close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Aucun enfant oublié - Save the Children

IntégréTéléchargement
 M AGAZINE
interactif
Au service des enfants.
SUISSE
MAI 2016 / 2
Depuis 1919.
Aucun enfant oublié
NOTRE CAMPAGNE GLOBALE
M AGAZINE
interactif
Partout où vous verrez ce logo , vous trouverez des photos supplémentaires,
des vidéos, et bien d’autres choses encore!
Au service des enfants.
Depuis 1919.
Save the Children est la plus grande organisation indépendante
de défense des droits de l’enfant dans le monde.
Depuis 1919, nous nous engageons pour qu’ils soient respectés.
ÉDITORIAL
4 AUCUN ENFANT OUBLIÉ
POINT DE MIRE
5 NOTRE CAMPAGNE GLOBALE
Nous opérons dans plus de 120 pays.
Nous fournissons aux enfants des soins médicaux, de la nourriture,
une éducation et une protection – quel que soit leur sexe,
leur origine ou leur croyance.
Pauvreté
Nous luttons contre l’exploitation,
les abus et le mépris dont ils sont victimes.
Immédiatement et durablement.
Save the Children est indépendante sur le plan politique,
idéologique, économique et religieux. Ainsi pouvons-nous
améliorer durablement les conditions de vie des enfants
et leur apporter une aide efficace et effective dans les zones
de conflits ou de guerres.
Save the Children a un statut consultatif auprès
du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC).
Nous sommes actifs en Suisse depuis 2006.
Save the Children est certifiée Zewo.
discrimination
impossibilité de se
faire entendre
ENFANTS
6
DOUBLEMENT DISCRIMINÉES
FAITS ET CHIFFRES
7 OUBLIÉS DU MONDE ENTIER
PERSPECTIVES
12 SUR LA GRANDE SCÈNE POUR SAVE THE CHILDREN
AIDER
13 SAMAR SOURIT À NOUVEAU
BRÈVES
14 SAVE THE CHILDREN SUISSE – RAPPORT ANNUEL 2015
IMPRESSUM
ÉDITÉ PAR Save the Children, Sihlquai 253, 8005 Zurich, T 044 267 74 70, www.savethechildren.ch DIRECTION Xenia Schlegel­
RÉDACTION Fabian Emmenegger, Sarah Frattaroli, redaktion@savethechildren.ch CONCEPTION GRAPHIQUE­ET
RÉALISATION Prinzipien Patrick Linner, Zurich ADAPTATION FRANÇAISE Nicole Viaud, Zurich PHOTO DE COUVERTURE
Fuyant la guerre en Syrie, Fatima, 3 ans, et sa mère ont trouvé refuge dans une usine à charbon désaffectée. PHOTOGRAPHE
Ahmad Baroudi / Save the Children AUTRES PHOTOGRAPHES DE CE NUMÉRO CJ Clarke, Colin Crowley et Alessandra
Leimer pour Save the Children.
IMPRESSION Abächerli Media AG, Sarnen CORRECTORAT Stämpfli SA, Berne PAPIER Edixion Offset, FSC mix PARUTION
Le magazine Save the Children paraît quatre fois par an en français et en allemand. PRIX DE L’ABONNEMENT L’ abonnement
coûte six francs et est déduit une seule fois de votre don. TIRAGE 23 0 00 exemplaires
Afin de protéger les enfants et les familles participant à nos programmes, les noms des personnes présentées ont été modifiés.
L’imprimerie Abächerli Media AG à Sarnen / OW produit ce magazine dans une qualité HD hors pair et de manière respectueuse pour l’environnement grâce à une technologie LED unique en son genre. Informations complémentaires sous : www.abaecherli.ch
2
3
ÉDITORIAL
POINT DE MIRE
Le problème Partout dans le monde, des enfants
défavorisés restent en rade.
pauvreté
AUCUN ENFANT OUBLIÉ
discrimination
impossibilité de se
faire entendre
Chères lectrices, / Chers lecteurs,
Dans le monde, 720 millions de fillettes et de jeunes
filles de moins de 18 ans sont mariées, et donc exposées à
la violence et à des grossesses qui peuvent leur être fatales.
Dans certaines régions, les mariages précoces touchent
jusqu’à 80 % d’entre elles – pour la seule raison qu’elles
sont des femmes. Seul un enfant réfugié sur quatre en âge
d’aller à l’école secondaire est scolarisé – en comparaison, ils sont trois sur quatre en moyenne dans le monde.
Les groupes indigènes représentent 5 % de la population
mondiale – mais, en même temps, 15 % des êtres humains
vivant dans la pauvreté.
Ces chiffres sont le symbole du plus vaste défi de notre
temps: l’inégalité. Et cette inégalité n’est pas un hasard. Elle
est le résultat d’une discrimination systématique – en raison de l’origine, de l’appartenance ethnique, de la foi, du
sexe ou d’un handicap – couplée à une pauvreté extrême.
Un cocktail absolument toxique, qui, chaque jour, finit
mortellement pour des milliers d’enfants. Mortel par
exemple, pour un nouveau-né dans une région particulièrement reculée sans accès aux soins de santé. Ou pour
une fillette qui a été mariée trop jeune et qui décède des
suites d’une grossesse. Mortelle aussi pour un jeune garçon
d’une zone de conflits, qui se bat pour un groupe armé
au lieu d’aller à l’école – et qui est abattu comme d’autres
enfants-soldats.
Et qui plus est, l’inégalité augmente partout dans le
monde! C’est la raison pour laquelle Save the Children a
lancé sa nouvelle campagne globale «Aucun enfant oublié».
Dans ce cadre, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre un terme à l’inégalité, afin que chaque
enfant puisse survivre, apprendre et être protégé. Et nous
appelons les gouvernements du monde entier à faire de
même. Vous trouverez de plus amples informations à propos de cette campagne sur les pages suivantes.
Ce magazine ne raconte pas seulement des histoires
d’enfants discriminés et exclus, les oubliés de la Terre. Il
vous présente aussi les faits et chiffres clés les plus importants de notre rapport annuel 2015. En bref, nous sommes
fier de pouvoir jeter un coup d’œil rétrospectif sur une
année couronnée de succès! Vous trouverez le rapport
complet sous ☛ savethechildren.ch/rapportannuel.
Notre Ambition D’ici 2030, tout enfant doit pouvoir …
survivre
apprendre
être
gé
proté
NOTRE CAMPAGNE GLOBALE
« AUCUN ENFANT OUBLIÉ »
Objectif
Ömer Güven
Directeur général de Save the Children Suisse
Avec notre campagne « Aucun enfant oublié », nous voulons, concrètement,
garantir à tous les enfants du monde trois points :
oemer.gueven@savethechildren.ch
•Financement juste : assurer un financement durable et un accès libre aux prestations de base
(p. ex. éducation scolaire et soins de santé)
• Traitement équitable : mettre fin aux politiques, normes et comportements discriminatoires
•Redevabilité des décideurs à l’égard des enfants, de leurs familles et de leurs communautés
Plus de contenus – mode d’emploi
Bénéficiaires
Point de mire
1. Télécharger Blippar
Télécharger l’app gratuite
sur l’App Store ou
via ☛ blippar.com sur
votre téléphone mobile.
Pendant la durée de la campagne,
de 2016 à 2018, 15 millions d’enfants
qui ne bénéficient actuellement
d’aucune couverture médicale ni
éducation scolaire doivent pouvoir
y avoir accès.
Nous nous concentrons
pour cela sur les groupes
suivants:
• Filles
• Enfants réfugiés
• Enfants en Suisse
2. Scanner le magazine
Nous avons enrichi pour
vous deux pages de contenus
numériques et les avons signalés
au moyen de l’icône Blippar.
Ouvrez l’app Blippar et tenez
votre téléphone mobile au-­
dessus de la page du magazine.
3. Extras numériques
Dès que l’app reconnaît la page,
les contenus interactifs s’ouvrent
automatiquement. Essayez tout
de suite sur la page ci-contre !
Moyens
nécessaires
Nous avons besoin de
800 millions de francs
de dons pour cela.
BLIPPE-MOI
Contenu interactif
Sources : Save the Children
4
5
ENFANTS
Maraam, 3 ans, devant
un centre d’accueil d’urgence
DOUBLEMENT DISCRIMINÉES
pour les réfugiés du Yémen
en Somalie.
Maraam est doublement discriminée.
Save the Children travaille depuis 1963 au Yémen. Depuis que le conflit
a éclaté, en mars 2015, nous avons fourni une aide humanitaire à plus de
775 000 personnes, dont 440 000 enfants. Entre autres prestations, nous
avons distribué de la nourriture, des soins médicaux, aidé à la reconstruction des conduites d’eau et des infrastructures sanitaires, et assuré un
soutien psychologique aux enfants traumatisés et vulnérables.
Parce qu’elle vient d’une zone de conflits,
et parce qu’elle est de sexe féminin.
En mars 2015, un conflit violent s’est déclaré au Yémen, pays natal de Maraam – un conflit aux
conséquences désastreuses pour les enfants: plus de 14 millions de personnes, dont la moitié sont
des enfants, n’ont pas suffisamment à manger. 2,4 millions de gens ont dû abandonner leur logis –
comme Maraam.
Or, en tant que fille, Maraam avait déjà une situation difficile au Yémen avant que
la guerre n’éclate. Car le Yémen fait partie des pays les plus arriérés en matière
d’égalité des sexes. La violence contre les femmes et les petites filles est de mise
dans plus de 90% des foyers. Les taux de scolarisation et d’alphabétisation des
filles y sont nettement plus bas que ceux des garçons.
Le conflit n’a fait que renforcer ces tendances. Dans les centres d’accueil d’urgence et les camps de
réfugiés, il n’existe pas de structures stables permettant de protéger les fillettes comme Maraam
de la violence sexuelle ou visant spécifiquement les femmes. Le harcèlement, les enlèvements, voire
les viols de fillettes et de jeunes femmes ne sont pas rares.
Les parents ont même très peur de laisser sortir leurs filles – et donc, souvent, elles sont privées
d’une éducation scolaire. La situation est même encore plus grotesque: désirant protéger leurs filles,
de nombreux parents marient ces dernières dès leur enfance. Au Yémen, une fillette sur trois est
concernée par un mariage précoce. Les parents se bercent de l’illusion que le mari protégera leur
fille et veillera sur elle.
Or, pour la plupart, les parents n’ont pas conscience des dangers qu’ils font
courir à leurs filles en les mariant si jeunes: risques pour la santé à cause de
grossesses précoces, violence sexuelle dans le cadre du mariage, traumatismes
psychologiques sévères.
Il est particulièrement difficile d’atteindre des enfants qui, comme Maraam, sont doublement discriminés. Nous autres, à Save the Children, nous faisons tout notre possible pour que les enfants comme
elles survivent, apprennent et soient protégés! C’est ainsi que nous luttons contre les inégalités
entre les sexes, en permettant aux filles de bénéficier d’une éducation scolaire et d’une bonne santé
reproductive – même pendant des situations de crise comme celle qui sévit actuellement au Yémen.
Suisse
Nombre d’habitants :
Espérance de vie :
Mortalité infantile :
Revenu annuel par tête :
Education formelle :
Taux de femmes au Parlement :
8,2 millions
83 ans
4,2 enfants sur 1 000
87 297 CHF
15,8 ans
28,5 %
Yémen
Nombre d’habitants : 26,2 millions
Espérance de vie : 64 ans
Mortalité infantile : 51,3 enfants sur 1 000
Revenu annuel par tête : 1415 CHF
Education formelle : 9,2 ans
Taux de femmes au Parlement : 0,7 %
Fillettes concernées
par des mariages précoces : 32 %
Nombre de personnes en fuite : 2,4 millions
(800 000 enfants)
Sources : Save the Children, Thomson Reuters, FNUAP, ONU Femmes
6
11
FAITS ET CHIFFRES
Le monde doit lutter contre
la discrimination
Notre monde a accompli d’immenses progrès dans la lutte contre la pauvreté.
Toutefois, en matière de discrimination, le résultat est plus mitigé. Les progrès
enregistrés au cours des dernières années sont inégalement répartis et tous les
enfants n’en ont pas bénéficié.
L’extrême pauvreté reste une grande injustice, toutefois, la majeure partie des
enfants qui meurent avant leur cinquième anniversaire ou ne sont pas scolarisés
ne sont pas «seulement» pauvres. Dans les pays les plus riches comme dans les
plus pauvres, la plupart des enfants concernés souffrent de cette combinaison
fatale entre la pauvreté et la discrimination. Au total, ces deux injustices se traduisent par l’exclusion sociale. La discrimination existe dans tous les pays et touche
des millions d’enfants.
OUBLIÉS DU MONDE ENTIER
Environ 16 000 enfants de moins de
cinq ans vont mourir aujourd’hui.
Quelque 250 millions d’enfants en âge d’aller à l’école – soit deux sur cinq – ne sont pas scolarisés. Ce n’est pas
un hasard si tels enfants sont défavorisés plutôt que tels autres, mais le résultat de décisions qui discriminent
certains groupes d’enfants, que ce soit intentionnellement ou par négligence. Or, pour beaucoup, cette
discrimination s’avère mortelle. Le fait que certains enfants soient discriminés dépend principalement de
cinq critères :
Sexe
• Il manque 117 millions de femmes dans le monde – ce déficit provient
dans la majeure partie des cas d’avortements de bébés de sexe féminin.
• 720 millions de jeunes filles sont mariées avant leur 18e anniversaire
et sont ainsi exposées aux risques de grossesses précoces et de violences liées à leur sexe.
En comparaison, les mariages précoces ne touchent que 156 millions de garçons.
• Il est plus probable qu’au lieu d’achever sa scolarité, une fillette du Sud-Soudan
meure des conséquences d’une grossesse ou d’un accouchement.
Appartenance ethnique
et religieuse
• 400 millions d’enfants dans le monde
sont discriminés en raison de leur
appartenance ethnique ou religieuse.
• Les peuples autochtones représentent
5 % de la population mondiale – et
en même temps, 15 % des personnes
vivant dans la pauvreté.
discrimination
La discrimination empêche non seulement des millions
d’enfants de connaître leurs droits, mais elle a aussi
de graves conséquences économiques et sociales.
La discrimination sape la confiance en soi, la cohésion sociale
et la croissance économique, et menace la paix.
• 29 % des enfants roms du Monténégro
vont à l’école – alors que la moyenne
d’enfants scolarisés dans le pays est
de 91 %. En Bosnie et en Herzégovine,
ils sont 40 %, alors que la moyenne
nationale est de 92 %.
Origine
• 37 % des enfants vivant dans des bidonvilles sont atteints
de rachitisme (engl. stunting, retard de croissance
dû à une malnutrition chronique) – contre 24 % dans
d’autres zones urbaines des mêmes pays.
Conflits
• 1 enfant réfugié sur 4 en âge d’aller à
l’école secondaire est scolarisé – contre
3 enfants sur 4 en moyenne globale.
• Dans les zones de conflits, la mortalité
infantile (nombre de décès parmi les
moins de cinq ans) est en moyenne deux
fois plus élevée qu’en temps de paix.
NOTRE CAMPAGNE GLOBALE
Si aucune mesure n’est rapidement prise pour lutter contre la discrimination, les progrès dans
la lutte contre la pauvreté vont ralentir et pourraient même stagner. La bonne nouvelle :
la discrimination est la conséquence de décisions – or, il est toujours possible de revenir sur
des décisions !
Pauvreté + discrimination = exclusion sociale
Les enfants qui sont victimes de ces deux formes d’injustice, la pauvreté et la
discrimination, sont marginalisés. Or, l’exclusion sociale empêche des millions
d’enfants de pouvoir manger à leur faim, de recevoir les soins médicaux dont
ils ont besoin et l’éducation à laquelle ils auraient droit. Pire encore: les enfants
concernés et leurs communautés n’ont quasiment aucune chance de pouvoir
remédier à cette situation. On ne leur donne pas la possibilité de s’exprimer à
propos de décisions déterminantes pour leur existence et aucune chance de
les influencer.
« AUCUN ENFANT OUBLIÉ »
Handicap
C’est la raison pour laquelle Save the Children lance la campagne globale
« Aucun enfant oublié ». Dans ce cadre, au cours des trois années qui viennent,
nous mettrons tout en œuvre pour que chaque enfant puisse survivre, étudier et être protégé.
Dans plus de 120 pays, nous travaillons directement avec des enfants discriminés
et développons des solutions novatrices et des approches programmatiques pour les enfants
concernés. Nous remettons en question des lois, des normes et des processus
politiques qui ont permis à la pauvreté et à la discrimination de subsister. Et nous réalisons
nos campagnes avec la participation d’enfants parmi les plus fortement défavorisés
et marginalisés, afin d’améliorer leur condition.
Ces tâches sont d’une d’actualité brûlante. Nous vivons en effet dans un monde où des cadavres
de petits réfugiés sont rejetés sur les plages, et dans lequel les petits indigènes ne peuvent
recevoir des soins de santé qui pourraient leur sauver la vie, uniquement en raison de leur lieu de
naissance. Dans un monde où l’on prive des filles de leur droit à l’éducation scolaire, ruinant
ainsi leur avenir, uniquement parce qu’elles ne sont pas des garçons. Dans un monde
où des millions d’enfants handicapés ne peuvent recevoir la formation qui leur permettrait
de pouvoir exploiter toutes leurs facultés potentielles.
Ce n’est pas le monde que nous devrions offrir à nos enfants.
Avec votre aide, nous pouvons créer un monde
dans lequel les chances de survie des enfants ne seront
pas déterminées par ce qu’ils sont ou par le lieu où ils sont nés.
Ensemble, nous pouvons mettre un terme aux discriminations.
Ensemble, veillons à ce qu’aucun enfant ne soit oublié.
• La probabilité qu’un enfant souffrant d’un handicap soit
victime d’abus sexuels est 3 à 4 fois plus élevée que
pour les autres enfants.
• 150 millions d’enfants dans le monde souffrent d’un
handicap. 80 % d’entre eux vivent dans des pays
à bas ou à moyens revenus. On constate plus de handicaps
dans les minorités ethniques que dans les groupes
majoritaires de la population.
• Au Tadjikistan, le taux de scolarisation est de 97 %
en moyenne – pour les enfants handicapés,
il n’est en revanche que de 12 %.
Au service des enfants.
Depuis 1919.
Sources : Save the Children
PERSPECTIVES
AIDER
Sur la grande scène pour Save the Children
Samar sourit à nouveau
Le 8 septembre, ce sera à nouveau le jour J: le sixième Swiss Charity Concert
Samar, six ans, vit avec sa famille
en faveur de Save the Children aura lieu à la Tonhalle de Zurich – et,
dans le camp de déplacés internes
de Khanaqeen, en Irak.
cette année, un prix attrayant destiné aux jeunes talents sera décerné.
Comme Fatima, en couverture
de ce numéro, Samar a dû quitter
Au cours de ce concert placé sous la direction du pianiste,
chef d’orchestre et conseiller d’entreprise Victor Emanuel de Monteton, non seulement on pourra entendre
l’orchestre de chambre de Prague, Praga Camerata, mais un
jeune musicien talentueux aura la possibilité de se produire
sur la grande scène !
Avec le « Swiss Charity Award », pour la première fois,
un prix sera décerné pour encourager de jeunes musiciens talentueux de moins de 18 ans. Un jury composé
d’éminents experts, dont le célèbre violoniste Koh
Gabriel Kameda, désignera, au cours d’une procédure
de sélection, l’heureux lauréat qui pourra jouer avec
l’orchestre de Prague sur la scène du Swiss Charity
Concert ce 8 septembre.
sa maison à cause d’un conflit.
La totalité de la recette du Gala de bienfaisance ira à Save
the Children. Cette année, priorité sera donnée aux espaces protégés pour les enfants que notre organisation
installe partout dans le monde, dans des situations d’urgence ou de catastrophe – par exemple dans les camps
accueillant les personnes chassées par la guerre en Syrie et
en Irak. Vous en saurez plus sur la page ci-contre.
INFORMATIONS ET BILLETS
Programme, billets, prix des places et informations
complémentaires sous ☛ swiss-charity-concert.ch
CONCOURS DES JEUNES TALENTS
Inscription des musiciennes et musiciens de moins
de 18 ans sous ☛ swiss-charity-award.ch
La mère de Samar raconte : « Dans notre village, c’était dangereux ; Nous avons dû fuir.
Samar demande constamment des nouvelles de sa meilleure amie. Dans l’espace protégé
BLIPPE-MOI
Contenu interactif
pour les enfants géré par Save the Children, Samar a trouvé de nouveaux amis.
Je suis tellement heureuse de voir ma fille enfin sourire à nouveau. »
Durant des guerres, des catastrophes naturelles ou autres
situations de crise, les enfants ont urgemment besoin de
protection. C’est la raison pour laquelle Save the Children
aménage des espaces protégés pour eux dans les camps
de réfugiés et les abris de fortune. Là, des enfants comme
Samar trouvent un lieu sûr où ils peuvent se réfugier et où
ils sont protégés du trafic d’enfants, mais aussi du travail
abusif des mineurs et autres risques. Ils bénéficient d’un
suivi psychologique, reçoivent une formation informelle
et peuvent surmonter les événements traumatisants qu’ils
ont vécus grâce à des jeux, de la peinture et du bricolage.
Merci de tout cœur
de votre don
☛ savethechildren.ch/dons
A c
B
1
23
Grâce à votre don de 100 francs,
un enfant reçoit pendant
un mois un suivi spécialisé
et une protection
Merci de nous aider
à les aider.
Votre don sera affecté là
où la détresse est la plus grande.
Possibilités de paiement
CP 80 -15233-8
IBAN CH88 0900 0000 8001 5233 8
Ou veuillez utiliser le bulletin de versement en annexe de ce magazine.
12
13
BRÈVES
BRÈVES
SAVE THE CHILDREN SUISSE – RAPPORT ANNUEL 2015
FAITS MARQUANTS EN 2015
Sur les deux pages suivantes, vous trouverez les principaux chiffres clés de notre Rapport annuel 2015. Vous pouvez con­sulter
le rapport détaillé à partir de la fin mai sur notre site web à l’adresse suivante : ☛ savethechildren.ch/rapportannuel
EN 2015, SAVE THE CHILDREN A FOURNI DE L’AIDE ET UNE PROTECTION À
PLUS DE 62 MILLIONS D’ENFANTS DANS LE MONDE.
Recettes
Dépenses liées aux projets
Charges structurelles
Charges financières
Résultat de l’exercice avant résultat des fonds
Affectation des fonds libres
Résultat annuel
Capital de l’organisation
DÉPENSES LIÉES AUX PROJETS
En 2015, 60 % de l’ensemble des dons – soit 10 % de plus
que l’année précédente – ont été affectés à des projets en
Asie. L’ Afrique vient en second, avec 19 %, suivie des projets suprarégionaux (10 %) et de l’Europe (8 %) ainsi que de
l’Amérique latine (3 %). Les crises qui ont éclaté au cours
de l’exercice sous revue ont fortement marqué l’utilisation
des dons selon les grands axes prioritaires – 36 % ont été
affectés à l’aide en cas d’urgence et de catastrophe; parallèlement, les projets concernant l’éducation (23 %), la protection de l’enfant (21 %) ainsi que la santé et l’alimentation
(19 %), ont tenu une place tout aussi importante.
Aide d’urgence et en cas 36 %
de catastrophe
(aide humanitaire)
2015
17 306
– 12 244
– 4 727
– 177
158
–
158
2 847
2014
13 710
– 9 425
– 4 015
– 41
229
–
229
2 689
Changement %
26
30
18
332
– 31
0
– 31
6
60 % Asie
19 % Afrique
10 % Projets
suprarégionaux
8 % Europe
3 % Amérique latine
23 % Education
19 % Santé et alimentation
Garantie des droits 1 %
de l’enfant
Ömer Güven entre en fonction à
son nouveau poste de directeur
général de Save the Children Suisse.
Avec lui, l’organisation se dote d’un
manager expérimenté, ayant une
longue expérience dans le domaine
de la coopération au développement internationale.
21 % Protection des enfants
N
ov
em
br
e
en milliers de CHF
Les quelque 16 000 membres
actifs soutenant nos parrainages de
projets d’Anges gardiens reçoivent
pour la première fois leur certificat
personnel. Il les accompagnera
toute l’année, leur montrant que
les dons réguliers qu’ils versent sont
affectés exactement là où il faut:
partout où les enfants les plus
fortement discriminés ont urgemment besoin d’aide.
A l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le
20 novembre, Save the Children
propose, en collaboration avec
la plateforme virtuelle kiknet, du
matériel pédagogique gratuit sur le
thème des droits de l’enfant. Nous
encourageons ainsi la formation en
la matière et la mise en œuvre des
droits de l’enfant en Suisse.
A
vr
il
Le numéro du magazine de Save
the Children « Aider judicieusement – Un avenir pour les
enfants » atteint pour la première
fois plus de 70 000 lectrices et
lecteurs.
A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, plus de 68 000
fans et «followers» de Save the
Children manifestent leur solidarité à l’égard des migrants sur
les médias sociaux en apposant
le badge «Je suis un être humain»
sur leur profil.
Se
pt
em
br
e
Les dépenses liées aux projets ont pu s’accroître de presque trois millions de francs, soit 30 %, par rapport à l’exercice
précédent. Les charges structurelles n’ont, en revanche, quasiment augmenté que de moitié, soit 18 %, ce qui témoigne
d’une structure organisationnelle efficace et bien conçue à l’intérieur de Save the Children Suisse.
Le séisme catastrophique qui a
ravagé le Népal a suscité en
quelques heures l’une des inter­
ventions humanitaires les plus
rapides et les mieux coordonnées
mises sur pied par Save the
Children. Elle témoigne de la
puissance d’action et de la flexi­
bilité de notre réseau international.
Rien qu’en Suisse, nous avons reçu
667 000 CHF de dons en faveur
des victimes du terrible tremblement de terre.
A
oû
t
RECETTES ET DÉPENSES
Ju
ill
et
Les recettes, qui ont augmenté de 3,6 millions par rapport à l’exercice précédent, soit une hausse de 26 %, enregistrent
un nouveau record, avec un total de 17 millions de francs.
Ja
nv
ie
r
CHIFFRES CLÉS
La solidarité de la population suisse
envers les personnes fuyant la violence
connaît de nouveaux records. Désormais, Save the Children travaille le long
des routes migratoires dans plus de
douze pays, fournissant des biens de
première nécessité aux enfants ainsi
qu'aux familles.
D
éc
em
br
e
Ju
in
SAVE THE CHILDREN SUISSE – RAPPORT ANNUEL 2015
FAITS ET CHIFFRES 2015
Save the Children est accréditée
en tant qu’organisation partenaire
de la Chaîne du Bonheur.
Cela nous permettra désormais
un plus vaste engagement en
faveur des enfants dans des
situations de crises humanitaires.
Au service des enfants.
Depuis 1919.
14
15
Au service des enfants.
Depuis 1919.
Nous améliorons la vie des enfants dans le monde entier.
Nous nous engageons pour un monde qui respecte les droits de l’enfant.
Un monde dans lequel tous les enfants vivront en bonne santé et en sécurité.
Un monde où ils pourront grandir libres et prendre en main leur destin.
CP 80 -15233-8
Save the Children
Sihlquai 253
8005 Zurich
T 044 267 74 70
info@savethechildren.ch
www.savethechildren.ch
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
7 188 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler