close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin de l`Unca

IntégréTéléchargement
MAI/JUIN 2016
Retrouver l’Unca sur
https://twitter.com/#!/UniondesCarpa
LE BULLETIN DE L’UNCA
TAUX DE
RENDEMENT
Livret A (plafonnée à 76 500 € / Carpa)
Compte sur livret / livret association Banque populaire
Compte sur livret / livret association Caisses d’épargne
Compte sur livret / livret association CIC
Compte sur livret / livret association Crédit du Nord
Compte sur livret / livret association Société générale
0,75 %
entre 0,25 et 0,80 %
0,50 à 0,75 %
0,85 et 1,00 %
1,10 %
0,75 à 1,00 %
Sources : Reuters, les Echos, diverses banques françaises – Données non contractuelles au 10 mai 2016
Il s’agit de taux minimum. Ils peuvent être supérieurs suivant les montants placés.
Moyenne taux CDN ou CAT 3 mois*
Moyenne taux CDN ou CAT 6 mois*
Moyenne taux CDN ou CAT 1 an*
Moyenne taux CDN ou CAT 2 ans*
Moyenne taux CDN ou CAT 3 ans*
Rendement garanti pour les nouveaux contrats de capitalisation **
0,370 %
0,500 %
0,580 %
0,400 %
0,600 %
0,750 %
*Moyenne basée sur les taux des banques CIC, Natixis-Banque populaire, Société générale, Crédit agricole
**Contrats proposés par des compagnies d’assurances respectant les règles de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), contrats 100 % en euros
Taux de référence au 6 mai 2016
Euribor
Euribor
Euribor
Euribor
Euribor
Eonia
Emprunt d’Etat à 10 ans
1 mois
2 mois
3 mois
6 mois
1 an
–
–
–
–
–
–
0,348 %
0,292 %
0,256 %
0,144 %
0,013 %
0,329 %
0,525 %
Les mois de mars et d’avril 2016 ont
offert quelques garanties sur la stabilité
de la croissance mondiale.
La Banque centrale européenne (BCE)
de M. Mario Draghi avait initié les
interventions des banques centrales au
début du mois de mars dernier en sortant
le « bazooka monétaire », baissant de
Néanmoins, si les craintes de récession
semblent écartées, la croissance se
stabilise à un niveau faible et l’inflation
demeure en-deçà des objectifs fixés
par les principales banques centrales.
 10 points de base du taux de dépôt (à0,40 %)
 25 points de base du taux de facilité de
crédit (à 0,25 %)
 et 5 points de base du taux d’intérêt
directeur (à 0,00 %).
1. CONTEXTE ÉCONOMIQUE
Ces dernières ont d’ailleurs été au
centre de l’attention des investisseurs
et ont largement influencé l’orientation
des marchés au cours des deux
derniers mois.
Précisant les décisions du 10 mars 2016
lors de sa conférence de presse du 21
avril, M. Mario Draghi a explicité que les
achats d’obligations d’entreprises, dans
le cadre de l’assouplissement monétaire,
débuteraient au mois de juin prochain.
%
Bulletin de l’Unca – mai / juin 2016
Page 2/4
________________________________________________________________________________________________
Ces actions visent à redonner de
l’élan à une croissance qui demeure à
un niveau médiocre dans la zone
euro.
En effet, si la croissance au premier
trimestre 2016 a positivement surpris à
2,4 % (rythme trimestriel annualisé), elle
demeure sans éclat et ne devrait pas
être aussi dynamique dans les
prochains mois.
L’inflation négative sur les douze
derniers mois (– 0,2 % à fin avril 2016) et
la lente croissance des encours de
crédit (en un an : + 0, 9% pour les
entreprises et + 1,6 % pour les
ménages) justifient également l’action
de la Banque centrale européenne.
Maintenant le cap lors de la réunion
du 21 avril dernier, monsieur Mario
Draghi s’est déclaré prêt à utiliser
« tous les instruments disponibles » pour
atteindre l’objectif de croissance des
prix fixés juste en-deçà de 2 %.
Lors de sa dernière intervention, le
président de la Banque centrale
européenne a néanmoins tempéré les
rumeurs
d’un
déploiement
de
« l’hélicoptère monétaire », c’est-àdire la distribution directe de liquidités
aux citoyens européens pour les inciter
à consommer et ainsi relancer les prix.
Entretenue notamment par les bons
chiffres de l’emploi américain, la possibilité d’une hausse des taux d’intérêts
directeurs de la Réserve fédérale
américaine a finalement été écartée
lors
des
réunions
de politique
monétaire de l’institution qui se sont
tenues les 16 mars et 27 avril 2016.
La révision à la hausse du Produit
intérieur brut (PIB) au quatrième
trimestre 2015 et la
création de
242 000 emplois en février 2016 avait
toutefois enhardi certains décisionnaires
qui déclaraient que la seconde hausse
des taux après celle de décembre 2015
pourrait intervenir plus tôt qu’anticipée
par les marchés.
La présidente de la Réserve fédérale
américaine Janet Yellen s’était montrée
plus prudente, évoquant notamment le
contexte économique global incertain
pour justifier la temporisation de la Banque
fédérale.
La reprise des cours de pétrole entamée
dans la seconde partie du mois de février
2016 s’est confirmée au mois de mars et
d’avril en grande partie grâce aux
rumeurs d’accord entre pays producteurs
membres et non-membres de l’OPEP sur
un gel de la production afin de venir à
bout du déséquilibre entre l’offre et la
demande mondiales.
Néanmoins, la réunion du 17 avril dernier
n’a pas accouché de l’accord espéré car
l’Iran, qui souhaite profiter de la levée des
sanctions économiques à son encontre
pour augmenter sa production, a refusé
de se joindre à cet accord.
Après la première semaine de ce mois de
mai et malgré les pressions baissières
toujours présentes, les cours du pétrole
demeurent toutefois loin de leur plus bas
de la mi-février 2016.
2. STRATÉGIE
 Quels
produits
structurés
peuvent être adaptés dans le
contexte de taux bas ?
Dans le contexte actuel de taux bas, la
majorité des produits utilisés par les Carpa
garantissant le capital (Comptes à terme/
Dépôts à terme, contrats de capitalisation, comptes sur livret) voit leur rémunération diminuer fortement.
Bulletin de l’Unca – mai / juin 2016
Page 3/4
________________________________________________________________________________________________
Ainsi, les banques proposent de plus
en plus souvent des produits structurés,
100 % garantis en capital, pouvant
contrer cet environnement de taux
bas.
3. TECHNIQUE
 Qu’est-ce que l’économie de
cycle ?
 Produits structurés sur taux
Un cycle économique est une période
d’une durée déterminée qui correspond
au retour d’un phénomène économique. L’analyse de ces cycles provient
avant tout de la volonté de comprendre
et de prévenir l’apparition de crises
économiques.
Ces produits structurés permettent une
rémunération indexée au taux Eonia /
Euribor (exemple: 0,30 % + E3M).
Les théories dominantes indiquent
quatre différents cycles, chacun d’une
récurrence différente :
Il convient de noter que pour l’heure,
ces taux de référence évoluent en
territoire négatif ; il est donc essentiel
de s’assurer que le produit structuré
soit « flooré » (i.e. coupon minimum
garanti) afin qu’il ne dégage pas de
performance négative.




Un type de structuration est souvent
proposé par les banques, il s’agit des
produits structurés indexés sur taux.

Avantages
Dans le cas d’une remontée rapide
des taux, ce produit pourrait avoir un
intérêt
en
accompagnant
la
potentielle hausse des taux Euribor.
Inconvénients
Il est très difficile de se positionner
quant à la date précise de remontée
des taux.
Ce type de produit pourrait être très
pénalisant pour un portefeuille dans
un environnement de taux bas
prolongé, scénario qui ne peut être
écarté à l’heure actuelle.
De plus, ces produits proposent, des
maturités plus ou moins longues,
exposant l’investisseur à une possible
perte en capital en cas de sortie
anticipée.
le cycle Kitchin (3 à 4 ans)
le cycle Juglar (8 à 10 ans)
le cycle Kuznets (15 à 25 ans)
et le cycle Kondratieff (40 à 60 ans).
Chaque cycle économique est marqué
par quatre phases durant lesquelles la
conjoncture économique (i.e. l’évolution
de l’activité économique) est plus ou
moins bonne.
L’expansion
C'est la phase de prospérité. Tous les
indicateurs sont au vert et l'on assiste à
une hausse de la production, des
salaires, des bénéfices et de la
consommation.
La surchauffe
C'est un point de retournement entre la
phase de croissance et la phase de
récession. En effet, au fur et à mesure de
l'expansion, l'inflation apparaît du fait
qu'il y a de plus en plus de monnaie en
circulation.
On va donc assister à une hausse
générale des prix, ce qui va conduire à
une baisse de la consommation et donc
des investissements.
Bulletin de l’Unca – mai / juin 2016
Page 4/4
________________________________________________________________________________________________
La récession
Cette phase du cycle économique
désigne
une
contraction
de
la
production d'un pays pendant deux
trimestres consécutifs. Le taux de
croissance de l'activité économique est
donc négatif. Cela résulte d’une crise
de confiance qui s’est installée à tous les
niveaux.
En effet, certains acteurs économiques
(les moins solides) disparaissent et on
constate une certaine méfiance entre
les acteurs. Les banques n'osent plus se
prêter entre elles et les ménages
consomment
peu
et
privilégient
l’épargne.
La consommation se réduisant, les
entreprises continuent d'adapter leur
niveau
de
production
à
cette
consommation et c'est alors qu'un
cercle vicieux commence.
La reprise
C'est un point de retournement entre la
phase de récession et la phase
d’expansion. On cherche par tous les
moyens à sortir de la crise et l'on assiste
à de nombreuses restructurations.
Qu’est-ce qu’un
Linkeg Note) ?
CLN
 Dans quelle phase cyclique
sommes-nous actuellement ?
Alors que la zone euro avait connu, au
même titre que les Etats-Unis, un rebond
de sa croissance en 2010 et 2011, la
crise de la dette souveraine (Espagne,
Grèce, Irlande, Italie, Portugal) a
retardé sa reprise.
Aussi, la phase d’expansion de la zone
a véritablement démarré à la fin de
l’année 2013 (contre mi 2009 pour les
Etats-Unis).
On distingue donc une divergence
dans les cycles économiques des Etats
Unis et de l’Union européenne.
Cela se confirme aussi dans les
politiques monétaires menées par la
Réserve fédérale américaine, qui
commence sa remontée des taux
directeurs, et de la Banque centrale
européenne qui vient tout juste de
descendre ses taux et qui compte bien
maintenir ces conditions jusqu’en 2017.
(Credit
Source des informations financières :
Forward Finance Paris
er
Association régie par la loi du 1 juillet 1901
169, rue de Rennes – F 75006 PARIS – Téléphone : +33 (0)1 44 39 55 00 – Télécopie : +33 (0)1 44 39 55 01
Adresse électronique : unca@unca.fr – Site : www.unca.fr – https://twitter.com/#!/UniondesCarpa
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
291 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler