close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Aux rédactions,

IntégréTéléchargement
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MINISTÈRE PUBLIC
Genève, le 20.05.16
Adeline M. : le Ministère public saisit le Tribunal criminel
Le Ministère public a saisi ce jour le Tribunal criminel d'un acte d'accusation concernant Fabrice A.,
auteur présumé de la mort d'Adeline M., sociothérapeute au centre de détention de la Pâquerette.
Le prévenu est accusé d'assassinat, de séquestration, de contrainte sexuelle et de vol.
Le Ministère public a saisi ce jour le Tribunal criminel d'un acte d'accusation dans la procédure consécutive
à l'homicide volontaire d'Adeline M., sociothérapeute au centre de détention de la Pâquerette, entre-temps
fermé. Le prévenu, Fabrice A., se voit principalement reprocher un assassinat, soit un meurtre commis
avec la circonstance aggravante de l'absence particulière de scrupules. Cette circonstance se déduit de la
préméditation particulièrement détaillée de l'acte, de la cruauté de ce dernier, ainsi que des buts poursuivis
par le prévenu, qui visaient à la fois à favoriser son évasion et à satisfaire un fantasme sexuel.
Le prévenu se voit également reprocher un acte de séquestration, pour avoir entravé la liberté de
mouvement d'Adeline M. sous la menace d'un couteau, et un acte de contrainte sexuelle, pour l'avoir
forcée à subir un baiser, alors qu'elle était ligotée. Enfin, le prévenu se voit reprocher d'avoir volé le
véhicule de service conduit par la victime ainsi que de l'argent et divers effets personnels appartenant à
cette dernière.
Pour mémoire, la disparition d'Adeline M. a été constatée le 12 septembre 2013. L'enquête de la brigade
criminelle de la police judiciaire, sous la conduite du Ministère public, a permis l'arrestation le 15 septembre
2013 de Fabrice A. par la police polonaise. Le prévenu a été extradé par les autorités polonaises et remis à
la Suisse le 12 décembre de la même année. Il est depuis lors placé en détention provisoire, le Ministère
public requérant ce jour du Tribunal des mesures de contrainte qu'il soit placé en détention pour des motifs
de sûreté jusqu'à son procès.
L'accusation sera soutenue par le procureur général. Le Tribunal criminel juge les auteurs d'infractions
contre lesquels le Ministère public entend requérir une peine privative de liberté supérieure à 10 ans.
Aucune autre information ne sera donnée à ce stade.
Contact : Henri Della Casa, chargé de relations médias, PJ, +41 (0)22 327 62 77, +41 (0)78 674 69 95
communication@justice.ge.ch
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
40 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler