close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Affaire El-Khabar - La Nouvelle République

IntégréTéléchargement
NR
Affaire El-Khabar :
la politique, une bouée
de sauvetage pour ceux
qui redoutent la justice
La
LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE
WWW .lnr-dz.com
p. 2
Quotidien d’information indépendant - n° 5552 - Jeudi 19 mai 2016 - Prix : 10 DA
L’ E D I T O D E
La NR
Le canard sacrifié
’extrême violence avec laquelle El-Khabar
a réagi à un de nos commentaires sur
l’affaire qui oppose ce journal au gouvernement illustre on ne peut mieux l’idée que
les promoteurs de ce canard, sacrifié sur l’autel de l’argent, se font du pluralisme médiatique et d’opinion, au moment où ils brandissent le slogan de la liberté d’expression et
tentent de se présenter comme les victimes
d’un pouvoir autoritaire qui veut bâillonner
toute voix discordante. Ils reprennent ainsi à
leur compte la fameuse devise : «qui n’est
pas avec moi est contre moi» et vouent aux
gémonies tous ceux qui voient les choses
autrement.
Au lieu de s’expliquer sur les réelles motivations de la mise en vente des actions de leur
journal, qui est le vrai sujet de discussion,
certains plumitifs de ce quotidien ne trouvent
rien de mieux que de s’en prendre à La Nouvelle République qu’ils accusent d’avoir émis
son propre commentaire sur une affaire qui
restera dans les annales comme l’un des plus
gros scandales de la presse écrite dans notre
pays. Ils peuvent reprocher à notre journal de
ne pas avoir crié avec les loups, mais ne peuvent lui reprocher d’avoir bénéficié des largesses publicitaires, fiscales et politiques de
l’Etat, comme ce canard qui a décidé aujourd’hui de vendre son âme. Ils ne peuvent lui
reprocher d’avoir bénéficié des avantages de
l’Andi, ni de lots de terrain, ni de crédits
bancaires, comme ceux qui avaient servi à
construire un empire qui s’est avéré en carton. Car il ne faut pas oublier qu’El-Khabar
journal a été sauvé d’une mort certaine par
le gouvernement dès le début des années
1990, parce qu’il avait besoin d’un «grand
quotidien arabophone» pour faire face au
déferlement extrémiste. En plus de la calomnie, l’auteur de cette feuille de chou
s’adonne à la désinformation grotesque et à
la manipulation de l’opinion, en écrivant que
les journalistes de la NR étaient «offusqués»
par le commentaire rédigé par notre collaborateur sur l’affaire El-Khabar. Ce qui est
absolument faux. Pourtant, il devrait savoir
qu’à la différence peut-être des autres, les
journalistes ayant travaillé ou collaboré à la
Nouvelle République ne l’ont jamais quitté,
par fidélité. C’est le cas notamment de notre
collaborateur – peu importe qui il est – qui
est visé par l’attaque ignominieuse du plumitif d’El-Khabar en mal d’inspiration. Aussi,
la NR a l’unique caractéristique d’avoir abrité
des écrivains, des artistes, des chanteurs et
des syndicalistes qui ont fait leurs preuves sur
le terrain, et qui ont apporté un plus, chacun
dans son domaine. C’est la preuve que notre
journal est une école. Le plumitif aigri n’est
pas sans savoir que le directeur de la NR fait
partie des rares éditeurs de presse qui assument publiquement leurs positions, à travers
ses interventions dans les différents médias,
et contribue ainsi à éclairer l’opinion sur tous
les sujets d’actualité, pendant que d’autres
éditeurs se complaisent dans leur duplicité
ou dans leur affairisme.
L
Coupe
de la CAF :
héroïques
Mobistes
p. 24
©New Press
Journée de
l’étudiant :
le Président
appelle la
jeunesse
à se mobiliser p. 4
Culture
Dramaturge
malgré lui ?
Kateb Yacine
et le  mai

p. 13
actuel
Le chiffre du jour
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
Protection civile : 35 000 agents d'intervention pour sécuriser
les examens.
sahara occidental
lutte antiterroriste
finances
aujourd’hui
Droits de l’Homme
Les eurodéputés s’inquiètent
des atteintes au Maroc
et au Sahara Occidental occupé.
MDN
Sept abris et trois bombes
artisanales détruits par l'ANP
à Tizi Ouzou et Bordj Bou-Arréridj.
Emprunt obligataire
Plus de 50 milliards de dinars
collectés par la BEA.
Journée nationale
de l’étudiant.
Affaire El-Khabar
REPÈRE
La politique, une bouée de sauvetage
pour ceux qui redoutent la justice
, Le cheval de bataille
d’El-Khabar et du repreneur de ce dernier, Issaâd
Rebrab pour ne pas le
citer, demeure, en désespoir de cause, l’absence de
l’autorité de régulation et
donc, l’impossibilité selon
leur avocat, pour le ministère d’intervenir dans
cette affaire, lui dont ils
estiment qu’il n’a pas le
droit de se mêler de ce qui
relève des prérogatives de
ladite autorité, dont on
sait qu’elle n’existe pas encore ou qu’elle n’existera
jamais.
Un raccourci inacceptable et absurde, car les défendeurs et défenseurs des nouveaux milliardaires et peut-être aussi, futurs exmilliardaires d’El-Khabar et du nouveau propriétaire illégal de ce journal arabophone, oublient un détail, c’est que le ministère de la
Communication n’est pas un organisme subalterne que paralyse
un vide réglementaire ; c’est une
institution de l’Etat qui a toutes les
prérogatives qui relèvent de sa
compétence sectorielle et peut
donc de ce fait, par l’autorité intrinsèque qui lui est propre, agir au
lieu et place de toutes les autorités
et organismes dépendant de sa juridiction.
L’Etat n’interdit pas, l’Etat régule
Le ministère de la Communication
n’a pas été consulté dans le cadre
de la transaction qui a eu lieu entre
Rebrab et El-Khabar, ce dernier
ayant occulté, officiellement, la
transaction jusqu’à ce qu’elle ait
eu lieu, la considérant comme une
simple transaction commerciale.
Ignorance de la part des concernés
? Impossible pour les journalistesactionnaires d’El-Khabar de ne pas
savoir, en tant que journalistes,
qu’ils travaillent au sein d’un secteur réglementé. Le fait même que
l’opération se soit déroulée dans le
plus grand des secrets, est la
preuve cinglante que l’on a voulu
mettre les pouvoirs publics devant
le fait accompli, car il était clair
dans l’esprit de ces affairistes de la
nuit que la transaction était non
réglementaire au regard des textes
de loi régissant le secteur. Résultat
de cette attitude, l’Etat, à travers le
ministère de la Communication,
est mis en devoir de faire prévaloir
sa mission de régulateur et d’en
appeler à la justice pour rétablir le
droit, comme l’exprimait alors
Hamid Grine qui rappelait devant
les journalistes que «l’Etat n’interdit pas, l’Etat régule.»
Tentative odieuse de politiser l’af-
n Le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs. (Photo > New Press)
faire… Très vite, en l’absence d’un
argumentaire juridique qui tienne
la route devant les juges qui prennent le temps d’étudier le dossier
en profondeur, ces braconniers de
la loi ne trouvent pas mieux que de
politiser l’affaire, en criant au com-
2
plot et en dénonçant un coup de
force, suggérant, à qui voudrait
l’entendre, que la justice pourrait
«injustement» trancher en défaveur
de Rebrab et d’El-Khabar. Cette attitude est le signe et la preuve que
ces polémistes de circonstance sa-
Rebrab, le bon samaritain…
? Le sauveur de Brandt et d’El-Khabar ou l’odeur de l’argent…
Il y a quelques années, El-Khabar qui organisait un forum matinal qu’il avait
intitulé : «Fotour As-sabah» (petit-déjeuner), avait invité Issaâd Rebrab qui,
d’indiscrétion en indiscrétion, avait fini par dire (en off croyait-il) le nom du
responsable militaire qui l’avait soutenu à bras le corps dans ses affaires. A l’insu
de l’homme d’affaires, El-Khabar publie l’information et Issaâd Rebrab de
vouloir faire un démenti. Seulement, El-Khabar disposait d’un enregistrement
audiophonique et Ali Djerri, directeur du journal, menaçait de tout rendre
public, y compris l’enregistrement. Enervé, l’homme d’affaires s’acharnait à
vouloir faire son démenti. Cette fois-ci, c’est le directeur d’un quotidien
francophone à grand tirage qui se mêle de l’affaire et se solidarise avec ElKhabar, menaçant d’enclencher une véritable campagne contre Rebrab. Contacté
par un conseiller de l’homme d’affaires à cette époque, le directeur de la
Nouvelle République, Abdelwahab Djakoune, devait aider Issaâd Rebrab. Des
années plus tard, l’homme d’affaires, en rachetant El-Khabar, prétend être allé
au secours de ceux qui l’avaient piégé en enregistrant des propos qu’il leur avait
confiés en off. Quel altruisme ! Quelle abnégation ! Décidément, l’argent n’a pas
d’odeur. Qu’on ne nous dise pas qu’il a racheté l’affaire de Brandt pour les
mêmes motivations !
…La mafia des regroupeurs
Au moment décisif où l’orientation du lectorat devait se construire en Algérie
après la fin de la violence terroriste, sur un nouveau modèle médiatique, la
diffusion des titres était déterminante et ce sont les titres qui ont accaparé
l’exclusivité de la bonne diffusion qui avaient fini par avoir pignon-sur-rue.
Pourtant, au bon moment, la Nouvelle République a pris contact avec les
regroupeurs pour être diffusé, mais El-Khabar et El-Watan avaient exercé des
pressions sur ces regroupeurs pour les en dissuader. C’est en arguant d’un contrat
d’exclusivité, qui n’en était pas, avec ces deux journaux, que lesdits regroupeurs
avaient expliqué leur refus d’assurer à LNR la bonne diffusion dont les deux titres
allaient bénéficier jusqu’à ce jour.
…Et la prédation des éditeurs
L’exclusivisme qui habite l’esprit des deux éditeurs s’illustre par une autre
anecdote, à savoir celle concernant l’obtention par Djakoune Abdelwahab de son
agrément pour lancer LNR. Le directeur d’El-Watan qui n’était pas ravi par cette
nouvelle (République), ne pouvait s’empêcher d’exprimer son étonnement à son
confrère qu’il entendait ainsi dénigrer. Plus tard, se confiant à quelques confrères
qui l’interpellaient sur l’évidente hostilité vis-à-vis de Djakoune, le même
directeur d’El-Watan devait dire en ces mots : «H’na fi Stif, elbechicha ma
n’qsmouha» (Nous autres à Sétif, les p’tits morceaux de viande on ne les partage
pas).
Lyès B.
vent pertinemment que leur posture juridique est insoutenable et
qu’ils ne peuvent, croient-ils dans
leur aveuglement, influencer la décision de justice, qu’en politisant
l’affaire et en prêtant des tribunes
médiatiques qu’ils avaient pourtant «juré» un jour, en tant que journalistes, de consacrer au bien et à
l’intérêt public, à des partis politiques en mal d’audience et qui,
par opportunisme, embrassent
toutes les affaires qui leur permettent de haranguer les pouvoirs publics. Des partis qui, à l’image de
ces journaux qui activent comme
autant de formations politiques,
ne voient que du noir, du sombre,
du malheur et du négatif en Algérie
et, constituent, du fait même de
cette posture et pour bien d’autres
raisons, un véritable cheval de
Troie pour les ennemis du pays.
Et d’occulter les dessous
de celle-ci
Au lieu d’attribuer des bénéfices annuellement aux actionnaires qui
ne travaillaient pas au journal, les
dirigeants d’El-Khabar avaient une
pratique hors-la-loi qui s’apparente,
clairement, à un abus de biens sociaux. Ils payaient des salaires et déclaraient tous les actionnaires qui
n’avaient pas vocation à travailler
dans un journal, cela en plus des
bénéfices annuels dégagés. Ce détournement des biens sociaux de
l’entreprise a empêché El-Khabar
de connaître la prospérité que ses
gains lui permettaient et empêché
les journalistes salariés de vivre
un semblant d’aisance sociale et
professionnelle à travers des augmentations conséquentes des salaires. Par ailleurs, El-Khabar, au
lieu de se vendre ainsi au plus offrant, aurait pu aller vers une cession d’actions en Bourse. Seulement, pour entrer en Bourse, il y a
une telle exigence de transparence
dans la gestion des comptes et des
ressources humaines, qu’El-Khabar, journal donneur de leçons sur
l’intégrité et la salubrité publique,
ne peut honorer pour des raisons
évidentes de non transparence,
d’abus de biens sociaux, etc.. Et
puis, avant de prendre l’option de
vendre, et au nom de toutes ces années de travail communes passées
avec eux, ces journalistes actionnaires n’auraient-ils pas pu céder,
étant très largement bénéficiaires
et même riches en milliards, 15 ou
20% des actions au collectif des
journalistes avant de les jeter en pâture à l’homme d’affaires à qui ce
collectif devra tout, y compris son
subside mensuel, et donc aussi la
ligne éditoriale, s’il en est, du journal ? Issaâd Rebrab a bien utilisé le
journal Liberté pour mener sa campagne de défense de sa transaction avec El-Khabar. Que ne ferait-
Le pétrole à plus
de 49 dollars hier
à Londres
Le pétrole se montrait prudent, hier
mercredi, en cours d'échanges
européens, en attendant d'en savoir
plus sur les réserves de pétrole aux
Etats-Unis. Le baril de Brent de la
mer du Nord pour livraison en juillet
valait 49,16 dollars sur
l'Intercontinental Exchange (ICE) de
Londres, en repli de 12 cents par
rapport à la clôture de mardi. Dans
les échanges électroniques sur le
New York Mercantile Exchange
(Nymex), le baril de «light sweet
crude» (WTI) pour livraison en juin
perdait 4 cents à 48,27 dollars. Les
cours du Brent et du WTI ont
poursuivi leur ascension mardi,
signant une nouvelle séance de
hausse dans un marché toujours
résolument optimiste sur fond de
production américaine déclinante et
d'interruptions
d'approvisionnement
dans plusieurs gros pays
producteurs.
il qui n’aille pas dans le sens de
ses intérêts s’il dispose d’un trust
médiatique ?
De l’éthique et de la déontologie
Des journalistes ont accepté
d’écrire des articles mensongers
sur ce dossier, d’autres ont feint
d’ignorer des faits pour promouvoir leurs thèses aux yeux de l’opinion publique, le reste attaque le
ministère de la Communication en
oubliant que cette institution publique ne fait qu’accomplir sa mission de régulation et qu’elle a soumis ce dossier à la justice pour que
force soit à la loi. Qu’un éditeur
désavoue sa vocation de journaliste et montre ses crocs de prédateur, cela peut se concevoir, mais
il est inacceptable que des journalistes, sachant l’avantage qu’ils ont
de pouvoir s’adresser directement
aux citoyens, tentent de les manipuler et de les désinformer. Avant
d’être un journaliste, il faut d’abord
être un honnête homme et un bon
citoyen.
De l’argument de la banalité
du délit
Est-il normal d’invoquer de supposés délits impunis, pour revendiquer l’impunité pour soi ? C’est ce
que fait El-Khabar quand il se réfère
à des cas dont il croit, à tort, qu’ils
sont similaires au sien. Le journaliste a fait le serment, vis-à-vis de sa
conscience, d’être un modèle d’intégrité et de transparence, et ce
sont ces qualités là qui lui permettent d’interpeller son monde
sur tout ce qui ne va pas. Quand on
a soi-même bafoué ces principes, il
est absolument effronté de s’ériger en donneur de leçons.
Ahmed Rehani
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
actuel
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
3
Messahel à la première rencontre Italie-Afrique
Dossiers d'intérêt commun et flux
migratoire en débat
, Une première table
ronde a réuni, hier à
Rome, les chefs de diplomatie africains où différents dossiers ont été traités dont la gestion des
flux migratoires au moment où la situation sécuritaire de nombreuses régions d’Afrique est sous
tension et où ses habitants
se retrouvent obligés de
quitter leur pays et se
tourner vers l’Europe,
dont ils se trouvent obligés à se réfugier dans le
pays le plus proche qu’est
l’Italie.
Représentant l’Algérie, le ministre
des Affaires maghrébines, de l’Union
africaine et de la Ligue des Etats
arabes, Abdelkader Messahel, a pris
part, hier à Rome, à la 1re conférence
Italie-Afrique. Plus de 50 ministres
des pays africains ont participé à
cette rencontre, qui a été ouverte
par le président de la République italienne, Sergio Mattarella. Les parti-
BRÈVE
Lutte antiterroriste :
sept abris et trois bombes
artisanales détruits par
l'ANP à Tizi Ouzou et Bordj
Bou-Arréridj
Sept abris pour terroristes, une
mine, trois bombes artisanales
ainsi que des moyens de
détonation ont été découverts et
détruits par des détachements de
l'Armée nationale populaire (ANP),
mardi à Tizi Ouzou
et Bordj Bou-Arréridj, a indiqué
hier mercredi, un communiqué du
ministère de la Défense nationale.
«Dans le cadre de la lutte
antiterroriste, des détachements de
l'Armée nationale populaire ont
découvert et détruit, le 17 mai 2016,
sept abris pour terroristes, une
mine et trois bombes de confection
artisanale et des moyens de
détonation, au niveau des wilayas
de Tizi Ouzou (1re Région militaire) et
de Bordj Bou-Arréridj (5e Région
militaire)», précise le communiqué.
Par ailleurs, «des éléments de la
Gendarmerie nationale de Biskra (4e
Région militaire), ont appréhendé
deux contrebandiers et saisi 480
bouteilles de différentes boissons.
A Illizi (4e Région militaire), des
détachements de l’ANP ont arrêté
deux immigrants clandestins de
nationalité marocaine», précise
la même source. «D'autres
détachements ont arrêté vingtquatre contrebandiers à Djanet (4e
Région militaire) et saisi douze
détecteurs de métaux, deux
groupes électrogènes et deux
véhicules tout-terrain», note le
communiqué, ajoutant qu'«à
Tamanrasset (6e Région militaire),
un détachement a saisi deux
détecteurs de métaux».
Agence
n Abdelkader Messahel. (Photo > New Press)
cipants ont évoqué le volet de la
migration, un sujet commun entre
ces pays et l’Italie qui se retrouve,
fréquemment, comme pays hôte de
migrants. Cette rencontre a donné
l’occasion aux chefs de diplomatie
africains présents de réfléchir avec
l’Italie aux défis communs tels que
la lutte contre l’extrémisme violent,
la gestion des flux migratoires et le
développement durable. Les recommandations prises lors de cette
réunion permettront de renforcer
la coopération entre l’Afrique et l'Europe et entre la Commission de
l'Union africaine et l'Union européenne en vue de surmonter ces
défis. Il faut noter, à ce sujet, les efforts consentis par l’Italie dans la
gestion des flux migratoires au moments où de nombreux pays de l’Eu-
rope se montrent moins solidaires.
En même temps, avec le retour du
printemps et le verrouillage du passage Turquie-UE, de nombreux migrants risquent à rejoindre l’Europe
via la dangereuse route méditerranéenne entre la Libye et l’Italie. Au
début du mois de mai, le président
du Conseil italien, Matteo Renzi, a
appelé «l’Europe à plus de solidarité
et plus de respect pour la dignité humaine des migrants». Jeudi dernier,
près d’un millier de migrants ont
été sauvés par des gardes-côtes italiens, dont 515 personnes ont été retrouvées sur une embarcation et
380 autres secourues lors d’une seconde opération. Les gardes-côtes
italiens ont procédé au sauvetage de
près de 900 migrants au large des
côtes de Sicile, avait indiqué un
Ralentisseurs
anarchiques
Une circulaire
interministérielle pour
mettre fin à ce fléau
porte-parole. Au moins 150 Syriens et plus de 40 Irakiens figurent
parmi eux. Le Haut commissariat
de l'ONU pour les réfugiés (HCR)
a indiqué que deux bateaux
étaient impliqués et que cela
constituait l'une des plus importantes tentatives de passage de la
part de migrants en provenance
de la Syrie et de l'Irak vers l'Italie
cette année.
Sur un autre volet, les participants
ont discuté de l’objectif à lancer
un partenariat entre ce pays et le
continent africain dans des secteurs d’intérêt commun pour les
deux parties tel le développement
économique, à travers notamment le développement des infrastructures et de l’agriculture, la
soutenabilité sociale et environnementale. Les questions de paix
et de sécurité, en mettant l’accent
sur le maintien de la paix en
Afrique, ont également été au
menu de cette rencontre. Abdelkader Messahel a participé à cette
conférence à l’invitation du ministre italien des Affaires étrangères.
Le ministre des Affaires maghrébines a présenté, à cette occasion, le point de vue de l'Algérie
dans une intervention consacrée
au thème du maintien et de la
consolidation de la paix et le renforcement des institutions en
Afrique, selon un communiqué
du ministère des Affaires étrangères.
Zahra Kefan
Séminaire national sur la drogue et la toxicomanie
800 tonnes de kif marocain saisies par
la gendarmerie en cinq ans
, Pas moins de 800 tonnes de kif
traité ont été saisies par les services de la Gendarmerie nationale
durant les cinq dernières années,
impliquant près de 97 000 personnes sur tout le territoire nationale. Cette situation inquiétante,
qui interpelle les pouvoirs publics,
société civile, écoles, mosquées et
toute la société, a été au centre du
séminaire national organisé hier à
Oran par le 2e commandement régional de la gendarmerie.
Intervenant à cette manifestation
organisée en collaboration avec les
universités Oran 1 et Oran 2, des experts et spécialistes de différentes
institutions ont souligné, comme
partout ailleurs dans le monde, les
proportions alarmantes que prend
le narcotrafic en général et celui
du cannabis en particulier. Pour ne
citer que ce qui transite par les
frontières algériennes ouest et sudouest, les conférenciers ont indiqué que la moyenne mensuelle des
saisies sur le territoire nationale a
atteint durant les trois dernières
années 7,5 tonnes de kif traité. En
effet, le narcotrafic devient de plus
en plus, selon les analystes, un trafic juteux indispensable aux différents réseaux criminels et en étroite
relation avec d’autres formes de
criminalité dont le terrorisme, le
trafic d’armes et le blanchiment
d’argent. Le dernier rapport du
commandement de la gendarmerie
fait état d’une situation qui empire
d’une année à une autre et qui
connaît une évolution permanente
liée notamment à l’élargissement
des champs de culture de cannabis
chez le pays producteur et à l’interconnexion entre les différents
réseaux criminels profitant, entre
autres, de la situation sécuritaire inconfortable qui guette le Sahel ces
dernières années. Chiffres à l’appui, le commandant Derradji Abdelmalek indique que les services
de la gendarmerie ont ouvert durant les quatre premiers mois de
l’année en cours, 193 enquêtes judiciaires impliquant pas moins de
2 004 personnes et menant à la saisie de 30 tonnes de cannabis, 38 kg
de cocaïne et des millions de substances médicales psychotropes.
Pour revenir aux cinq dernières années durant lesquelles, les services
de la gendarmerie ont saisi 800
tonnes de cannabis, l’officier supérieur a indiqué que ces affaires
ont impliqué près de 97 000 personnes dont près d’une centaine
SÉCURITÉ ROUTIÈRE
d’étrangers de différentes nationalités notamment africaines. Pour
les spécialistes, la lutte contre cette
forme de criminalité organisée et
transnationale ne peut se faire par
un seul pays puisque les réseaux
spécialisés ne connaissent pas de
frontières et sont de plus en plus organisés, profitant, entre autres, de
la conjoncture sécuritaire régionale et internationale ainsi que des
nouvelles technologies de l’information et de communication. En
effet, il ne peut y avoir une alternative à la coopération internationale pour freiner cette machine
destructrice des nations et alimentatrice des groupes terroristes.
En ce qui concerne notre pays, les
services de sécurité sont de plus en
plus à l’heure du renforcement des
dispositifs et de l’adaptation des
plans d’action à une carte de criminalité mise à jour en permanence. Ainsi, la lecture des chiffres
importants des saisies opérées reflète d’une part les proportions que
connaît le narcotrafic et, d’autre
part, l’efficacité des plans d’action
des forces de sécurité pour contrer
ce problème de sécurité, de santé
publiques et d’économie nationale.
Radia Zerrouki
Les impératifs de la prévention des
accidents, souvent invoqués,
n’expliquent pas une prolifération de
ralentisseurs «dos d’ânes» souvent
hors normes. Pour mettre un terme à
ce phénomène, une circulaire
ministérielle entre les ministres de
l’Intérieur et des Collectivités locales,
Noureddine Bedoui et des Travaux
publics, Abdelkader Ouali, a été
publiée portant sur les mesures visant
à mettre en conformité les ralentisseurs
à travers le réseau routier car «il s’agit
d’imposer l’autorité et la loi». Ce
document s'adresse aux walis, aux
chefs de daïras, aux présidents des
Assemblées populaires communales
(APC) ainsi qu'aux directeurs des
travaux publics des wilayas. «Tous les
principaux acteurs, y compris les
services de sécurité, seront impliqués
pour mettre en application cette
circulaire», ont noté les deux ministres,
relevant dans cette circulaire, «un
recours anarchique, voire excessif aux
ralentisseurs (dos d'ânes) comme
moyen de réduction de vitesse et
d'accidents». Ils relèvent également
«des anomalies et insuffisances dans la
conception et l'implantation des
ralentisseurs, occasionnant de graves
conséquences sur la sécurité et le
confort des usagers de la route, et
causant parfois de graves dommages
aux véhicules». Il s'agit notamment de
l'implantation de ralentisseurs sans
études, ni autorisation préalable, de
l'utilisation de dimensions et de
matériaux non conformes aux
prescriptions techniques, du manque
d'information et de concertation entre
les services des communes et ceux des
subdivisions des travaux publics, ainsi
que du défaut de signalisation de la
plupart des ralentisseurs, constatentils. En fait, près de 42% des
ralentisseurs du réseau routier national
sont implantés de façon anarchique et
non conformes aux normes techniques
et sans autorisation des autorités
publiques. Ainsi, il a été notamment
exigé des autorités locales d'éliminer
tous les ralentisseurs réalisés sans
autorisation et ne répondant pas aux
normes, d'interdire, en agglomération,
l'implantation de ralentisseurs sur les
voies à grande circulation et
d'impliquer systématiquement les
services techniques de la subdivision
des travaux publics dans l'examen de
toute demande d'implantation de
ralentisseurs. Les deux ministres ont
aussi exhorté les autorités locales à
appliquer fermement les pénalités
prévues par la réglementation à tout
contrevenant qui réalise des
ralentisseurs sans autorisation. En
outre, l'autorisation d'implantation
des ralentisseurs reste soumise à
l'examen et à l'accord de la
commission technique de la wilaya. La
circulaire interministérielle note
également que pour les techniques
d'aménagement qui peuvent se
substituer aux ralentisseurs, les services
techniques peuvent recourir à des
techniques moins lourdes et
esthétiques tels les clous et les plots de
chaussées, les bandes rugueuses ainsi
que les mini-giratoires et les chicanes
(passages en zigzag).
Nawel Hami
actuel
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
4
Journée nationale de l’étudiant
CNPF
Le chef de l’Etat appelle
la jeunesse à se mobiliser
, Afin d’assurer la
poursuite du processus
de développement socioéconomique et être à
l'avant-garde de l'édification d'une économie
affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures, le président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, a
appelé la jeunesse algérienne à se mobiliser et
à réagir dans un même
élan que leurs ancêtres.
«Aujourd'hui plus que jamais, il
est temps que notre jeunesse en
général et notre élite en particulier se mobilisent pour être à
l'avant-garde de l'édification d'une
économie affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures et pour que nous puissions assurer la poursuite du processus de développement
socioéconomique qui a franchi
jusque là un parcours remarquable», a affirmé Abdelaziz Bouteflika dans son message à l'occasion de la célébration du 60e
anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant (19 mai), tout en
exhortant les jeunes à réagir dans
un même élan que leurs ancêtres,
durant la victorieuse guerre de
Libération, et à être déterminés à
«relever ce défi au mieux de votre
avenir et au service de la prospérité de votre peuple, la préservation de l'indépendance de votre
patrie». «Une indépendance dont
la consolidation et la préservation passent par l'autonomie financière et surtout humaine», at-il ajouté. A ce propos, il a souligné l'attachement de l'Algérie
indépendante à ce que l'acquisition du savoir et des sciences par
ses enfants, soit un défi en tête de
ses priorités comme une re-
n Le Président appelle les jeunes à relever les défis. (Photo > New Press)
vanche sur la privation de notre
peuple du savoir durant la période du colonialisme tyrannique
et par souci d'armer les générations futures de sciences et de
savoir pour leur permettre de
contribuer amplement dans la
grande bataille, celle de l'édification et du développement.
Une troisième étape
historique de la guerre
de Libération
Par ailleurs, le chef de l’Etat a signalé que l'adhésion des potentialités intellectuelles et scientifiques algériennes aux rangs de la
révolution, le 19 mai 1956, lui avait
donné un souffle nouveau. «L'adhésion de tout ce que possédait
le peuple algérien comme potentialités intellectuelles et scienti-
fiques à la révolution est digne
d'être considérée comme la troisième étape historique de la
guerre de libération après son
déclenchement le 1er novembre
1954 et les événements du 20 août
1955.
Elle lui aura donné un souffle nouveau et rompu toutes les tentatives des forces coloniales qui ne
cessaient de miser sur l'acquisition de l'élite algérienne intellectuelle pour en faire un modèle
qui aidera à convaincre le reste
des Algériens d'accepter l'intégration qui leur était proposée
en ce temps», a-t-il indiqué, tout
en précisant que «cet évènement
a eu le plus grand effet sur l'évolution de l'action armée, diplomatique et politique de l'époque
en ce sens qu'il aura donné à la ré-
Programme de 
«21 542 forestiers pour
la première intervention
contre les feux de forêt»
volution une place prépondérante dans les fora internationaux
et qui lui a permis de drainer soutien et sympathie de tous les
hommes libres de par le monde,
peuples et gouvernements». Selon
lui, «la grandeur de ce jour réside
aussi dans le fait d'avoir fait jaillir
avec impétuosité, la prise de
conscience et la volonté des
jeunes et démontrer que les
grandes réalisations ne se mesuraient point par le nombre des
années. Il est désormais établi
que toutes les fois où la maturité
et les causes justes se côtoient, un
miracle arrivera inexorablement»,
soulignant que le 19 mai est un
jour mémorable qui a porté et
porte une forte symbolique avant
et après l'indépendance.
«Il représente l'un des hauts faits
de notre glorieuse révolution qui
reste, elle, gravée dans la mémoire du peuple algérien tout entier tant il constitue un évènement grandiose qui a ébranlé les
fondements mêmes de l'entité coloniale», a-t-il noté. Le président
Bouteflika a salué la réussite de
l'Algérie dans le traitement par
la sagesse, la patience et le courage, de la tragédie qu'elle a vécu
dans les années quatre vingt dix
du siècle dernier, soulignant que
«ce sont là des vertus inspirées
des valeurs que nous a inculqué
la glorieuse guerre de Libération».
Pour lui, «la paix, la concorde et
la réconciliation ont triomphé
grâce au peuple, sur les tueries, la
haine et la rancœur et c'est avec
la même volonté, détermination
et conscience que notre peuple
fera face à tous les défis à travers
l'édification de l'Etat de droit sur
des bases objectives et des fondements constitutionnels.
Un Etat ou les institutions du
peuple seront l'arbitre et la référence qui définissent l'avenir de la
nation».
Nawel Hami
8e édition du Salon national de l’artisanat à Tizi Ouzou
«L’artisanat peut constituer un maillon fort dans le
développement de l’économie locale»
,Le secrétaire général de la
wilaya de Tizi Ouzou, Zinnedine Tibourtine, a estimé,
mardi, que l’artisanat peut
constituer un maillon fort dans
le développement de l’économie
locale.
S’exprimant au coup d’envoi
des festivités de la présente
édition du Salon national de
l’artisanat, le 8e du genre qui
se tient au jardin Mohand-Oulhadj, au chef-lieu de wilaya, M
Tibourtine a mis en avant l’intérêt et l’importance accordés
par les pouvoirs publics à ce
créneau porteur.
Organisé par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) en collaboration avec la Chambre de
l’artisanat et des métiers CAM,
ce rendez-vous annuel qui se
poursuivra jusqu’au 22 de ce
mois, à vocation commerciale,
a regroupé pas moins de 135
artisans issus de 32 wilayas, représentant une vingtaine de
produits artisanaux, a-t-on
constaté. L’habit traditionnel,
la robe kabyle notamment, le
bijou, le tapis, le miel et ses dérivés, la poterie, la sculpture,
les gâteaux et pain traditionnel, la maroquinerie sont autant de produits artisanaux exposés à la vente.
Pour permettre aux artisans de
tisser des liens et d’échanger
les expériences dans leurs domaines d’activités respectifs,
les chapiteaux d’exposition ont
été répartis selon les produits
artisanaux et non par wilaya
comme cela se fait jusque-là,
a-t-on fait observer.
Présent à l’ouverture du Salon,
le président de l’Assemblée populaire de wilaya (APW), Mohamed Klalèche, a, dans une
brève prise de parole, lancé un
appel aux pouvoirs publics, à
l’effet de projeter et de réaliser
un centre de produits de l’artisanat afin, a-t-il indiqué, d’offrir aux artisans un espace permanent de commercialisation
de leur marchandise. Considérant que «seule la commercialisation de la production artisanale est à même de pérenniser l’activité artisanale».
Pour sa part, le directeur de la
CAM, Abdelkrim Berki, a mis
en avant l’engouement des artisans pour ce rendez-vous annuel. «Tizi Ouzou est le fief de
l’artisanat par excellence et les
artisans des quatre coins du
pays y prennent part à cet événement durant lequel s’effectue des échanges d’expérience
avec notamment les animateurs de secteur au niveau
local», a-t-il indiqué.
Ce Salon, a-t-il poursuivi encore, constitue un espace
d’échange entre les artisans
des différentes wilayas, mais
aussi et surtout, une opportunité pour acquérir de nouvelles
connaissances (techniques,
ndlr) et d’élargir les compétences et savoir-faire. Comme il
constitue une opportunité pour
la population locale de s’imprégner de produits de terroir
des autres régions du pays.
Rabah Mokhtari
e directeur général des Forêts,
Mohamed-Seghir Noual, a, dans son
intervention aux travaux de la
réunion de la commission nationale de
protection des forêts (CNPF), déclaré que
«1 307 chantiers avec un effectif total de
21 542 ouvriers sont prêts à intervenir
contre les feux de forêt, pour cette année
2016». Pour le secrétaire général du
ministère de l’Agriculture, Kamel Chadi,
qui a présidé les travaux de cette réunion,
«le changement climatique du au
réchauffement de la planète ces dernières
années nous oblige à être vigilants, et
dans notre vaste pays, tous les secteurs
concernés doivent se mobiliser pour
protéger les forêts et faire face aux
catastrophes des feux qui peuvent se
déclencher sans donner signe, surtout
durant la période de l’été». Le
représentant de la Protection civile aux
travaux de la commission de protection
des forêts dans son intervention a
souligné que «la wilaya de Tamanrasset
était la plus touchée par les feux durant
l’année 2015 et ce, par plus de 3 000
interventions, en deuxième lieu Biskra
avec 2 035 feux, suivie par la wilaya d’ElOued et Illizi (1 700). Pour lui, «le
programme de l’année 2016 doit être basé
sur la prévention, la préparation et la
lutte active, et ce, par la multiplication
des campagnes. Pour le directeur du
Centre de développement des
technologies avancées, Mohamed Tarich,
qui a présenté un résumé du bilan de la
campagne 2015 des feux de forêt, «la
superficie parcourue par le feu en 2015 est
estimé à 13 010 hectares, objet de 2 383
foyers d’incendie, soit un ratio de 5,45
hectares/foyer».
En matière d’effectifs, le programme de la
direction des forêts s’annonce durant
cette année 2016 très important, car elle
compte mobiliser à travers les
conservations des forêts des 40 wilayas
concernées 411 postes de vigie chargés de
la surveillance et l’alerte, avec un effectif
de 1 025 élément. Il est planifié aussi la
mobilisation de 485 brigades mobiles
avec un effectif de 2 921 éléments chargés
de la première intervention dont 301
camions-citernes. 489 chantiers seront
mobilisés dans le cadre des différents
programmes sectoriels de
développement, avec un effectif global de
5 532 ouvriers ainsi que 818 chantiers
relevant des autres secteurs qui exercent
également au niveau des massifs
forestiers ou à proximité avec un effectif
de 16 010 ouvriers, soit au total 1 307
chantiers avec un effectif global de 21 542.
Ce qui est très important en matière de
première intervention. Concernant la
ressource en eau, la direction des Forêts a
annoncé la réquisition des eaux à travers
le recensement de 2 455 points d’eau qui
serviront à approvisionner les camionsciternes et bien sûr les camions de la
Protection civile, sans oublier la
mobilisation de 27 camions ravitailleurs
en eau.
Concernant la préparation sur le plan de
communication, la direction générale des
Forêts élargit cette année son réseau de
communication radioélectrique par la
mise en œuvre de 1 989 équipements VHF,
ceci va permettre de donner l’alerte
rapide des feux naissants et de renforcer
la coordination dans l’intervention et la
mobilisation des moyens de lutte.
Smail Mimouni
L
échos
INFOS
EXPRESS
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
5
Alger : 20 unités industrielles disposent
d'un système de prétraitement
Démantèlement d’un réseau international
de trafic de véhicules à Aïn Témouchent
Mobilis participe à la 6e
édition du Salon national
de l’emploi
e
Mobilis prend part à la 6 édition du
Salon national de l’emploi «Salem
2016», organisé par le ministère du
Travail, de l’Emploi et de la Sécurité
sociale, qui se tient du 19 au 22 mai 2016
au palais de la culture Moufdi-Zakaria,
Alger, sous le thème «La microentreprise, instrument de diversification
de l’économie nationale». Ce salon
regroupera durant quatre jours, deux
mille micro-entreprises créées dans le
cadre des dispositifs de l’Ansej et de la
Cnac, ainsi que des institutions et
organismes publics et privés et se
déroulera simultanément au niveau des
48 wilayas du pays. Il a pour but de faire
connaître et de valoriser les différentes
formules et mécanismes publics de
promotion d’emploi dans le cadre des
dispositifs Anem, Ansej et Cnac, d’initier
les jeunes en quête d’emploi et les
porteurs de projets aux formules de
placements, notamment en ce qui
concerne l’évolution des dispositifs de
création de micro-entreprises. Il sera
question également de mettre en
relation d’affaire les jeunes chefs
d’entreprise et les opérateurs et acteurs
économiques, en créant un espace
d’échange d’informations et
d’expériences. Mobilis, premier
employeur du secteur des TIC en Algérie
avec plus de 5.300 employés, mettra en
place un stand personnalisé porté par
ses conseillers en ressources humaines,
afin de promouvoir l’accompagnement
en ressources humaines, notamment
par des stages en entreprise. A travers
cette participation, Mobilis s’engage,
encore une fois, au soutien de la
jeunesse et encourage les dispositifs de
lutte contre le chômage.
C. P.
Aïn Témouchent
Saisie de plus
de 31 q de kif
Un réseau de narcotrafiquants a été
démantelé au courant de cette
semaine par les éléments de la
brigade de lutte contre les stupéfiants
de la sûreté de la willaya d’Aïn
Témouchent, a indiqué, hier, un
communiqué de la cette institution
sécuritaire.
En effet, ce réseau constitué de
plusieurs éléments active sur la bande
allant de la frontière ouest algéromarocaine à la frontière algérolibyenne en transitant par plusieurs
wilayas du Sud-Ouest algérien. Après
une période de deux mois
d’investigations, les policiers
ont agi en exécution des orientations
des procureurs de la République de
Bénsiaf et de Maghnia. Ils ont réussi à
débusquer une quantité de 31
quintaux et 40 kilogrammes de kif qui
était dissimulée dans un camion
transportant du parpaing, une
importante somme d’argent, des
portables téléphoniques de puce
marocaine, un véhicule, une moto et
une paire de jumelles. Cette opération
a permis l’arrestation de 4 personnes
présumées impliquées dans cette
affaire, dont le chauffeur, et la saisie
du camion. Ces personnes arrêtées
seront présentées ultérieurement au
tribunal de Bénisaf.
S. D.
Des fonctionnaires impliqués
DUn réseau international de trafic de véhicules a été démantelé
dernièrement par les éléments de la brigade de renseignements
et d’investigations (BRI) relevant de la sûreté de la wilaya
d’Aïn Témouchent.
75 unités industrielles activant dans la wilaya d'Alger génèrent des rejets
polluants, dont 20 ont réalisé des stations de prétraitement d'effluents
liquides industriels (liquides toxiques dangereux).
(Photo > D. R.)
Ouargla : simulation d’une recherche
et de secours d’un avion en difficulté
C’est au bout de six mois
d’investigations que ces
policiers ont réussi ce
coup, selon le communiqué de cette institution
remis dimanche à la
presse.
Selon cette source, ce réseau active à partir de la
frontière ouest. Il introduit frauduleusement les
voitures sur le sol algérien puis il leur établit de
faux documents avec la
complexité de quelques
agents dans les services
administratifs de certaines wilayas du pays
(est, ouest et centre). Ensuite, il les revend au marché national à des prix
très chers. En effet, ces
policiers ont saisi neuf véhicules et les autres qui
font l’objet de recherches
par la police internationale (Interpol) ne sont pas
encore localisés. Plu-
L E C O C K TA I L D U
sieurs fonctionnaires
dans les trois régions du
pays et autres personnes
sont impliqués dans cette
affaire. Certains d’entre
eux sont en fuite et un
mandat d’amener a été
délivré à leur encontre.
Les présumés coupables
arrêtés dans cette affaire
ont été présentés au juge
d’instruction près le tribunal d’Aïn Témouchent.
S. Djelloul
Un exercice simulant une opération de recherche et de secours, suite au
crash d'un avion civil dans une zone désertique, à une dizaine de kilomètres
à l’Est de la daira de N’goussa, a été organisé. (Photo > D. R.)
jeudi
Présence renforcée
Les forces de l’Etat syrien, appuyées
par des unités des Gardiens de la
révolution iraniens, n’ont pas relâché
leur pression sur Alep au cours des
derniers jours. Les dernières
opérations ont cependant coûté cher
à Téhéran, avec la mort de treize
conseillers militaires iraniens au
cours des combats menés à Khan
Touman, près d’Alep. imultanément
aux raids aériens russes, les forces
syro-iraniennes avaient lancé une
vaste offensive en octobre 2015 dans
le nord du pays (avec le nom de
code «opération Mouharram»). Mais
l’importance des pertes humaines,
en particulier la mort du général
Hossein Hamadani, commandant en
chef des Pasdarans en Syrie, a
provoqué, à la fin de l’année
dernière, un débat au sein du
pouvoir iranien sur l’opportunité de
maintenir un engagement militaire
direct. Un débat tranché par le
guide suprême, Ali Khamenei, qui a
décidé le renforcement de la
présence iranienne.
Collaboration stratégique
Les États-Unis et l'Inde intensifient
leur collaboration navale visant la
Chine dans l'océan Indien et l'océan
Pacifique. C'est ce qu'ont déclaré il
y a quelques jours des responsables
militaires des deux pays. Cela
marque une nouvelle étape
importante dans les efforts
américains pour faire de l'Inde un
État «de première ligne» dans ses
préparatifs de guerre contre la Chine
et ses efforts pour l'encercler
stratégiquement — ce que
Washington qualifie par
euphémisme de «pivot vers l'Asie».
Les leçons d’un scrutin
Le premier tour des élections
municipales au Liban, qui s’est tenu
le 8 mai, à Beyrouth et dans la
Békaa, a été marqué par une forte
abstention des électeurs. Les
résultats partiels ne montrent pas
de surprises, notamment à
Beyrouth, où la liste soutenue par
l’ancien Premier ministre et chef de
file des sunnites, Saad Hariri, et par
ses alliés chrétiens est donnée
gagnante. Mais les principaux partis
chrétiens coalisés (mouvement
aouniste et Forces libanaises)
n’obtiennent qu’environ 40 % des
suffrages à Zahlé, importante ville
de la Békaa. De même, malgré ses
succès électoraux à Baâalbek et
Brital, l’hégémonie du Hezbollah
est écornée. Lors des élections
précédentes, nul n’avait osé
constituer des listes contre la
grande formation chiite. Mais cette
fois, les effets de son engagement
en Syrie, avec les pertes subies sur
le terrain, ont incité les familles et
les clans chiites locaux à prendre en
partie leurs distances avec le parti
d’Hassan Nasrallah.
Médéa : secousse tellurique
de magnitude 3,2
Une secousse tellurique de 3,2 degrés sur l'échelle ouverte de Richter
aeulieumardià13h11(heurelocale)danslawilayadeMédéa,aindiqué
leCentrederechercheenastronomie,astrophysiqueetgéophysique
dans un communiqué.
(Photo > D. R.)
Une liaison maritime Jijel-Béjaïa-Alger
opérationnelle en juin prochain
Mouvements inquiétants
Plusieurs anciens commandants des
Shebab actuellement regroupés
dans la région somalienne de
Jubaland, au sud du pays, feraient
mouvement vers Mogadiscio et la
frontière kenyane. Ces éléments
auraient prêté allégeance à l’Etat
islamique et se prépareraient à mener
des opérations terroristes.
C. A.
Une desserte maritime entre Jijel et Alger via Bejaïia sera opérationnelle
«début juin prochain», a-t-on appris, mardi, auprès des responsables de
l’Entreprise nationale des transports maritimes. (Photo > D. R. )
monde
La NR 5552 – Jeudi 19 mai 2016
6
Terrorisme
Daech a perdu la moitié de son territoire
en Irak, selon le Pentagone
,Malgré ses pertes de terrain en
Irak, l'organisation Etat islamique
reste capable de mener des
attaques meurtrières comme
mardi à Bagdad où plusieurs
attentats ont fait au moins
39 morts.
Les djihadistes continuent de perdre du terrain en Irak. D'après le porte-parole du
Pentagone, Peter Cook, l'organisation Etat
islamique (EI) a perdu «environ 45 %» du
territoire qu'il avait réussi à conquérir en
Irak. En juin 2014, le groupe djihadiste avait
lancé une importante offensive en Irak qui
lui avait permis de s'emparer de vastes
pans du territoire à l'ouest et au nord de
Bagdad. Depuis, l'armée irakienne, aidée
par les milices et les forces kurdes, ont regagné du terrain face à l'EI dans le nord de
l'Irak et dans la province d'Al-Anbar, en reprenant notamment Ramadi.
Daech reste toutefois encore très présent
dans cette région, notamment à Fallouja,
ainsi que dans la grande majorité de la
province de Ninive au nord, dont sa capitale et deuxième ville d'Irak, Mossoul.
100 morts en une journée
Malgré ses pertes de terrain, l'EI reste capable de mener des attentats meurtriers
dans les territoires contrôlés par le gouvernement fédéral. Ainsi, des attentats attribués à l'EI, à Bagdad, ont fait mardi au
moins 39 morts et plus d'une centaine de
blessés. La semaine dernière, trois attentats
revendiqués par le groupe djihadiste ont
fait près de cent morts en une journée la semaine dernière. De telles attaques montrent que les autorités irakiennes ne sont
pas arrivées à mettre en place des mesures de sécurité efficaces dans la capitale, en dépit de l'aide de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.
En Syrie aussi, Daech perd
du terrain
Du côté de la Syrie, autre territoire occupé
par l'EI, Peter Cook a fait savoir que la
perte des territoires conquis par les djihadistes «est compris quelque part entre
n Attentat terroriste à Baghdad. (Photo > D. R.)
16 et 20 %». L'organisation sunnite a dû
céder du terrain dans le nord-est du pays,
sous la pression des Kurdes-Syriens et de
groupes locaux soutenus par la coalition internationale. L'organisation dirigée par
Abou Bakr Al-Baghdadi a notamment perdu
Palmyre en mars face aux forces gouvernementales soutenues par la Russie.
Bagdad : nouveau carnage
de civils revendiqué par Daech
Trois nouveaux attentats suicide ont
frappé des quartiers chiites de la capitale
irakienne, mardi. Au moins 48 morts et
100 blessés sont recensés par les services de secours. Les djhadistes sunnites
de l'Etat islamique ont revendiqué ces
massacres. La plus meurtrière de ces attaques est un attentat à la voiture piégée dans le quartier de Sadr City, dans le
nord de Bagdad en Irak, où 24 personnes
ont perdu la vie. Ce quartier chiite ve-
Qui sont les 1 900 Français
«concernés» par le djihad
en Syrie et en Irak ?
? Plus de 1 900 Français ou personnes
résidant habituellement en France seraient
concernés par le djihad, selon des chiffres du
ministère de l’Intérieur actualisés à la mi-mai
2016. Soit environ un tiers de plus qu’en janvier 2015. Ces données regroupent aussi bien
ceux qui sont ou se sont rendus sur place que
ceux qui ont des «velléités de départ». Parmi
ceux qui ont été ou sont encore en Irak et en
Syrie, environ 190 sont en transit, principalement en Turquie (départ et retour confondus). Un peu moins de 250 sont revenus sur
le territoire français et sont, pour la plupart,
écroués ou sous contrôle judiciaire (d’autres
sont placés sous surveillance).
Le ministère de l’Intérieur donne
également quelques éléments
d’information sur les 650 Français
actuellement dans les rangs des
terroristes. Une vingtaine d’entre eux
seraient des «combattants» mineurs.
Soixante autres garçons et filles de moins
de 18 ans sont par ailleurs «impliqués»
dans le djihad, mais ne sont pas en Syrie
ou en Irak actuellement. Ces données ne
comptent pas les «quelques dizaines»
d’enfants nés sur place ou partis avec
leurs parents sans avoir été en capacité
d’en faire le choix, précise le ministère
de l’Intérieur. A ces chiffres s’ajoutent
enfin environ 175 djihadistes français
présumés morts en Syrie et en Irak au
cours des dernières années.

nait déjà d'être frappé par des attentats
record il y a une semaine, 11 mai dernier,
les djihadistes sunnites de l'Etat islamique
(EI) avaient également revendiqué la
triple attaque qui a tué 98 personnes.
Dans les deux cas, les victimes sont essen-
tiellement des civils. Cette recrudescence
d'attaques intervient alors que l'EI perd
actuellement du terrain en Irak, où il
s'était emparé de vastes pans du territoire en 2014.
Agence
Comment l’EI endoctrine des enfants
pour en faire des combattants
L’organisation Etat islamique (EI) a de nouveau
mis en avant des enfants dans une vidéo,
publiée le 15 mai, où l’on voit un jeune
francophone de 12 ans et son petit frère,
présentés comme les fils d’un combattant
français «mort en martyr», menacer la France.
La vidéo, d’une durée d’un quart d’heure, met
également en scène écoles et centres
d’entraînement militaires où l’organisation
endoctrine les enfants. A la fin, les deux enfants
semblent prendre part à l’exécution de deux
prisonniers. Après la diffusion de cette vidéo, le
parquet de Paris a ouvert une enquête pour
apologie du terrorisme, assassinats en bande
organisée et association de malfaiteurs en
relation avec une entreprise terroriste, a
indiqué le 16 mai une source judiciaire.
«L’identité [des enfants] n’a pas été établie à ce
stade et leur nationalité n’est pas confirmée», a
aussi affirmé une source proche de l’enquête.
L’EI ne se contente pas d’asservir les
populations des régions qu’elle contrôle. Elle
cherche à créer une nouvelle génération de
combattants en endoctrinant et enrôlant dès
leur plus jeune âge les enfants, au prix de
terribles violences.
«Le but est de préparer l’avènement d’une
deuxième génération de moudjahidine,
conditionnés et prêts à être mis à la disposition
» du régime, indique par ailleurs un rapport
publié à Londres en mars par Quilliam, un cercle
de réflexion britannique se consacrant à la lutte
contre l’extrémisme islamique et créé par deux
fondamentalistes repentis. Insistant sur les
dommages durables infligés à des centaines de
milliers d’enfants, le document intitulé «Les
enfants de l’Etat islamique» appelle à la
création de mécanismes destinés à les protéger
et à permettre les conditions de leur possible
réintégration. Il insiste sur l’émergence d’un
«problème générationnel» durable,
indépendamment de l’évolution politique en
Syrie et en Irak. Les conclusions de Quilliam sont
tirées de l’analyse systématique de la
propagande de l’EI, incluant des éléments
relatifs aux enfants entre le 1er août 2015 et
le 9 février 2016, recoupée avec des
informations issues de sources directes. Au
total, 254 événements ou déclarations
comportant des images d’enfants ont été
recensés pendant ces six mois.
Pas moins de 31 000 femmes enceintes
«Il ne s’agit pas seulement d’une armée ou
d’un instrument de propagande. L’idée est de
créer une génération entièrement nouvelle», a
expliqué Noman Benotman, président de
Quilliam, lors de la présentation de ce travail au
Parlement de Westminster, en insistant pour
illustrer l’ampleur du problème sur l’une des
statistiques qu’il révèle : les territoires
actuellement contrôlés par l’EI ne comptent pas
moins de 31 000 femmes enceintes. «Il s’agit
d’un projet à long terme destiné à élever les
enfants [de l’EI] dans un rigoureux
endoctrinement théologique et national», a
précisé Nikita Malik, coauteure du rapport.
«Dans certains cas, des enfants sont contraints
de rejoindre le groupe après avoir été enlevés
ou menacés, précise l’étude. Dans d’autres, ils
sont choisis par leur propre famille et
lourdement endoctrinés, à la maison comme à
l’école. Le fait d’être exposé très jeunes à la
violence constitue une grave forme de
maltraitance». Les jeunes recrues sont utilisées
autant comme espions, prêcheurs ou soldats
que comme bourreaux ou kamikazes.
R. I.
La NR 5552 – Jeudi 19 mai 2016
économie
INFO
EXPRESS
Ilan Goldfajn
Un économiste à la
tête de la Banque
centrale
brésilienne
Le nouveau ministre brésilien
des Finances l'a annoncé
mardi. Ilan Goldfajn remplace
Alexandre Tombini à la
présidence de la Banque
centrale brésilienne. Après
plusieurs années de carrière
dans le secteur privé,
l'économiste fait son retour à
la Banque centrale brésilienne
où il avait exercé un poste de
directeur de la politique
économique.
Ilan Goldfajn a été nommé
mardi président de la Banque
centrale du Brésil, un des
derniers postes qui restaient à
attribuer au sein du nouveau
gouvernement par intérim de
Michel Temer.
Le quinquagénaire affiche un
parcours riche en
responsabilités, passant d'un
haut poste à l'autre et du
secteur privé au secteur
public. D'origine israélienne,
Ilan Goldfajn a grandit à Rio.
Jusqu'à présent économiste en
chef de la banque privée Itau
Unibanco, aujourd'hui nommé
président de la Banque
centrale brésilienne, il devra
coordonner la politique
monétaire du pays.n
En Allemagne,
des hausses de
salaires pour
785 000 salariés
du BTP
La fédération patronale du
secteur, ZDB, et le syndicat IG
BAU ont annoncé s'être
entendus sur une hausse des
salaires en deux temps. Elle
sera de 4,6% sur 22 mois pour
les salariés à l'ouest du pays
(ex-RFA), et de 5,3% à l'Est.
Vers une nouvelle année de
solide hausse des salaires
Outre-Rhin. Les 785 000
salariés allemands du BTP vont
voir leurs émoluments grimper
d'environ 5% sur deux ans,
selon les termes d'un accord
entre les partenaires sociaux
trouvé hier.
Les accords de branche, piliers
du modèle salarial allemand,
distinguent encore souvent
l'Est et l'Ouest, les salaires dans
l'ex-RDA ayant besoin d'un
coup de pouce supplémentaire.
L'accord dans le bâtiment,
trouvé à l'aube après une nuit
de négociations, arrive
quelques jours après celui dans
la métallurgie, qui concerne
3,8 millions de personnes et
prévoit une augmentation de
4,8% des salaires d'ici fin 2017,
là aussi en deux temps. Le
résultat obtenu par les métallos
donne en général le ton pour
les autres secteurs de
l'économie.
7
Numéro 1 mondial de l’industrie
pharmaceutique
INFO
EXPRESS
Japon
Rebond surprise mais
insuffisant du PIB au
premier trimestre
Novartis se réorganise
,Le géant suisse Novartis divise son pôle pharmaceutique en deux parties, et
crée une unité dédiée à l'oncologie, signe de son accélération dans ce domaine
très prisé par les gros laboratoires pharmaceutiques.
Le premier laboratoire pharmaceutique en termes de chiffre d'affaires (44,5 milliards d'euros en
2015) a annoncé le 17 mai la division de son pôle pharmaceutique
en deux «unités d'affaires», l'une
pour l'oncologie et l'autre pour
d'autres types de traitements. «Ces
deux unités formeront la division
Innovative Medicines de Novartis», explique le groupe pharmaceutique dans un communiqué. Sa
division pharmaceutique comprendra désormais Novartis Pharmaceuticals et Novartis Oncology.
«La nouvelle structure reflète l'importance du secteur oncologie
pour Novartis à la suite de l'intégration réussie des actifs ontologiques acquis auprès de GlaxoSmithKline», ajoute Novartis.
milliards de dollars. Celui-ci avait
été finalisé au début de l'année
2015. En contrepartie, ce dernier
récupérait les activités vaccins de
Novartis. Les deux big pharmas
échangeaient ainsi 20 milliards de
dollars d'actifs.
Une transaction qui marquait une
concentration de Novartis sur des
activités plus prometteuses. Le
marché des anticancéreux représente 100 milliards de dollars par
an, selon IMS Health. Le chiffre
pourrait grimper à 147 milliards
de dollars en 2018.
Novartis intéressé par une
biotech phare dans l'oncologie
Selon un rapport d'EY publié au
début de l'année, Novartis est le
2e laboratoire le plus compétitif
dans l'oncologie, au coude à coude
avec l'américain Amgen. Mais
l'étude du cabinet prévoyait qu'en
2020 Novartis tombe à la troisième
place derrière Celgene, un laboratoire américain qui connaît actuellement une croissance au-delà
des 20%. L'importance accrue don-
Le résultat d'une transaction
géante avec GSK
Cette réorganisation est le résultat
d'un échange de portefeuilles avec
GSK. En avril 2014, le Suisse avait
annoncé le rachat des activités oncologies du Britannique pour 14,5
née à l'oncologie par le groupe
pourrait changer la donne. D'autant plus que le Suisse lorgnerait
Medivation, selon des sources, à
l'instar de Sanofi, Pfizer, AstraZeneca et AMgen. Ces derniers ont
des vues sur la biotech américaine
et son anticancéreux blockbuster
le Xtandi (1,9 milliard de dollars de
revenus en 2015).
Changement de direction
au sein de Novartis
Par ailleurs, David Epstein, le patron de Novartis Pharmaceuticals
depuis 2010, quittera Novartis «afin
de relever de nouveaux défis aux
Etats-Unis», a annoncé le géant
suisse. Epstein sera remplacé par
deux personnes : Paul Hudson, actuel responsable d'AstraZeneca
pour l'Amérique du Nord, et Bruno
Strigini, le directeur de la branche
Novartis Oncology. Paul Hudson
dirigera l'unité d'affaires Novartis
Pharmaceuticals et Bruno Strigini
l'unité d'affaires Novartis Oncology.
AFP
Avec 1,7% de croissance en
rythme annualisé,
l'économie japonaise a
progressé nettement plus
que ce qu'attendaient les
analystes. Mais les
économistes jugent ce
rebond insuffisant pour
écarter le risque d'une
contraction sur la période
avril-juin. Modeste
croissance mais croissance
tout de même. Après une
contraction de son Produit
intérieur brut (PIB) au
quatrième trimestre 2015, le
Japon a vu son PIB progresser
de 0,4% au premier trimestre
par rapport au précédent,
selon les données
préliminaires publiées
mercredi par le
gouvernement. La troisième
économie mondiale a connu
une croissance de 1,7% en
rythme annualisé sur la
période janvier-mars, soit
nettement plus que
l'estimation moyenne de
0,2% des économistes et un
rebond marqué par rapport à
la contraction de 1,7%
enregistrée au quatrième
trimestre 2015.
L'économie échappe ainsi à
une récession technique,
définie par deux trimestres
consécutifs de contraction,
mais les économistes
tempèrent la portée de la
statistique et pointent l'effet
technique de l'année
bissextile, qui a rajouté une
journée au premier
trimestre. «Si l'on prend en
compte l'impact de la
journée supplémentaire de
l'année bissextile, qui a fait
monter le taux de croissance
d'un trimestre sur l'autre de
0,3 point de pourcentage, la
croissance n'est pas aussi
forte que le chiffre en soi
laisse penser», déclare
Hidenobu Tokuda,
économiste à l'institut de
recherche Mizhuo.n
Tests d’émissions
Suzuki chute en Bourse après avoir reconnu des irrégularités
Le constructeur d'automobiles
japonais Suzuki a confirmé hier
avoir mené des tests selon une
méthode non homologuée pour
mesurer les niveaux d'émission et
la consommation de ses véhicules vendus au Japon, mais il a
démenti avoir agi ainsi pour embellir les valeurs.
Après Mitsubishi Motors, au tour
de Suzuki. Le quatrième constructeur automobile nippon a reconnu hier avoir recouru à des
méthodes trompeuses de mesure de la consommation de carburant de ses véhicules, apportant un nouveau volet à un scandale au Japon. «Des irrégularités
ont été trouvées», a reconnu le
groupe dans un communiqué
après des informations de presse
en ce sens, mais «l'enquête interne n'a pas conclu à une tricherie, telle que la manipulation
de données», a-t-il assuré. «La
compagnie doit maintenant faire
un compte-rendu au ministère
des Transports sur les méthodes
de tests», a déclaré un porte-parole à l'AFP.
Le président du conseil d'administration, Osamu Suzuki, s'y rendra en personne.
L'action au plus bas depuis près
de trois ans
Le titre de Suzuki a fini en baisse
de 9,37% à 2.613 yens à la Bourse
de Tokyo, après avoir cédé en
séance jusqu'à 15%, à son plus
bas niveau depuis novembre
2013. Osamu Suzuki, le président
du groupe, a prévu une conférence de presse.
Le constructeur contrôle environ 30% du marché japonais des
mini-véhicules, voiturettes d'une
puissance de moins de 660cc qui
bénéficient d'un régime fiscal
avantageux dans le pays. Très
bien implanté en Inde, Suzuki
vend près de 3 millions d'automobiles par an.
Il est aussi très connu pour ses
deux-roues, qui représentent
moins de 10% des recettes.
Surveillance accrue après
le scandale Mitsubishi
La consommation des véhicules est surveillée de près
depuis que Mitsubishi a révélé le mois dernier avoir falsifié les mesures de certains
de ses mini-véhicules.
A la suite de cette affaire, le
ministère japonais des Transports a ordonné à tous les
constructeurs du pays de lui
soumettre de nouvelles données sur la consommation
de l'ensemble de leurs modèles.n
VoirsurInternet
www.lnr-dz.com
régions
INFO
EXPRESS
La NR 5552 — Jeudi 19 mai 2016
8
Bordj Menaïel
Une commune qui se cherche encore
Relizane
La zone d’activités
de Sidi Khettab voit
le jour
,Avec une population avoi-
La commune de Sidi
Khettab, une région relevant
de la daïra d’El Matmar,
située à une trentaine de
kilomètres à l’est du cheflieu de Relizane, commence
à sortir sa tête de l’eau. Le
rêve tant attendu par toute
la population locale est en
voie de réalisation. Ce rêve
n’est autre que le projet de
la zone d’activités dont les
autorités de la wilaya ont
fait le cheval de bataille.
Elles ont, en effet, entrepris
toutes les démarches
nécessaires pour que ce
projet puisse voir le jour
dans les meilleurs délais ; le
terrain pour l’implantation
de cette future zone
d’activité de 200 hectares
est déjà trouvé. Selon
Boukhrisse Mohamed, le
premier magistrat de la
municipalité, cette zone
d'activités sera implantée
non loin du village à la
sortie vers H’Madna en
allant vers la wilaya de
Chlef. Selon le président de
l’Assemblée populaire
communale de la commune
susmentionnée, ce projet
permettra la création de
nouveaux postes d'emploi
et contribuera à
dynamiser l'activité
économique et
commerciale dans cette
région qui connaît une
réelle relance en matière
d'investissements. Selon
notre interlocuteur, déjà
quatre investisseurs ont
déposé leur demande
pour activer en matière de
moulin de farine,
fabrication de lait et
pressoir à olives et moulin
des aliments de bétail.
N.-Malik
sinant les 120 000 habitants, la localité de BordjMénaiel recèle des potentialités touristiques à
double vocation, à savoir
maritime (Cap-Djinet) et
montagnarde et surtout
historique. Et il s’agit là d’un
atout hautement considérable, générant pour la collectivité locale des ressources financières conséquentes, malheureusement
c’est la faute des élus locaux qui n’ont jamais su exploiter ses atouts touristiques, ni optimiser ses potentialités dans cette
optique afin d’amorcer une
dynamique de développement local.
Rien n’a été réalisé depuis une quarantaine d’années. Et c’est pour cela
qu’un changement rapide devrait
s’opérer et pour cela il faudrait des
hommes honnêtes, dévoués pour
leur ville. La population doit barrer la route aux opportunistes qui
dès maintenant envisagent de se
représenter pour les législatives.
Pourquoi la localité de Bordj-Menaiel n’arrive pas à décoller économiquement et socialement ? Pourquoi cette ville ne cesse de
connaître une métamorphose des
plus chaotique ? Pourquoi le centre
ville et même les alentours suffoquent à cause de l’exiguïté, du
manque d’aires de stationnement et
de l’anarchie qui y règne depuis
plusieurs années ? Il est à noter que
ce centre-ville n’est autre qu’un
double chef-lieu de daïra et de commune qui nécessite d’être embelli.
Hélas, il ressemble à tout sauf à ce
qu’il doit être. De prime abord, les
espaces de stationnement y font
défaut et plusieurs fourgons et véhicules s’entassent anarchiquement
dans plusieurs endroits et se per-
mettent de stationner anarchiquement devant des domicile, des garages, des magasins sans se soucier des désagréments qu’ils causent aux particuliers. Se déplacer
dans ce chef- lieu est devenu un
parcours du combattant. Il y a aussi
cette situation dramatique des propriétaires de voitures qui viennent
des villages avoisinants stationner
au boulevard Colonel-Amirouche
tôt le matin et partir à leurs besognes pour y revenir très tard le
soir pour récupérer leurs véhicules,
chose qui rend la circulation très difficile. Par ailleurs, l’absence de panneaux de signalisation a été également soulevée , c’est vraiment absurde. Et le peu de plaques
existantes, il y a l’incivismes des
chauffeurs qui ne respectent en
aucun cas le code de la route. Les
conducteurs notamment ceux
étrangers à la localité ne savent pas
quel chemin emprunter pour trouver sa destination. Alors comment
expliquer aux citoyens les raisons
des responsables qui n’ont pas jugé
utile de mettre en place un plan de
circulation fiable pour mettre un
terme à cette anarchie qui persiste
au quotidien. La Ville semble au-
Mila
Concours du meilleur plat traditionnel
pour valoriser le patrimoine culinaire local
,Le premier prix du concours du meilleur plat traditionnel, organisé par l’émission
Nostalgie de la radio locale de Mila pour la valorisation du patrimoine culinaire
local, est revenu à Nora Bourouh pour son plat «chekhchoukhat leftir».
Saliha Aïchouna a décroché le second prix
pour également sa «chekhchoukha dhefar» au
titre de ce concours, organisé sur la place mitoyenne à la radio dans
le cadre des activités de
clôture du mois du patrimoine. Soixante prix
dont 18 «conséquents»
ont été offerts aux participants dont la majorité sont des femmes,
selon les organisateurs.
Variétés diverses de
chekhchoukha, de couscous et autres pâtes tra-
ditionnels, déclinés
sous de multiples couleurs et saveurs, étaient
en course durant la manifestation, aux côtés
d’autres mets moins célèbres tels «harbit» (à
base de plantes de montagne), «boughelia»,
«rechta», «lemziet» qui
composent «le riche patrimoine culinaire de
Mila, valorisé par ce
concours», note Abdenacer Benhacine, investisseur privé et sponsor
du concours. Certaines
des concurrentes, à
l’exemple de Cherifa Zamamouche, se sont drapées dans la traditionnelle m’laya et ont exposé leurs mets dans
des plats traditionnels
de poterie titillant davantage la sensibilité
des nostalgiques. L’association Kafil El Yatim
de Mila a exposé à l’occasion ses activités et
le savoir-faire de ses
membres dans la préparation des pâtes traditionnelles dont les revenus des ventes seront
distribués aux orphelins
et veuves. Le wali de
Mila, Abderahmane
Fouatih, a mis l’accent à
l’occasion sur le rôle de
la femme dans la
conservation du patrimoine et legs culturels
et la transmission aux
générations des valeurs
sociales. Des prix ont
été offerts par la Direction de la culture aux
plus méritants à cette
occasion qui a marqué
la clôture du mois du
patrimoine dans la wilaya.
R. R.
jourd’hui se refermer sur elle- même
et se complaire dans son isolement
et l’attente. La route qui y donne
accès et qui traverse la ville de bout
en bout est quotidiennement submergée par un embouteillage et un
encombrement monstres de véhicules qui découragent les automobilistes.Y circuler est un véritable
jeu d’équilibre et de prouesse. Il est
aussi important de signaler que la
ville de Bordj-Menaiel est otage des
idées conservatrices héritées du
passé avec un esprit que l’on peut
qualifier d’aristocratique et où les
mentalités rétrogrades sont souvent légion. La sauvegarde des va-
leurs et des principes ne consiste
pas à priver la progéniture des bienfaits de la modernité. Tout à faire et
à refaire pour arrimer la ville au
passé glorieux à la rampe du progrès.
Il est grand temps aussi pour les
responsables de lutter dur pour
convaincre les tenants de l’immobilisme qu’il faut changer de vision.
Exiguïté, manque d’aires de stationnement, anarchie, absence de
lieux de loisirs, manque d’aménagement urbain. Il ne fait plus bon de
vivre dans la ville des Coquelicots
qui a besoin d’un souffle nouveau.
Kouider Djouab
Aïn Beida
Le siège de l’APC envahi
par les eaux pluviales
,Les fortes pluies diluviennes suivies de chutes de grêle qui se sont
abattues lundi dernier vers 17h et
qui ont duré plus d’une heure dans
la ville d’Aïn Beida ont provoqué
d’importants écoulements d’eau à
l’intérieur de tous les services du
siège de l’APC. Devant cette situation préoccupante et stressante
vécue par les travailleurs, les responsables locaux ont décidé mardi
dernier de fermer le siège de l’APC
pour une demi-journée et ont mobilisé les travailleurs avec renforcement des matériels pour évacuer les eaux et par la même procéder à un grand nettoyage. Sur
les lieux où nous nous sommes
rendus, certains élus locaux nous
ont fait savoir que cette situation
est due à la vétusté de la bâtisse,
construite en contre bas d’un oued.
BRÈVE
Aïn Beida
Les habitants réclament
l’aménagement de leur
cité
Les habitants des cités de 750 et 630
logements ancienne route poids lourd
de la ville d’Ain Beida se sont regroupés
ce lundi vers 18h pour bloquer la route
menant d’un côté Khenchela et de
Même l’Algérienne des eaux (ADE)
mitoyenne à l’annexe de l’APC, située dans la cité Ahmed Ben
Moussa, n’a pas été épargnée par
les fortes précipitations de pluies
qui se sont infiltrées par les toitures dont les locaux ont été envahis par les eaux, touchant même
des documents administratifs devenus inutiles.
Les pluies orageuses tombées dans
la même journée ont provoqué également des inondations dans certains quartiers dues sans doute
aux avaloirs mal construits qui n’arrivent pas à absorber les eaux pluviales ainsi que le non-curage des
égouts.
A. Remache
Voir surInternet
www.lnr-dz.com
l’autre à Constantine, à l’aide de pierres
et de pneus. Leurs revendications
principales portent sur l’aménagement
urbain qui a rendu l’aspect hideux et
monotone notamment dans la cité des
630 logements. Dépêché sur les lieux, le
P/APC, A. Boukernous, a réussi à
étouffer la colère des protestataires, tout
en leur affirmant que ce projet sera
concrétisé ultérieurement. Satisfaits de
cet argument, les contestataires sont
revenus à de meilleurs sentiments et
ont débloqué la route.
A. R.
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
régions
9
Tizi Ouzou : coup d’envoi de la 8e
édition du Salon national de l’artisanat
Insertion des jeunes diplômés universitaires
dans le monde du travail
Créer des passerelles entre l’université
et l’environnement économique
,Le président de l’Assemblée populaire de
wilaya (APW) de Tizi
Ouzou a mis en avant,
hier lundi, la nécessité
d’adapter la formation du système LMD
aux besoins de l’environnement économique et administratif
de la wilaya et du pays
pour, a-t-il dit, améliorer l’employabilité
des diplômés universitaires et réduire le
taux de chômage. «Il
est temps de créer
une jonction et des
passerelles entre l’université et l’environnement économique», a
indiqué Mohamed
Klalèche.
S’exprimant à l’ouverture
des travaux de la session
extraordinaire consacrée
au secteur de l’enseignement supérieur à Tizi
Ouzou, le P/APW a estimé
que les initiatives doivent
venir de l’université, des
opérateurs économiques
et des collectivités locales.
«Les étudiants font un parcours de combattant pour
arracher un lieu de stage
ou un financement de leurs
travaux de recherche», a-til poursuivi.
«Durant cette session nous
devons, a suggéré le
P/APW, discuter et débattre
sereinement et constructivement afin de souligner
les problèmes réels qui entravent le fonctionnement
de la pédagogie et l’amélioration de la vie socio-pédagogique de toutes les
composantes universitaires, les étudiants, les enseignants et les travailleurs.» «Des réunions
ont eu lieu avec les res-
La 8e édition du Salon national de l’artisanat s’est ouverte mardi au
jardin Mohand-Oulhadj de la ville de Tizi-Ouzou, un rendez-vous
annuel organisé par l’Assemblée populaire de wilaya (APW).
(Photo > D. R. )
El-Oued : le patrimoine culturel
pour développer l’économique
ponsables de l’administration pédagogique, des
œuvres universitaires, les
syndicats des travailleurs,
le CNES et les représentants des étudiants », a fait
observer M. Klalèche qui
a fait cas de visites sur le
terrain afin de constater
l’état des lieux des résidences et campus. Les
défis à relever immédiatement sont très importants,
a encore estimé le P/APW,
citant la préparation de la
prochaine rentrée universitaire qui s’annonce, a-t-il
considéré, encore une fois
très difficile si, a-t-il fait observer, les infrastructures
ne sont pas réceptionnées
avant le mois de septembre. «Les retards cumulés dans la livraison de
ces infrastructures sont intolérables et les parties à
responsabiliser sont multiples», a poursuivi le
P/APW, interpellant, au passage, les directions de wilaya, directement et/ou indirectement concernées,
ainsi que l’administration
rectorale, à travailler en
parfaite coordination et efficacité et redoubler d’effort pour l’achèvement des
17 000 places pédagogiques et les 17 500 lits en
cours de réalisation. Fin
septembre dernier, le wali
de Tizi Ouzou, Brahim
Merad, a «sommé» les entreprises en charge de la
réalisation de 17 000 places
pédagogiques et 13 000 lits
au niveau du pôle universitaire de Tamda, à l’est de
Tizi Ouzou, de «respecter
les délais, maintes fois repoussés, de livraison, en
partie, de ces projets au
plus tard, fin janvier, début
février derniers», au risque
d’être pénalisées. «Plus
aucun délai supplémentaire ne sera à l’avenir accordé. Tout retard dans la
livraison desdites infrastructures sera pénalisé »,
a averti M. Merad. C’était
sur site, à Tamda, au cours
de sa toute première visite
d’inspection pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réalisation de l’extension de ce
pôle universitaire. D'un
montant cumulé de 28 milliards de dinars, ces projets placés sous le sceau
de l’urgence pour faire face
à l’évolution des effectifs
de la communauté estudiantine viendront, à leur livraison, renforcer, en
termes d’infrastructures
d’accueil, l'Université Mouloud Mammeri de Tizi
Ouzou, fréquentée actuellement par près de 50 000
étudiants répartis sur huit
facultés.
Avec les 17 000 places pédagogiques projetées à la
réalisation sur un site attenant au nouveau pôle
universitaire de Tamda, les
capacités d'accueil de ce
dernier seront portées à
25 000 places pédagogiques dont 8 000 ont été
mises en exploitation durant la rentrée universitaire
2009/ 2010.
Les capacités d'hébergement de cette même institution de l'enseignement
supérieur seront portées à
22 500 lits dont 7 000 ont
été déjà affectés.
Rabah Mokhtari
Un séminaire national sur le patrimoine consacré au thème de «Dimensions
économiques de la réhabilitation des sites archéologiques et historiques en
Algérie» a débuté mardi à El-Oued. (Photo > D. R.)
Tébessa : saisie de 5 000 litres de
carburant destinés à la contrebande
Cinq mille litres de carburant destinés à la contrebande ont été
saisis, au cours des dernières 24 heures à travers les communes El
Houidjbet, Safsaf el Ouesra et Ferkane, dans la wilaya de
Tébessa, a-t-on appris mardi du groupement territorial de la
Gendarmerie nationale. (Photo > D. R. )
Le rôle des riverains pour réduire le
risque des feux de forêt
Blida
L’abattage avicole en zone urbaine
prend une ampleur inquiétante
Des locaux d’abattage avicole se sont
développés ces derniers temps de façon
inquiétante dans des zones urbaines
de la wilaya de Blida, défigurant le paysage des villes, en l’absence de la
moindre condition d’hygiène, a-t-on
constaté. En effet, ces types de locaux
ont poussé comme des champignons
dans des quartiers et sur les artères
principales des villes, encouragés en
cela par l’engouement suscité chez des
citoyens qui jugent les prix de la marchandise (poulets) attractifs, comparativement à ceux affichés dans les boucheries légales. Que l’on en juge : un kg
de viande de poulet dans ces locaux est
cédé dans une fourchette située entre
160 et 220 DA, contre 260 à 300 DA chez
les bouchers, a constaté l’APS. Outre ces
prix attractifs, le chaland a droit, au niveau de ces locaux, à un poulet parfaitement déplumé après son abattage.
Le plus souvent, les propriétaires de
ces locaux improvisés apposent des
écriteaux tels que «poulets vivants prêts
à l’abattage», bien en vue à l’entrée de
leurs commerces, où ils mettent à disposition des clients de nombreux poulets de chair, en attente d’abattage, dans
une atmosphère repoussante, mais apparemment bien plaisante pour les
moustiques qui y pullulent.
R. R.
Le rôle des populations riveraines aux forêts est primordial dans la
lutte et la prévention contre les feux de forêt, a indiqué, mardi à
Alger, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, du
Développement rural et de la Pêche, Kamel Chadi. (Photo > D. R.)
reportage
La NR 5552 – Jeudi 19 mai 2016
10
Exorcisme
Les «ennemis» de la technologie
et de la modernité
,Incroyable mais vrai ! Alors que
nous sommes au 21e siècle, certaines personnes militent non pas
pour continuer d’avancer afin
d’améliorer le cadre de vie de
ceux qui les avaient mandatés
mais pour faire reculer tout un
peuple, à des milliers d’années en
arrière. C’est l’histoire d’une
étrange demande dont le gouvernement a été destinataire et à travers laquelle le ou les expéditeurs,
réclament la légalisation de ladite
«Roqya», à savoir : L’exorcisme.
e pire est que ces individus qui le hasard a voulu qu’ils soient là où ils ne
devraient pas être, rejettent toute
chose ayant des liens avec la modernité et la technologie. Après avoir tenté
de renverser la démocratie par la voie de la
violence, les ennemis de la technologie et de
la modernité ne baissent pas les bras et rêvent toujours à instaurer leur désastreux et
diabolique projet par l’ensemble des
moyens. Sinon comment peut –on expliquer que ces personnes rejettent le savoir
et font l’apologie à l’antiquité et à l’ignorance. Il y’a quelques jours, le gouvernement algérien a été interpellé au niveau de
l’hémicycle, afin de promulguer une loi, visant à rendre légal l’exorcisme. La demande
consiste à obliger l’Etat à reconnaitre le métier de la dite «Roqya char3iya» dans le secteur de la santé. Ce procédé de ladite
«Roqya» permet à ceux qui se sont autoproclamés «Chouyoukh» à «chasser» selon
eux les «Djins» des corps des êtres humains.
Dans ce courrier adressé au gouvernement
par le biais du ministre des affaires Religieuses, les expéditeurs ont attiré l’attention
de l’Etat sur les cas des citoyens, victimes
selon eux de «shour», la sorcellerie. Les
mêmes victimes qui selon le courrier auraient été « frappés» par les «Djinns» ne sont
pas en mesure de justifier les jours de maladie, la note réglée aux «Rakis» et éventuellement les frais d’achats non pas de médicaments mais des produits des plantes «Al
Aâchab». Toujours et selon la correspondance, le gouvernement devrait reconnaitre
les pratiquants de l’exorcisme au même
titre que les médecins et pourraient même
délivrer des «ordonnances» aux patients.
Dans le cas ou le statut est obtenu, les
«Chouyoukhs» spécialistes de la «Rokya»
pourraient ouvrir des cabinets médicaux
en toute légalité. Afin que cette profession
ne se perd pas, des écoles de formation
d’exorciseurs pourraient également être
crées. Cet état de fait mérite également de
réfléchir si toutefois des missions d’exorcistes ne soient pas à l’étranger. Malheureusement, les chances de l’envoi de nos
exorciseurs à l’étranger risquent de ne pas
aboutir pour les raisons suivantes : Les «Roqyistes» ne pourraient pas exercer à l’étranger surtout en Europe et en occident, les
«Djinns» n’habitent pas les êtres humains de
ces continents. « D’ailleurs, le «Djinn» n’a
pas de visa pour y entrer» a ironisez notre
confrère Ait Zaouche El Hachemi. Il est vrai
que nous n’avons jamais vu un Européen ou
une personne occidentale «frapper» par le
«Djinn». Nous n’apprenons rien à personne
en disant que les Européens et les occidentaux ont abandonné ces «trucs», il y’ a
des centaines d’années. Les études effectuées au niveau de ces continents ont per-
L
mis à ces peuples d’avancer et ont réussi à
édifier des Etats forts, redevenant des «puissances» pour ne pas dire des «gendarmes»
du monde. Au niveau de ces pays, la religion
est une chose privée et ne pourrait pas se
mélanger avec la politique. Que vous soyez
croyant d’une religion quelconque ou incroyant, cela ne changera rien du tout. Bien
au contraire, l’ensemble des cultes sont respectées et les citoyens sont libres de choisir la religion qu’ils veulent ou de ne pas
choisir. Dans ces pays, il n’existe aucune
différence entre une mosquée, église, synagogue, temple ou un autre lieu de culte.
Comme nous l’avons donné dans nos précédentes éditions, jusqu’à preuve du
contraire, le bon Dieu n’a jamais mandaté
quelqu’un pour parler ou pour sévir en son
nom. L’ensemble des citoyens sont égaux
les pays du tiers-monde ou certaines personnes ont fait de la religion et du passé révolutionnaire des véritables fonds de commerce. Si les pays du tiers monde ont profité des exemples des autres continents, il
est sûr et certains que les peuples sont en
train de vivre une vie plus meilleure que
celle d’aujourd’hui. Du moment que ce n’est
pas le cas, il suffit simplement de regarder
ce qui se passe en Syrie, Libye, Yémen, Irak,
Afghanistan, etc. La guerre qui sévit dans
ces pays n’oppose pas les habitants de ces
contrées à des ennemis venant de l’étranger
ou des musulmans contre les chrétiens ou
contre des peuples ayant d’autres religions.
Il faudrait dire la réalité, ce sont les Musulmans qui se déchirent entre eux pour arriver au pouvoir. Que ce soit en Irak, Liban,
Syrie ou ailleurs, les chiites tuent les sunnites
Il y a quelques jours, le gouvernement algérien a été
interpellé au niveau de l’hémicycle, afin de promulguer une loi,
visant à rendre légal l’exorcisme. La demande consiste à
obliger l’Etat à reconnaitre le métier de la dite «roqya char3iya»
dans le secteur de la santé. Ce procédé de ladite «Roqya»
permet à ceux qui se sont autoproclamés «chouyoukh» à
«chasser» selon eux les «djins» des corps des êtres humains.
Dans ce courrier adressé au gouvernement par le biais du ministre des Affaires religieuses, les expéditeurs ont attiré
l’attention de l’Etat sur les cas des citoyens, victimes
selon eux de la sorcellerie.
devant la loi du pays et la justice est au-dessus de tous. Il est de même pour les personnes handicapées qui ont le même statut
que ce soit ceux qui sont victimes de la circulation, accident quelconque ou blessés
lors d’une guerre de son pays. Au niveau des
écoles, lycées et universités de ces pays, ce
sont des futurs cadres de la nation qui se
préparent pour assurer un avenir meilleur.
Malheureusement, ce n’est pas le cas dans
et vice-versa. Ces « bombes-humaines» ne
sont pas une menace pour leurs pays d’origine mais pour le monde entier. Cet état de
fait a rendu l’islam une religion de terreur et
de sang alors que les musulmans sont les
premières victimes de ce «cancer». Comment peut-on expliquer la réalité des choses
aux autres citoyens du monde pour défendre cette religion d’islam alors que les
100% des terroristes se sont des musul-
mans ? Mise à part l’islam aucun acte terroriste n’a été commis au nom d’une autre
religion. Ce sont ces raisons qui devraient
donner à réfléchir à ceux qui continuent
d’exploiter l’islam pour arriver au pouvoir
ou à d’autres fins. Les décideurs de ces
pays devraient comprendre qu’ils doivent
abandonner le «langage de bois» qui ne rapporte absolument rien. La religion devrait
être laissée à son créateur (le bon Dieu) et
le passe des révolutionnaires à l’histoire.
L’ensemble des autres pays développés ont
passé par ce chemin et ont réussi à
construire des Etats forts et que personne
ne pourrait dire le contraire. Que ce soit au
Etats-Unis, Japon, Chine, France, Grande
Bretagne, Allemagne ou ailleurs, c’est la
technologie et le savoir qui parlent et pas
autre chose. Les chercheurs et les savants
de ces pays ne s’arrêtent pas de travailler,
ils sont en train d’étudier la possibilité permettant à leur peuple de mieux vivre ailleurs
que sur la terre. Ce sont ces raisons qui ont
poussé les chercheurs à travailler sur ce
projet et dont l’agence américaine « NASA»
réfléchit sur cette question. Les premières
études démontrent que la Lune possède
une multitude de trous assez profonds qui
pourraient servir à y établir des colonies
que de construire à la surface. Selon leurs
experts, au lieu de construire un habitat de
toutes pièces, aménager ces trous pourraient avoir bien des avantages. D’abord, les
humains seraient à l’abri des radiations solaires ou des micros météorites. Ensuite,
les températures à l’intérieur des trous sont
plus stables qu’à la surface. En somme, c’est
vraiment regrettable de constater qu’au
moment où les pays développés continuent
d’avancer et font de la technologie et de la
science leur «cheval de bataille», certains individus ne jurent que de faire reculer le
peuple des millions d’années en arrière.
Sans commentaire. Malgré la gigantesque
avancée des pays développés en matière de
technologie, leurs représentants trouvent
qu’ils restent beaucoup à faire dans le savoir afin que leur peuple puisse vivre dans
l’abondance. Ce n’est pas le cas malheureusement pour ceux du tiers- monde qui
trouvent que la technologie et la modernité ne conviennent pas et qu’il faudrait à
tout prix revenir aux années du moyen âge.
Moncef Rédha
La NR 5552 — Jeudi 19 mai 2016
détente
11
N° 188
Mots croisés
Mots fléchés
1
Partie d’hélice
Fleur à
efffeuiller
Prénom Breton
Avancer comme
un ver
Maquiller
Dit fermement
Choisie à
nouveau
Comprima
Terminaison
de verbe
Amoureuses
2
3
4
5
6
7
8
I
II
III
IV
V
VI
Une industrie
textile
Graisser la patte
VII
VIII
Dément
IX
X
XI
Chef de divisons
Célèbre couteau
Appel au
secours
Fleuve italien
Etat
scandinave
XII
HORIZONTALEMENT
Aïeul affectueux
Myope
Entrelesudet
l’est
petittasdesable
Guère
Axe sur une
carte
Négation qui va
par deux
Célébrant
Glande de
veau
Ennuyer
C’est le champion
VERTICALEMENT
Lady défunte
Article
I.Don généreux.II.Réapparition.III.Il tourne et met en boîte.IV.Technétium.
Trois mois.V.Toupet. Enzyme.VI.Instrument à roue. Ses propriétaires peuvent être dispersés.VII.En train de fumer.VIII.Il dirige la mine. Amené à
moins de volume.IX.Langue d'Europe orientale.X.Ébène verte. Va dans tous
les sens.XI.Étoile luisante. École de serviteurs.XII.Monstre au cinéma. Dieu
à tête de faucon
Epoques
1.Il est sans dommage pour le porte-monnaie.2. Jules. Comble du malheur.
Malchanceux, on en manque..3.Il vit avec intérêts. Circule chez les
soffites.4.Habitant du Pirée. Outil pour faire la belle. Fait rire quand il
redouble.5.Agence spatiale. Variété d'oxyde de fer.6.Mises en bonne place.
Profiter d'une ouverture.7.Sortes de cruches. Ergoté.8.Son père fut un fardeau pour lui. Débutent toujours en retrait.
Mot mystère : ENFANTS
Le mot manquant
Dans la citation suivante, un mot a été supprimé :
«Entre le bon sens et le bon goût, il y a la différence de la cause à son.............................................................»
(Proverbe La Bruyère)
Est-ce le mot :
A : Effet ? B : Raison ? C : Jugement?
Solutions du numéro 187
Mots fléchés
Mots croisés
Horizontalement :
R - C - E - A - JURA - PART - SERPENTE - VENTILE - T - TOLEREE - DERME - IN
- LEA - PELA - QI - NNO - AN - ROC - LAIC - NA - ICI - DR - ILE - RAIE.
Horizontalement :
TENSIONS - OMETTRAI - PIGEE - IL - SOMMETS - BEC - SUR - A - IR - RAP - TRAIRE
- M - TOTEM - BI - EMINCER - R - OS - RIS - ION - PIEU - EU - DIESE.
Verticalement :
J - V - D - Q - N - RUSE - ELIRAI - RENTRE - O - L - CARTOMANCIE - PILE - N C - EPELE - POLIR - ANERIE - A - A - ART - ENLAIDI - TETE - ANCRE.
Verticalement :
TOP - BATTERIE - EMISE - ROM - OU - NEGOCIATION - STEM - RIENS - D - ITEMS
- RMC - PI - OR - EURE - ERIE - NAITRA - BRIES - SILS - PMI - SUE.
Le mot manquant
«Le bonheur est comme l'écho : il
vous répond : mais il ne vient pas».
(Proverbe Carmen Sylva)
Mot
mystère
CHIMIQUE
culture
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
13
Dramaturge malgré lui ou prédestiné au théâtre ?
LES JOURNÉES DE LA
MODE EN ALGÉRIE
Kateb Yacine et le 8 mai 1945
LA 7 e ÉDITION DU 18
AU 31 MAI 2016
L’Institut français d’Algérie lance
la 7e édition des Journées de la
mode en Algérie qui se tiendra du
18 au 31 mai 2016 dans les cinq
antennes de l’IFA. Avec 10
créateurs participants, les
Journées de la mode en Algérie
ont pour objectif de promouvoir
la créativité des stylistes français,
générer des échanges avec leurs
confrères algériens et faciliter
leurs rencontres avec le public
algérien. Retrouvez tout le
programme sur :
www.journeesdelamode.com
Initiées à Constantine en 2009, les
Journées de la mode ont promu,
depuis leur création, près de
quarante stylistes. Pluri
artistique, cette manifestation
propose deux semaines durant,
du 18 au 31 mai 2016, dans toute
l’Algérie, un programme varié
exclusivement dédié à la mode et
à ceux qui la font : films,
expositions et bien sûr défilés de
créateurs sont à découvrir à Alger,
Annaba, Constantine, Oran et
Tlemcen. Les Journées de la mode
bénéficient du soutien de TV5
Monde, de l’hôtel Le Méridien
d’Oran, de l’hôtel Novotel
Constantine, de l’hôtel Stambouli
Tlemcen, du Sofitel Algiers
Hamma Garden, de la Maison
Méditerranéenne des Métiers de
la Mode (Marseille) et de Visa
Production.
Programme
A Constantine
Mercredi 18 mai à l'Institut
français
Cinéma : Christian Dior, le
couturier et son double
En présence du réalisateur
Phillippe Lanfranchi
Jeudi 19 mai au Novotel
Exposition : L'intemporel,
tapisseries de Salah Khaldi Défilé
de mode
A Annaba
Samedi 21 mai au Consulat
général de France
Défilé de mode
A Alger
Du 12 mai au 12 Juin à l'Institut
français
Exposition photo : Futur
antérieur, de MIZO
Mercredi 25 mai à l'Institut
français
Cinéma : Christian Dior, le
couturier et son double
En présence du réalisateur
Phillippe Lanfranchi
Jeudi 26 mai à l'Institut français
Défilé de mode
A Oran
Samedi 24 mai à l'Institut français
Exposition photo : Accessoires de
mode mais pas que... de Cyrille
Robin
Samedi 28 mai au Méridien
Défilé de mode
A Tlemcen
Samedi 21 mai à l'Institut français
Cinéma : Christian Dior, le
couturier et son double
En présence du réalisateur
Phillippe Lanfranchi
Lundi 30 mai à l'hôtel Stambouli
Défilé de mode Exposition photo :
Accessoires de mode mais pas
que... de Cyrille Robin
C. P.
kOn sait qu’il a été influencé par
les évènements dramatiques,
comme le 8 mai 1945, en plus de ses
réelles prédispositions au théâtre,
ainsi qu’à tous les genres
littéraires.C’est à partir du 8 mai
1945, date historique qu’a
commencé pour lui sa brillante
carrière.
Tout devenait clair donc dès lors qu’il s’était
senti prédestiné à la dramaturgie au lendemain
de ces évènements qui avaient fait 45 000 morts
parmi les Algériens qui s’étaient soulevés pour
des revendications légitimes, à une puissance
coloniale qui répliqua par une répression sanglante, c’était à l’armistice qui mettait fin à une
guerre mondiale au cours de laquelle nos nationaux avaient pris une part active aux côtés
des Français, pour combattre un ennemi qui
n’était pas le nôtre. Les Algériens colonisés venaient de subir la plus grave des trahisons,
mais ce 8 mai 1945 était le prélude du 1er Novembre 1954.
Un théâtre pour immortaliser des
évènements déterminants
Kateb a donc fait ses débuts dramaturgiques le
8 mai 1945, en manifestant comme tous les Algériens nationalistes, à Sétif, Kerrata, Constantine ? il fut arrêté puis emprisonné. L’administration du lycée de Sétif prit alors la décision de
l’exclure, alors qu’il était élève de 3ème correspondant à l’année du brevet élémentaire
que Kateb Yacine n’avait pas eu la chance de
passer sans que cela n’ait pu l’handicaper pour
être plus tard un grand homme de pensée et de
création littéraire. Mais pour être confirmé
comme homme de culture d’une trempe unique
au monde, son destin a voulu qu’il voyage dans
l’espace et le temps. Il a vécu pleinement le 8
mai 1945 et la guerre de Libération nationale qui
ont donné un sens à la culture nationale ainsi
qu’à la diversité des littératures et cultures à vocation universelle comme le théâtre de la Grèce
antique, les romans afro-américains et anglosaxons. Kateb Yacine avait une intelligence
d’une rare finesse et l’esprit de synthèse qui lui
avaient permis dans ses analyses d’oeuvres,
d’aller à l’essentiel à retenir pour avoir des
idées claires. A 16 ans, Kateb Yacine donne à
Paris une conférence sur l’Emir Abdelkader,
grande figure emblématique de l’Algérie, à la manière d’un homme de culture émérite. Il a aussi,
au cours de ses pérégrinations à travers le
monde, rencontré de nombreux hommes importants, à l’exemple de Berthold Brecht, d’Hachimin. Son premier théâtre est une trilogie
composée de deux tragédies et d’une comédie
éditées à la maison d’édition « Le Seuil », comme
un ensemble complémentaire. L’une de ses tragédies intitulée « Le cadavre encerclé » a été une
reconstitution des évènements du 8 mai 1945
et elle a été pour lui un élément déclencheur de
sa vocation qui est allée en s’accentuant durant
toute sa longue carrière de dramaturge. Les personnages inspirés de la réalité portent des
noms à forte connotations : Lakhadar, Mustapha, Nedjma, Tahar, Hassan, le marchand André
Pignoux, le commandant Felix Danze, Marguerite, Françoise Delanne, Corinne Chandler, le
lieutenant André Vitaz. C’est l’univers colonial
qui est recréé dans toute son horreur avec
toutes les figures de proue comme les hommes
de loi, les colons pour la plupart d’origine espagnole ; tout, sur fond de musique africaine qui
permette de remettre les spectateurs dans
l’ambiance des origines. Les instruments choisis ont eux aussi des liens avec l’univers des
Ancêtres : le luth, la flûte, la batterie pour ses
sons éveilleurs de conscience, mais appartenant à d’autres civilisations, étrangères à notre
milieu. Le théâtre est né en Grèce antique.
Kateb en a été profondément imprégné au
point d’adopter un de ses éléments essentiels
au déroulement de la pièce : le coryphée, ensemble collectif agissant en chœur pour mieux
synthétiser le contenu ; il peut être constitué
comme chez Berthold Brecht de groupe de
parleurs, sinon de chanteurs polyphoniques qui
valorisent le message qu’ils délivrent ensemble.
Une œuvre à la fois théâtrale, romanesque
et poétique
Kateb avait une intelligence et un esprit de synthèse du jamais connus dans les annales. Incontestablement, c’était un écrivain de génie.
On en a les preuves incontestables : capacité de
créativité immense, écriture singulièrement
polysémique, condensée et recherchée. De
plus, une œuvre en prose de Kateb est à la fois
un roman, un poème, une pièce théâtrale. Ce qui
est vrai pour « Nedjma » qui peut être jouée
comme pièce théâtrale tout en étant un poème,
même non versifié. Un exemple de texte nous
est tombé sous la main. Très court mais
condensé, il a été consacré au mois de ramadhan. Il est merveilleusement beau pour
ses descriptions précises, métaphoriques, ainsi
que pour les bruits, odeurs et mouvements
qu’il suggère. On dit de Kateb qu’il est l’auteur
d’un seul livre parce que d’un titre à un autre,
on retrouve les mêmes noms de personnages
principaux : Nedjma, Lakhdar, Mustapha…
Dans « Le cercle des représailles », la première
qui soit une tragédie au titre évocateur « Le ca-
davre encerclé qui recrée toute l’ambiance tragique du 8 mai 1945. Elle est suivie d’une comédie « La poudre d’intelligence » faite d’une superposition d’histoires légendaires de Djeha
qui ont, depuis la nuit des temps, fait rire quelquefois aux larmes, bien des générations. On
imagine le défoulement qu’elles ont été capables de créer, sur une place publique à condition que le conteur incarne bien Djeha espiègle
de nature et capable de tourner en dérision
ou de faire rire sur la bêtise humaine, avec un
savoir-faire sans cesse renouvelé. Puis, peut
être pour respecter un ordre chronologique
ou par souci de symétrie par rapport à la première tragédie, cette pièce vient en position finale pour rappeler les origines ou l’univers des
Ancêtres. Son titre en dit long sur son contenu
: « Les Ancêtres redoublent de férocité ». Les cérémonies rituelles qui ont marqué la vie au
quotidien de nos aïeux, les convenances sociales, les interdits, les croyances dans tous
leurs fondements mystérieux sont recréés. Nos
aïeux ont lutté contre tous les aléas de la vie. Et
même disparus, ils restent omniprésents parmi
les vivants qui continuent de perpétuer à leur
égard de culte des absents. Le vautour, personnage animal qu’on retrouve dans les
croyances africaines plane, au dessus de tous
comme l’incarnation des Ancêtres, personnage
à la fois mystérieux et emblématique. Chez
Kateb, on a toujours retrouvé le même ton, la
même rigueur dans la langue, le même engagement pour le changement en bien au profit
des masses opprimées, et la même lutte contre
les injustices, pour la défense des droits de
l’homme. L’engagement de l’auteur révolutionnaire n’a jamais faibli de son vivant et cela
est évident dans tous ses ouvrages, de manière implicite ou explicite. Relisons « La guerre
de 2000 ans » concernant la Palestine, ainsi
que « Les hommes aux sandales en caoutchouc
» ou ses écrits journalistiques », sinon « Mohamed prends ta valise » qui traite de la situation
de nos émigrés en France lorsque les responsables du gouvernement de droite a poussé à
une campagne de racisme anti-algérien, au lendemain de la nationalisation des hydrocarbures par le président Boumediene.
C’est une pièce théâtrale qui s’adapte bien au
projet d’inciter les Algériens à rentrer dans
leur pays moyennant une somme. Que ceux qui
ne connaissent pas bien Kateb retiennent bien
qu’il restera un homme de lettres de grande envergure comme il l’a été depuis des décennies
dans les plus grands pays qui l’ont traduit et
classé parmi les sommités de l’écriture et du
franc parler.
Boumediene Abed
Hommage à Jean Sénac
Un poète algérien «essentiel»
kLes participants à un hommage
au poète algérien Jean Sénac, organisé mardi à Alger, ont été unanimes à qualifier son œuvre d'«essentielle» dans l'histoire de la poésie algérienne contemporaine.
Poètes, traducteurs et lecteurs de
Jean Sénac ont évoqué, à l'occasion
de la rencontre hebdomadaire
«Rendez-vous avec la poésie», l'«algérianité profonde» de ses textes
les plus engagés- pour l'indépendance puis pour l'édification de
l'Algérie-, tout en soulignant la «modernité» et l'«actualité» de ses
poèmes. Evoquant sa découverte
de la poésie de Sénac dont il publie
une traduction en Arabe de morceaux choisis dans les années 2000,
Mohamed Boutaghene a parlé de
son «étonnement» de découvrir
qu'un poète qu'il croyait «français»
avait «glorifié l'Algérie et ses révolutionnaires plus qu'aucun autre
poète algérien». «J'ai découvert un
poète qui me disait en tant qu'Algérien dans toute ma diversité (linguistique, sociale,...)», a estimé ce
traducteur en se référant à l'influence des cultures populaires algériennes sur la poésie de Sénac.
Le jeune poète et journaliste, Salah
Badis, a pour sa part souligné que
dans de nombreux poèmes, les
plus tardifs en particulier, Sénac
«s'adressait aux génération futures»
y décelant un «enthousiasme» et un
«espoir» dans l'avenir de l'Algérie,
conservés par le poète dans ces
poèmes très sombres et malgré
les conditions matérielles précaires
dans lesquels il vivait peu avant
sa mort. La journaliste et libraire
Nacéra Saadi a déploré, quant à
elle, que l'œuvre «essentielle» de
Sénac ait été réduite à l'homosexualité du poète et à son fameux
vers «Je t'aime/Tu es forte comme
un comité de gestion», relevant,
par ailleurs, l'indisponibilité de ses
recueils en Algérie. Présente à cet
hommage, la moudjahida Annie
Steiner a salué «le courage» d'un
homme qui a «toujours été fidèle à
son amour de l'Algérie», en évoquant la publication en 1957 en
France du pamphlet «Le soleil sous
les armes» dans lequel il prenait fait
et cause pour l'indépendance de
l'Algérie. Né à Béni Saf (Oranie) en
1926 d'une mère espagnole et d'un
père inconnu, Jean Sénac est l'auteur d'une oeuvre poétique riche
dans laquelle il a exalté l'amour et
la révolution.
Ami de René Char et d'Albert
Camus, avec lequel il a rompu à
cause de ses positions politiques
durant la guerre de libération,
Sénac a activement milité pour l'indépendance de l'Algérie et la promotion d'un art et d'une littérature
spécifiquement algériens.
«Citoyens de beauté»(1967),
«Avant-corps» (1968), «Dérisions
et vertige» (1983, posthume), figurent parmi ses principaux recueils
qui ont été réunis en un seul volume en 1999 sous la direction de
l'universitaire algérien et spécialiste de Sénac, Hamid NacerKhodja. Jean Sénac a été assassiné
le 30 août 1973 à Alger.
R. C.
La NR 5552 — Jeudi 19 mai 2016
vie pratique
INFOS
VOLS
Chlef vers
Paris vers
Marseille, 13h00
Béjaïa, 12h55
Météo
Paris vers
DÉPARTS
HORAIRES VALABLES
14
Tlemcen vers
Paris Orly, 08h45
Jeudi 19 mai :
23°C
Constantine, 16h35
Paris vers
Oran, 12h55
DÉPARTS
DÉPARTS
Alger vers
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul, 11h30,
12h00
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Aman, 16h00
Beyrouth, 16h00
Francfort, 10h30
Moscou, 16h20
Niamey, 20h50
Nice, 08h10
Nouakchott, 21h15
DÉPARTS
Oran vers
Alicante, 1445
Bruxelles, 09h00
Casablanca, 07h45
Djeddah, 1700
Lyon, 08h50
Marseille, 09h00, 12h45
Oujda, 8h00, 18h25
Paris Orly, 08h30
Toulouse, 09h00
DÉPARTS
Annaba vers
Lyon, 11h00
Marseille, 08h00
Paris, 23h00
DÉPARTS
Sétif vers
Lyon, 09h30, 14h40
Paris Orly, 07h 55, 19h25
Tamanrasset vers
Paris Orly, 02h45
Alger, 18h40
LIGNES INTÉRIEURES
Alger, 14h15
Alger vers
Annaba, 09h30, 15h50,
16h00, 17h30
Constantine, 06h00,
13h10, 14h50, 17h30,
20h00, 21h45, 22h10
Oran, 06h00, 11h00,
11h30, 17h45, 19h30,
20h50
Sétif, 08h00, 15h45
Ghardaïa, 07h00
18h30
Jijel, 08h10, 09h00
In Salah, 13h00
H.Messaoud, 06h45,
07h40, 18h00,
19h00, 20h45
DÉPARTS
Marseille vers
Marseille vers
Annaba, 10h30
Metz vers
Alger, 10h50
Alger, 12h30
Lyon vers
Alger, 13h00
Annaba, 13h50
Béjaïa, 10h40
Constantine, 16h15
Oran, 12h05
Sétif, 12h15
DÉPARTS
London vers
Alger, 14h05
DÉPARTS
Rome vers
021.93.11.90
CHU Baïnem :
021.81.61.13
CHU Kouba :
Santé
021.58.90.14
Comment avoir de jolis pieds
,Quels réflexes adopter
pour des pieds au top de
leur beauté ? Voici les 7
règles de base pour
prendre soin de vos pieds.
Lille vers
4. Massage des pieds
Le massage est reconnu
pour ses bienfaits relaxants.
Il soulage le stress, stimule la
circulation sanguine et
détend les muscles. De plus,
il complète parfaitement les
actions du bain des pieds.
Pour un bon massage des
pieds, suivez notre guide :
appuyez le pied sur le genou
pour l'avoir à la bonne hauteur. Commencez par des
effleurements puis poursuivez avec des frictions sur la
plante et le côté. Enchaînez
ensuite avec des mouvements
circulaires
en
appuyant à fond avec les
pouces, en partant toujours
des orteils vers les talons.
Séparez chaque orteil que
l'on serre, courbe et étire
avec les doigts. Terminez
par des effleurages. Un pur
moment de plaisir !
5. Désodorisation
Il est normal que nos pieds
suent par tous leurs pores à
cause des glandes sudoripares qui sont à l’origine des
mauvaises odeurs.
Enfin, et pour éviter les problèmes liés à la transpiration, tachez de ne pas porter
deux jours de suite, les
mêmes chaussures et ce afin
de les laisser respirer. Evitez
également les chaussures et
les chaussettes en matières
synthétiques qui augmentent la sudation des pieds et
préférez les fibres naturelles.
6.Consultation de
spécialistes
La pédicure et la podologie
sont des disciplines paramédicales qui visent à traiter
par soins thérapeutiques les
affections du pied. N’hésitez
pas à consulter un pédicure
en cas de problèmes d'épi-
Ambulances :
derme ou d'ongles de pieds.
Les patients à risque (diabétiques par exemple) doivent
être suivis régulièrement.
Pour les douleurs musculaires, ligamentaires ou tendineuses localisées au pied,
consultez un podologue.
7.Un soin complet une fois
par mois
Offrez-vous une fois par
mois un moment détente
exclusivement consacré à
vos pieds. Première étape :
trempage et bain des pieds,
la seconde étape est une
séance de gommage minutieuse. Troisième étape :
massage et modelage. Il
s'agit d'effectuer avec un lait
un massage des pieds au
milieu du mollet, par mouvements ascendants pour favoriser la circulation. Après
avoir repoussé les cuticules,
enduisez vos pieds d'une
crème nourrissante onctueuse.
(Suite et fin)
021.60.66.66
Dépannage gaz :
021.68.44.00
Dépannage électricité :
021.68.55.00
Service des eaux :
021.58.32.32/58.37.37
SÉCURITÉ
Protection civile :
021.61.00.17
Sûreté de wilaya :
021.63.80.62
Gendarmerie :
021.62.11.99/62.12.99
ADRESSES UTILES
Aéroport HouariBoumediene
021.54.15.15
Air Algérie
(Réservation)
021.28.11.12
DÉPARTS
Casablanca vers
Alger, 13h40
Recette du jour
Air France :
Alger, 11h40
Rimini vers
Alger, 11h00
Casablanca vers
Oran,09h10
021.73.27.20/73.16.10
GRATIN DE VIANDE HACHÉE
ET AUBERGINES
ENMTV :
021.42.33.11/12
INGRÉDIENTS
Madrid vers
Alger, 13h00, 12h30,
13h00
DÉPARTS
Barcelone vers
Alger, 19h05
Alger, 18h15, 18h35
Alicante vers
Oran, 16h45
Alger, 03h05
DÉPARTS
DÉPARTS
Dubaï vers
Djeddah vers
Alger, 03h40
Biskra vers
Paris, 10h10
Djeddah vers
Oran, 01h45
DÉPARTS
Caire vers
Constantine vers
Marseille, 08 h 00
12 h 30
Paris, 13h00
Nice, 07h55
Mulhouse, 10h15 Lyon,
07h50
Tunis, 16h00
Alger, 15h30
3 aubergines, 2 pommes de terre, 4 courgettes, 2 poivrons verts, 1 oignon
émincé, 200 g de viande hachée, sauce
béchamel, fromage rouge râpé, sel.
Oujda vers
Béjaïa vers
Marseille, 08h30
Paris, 09h20
Lyon, 13h30
PRÉPARATION
Eplucher les aubergines, les couper en fines
tranches, mettre du sel et les laisser dégorger 1
heure, essorez-les afin d’extraire le jus amer.
Faire frire les tranches d’aubergine des deux
côtés dans une poêle d’huile chaude, posez-les
sur papier absorbant. Laver les courgettes,
coupez-les en rondelles, saupoudrer du sel et
laisser dégorger pendant 1 heure, rincez-les et
Horaires des prières
DÉPARTS
Paris
vers
Alger,
08h05, 1h55, 19h10
Paris vers
Annaba, 15h55, 16h50
DÉPARTS
Alger :
Lever du soleil : 5h37
Coucher du soleil : 19h52
Alger, 12h25, 15h30
Nice vers
CHU Ben Aknoun :
CHU Beni Messous :
Constantine, 10h30,
15h15
Oran, 11h45, 15h40
CHU Mustapha :
021.91.21.63
Marseille vers
DÉPARTS
DÉPARTS
021.23.55.55
min 12°C ressentie 11°C
Bejaïa, 11h00
Constantine, 10h20
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h 50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul,
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Dans la nuit :
,
Peu nuageux
Marseille vers
Nice vers
Alger vers
021.67.16.16/67.00.88
Batna, 13h00
Marseille vers
SANTÉ
Samu :
Max 23°C ressentie 22°C
Vent modéré de sud-ouest
Marseille vers
DÉPARTS
Batna vers
Marseille, 10h30
Paris, 10h15
Dans la journée :
,
Plutôt ensoleillé
Bordeaux vers
numéros
utiles
DÉPARTS
Tunis vers
Alger, 10h20, 15h50,
18h20
Constantine, 17h35
Jeudi 11 chaâbane 1437 :
19 mai 2016
Dhor ................12h44
Asser ...............16h34
Maghreb ..........19h54
Icha .................21.28
Vendredi 12 chaâbane 1437 :
20 mai 2016
Fedjr ....................03h54
SNTF :
essuyez-les avec un linge propre, faire frire
dans de l’huile chaude, égouttez-les sur papier
absorbant. Faire chauffer 2 cuillerées à soupe
d’huile dans une poêle et y faire revenir l’oignon émincé jusqu’à ce qu’ils soient translucides, égouttez-les. Eplucher les pommes de
terre et coupez-les en cubes, salez-les et faire
frire dans un bain d’huile chaude, égouttez-les
sur papier absorbant, laver les poivrons et coupez-les en tranches, faire frire dans l’huile
chaude, égouttez-les sur papier absorbant, disposer les tranches d’aubergine frites au fond et
sur les parois de plat à gratin, placer au-dessus
les frites de pommes de terre, les poivrons frits,
les courgettes frites, l’oignon émincé, répartir
les miettes de viande hachée et verser au dessus la sauce béchamel, saupoudrer de fromage
râpé, répéter la même opération, finir avec une
couche de sauce béchamel et le fromage râpé.
Faire cuire le gratin dans un four préchauffé à
180°C pendant 25 minutes.
Servir chaud
021.76.83.65/73.83.67
SNTR :
021.54.60.00/54.05.04
Hôtel El-Djazaïr :
021.23.09.33/37
Hôtel El-Aurassi :
021.74.82.52
Hôtel Hilton :
021.21.96.96
Hôtel Sofitel :
021.68.52.10/17
Hôtel Sheraton :
021.37.77.77
Hôtel Mercure :
021.24.59.70/85
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
santé
INFO
EXPRESS
Les maladies
allergiques ont
doublé en raison
de facteurs
environnementaux
Le président de la Société
algérienne d'allergologie et
d'immunologie clinique
(SAAIC), le Pr Habib Douagui
a affirmé mardi que le
nombre de maladies
allergiques avait doublé ces
dernières années du fait de
la pollution de
l'environnement.
La hausse de la prévalence
des maladies allergiques est
due à des facteurs
environnementaux dont la
hausse du parc automobile
et les émissions de gaz et de
produits chimiques par les
usines, outre l'expansion
urbanistique, a indiqué le
Pr Douagui dans une
déclaration à l'APS, à la
veille de la tenue du 7e
Congrès euro-africain
d'allergologie et
d'immunologie clinique,
qui se déroule depuis hier.
Le spécialiste a mis en
garde contre la pollution
de l'air à l'intérieur des
maisons, soulignant
qu'elle était cinq fois plus
élevée que celle
enregistrée à l'extérieur,
en raison des produits
chimiques utilisés dont la
peinture, sans oublier les
composants toxiques
entrant dans la fabrication
des meubles, des literies et
d'autres objets.
Concernant les allergies
causées par ces facteurs
environnementaux, le
Pr Douagui a cité la rhinite
allergique qui touche 20%
d'Algériens et l'asthme
présent chez 4% d'adultes
et 8 % d'enfants. n
15
Hypertension artérielle
Le diagnostic précoce, meilleur moyen
pour éviter les complications
,Le diagnostic précoce de
l’hypertension artérielle
constitue «le meilleur
moyen pour éviter les
complications», ont indiqué
des praticiens mardi à Batna
au cours d’une série de
rencontres et de campagnes
de sensibilisation, inscrites
dans le cadre des actions de
la célébration de la journée
mondiale de l’hypertension
artérielle.
Initiées par plusieurs associations locales et le Centre hospitalo-universitaire (CHU) de
Batna, les activités retenues se
poursuivront sur trois jours,
avec au programme des expo-
sitions, des cours théoriques et
autres actions «pour sensibiliser le grand public sur la nécessité d’un diagnostic précoce
pour éviter les complications
de cette maladie», ont souligné
les initiateurs de cette initiative.
Dressé sous un grand chapiteau
à l’entrée principale de l’établissement de santé de la capitale des Aurès, cette initiative
qui a drainé un public nombreux venu de différentes agglomérations de la ville, a été
notamment ponctuée par une
activité instructive pour expliquer l'importance d’une hygiène
de vie permettant de prévenir la
tension artérielle ou d'en limiter
les complications. A ce titre, le
cardiologue au CHU de Batna,
Fateh Guellil, a souligné que le
diagnostic précoce est «hautement important» du fait que les
malades s’exposent à des «complications inattendues et risquent la mort», considérant que
la pathologie cardio-vasculaire
et ses pourvoyeurs, notamment
le diabète et l’hypertension artérielle, «connaissent une forte
croissance qui interpelle tous les
professionnels de la santé». De
son côté, Attika Belghouar, chargée de la communication auprès
du CHU de Batna a souligné que
cet établissement a diagnostiqué
durant l’année 2015, quelque
8 017 cas d’hypertension artérielle et enregistré pas moins de
1 710 admissions. Les actions de
sensibilisation devront égale-
Fièvre jaune en Afrique : réunion d'urgence de l'OMS
L'Organisation mondiale de la santé
(OMS) a annoncé mardi la tenue d'une
réunion de son comité d'urgence,
aujourd’hui, sur l'épidémie de fièvre
jaune en Afrique, qui a fait près de 300
morts depuis fin décembre 2015. Les
experts vont examiner «la situation
épidémiologique, les risques, les
réponses et les recommandations
temporaires» à prendre, a expliqué un
porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.
Ils décideront par la suite si l'épidémie
constitue une urgence de santé publique
de portée internationale, comme pour
l'Ebola en Afrique de l'Ouest ou Zika en
Amérique latine. La réunion a été
décidée pour «renforcer l'idée» que la
situation est «très grave» et que «tout
le monde doit être vacciné», a-t-il
ajouté. Le risque de propagation aux
pays limitrophes demeure très élevé,
selon l'OMS. Le 12 mai, l'OMS avait
comptabilisé 293 décès depuis fin
décembre 2015, date à laquelle
l'épidémie de fièvre jaune a été
détectée en Angola. Au total, 2 267 cas
suspects ont été enregistrés, mais pour
l'instant seuls 696 ont été confirmés en
laboratoire. La capitale angolaise
Luanda reste l'épicentre de l'épidémie.n
ment investir à cette occasion
les différents établissements sanitaires de proximité de la wilaya
de Batna, et s'imposent désormais comme une occasion pour
les citoyens pour enrichir leurs
connaissances, afin de juguler la
progression de cette maladie et
ses pourvoyeurs, qui affectent
une personne sur 4 en Algérie, at-on noté.
APS
SOS
Le jeune Djemoui Faïzi
âgé de 34 ans, atteint
d’une maladie rare au
niveau du pied (cuisse
gauche dont dossier
ci-joint), demande à toute
âme charitable de l’aider
pour une prise en charge
à l’étranger afin de subir
une intervention
chirurgicale.
Tel : 06 66 77 86 99
B O N À S AV O I R
Mise en garde contre la gravité des risques pouvant toucher les diabétiques
jeûneurs pendant le Ramadhan
? Des spécialistes en diabétologie ont mis
en garde, mardi lors d'une rencontre à Boumerdès, contre la gravité des risques que
peuvent encourir, sur le court et moyen
terme, les personnes atteintes de diabète de
type 1 ayant décidé de jeûner durant le mois
de ramadan. Dans leurs interventions à la faveur d’une journée d’études sur le diabète et
le ramadan, les spécialistes ont souligné l’«impératif pour les malades diabétiques de s’en
tenir aux conseils et instructions de leur médecin, et s'abstenir de jeûner durant le mois
sacré, d’autant plus que la religion islamique
autorise la personne malade à manger, afin
d’éviter toute complication foudroyante et
grave», ont-ils soutenu. «Les diabétiques de
type 1 sont les plus exposés aux complications graves, en cas de jeûne, surtout si leur
maladie date depuis de nombreuses années»,
a indiqué, à ce propos, Dr Fatiha Saâdouni,
chef du service médecine interne de l’hôpital de Thénia. Cette praticienne a expliqué
«l’entêtement» de ces personnes à jeûner en
dépit des risques graves qu'elles risquent
d'encourir, et ce pour «des considérations
liées à la mauvaise compréhension de la religion, outre les us et croyances culturelles et
sociales». Le Pr Khaled Boumedienne de la faculté des sciences biologiques de l’université
de Sidi Bel-Abbès a affirmé que «le jeûne du
diabétique en été (la journée pouvant s’étaler sur 17 heures) constitue un véritable danger pour sa santé, à cause de la non-prise de
l’insuline». «Le jeûne cause une déshydratation du corps pouvant mener à un arrêt cérébral pur et simple, ou des complications
graves qui apparaîtront sur le malade, après
le mois sacré», a soutenu, pour sa part, le
Dr Lassete Farida du CHU Mustapha-Pacha
d’Alger.n
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
science
16
INFO
EXPRESS
Cultiver plus
longtemps
l’embryon humain
«Révolutionnaire. On n’avait
jamais eu accès à des images
réelles d’embryons humains
cultivés jusqu’à ce stade dans la
littérature scientifique, à part
pour des modèles murins»,
s’enthousiasme la professeure
Nelly Achour Frydman,
biologiste de la reproduction,
responsable du laboratoire de
fécondation in vitro à l’hôpital
Antoine-Béclère, à Clamart
(Hauts-de-Seine). Elle réagit
ainsi aux travaux de deux
équipes internationales de
chercheurs, l’une de l’université
Rockefeller, à New York, et
l’autre de l’université de
Cambridge (Royaume-Uni).
Elles ont en effet réussi à
cultiver des embryons humains
pendant quatorze jours avant
d’arrêter l’expérience, et ce,
pour respecter la limite de
recherche sur l’embryon,
actuellement en vigueur dans
plusieurs pays. Publiées le 4
mai dans deux revues
britanniques, Nature et Nature
Cell Biology, ces recherches ont
été saluées par la communauté
scientifique comme des «étapes
majeures».
Personne n’avait, avant cela,
réussi à cultiver des embryons
humains in vitro au-delà de
neuf jours. Les membres du
comité d’éthique de l’Inserm
en ont longuement parlé le 11
mai. «Ces travaux ont montré
que le développement
embryonnaire se poursuivait in
vitro au-delà de sept jours de
façon autonome, et c’est
inattendu», indique le
professeur Hervé Chneiweiss,
président du comité d’éthique
de l’Inserm.n
Recherche sur
l’embryon : faut-il
aller au-delà
des 14 jours ?
Les élites scientifiques et
politiques savaient depuis
longtemps qu’un jour
viendrait où les scientifiques
contesteraient la limite de 14
jours imposée à la recherche
sur l’embryon humain in
vitro. En effet, Sir Robert
Edwards, l’un des pionniers
de la fécondation in vitro
(FIV), avait déjà suggéré que
cette limite devrait être de 21
jours.
Et, au Canada, dès 1995, le
Groupe de discussion sur la
recherche sur l’embryon,
parrainé par le gouvernement
(qui a approuvé la norme
internationalement acceptée
de 14 jours), avait également
noté que «cette limite devrait
être sujette à modification, s’il
apparaissait des raisons
éthiques ou scientifiques
nouvelles et convaincantes
pour le faire».n
100 000
tours de la Terre
pour la station
spatiale
internationale
La station spatiale internationale, modèle de coopération entre la Russie et les Etats-Unis, continue de tourner
autour de la Terre et d'accueillir de nouveaux spationautes.
e nombre donne le tournis : 100 000
tours de la Terre. C'est l'exploit que
vient de réaliser la station spatiale internationale (ISS) depuis sa mise en
orbite en novembre 1998.
La 100 000e «révolution de la station autour de
notre planète a eu lieu de 7h35 à 9h10 (heures
de Moscou), a déclaré le Centre de contrôle
des vols, dans un communiqué.
La station est en orbite à une altitude d'environ 370 kilomètres au-dessus de la Terre et effectue un tour complet de la planète en un
peu plus de 90 minutes à la vitesse de 28 000
km/h.
L
La taille d'un stade de foot
220 spationautes
Un autre nombre doit être mis en parallèle :
celui du coup total de l'ISS, évalué à 100 milliards de dollars, est financé en grande partie
par les Etats-Unis. La station est occupée en
permanence depuis novembre 2000 par des
équipages conjoints appelés «Expeditions» qui
se relaient tous les quatre à six mois en
moyenne. Seize pays ont participé à sa
construction, notamment les Etats-Unis, la
Russie, le Japon, le Canada, le Brésil et 11
pays européens parmi lesquels la France.
Achevée en 2011, sa surface est équivalente à
celle d'un grand stade de football.
Plus de 220 spationautes ou «touristes de l'espace» de 18 nationalités, parmi lesquels des
Français, des Italiens et des Allemands, ont effectué des séjours dans cet avant-poste orbital. L'équipage actuel, l'Expédition 47, est commandé par l'Américain Timothy Kopra et composé de son compatriote Jeff Williams, du
Britannique Tim Peake et des Russes Iouri
Malenchenko, Alexeï Ovchinine et Oleg Skripochka. Fin 2018, l'astronaute canadien David
Saint-Jacques effectuera une mission de six
mois à bord de la Station spatiale internationale. n
Toutankhamon, les secrets de la momie calcinée
Selon l’égyptologue Christopher Naunton,
le jeune pharaon serait mort dans un
accident de char. Pourquoi la sépulture
de Toutankhamon (c. 1345-1327 av. J.-C.),
dans la vallée des Rois, en Haute-Egypte,
est-elle restée jusqu’à sa découverte, en
1922, par Howard Carter, avec son trésor,
la seule des tombes royales à ne pas
avoir été pillée ? De quoi le jeune
pharaon est-il mort ? Et comment ? Le
documentaire de Christopher Naunton
élabore des réponses, avec, à l’appui,
des technologies dernier cri.
L’égyptologue a épluché les notes et
croquis d’Howard Carter tombés dans
l’oubli. Il y relève les circonstances
étranges de l’inhumation royale, la
description des objets les plus précieux
reposant en vrac dans le tombeau, les
bandelettes de la momie posées sans
soin, décomposées et contenant des
traces de suie, comme si le corps avait
été brûlé. Que s’est-il passé il y a 3 300
ans à Thèbes ? n
Astronomie
Gravity, le chasseur de trous noirs
Un air incroyablement pur, une
luminosité éblouissante et des
montagnes désertiques ocre et
dorées à perte de vue. Au loin,
on aperçoit l’océan Pacifique,
mince bande bleutée qui se noie
dans le ciel immense et tranquille.
C’est dans ce décor aride et lunaire du désert d’Atacama, dans
le nord du Chili, que l’Observatoire européen austral (ESO) a
choisi d’installer, au début des
années 2000, le Very Large Telescope (VLT), l’un des plus grands
observatoires du monde, au sommet du mont Paranal, à 2 600
mètres d’altitude. Les conditions
(sécheresse et transparence de
l’air au-dessus des nuages de
l’océan) y sont idéales pour aller
observer de nuit des objets célestes très lointains, dans des longueurs d’onde allant de l’ultraviolet à l’infrarouge. Au Paranal,
on dort le jour à la Residencia,
un hôtel enterré sous un dôme
de verre opaque pour éviter la
pollution lumineuse. Il abrite une
piscine et un luxuriant jardin tropical, aux effets rafraîchissants
plutôt bienvenus. Et c’est la nuit
que tout commence, quelques
centaines de mètres plus haut,
au pied des quatre gigantesques
unit telescopes (UT) de 430
tonnes aux noms évocateurs en
mapudungun, la langue indienne
mapuche : Antu (Soleil), Kueyen
(Lune), Melipal (Croix du Sud) et
Yepun (Vénus). Ces mastodontes
abritent un miroir principal
concave de 8,2 mètres de diamètre. Ils sont escortés par quatre
tours plus petites, les auxiliary
telescopes (AT), dont le miroir
principal mesure 1,8 mètre de diamètre et que l’on peut déplacer
sur des rails.n
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
contribution
17
Politique socioéconomique en Algérie
Revision du modèle économique fondé sur
l’Etat de droit et une nouvelle gouvernance
, Le gouvernement algérien
devrait présenter le 05 juin 2016
selon le Premier ministre, un
nouveau modèle économique axé
sur une économie hors rente.
J’avais soumis fin 2013 un important dossier au gouvernement
suivi de bon nombre de recommandations entre 2014/2016 en
insistant sur m’urgence de revoir
l’actuelle politique socio-économique. Certains disant experts et
même bon nombre de membres
de gouvernement nous contredisaient, avec des discours euphoriques déconnectés des réalités.
L’histoire nous a malheureusement donné raison et que de
pertes de temps alors que le
temps ne se rattrape jamais en
économie (1).
1.- Les réserves, selon les données officielles, de gaz de l’Algérie en Conseil
des ministres de 2015 suite au rapport
du ministre de l’Energie sont de 2 700
milliards de mètres cubes gazeux et le
pétrole 10 milliards de barils, allant au
vu des exportations et de la consommation actuelle à l’épuisement horizon
2030. On se focalise actuellement sur le
cours du pétrole en oubliant le cours
du gaz, représentant 33% des recettes de
Sonatrach dont les contrats à long terme
expirent vers 2018/2019 avec une très
forte concurrence, devant assister à un
e révision des prix à la baisse. Comme,
c’est une erreur stratégique de raisonner
sur un modèle de consommation linéaire
axé sur les énergies fossiles traditionnelles. Le monde se prépare à une transition énergétique entre 2020/2030,
comme cela s’est passé du charbon aux
hydrocarbures. D’où l’urgence d’une
nouvelle
politique
économique
2016/20205 (1). Face à une situation tant
géostratégique que socio-économique
inquiétante pour le devenir de l’Algérie, au -delà de l’État, l’ensemble des acteurs de la société doit être mobilisé si
l’Algérie veut renouer avec une croissance durable hors hydrocarbures dans
le cadre des valeurs internationales.
2.- Comment ne pas rappeler que les
pays ayant entrepris avec succès des
réformes, notamment les pays émergents, se sont appuyés sur une mobilisation de l’opinion. La nécessité de réformer s’impose à l’Algérie. Malgré des
dépenses monétaires sans précédent
les résultats économiques sont mitigés
pouvant conduire à des crises sociales
politiques à terme si on continue à dépenser sans compter, posant l’urgence
sur le caractère inéluctable des changements structurels à opérer. La croissance forte peut revenir en Algérie. Mais
elle suppose la conjugaison de différents facteurs : une population active
dynamique, un savoir, le gout du risque
et des innovations technologiques sans
cesse actualisés, le combat contre toute
forme de monopole néfaste, une concurrence efficace, un système financier rénové capable d’attirer du capital et une
ouverture à l’étranger. Ces réformes passent fondamentalement par une démocratie vivante, une stabilité des règles juridiques et l’équité, les politiques parleront de justice sociale. La conduite
d’ensemble de ces réformes ne peut ni
être déléguée à tel ou tel ministre ni
mise dans les mains de telle ou telle administration. Elle ne pourra être
conduite que si, au plus haut niveau de
l’État, une volonté politique forte (que
seuls, le président de la République et le
Premier ministre portent) les conduit
et convainc les Algériens de leur importance d’où avec l’ère d’internet une
communication active transparente permanente. Ensuite, chaque ministre devra
recevoir une « feuille de route » personnelle complétant sa lettre de mission et
reprenant l’ensemble des décisions qui
relèvent de sa compétence. Au regard de
l’importance des mesures à lancer et
de l’urgence de la situation, le gouvernement devra choisir le mode de mise
en œuvre le plus adapté à chaque décision : l’accélération de projets et d’initiatives existantes, le vote d’une loi accompagnée, dès sa présentation au Parlement, des décrets d’application
nécessaires à sa mise en œuvre et pour
les urgences seulement des décisions
par ordonnance pourront être utilisées.
3.- Les actions coordonnées et synchronisées dans le temps exigeront le
courage de réformer vite et massivement, non des replâtrages conjoncturelles mais de profondes réformes structurelles à tous les niveaux en ayant une
vision stratégique pour le moyen et le
long terme, devant donc réhabiliter la
planification et le management stratégique L’Algérie peut y parvenir dans un
délai raisonnable. Elle en a les moyens.
Pour cela, elle doit réapprendre à envisager son avenir avec confiance, sécuriser pour protéger, préférer le risque à
la rente, libérer l’initiative, la concurrence et l’innovation car le principal
défi du XXIe siècle pour l’Algérie sera la
maitrise du temps. Le monde ne nous attend pas et toute Nation qui n’avance
pas recule forcément. Retarder les réformes ne peut que conduire à la désintégration lente, à l’appauvrissement,
une perte de confiance en l’avenir
puisqu’ avec l’épuisement de la rente
des hydrocarbures, l’Algérie n’aura plus
les moyens de préparer ces réformes et
vivra sous l’emprise de la peur, voyant
partout des menaces où les autres
voient des chances. Cette croissance
exige l’engagement de tous, et pas seulement celui de l’État en organisant les
solidarités devant concilier efficacité
économique et équité par une participation citoyenne et un dialogue productif permanent.
4.-Le pouvoir algérien a vécu longtemps
sur l’illusion de al rente éternelle. La
majorité des Algériens dont le revenu est
fonction à plus de 70% de la rente des
hydrocarbures doivent savoir que l’avenir de l’emploi et de leur pouvoir d’achat
n’est plus dans la fonction publique, et
que celui des entreprises n’est plus dans
les subventions à répétition. L’essentiel
de l’action est entre les mains des Algériens, qui devront vouloir le changement et partager une envie d’avenir,
d’apprendre davantage, de s’adapter,
de travailler plus et mieux, de créer, de
partager, d’oser. La nature du pouvoir
doit également changer supposant une
refonte progressive de l’Etat par une
réelle décentralisation autour de grands
pôles économiques régionaux, impliquant qu’il passe de l’Etat gestionnaire
à l’Etat régulateur, conciliant les coûts
sociaux et les coûts privés, étant le cœur
de la conscience collective, par une gestion plus saine de ses différentes structures
5.- Pour s’inscrire dans la croissance
mondiale, l’Algérie doit d’abord mettre
en place une véritable économie de la
connaissance, développant le savoir de
tous, de l’informatique au travail en
équipe, de l’arabe, du français, du chinois à l’anglais, du primaire au supérieur, de la crèche à la recherche. Elle
doit ensuite faciliter la concurrence, la
création et la croissance des entreprises,
par la mise en place de moyens modernes de financement, la réduction du
coût du travail et la simplification des
règles de l’emploi.
Elle doit favoriser l’épanouissement de
nouveaux secteurs clés, dont : le numérique, la santé, la biotechnologie, les industries de l’environnement, les services à la personne avec le vieillissement de la population. Simultanément,
il est nécessaire de créer les conditions
d’une mobilité sociale, géographique et
concurrentielle et de permettre à chacun
de travailler mieux et plus, de changer
plus facilement d’emploi, en toute sécurité. Pour mener à bien ces réformes,
l’État et les collectivités locales doivent
être très largement réformés. Il faudra
réduire leur part dans la richesse commune, concentrer leurs moyens sur les
groupes sociaux qui en ont réellement
besoin, faire place à la différenciation et
à l’expérimentation, évaluer systématiquement toute décision, a priori et a
posteriori.
6.-Toute Nation ne peut distribuer plus
que ce qu’elle produit annuellement, si
elle veut éviter la dérive sociale. Il s
‘agira de concilier l’efficacité économique et la nécessaire cohésion sociale.
La justice sociale, à laquelle je suis profondément attachée, ne signifiant pas
égalitarisme, source de démotivation,
n’est l’antinomie de l’efficacité économique. L’Algérie dispose des compétences lui permettant de dépasser la
crise pétrolière. Il est nécessaire d’avoir
une vision positive de l’avenir et d’éviter les positions et comportements défaitistes. L’Algérie dispose de tous les
atouts pour créer la richesse hors économie de la rente. L’entrave principale
au développement en Algérie provient
de l’entropie qu’il s‘agit de dépasser impérativement, renvoyant pas seulement
aux facteurs économiques mais également sociaux et politiques dont la profonde moralisation des dirigeants et de
la société. ademebtoul@gmail.com
(1) Synthèse de l’introduction de l’audit
« les axes de la relance économique
2015/2020 face aux mutations mondiales
– 2015/2020 » ( 10 volumes 900 pages)
sous la direction du professeur Abderrahmane Mebtoul expert indépendant ,
assisté de 25 experts nationaux et internationaux remis au premier ministre
en novembre 2013 –structuré ainsi : le
cadre des nouvelles mutations mondiales- le cadre macro-économique et
social et les politiques sectorielles( institutions centrales et locales- agriculture-industrie- tourisme, nouvelles technologies) dans le cadre des avantages
comparatifs de l’Algérie
Dr Abderrahmane Mebtoul
Le monde se prépare à une transition énergétique entre 2020 et 2030,
comme cela s’est passé du charbon aux hydrocarbures. D’où l’urgence
d’une nouvelle politique économique 2016/20205. Face à une situation
tant géostratégique que socioéconomique inquiétante pour le devenir de
l’Algérie, au-delà de l’État, l’ensemble des acteurs de la société doit être
mobilisé si l’Algérie veut renouer avec une croissance durable hors
hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales. La nature du
pouvoir doit également changer supposant une refonte progressive de l’Etat
par une réelle décentralisation autour de grands pôles économiques
régionaux, impliquant qu’il passe de l’Etat gestionnaire à l’Etat régulateur,
conciliant les coûts sociaux et les coûts privés, étant le cœur de la
conscience collective, par une gestion plus saine
de ses différentes structures
sport
La NR 5552 - jeudi 19 mai 2016
22
Championnat amateur (Gr. centre )
WAB-NRBR pour l’accession,
RCK-JSMC pour le maintien
,Le match WA Boufarik - NRB Réghaïa sera à l'affiche de la 30e et
dernière journée du championnat
d'Algérie amateur de football,
prévue samedi, avec comme principal enjeu l'accession en Ligue 2
Mobilis pour ces deux clubs, qui
caracolent en tête du groupe
Centre, ex aequo avec 52 points
chacun.
Le vainqueur accèdera automatiquement
au palier supérieur, quels que soient les
autres résultats de cette ultime journée, y
compris celui du 3e, le CR Béni-Thour, qui
dispose actuellement de 50 points. En revanche, si le WAB et le NRBR venaient à se
neutraliser, et qu'au même moment le
CRBT l'emportait à domicile face au WR
M'Sila, le groupe Centre du championnat
national amateur se retrouverait alors avec
trois leaders à l'issue de cette ultime journée, avec 53 unités chacun. Une situation
qui impliquerait le recours au goal-average
pour départager ces trois antagonistes et
désigner l'heureux élu qui accèdera en
Ligue 2 la saison prochaine. «Si à l'issue
de la dernière journée du Championnat
national amateur, le NRBR, le WAB et le
CRBT terminent ex aequo à la première
place, avec 53 points chacun, la Ligue appliquera le second point de l'article 68 du
règlement, stipulant que c'est la meilleure
différence de buts, obtenue par une équipe
lors des matchs joués contre ses concurrents directs pour l'accession, qui sera pris
en compte», a indiqué la Ligue nationale du
football amateur (LNFA). Bilan dressé, il
s'est avéré que c'est le NRB Réghaïa qui
possède une meilleure différence de buts
n Nadi Réghaïa espère revenir à la 2e division. (Photo > D. R.)
JSMC et le RCK avaient fait (0-0) au match
aller. Donc, pour se maintenir en amateur,
la JSMC peut se contenter d'éviter la défaite
à Kouba», au cours de cette 30e journée,
écrit la LNFA. Après 29 journées, la JSMC occupe la 15e et avant-dernière place du classement général, avec 33 points, alors que
le RCK est lanterne rouge du groupe Centre,
avec 31 unités.
que le WAB et le CRBT, avec (+1) à son
actif selon les chiffres de la LNFA. Ainsi, en
cas d'égalité parfaite à l'issue de cette ultime journée, prévue samedi à 15h, c'est le
club de Réghaïa qui accèdera en Ligue 2. Un
autre match «couperet» dans le bas du tableau est au menu de cette 30e et dernière
journée, entre le RC Kouba et la JSM Chéraga, qui seront appelés à en découdre
dans un duel direct pour le maintien. «La
R. S.
Programme de la 30e journée
RC Boumerdès - JSD Jijel
USM Chéraga - USF Bordj Bou Arréridj
CRB Dar El Beïda - MC Mekhadma
IB Lakhdaria - JS Haï El Djabal
WA Boufarik - NARB Réghaïa
US Oued Amizour - IB Khemis El
Khechena
CR Béni-Thour - WR M'Sila
RC Kouba - JSM Chéraga
RC Kouba-JSM Chéraga
Entrée gratuite pour les supporters
,L'entrée au stade Benhaddad de Kouba
sera gratuite aux supporters pour le match
décisif entre le RC Kouba et la JSM Chéraga
prévu samedi (15h) dans le cadre de la 30e
et dernière journée (Gr. Centre) du cham-
TURF
pionnat de division amateur de football, a ton appris mercredi auprès de la direction du
club koubéen. Les portes de l'enceinte seront
ouvertes à partir de 11h30 pour permettre
aux supporters d'accéder dans les meilleures
conditions, ajoute la même source. Cette
rencontre décisive pour le maintien des
deux équipes est très attendue par les supporters koubéens, décidés à faire le déplacement en masse. Au terme de la 29e journée,
Hippodrome de Zemmouri
Quarté - Quinté
Pronostic : 13.15.14.3.16.5.12
Prix Astram - Trot Attelé - Dotation : 310 000 DA - 2 400 m - 15h
1 AICHA DES FENCOLES
2 QUALITE DE LA BOUGE
3 ALOES CEIP
4 DEPEDOUT
5 UGO DE LA MARCHE
6 UMA
7 VOLCAN ROYAL
8 AMERICAN JONES
9VIEUX COPAIN
10 VOL WINNER
12 RAYON DE GUEROUT
13 UNO DES PRES
14 PAUL
15 TAIGA DE CHRAC
16 URRSICTH ROYAL
le RCK pointe à la 16e et dernière place au
classement avec 31 points, à deux longueurs
de retard sur la JSM Chéraga. Une victoire du
RCK permettrait au club banlieusard d'assurer son maintien en division amateur.n
PROPRIETAIRE
CHEVAUX
<NÉANT>JOC-
PDS
Le Petit Haras
SA FOUZER
AB AMMARI
F HAMIANE
R BOUKHARI
FZ ZEMOURI
B BAZINE
MME SMIDA
AH SALHI
R MEZIANI
L LAMARI
A TIAR
A TIAR
M BECHARIRA
D MEZIANI
B SEFSAF
1 AICHA DES FENCOLES
KEYS
W BENHABRIA
2200
2 QUALITE DE LA BOUGE
SA FOUZER
BM MEZIANI
R FLIRI
ABM BOUBAKRI
M TARZOUT
R FEKHARDJI
A BZNHABRIA
A BENAYAD
M HADDOUCHE
R TARZOUT
B FOUZER
N TIAR
A SAHRAOUI
N MEZIANI
R SAFSAF
2200
3 ALOES CEIP
4 DEPEDOUT
5 UGO DE LA MARCHE
6 UMA
7 VOLCAN ROYAL
8 AMERICAN JONES
9VIEUX COPAIN
10 VOL WINNER
12 RAYON DE GUEROUT
13 UNO DES PRES
14 PAUL
15 TAIGA DE CHRAC
16 URRSICTH ROYAL
2200
2200
2225
2225
2225
2225
2225
2225
2225
2250
2250
2250
CDS
ENTRAINEURS
HBenhabria
R Fouzer
E Sahraoui
Propriétaire
ABM BOUBAKRI
Propriétaire
R Fekhardji
H HADOUCHE
Propriétaire
Propriétaire
Propriétaire
N TIAR
Propriétaire
S MEZIANI
R SAFSAF
sport
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
23
Ligue 1 Mobilis
EN
DEUX MOTS
Des matches au goût de finale
, La troisième équipe qui
Harrach et le CR Belouizdad, prévu
au stade olympique du 5-Juillet,
porte lui une grande importance
pour les deux camps.
La 6e place qu’occupent actuellement les gars de l’Âakiba peut être
améliorée en cas de victoire
puisque l’écart de point entre les
équipes de la tête est très petit (5
points entre le 2e et le 9e). Le Chabab possède à son actif 41 unités et
semble proche de la tête plus que
son adversaire du jour, l'USMH, qui
en compte 39.
Le calendrier de la journée propose également quelques belles
rencontres comme ce MO Béjaïà –
MC Alger, CS Constantine – NA Hussein-Dey et MC Oran – RC Arbâa qui
sont toutes menacées de relégation mis à part le MOB (4e) et l’Arbâa qui est déjà descendu au 2e palier.
accompagnera l’ASM Oran
et le RC Arbâa en deuxième
division pourrait être
connue dès demain après
midi à l’occasion du déroulement de la 29e journée du
championnat professionnel
Ligue 1 Mobilis.
Une rude concurrence en bas du tableau entre l’USM Blida (13e, 33
points) et le RC Relizane (14e, 32
points) qui se battent pour le maintien. Relizane qui n’a pas d’autre
choix que la gagne demain quand
elle recevra l’ASM Oran doit aussi
espérer un faux pas des Blidéens
pour monter dans le classement.
Cela dit le destin du RCR n’est pas
entre ses mains et cela tombe au
profit de Blida qui, elle, devra bien
négocier sa sortie à Béchar où une
avide formation de la JS Saoura l’attendra là-bas. Mais tout le monde
sait que les gars de la Saoura ne
vont pas manquer cette occasion
pour empocher de nouveaux trois
points et garder ainsi ses chances
de finir l’exercice sur le podium.
Par ailleurs, plusieurs équipes veulent jouer les premiers rôles et disputer en effet une compétition africaine l’année prochaine. La JS Kabylie, version Mouassa, a déjoué
toutes les pronostics ces dernières
Farid Harbi
n La journée de demain pourrait livrer les autres équipes reléguées
en Ligue 2 Mobilis. (Photo > D. R.)
semaines grâce notamment à une
série de victoires consécutives qui
l’ont propulsée à la deuxième place
avec 44 unités. Les amis de Berhiche animeront l’une des plus
belles affiches ce week-end face à
l’ES Sétif au stade 8-Mai 45. Toutes
les conditions sont réunies pour
les Kabyles pour revenir avec un
nouveau succès et sceller leur
bonne position, la meilleurs jamais
réalisée cette saison. L’ESS – JSK
sera également suivi avec attention par les autres acteurs du championnat comme le DRB Tadjenanet
qui sera l’invité de l’USM Alger.
Troisième du classement avec 43
points, Tadjenanet n’a désormais
rien à perdre et va continuer son
parcours sur le même rythme et
sans faire du bruit.
Le derby algérois entre l’USM El-
Programme des rencontres vendredi
à 17h30
Relizane: RC Relizane - ASM Oran
Alger (5-Juillet) : CR Belouizdad USM Harrach
Alger (Omar-Hamadi) : USM Alger DRB Tadjenanet
Béjaia : MO Béjaïa - MC Alger
Constantine
: CS
Constantine - NA Hussein Dey
Oran (Zabana) : MC Oran - RC Arbaâ
Sétif : ES Sétif - JS Kabylie
Béchar : JS Saoura - USM Blida
USM Bel-Abbès
Bensenada s’engage à jouer «le podium» en Ligue 1 Mobilis
,L'USM Bel-Abbès s'est fixée une
place sur le podium à l'occasion de
son retour en championnat de
Ligue 1 algérienne de football la
saison prochaine, a annoncé hier
le directeur général (DG) du club,
Djilali Bensenada, au lendemain
de la réception organisée par le
wali de la ville en l'honneur de
l'équipe.
«Nous avons tracé les grandes
lignes des préparatifs de la prochaine saison pour faire en sorte
de jouer une place sur le podium.
Des moyens énormes seront mis
en conséquence pour éviter de revivre le scénario des trois précédents exercices, lorsque l'équipe
était revenue à deux reprises au
purgatoire une saison après son
accession», a déclaré Bensenada à
l'APS. Le même responsable a ras-
Antalyaspor
Mbolhi libéré, éventuel retour
aux Etats-Unis
,Le gardien de but international
algérien d'Antalyaspor (division 1
turque de football) Rais M'bolhi a
été placé sur la liste des libérés, au
même titre que les deux autres portiers du club, a annoncé mardi soir
le site spécialisé Sadece Antalyaspor.
Ayant signé l'été dernier avec la
formation turque un contrat de
trois saisons en provenance de la
franchise américaine de l'Union de
Philadelphie (MLS), Mbolhi (30
ans) devrait retourner aux EtatsUnis, ajoute la même source. Outre
Mbolhi, le club s'est passé également des services des deux autres
gardiens de but : le Slovène Saso
Fornezzi et le Turc Ozan Evrim
Ozenc. Sous les couleurs d'Anta-
lyaspor, Mbolhi compte 19 apparitions dont 12 titularisations soit
un volume de jeu de 1080 minutes,
à une journée de la fin du championnat turc. Le portier algérien
avait retrouvé les rangs de l'équipe
nationale en novembre dernier à
l'occasion de la double confrontation face à la Tanzanie (aller 2-2, retour 7-0) dans le cadre du 2e tour
des éliminatoires du mondial 2018,
après une absence de 10 mois, soit
depuis la CAN-2015 disputée en
Guinée équatoriale. Mbolhi a été
retenu par le sélectionneur national
par intérim Nabil Neghiz en vue du
déplacement aux Seychelles le 2
juin prochain, dans le cadre de la 5e
journée (Gr. J) des qualifications
de la CAN-2017 au Gabon. n
suré que «les autorités locales, le
hommes d'affaire de la ville et les
sponsors du club se sont tous engagés pour mettre les moyens nécessaires à même de permettre
aux gars de la «Mekerra» d'atteindre son objectif». L'USMBA a effectué son retour parmi l'élite
après avoir terminé à la troisième
place le championnat de Ligue
deux. «Même en Ligue deux, nous
étions peut être le club disposant
du plus gros budget. On avait pratiquement la même masse salariale des formations de l'élite les
plus nantis sur le plan financier», se
félicite encore Bensenada, qui an-
Sous le haut patronage
du directeur général de
la Sûreté national M.
Abdelghani Hamel la
ville de Tlemcen abrite
du 17 au 19, le
championnat national
inter police en
collaboration avec la
direction des sports de
la DGSN, la direction de
la wilaya de Tlemcen et
la direction de la
jeunesse et des sports.
Le championnat
national inter police se
déroule dans la salle
omnisports
«Benmansour
Abdellah», les Dalias
Tlemcen. Le coup
d'envoi de cette
manifestation sportive
a été donné ce mardi en
présence des autorités
civiles et militaires. Les
épreuves sportives se
déroulent dans de
meilleures conditions.
Signalons que cet
événement a vu la
participation de 150
athlètes, venus de huit
régions du pays
Tlemcen, Oran, Sidi BelAbbés, Alger, Annaba
Sétif et Batna.
S.-T. Smaïn
nonce au passage le recrutement
prochain de «sept nouveaux
joueurs de qualité», et la libération
d'autant d'éléments de l'effectif actuel. S'agissant de la barre technique, le DG de l'USMBA a laissé encore une fois planer le doute quant
à l'avenir de l'entraîneur Abdelkrim Benyelles, précisant qu'une
décision finale sera prise le 28 en
cours, date coïncidant avec la clôture du championnat de Ligue 1.
«Benyelles pourrait être reconduit,
comme il pourrait également ne
pas l'être», s'est contenté de dire
Bensenada à ce propos.
R. S.
UEFA
L’élection présidentielle fixée
au 14 septembre
, L'élection présidentielle de
l'Union européenne de football
(UEFA) se déroulera le 14 septembre prochain lors d'un congrès
électif extraordinaire, a annoncé
mercredi son comité exécutif, réuni
en session extraordinaire à Bâle
(Suisse). L'instance dirigeante du
football européen se trouve sans
président depuis la démission du
Français Michel Platini le 9 mai.
Les candidats ont jusqu'au 20
juillet pour déposer leur candidature. Ce sera l'Espagnol Angel
Ouverture du
championnat
national inter
police «judo et
karatédo» à
Tlemcen
Maria Villar, vice-président senior
de l'UEFA, qui a «remis la Coupe»
pour la finale de l'Europa League
hier à Bâle et qui assumera les
fonctions protocolaires de patron
de l'UEFA lors de l'Euro-2016 en
France (10 juin-10 juillet). Michel
Platini a été suspendu pour six ans
par la commission d'éthique de la
fédération internationale (Fifa)
pour corruption avant que cette
sanction ne soit réduite à 4 ans
par le Tribunal arbitral du sport
(TAS).n
Quotidien national d’information. Edité par la Sarl
SEDICOM au capital social
de 100 000 DA.
Rédaction - Direction Administration : Maison de la
Presse. 1, rue Bachir Attar,
Place du 1er-Mai - Alger.
Tél. : 021 67.10.44/67.10.46
Fax : 021 67.10.75.
Compte bancaire : CPA 103 400
08971.1 . 114, rue Hassiba-Ben
Bouali, agence Les Halles.
Membres fondateurs :
Gérant, directeur de la publication:
Abdelwahab Djakoune.
Comité de coordination :
Radia Zerrouki, Amar Khelifi
Directeur commercial :
Ouahid Kouba.
Composition PAO La Nouvelle
République Impression Alger :
SIMPRAL.
Oran : SIO. Constantine : SIE.
Diffusion centre : SEDICOM.
Ouest : SPDO. Est : El Khabar. Sud :
Trag diffusion Publicité : La
Nouvelle République, Maison de
la Presse. Tél. : 021 67.10.72. Fax : 021
67.10.75. E-mail :
lnr98redaction@yahoo.fr/E-mail
pub : lnr98publicite@yahoo.fr ANEP Spa : 1, avenue Pasteur, Alger.
Tél. : 021 73.76.78 - 021 73.71.28. Fax
: 021 73.95.59 - 021 73.99.19.
Conception : Studio Baylaucq,
Paris, France. Tél. : +331 44.90.80.40
Les manuscrits, photographies ou
tout autre document adressés à la
rédaction ne peuvent faire l’objet
d’une quelconque réclamation.
­NR
La NR 5552 - Jeudi 19 mai 2016
sport
La
LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE
en direct
Antalyaspor
Mbolhi libéré, éventuel
retour aux Etats-Unis
le match à suivre
football
Championnat amateur
WAB-NRBR pour
l'accession, RCK-JSMC
pour le maintien
Ligue 1 Mobilis
Des matches au goût
de finale
Coupe de la CAF
Héroïques Mobistes
,Le MO Béjaïa jouera bel et bien
la phase des poules de la Coupe
de la CAF après sa qualification,
mardi soir, acquise devant l’Espérance, à la suite de son nul (1-1).
Il faut dire qu’avec le match nul, zéro à zéro
de l’aller au stade de l’Unité-Maghrébine de
Béjaïa, le plus confiant des Algériens n’aurait pas misé un seul dinar sur les Crabes
face aux expérimentés Tunisiens sur la
pelouse du stade Radès de Tunis. La rencontre a démarré très vite pour les Algériens, qui ont concédé un penalty dès la
neuvième minute sur une «petite» faute
du gardien Rahmani.
En effet, ce dernier en voulant gêner le
défenseur adversaire le déséquilibre et
provoque le penalty. Heureusement que
Chamseddine Daouadi n’a pas eu la lucidité voulue, envoyant son essai sur la
transversale (9’).
Coulibaly a buté sur le gardien Rahmani à
la 23e minute de jeu, qui avait détourné sa
tête en corner. Mais à la 29e minute de jeu,
Ghailane Chaâlali est parvenu à ouvrir la
marque pour les Tunisiens d’une frappe en
force, qui ne laisse aucune chance pour les
Vert et Noir. A la 30e minute de jeu, Coulibaly a été à deux doigts de porter le score
à 2 à 0 après une autre frappe passée à côté
du poteau droit du gardien Rahmani. L’attaquant du MOB a parfaitement exploité la
bévue du gardien Bencherifia, qui avait
relâcher le cuir pour remettre les deux
formations à égalité (33’).
Cette réalisation a complètement transcender les poulains d’Abdelkader Amrani.
En effet, les coéquipiers de Zerdab ont
exercé un pressing très haut sur les Tunisiens, qui n’ont pas pu trouver les solutions de s’approcher de la zone défensive
des Algériens, encore moins se créer des
occasions de buts. Finalement l’arbitre
égyptien, Djihad Zaghloul Greisha a mis fin
au débat avec une qualification historique
pour la toute première participation du
MOB à une compétition continentale.
Le MOB bête noire des Tunisiens
En se «payant» l’ES Tunis, le MOB a réussi
à éliminer pour la seconde fois un club
tunisien et non des moindres. L’on se rappelle que lors des seizième de finale de la
Ligue des champions, les Algériens avaient
réussi à prendre le meilleur sur l’autre
club de la capitale tunisien, à savoir le
Club Africain (0-1 et 2-0). Les Crabes vont
n Chapeau bas pour le MOB. ( Photo > D. R.)
se focaliser désormais sur deux prochains
matches du championnat, à commencer
par le premier, prévu ce vendredi à domicile devant le MC Alger puis le NA Hussein
Dey avant de se projeter sur la phase des
poules. Il faut savoir que le tirage au sort
aura lieu le 24 mai 2016 au Caire pour deux
compétitions de la Ligue des champions et
la Coupe de la CAF. La compétition de la
La Der
Décidément, les mentalités électorales refusent d’évoluer
dans notre pays où l’attachement au «koursi» est viscéral.
L’alternance démocratique reste lettre morte, notamment
dans le monde du football où les mêmes têtes mènent
toujours le bal.
L’idée de passer le témoin ne leur effleure jamais l’esprit
tellement, ils se croient utiles et irremplaçables. Mahfoud
Kerbadj est parti pour une aventure à la tête de la LFP sans
passer par une élection digne de ce nom. Il est candidat
unique dans une élection gagnée à l’avance. Autrement
dit, un autre mandat pour le président sortant, rentrant de
la LFP. La virtuelle candidature de son seul rival, Mourad
phase des poules commencera pour les
Crabes le 17 juin prochain. Il y aura six journées (17 juin), (28 juin), (15 juillet), (26
juillet), (12 août) et (23 août). Les deux premiers de chaque groupe A et B se qualifieront pour les demi-finale de la Coupe de
la CAF. Il faut savoir que c’est le même
principe qui est retenu pour l’autre compétition de la Ligue des champions, où
l’ES Sétif est également engagée. L’Entente,
elle aussi, connaîtra ses adversaires le 24
mai prochain.
Khaled M.
A voir
n TRT : Balikesirspor - Alanyaspor à 19h30
n BeIN Sport : Eintracht Frankfurt FC Nuremberg à 19h30
Elections, dites-vous ?
Lahlou, est passée à la trappe. La commission des candidatures en a ainsi décidé ainsi pour des raisons qui manifestement ne tiennent pas la route. Lahlou n’a eu que le
temps d’annoncer son intention de briguer un mandat à la
tête de cette ligue pour se voir éliminer de la course d’une
manière qui prête vraiment à supputations et, bien évidemment, à la suspicion.
Il ne s’agit pas là de défendre qui que ce soit mais la façon
dont se déroule cette élection renseigne un tant soit peu
sur les intentions des maîtres du jour à s’accrocher à la
responsabilité malgré leur échec cuisant dans la gestion de
notre football. Cet échec s’est d’abord traduit par ce pro-
fessionnalisme boiteux et leur incapacité à gérer le championnat, encore moins à prendre des décisions fermes dans
les différents scandales qui ont éclaboussé notre football.
Les derniers en date ont sérieusement terni l’image de
toutes les instances dirigeantes de cette discipline, la FAF, la
LNF et la LFP.
Malgré tout ce qui a été dit et tout ce qui a été écrit sur ces
faits, avérés d’ailleurs, aucun responsable n’a daigné jeter
l’éponge ni même crier au scandale. Au contraire, ils n’ont
qu’une seule idée dans la tête, ne jamais céder le «koursi»
même à travers des élections.
Assem Madjid
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
21
Taille du fichier
2 159 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler