close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chapitre 2

IntégréTéléchargement
CHAPITRE II
II L’Extraction Sans Solvant Assistée par chauffage microondes
Extraction de l’huile essentielle de quelques plantes aromatiques « fraiches »
II.1 Le basilic
- Caractéristiques botaniques
Le basilic appartient au genre Ocimum de la famille des Lamiacées. Cette famille, dénommée
aussi Labiacées provient de l’ordre des Tubiflorales ou Labiales, classe d’angiospermes,
dicotylédones, gamopétales. Cette herbacée annuelle sous des climats tempérés, mais vivace
en climat tropical est originaire d’Asie et d’Inde plus précisément. Elle s’est ensuite propagée
en Perse et en Egypte. La multiplication se fait par semis sur sol drainé, exposé au soleil. Les
feuilles ovales, vertes avec de petites fleurs sont rassemblées en grappes de couleur blanche à
rose pâle. Le genre Ocimum est composé de plusieurs espèces parmi lesquelles le basilic
citron (Ocimum canum L.) ou le basilic sacré (Ocimum sanctum L.). Le basilic étudié est
commun, il porte le nom latin d’Ocimum basilicum L.
- L’huile essentielle
Obtenue par entraînement à la vapeur d’eau ou hydrodistillation des parties aériennes de la
plante, l’huile essentielle de basilic dont le rendement est inférieur à 1%, possède un arôme
chaud et pénétrant et un goût légèrement citronné et anisé. D’après les normes internationales,
et selon les études précédemment effectuées sur la composition de l’huile essentielle
d’Ocimum basilicum L., le linalol, le 1,8-cinéole, l’estragol et l’eugénol semblent être les
composés majoritaires de cette huile. Comme beaucoup d’espèces de la famille des Labiées,
la composition de l’huile essentielle va fortement varier selon la variété, le sol, le climat, les
heures et périodes de récolte.
- Valorisation
L’origine du mot basilic provient du grec « basilikon » qui signifie « royal ». En Inde, cette
herbe sacrée caractérisait des divinités auxquelles il était courant de faire des offrandes. Outre
le coté mystique, le basilic a de tout temps eu son importance dans le domaine culinaire. Sa
culture quasi universelle, en fait une herbe aromatique utilisée dans toutes les cuisines du
monde. Aussi bien dans le « pesto » génois que dans les mets indiens ou thaïlandais et
méditerranéens.
- Utilisation médicinale
Ses vertus d’abord d’ordre mystique et érotique dans l’Antiquité en ont fait une herbe miracle
à la Renaissance capable de soigner les maux d’ordre psychique. De façon plus rationnelle, on
utilise de nos jours le basilic pour soigner les digestions difficiles, les infections intestinales,
les migraines, le surmenage, les angoisses et les vertiges.
1
II.2 La menthe des jardins
- Caractéristiques botaniques
La menthe appartient au vaste genre Mentha, de la vaste famille des Lamiacées à laquelle
appartiennent aussi le basilic et le thym. Originaire d’Europe, les menthes se sont diffusées
sur tout le globe jusqu’en Amérique du Nord, en Australie et au Japon. Plante vivace rustique,
à souche traçante, ses feuilles sont opposées comme toutes les labiées. Sa multiplication est
très facile par bouturage ou division des pieds, cependant elle peut devenir très vite
envahissante. La dénomination « menthe » regroupe en réalité plusieurs espèces différentes du
genre Mentha parmi lesquelles la menthe poivrée, Mentha piperita L. La menthe des jardins
ou menthe crépue, Mentha crispa L. dépasse rarement 60 cm de hauteur, ses fleurs sont
mauves pâles au printemps et ses feuilles d’un vert vif sont ridées et frisées d’où son surnom
de crépue.
- L’huile essentielle
L’huile essentielle de menthe des jardins est caractérisée par une teneur élevée en
carvone (environ 50%) et en limonène comme cela est également le cas pour l’huile
essentielle de carvi.
- Valorisation
Comme beaucoup de plantes de la famille des Labiées, la menthe crépue ou menthe
des jardins est utilisée comme plante aromatique en cuisine à la fois dans les plats et les
boissons (sirop, infusion…). Son huile essentielle est aussi valorisée en parfumerie et en
savonnerie.
- Utilisation médicinale
L’infusion des feuilles de menthe crépue est utilisée pour ses propriétés antiasthmatique,
antiseptique, tonique et pour la digestion. De plus ses vertus sont reconnues pour soigner les
désordres biliaires, la constipation et les jaunisses.
II.3 Le thym
- Caractéristiques botaniques
Le thym, Thymus vulgaris L, appartient aussi à la famille des
Lamiacées. Originaire du bassin méditerranéen, cet arbrisseau aux nombreux rameaux serrés,
est une espèce végétale vivace rustique ou semi-rustique. Il existe plus de 100 espèces du
genre Thymus dont 65 rien qu’en Europe, toutes se multipliant par bouturage. Quelque soit les
2
espèces, les fleurs vont d’un rose pâle au mauve et les feuilles très petites sont généralement
vertes et pointues.
- L’huile essentielle
Issue du feuillage de la plante, l’huile essentielle possède une composition chimique variable
selon les chimiotypes*, les sols, les climats, les périodes, les heures de récoltes et les
conditions du stockage. Elle est néanmoins toujours dominée par le thymol qui lui confère
puissance et chaleur.
- Valorisation
Utilisée en parfumerie, ou telle quelle, l’huile essentielle de thym rappellera facilement aux
vacanciers l’odeur de la garrigue provençale. Ingrédient caractéristique et indispensable de
nombreux plats méridionaux, son utilisation en cuisine est devenue aujourd’hui quasi
universelle.
- Utilisation médicinale
À la fois herbe magique et curative pour les Romains, Panacée universelle pour Sainte
Hildegarde, il fut le remède miracle du XVIième siècle. Actuellement, l’huile essentielle de
thym est utilisée pour ses vertus carminatives, antimicrobiennes, antibactériennes et
antifongiques. Connu depuis toujours comme un antiseptique puissant, en infusion le thym
peut être utilisé en bain de bouche ou en gargarisme pour lutter contre des
gencivesenflammées et les maux de gorges.
* Chimiotype : composé chimique majoritaire présent dans l’huile essentielle. Pour une même
espèce botanique, il peut exister plusieurs chimiotypes d’huiles essentielles.
Paramètres
Pourcentage d’humidité (%)
Basilic
90
Menthe des jardins
95
Thym
80
Le thym est la plante aromatique qui fournit la plus grande quantité d’huile essentielle avec un
rendement de 0,16%. La menthe des jardins présente un rendement de 0,095% et le basilic de
seulement 0,03%.
Chacune des trois huiles essentielles a été injectée sur une colonne capillaire apolaire
SPB5TM en chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CG/SM). Les
résultats sont exposes au chapitre VI.
Notes olfactives des composés majoritaires des huiles essentielles :
Linalol : légère, fraîche, florale, légère note d’agrumes
Eugénol : puissante, chaude, épicée
Limonène : fraîche, léger parfum d’agrumes
Carvone : chaude, herbacée, épicée, pénétrante
p-Cymène : note d’agrume évoquant le citron et la bergamote
γ-Terpinène : herbacée, note d’agrume
Thymol : puissante, herbacée, chaude, moyennement tenace
II.4 La sauge
3
- Caractéristiques botaniques
Les sauges (nom scientifique : Salvia) sont un genre de plantes de la famille des Lamiacées
qui comprend plus de 900 espèces, annuelles, bisannuelles, vivaces ou arbustives. Une dizaine
d'entre elles sont indigènes en Europe, la sauge des prés par exemple.
Le nom vient du latin salvare, « sauver ». Certaines espèces de sauge, principalement la sauge
officinale, possèdent en effet de nombreuses vertus médicinales. Elles étaient considérées au
Moyen Âge comme une panacée. Les sommités fleuries et les feuilles de deux espèces
principalement, la sauge sclarée (Salvia sclarea) et la sauge officinale (Salvia officinalis),
étaient utilisées en infusions et décoctions.
Certaines espèces de sauges, en particulier Salvia divinorum (la « sauge divinatoire », connue
localement sous des noms divers comme hojas de la pastora ou yerba de María), possèdent
des effets hallucinogènes, et sont encore employées dans les rites chamaniques de certaines
tribus d'Indiens d'Amérique ou comme psychotrope. La très grande majorité des espèces est
cependant totalement inoffensive.
- L’huile essentielle
Diterpènes et triterpènes, salvène, flavonoïdes, huile essentielle à thuyone, tanin.
- Utilisation médicinale
Antiseptique, Antispasmodique, Antisudorale, Apéritive, Bactéricide, Calmante, Céphalique,
Coronarienne, Digestive, Énergétique, Enraye la montée de lait, Diurétique léger,
Emménagogue, Fébrifuge, Laxative, Fluidifiant sanguin, Stimule la mémoire, Tonique. La
sauge possède une action œstrogénique. C’est un régulateur hormonal qui agit sur la sphère
uro-génitale féminine en cas de trouble.
II.5 La menthe
- Caractéristiques botaniques
La menthe appartient au vaste genre Mentha, de la vaste famille des Lamiacées à laquelle
appartiennent aussi le basilic et le thym. Originaire d’Europe, les menthes se sont diffusées
sur tout le globe jusqu’en Amérique du Nord, en Australie et au Japon. Plante vivace rustique,
à souche traçante, ses feuilles sont opposées comme toutes les labiées. Sa multiplication est
très facile par bouturage ou division des pieds, cependant elle peut devenir très vite
envahissante. La dénomination « menthe » regroupe en réalité plusieurs espèces différentes du
genre Mentha parmi lesquelles la menthe poivrée, Mentha piperita L. La menthe des jardins
ou menthe crépue, Mentha crispa L. dépasse rarement 60 cm de hauteur, ses fleurs sont
4
mauves pâles au printemps et ses feuilles d’un vert vif sont ridées et frisées d’où son surnom
de crépue.
- Valorisation
Comme beaucoup de plantes de la famille des Labiées, la menthe crépue ou menthe des
jardins est utilisée comme plante aromatique en cuisine à la fois dans les plats et les boissons
(sirop, infusion…). Son huile essentielle est aussi valorisée en parfumerie et en savonnerie.
- L’huile essentielle
L’huile essentielle de menthe est caractérisée par une teneur élevée en carvone (environ 50%)
et en limonène comme cela est également le cas pour l’huile essentielle de carvi.
- Utilisation médicinale
L’infusion des feuilles de menthe crépue est utilisée pour ses propriétés antiasthmatiques,
antiseptique, tonique et pour la digestion. De plus ses vertus sont reconnues pour soigner les
désordres biliaires, la constipation et les jaunisses.
II.6 Le romarin.
- Caractéristiques botaniques
Le romarin peut atteindre jusqu'à 1,50 m de hauteur, voire jusqu'à 2 m en culture. Il est
reconnaissable en toute saison à ses feuilles persistantes sans pétiole, coriaces, beaucoup plus
longues que larges, aux bords légèrement enroulés, vert sombre luisant sur le dessus,
blanchâtres en dessous. Leur odeur, très camphrée, évoque aussi l’encens d'où il doit son nom
« ensencier » en provençal.
La floraison commence dès le mois de février, parfois en janvier, et se poursuit jusqu'en avrilmai. Certaines variétés peuvent fleurir une deuxième fois en début d’automne. La couleur des
fleurs, qui se présentent en grappes assez semblables à des épis, varie du bleu pâle au violet.
On trouve également, mais plus rarement, la variété à fleurs blanches R. officinalis albiflorus.
Leur calice est velu, à dents bordées de blanc. Elles portent deux étamines ayant une petite
dent vers leur base. La lèvre inférieure de la corolle est profondément divisée, faisant penser
au labelle de certaines orchidées. Comme pour la plupart des Lamiacées, le fruit est un
tétrakène. Ce dernier est de couleur brune.
- L’huile essentielle
L’huile essentielle du romarin (1 à 2% dans la plante) contient : de l’α-pinène (7 à 80%), de la
verbénone (1 à 37%), du camphre (1 à 38%), de l’eucalyptol (1 à 35%), du bornéol (4 à 19%),
de l’acétate de bornyle (jusqu’à 10%) et du camphène.
En plus de l’huile essentielle on trouve dans le romarin : 2 à 4% de dérivés triterpéniques tels
que : l’acide ursolique, l’acide oléanolique, l’acétate de germanicol ; des lactones
diterpéniques : picrosalvine, dérivés de l’acide carnosolique, rosmanol, rosmadial , des acides
phénoliques , des acides gras hydroxylés surtout des dérivés de l’acide décanoïque , des
5
acides gras organiques : l’acide citrique, glycolique et glycérique , des stérols, de la choline,
du mucilage et de la résine .
- Valorisation
Le romarin est souvent cultivé pour son huile aromatique et considérée utile pour contrôler
l'érosion du sol.
L’huile du romarin a été largement répandue pendant des siècles, comme un des ingrédients
en produits de beauté, savons, parfums, désodorisants, aussi bien pour l'assaisonnement et la
conservation des produits alimentaires.
- Utilisation médicinale
Dans la médecine traditionnelle ses parties aériennes sont utilisées par voie orale pour
soulager la colique rénale, les dysménorrhées et comme antispasmodique. Dans le Mexique et
le Guatemala, il est employé principalement comme remède de post-partum et traite
également les problèmes respiratoires et les infections de la peau. En Espagne, l’huile du
romarin est très populaire pour beaucoup de genres de douleur, y compris les douleurs
musculaires rhumatismales et traumatiques. Au Maroc, l’infusion des feuilles est utilisée
comme apéritif, cholagogue, stomachique et emménagogue. En usage externe, les
cataplasmes faits avec les compresses de la décoction concentrée sont appliqués comme
vulnéraires. La poudre des feuilles est saupoudrée comme cicatrisant et antiseptique. La
fumigation du romarin est indiquée pour calmer les maux de dents. Depuis quelques
décennies, l’huile essentielle du romarin est utilisée en massage sédatif dans les rhumatismes
et la sciatique. Les feuilles séchées servent à conserver la laine de l’attaque des mites. En
Turquie, la décoction de feuilles du romarin a été traditionnellement employée pour traiter les
diabétiques.
L'infusion des feuilles est tonique, antitussive, carminative, antiasthmatique, fébrifuge, et antiparalytique. On le recommande dans les asthénies, les troubles du foie, contre les dyspepsies
atoniques ainsi que contre les céphalées et les migraines d’origine nerveuse, les vertiges et les
troubles de mémoire. Il a été également employé en tant qu’analgésique, antiépileptique,
diurétique, ainsi que pour traiter l'ictère et sa fumée a été employée contre la peste.
II.7 L’eucalyptus.
- Caractéristiques botaniques
Grand arbre ornemental hétérophylee poussant rapidement pouvant atteindre 60 m de hauteur,
à tronc lisse. Les feuilles polymorphes, larges et opposées sur les plantes juvéniles âgées sont
alternes et falciformes, à pétrole tordu et orientées verticalement en raison de leurs deux faces
semblable, l’eucalyptus est un arbre originaire d’Australie ou il compose plus 90 % des forêts
naturelles. Le genre est très vaste puisqu’on dénombre prés de 700 espèces.
- L’huile essentielle
Le rendement en huile essentielle est de 1,5 à 3,5% des feuilles. Le constituant majeur de
l’huile essentielle d’Eucalyptus officinale est le cinéole (70 à85% = 1,8 cinéol, eucalyptol).
6
De petites quantités de monoterpénes sont présentes (α-pinène, β- pinène-limonène, αphellandréne, p-cyméne, terpinéol…..) ainsi que quelques sesquiterpénes (aromadendréne,
globulol, lédol et virid).
- Utilisation médicale
On utilise les feuilles en infusion, en inhalation, fumigation et sous forme de cigarettes.
L’eucalyptus est un antiseptique et un antispasmodique des voies respiratoires, sédatif,
hypoglycémiante, antirhumatismal, stimulant et diabète, les douleurs rhumatismales, certaines
affections des vois urinaires, les migraines, les sinusites et les vers intestinaux. L’extraction
d’huile essentielle est réalisée à partir des feuilles et rameaux à une dose de 10 à 30 ml,
l’huile essentielle est mortelle chez l’homme. Le cinéole, facilement résorbé par voie
pulmonaire digestive aussi, bien que par voie cutanée ou rectale, est éliminée par voie par
voie rénale et voie pulmonaire.
II.8 La marguerite.
-Caractéristiques botaniques
La Marguerite commune (Leucanthemum vulgare) est une plante herbacée vivace de la
famille des Asteraceae. C'est une plante en touffe, à tige érigée, ridée, aux feuilles basales
pétiolées, aux caulinaires engainantes dentées. Les inflorescences sont de grands capitules aux
ligules blanches autour du centre jaune. Elle se rencontre dans les prés, accotements, bois
clairs, sur substrat calcaire à légèrement acide ; c'est une plante très commune dans toute
l'Europe.
- Utilisation médicinale
En cuisine : les feuilles jeunes et fraiches de marguerite se consomment en salade. En
phytothérapie : on utilise les fleurs séchées en infusion. La marguerite possède des propriétés
antispasmodiques, calmantes, digestives, astringente tout comme la camomille qui est de la
même famille
Elle est de la même sous-famille que la camomille et possède des propriétés semblables:
calmantes, astringente, digestives et antispasmodiques.
II.10 Géranium rosat
- Caractéristiques botaniques
Au 18e siècle, le pélargonium, originaire d’Afrique du sud, également appelé géranium, était
très prisé. Il jouissait, dans les parcs des maisons princières d’Angleterre, de France et plus
7
tard aussi d’Italie et d’Allemagne, d’un statut quasiment royal. Les principales zones de
culture pour l’extraction d’huile essentielle de géranium sont de nos jours certaines régions de
France, d’Italie, d’Inde et de l’ancienne Union soviétique ainsi qu’une île des Caraïbes, la
Réunion, d’où vient l’huile essentielle de géranium la plus connue, l’«huile Bourbon».
Les botanistes appellent pélargonium cette plante, dénommée à tort géranium et également
connue sous le nom de géranium des fleuristes. Les nombreuses espèces de cette famille de
plantes originaires des zones côtières d’Afrique du Sud se caractérisent par leurs feuilles à
l’odeur très délicate et ont souvent des noms sonnants comme Pelargoniumcrispum, «Prince
of Orange», Pelargoniumquercifolium à l’odeur d’encens ou encore le Célèbre Pélargonium
gravelons ainsi que Pelargonium crispum à l’odeur caractéristique de citron.
Cette plante odoriférante privilégie les endroits ensoleillés à mi-ombragés et elle a besoin
d’une bonne terre perméable et riche en humus pour des racines saines. Il faut en tout cas
éviter l’eau stagnante qui risque de faire pourrir les racines. Les pélargoniums doivent rester
dehors, dans un endroit protégé, pendant les mois d’été. Le mieux est de les cultiver en pot
afin de pouvoir les rentrer en hiver. L’odeur des feuilles est la plus intense peu avant la
floraison. Une taille modérée à deux reprises pendant les mois d’été favorise une croissance
saine et dense. Comme les plantes ne supportent pas le gel, elles doivent passer l’hiver dans
un endroit clair et plutôt frais.
- L’huile essentielle
Elle est extraite par entrainement a la vapeur de la tige de la plante ce qui permet de garder
intact ses vertus et ses caractéristiques, et notamment ses senteurs bien particulières. L’huile
essentielle de géranium rosat est reconnue tout particulièrement pour ses qualités odorantes et
entre dans la composition de nombreux parfums
Couvertes de poils glanduleux microscopiques qui libèrent leurs parfums au toucher ou à la
chaleur.
Extraction sans solvant assistée par chauffage
microondes a air pulsé
- Valorisation
Il est étonnant de voir les nombreuses manières dont on peut utiliser les feuilles et les fleurs
généralement délicates de la plante dans la cuisine. Des fleurs pour décorer une salade mettent
non seulement une note colorée, mais également des accents goûteux. Les feuilles finement
hachées peuvent servir pour assaisonner des sauces, des flans et pour confectionner des
confitures et du sirop. Mais les biscuits, gâteaux et pains peuvent également être aromatisés
avec les différentes fragrances des pélargoniums. Les feuilles odorantes et les fleurs graciles
de la plante sont bien sûr aussi parfaites pour décorer une table festive, et un pot-pourri de
fleurs et d’arômes envoûtants est un magnifique cadeau très personnel.
Ses feuilles, emballées dans un sachet odorant, peuvent également servir de diffuseur de
parfum.
8
- Utilisation médicinale
Quelques-unes seulement des quelque 230 sortes/espèces de ce genre abondant jouent un rôle
en tant que plantes médicinales. En font partie Pelargoniumr ensiforme, P. sidoides, P. triste et
bien Entendu Pelargonium graveolens.
En usage interne, la plante est employée en cas de nausées, d’inflammation des amygdales et
de faiblesse circulatoire.
L’huile essentielle de géranium que renferment les crèmes pour le visage a une action
surgraissante sur la peau, inhibe les mycoses et guérit également les eczémas. L’huile
essentielle de géranium est également utilisée comme traitement secondaire en cas de
dépression et de troubles hormonaux.
L’huile essentielle extraite du P. graveolens est un ingrédient important des produits de soins
cutanés et parfums et est employée avec succès également dans l’aromathérapie.
II.11 La rue
- Caractéristiques botaniques
La rue, est une plante vivace originaire de la région méditerranéenne. Sauvage ou
cultivée, elle est surtout employée pour ses vertus médicinales, mais on l'emploie également
dans l'alimentation, la parfumerie et pour le contrôle des ravageurs. La rue est une plante
sous-arbrisseau aromatique du pourtour méditerranéen vivace glabre de forme presque
arbustive. La rue émet une odeur fétide très forte, plutôt désagréable et le goût de ses feuilles
est très amer et acre. Feuilles glauques polylobées. Fleurs jaunes à 5 pétales et à capsules
rondes.1 mètre de hauteur environ. En Europe, la floraison a lieu en mai-juin et la
fructification en fin d'été. On y distingue deux variétés cultivées, soit la variété divaricata qui
possède des feuilles brillantes de couleur jaune-vert et la variété variegata dont les feuilles
sont panachées.
Dans son aire de distribution naturelle, on retrouve la rue dans des endroits abrités sur sol sec
et pierreux ou calcaire. La rue croîtra cependant en sol humide ou sec en autant qu'il soit bien
drainé. La rue va mieux persister et sera moins affectée par le froid dans un sol pauvre et sec
que dans un sol très fertile. Plante originaire du Sud-est de l'Europe (Ukraine, Albanie ,
Bulgarie, ex-Yougoslavie). Elle est largement naturalisée dans toute l'Europe et en Afrique du
Nord. La rue est aussi largement répandue en Amérique du Sud, à l'état sauvage ou cultivée
pour ses propriétés médicinales.
- Valorisation
Ruta est utilisée dans la Grèce antique et en Egypte pour provoquer les règles et même des
avortements. Son parfum très particulier fait fuir les chats et les rongeurs de son entourage.
Panacée du Moyen-Âge, on la tenait pour anti-aphrodisiaque (il y en avait autour beaucoup
de cloîtres), elle était utilisée contre l'épilepsie, et contre les empoisonnements.
Traditionnellement, la rue était plantée sous les figuiers dans les pays méditerranéens. Ce
compagnonnage permettait de diminuer l'amertume de la rue et d'en augmenter le rendement.
La rue n'aime pas le compagnonnage avec le basilic.
9
- L’huile essentielle
0,5 % d’huile essentielle (dont 50 à 90 % de 2-undécanone et autres cétone), Flavonoïdes
(dont rutine = rutoside ou quercétol-3-rhamnoglucoside, 1 %), Furanocoumarines (dont
bergaptène, psoralène), 7-hydroxycoumarine, 4-hydroxycoumarine, 7-méthoxycoumarine.
Alcaloïdes quinoléiques (1,4 %) fagarine, arborinine, skimmianine, rutacridone,
hydroxyrutacridone.
L’extraction sans solvant assistée par chauffage microondes.
- Valorisation
Les feuilles hachées finement sont servies en salade en petite quantité en Italie et en
Allemagne.
En Angleterre, les feuilles étaient autrefois bouillies avec de la mélasse pour les conserver
longtemps.
Les feuilles séchées servent à faire un thé emménagogue qu'on ne doit toutefois pas prendre
tout de suite après les repas.
Les Éthiopiens broyent les graines pour en faire une sauce forte et utilisent les feuilles comme
présure. Ils mélangent également les feuilles avec les feuilles de café pour en faire un
breuvage semblable au café.
Au Moyen-Orient, la rue est utilisée dans la fabrication d'un produit à base de beurre de
chèvre ou de brebis qui se conserve pendant quatre mois. L'industrie alimentaire utilise l'huile
de rue comme aromate de type "noix de coco" dans la fabrication de breuvages nonalcoolisés, patisseries, bonbons, produits laitiers glacés et poudings. L'utilisation de l'huile ne
dépasse pas 0.01%. L'herbe elle-même est utilisée à moins de 2 ppm dans l'industrie
alimentaire.
L'huile est utilisée en parfumerie.
Utilisation Médicinale
L'effet de la rue sur la peau revêt deux aspects. D'une part, la rue, comme plusieurs rutacées et
certaines ombellifères, contient des composés susceptibles de provoquer des dermatites sous
l'action du soleil.
Il est reconnu depuis longtemps que le jus ou la sève des feuilles de la rue sert d'antidote
contre les morsures de serpent, les piqûres d'insectes et les allergies dûes aux plantes. Elle
servirait également à soigner les maladies de peau comme le psoriasis ainsi que les blessures.
La rue est antispasmodique. Les feuilles fraîches écrasées en application externe soulagent la
sciatique. Traditionnellement, la rue était utilisée dans les cas d'épilepsie. Les victimes de la
maladie portaient des feuilles de rue au cou pour prévenir les crises.
Une des propriétés reconnues de la rue est sa capacité pour abaisser la pression artérielle, ce
qui en fait une plante utile pour le traitement des vaisseaux sanguins. La rue accroît également
le flot sanguin au système gastro-intestinal, aidant dans le cas de coliques ou troubles
digestifs.
10
Les anciens reconnaissaient les vertus de la rue dans les cas de trouble de la vue. En
homéopathie, le jus extrait des plantes fraîches est utilisée pour renforcir la vue. On baigne les
yeux plusieurs fois par jour avec le liquide jaune obtenu en pressant les fleurs ayant trempées
dans l'eau.
Le jus chauffé soulagerait également les maux d'oreilles.
La rue est un antihelminthique, un vermifuge et un anti-amibique.
La rue serait aussi bonne pour renforcer les os et les dents.
La rue est l'une des composantes du vinaigre des quatre voleurs, remède phytothérapeutique
bien connu. Elle est aussi employée comme gargarisme.
La rue a déjà été employée dans de nombreux remèdes vétérinaires surtout pour aider à la
délivrance et contre la météorisation chez les bovins, caprins et ovins. D'autres usages, ceuxlà empiriques, incluent le traitement des fièvres persistantes des bovins, des parasites
intestinaux, de la morve des chevaux, des parasites externes et la prévention de la rage. En
homéopathie animale, la rue entre dans la composition d'un remède antirhumatismal et d'une
poudre calcique.
Les symptômes d'un empoisonnement à la rue chez les animaux sont: salivation, gastroentérite aiguë, excitation puis prostration, bradycardie et avortement.
La rue, de par sa forte odeur et ses composés puissants, est utilisé pour le contrôle des
ravageurs, notamment contre les insectes. La rue est toxique pour les mollusques, les poissons
et les oiseaux. Elle serait aussi nématicide pour :
Maladies bactériennes.
Répulsif d'insectes nuisibles.
Attractif d'insectes nuisibles.
Le brut provoque des inflammations et des irritations de la peau. Il peut être utilisé avec
prudence dans le traitement des troubles des capillaires sanguins: l'insuffisance veineuse:
varices, hémorroïdes, de l'aménorrhée, les infections par les helminthes, gastrites, ulcères
gastro - duodénaux. Également utilisé comme (spasmolytique spasmes gastro-intestinaux) et
d'hypotension. À des doses élevées peut être abortive.
En usage externe est indiqué dans les os et les inflammations conjointe, l'eczéma et le
psoriasis.
Il est préférable de s'abstenir de prescrire des huiles essentielles par l'intermédiaire interne
pendant la grossesse, allaitement, enfants de moins de six ans ou les patients souffrant de
gastrite, ulcères, le syndrome du côlon irritable, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, une
maladie hépatique, épilepsie, Parkinson ou d'autres neurologiques.
L’intoxication peut provoquer: gastro-entérite, une salivation accrue, d'excitation suivie d'une
dépression, un gonflement de la langue et de la gorge, des tremblements, des convulsions, des
métrorragies, la néphrite, vertiges, confusion mentale, le foie et l'intestin grêle et même la
mort par dépression cardio-respiratoire.
II.12 laurier noble
- Caractéristiques botaniques
11
Le Laurier, Laurier vrai ou Laurier-sauce, est un arbuste à feuilles persistantes et coriaces,
originaire du bassin méditerranéen. Son nom scientifique est Laurus nobilis. La famille des
Lauracées.
Les feuilles dégagent une odeur aromatique quand on les froisse. Les fleurs, blanchâtres,
groupées par 4 à 5 en petites ombelles, apparaissent en mars-avril. C'est une plante dioïque
(fleurs mâles et femelles sur des pieds séparés). Le fruit est une petite baie ovoïde, noir
violacé et nue.
- Valorisation
Chez les Grecs et les Romains anciens, l'usage s'était établi de couronner de laurier les poètes
et les vainqueurs. Au Moyen âge aussi, on couronnait de laurier les savants distingués dans
les universités. Dans les écoles de médecine, la couronne dont on entourait la tête des jeunes
docteurs était faite de rameaux feuillés de laurier avec des baies, d'où le nom « baccalauréat »
(bacca laurea : baie de laurier) donné encore de nos jours. Le laurier est toujours un symbole
de paix. Cet organisme végétal possède une caractéristique commune avec le sapin ou
l'épicéa, il demeure vert en hiver. Cette caractéristique a été reprise pour faire de cette plante
un symbole d'immortalité.
En Grèce, cet arbuste dédié à Apollon représente l'immortalité acquise par la victoire, et
représente les conditions mêmes de la victoire : la sagesse unie à l'héroïsme, d'où l'origine de
la couronne de laurier qui ceint la tête des héros, des génies et des sages. Il est associé au
prénom Laure qui signifie « victoire »
Préférez une plantation à l’automne ou au printemps en dehors des périodes de gel. Le laurier
sauce a besoin de soleil mais tolère la mi-ombre.
Le bouturage est adapté et facile à réaliser avec le laurier sauce, privilégiez un bouturage
semi-aoûté.
La feuille de laurier-sauce s'emploie en Europe généralement séchée. La feuille très utilisée en
cuisine pour tous les courts-bouillons, matelotes ou ragoûts est employée fraîche.
- L’huile essentielle
Les feuilles du Laurier sauce contiennent une huile essentielle représentant 1 à 3% du poids
sec. Cette huile renferme 30 à 70% de cinéol, ainsi que plusieurs composés terpéniques :
Linalol, géraniol, eugénol, pinène, terpinène, phélandrène. En plus de cette huile essentielle,
les feuilles du Laurier sauce contiennent également des alcaloïdes aporphiniques, comme
la cryptodorine ou l'actinodaphnine qui sont responsables d'une activité cytotoxique ( in vivo :
La cytotoxicité est la propriété qu'a un agent chimique ou biologique d'altérer des cellules,
éventuellement jusqu'à les détruire ), des lactones sesquiterpèniques, ainsi que
18 flavonoïdes dont certains dérivés du kaempférol. Les fleurs du Laurier sauce renferment
également une huile essentielle contenant les composés suivants : b-carophyllène,
viridiflorène, b-élémène, germacradiènol, germacrène D. De même, les racines contiennent
une huile essentielle constituée de divers monoterpènes et sesquiterpènes, oxygénés ou non.
- Utilisation médicinale
Les fleurs de Laurier-sauce séchées peuvent aussi s'utiliser en infusion avec une cuillère de
miel et les baies séchées ont les mêmes propriétés culinaire que les feuilles ; elles s'utilisent de
la même manière que la noix de muscade (avec une râpe), à utiliser toutefois avec modération
car la présence de lactones et d'alcaloïdes peut donner une certaine amertume, en effet le
Laurier-sauce entre dans la composition de certains phyto-médicaments à visée amaigrissante.
Ses bio-composants sont excellents pour la digestion s'ils sont pris pendant ou après le repas
(exemple: en infusion) et à l'inverse une tisane de feuilles de Laurier-sauce avant manger peut
couper l'appétit.
12
On peut les utiliser fraîches mais également séchées, plusieurs mois après les avoir récoltées,
car elles conservent leur saveur. Les feuilles fraîches ont plus de parfums que celles que l’on
sèche.
L’infusion de laurier sauce est excellente pour la digestion, il suffit pour cela de laisser infuser
3 feuilles de laurier sauce pour une tasse d’eau bouillante et de la boire une fois l’eau tiède
La feuille de laurier-sauce s'emploie également pour traiter les crampes abdominales en
infusion. Au Maroc et en Tunisie, on frictionne les chevaux avec des feuilles fraîches afin
d'éloigner les mouches, mais on utilise aussi la feuille broyée en poudre pour lutter contre les
fortes migraines en la prisant.
Il ne faut pas confondre le laurier rose avec le laurier. Celui-ci n'est pas utilisé en cuisine, car
toxique. Beaucoup d'autres plantes sont également appelées lauriers, mais n'appartiennent ni
au genre Laurus, ni même, pour la plupart, à la famille des Lauracées. On pourra citer :
Le laurier rose (Nerium oleander), de la famille des Apocynacées, extrêmement toxique
Le laurier-tin (Viburnum tinus), de la famille des Caprifoliacées
Le laurier du Portugal (Prunus lusitanica) qui est une rosacée.
De tous les lauriers, seul le laurier sauce est comestible. Une confusion pourrait avoir de
graves conséquences : l'emploi de feuilles d'autres « lauriers » dans la cuisine ou
en infusion risquerait de conduire à l'intoxication.
Parmi tous les lauriers, le laurier rose est une des plantes les plus dangereuses dont toutes les
parties sont toxiques. L'ingestion d'une simple feuille peut s'avérer mortelle pour un adulte, en
raison des troubles cardiaques souvent provoqués. Cet arbre vivace possède d'élégantes fleurs
parfumées, qui ne sont d'ailleurs pas nécessairement roses. Certaines sont blanches, rougerose, orangées ou rouge-orangées.
13
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
603 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler