close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse ****************************************** M

IntégréTéléchargement
Royaume du Maroc
‫المملكة المغربية‬
Ministère délégué auprès du Ministre de l’Industrie, du Commerce,
de l’Investissement et de l’Economie Numérique
‫الوزارة المنتدبة لدى وزير الصناعة والتجارة‬
‫واالستثمار واالقتصاد الرقمي‬
‫المكلفة بالتجارة الخارجية‬
Chargé du Commerce Extérieur
Communiqué de presse
******************************************
M. Mohammed ABBOU participe à la séance d’ouverture
de la 1ère édition de Smart City Africa-Casablanca
M. Mohammed ABBOU, Ministre chargé du Commerce Extérieur, a participé le
Mercredi 18 Mai 2016, à Casablanca, à la séance d’ouverture de la 1 ère édition de
Smart City Africa-Casablanca organisé par Casablanca Events & Animation en
partenariat avec la Wilaya de Casablanca-Settat, la Région de Casablanca-Settat
et la Ville de Casablanca, sous l’égide du Ministère de l’Industrie, du Commerce,
de l’Investissement et de l’Economie Numérique et du Ministère de l'Habitat et
de la Politique de la Ville.
M. le Ministre a saisi cette occasion pour féliciter tous les acteurs qui œuvrent
pour permettre à Casablanca d’intégrer le club de villes intelligentes à l’échelle
internationale.
Par ailleurs, il a précisé dans un discours prononcé à l’ouverture de l’événement,
que la concentration urbaine est un phénomène mondial, en signalant que Selon
les prévisions des Nations Unies, 80% de la population mondiale sera citadine
d’ici 2050. Si, à présent, les villes occupent à peine 2% de la surface planétaire,
il en demeure qu’elles abritent 50% de la population mondiale qui consomme
75% des ressources non renouvelables, en produisant 50% des déchets
mondiaux et générant 80% des émissions à gaz à effet de serre.
Pour M. Mohammed ABBOU, le continent Africain n’est pas à l’abri de ces
tendances lourdes d’urbanisation. En effet, la Banque Mondiale présage qu’à
l’horizon 2050, plus de 50% de la population africaine serait citadine. Au
Maroc, l’urbanisation a plus que doublé durant les dernières années.
Les villes contemporaines sont de plus en plus complexes du fait de
l’enchevêtrement des multiples zones fonctionnelles (habitat, activités,
commerce, loisirs, etc.). Gouvernance, transport, investissement, sécurité,
gestion des déchets, optimisation des ressources, communication, planification
et protection de l’environnement sont, pour M. le Ministre, autant de challenges
auxquels les villes africaines devront faire face.
Il a rappelé aussi que les enjeux et défis que nous impose l’urbanisation
croissante sont énormes, multiples et inter-liés. Pour les relever, il est impératif,
pour M. le Ministre, d’entamer une réflexion commune entre l’ensemble des
acteurs de la ville dans la finalité de s’engager dans la voie de la ville durable
qui soutient la pérennité, l’équité et l’inclusion dans le développement socioéconomique.
Les clés pour faire face à ce défi ne manquent pas, en effet, à lui seul le
Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) propose une
kyrielle de facteurs de succès pour mener à terme une action coordonnée à
même de permettre d’économiser :
- près de 30% d’eau avec seulement des investissements mineurs et des
changements de comportement.
- de 30% à 50% des consommations énergétiques dans les bâtiments par la
mise en place de technologies à coût limité déjà disponibles
En vue de faire face aux besoins des institutions, des entreprises et des citoyens,
la ville intelligente cherche, selon M. le Ministre, à concilier les piliers sociaux,
culturels et environnementaux à travers une approche systémique. Elle combine
pour ce faire entre la gouvernance participative, la gestion éclairée des
ressources naturelles et l’usage des Technologie de l’information.
Le chemin vers la ville de demain commence par la reconstruction de la ville
via une approche qui place l’usager/habitant au centre de la planification de la
gestion urbaine. Ce chemin passe sans doute par l’amélioration de la
performance des systèmes d’information dans la ville.
Toutefois, il a signalé qu’au-delà de l’utilisation individuelle, les TIC
contribuent considérablement à l’amélioration du fonctionnement urbain en
collaboration avec le citoyen. Selon M. le Ministre, loin d’être l’apanage des
grandes métropoles, le numérique doit être intégré dans les politiques de
développement des petites et moyennes agglomérations. La finalité étant
d’assurer l’égalité et l’inclusion territoriales mais aussi de garantir la
démocratisation d’accès des citoyens à l’information urbaine, à la connaissance,
à la formation, à la santé, au service public, etc.
Le résultat serait l’émergence de villes connectées, communicantes et durables,
des villes capables de gérer et d’optimiser intelligemment les ressources et
d’innover leur offre de services. Dès lors, les mutations urbaines doivent être à
la fois anticipées, étudiées et des solutions durables pour les accompagner
doivent être envisagées.
Pour M. le Ministre, le projet « Casablanca Smart City » s’inscrit d’ailleurs dans
cette perspective. Il sera soutenu par une infrastructure de télécommunications
aux normes internationales et enrichi par le bouquet des services e-gov
développés dans le cadre du Plan d’action Maroc Numeric.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
398 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler