 7 heures du matin déjà, on s’arrachait les
quelques N° du journal qui arrivaient à Khénifra
Mais une chose est sûre :
« C’est que je t’adore ! »
Je ne vois plus que toi,
Mon précieux Trésor,
* J’ai su garder ma fidélité a la lecture de L’Opinion Des Jeunes (L’ODJ) dont les pages présentent une clef de voûte a assimiler la langue
française en cette période durant laquelle les
bibliothèques faisaient défaut.
L’importance a été primordiale et à 7h du matin on s’arrachait les quelques numéros qui arrivaient a Khénifra. et c’était pour le plaisir de
lire Mounir Rahmouni, l’artiste et le maître de
cette page qui a toujours œuvré dans le bon
sens avec une grande franchise.
* Mounir ! Tu es cet homme loyal et de bon
cœur qui nous a encouragés à rester dans
notre fidélité. Nous te souhaitons une longue
vie.
UN HISTORIQUE SANS PAREIL
Mes cheveux ne sont pas blonds, Couleur-Or
Mais tu es mon Tristan de toujours
De demain, et d’aujourd’hui, d’abord…
Alors, sache que je t’attends sur le bord
Du quai d’embarquement ... A l’Aurore…
Mon Amour à moi, Ma vie, mon avenir
Mon précieux Trésor…
Tu es tout pour moi, tu es ma vie
Tu es mon sort.
Nadia L. de la ville de MARRAKECH
--- Ce poème est dédié à l’Amour de ma vie avec un
Grand «A»…
* P.S : Cher Mounir, je serai très heureuse de voir
mon poème publié dans nos pages préférées et merci
encore pour la joie que vous nous procurez en animant ces pages ô combien extraordinaires…
Pouvoir compter sur ses amis
* « Ce n’est pas tant
l’intervention de nos amis
qui nous aide, mais
le fait de savoir que nous
pourrons toujours
compter sur eux.»
*L’aisance dans l’écriture est venu suite au
savoir-faire acquis a partir de ces innombrables articles soigneusement rédigés par
ces hommes aujourd’hui au seuil du 3eme
âge.
* L’autre fois, j’ai lu un poème d’Oufaska
Houcine de la ville d’El Hajeb et si ma mémoire ne me trompe pas il s’agissait bien de
cet élève que j’avais eu a Khenifra au collège
Abou Lkassim Azzayani.
J’étais ravi car j’étais sûr qu’on passait bien
le témoin a nos anciens. La relève est entrain
de se faire. C’est rassurant !
LES RETRAITÉS ET L’OPINION DES JEUNES
UNE RECONNAISSANCE QUI VIENT DU CŒUR
* Quand on pense à retourner au bercail
viennent a nos rêves ces souvenirs de
longue dates merveilleux dans leurs contenus.Notre bercail, c’est notre chère page
avec ses honorables retraités qui n’ont pas
encore déposé leur stylo pour sombrer dans
les zizanies et les critiques.
Ils écrivent et ils sont nombreux chaque
mardi et jeudi présents par leur écrit au style
rappelant Victor Hugo ou Guy De Maupassant.
«L’ODJ» : VARIÉE COMME UN GRAND
TABLEAU DE PEINTURE
* Grace a la persévérance du responsable de
cette page et grâce aussi au choix des articles
pouvant porter soutien a ses lecteurs que de
fideles se sont vus octroyer cette manière
d’écrire et ce flair dans la grâce et la finesse
de la phrase écrite.
* A l’époque nous nous sommes manifestpar nos remarques nos sentiments et parfois
même par notre vécu pour aller au devant de
la scène et témoigner auprès de Mounir notre
grande amitié à sa personne.
* Et ils le font avec fierté avec grand respect
a cette page qui leur a permis parfois de raconter leur vécu et défendre tout ce qui leur
a plu de défendre pourrais-je dire que l’opinion des jeunes et notre grand tableau de
peinture où nous avons certainement laisser
nos empreintes et nos couleurs.
* Effectivement avec l’ODJ hier comme aujourd’hui c’est que du bonheur ! Merci pour
tout
HASSANE FOUSI D’EL JADIDA
* A la fin des années 60 apparaissait l’ODJ
pour servir une jeunesse assoiffé de connaissance dévorant des yeux tout ce qui pourrait
forger sa culture malgré l’absence presque totale des bibliothèques la motivation s’accouplait facilement avec la lecture des premiers
numéros ainsi les lycéens et les collégiens
prenait la page de l’ODJ pour document précieux pour écrire des rédactions et des essais
a haut niveau.
Chers (es) amis (es) : Pour tous vos envois à ces Pages ouvertes
* Lecteurs et lectrices désirant participer à «L’ODJ»: Vous êtes priés d’envoyer
vos écrits (textes, poèmes, blagues, Citations, suggestions, critiques, etc.
à l’e-mail : mounir_rahmouni @yahoo.fr
A lire et à méditer
* « L’argent est comme un sixième sens. Sans lui,
on ne peut se servir des cinq autres. »
* « Ne soyez ni un emprunteur, ni un prêteur. Car,
souvent, on perd le prêt et l’ami,... Et l’emprunt ! »
* « Lorsque notre haine est trop vive,
elle nous met au-dessous de ceux que nous haïssons.»
* « La fausse modestie consiste à se mettre
sur le même rang que les autres pour mieux montrer
qu’on les dépasse. »
L’appel d’une dame dépressive
Surtout : N’hésitez pas à nous contacter
* S’il vous plaît, veuillez me publier ce qui suit dans
la page de l’O.D.J . Je vous en remercie infiniment.
J’ai été une victime d’un accident de voiture à
ma sortie du collège où j’nedeignais à Safi. C’était
en 1971. Par la suite, e suis devenue très myope à
cause de cet accident et à présent je vois avec un un
seul œil (je porte des lunettes).
* J’ai le glaucome, je suis diabétique et je souffre
d’une dépression nerveuse depuis 20 ans, la cause
c’est que mon mari m’a laissé avec 2 enfants au
Maroc et est parti en France, il vient de mourir (en
Février dernier). J’aimerais être soulagé psychologiquement et financièrement : mes lunettes et
les frais médicaux sont très chers pour ma maigre
borse.
* Voici mes coordonnées : (Tél. : (06)--76--62--29-36.
Mme Khadija Lahrichi de la ville de SAFI
Un phénomène accablant à la fin !
Quand le pauvre portable
devient insupportable
pour le voisinage !
... Et ÇA CONTINUE de plus belle !
Alors, puisque le dérangement continue, n’hésitons pas à continuer, nous aussi.
• VOILÀ ! Là où vous vous trouvez, --- dans
le bus, le taxi, l’autocar, le train et même au
théâtre ou au cinéma dans une salle d’attente
---- parfois même dans l’hôpital ou au... cimetière (!), vos pauvres tympans sont impitoyablement agressées par des discussions stériles --- parfois assez stupides --qui n’en
finissent pas au téléphone portable ! Et ce dernier ne sait plus où donner de la tête, hélas !
• SURTOUT si la parleuse (ou le parleur) discute sur le compte de son interlocuteur à
l’autre bout du fil qui, (ce dernier) parle généralement sur le compte de l’administration où
il travaille!
* A vos marques... Prêts ? Partez !
Pardon ! Parlez !
• ON PASSE tout au peigne fin, de la «kheddama» qui a pris la tangente sans avertir car instisfaite de son «salaire», «la toute belle robe
dernier cri achetée dans une célèbre boutique
sur l’Avenue, en passant par le dernier repas
pris dans un restaurant branché sur la Corniche ou la dernière dispute entre voisins ou
entre collègues de bureau.
• ...ET A VOIX HAUTE haute, s’il vous plaît !
Comme si l’on a envie d’étaler publiquement
sa cuisine intérieure et son linge (sale ou
propre) sur tous les toits disponibles, faisant
souffrir ainsi les tympans du voisinage immédiat, ou même lointain !
• EH OUI ! Messieurs-dames les infatigables
«porte-hâbleurs», arrêtez de nous casser les
oreilles !
• VOUS SAVEZ ! Votre petit cirque est ridicule, et c’est agaçant. Dérangeant surtout.
• Rangez vos affaires ! L’école du mas-tu-vu
(et entendu) est finie, voyons !
Mounir RAHMOUNI
A RETENIR PAR CŒUR
* « N’ayez pas peur des échecs.
Le premier est nécessaire
car il excite la volonté.
Le second peut être utile.
Et si vous vous relevez
du troisième, vous êtes un Homme»
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
2 454 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler