close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

À Vrai Dire Collectif

IntégréTéléchargement
1
CONTENU
Note d'intention …...........................................................................................3
A Vrai Dire Collectif …......................................................................................5
Extraits du spectacle …....................................................................................6
Distribution ….................................................................................................10
Liens vers les biographies et articles de presse…..........................................11
Les autres créations du À Vrai Dire Collectif …..............................................12
Programmation 2016-2017............................................................................14
Contact ….......................................................................................................16
2
Note d'intention
Lors d'un repas, après une représentation de «Tartuffe ou
l'imposteur», à l'Abbaye de Corbigny, un agriculteur avait lancé à
un des acteurs du collectif: "Vous, c'est comme nous, on est
indispensable mais on voudrait nous voir disparaître".
Puis nous avons réinterrogé les nouvelles et anciennes
propositions travaillées en résidence qui pose la question de
notre lien en tant qu'artiste avec les problématiques exposées au
début: L'administration, la publicité, le marketing et l'ignorance
volontaire, le rôle des médias avec une critique de l'émission
"L'Amour est dans le Pré", le rapport à l'alimentation, Monsanto,
les pesticides et une ouverture sur le monde avec les problèmes
de toute une humanité face à cette question essentielle qu'est
«comment nourrir?».
Nourrir l'humanité, c'est le métier du paysan; la culture, l'essence
de notre civilisation.
A partir de cette réfexion, nous avons décidé d'aller à la
rencontre des agriculteurs/paysans... Nous apprendrons bientôt
qu'il y a autant d'agricultures que de paysans.
Nous nous sommes documentés à partir des écrits et
témoignages de Silvia Pérez-Vitoria (économiste, sociologue et
documentariste française) et des témoignages de Pierre Rabhi.
Nous sommes allés flmer des agriculteurs, nous les avons
enregistré, nous avons surtout partagé ensemble un moment et
nous avons compris qu'ils avaient une parole, un message fort
qu'ils souhaitaient transmettre. C'est sur point qu'on trouve
pertinent ce vecteur qu'est l'art théâtral.
L'acteur et le propos sont au centre avec ce questionnement:
comment mettre en plateau, ce parallèle entre les
problématiques agricoles et les problématiques artistiques. Nous
avons choisi comme point de départ de la pièce, une rencontre,
une discussion qui a lieu avec les paysans interviewés et à
laquelle assiste les acteurs.
Dans le fond de la scène, est représenté un chamboule-tout
géant fait avec des boîtes de conserve; métaphore d'une société
qui organise un consumérisme à outrance à des fns d'une
certaine économie dominante.
3
Entre les paysans et les acteurs, un constat s'établit durant
la représentation; ces deux mondes croulent dans un système qui
ne leur laisse pas de place; la question des travers de notre
système se pose alors. La frénésie économique et sécuritaire
nous bombarde d'administration, au sens propre dans le
spectacle; l'espace scénique est envahi d'un nombre incalculable
de feuilles. Les acteurs essaient, en vain, de ramasser ces
feuilles. Il nous est indispensable de ne pas se mouvoir dans un
pessimisme obscure; les acteurs fnissent la représentation
debout."
La création Pendant que la viande pousse dans les supermarchés
est soutenue par:
L'Aide aux projets culturels du Conseil Départemental de la
Nièvre.
Le Premier soutien à la création du Conseil Régional de
Bourgogne.
La MCNN. Maison de la culture de Nevers et de la Nièvre.
La Transverse - Corbigny.
Théâtre des forges royales de Guérigny.
La Communauté de communes du Pays Corbigeois.
L'Agence culturelle du parc du Morvan.
Et Affuences, réseau bourguignon du spectacle vivant.
Romain Vaillant
Le À VRAI DIRE Collectif.
`
4
À Vrai Dire Collectif
Créé en 2010, À Vrai Dire se compose uniquement d'acteurs.
La place de l'acteur n’est plus défnie; cette instabilité permet de créer, et, faire naître d’autres formes théâtrales.
En brisant le schéma classique, nous mettons tout en œuvre pour que le théâtre s’invente au présent.
Dans l'histoire d' À Vrai Dire Collectif, les spectacles interrogent le présent; les théâtralités sont parfois différentes mais l'engagement
de décrire et réféchir sur notre monde ne cesse pas d'évoluer.
Première création: Rhapsodie a pour but de rendre concret nos racines et nos origines, d'où venons-nous, où allons-nous et quelle
société nous est imposée.
Tartuffe ou l'imposteur, Molière pose son regard sur l'obscurantisme religieux...
Et Pendant que la viande pousse dans les supermarchés a permis l'échange entre le monde artistique et le monde paysan, nos diffcultés
communes dans un système économique absurde quant à sa compréhension humaniste.
Nous sommes actuellement soutenus par la région et notamment le réseau Affluences.
À VRAI DIRE Collectif - Association loi 1901
Siège social: 7 rue du Briou 58800 Corbigny
SIRET: 532 015 609 00011
5
Extraits du spectacle
« Sur sa pommette gauche, un grain de beauté très brun, presque noir. Je peux dire ça.
Je me souviens de ça. Il vit dans le village d'Anserma, c'est dans les montagnes de la
région du café, au centre du pays. La Colombie. Il me raconte qu'il va planter des
tomates sur leurs terres avec son cousin. Pas la tomate de arbol, mais la tomate rouge
celle que l'on connaît en France. La tomate de arbol est verte et c'est pour les jus de
fruits, c'est très doux. Il dit qu'avec la production des tomates, ce sera bien pour toute
la famille.
Quelques années plus tard, quand je retourne en Colombie, on me dit qu'il n'a rien
récolté, qu'à deux reprises les insectes ont tout mangé. On l'a retrouvé lui et son
cousin morts. Dans le champ, ils ont avalé leurs pesticides. Je me souviens sur sa
pommette gauche, un grain de beauté très brun, presque noir.»
«Un jour, dit la légende, il y a eu un immense incendie de forêt,
tout les animaux étaient apeurés, effarés, impuissants face à ce désastre,
uniquement le petit colibri faisait des allers/retours au lac, de l'étang, jusqu'aux
fammes pour tenter de les éteindre.
Agacés par ces va-et-vient incessants les animaux lui demandèrent:
«Mais, qu'est ce que tu fais??
tu crois que c'est en crachouillant quelques gouttes d'eau sur le feu que tu vas nous
sauver ?
et le petit colibri répondit, je ne sais pas, mais je fais ma part.....»
6
«...Laurie: Merci, merci beaucoup à tous d'être là, c'est beau, C'est un peu un
déf et c'est bien, on le réalise.
Mathilde: Oui, c'est bien d'être là mais je ne vous cache pas que moi j'suis un
peu remontée...
Alice: Oui moi aussi ça me fait plaisir d'être là.
Mathilde: Non ça ne fait pas plaisir, c'est bien mais on a des choses à mettre
sur la table. Bon. Moi personnellement, j'suis dégoutée du système quoi... faut
pas s'tromper! En 82, quand je suis rentrée dans le monde de l'agriculture, la
1ère réforme de l'Europe ça a été de dire, euh, fallait sortir les paysans,
mettre des jeunes des écoles, des gens modernes, qui savent compter, en
résumé des chefs d'entreprise! Voilà je vais résumer en ces termes là. En
disant bien que c'est pas avec 50 hectares qu'il fallait vivre hein! Ah ben non, fallait spécialiser les exploitations! Alors pourquoi
spécialiser les exploitations? Ben pour alimenter la groupe alimentaire hein! Faut pas s'tromper!
Alice: Pardon, je prends le petit verre d'eau.
Mathilde: Pourquoi se spécialiser hormis de dire, bon, la coopérative, hop on la met là, les groupes industriels de lait sont là, tu fais du
blé, les groupes de transformations, donc le pain etc sont là, tu fais de la viande... enfn voila c'était que comme ça, l'agriculture n'était
visée que comme ça. Donc moi en 82, je suis rentrée dans ce système-là. J'ai compris, enfn j'ai compris, j'ai mis du temps à comprendre
mais j'ai compris qu'on m'emmenait dans un truc qui était négatif quoi. Pour vivre fallait éliminer le voisin! Et c'est toujours ça! C'est
encore ça...
Sylvain: Je me suis rendu compte que, quand je suis parti ailleurs, c'est ça que je voulais faire. J'étais parti en technique parce que papa
et maman voulaient que je fasse technique et quand papa est tombé malade, ça a été un bonheur pour moi; enfn un bonheur, disons
que j'ai été obligé de revenir, donc j'ai repris l'exploitation et puis voila. Non c'est vrai je pense qu'il faut que ce soit un métier de
passion. Autrement, comme tous les métiers de passion sont durs, je crois, mais voilà, ça aide....»
7
«Déclaration des exercices d'une activité agricole, 2 pages.
Formulaire de demande bovine 2015 ABA, ABL, BSLM, 1 page.
Formulaire et notice pour une demande d'attribution de référence à partir de la réserve, 2 pages.
Formulaire de justifcation du caractère «agriculteur actif» en 2015, 2 pages.
Formulaire de demande d'aide bovine 2015, 1 page.
Formulaire de demande de la licence d'entrepreneur du spectacle, 6 pages.
Dossier de demande d'aide à la création artistique, 4 pages.
Formulaire descriptif des parcelles, 1 page.
Formulaire des déclarations des effectifs animaux, 1 page.
Demande de subvention au titre d'événement culturel, 1 page.
A joindre: le dossier du spectacle, le budget prévisionnel, les actions culturelles.
Formulaire descriptif des éléments MAEC linéaires et ponctuels, 2 pages.»
«...On sait que les oranges qu'on achète ne sont pas de saison, on sait
qu'on peut trouver de la viande de cheval dans les plats préparés, on sait
que pendant la cueillette des bananes Chiquita, ils arrosent leurs bananiers
de pesticide pendant que les gens sont en train de les cueillir, on sait que
Monsanto veut interdire les potagers privés pour pouvoir tout contrôler,
on sait que Coca-Cola va épuiser les sources d'eau potable en Inde, on sait
que chaque année, on jette des tonnes et des tonnes de bouffes alors que
des milliers de gens crèvent la dalle. On sait tout! On ne nous cache rien.
Ils utilisent le pouvoir de l'ignorance volontaire. Notre ignorance. Et on
laisse faire parce que tout le monde est prêt à regarder ailleurs.»
8
«...Oui? Qu'est-ce qui se passe? Tu veux savoir si les répétitions sont payées? Non elles ne le
sont pas. Est-ce que tu connais beaucoup de compagnies qui payent les répétitions? Hein? Dis
moi? Je vais t'avouer quelque chose, je ne suis pas payée. Je suis à l'origine de ce projet et je
ne suis pas payée. Mes amis de la technique et de l'assistanat ne sont pas payés non plus. On
se lève tôt, on se couche tard, on ne sourcille pas et si je fais ça, c'est pour l'amour de l'art.
Voilà. Et quand je vois des gens comme toi, je suis outrée. Je pense que, peut-être
mademoiselle tu devrais repenser pourquoi tu fais ce métier. Tu sais, des jeunes flles comme
toi, d'une trentaine d'années, ni blonde ni brune, ni particulièrement belle, ni particulièrement
drôle, y'en a des tas. Alors tu devrais te sentir heureuse d'être la parmi nous dans cette
création. On peut travailler?»
«...Par dessus l'étang
Soudain j'ai vu
Passer les oies sauvages
Elles s'en allaient
Vers le midi
La Méditerranée...»
9
Distribution
Pendant que la viande pousse dans les supermarchés.
Une proposition de Romain Vaillant.
De et par : Laurie Barthélémy, Hélène capelle, Sylvain Laborde, Mathilde Lobet, Alice Thalamy et Romain Vaillant.
Soutiens: l'Aide aux projets culturels du Conseil Départemental de la Nièvre.
Le Premier soutien à la création du Conseil Régional de Bourgogne.
La MCNN. Maison de la culture de Nevers et de la Nièvre.
La Transverse - Corbigny.
La Communauté de communes du Pays Corbigeois.
L'Agence culturelle du parc du Morvan.
Théâtre des forges royales de Guérigny.
Affuences, réseau bourguignon du spectacle vivant.
10
Biographies des acteurs
http://www.collectifavraidire.com/collectif.htm
Articles de Presse
http://www.collectifavraidire.com/presse.htm
11
Les autres créations du À Vrai Dire Collectif
2014
Tartuffe ou l'imposteur de Molière a été créé et joué à quatre acteurs ( certains acteurs jouent plusieurs rôles) en Bourgogne et à Paris
(à guichet fermé) dans le cadre des After Co au Collège des Bernardins (75005).
https://www.youtube.com/watch?v=rkR0EmwBSwk
12
2013
RHAPSODIE (création)
Rhapsodie a été créée et jouée à l'Abéicité (Abbaye de Corbigny 58800), cette création a reçu le soutien de l'ESACT (Ecole Supérieure
D'acteurs, Conservatoire royal de Liège - Belgique).
Projet 2016
Prémices d'une révolution
d'après Les Misérables de Victor Hugo
http://www.collectifavraidire.com
13
Programmation 2016 – 2017
PENDANT QUE LA VIANDE POUSSE DANS LES SUPERMARCHÉS
2016
Théâtre des forges royales Guérigny
Samedi 21 mai 2016 20h30
Réseau Affuence
L'abéicité - Abbaye de Corbigny 58
Vendredi 10 juin 2016
Réseau Affuence
La scène Faramine Précy le Moult 89
Vendredi 22 juillet 2016 21h
Festival d'été
Musée de la machine agricole Saint Loup 58
Lundi 15 août 2016 16h
Rencontre Annuelle d'Agriculteurs
COMITÉ DE TERRITOIRE DES PORTES SUD DU
MORVAN (Luzy)
octobre 2016
Réseau Affuence - journée Culture
Agriculture
L'abreuvoir Salives 21
novembre 2016
Réseau Affuence
Semur en Auxois Ancien Tribunal 21
Mardi 8 novembre 2016
2017
La cité du verbe Missery 21
avril 2017
Marsannay-la-cote 21
Jeudi 25 mai 2017
14
Réseau Affuence - semaine du
développement durable
TARTUFFE OU L'IMPOSTEUR
La cité du verbe Missery 21
Samedi 16 juillet 2016
Festival les semailles
L'abreuvoir 21 Salives
novembre 2016
«collège au théâtre»
PRÉMICES D'UNE RÉVOLUTION
La Transverse – Corbigny 58
août 2016
L'abéicité - Abbaye de Corbigny
novembre 2016
15
Sortie de résidence
Contact
Diffusion & Production À Vrai Dire Collectif
Alice Thalamy
Tel: 06 81 08 66 38
Sylvain Laborde
Tel Belge: +32(0) 478 51 25 41 Tel Français: 06 38 69 98 10
E-mail: contact@collectifavraidire.com
Site internet: http://www.collectifavraidire.com/
Photos du dossier: Jean-Claude Chaudy et Jean-Luc Ichard.
À VRAI DIRE Collectif - Association loi 1901
Siège social: 7 rue du Briou 58800 Corbigny
SIRET: 532 015 609 00011
16
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
703 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler