close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

affaires culturelles

IntégréTéléchargement
# 733
DU 23 au 29 MAI 2016
anousparis.fr
Escalade parisienne
© Michael Braun
BLOC
PARTY
Sons Cahier spécial: les meilleurs festivals de l’été
Conversation Le Basic Instinct de Paul Verhoeven
Tendance Quand les makers inventent demain
Centre dramatique national
Direction
Robin Renucci
un mois de théâtre intense :
cinq spectacles,
des ateliers et des débats
l’école des femmes
de molière
mise en scène christian schiaretti
de passage
de stéphane jaubertie
mise en scène johanny bert
le faiseur
d’honoré de balzac
mise en scène robin renucci
la leçon
d’eugène ionesco
mise en scène christian schiaretti
74
texte et mise en scène
laure bonnet
39
Th
Ca é â
ré r t t r
se ou e
de
rv
c
at he l
’É
io
ns r i e p é
au , P e
01 a r i d e
48 s 1 b o
08 2 e is
ux
26
m
l
ai
a
e
d e sc g > 2 j
s a r a uil
Tr l
l
ét e n
ea
œuvrer
Des ateliers de pratique théâtrale
tous les week-end.
Renseignements au 01 53 89 12 60
Les débats du dimanche autour
de Robin Renucci et ses invités
édito
03
Le nouveau plan de JR
C’est l’affaire de la semaine et quand on
l’évoque, il y a dans l’air comme un parfum
de bons vieux polars, d’histoires rétro où des
filles téméraires jouaient les détectives. Une
réminiscence aussi des aventures en noir et
blanc du fantôme Belphégor, cultes depuis
les années 60, parce qu’une Juliette Gréco
mystérieuse à souhait y disait que non, tout
en laissant présumer que oui, ce n’était pas
elle qui hantait les couloirs du musée,
cachée sous un rideau et un masque à la
MF Doom. Car c’est encore au Louvre que
se joue notre presque inquiétante aventure,
là où l’on annonce déjà l’imminente
“Disparition de la Pyramide”. À la différence
près qu’ici, le responsable est identifié
d’office et sans aucun doute permis. Cette
affaire-là, c’est encore un coup de JR. Non,
pas le machiavélique héros d’une autre série
qui battait aussi en son temps tous les
records d’audience, l’autre, l’artiste dont,
outre l’œuvre faite de collages gigantesques,
on ne connaît pas grand-chose de plus que
les initiales. « Je possède la plus grande
galerie d’art au monde : les murs du monde
entier. J’attire ainsi l’attention de ceux qui ne
fréquentent pas les musées
habituellement », disait celui-ci quand il
s’agissait d’expliquer son travail aux
adolescents. Venu du graffiti, puis passé à la
photo par hasard, en trouvant un appareil
abandonné dans le métro, JR a ainsi exposé
ses projets toujours pleins de sens de la
façon la plus illégale qui soit. Jusqu’à ce
qu’on l’invite un jour à investir l’extérieur de
la Maison européenne de la photographie,
son « premier mur légal ». De quoi, cette fois,
attirer au musée ceux qui ne les
fréquentaient pas. Et leur montrer surtout, à
l’ère d’Instagram pour tous, que « l’artiste ne
peut plus être un simple producteur
d’images ». Avec son projet d’escamoter la
Pyramide du Louvre, JR ne vise encore bien
sûr pas que l’effet happening. Toujours
soucieux de « transmettre des histoires du
passé pour mieux comprendre le présent »,
il nous rappellera forcément le tollé qu’avait
provoqué sa construction par l’architecte Pei.
Et puis en faisant disparaître de nos yeux
l’édifice au moyen d’une subtile
anamorphose (si, si, vous savez ce que c’est
depuis l’installation du Jardin d’Orient sur le
Parvis de l’IMA), il fera changer le regard
qu’on porte sur lui, et surtout notre manière
de (beaucoup) le photographier. Pour révéler
ou au contraire intégrer la supercherie dans
ses clichés, le spectateur se devra
d’apprivoiser l’espace, de faire travailler son
imagination et de prolonger l’instant. Bientôt,
vous ne verrez plus la Pyramide. Partant de
là, vous ne la verrez plus jamais comme
avant._
Carine
Chenaux
Rédactrice
en chef
@CarineChenaux
L’œuvre de JR,
en cours
d’installation à la
Pyramide du
Louvre, le 17 mai
2016.
® JR-ART.NET
A NOUS PARIS
MONUMENTA
2016
8 MAI —
18 JUIN
GRAND
PALAIS
GRANDPALAIS.FR
HUANG
YONG
PING
EMPIRES
sommaire
05
Magazine gratuit édité par A Nous Paris,
SAS au capital de 1 580 000 euros,
23, rue de Châteaudun, 75308 Paris Cedex 09.
Tél. : 01 75 55 10 00 ou 01 75 55 + numéro de poste
Fax : 01 75 55 12 61
Principal associé : Altice Media Group France
Président : Altice Media Group France
représenté par Monsieur Marc Laufer
Directeur de la publication : Marc Laufer
Site internet : www.anousparis.fr
RÉDACTION : 01 75 55 10 28
Rédactrice en chef : Carine Chenaux
Assistante de la rédaction :
Emmanuelle Suzanne (1028)
Ont collaboré à ce numéro : Stéphane Armand,
Jérôme Berger, Laetitia Bocquet, Smaël Bouaici,
Alexis Chenu, Alain Cochard, Sonia Desprez,
Jeanne Gaudin, Myriem Hajoui, Stéphane
Koechlin, Guillaume Lapierre, Fabien Menguy,
Rémi Mistry, Édouard Rostand, Cécile
Wiesniewski
Direction artistique : Agence Samouraï
Première maquettiste : Laurence Philippot (1011)
Secrétaire de rédaction : Corinne Soubigou
Iconographe : Xavier Rousseau (1060)
Attachée de direction : Sarah Hacquebart (1080)
Directrice communication et multimédia :
Alizée Szwarc (1003)
PUBLICITÉ/COMMERCIAL : 01 75 55 11 86
Directrice commerciale : Sandrine Geffroy (1112)
Directrice de la publicité :
Paule-Valérie Bacchieri Van Berleere (1161)
Directrice des opérations spéciales :
Stéphanie Le Meur (1249)
Directrice de clientèle internationale :
Claire Bourin (1172)
Chef de publicité : Hanène Jemili (1210)
Chef de publicité local/immobilier :
Sébastien Tisseyre (1077)
Publicité culture et partenariats :
Carolyn Occelli (1194)
Responsable des projets musicaux :
Mathieu Proux (1198)
Publicité rubrique Formation : L’Etudiant,
service commercial. 01 75 55 18 59.
alissillour@letudiant.fr
Carnet d’adresses :
Développement Media : 01 77 51 58 84.
Ressources humaines : recrut@anous.fr
Impression : GAICS SAS, 8, square Chanton,
92200 Neuilly-sur-Seine
Diffusion : Distripaq
ISSN : 1294-4572
Magazine gratuit, ne peut être vendu.
Ne pas jeter sur la voie publique.
La reproduction, même partielle, de tous les
éléments parus dans A Nous Paris est interdite.
A NOUS PARIS
14 - l’image de la semaine
Reebok customisée par Lossapardo
© DR
18 - sport
Pratique du bloc indoor chez Blockbuster © Maya Bendifallah
34 - expo
Marguerite Duras enfant en ménine,
Saint-Paul-de-Vence, 2012 © Christine Spengler
dans l’air
style de ville
affaires culturelles
8 - tendance
18 - sport
28 - art
La culture makers prend son
envol : entre création, réparation,
entraide et partage
12 - shopping
Dimanche 29 mai, c’est la fête des
Mères : pensez-y…
14 - l’image de la semaine
Shoes à croquer : quand basket
rime avec pastèque
Cahier spécial
festivals d’été
Pages I à XXVIII
Le bloc, la nouvelle façon
de bouger en faisant le mur
69e Salon de la jeune création
contemporaine de Montrouge
22 - lieu
30 - cinéma
32 - conversation
Gentlemen 1919
23 - à boire et à manger
La Botike belge
Le Petit Keller…
26 - clubbing
Soirée OX au Badaboum
Freak Spring Party au Batofar
Mini-Weather x Villette sonique
Bar La Démesure
Sieste électronique à Montsouris
Le réalisateur Paul Verhoeven
renoue avec le sulfureux
34 - expos
Représentation de L’Opéra du monde
de Christine Spengler à la MEP
Les Impressionnistes en Normandie
au musée Jacquemart-André
37 - sons
40 - scènes
save the date
06
Ça se passe cette semaine. Date unique ou événement régulier, c’est noté dans notre agenda.
LUNDI
23/05
LUNDI
23/05
pop-up
Repérée avec ses fameux modèles
ailés, la marque Ancient Greek Sandal
s’est imposée en quatre ans
d’existence comme un must estival,
extravagant ou plus classique. Dans
un pop-up store inspiré de la Grèce
d’hier et d’aujourd’hui, elle s’installe
de nouveau au Bon Marché pour la
saison, et propose un service de
monogramming (qui sera assuré par
ses créateurs les 27 et 28)._
24 rue de Sèvres, 7e. M° Sèvres-Babylone.
Jean, génies
© DR
La folie du denim n’en finit plus, et la
marque Gap, spécialiste du genre,
propose à son tour un nouveau
service pour permettre à chacun
d’avoir son jean idéal. Une fois le
modèle choisi avec un conseiller,
retouches, ourlets, customisation
(patchwork, déchirures, clous…) sont
gratuits._
Denim addicts, boutiques Gap ChampsÉlysées, Saint-Antoine et Tronchet.
www.gap.eu
DIMANCHE 29/05
Triathlon de Paris
soirée
Rendez-vous live
ceWEEK-END
ASM © Benjamin Eagle
La dixième édition des soirées
Grolsch x A Nous Paris vous propose
ce soir une triple affiche aux accents
hip hop et électro. Au programme, le
très cinématographique collectif ASM
(A State of Mind), auteur en début
d’année de l’album-concept The Jade
Amulet, la nouvelle signature du label
Nowadays Records, Jurno, et le
beatmaker toulousain ProloteR._
Grrr Party au New Morning, 7-9 rue des
Petites-Écuries, 10e. À 19 h 30. Entrée libre
sur invitation.
À quelques mois des Jeux
de Rio, le triathlon est une
discipline qui séduit de
plus en plus et ce sont
3 000 amateurs qui
concourront ce dimanche
matin pour remporter la
victoire de cette
compétition parisienne.
Natation à Choisy-le-Roi,
vélo jusqu’au Bois de
Boulogne, puis course de
10 km à pied avec arrivée
à la Tour Eiffel. Là, les
supporters et les curieux
pourront découvrir le
Village Expo et récolter les
infos qu’il faut pour peutêtre décider de se lancer.
garmintriathlondeparis.fr
RÉTROSPECTIVE
UN
CERTAIN
REGARD
25 - 31 MAI
3 rue Champollion - 75005 Paris
Retrouvez le programme sur :
www.festival-cannes.fr
www.lesecransdeparis.fr
Le Mépris © 1963 StudioCanal - Compagnia Cinematografica Champion S.P.A. - Tous droits réservés
Quelle sandale !
MARDI
24/05
mode
© Yannis Bournias
DR
07
Textes : Stéphane Armand, Carine Chenaux, Guillaume Lapierre
ceWEEK-END
DIMANCHE 29/05
Jour de fête
Pour la fête des Mères, la
marque San Marina a eu
l’idée de proposer sur
son site un concours qui
permet de gagner une
paire de chaussures, un
bouquet de roses
Aquarelle et une journée
pleine de surprises pour
une maman et sa fille. Si
l’objectif est bien sûr de
gagner, la participation
en elle-même est plutôt
ludique puisque les
participantes devront
répondre à un quizz pour
savoir à quel type de
duos elles appartiennent.
La joie des psycho-tests.
www.sanmarina.fr
MERCREDI
25/05
MERCREDI
25/05
expo
Voir de l’électro
® JR-ART.NET
lifestyle
expo
Ben Klock, Weather
Winter Festival ® Jacob Khrist
Avec ElectroSound, l’Espace
Fondation EDF fait le pari d’exposer la
musique électronique en retraçant
toute son histoire depuis les
expérimentations d’après-guerre.
Machines et instruments, objets de
diffusion, vidéos, archives, photos, et
même un espace d’écoute pour
voyager à travers les styles. Un
panorama complet._
Jusqu’au 2 octobre. 6, rue Récamier, 7e.
Du mardi au dimanche de 12 h à 19 h.
Entrée libre.
JR_en cours d’installation_17mai 2016
La Pyramide a disparu ?
L’artiste JR a décidé, au moyen de
ses collages, de faire disparaître la
Pyramide du Louvre pendant un
mois. À cette occasion très spéciale,
un week-end-marathon propose une
master-class, des conversations avec
des invités (Agnès Varda, Cara
Delevingne…), des tours de magie, un
concert nocturne, un petit déjeuner
devant la Victoire de Samothrace, des
ateliers…
Jusqu’au 27 juin. Programme-marathon du
28 mai à 15 h au 29 mai à 15 h à l’Auditorium
du Louvre. www.louvre.fr
©DR
Lin pour tous
Le lin est une fibre éco-responsable et
innovante dont l’Europe est le
principal producteur, qui sert aussi
bien à fabriquer des vêtements que
des objets (guitares, meubles,
casques…) Une grande exposition
réunissant installations diverses,
produits design, ateliers DIY et même
de vrais champs de lin, permet de tout
savoir._
Jusqu’au 5 juin, sur la Place des Vosges,
M° Bastille. Gratuit.
20.05 > 28.08.16
© Margarida Gouveia
conception graphique Change is Good
Shifting Boundaries
JEUDI
26/05
epea03
european
photo
exhibition
award
Fondation Calouste Gulbenkian
délégation en France
39 bd. de La Tour-Maubourg,
75007 Paris
T 01 53 85 93 93
www.gulbenkian-paris.org
tendance
Texte : Sonia Desprez
08
dans l’air
MAKER POWER
La Mairie de Paris qui annonce son souhait de faire de la capitale la cité des makers, La Villette qui concocte
un programme dédié, le Centre Pompidou qui prépare un Fab Lab à destination du jeune public et même
la pub, qui adopte l’esthétique “bricoleur du futur”... La culture maker prend son envol. Portrait de l’un
des mouvements les plus connectés et optimistes de l’époque.
Silicon Valley en Californie au cœur des années
2000, partage un état d’esprit que Camille Bosqué décrit ainsi : « Il y a une dimension de passion, d’engagement personnel, et un retour à
une forme de travail pour soi, sans forcément
dépendre d’un cahier des charges, d’une hiérarchie ou d’une économie, en tout cas pas
d’emblée. C’est plus un plaisir un peu désintéressé de faire les choses, et aussi une dimension importante de retour à l’expérimentation ».
Les makers ne sont pas seulement manuels,
ils se passionnent pour les découvertes technologiques. Enfin, chose précieuse, le mouvement affiche globalement une posture enthousiaste, de bonne volonté, et résolument optimiste
en ce qui concerne le futur.
Les makers, entre hackers et artistes
M
Mais qui sont les makers ? La plus simple définition du terme pourrait être celle-ci : un bricoleur connecté. Camille Bosqué, designer qui
se définit elle-même comme une maker et a
réalisé, sur le sujet, Fais-le toi-même, une websérie documentaire (diffusée à partir de ce mois
de mai sur Arte Creative), précise un peu cette
définition : « c’est un bricoleur augmenté par
les nouvelles technologies, capable de fabriquer des objets physiques en utilisant des
A NOUS PARIS
machines numériques pour que ces objets
soient intelligents et connectés ». Autre dimension capitale du phénomène : « on est en
réseau, on documente et on partage ce qu’on
fait, on met en ligne des plans de conception
pour qu’ils puissent être réutilisés – gratuitement – à l’autre bout de la planète. » Bref, on
kiffe l’open source.
To make, en anglais, signifie “faire”. Héritière
du Do It Yourself, la culture maker, née dans la
1_ Photo
extraite du livre
Fablabs, etc.
de Camille
Bosqué,
Ophélia Noor et
Laurent Ricard
paru aux
éditions
Eyrolles.
© Ophelia Noor
Transformer vos vieilles baskets en patins à
roulettes vintage, créer un robot capable de jardiner à votre place, mettre au point des mains
ou des bras bioniques pour des personnes
amputées, ou bien une pompe à eau imprimable en 3D pour régions désertiques, ou encore
orchestrer un concert de minitels vintage ou
permettre aux enfants de fabriquer, avec leurs
vieux jouets, des œuvres urbaines cinétiques...
l’imagination du maker n’a pas de limites. Ces
bidouilleurs joyeux peuvent être geeks ou
hackers, mais aussi artistes, ou encore artisans
qui utilisent les outils de leur époque. Ils se réunissent pour travailler dans des fab lab, Hacker
Spaces ou Makers Spaces, autant de lieux
09
dans l’air
équipés avec leurs machines préférées : imprimantes 3D, découpeuses laser, arduino – ces
petites cartes électroniques sur lesquelles on
branche des capteurs qui vont rendre un objet
sensible et réactif... Ces lieux se tiennent souvent
dans des universités (comme aux États-Unis,
au fameux MIT-Massachussets Institute ou en
France, à la faculté de Cergy-Pontoise), mais
également dans des institutions comme la
Cité des Sciences, ou dans des magasins
comme Leroy Merlin. Le maker possède aussi
ses grands rendez-vous : la Maker Faire, grandmesse où les makers testent leurs inventions
en interaction avec un public massif (et qui
se déroule dans plusieurs pays, façon licence,
en répondant à une charte, un peu comme
les conférences TEDx) ; les Open bidouille
camps, plus alternatifs et militants ; ou d’autres
événements dédiés comme au Carreau du
Temple, qui a accueilli, pour son premier
Second Square Makers au mois de février
dernier, plus de 5 000 visiteurs, dont beaucoup
d’enfants, ravis d’expérimenter en ateliers.
Car les makers sont à la mode. « Il s’agit d’une
forme de réponse à la crise, explique Camille
Bosqué, une manière de reprendre le pouvoir
en fabriquant des choses, en inventant, en
osant, dans une économie d’autoproduction,
on peut lancer sa start-up... Et puis, on le voit
dans les fab labs, c’est un bon prétexte pour
renouer du lien social, refaire la société, former
une communauté avec des gens qui ne sont
pas issus des mêmes milieux. » La jeune chercheuse voit donc dans le mouvement maker
une dimension politique, une opportunité d’imaginer un futur commun qui fonctionnerait « différemment de ce qu’on a l’habitude de vivre ».
Créateurs de métiers du futur
Ce potentiel de “reconfiguration démocratique”
n’a d’ailleurs pas échappé aux politiques,
et en particulier à la Ville de Paris, qui a annoncé cet hiver son souhait de devenir une
« cité des makers », à l’image de San Francisco,
New York ou Rome, en doublant le nombre de
lieux dans la capitale liés à la fabrication
(fab labs, maker spaces...) avec, à l’horizon
2020, la « présence d’une ressourcerie dans
chaque arrondissement, où les objets sont
déposés pour trouver une seconde vie et lutter contre l’obsolescence programmée ».
Bertier Luyt, figure importante du mouvement
en France, est un ancien menuisier qui, alors
qu’il était au chômage, a réinventé sa vie en
se formant tout seul sur internet : il a non seulement implanté le Maker Faire dans l’Hexagone
(l’événement de référence de l’innovation, entre
fête de la science et foire populaire), mais aussi
créé une start-up très fructueuse appelée le
FabShop, atelier de création, fabricant d’objets
design, distributeur d’imprimantes 3D et bien
plus encore. La culture maker, estime-t-il, « intéresse aussi la Mairie de Paris pour l’aspect
éducation », car les fab labs sont un moyen de
sensibiliser les enfants à la science, à la technologie, et même, selon lui, « d’insérer des
2_ Image
extraite de
la web série
Fais-le toi-même
de Camille
Bosqué
co-écrite avec
Adrien Pavillard
pour Arte
Creative.
À partir du
24 mai sur
creative.arte.tv
© Bridges - 2016
tendance
10
dans l’air
boîte à outils pour
découvrir le mouvement
Comment aborder les makers
lorsqu’on n’y connaît rien ?
Camille Bosqué : « La meilleure chose, c’est de
passer la porte d’un fab lab, maker space ou
hacker space, pour voir comment fonctionnent les
nouvelles machines à notre disposition aujourd’hui.
Et d’évacuer vite les fantasmes et illusions qu’on
peut avoir par rapport aux imprimantes 3D,
véhicule par excellence de délire technophile : pour
imprimer quelque chose en 3D, il est nécessaire
d’avoir des compétences techniques de
modélisation, la qualité n’est pas encore à la
hauteur, c’est souvent lent et ça rate une fois sur
cinq, mais on réalise qu’il y a quelque chose qui se
passe aussi dans les erreurs et les imprévus de
ces machines et que c’est peut-être là que naissent
les nouvelles idées. Et on peut rencontrer les
communautés qui animent les lieux de fabrication
partagée, s’associer à d’autres projets avant de
développer le sien propre. »
adresses et liens
démissionnaires scolaires, voire des migrants,
dans des communautés innovantes, accueillantes, optimistes ». Mais surtout, pour cet entrepreneur, les makers créent de la valeur et des
métiers du futur, bref, de la ressource en termes
d’emploi : « on voit de plus en plus de cadres
qui deviennent cavistes, encadreurs, petits
producteurs, etc. On est dans une époque où
il est possible de prendre le pouvoir sur son
job, vivre ses passions. Et on a besoin d’innovation, de gens qui pensent de façon non
formatée, ce que les makers font toute la journée. Le making résonne avec l’air du temps ».
Un mouvement d’entraide
Avec sa start-up et son statut de pionnier
français, Bertier Luyt incarne une forme de
making professionnalisé, qui permet à des
inventeurs autodidactes de créer des objets
qui pourront ensuite être commercialisés, et
d’entrer ainsi dans un circuit économique. La
vertu de l’approche maker ? « Ça rend les
gens plus autonomes, plutôt producteurs
que consommateurs. On fabrique des
objets plus personnalisés, plus originaux ».
Bref, on réinvente l’entreprenariat. D’une certaine
manière, cette conception très “business” cohaA NOUS PARIS
bite au sein du mouvement avec un esprit
beaucoup plus underground et militant. « Il y
a plusieurs niveaux, confirme Camille Bosqué,
dont la série documentaire se concentre plus
sur les makers artistes. Le mouvement s’étend
sur différentes ambitions et divers modèles
économiques. Mais le côté business d’un
Techshop, ouvert récemment par Leroy Merlin,
où l’on vient réaliser ses projets en payant l’accès aux machines, n’exclut par les fab labs
ou les hackers spaces, qui sont des lieux plus
communautaires où a priori, on vient surtout
pour expérimenter. Les deux tendances se
côtoient dans les Maker Faire, comme récemment à Rome, où on voyait des militants de
l’open source et du libre à côté de boîtes qui
font produire en Chine et sont dans des développements de marchés classiques et ambitieux. » Pour Camille Bosqué, il y a de la place
pour les deux approches, qui, si elles n’interagissent pas toujours, cohabitent pacifiquement.
Et dans les deux cas, pour Bertin Lyut, le mouvement est bénéfique parce qu’à sa mesure,
et « sans prétention exagérée » il crée « une
communauté qui s’entraide, se soutient, et
rend les gens enthousiastes, curieux,
sereins... ». Comment résister?_
Le premier
événement
Second Square
Makers au Carreau
du temple en
février dernier a
accueilli plus de
5 000 visiteurs.
© Eric Boulo
www.makery.info
Le site de référence sur le mouvement.
On y trouve une carte des maker spaces en France
et dans le monde bien mise à jour, ainsi que de
nombreuses ressources.
Repair cafés et ressourceries
Ils sont nombreux dans et autour de Paris, comme
La Petite Rockette, 125, rue du Chemin Vert, 11e.
Tél. : 01 55 28 61 18, www.lapetiterockette.org
À la fois café communautaire, recyclerie,
ressourcerie, hacker space... on peut y apprendre
gratuitement à réparer des objets.
Les lieux les plus emblématiques :
- Fab lab de la Cité des sciences et de
l’industrie
- Faclab de l’université de Cergy-Pontoise
(situé à Gennevilliers),
- Draft ateliers (www.ateliers-draft.com),
- Woma (www.woma.fr),
- Fabshop (www.lefabshop.fr)...
Web série documentaire
Fais-le toi-même, co-écrite par Camille Bosqué
et Adrien Pavillard, à visionner sur
www.creative.arte.tv à partir du 24 mai.
LES 4 TEMPS / FORUM DES HALLES / SO OUEST / PARLY 2 / AÉROVILLE
VÉLIZY 2 / CARRÉ SÉNART / ROSNY 2
*SHOPPING INAT TENDU
g
n
i
p
p
o
sh
Réali
: Céc
sation
ile Wis
niews
12
ki
dans l’air
raîche
Touoffteretf Eau dneess,
Mati gel
ne,
Cologcrèmes
,
e
s
h
douc ps et mainée
cor ur fruit ,
sente matique
aro or tissu
déc nnel,
io
tradit nt des
ve 2 €.
u
o
C
Le imes, 3
Min
C
juré
Promis roisé
pas cesses à
m e de
li
à Pro
Boîte rier, remprtre en
colo ontma és de
M
r
palets olat, déco nfants
choc sages d’e ère de
mes s, À la M , 26 €.
sage Famille
pas la
Tu vas erso ?
jouieerrSpcapulaà irl’oer
Coll tal doré mie
é
en m t pierres suses,
fin e précie en
ble à
forma
trans eux bijoux re
d
la mè
r par t la fille,
e
porte
,
ijoux
Gas B150 €.
XoXo
et
t Swe
Coffrempicka,
e
L
70 €.
Lolita
!
m
o
M
Happiymanche, on y
C’est d , on y pense.
pense
eido,
e
ServeeirnBloom0, 5Sh€isdans
fum E de 53 à 1our la Fêtem
e par
l,
o
P
Eau d 0 à 90 m agasins. Ever Blo la
de 3 rands m e bougie chat de
a
g
n
t
les ères, u our tou
x
ristau
des Mg offerte pagrance.
r
il en c s, 15 €.
u
e
œ
fr
h
n
n
70
o
ble
d’u
Porstrtee-tcbh décsoInréterchangea
ssu oloris, Le
t en ti
c
acele ifférents
r
b
t
ti
Pe ovski, d
r
a
Sw
is
quci tiloendcapsule
i
o
m
t
C’es ge colle res,
€.
s
s 2io0nasnde
r
u
jo
u
To , réédit de la
è
e pla
rs, 55
es M
Sac d Fête d Cotonnie
s
e
d
ptoir
Com
ge A iversaire 6 €.
7
quilla
n Ma le 20e anne Beauté,
o
ti
c
Colle ltes pour aul & Jo
P
u
its c marque,
produ
Rétro
ernes
et modSolaires
€
l, 235
Rykie tical.
SoniaGrand Op
chez
e
racctèorrps
a
c
t
e
r
le
Douceu
ra.
our
t lait p Sepho
fum e ité chez
r
a
p
de xclusiv
e
t Eau
Coffreiu, 88 € en
M
Miu
A NOUS PARIS
s
e
mérité s rouge
Paus s(peommeb, iebaniefaisanlat)càée,
ou g
e fruit iscus
Eau d oires, hib n chaude 250 g,
n
sio 125 ou .
r
et
e
v
en
a,
0€
boire Kusmi Te € et 25,7
15,60
ption
d’enxece2000 e7t ,
e
t
o
n
g
e
Un hampa née 200 .
0€
aig
eC
me d osé de S 110 et 15
R eroy,
s Fem
e
é
v
l-L
Cu
Duva
Et si pour une fois chez Ladurée nous fermions les yeux,
en faisant galoper nos papilles et notre mémoire gustative ?
Vivez une expérience inédite à l’épreuve du goût !
une collection de macarons monochromes aux multiples saveurs.
Pop Up Store
à partir du 25 Mai
21 rue Bonaparte - 75006 Paris
Du lundi au dimanche de 10h00 à 18h00
www.laduree.com
l’image de la semaine
Shoes
à croquer
Le goût /The Taste, 2015
de Lossapardo (100 x 100 cm)
Texte : Laetitia Bocquet
Les fruits explosent et s’exposent sur des sneakers. Un
concept que Lossapardo,
artiste autodidacte originaire
de la banlieue parisienne, proA NOUS PARIS
pose aux esthètes et gourmands, lors de sa rétrospective Fruit. Son idée ? Magnifier
le fruit, donc, via un support
en l’occurrence inattendu, qui
a su, au fil du temps, et surtout
ces dernières années, gagner
le cœur des urbains et habiller
leurs pas. C’est grâce à la
méthode du digital painting
que Lossapardo rend l’alliance
entre le fruit et la sneaker possible. Des toiles entières et
décomposées ainsi que des
chaussures ornent les murs
de la galerie. L’artiste dégaine
ses pamplemousses, mangues et autres framboises sur
des Reebok vintage, Puma ou
Nike, et crée des œuvres hors
pair. Un concentré vitaminé
qu’il décline sous d’autres
formes. En musique, par
exemple, avec de douces
créations telles que “Fruit matinal” (cf. son Soundcloud). Un
univers à suivre donc, mais
surtout à retrouver actuellement au cœur de Belleville,
avec en prime, la présence
d’autres artistes. On retrouvera
ainsi notamment Madijuwon
(showcase le 26 mai), le beatmaker Eazy Dew, le photographe Le Four, DJ Lorkestra,
les MC’s Serious Klein, Gracy
Hopkins et Josman, pour un
cocktail artistique qui se
déguste à la Galerie Lacroix._
14
dans l’air
Événements ponctuels du 26 au
29 mai. Exposition Fruit
jusqu’au 11 juin à la Galerie
Lacroix, 19, rue Lesage, 20e,
M° Belleville. Entrée sur
présentation de sneakers et
fruits (Selon les recettes
utilisées pour les toiles, des
smoothies sont préparés avec
ces derniers, pour « goûter à
l’art »). Tél. : 06 64 87 60 88,
facebook.com/artgalerielacroix
soundcloud.com/galsen2135
suisse
La Suisse fait son
Grand Tour à Paris !
Du 23 au 27 mai 2016, la Suisse s’invite sur le Parvis de La Défense avec, au programme,
des expériences plus vraies que nature pour découvrir le pays helvète comme si vous
y étiez. Sensations fortes et coup de cœur garantis !
L
ur de Suisse, ça vous dit quelque
LE voyage par excellence pour
meilleur de la Suisse, des lacs
almiers aux cités médiévales, en
es glaciers les plus majestueux.
de plus de 1 600 kilomètres baliens des aiguilles d’une montre
plus belles routes helvètes, vous
ait t averser quatre régions linguistiques, franchir cinq cols alpins et longer vingt-deux lacs,
rien que ça. Il permet également de parcourir
onze sites inscrits au patrimoine mondial de
l’UNESCO et deux réserves de biosphère, le
rêve absolu pour tous les amoureux de nature.
Si vous préférez vous laisser transporter, choisissez plutôt le Grand Train Tour of Switzerland.
Vous pourrez ainsi profiter de huit des plus
beaux trajets en train et des musées suisses
avec un seul billet, le Swiss Travel Pass.
La Défense à l’heure suisse
Ce ne sont pas moins de 600 m2 dédiés à la
découverte de la Suisse qui vous attendent
sur le Parvis de la Défense dès aujourd’hui,
et ce jusqu’à vendredi. L’objectif: vous permettre d’expérimenter les incontournables
qui jalonnent le Grand Tour de Suisse de
façon totalement inédite. Sauter à l’élastique
ou voler en parapente deviennent même possible grâce aux casques de réalité virtuelle,
aux totems digitaux rotatifs à 360° et au dôme
à 180° mis en place pour vous faire vivre le
grand frisson. Direction également les plus
beaux sommets helvètes grâce à une reproduction du train à crémaillère le plus raide au
monde. Et comme rien ne remplace le contact
humain, vous pourrez échanger avec des spécialistes de la Suisse et repartir avec toutes les
informations nécessaires pour préparer votre
séjour sur-mesure. Un grand jeu-concours permettra enfin à plus de 500 chanceux de faire le
plein de cadeaux et de remporter des guides
du Routard « Le Grand Tour de Suisse » ou
encore des séjours en Suisse, avec transports
en TGV Lyria et en voiture décapotable inclus!
A NOUS PARIS
15
#communiqué
focus
La Suisse, vivante
par nature
Véritable melting-pot où se
mêlent cultures et traditions,
la Suisse offre une authentique
variété de lieux et de paysages,
à découvrir tout au long du
Grand Tour. Si elle enchante
les adeptes de grands espaces,
elle fait également le bonheur
des amateurs d’art. Ce petit
territoire compte en effet
une multitude de lieux de
culture de qualité. Les villes
helvètes sont quant à elles
de véritables chefs-d’œuvre
d’architecture au charme
inégalable. Leurs vieux centres
historiques, qui contrastent
avec leur modernité créatrice,
et leurs agréables restaurants,
cafés et boutiques en font des
lieux de vie à découvrir et à
apprécier sans plus attendre.
www.suisse.com
tout savoir
sur l’événement
Du 23 au 27 mai 2016
Lieu : Parvis de la Défense
Horaires : de 10h à 19h
Accès : RER A ou ligne 1,
arrêt Grande Arche de la Défense
Entrée libre
www.suisse.com/grandtour
En haut :
Vignoble
en terrasses
de Lavaux
© Suisse Tourisme,
Nico Schaerer
En bas :
Ancienne
route du col
Saint-Gothard
(Tremola)
© Suisse Tourisme,
Stephan Schacher
on y était
1
2
16
dans l’air
SWATCH POP PARTY,
UNE SOIRÉE HAUTE
EN COULEUR
Le 11 mai dernier, la Swatch Pop Party investissait la Gaîté lyrique pour
une soirée pleine de surprises. À cette occasion, l’emblématique marque
suisse lançait la petite dernière de la famille Swatch, la POP. Une montre
acidulée, aux couleurs flashy et accommodable de n’importe quelle façon
grâce à son boîtier détachable et sa gamme d’accessoires. La POP libère
notre imagination et notre look avec fun et style ! A Nous Paris a pu
plonger le temps d’une soirée dans une ambiance débridée et créative.
La POP c’est quoi ?
Envie de fun et d’inattendu ? La POP est conçue
comme une nouvelle montre créative et ultra
mode. Et la petite révolution de cette nouvelle
création Swatch c’est son incroyable capacité
à s’adapter à toutes les situations : en bracelet,
en collier, en gousset ou bien même clipsée à
nos vêtements. Objet de mode à part entière,
la POP est portée par tous ceux, femmes et
hommes, qui font des accessoires un must
de leurs tenues. La POP donne à l’accessoire
horloger un nouvel élan moderne, pétillant, aux
couleurs très franches, avec toujours le même
esprit à la fois créatif et provocateur (mais toujours positif) de Swatch.
photos : © Les Fistons, 1 et 2 : Ronan Thenadey
A NOUS PARIS
Le résultat
Pour cette soirée de lancement, le programme
des réjouissances était à l’image de son icône.
L’ambiance était là et les surprises aussi. Entre
ceux qui ont souhaité prendre la pose dans le
GIFomaton jouant avec la collection, les projections des créations artistiques des influenceurs
ayant relevé le défi de créer l’inattendu avec
POP sur les impressionnants écrans à 360° de
la Gaîté lyrique, les cocktails fluo et acidulés, tout
le monde était d’humeur très « POP ». En point
d’orgue, les danseurs de voguing de La House
of Milan menés par Rim Milan (notre coup de
cœur), ont donné une tournure très artistique
à la soirée avant d’entamer un flashmob avec
le public. Et pour les frileux qui n’ont pas osé
s’essayer d’emblée au voguing, ils ont pu se
rattraper lors du concert live du groupe Minuit.
Le tout rythmé par un Dj set d’Alex & Annie qui
reprenait le contrôle des platines une fois les
performances achevées. Pop, on vous dit POP!
17
#communiqué
sport
18
style de ville
Composé de
centaines de
blocs de grès,
le site de
Fontainebleau
est réputé de
façon
internationale
pour le bloc,
discipline
d'escalade sur
des rochers de
faible hauteur.
© Jérome Chaput/globe
climber
Les salles
dédiées à
l’escalade de
blocs, colorées
et ludiques, chez
Arkose (cidessous) © Arkose
et MurMur
(à droite).
© MurMur Escalade
L’escalade,
gonflée “au bloc”
Texte : Rémi Mistry
Longtemps réservés aux plus téméraires, les sports de grimpe se
sont peu à peu popularisés, jusqu’à devenir, avec l’avènement du bloc,
un loisir accessible à tous, y compris aux kids. Style de grimpe et
discipline ludique, le bloc se pratique sur des surfaces de moins de
cinq mètres, sans matériel d’assurage, outdoor mais aussi indoor
dans les salles de blocs. Le point sur cette tendance qui grimpe.
A NOUS PARIS
L
Longtemps, on a eu une mauvaise image des
sports de grimpe, comme l’escalade ou la
varape, qui nécessitent trop de matériel, de précaution et d’expérience pour être agréables à
pratiquer en dilettante. Sans parler des clubs
et des murs disponibles qui, nous disait-on,
étaient continuellement pris d’assaut dans et
autour de la capitale. Aussi avait-on laissé ça
aux professionnels, aux passionnés et aux
casse-cou. Jusqu’à la découverte du bloc.
La nouvelle façon de grimper
C’est que cette activité – qui consiste à grimper
à mains nues via des prises savamment agencées sur des surfaces à hauteurs raisonnables – ne nécessite que très peu de préparation
et de matériel spécifique. Pas besoin de corde,
de baudrier ni de partenaire harnaché resté au
sol, on peut le pratiquer en solo avec comme
seul équipement indispensable une paire de
chaussons (pour tenir le pied bien serré et améliorer son accroche) et un crash pad (un tapis
de réception d’environ 40 cm d’épaisseur pour
amortir les chutes). Pas étonnant donc que
cette pratique sportive, qui permet de travailler
autant la force pure que la souplesse, la coordination, la concentration et l’assurance, rencontre de plus en plus d’adeptes, notamment
chez les urbains qui cherchent à ”se dépasser”
tout en développant leurs muscles de façon
naturelle. Clairement, on assiste depuis une
dizaine d’années à une explosion du bloc. Pour
s’en rendre compte, il suffit de faire un tour le
19
style de ville
Le Festival
du Design
Grand Paris
30 | 05
05 | 06
2016
r/evolution
Salles de blocs VS salles de cordes
Avant d’aller affronter les éléments extérieurs,
le meilleur moyen de débuter reste encore les
structures artificielles qui permettent de s’entraîner sans risques toute l’année, quelles que
soient les conditions climatiques. Depuis
quelques années, en Île-de-France, où l’on
compte plus de 150 000 pratiquants, le nombre
de blocs indoor n’a cessé de croître. Émergeant
à côté des salles de cordes dans certaines
structures ou dans des espaces exclusifs. La
plupart installés dans la proche banlieue et
accessibles en métro et RER. Tester le Block’out
(l’enseigne leader du marché avec douze salles
de blocs dans l’Hexagone) de Saint-Ouen
donne un bon aperçu du genre. Outre son
impressionnante surface grimpable de plus
de 1 000 m² composée de 350 blocs, l’endroit
prend la forme d’un vaste espace coloré et
ludique où règne une ambiance à la fois sportive et conviviale. C’est peut-être ce qui explique
l’engouement pour ces nouvelles adresses :
ce ne sont pas des gymnases vieillots et anonymes dans lesquels on vient transpirer avant
de repartir illico, mais davantage des lieux de
vie ouverts tous les jours et tard où l’on peut
certes escalader, mais aussi boire un verre ou
manger un morceau après le boulot, finir la
soirée au sauna ou même entre les mains d’un
ostéopathe histoire de décompresser. Bref, de
véritables espaces de loisirs avec leurs habitués
et leurs rendez-vous (tournois, démonstrations),
idéal pour se retrouver entre amis ou faire de
nouvelles rencontres – certains y découvriraient même l’âme sœur –, d’après un membre
de l’équipe de Block’out : « Mais ce qui est vraiment apprécié dans le bloc, c’est l’autonomie.
On peut venir et grimper tout de suite où on
veut, tout est déjà installé. Il faut juste prendre
connaissance des consignes de sécurité
basiques, notamment comment bien se
réceptionner quand on tombe. Mais il est possible aussi de suivre des cours d’initiation ou
de perfectionnement ». Ainsi, la majorité des
salles proposent plusieurs zones et outils d’en-
Tout le
programme sur :
ddays.net
Conception graphique Undo-Redo
week-end du côté de la forêt de Fontainebleau
(“Bleau”, pour les intimes), le spot outdoor ultime
de la région parisienne. C’est d’ailleurs ici qu’est
née cette spécialité de grimpe, à la fin du
XIXe siècle. Les alpinistes de l’époque s’entraînaient à escalader les innombrables blocs de
grès qui parsèment la forêt, à tel point que moult
circuits avec système de cotation de difficulté
ont été mis en place. Aujourd’hui, quand les
beaux jours reviennent, ce sont des hordes de
”bleausards” qui débarquent, crash pad sous
le bras, sur des sites comme le Bas-Cuvier, la
Roche aux Sabots ou Apremont. Une véritable
petite communauté s’est créée, et avec elle la
reconnaissance d’une pratique qui n’est plus
seulement considérée comme un sous-genre
des sports de grimpe, mais bien comme une
discipline à part entière.
Partenaire principal
Partenaires institutionnels
MINISTÈRE
DE LA CULTURE ET
DE LA COMMUNICATION
Partenaires officiels
Avec le soutien de
sport
20
style de ville
adresses…
Forêt de Fontainebleau
brochure éditée par l’Office national des Forêts
avec localisation des sites et conseils pour
pratiquer le bloc, et réservations de sorties
d’initiation le dimanche de 10 h à 12 h sur
www.fontainebleau-tourisme.com
Arkose
33, rue du progrès, Montreuil (93).
M° Saint-Mandé, Robespierre ou Porte de
Montreuil. Du lundi au vendredi de 8 h à minuit et le
week-end de 9 h à minuit. Tél. : 01 49 88 45 07
www.arkose.com Block’Out Paris
50, rue Ardoin, Saint-Ouen (93).
M° Garibaldi ou Mairie de Saint-Ouen. Du lundi au
vendredi de 11 h à 23 h et le week-end de 9 h à 21 h.
Tél. : 01 40 10 91 50. www.blockout.fr/bo2-paris
(deux autres adresses à Cergy et Évry)
Antrebloc
5, rue Henri-Barbusse, Villejuif (94).
M° Villejuif - Léo Lagrange.
Du lundi au vendredi de 11 h à 23 h et le week-end
de 10 h à 19 h. Tél. : 01 47 26 52 44.
www.antrebloc.com
Blocbuster
traînement (pan Gullich, poutres 4D, tunnels,
salles de fitness…) en complément des très
nombreux parcours de blocs qui changent
quasiment tous les mois dans le but de renouveler l’intérêt des nombreux fidèles.
Le bloc pour tous
Les niveaux de difficulté sont quant à eux minutieusement étudiés afin de convenir à tous les
profils, des débutants aux sportifs confirmés
en passant par les enfants. Car l’activité, encadrée par des professionnels, est praticable dès
4 ans, nous explique-t-on. Comme les adultes,
elle permet aux plus jeunes de développer leur
motricité fine et leur confiance en soi. Plusieurs
salles, comme Hardbloc basée à Alfortville,
offrent même des parcours aventure avec pont
de singe, filet, tonneau, liane, tyrolienne et pont
suspendu. « Il y a une sorte d’émulation créative, chaque nouvelle enseigne essaie de surenchérir en proposant des espaces à chaque
fois plus grands et originaux, explique
Guilhem, un grimpeur croisé à Block’Out, qui
s’est lancé pour vaincre sa peur du vide et est
A NOUS PARIS
rapidement devenu accro. Évidemment, il faut
faire attention aux heures de pointe où certains
blocs sont surfréquentés, mais le privilège,
quand on habite la région, c’est qu’on a une
salle qui n’est jamais très loin de chez soi ».
À l’Est de la capitale, on pratique le bloc chez
Arkose dans un immense entrepôt typique de
la grande époque industrielle, avec un resto à
la cuisine particulièrement soignée ; au Sud,
on va chez Antrebloc, pionner de la salle de
blocs dès 1998 ; au Nord nous attend MurMur,
référence de la salle de cordes depuis 1996,
avec ses récents 650 m2 de blocs ; et à l’Ouest,
Blocbuster est judicieusement installé en plein
cœur de la Défense et à Courbevoie.
Coté tarifs, pour une entrée à l’unité, comptez
environ 14 € pour les adultes et 8 € pour les
enfants. L’abonnement annuel illimité coûte
480 € à 600 € incluant des formules ouvrant
des avantages (étudiant, famille, découverte,
couple...). À noter qu’une poignée de salles de
blocs propose à ceux qui veulent ”aller plus
haut” de se frotter aussi à l’escalade avec encordement et assurage. Avis aux amateurs !_
Dans l’espace de
1 200 m2 de
structure
artificielle de
Blocbuster, on
peut grimper en
toute autonomie
et évoluer à son
rythme, de la
découverte au
perfectionnement.
© Maya Bendifallah
47, avenue de l’Europe, Courbevoie (92).
Du lundi au vendredi de 11 h à 23 h et le week-end
de 10 h à 20 h. Tél. : 01 71 12 86 32.
Au Cnit, 2, place de la Défense, La Défense (92).
M° La Défense- Grande Arche.
Du lundi au vendredi de 10 h à 23 h et le week-end
de 10 h à 20 h. Tél. : 01 47 44 96 83.
www.blocbuster.fr
Hardbloc
11, rue Parmentier, Alfortville.
M° École vétérinaire de Maisons-Alfort.
Du lundi au vendredi de 10 h 30 à 22 h 30 et
le week-end de 10 h à 20 h. Tél. : 01 53 66 42 29.
www.hardbloc.fr
MurMur
55, rue Cartier Bresson, Pantin.
M° Aubervilliers- Pantin-Quatre-Chemins.
Du lundi au jeudi de 9 h 30 à 23 h,
vendredi jusqu’à minuit, samedi jusqu’à 20 h et
dimanche jusqu’à 18 h 30. Tél : 01 74 88 06 61.
www.murmur.fr
lieu
22
Texte : Alexis Chenu
style de ville
Sébastien Paucod et Frédéric Lafleur officient dans une chaleureuse ambiance de club pour parfait gentlemen. © A.Durivaux
barbier & speakeasy
d’après
« ALICE AU PAYS
DES MERVEILLES »
un musical rock créé par
Damon Albarn,
Moira Buffini
et Rufus Norris
Co-commande Manchester International Festival,
National Theatre of Great Britain, Théâtre du Châtelet
du 7 au 16 juin 2016
01 40 28 28 40 – chatelet-theatre.com
Gentlemen 1919
Sébastien Paucod, barbier consacré avec son
Atelier Gentlemen de Montmartre, vient de
récidiver rue Jean-Mermoz – cette fois associé
à un pro de la restauration et du bar, Frédéric
Lafleur – avec un concept chouchoutant les
hommes, du poil de la moustache jusqu’au
gosier. À l’opposé des concepts de faux néobarbiers pullulant dans la capitale, le duo pose
dans un décor moderne trois fauteuils Belmont
datés 1963, un phonographe de voyage, une
malle en mini-bar et l’essentiel pour tailler
barbes, moustaches et boucs dans les règles
de l’art. Profitant d’une large surface, l’affaire
se double, comme au temps de la Prohibition,
d’un vrai speakeasy, accessible par la porte
du fond et sa rangée de chapeaux melon. Signé
du peintre Édouard Bourdier, le décor rejoue
l’ambiance club de gentlemen, avec barman
et patron en veston et cravate, le discours volontiers décontracté. À la carte, les cocktails préparés par Mateo Perez Cruz, transfuge du
palace londonien du Lanesborough, aussi
habile dans les classiques – Screwdriver,
Gin Fizz, Tom Collin’s – que dans les pures
créations. Dégustation au comptoir tout cuivré
A NOUS PARIS
et sa collection de shakers vintage ou, mieux,
au salon-fumoir et son décor gaufré, repère
des amateurs de cigare savourant ici la sélection
de cubains préparée par Cyril Pelletier
(Art Tabac) et les encas de luxe – jambon blanc
Bellota, caviar, anchois… – servis jusqu’à
2 heures du mardi au samedi._
11, rue Jean-Mermoz, 8e.
M° Saint-Philippe-du-Roulle. Tél. : 01 42 89 42 59.
© Paul & Martin
# ÉTÉ 2016
anousparis.fr
Festivals
LES SONS
DE L’ÉTÉ
La chanteuse et musicienne Jain
illuminera les scènes de Solidays,
Garorock, Beauregard, Musilac,
Terre du Son, Francofolies,
Vieilles Charrues et du Paleo Festival.
festivals
Magazine gratuit édité par A Nous Paris,
SAS au capital de 1 580 000 euros,
23, rue de Châteaudun, 75308 Paris Cedex 09.
Tél. : 01 75 55 10 00 ou 01 75 55 + numéro de poste
Fax : 01 75 55 12 61
Principal associé : Altice Media Group France
Président : Altice Media Group France
représenté par Monsieur Marc Laufer
Directeur de la publication : Marc Laufer
Site internet : www.anousparis.fr
RÉDACTION : 01 75 55 10 28
Rédactrice en chef : Carine Chenaux
Assistante de la rédaction :
Emmanuelle Suzanne (1028)
Ont collaboré à ce numéro : Smaël Bouaici,
Benjamin Cerulli, Alain Cochard,
Stéphane Koechlin,
Direction artistique : Agence Samouraï
Première maquettiste : Laurence Philippot (1011)
Secrétaire de rédaction : Corinne Soubigou
Iconographe : Xavier Rousseau (1060)
III
TOUTE LA FRANCE
EN MUSIQUE
Incontournables ou moins connus, bien établis ou tout nouveaux, jazz, classique,
rock, électro ou autres : voici une sélection des meilleurs rassemblements
musicaux de cet été, du nord au sud et de l’est à l’ouest, et même un peu au-delà…
Textes : Smaël Bouaici, Benjamin Cerulli, Carine Chenaux, Alain Cochard, Stéphane Koechlin,
Attachée de direction : Sarah Hacquebart (1080)
Directrice communication et multimédia :
Alizée Szwarc (1003)
PUBLICITÉ/COMMERCIAL : 01 75 55 11 86
Directrice commerciale : Sandrine Geffroy (1112)
Directrice de la publicité :
Paule-Valérie Bacchieri Van Berleere (1161)
Directrice des opérations spéciales :
Stéphanie Le Meur (1249)
Directrice de clientèle internationale :
Claire Bourin (1172)
Chef de publicité : Hanène Jemili (1210)
Chef de publicité local/immobilier :
Sébastien Tisseyre (1077)
Publicité culture et partenariats :
Carolyn Occelli (1194)
Responsable des projets musicaux :
Mathieu Proux (1198)
Publicité rubrique Formation : L’Etudiant,
service commercial. 01 75 55 18 59.
alissillour@letudiant.fr
Carnet d’adresses :
Développement Media : 01 77 51 58 84.
Ressources humaines : recrut@anous.fr
Impression : GAICS SAS, 8, square Chanton,
92200 Neuilly-sur-Seine
Diffusion : Distripaq
ISSN : 1294-4572
Magazine gratuit, ne peut être vendu.
Ne pas jeter sur la voie publique.
La reproduction, même partielle, de tous les
éléments parus dans A Nous Paris est interdite.
A NOUS PARIS
La saison des festivals recommence, et sur les
routes de France, la valse des montages et
démontages de scènes, des cars, des caterings,
et de toute l’agitation qu’occasionnent les grands
événements – et même les plus petits – a repris.
Nous voilà donc entre Bourges et Rock en Seine,
et quand certains se félicitent d’avoir enfin une
chance d’éprouver leurs premiers titres face à
un vaste public, d’autres s’apprêtent à démarrer
un marathon à la hauteur de leur popularité. Du
coup, côté public, avoir en poche un pass d’une
journée, c’est souvent assister à de grands
moments de ferveur dans un beau mouvement
de foule, comme faire une pause devant une
petite scène moins courue et y découvrir, qui
sait, l’une des stars de demain. Celles-ci verront
alors peut-être là le vrai début de leur carrière,
le déclenchement du bouche-à-oreille lancé
par les festivaliers, trop fiers d’avoir plein de
choses neuves à raconter. D’autant que, de partout, les organisateurs n’en finissent pas, non
plus, d’innover, proposant des solutions green,
des manifestations parallèles ou de vraies activités pour les kids, faisant de leurs festivals, de
jubilatoires pochettes-surprises. Bien sûr, chacun
saura cependant conserver le ton qu’il se sera
choisi, mais le mélange des genres pourra parfois surprendre : il ne sera pas rare de trouver
une touche d’électro, de jazz ou de world, là où
on ne l’attendait pas. Et puis, été oblige, les
décors, souvent idylliques et l’ambiance enfin
détendue feront le reste. De quoi vraiment laisser
tomber ses préférences revendiquées et s’essayer à un somptueux week-end de musique
classique ou même un convivial raout de boogie
woogie (si, si). Bien sûr, nous n’avons pas pu
recenser ici tous les événements à venir et en
nous suivant attentivement au fil des prochaines
semaines, vous découvrirez encore de nouvelles programmations. Mais voilà tout de même
pour le moment, une copieuse sélection de rendez-vous, pour commencer à vous organiser.
Parce qu’il est temps : l’été arrive, on l’entend
déjà approcher._C.C.
1_Sur sa très
spectaculaire
scène, flottant
sur le lac
d’Enghein,
le festival Bains
numériques en
Île-de-France
accueillera, du
1er au 5 juin, le
meilleur de la
musique électro
et des shows
audiovisuels.
© Nicolas Laverroux
festivals
IV
1
1_ Yelli Yelli
au festival
Taparole.
© Alexandra Reghioua
2_ Benjamin
Clementine
à Days Off.
© DR
Concerts et Jeux d’Eau
Hors musique, la balade dans ce sublime
domaine de 460 hectares dont les perspectives
ont été dessinées par Le Nôtre vaut déjà le
détour. Mais ici, pendant deux jours, autour
des cascades et des bassins, les concerts (avec
France Musique) ajoutent à la magie des lieux.
Superbe voyage à moindre frais, l’échappée
nous mènera cette année en Italie ou en Bretagne, mais aussi bien plus loin, à la découverte
des sonorités d’Afrique et d’Orient. Ultime
découverte : les œuvres de l’artiste haïtien Mario
Benjamin, à voir dans le Petit Parc._C.C.
Les 11 et 12 juin au Domaine National de Saint-Cloud
(92). Entrée libre. www.domaine-saint-cloud.fr
ÎLE-DE-FRANCE ET CENTRE
Festival Taparole
C’est la 14e édition de cet événement montreuillois installé pendant trois jours à La Parole
Errante (d’où son nom), mais qui se baladera
aussi dans d’autres hauts lieux culturels de la
ville, du Café La Pêche aux Instants Chavirés,
pour une échappée hors les murs. Ici, la programmation, loin des grosses machineries de
l’été, propose une vingtaine de rendez-vous
intimistes et bien choisis. En mode festival de
proximité donc, on sera heureux d’entendre,
entre autres, la folk aux accents kabyles de
Yelli Yelli (ex-Milkymee), la poésie de Babx, l’Interzone Trio de Serge Teyssot-Gay, ovni sonore
nourri de rock et d’influences orientales, la
chanson de Baptiste W. Hamon ou de Raphaële
Lannadère, la saisissante “L”, qui officie désormais sous son nom complet. Et puis, allez aussi,
de reprendre le slogan « C’est pas nous qui
sommes à la rue, c’est La Rue Kétanou », pour
clôturer le tout de façon festive._C.C.
Du 11 au 16 juin (hors les murs) puis du 17 au 19 juin
à La Parole Errante à Montreuil (93). 11 €-15 €.
Pass 3 jours 30 €.
Days Off
Si le festival de la Philharmonie de Paris porte
le nom de Days Off, c’est qu’il est organisé en
marge de sa session de concerts. Des jours
vraiment à part, donc, où la pop et le rock dominants rencontrent aussi l’électro et la création
contemporaine avec, en filigrane, des expos,
de la danse, des projections (entre autres, un
A NOUS PARIS
cycle de films sélectionnés par Woodkid) et des événements
qui appellent à la participation du public. Mais dans cette riche
programmation, qui sera déclarée ouverte par la voix sublime
de Benjamin Clementine, on notera surtout une palette d’invités
prestigieux, Mogwai, Philip Glass et le Kronos Quartet, Cat Power
et Kurt Vile, Max Richter avec L’Orchestre national d’Île-deFrance, et puis Anohni – nouvelle identité d’Antony Hegarty,
le 4. À voir aussi, une super nocturne de l’expo consacrée au
Velvet (le 1er), et puis aussi, au rayon bons plans, les avantconcerts gratuits (Juniore, Come Alive !)._C.C.
Du 30 juin au 10 juillet à la Philharmonie de Paris,
221, avenue Jean-Jaurès, 19e. www.philharmoniedeparis.fr
2
Paris Psych Fest
Entre arts visuels, cinéma et bien sûr concerts,
le Paris International Festival of Psychedelic
Music, précédemment itinérant, emménage
pour sa troisième édition, à la Ferme du Buisson. Psyché et donc pas mainstream, ce qui
n’est pas du tout pour nous déplaire, la prog
alignera les pépites plus ou moins étranges
avec tout de même quelques noms déjà recensés précédemment, comme le génial Jacco
Gardner échappé cette fois des Skywalkers et
des Allah Las, les Anglais rétrofuturistes de
Temple, les Dj’s Zaltan ou Cosmic Neman, moitié de Zombie Zombie officiant aussi chez Herman Düne._C.C.
Les 18 et 19 juin, La Ferme du Buisson, à Noisiel
(77). www.parispsychfest.com
Festival d’Île-de-France
Ce ne sera plus vraiment l’été, et on aura l’occasion d’en reparler, mais on peut déjà dire
que le Festival d’Ile de France, qui célèbre cette
année ses 40 ans, s’annonce particulièrement
riche, entre voyages, créations, bals-concerts
et grands écarts musicaux. Dans les salles de
la capitale ou de sa région, les événements
fuseront donc de toutes parts, et on cochera
en vrac Konono N°1 et Batida à la Ferme du
Buisson (24 septembre), Bugge Wesseltoft qui
revisitera son mythique “New Conception of
Jazz” à la Gaité Lyrique (6 oct.), Keren Ann au
Plan (le 7), Bachar Mar Khalife, vainqueur du
dernier Prix Deezer Adami – catégorie pros –
à la Cigale (le 8) et le joyeux clap de fin de l’événement, avec le Bal de l’Afrique enchantée au
Trianon._C.C.
Du 3 septembre au 9 octobre dans divers lieux de
Paris et Île-de-France. www.festival-idf.fr
festivals
VI
1
Foals, Eagles of Death Metal, Massive Attack,
Breakbot, Miike Snow ou Ghinzu qui viendront
fouler les différentes scènes du Parc de SaintCloud. Et puis, on peut même y aller en famille,
l'entrée pour les enfants est gratuite et ils ont
droit à leur propre festival avec le Mini Rock.
Plus d'excuses._B.C.
La Douve Blanche
Au Château d’Egreville, à 1h20 exactement de
Paris, s’est installé l’an dernier, le temps d’une
(très longue) soirée, le premier mini-festival du
label Animal Records. Au vu du succès rencontré, La Douve Blanche (rapport aux douves
de l’édifice) double la mise et propose sur deux
dates, une trentaine d’artistes entre découvertes
sur lesquelles on peut déjà parier et talents plus
que confirmés comme le lunaire Jacques (à
l’affiche aussi, de We Love Green), les percutants et charismatiques Bagarre, le magicien
électro anglais NZCA Lines ou les audio-visuels
Bloum. Argument supplémentaire pour faire
le (petit) voyage, l’espace food est tout sauf
anecdotique._C.C.
Du 26 au 28 août au Domaine national de SaintCloud (92). 49 € /jour, pass 3 jours : 119 €.
www.rockenseine.com
Festival Palazzetto
Bru Zane à Paris
Les 2 et 3 juillet, Château d’Egreville (77).
Terres du Son
Cap sur la région centre avec un festival dont
la programmation se compose de 70 % de
“découvertes” qui côtoient tranquillement les
têtes d’affiche qu’il faut. Parmi celles-ci, le travail
ne sera cependant pas fait à moitié, avec entre
autres Soulwax, Jain, Hyphen Hyphen, Étienne
Superdiscount de Crécy, Rone, Oxmo Puccino,
The Shoes, Pone ou ASM (A State of Mind),
sans oublier la révélation vintage de l’année,
le soulman de Brooklyn Charles Bradley. À
noter aussi, un éco-village gratuit plein d’animations, pour ce festival engagé sur le terrain
du green._C.C.
Rock en Seine
Du 8 au 10 juillet, Domaine de Gandé Monts, Tours
(37). www.terresduson.com
Avec sa moyenne d'affluence tournant autour
de 120 000 personnes tous les ans, Rock en
Seine n'est plus à présenter, il est même devenu
une institution tant le festival a su s'établir, en
14 éditions, comme un événement musical
incontournable de la capitale à la fin de l'été. Il
faut dire qu’il fait partie de ces festivals qui font
régulièrement décrocher les mâchoires à l'annonce de la programmation qui embrasse à
peu près tous les genres, du rock pur à l'électro
en passant par le hip hop, et en réunissant souvent les plus grosses têtes d'affiche du moment.
Cette année encore, il nous reste quelques
douleurs maxillo-faciales provoquées par les
noms des quelques Last Shadow Puppets,
2
3
1_ Charles
Bradley à
Terres du Son.
© Mark Shaw
2 et 3_Breakbot
et Eagles of
Death Metal à
Rock en Seine.
© DR
4_ Brodinski au
festival Peacock
Society.
© Le Creative Sweatshop
Installé à Venise, le Palazzetto Bru Zane se
consacre avec ferveur depuis 2008 à la résurrection de pans oubliés de la musique française,
de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle. Rien
d’étonnant donc à ce que son festival parisien
s’inscrive dans la même démarche. Rareté
absolue, la tragédie lyrique Olympie de Gaspare
Spontini (en version de concert) ouvre la 4e édition au Théâtre des Champs-Élysées, sous la
baguette de Jérémie Rhorer et avec un rôletitre tenu par Karina Gauvin. Les curieux ne
se régalent pas moins par la suite aux Bouffes
du Nord : la mélodie y est servie par Jodie
Devos et Caroline Meng, toutes deux au côté
du merveilleux Quatuor Giardini, ou MarieNicole Lemieux, tandis que le pianiste Pascal
Amoyel signe un programme autour de la
monumentale Sonate “Les Quatre Âges” d’Alkan. Quant à la musique de chambre, les
archets des violoncellistes Gary Hoffman et
Henri Demarquette promettent des moments
enflammés, avant que le Quatuor Mosaïques
ne conclue sur des opus de Debussy, Gounod
et Godard. Rare, jusqu’au bout !_A.C.
Du 3 au 6 juin, au Théâtre des Champs-Élysées, 8e
(5 à 85 €) et aux Bouffes du Nord, 10e (20 €).
www.theatrechampselysees.fr
www.bouffesdunord.com
Festival de Saint-Denis
La 3e Symphonie de Mahler par les forces chorales et l’Orchestre philharmonique de Radio
France sous la baguette de Mikko Franck :
magistrale ouverture pour Saint-Denis, à la
mesure de la basilique des rois ! Fidèle à son
habitude, le festival privilégie la musique chorale, avec Bach et Mendelssohn par Pygmalion
et Raphaël Pichon, le Requiem d’Anne de Bretagne d’Antoine de Févin par Doulce Mémoire,
celui “à la mémoire de Bellini” de Donizetti sous
la conduite fervente de Leonardo García Alarcón ou encore la fameuse 9e de Beethoven
A NOUS PARIS
VII
4
menée par Michele Mariotti à la tête de l’Orchestre national de France. Émotions garanties
aussi avec Les Adieux de Lucifer de Stockhausen (sur un texte de Saint-François d’Assise)
par Le Balcon de Maxime Pascal. Plus intimiste,
la série de la Légion d’Honneur réserve de
belles surprises avec Julie Depardieu, Charles
Berling et le Secession Orchestra de Clément
Mao-Takacs, Karine Deshayes, Sandrine Piau
ou l’Ensemble vocal Sequenza 9.3 dans un
passionnant programme franco-anglais._A.C.
Du 26 mai au 24 juin, dans la Basilique, à la Légion
d’Honneur, dans les quartiers et les écoles de
Saint-Denis (93). 8 à 60 €.
www.festival-saint-denis.com
Peacock Society
Après une édition d'hiver réussie, le Peacock
Society reprend ses quartiers d'été au Parc Floral de Paris pour trois jours de fêtes presque
non-stop. Après une ouverture en grande
pompe le mercredi (le parrain de la deep house
new-yorkaise Kerri Chandler, ou le live fantasmagorique de Pantha du Prince) le festival
ménage une pause pour les organismes déjà
épuisés par le début de saison – et pour la fête
nationale. Et ce serait vraiment dommage de
s'endormir dans un coin d'une warehouse alors
que deux hommes d'expérience tiendront les
platines vendredi, Laurent Garnier et Sven Väth.
Et dire que Brodinski, SBTRKT et Tale of Us
sont programmés le samedi…_S.B.
Du 13 au 16 juillet, au Parc floral de Paris, 12e.
www.thepeacocksociety.fr
Festival Chopin de Bagatelle
“Des lauriers pour Chopin” : plutôt que d’opter
comme d’habitude pour un thème de nature
musicologique, le Festival Chopin braque le
projecteur sur des pianistes pour la plupart lauréats de grands concours internationaux. Il
revient au Coréen Seong Jin Cho, 1er Prix du
Concours Chopin de Varsovie 2015, d’ouvrir
une 33e édition qui reçoit par la suite de jeunes
poètes du clavier tels que Lukas Geniusas,
Louis Schwizgebel, Rémi Geniet ou Adam
Laloum. La musique du compositeur polonais
se taille la part du lion dans les récitals, mais
Mozart, Schubert, Rachmaninov ou Scriabine
ont aussi droit de cité. Grande fête du piano
solo, Bagatelle n’oublie pas la musique de
chambre et convie le magnifique Trio
Les Esprits et le duo Dautricourt-Kodama. Les
curieux de talents nouveaux ne manqueront
pas la toujours très courue journée Piano à
portes ouvertes (le 26 juin) et ses huit jeunes
pianistes à découvrir._A.C.
Du 18 juin au 14 juillet à l’Orangerie du Parc de
Bagatelle, 16e. 17 à 27 €. www.francefestivals.com
OFF
Nous vous avons déjà parlé des soirées OFF
qui, deux à trois fois par mois, réunissent de
2 000 à 5 000 personnes dans des lieux volontairement underground (entrepôts, squats d’artistes…) pour échapper au clubbing traditionnel.
Un monde à part où, du samedi 23 h au
dimanche minimum fin d’aprèm, la techno est
reine, distillée par des Dj’s reconnus ou émergents, mais pointus, forcément. Alors que la
saison se termine, les organisateurs ont prévu
un festival de trois jours, ou plutôt une closing
party géante, puisque l’événement se déroulera
tout d’un bloc, du vendredi au dimanche, soit
50 h de son en continu. Entre prog pour
connaisseurs (Joe Farr, Sawlin, Diagenetic Origin…) et performances artistiques multiples._C.C.
Du 1er au 3 juillet dans un warehouse en bordure de
Paris.
Manifeste
Initiative de l’Ircam, le festival Manifeste fait
rimer musique et modernité (avec de nombreux
concerts en entrée libre). L’exposition Un art
pauvre du Centre Pompidou (8 juin- 29 août)
inspire une édition 2016 au cours de laquelle
la réduction du matériau sonore, la simplification
des moyens poétiques tiennent lieu de maîtres
mots. Simplexity, la beauté du geste, spectacle
festivals
musical et chorégraphique signé Thierry de
Mey, inaugure et donne le ton d’une programmation où figurent l’Orchestre philharmonique
de Radio France dirigé par l’un des meilleurs
jeunes chefs français d’aujourd’hui, Julien Leroy,
dans des pages de Maresz, Lindberg et Lutoslawski, mais aussi l’opéra Delusion of the Fury
(en création française) de Harry Partch et Heiner
Goebbels. Côté musique de chambre, le concert
du remarquable Quatuor Tana est à marquer
d’une pierre blanche._A.C.
Du 2 juin au 2 juillet, dans divers lieux de Paris.
10 à 26 €. www.manifeste.ircam.fr
VIII
2
1_ Nina Kraviz
au Weather
Festival. © DR
2_ La
spectaculaire
scène flottante
des Bains
numériques.
© Nicolas Laverroux
Weather Festival
Retour au Bourget et à ses fusées spatiales
pour le plus gros festival techno parisien. Une
nouvelle fois, le Weather mise sur la qualité en
quantité avec toutes les grosses têtes de la
dance music mondiale réunies sur les quatre
scènes saisonnières habituelles, sans compter
les dancefloors bonus. La time-table du
dimanche a déjà été dévoilée, et les aficionados
vont devoir faire des choix difficiles : le Viking
allemand Rødhåd ou le prodige anglais Blawan? Le set sophistiqué de Richie Hawtin ou
le talent brut de Len Faki ? Un back to back
entre Ricardo Villalobos et Zip ou Nina Kraviz
en solo ? On en a déjà mal au crâne. Et ce ne
sera pas à cause de la musique._S.B.
Du 3 au 5 juin, au Bourget (93).
www.weatherfestival.fr
1
Versailles Festival
Après une ouverture chorégraphique avec les Fêtes Galantes
de la Compagnie l’Éventail, Versailles Festival joue dès le lendemain la carte du lyrique – et du prestige ! – en recevant la
soprano Cecilia Bartoli. La musicale vocale domine par la suite
avec Patricia Petibon, les Gabrieli Consort & Players dans le
Dixit Dominus de Haendel ou Jordi Savall pour de rares pièces
sacrées de l’Espagne de Philippe V. Et avec quel bonheur découvrira-t-on le Requiem de Gilles (dans la version pour les obsèques
de Louis XV) par Skip Sempé, Capriccio Stravagante et le Collegium Vocale Gent, ou des partitions de l’étonnant Nicolas Falvetti (dont l’oratorio Nabucco) enflammées par le latinissime
Leonardo García Alarcón. Fous rires garantis avec le désormais
célèbre Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier (impertinemment mis en scène par Shirley et Dino) que reprend Hervé
Niquet. Enfin, le piano moderne trouve sa place dans ce très
baroque contexte grâce à Lang Lang et Alexandre Tharaud._A.C.
Du 30 mai au 15 juillet, au château de Versailles (78). De 25 à 495 €.
www.chateauversailles-spectacles.fr
Flâneries musicales de Reims
À moins d’une heure de train de Paris, les Flâneries de Reims
témoignent d’une harmonieuse alliance entre patrimoine et
musique. Une quarantaine de lieux, de la Basilique Saint-Rémi
aux caves de grandes maisons de champagne, sont le cadre
de concerts propres à satisfaire les goûts les plus divers. Jacques
Mercier et l’Orchestre national de Lorraine inaugurent dans un
flamboyant programme Prokofiev une programmation très
ouverte aux jeunes interprètes. Avec Camille Thomas et Julien
Libeer, le Quatuor Hermès, Guillaume Latour, Edgar Moreau
ou L’Escadron volant de la reine, le classique promet de pétiller.
Au rang des curiosités, un “Banquet Républicain” par La Clique
des Lunaisiens d’Arnaud Marzorati mérite le détour. J. Mercier
et ses musiciens lorrains sont à nouveau sur scène pour le traA NOUS PARIS
ditionnel concert pique-nique de clôture au
Parc de Champagne. Succès assuré pour leur
Paris-Broadway!_A.C.
Du 23 juin au 23 juillet, à Reims (51). De 12 à 30 €.
www.flaneriesreims.com
Bains numériques
Le lac d'Enghien sera le centre de la “cité imaginaire” créée par le festival gratuit Bains numériques. Pour sa 9e édition, la Biennale internationale des arts numériques, placée sous le
thème “mondes sensibles”, mélangera les
concepts et louvoiera à la frontière des arts et
des sciences, entre shows audiovisuels, flamenco numérique, expositions immersives et
musique électronique, avec notamment des
DJ sets de 2ManyDJs et Molécule sur la
fameuse scène flottante._S.B.
Du 1er au 5 juin à Enghien-les-Bains (95).
www.cda95.fr/fr/bains-numeriques
Jazz à Maisons-Laffitte
Connue pour son château et son parc du
XVIIe siècle, son hippodrome aussi, MaisonsLaffitte est le cadre parfait pour y installer un
festival. Pas de transgressions ni de stars. Ici,
on promeut le jazz! Anne Paceo, l’une des rares
batteuses, aura la lourde tâche de lancer la
séance, à la tête de son quartet (10 juin).
Bojan Z, pianiste d’origine balkanique, et Julien
Lourau, l’un des meilleurs saxophonistes français, prendront le relais (11), puis ce sera un
autre duo, emmené par le pianiste Yaron Herman, avec le guitariste Federico Casa-
festivals
quatre coins du monde, pourvu qu'ils aient des
attaches culturelles avec le continent noir. Le
reggae est logiquement bien représenté, avec
le Jamaïcain Bunny Wailer, ex-comparse de
Bob Marley, le 7 juillet, son compatriote U-Roy,
précurseur du hip hop, mais aussi des Français
avides de basses comme Kanka et Panda Dub.
Parmi les autres dates marquantes de cette
quatrième édition, on ne manquera pas le show
du combo sud-africain Skip & Die le 26 juillet,
et la soirée Essaouira à Paris avec Aziz
Sahmaoui et Karim Ziad, qui mettront à l'honneur le patrimoine musical maghrébin et
gnawa._S.B.
grande (12). Le guitariste Adrien Moignard
invite le porte-bonheur des festivals de jazz, le
violoniste Didier Lockwood (17). Et pour
conclure, un rêve pourrait nous emporter, la
harpiste Laura Perrudin, amatrice d’Edgar Poe,
que l’on découvrira dans le Château (19)._S.K.
Du 10 au 19 juin, dans divers lieux de MaisonsLaffitte (78). www.maisons-laffitte-jazz-com
Solidays
C’est en 1999 que ce festival a été créé afin
de réunir des fonds pour combattre le sida. Il
a tout de suite donné lieu à une gigantesque
machine. Près de 150 artistes y sont invités,
et 180 000 spectateurs s’y rendent (record l’année dernière). Le 24 juin, nous écouterons la
délicate chanteuse brésilienne Flavio Coelho,
le groupe alternatif anglais Bloc Party, les Français pop intrigants et étincelants Feu ! Chatterton, et le lyrique Rover. La journée du 25 sera
animée par le chanteur funky pop Keziah
Jones, le duo de rock électronique The Shoes,
la chanteuse tout-terrain de pop, de rumba et
de soul béninoise Angélique Kidjo, la Belge
Selah Sue et le rappeur Oxmo Puccino. Et enfin,
de nombreuses signatures se presseront le 26 :
Jain, le chanteur de soul reggae ivoirien Tiken
Jah Fakoly, les rappeurs américains de Cypress
Hill, Louise Attaque, St Germain… Avec aussi
la présence de Christian Olivier, sans ses Têtes
Raides, pour un concert solo._S.K.
Du 24 au 26 juin, à l’Hippodrome de Longchamp, 16e.
Info@solidarite-sida.org
Rain Forest
Un festival, c'est parfois du sport. À Fontainebleau, début juillet, ce ne sera pas au sens
figuré. Le Rain Forest lance sa première édition
dans une vaste clairière, et tente de mélanger
musique, sport et écoresponsabilité. Si danser
ne suffit pas à se dépenser, le festival propose
des tonnes d'activités, football, beach volley,
pétanque, escalade sur glace (sic), slackline et
airbag jump, une activité qui consiste à sauter
n'importe comment sur un énorme matelas
gonflable. Pour les moins audacieux, rendezvous aux ateliers yoga, pilates et pétanque.
Niveau musique, on sera bien servis avec des
artistes du coin : Ibeyi, le duo de Cubano-Parisiennes monté au pinacle par Beyoncé sur les
réseaux sociaux, et les Français Étienne de
Crécy, Arthur H, Acid Arab ou Naïve New Beaters. Gratuit pour les moins de 12 ans._S.B.
Les 2 et 3 juillet, à Fontainebleau (77).
www.rainforest.fr
A NOUS PARIS
X
Du 5 au 31 juillet, au Cabaret sauvage,
Parc de La Villette, 19e.
www.cabaretsauvage.com
LaPlage du Glazart
Tortoise à Villette Sonic. © DR
Macki Music Festival
Après trois ans, le Macki Music a trouvé sa voie et son originalité
dans le marché des festivals. Si la Mamie's et Cracki, les deux
crews fondateurs de l'événement, sont des valeurs sûres de la
scène électronique parisienne, ils sont sortis de leur zone de
confort avec une programmation qui pioche dans différents
styles plus organiques. Organique, c'est aussi le terme qui
convient au très fleuri parc de Carrières-sur-Seine, qui accueille
François and The Atlas Mountains pour le côté pop(ulaire), Acid
Arab pour la partie orientale et des DJ's de choix avec le Néerlandais Tom Trago, l'Anglais Linkwood et des local heroes
comme le Camion Bazar ou le Mellotron._S.B.
Les 2 et 3 juillet, à Carrières-sur-Seine (78).
www.mackimusicfestival.fr
Villette Sonique
Difficile de faire plus pointu que Villette sonique. Le festival
profite de son cadre (le parc de la Villette) pour exposer au
grand public les audaces musicales du présent et du passé,
les artistes les mieux placés pour imaginer le futur. Entre les
jardins (pour des concerts gratuits), la Grande Halle, la Philharmonie et le Cabaret sauvage, on y verra le duo anglais successeur de The Streets, Sleaford Mods, Beak>, le projet de Geoff
Barrow de Portishead, la techno acide de Helena Hauff ou
encore Tortoise, vénéré groupe de post-rock américain. Un festival définitivement à part._S.B.
Du 27 mai au 1er juin, à La Villette, 19e. www.villettesonique.com
Black Summer Festival
Le festival consacré aux musiques blacks séduit les foules avec
sa programmation à la carte, disséminée tout au long du mois
de juillet. Le Black Summer invite à Paris des artistes des
Cette saison encore, le Glazart fait venir
quelques tonnes de sable pour garnir sa plage,
devenue depuis cinq ans l’un des rendez-vous
de l'été parisien. Au programme, des concerts
découvertes les mercredis (entre pop, rock,
folk, cumbia) et du clubbing dès le jeudi soir,
avec des soirées open air bien enjouées le vendredi et le samedi. Au rayon artistes, on retrouvera des gars sûrs comme Frank Roger,
Romain Play (avec ou sans son Camion Bazar)
Konstantin Sibold, Voiron, Frankey & Sandrino
ou Dengue Dengue Dengue. Première le 2 juin
avec le label Cracki aux platines et un live de
leur signature Agar Agar._S.B.
De 2 juin au 27 août, à Porte de la Villette, 19e.
www.glazart.com
We Love Green
Privé de Bagatelle, le festival le plus vert
d'Île-de-France s'installe cette année dans le
Bois de Vincennes, un peu moins bien entretenu mais plus grand. Et ça tombe bien,
puisque le We Love Green s'étale un peu plus,
avec toujours deux scènes principales, une
pour les live (celui de PNL et PJ Harvey et LCD
Soundsystem sont parmi les plus attendus) et
une pour le clubbing, avec des DJ sets de
Diplo, Metronomy ou Hudson Mohawke.
Comme toujours, un think tank nous fera réfléchir sur l'écologie tandis que le club parisien
le Badaboum installe Lalaland, son village hippie, entre jardin secret et cabaret libertaire,
avec notamment Âme et Acid Paul pour l'ambiance._S.B.
Les 4 et 5 juin, au Bois de Vincennes, 12e.
www.welovegreen.fr
THe LasT
DamIan sHadOw
"Jr. goNg"
MarLey PupPetS
La FemMe ShaRon joNes
BreAkbOt
And thE dAp - kIngS
BirDy Nam naM
AurOra BriNg Me
The hoRizOn
EagLes of deAth meTal
WolFmoTheR GreGorY pOrtER
EdiTorS GhiNzu
MasSivE aTtaCk
LogIc
CRÉATION :
- ILLUSTRATION : SARA ANDREASSON
MiiKe SnoW
FoaLs
SigUr RóS CasSiuS
SouLwaX
PeaCheS
Two doOr
ciNemA cLub
ChvRchEs
CarAvaN AndErsOn
PalAce .paAk
CluTch
CasSeuRs
FloWteRs
Sum IggY
41 poP
EdwArd shArpE aNd
The maGneTic zeRos
LOCATION SUR ROCKENSEINE.COM, FNAC.COM, DIGITICK.COM ET POINTS DE VENTE HABITUELS. MÉTRO BOULOGNE - PONT DE SAINT CLOUD
festivals
NORMANDIE, NORD,
BELGIQUE, PAYS-BAS
XII
1
Le Rock dans tous ses états
Ce petit festival existe depuis une trentaine
d’années et a réussi à surmonter le temps
avec une programmation souvent pointue.
En 2016, il n’y aura pas beaucoup de têtes
d’affiche, à l’exception de Louise Attaque (24),
mais le plateau sera varié. Le duo électro
Aaron, le phénomène Odezenne, le groupe
pop mélodieux Maison Tellier complètent cette
première journée. Samedi (25), le public pourra
entendre le groupe de post-punk sauvage,
new-yorkais celui-là, Parquet Courts, ainsi que
Casseurs Flowters._S.K.
Les 24 et 25 juin, à L’hippodrome d’Evreux
(Normandie). www.lerock.org
Midsummer Festival d’Hardelot
Après six éditions dans un théâtre éphémère,
le Festival du Château d’Hardelot (où des
scènes du film Ma Loute ont été tournées) passe
à la vitesse supérieure. Avec l’inauguration du
théâtre élisabéthain conçu par l’architecte
Andrew Todd, il dispose d’un lieu idéal pour
le répertoire franco-anglais à dominante
baroque qui fait son identité. Dans la foulée des
trois journées d’inauguration du théâtre, très
bariolées (24, 25 et 26 juin), la 7e édition
démarre le 30 juin sur une soirée Purcell-Charpentier conduite par Bertrand Cuiller. Année
Shakespeare oblige, l’auteur du Roi Lear est
par la suite à l’honneur, lors d’un “Tribute to
Shakespeare”de Christophe Rousset ou d’une
Fairy Queen revue et corrigée – avec talent et
esprit ! – par la Compagnie Deracinemoa et
l’Ensemble Contraste. Un pur régal._A.C.
Du 24 juin au 16 juillet, au château d’Hardelot,
Condette (62). Gratuit du 24 au 26 juin (dans la limite
des places disp.), www.chateau-hardelot.fr
Main Square
Ceux qui ont découvert Arras à travers le beau
film de Lucas Delvaux, Pas son genre, avec
Emilie Dequenne, seront ravis d’y venir pour
acclamer Iggy Pop, la rockeuse rémoise Jeanne
Added, Louise Attaque (1er juillet), le groupe
punk Offspring (2), les Insus, comme toujours,
Editors et les Belges de Ghinzu (3)._ S.K.
Du 1er au 3 juillet, à la Citadelle d’Arras (62).
www.mainsquarefestival.fr
A NOUS PARIS
1_ Festival
Cabourg mon
amour.
© Peglar Photographie
2_ Odezenne,
présent au Rock
dans tous ses
états.
© Maxime Genoud
3_Pérez au
Biches Festival.
© Yann Stofer
4_ The
Pirouettes au
Biches Festival.
© BJP
2
Festival de Saint-Riquier
Cinq jours durant, le festival dirigé par
Hervé Niquet met la superbe Abbaye de SaintRiquier à l’heure de la musique baroque et
classique. Vivaldi et Campra par Le Concert
Spirituel ou The Fairy Queen de Purcell par
Les Nouveaux Caractères tiennent compagnie
à Mozart, par la soprano Jodie Devos et l’ensemble Les Ambassadeurs ou le Brussels
Philharmonic et le Chœur de la Radio flamande (pour l’inoxydable Requiem, sous la
baguette de Niquet). Quant à l’Orchestre de
Picardie d’Arie van Beck, son programme
Mendelssohn, Weber, Hummel s’annonce
lumineux et vitaminé, avec David Guerrier à
la trompette._A.C.
Du 5 au 10 juillet, à Saint-Riquier (80). 10 à 35 €.
www.ccr-abbaye-saint-riquier.fr
Cabourg mon amour
Coincé entre Deauville et Trouville, Cabourg
veut se faire un nom et le festival cheap et chic
qui s'y tient depuis quatre ans est une raison
de plus d'y passer quelques jours (et en plus il
y a un casino, alors…). Produit avec l'aide de
l'agence Super, responsable de la prog du Pitchfork Festival et du A Nous Paris Fireworks,
Cabourg mon amour a monté un joli line-up
indie sur la plage, où l'on retrouvera le pianiste
Davide August, l'électro-pop de Flavien Berger
ou la joyeuse house du producteur parisien
Claude aka Fulgeance._S.B.
Du 29 au 31 juillet, à Cabourg (14).
www.cabourgmonamour.fr
Dour Festival
C'est reparti pour cinq jours de concerts hystériques, de DJ sets d'anthologie, de frites mal
cuites et de “Doureuh !” entonnés en canon à
n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Le
Dour Festival est devenu une institution estivale
grâce à l'état d'esprit de ses participants et sa
programmation pléthorique (neuf scènes !) et
éclectique, entre stars en retard, découvertes
sous chapiteau et pionniers de l'underground.
En vrac, cette année, on y retrouvera les classiques Pixies, Prodigy, Mobb Deep ou DJ Premier mais aussi une valeur sûre de la techno
allemande Boys Noize et les idoles du reggae
français, Stand High Patrol. Le festival belge
n'a pas fini de drainer de nouveaux adeptes._S.B.
Du 13-17 juillet, à Dour (Belgique).
www.dourfestival.eu/fr
XIII
Les Nuits secrètes
Depuis une quinzaine d’années maintenant,
les nombreux spectateurs de ce festival au
très joli nom sont invités à monter dans des
bus pour être acheminés vers une destination
secrète, un lieu étrange qui peut être une chapelle, une grange, un champ où se déroule
un concert surprise… Si, sur la Grande Scène,
la chanteuse belge Selah Sue se trouvera cette
année encore en bonne place, on y verra également The Shoes et le groupe d’électro pop
funk General Elektriks (29 juillet). Une bande
de Français bien connus animeront aussi la
Grande Scène samedi, avec entre autres,
Mickey 3D ou Deluxe et son hip hop funk (30).
Et dimanche (31), on y découvrira le punk tzigane du New-Yorkais Gogol Bordello, le punk
rock oldies de Ludwig von 88, et un trio de
garage américain Oblivians (21)._S.K.
Du 29 au 31 juillet. Aulnoyes-Aymeries (59).
Association@lesnuitssecretes.com
Biches Festival
En pleine plaine normande, ce petit événement nouveau propose à ceux qui le découvriront de se mettre en mode week-end à la
campagne, avec transats dans l’herbe, mais
foodtrucks quand même. Côté musique, on
est évidemment un peu dans le défrichage,
avec tout de même aussi quelques têtes d’affiche chic, le raconteur d’histoires Perez, les
3
filles de Juniore, les garçons de Beach Youth
venus en voisins ou The Pirouettes, jeunes
gens modernes adoubés par Daho._C.C.
Les 29 et 30 juillet, à Cisai St-Aubin (61). 25 €/jour.
www.biches-festival.fr
Dekmantel Festival
Si sur la route vous vous sentez perdus dans
le chassé-croisé juilletistes-aoûtiens, et que
vous avez le temps de quitter l'autoroute pour
vous accorder un petit crochet techno, on a
un joyeux programme pour vous, et pour ça
il faudra prendre la direction du Nord. Des
Pays-Bas plus précisément, et d'Amsterdam
pour être encore plus précis, ville évidemment
célèbre pour ses tulipes et son port. Et c'est
d'ailleurs (en partie) sur ce port que se déroulera la quatrième édition du Dekmantel Festival, qui s'évertue chaque année à réunir la
crème de la crème de la scène techno. Au
début du mois d’août, ce seront des têtes d’affiche telles que DJ Koze, Nina Kraviz,
Roman Flügel, Ricardo Villalobos, Cabaret
Voltaire, Ben Klock, Robert Hood, Helena hauff
ou Marcel Dettmann qui poseront ainsi leurs
valises dans la très belle ville aux canaux. Un
programme non exhaustif, bien sûr, qui mérite
largement le détour._B.C.
Du 4 au 7 août dans plusieurs lieux d’Amsterdam
(Pays-Bas). 45 € la soirée, pass 3 jours : 120 €.
www.dekmantelfestival.com
4
festivals
1
Beauregard
Presque toutes les têtes d’affiche les plus omniprésentes des festivals 2016 se sont donné
rendez-vous à Beauregard en Normandie. Au
programme donc, Louise Attaque, Ghinzu,
Nekfeu, The Shoes, the Kills, La Femme, Beck,
PJ Harvey la sublime, et les briscards que sont
Robert Plant et Les Insu(bmersible)s Téléphone.
Pas fous, ils savent forcément tous (depuis
huit ans que l’événement existe) que le parc
du château de Beauregard est l’un des beaux
sites à viser pour une tournée d’été. On les suivra donc dans ce lieu féerique et on en profitera
pour mieux découvrir les artistes de la scène
locale plutôt prolifique (Gandi Lake, Nuit,
Grand Parc…), qui se produiront à leurs côtés
pendant ces quelques jours._C.C.
Du 30 juin au 3 juillet, Hérouville Saint-Clair (14).
45 €/jour, 130 €/4 j. www.festivalbeauregard.com
À Beauregard :
1_ Rone © Timothy Saccenti 2_ The Shoes © Romain-B-James
XIV
2
XV
OUEST
Saveurs Jazz Festival
Astropolis
Sans trop de doute le meilleur festival électro
de France, au moins pour l'état d'esprit de folie
qui règne durant trois jours à Brest. Outre les
résidents Manu le Malin et Elisa do Brasil, on
retrouvera Roman Flügel et Alex Bowman, Tom
Trago, Maud Geffray de Scratch Massive… disséminées entre le Vauban, la Carène, la Suite
et la mer (pour la croisière électronique) avant
une déferlante de stars samedi soir au manoir
de Keroual. Les amateurs de beats bien durs
fileront au live événement de Venetian Snares,
tandis que les connaisseurs se délecteront des
sets du prophète anglais Andrew Weatherall
et de l'expert nordiste Emmanuel Top. Pour les
autres, rendez-vous devant les platines de
Maceo Plex, Kerri Chandler, Len Faki ou Agoria._S.B.
Du 1er au 3 juillet, à Brest (29). www.astropolis.org
Ce jeune festival se dévoue depuis six ans au jazz, et cela n’est
pas près de s’arrêter. Le guitariste John McLaughlin (6 juillet)
et la chanteuse américaine Dee Dee Bridgewater en seront les
têtes d’affiche (7). Suivront le bassiste Richard Bona, de retour
avec un nouvel album produit par Quincy Jones (8), et un
habitué des lieux, le trio du populaire contrebassiste israélien
Avishai Cohen (9)._S.K.
Du 6 au 10 juillet, Scène du Parc, à Segré en Maine et Loire (49).
www.saveursjazzfestival.com
BIG Festival
Le festival accueille des têtes d'affiche qui coûtent un bras, type
Pharrell “Happy” Williams, The Libertines dans sa formation originale (Pete Doherty et Carl Barat) ou le combo anglais The Prodigy. Dans la Big Boîte, à la Halle Iraty, on dansera sur les sets
de la techno allemande Ellen Allien, la drum'n'bass d'Elisa do
Brasil, le set de Vitalic ou l'électro kitsch de Salut c'est cool. Et
comme il faut bien profiter des vagues, une compétition de surf
sera organisée en collaboration avec la World Surf League._S.B.
Du 9 au 17 juillet, à Biarritz (64). www.bigfest.fr
15 expositions sur
~Bone
~ Catherine Meurisse
~ De Cape et de Crocs
~ Régis Hautière
~ Miguelanxo Prado
~ Le Royaume
~ Comment faire fortune en juin 40
~ Julie Rocheleau
etc.
Des spectacles
~ Musique live et projection,
Dave McKean - Black Dog
~ Théâtre,
L’Impromptu de De Cape et de Crocs
~ Marionnette habitée,
l’adaptation du tome 1 de Blast,
Grasse Carcasse de Manu Larcenet
~ Concert dessiné,
B. Lallemant et C. Berberian
Des rencontres
~ Des tables rondes,
Jeff Smith et Dave McKean
~ De nombreuses rencontres
dans les expositions,
~ Des ateliers, la Fabrique de la
bande dessinée, les signatures...
Une programmation
jeunesse
~ Des remises de prix, des lectures,
du spectacle vivant, des ateliers,
des expositions interactives...
ABEL
ANTOINE
ASTIER L.
AYROLES A.
BEAUDRY
BEN DESSY
BERBERIAN
BERNSTEIN
BERTOZZI
BLONDIN
BOCQUET O.
BOURHIS
CÉCIL
CHAMBLAIN
CHARLES J.-F.
CHARLES M.
CINNA
CORGIÉ
CUVEELE
DAWID
DEBEURME
DE CANEVA
DELABIE
DELOYE
DIDIER
DILLIES
DODÉ
DOMECQ
EDITH
FEROUMONT
FRACO
FRANÇOIS D.
FRASIER
GILBERT
GIRARD
GOOSSENS
GRIMALDI
HARDOC
HAUTIÈRE
HITORI DE
KIM
LEFEUVRE
LERECULEY
M. Julie
MADDEN
MANDEL
MASBOU
MAZÉ
MAZEL
McKEAN Dave
MEYER
MOBIDIC
MULLER
OMONT
PLENZKE
POG
POITEVIN
POZLA
PRADO
PRIOU
PRUDHOMME
RENNER
REUTIMANN
RIFF REB’S
ROCHELEAU
SALSEDO
SICAUD
SMITH Jeff
SOLÉ Julien
SPIESSERT
THIBAUDIER
THONON
TURF
VASTRA
VIDBERG
VON KUMMANT T.
WENISCH
YUIO
ZAY
... et quelques autres !
Jazz au Phare
Au pied du Phare de l’Île de Ré, parfois en
plein vent, à Saint-Clément-des-Baleines, ce
festival a de l’allure. Après avoir posé son vélo,
on écoute du jazz dans un joli prés, sous les
arbres mouvants, à quelques mètres de la
mer. 52 concerts sur 8 scènes attendent les
15 000 spectateurs en moyenne jusqu’à 3 h
du matin avec évidemment de belles têtes
d’affiche. Le bassiste mythique du jazz Stanley
Clarke (15), la chanteuse Lisa Simone (16),
l’accordéoniste Richard Galliano, le guitariste
belge Philippe Catherine, et Didier Lockwood
s’y croiseront (17). Et en bouquet final, le 18,
le pianiste, chef d’orchestre, l’homme des
Demoiselles de Rochefort, qui composait des
rocks avec Boris Vian et Henri Salvador, et la
chanteuse Terez Montcalm formeront la tête
de proue de cette 7e édition._S.K.
Du 15 au 18 août, à Saint-Clément-des-Baleines en
Île de Ré (17).
www.jazzauphare.com
festivals
XVI
1
sec (16 et 17) porté par la réussite de son dernier album, Mammifères. On signalera aussi
la possibilité d’assister à des concerts gratuits
tous les jours au Village Francofou._S.K.
Hellfest
Bienvenue en enfer ! Enfin, il ne faut pas exagérer. Mais on imagine que les oreilles sensibles
passeront leur chemin. Le hard rock et le heavy
metal ont toujours attiré un public nombreux.
Hellfest séduit chaque année 150 000 festivaliers qui apprécient cette sorte de Disneyland
du hard rock, avec grande roue, sons et
lumières, et une scénographie spectaculaire. Il
faut dire que le programme est prestigieux, proposant des noms glorieux : le groupe allemand
aux allures gothiques Rammstein, les rockeurs
de Offspring, sans oublier notre Magma national
(17), les formations de metal américaine Korn,
et de death metal anglaise Napalm Death (18),
jusqu’à deux poids lourds, les vétérans anglais
de Black Sabbath venus annoncer la fin de leur
aventure commencée il y a près d’un demi siècle, et Megadeth (19)._S.K.
Du 13 au 17 juillet, à La Rochelle (Charente).
www.francofolies.fr
Les Escales de Saint Nazaire
La ville de Saint Nazaire ne construit pas que
des bateaux, elle accueille aussi un fameux
festival qui célèbre cette année sa 25e édition.
Le mélodieux et musclé Iggy Pop, inventeur
du punk rock, ouvre la séance, tout comme
la formation d’électro swing Caravan Palace,
et le rappeur gospellisant Faada Freddy (29).
Ils seront suivis de Selah Sue, du duo électro
français The Shoes (30) de Louise Attaque,
et de la formation électro world pour ses 20
ans de carrière, jusqu’à un revenant, le zoulou
blanc Johnny Clegg (31)._S.K.
2
Du 17 au 19 juin. Clisson en Loire-Atlantique (44).
www.hellfest.fr
Du 29 au 31 juillet. Scène du Port. Saint Nazaire (44).
www.festival-les-escales.com
Garorock Festival
Est-il utile de le préciser, mais la charmante
petite ville de Marmande dans le Lot-et-Garonne
est célèbre pour deux choses : sa tomate et
son festival, Garorock, qui rameute chaque
année près de 80 000 festivaliers entre Trec et
Garonne et décuple ainsi la population de la
ville dans une ambiance généralement bon
enfant, cet esprit Sud-Ouest justement. Et pour
ce faire, le festival aligne régulièrement les plus
gros noms du panorama musical d'aujourd'hui,
mais pas que : ainsi se mêleront quelques
Jamie xx, Disclosure, Ghinzu, Muse, The Kills,
M83, Ratatat, Method Man & Redman, The
Shoes, The Hives ou Lilly Wood and The Pricks,
mais aussi Savages, Jain, Joey Starr et son
projet Carribbean Dandee, Thylacine ou encore
Unknown Mortal Orchestra. Ouf ! Et la liste n'est
absolument pas exhaustive._B.C.
Du 30 juin au 3 juillet à Marmande (47). 45 € la
soirée, pass 4 soirs : 177 €. www.garorock.com
Francofolies de la Rochelle
Ce festival est encore bien marqué par la présence de son fondateur Jean-Louis Foulquier
qui tint la barre pendant vingt ans. Une plaque
sur le port garde même sa mémoire vivante.
On peut désormais emprunter la BalladeJean-Louis-Foulquier. C’est sans doute le seul
endroit où l’on peut retrouver l’ancien Garçon
Boucher François Hadji-Lazaro, le 13 juillet,
dans un spectacle appelé… Pouet. Le rendezA NOUS PARIS
Reggae Sun Ska
Désormais unique rassemblement reggae
d'envergure en France, après l'arrêt du
Garance Festival, le Reggae Sun Ska festival
se veut rassembleur dans sa programmation.
La tête d'affiche s'appelle évidemment Marley,
avec Damian alias Jr Gong, dont le “Welcome
to Jamrock” résonne encore, et on assistera
au retour de Ludwig Von 88, groupe punk
mythique mené par le Sergent Garcia avant
ses explorations salsa. À ne pas manquer non
plus, les Néo-Zélandais de Fat Freddy's Drop,
toujours impressionnants en live, le DJ All
stars rassemblés autour de DJ Vadim, avec
un duo de tchatcheurs fous featuring Big Red
et Jamalski, ou la performance de Manudigital,
qui fait revivre l'âge d'or du reggae digital des
80's._S.B.
3
vous propose toujours un mélange de créations françaises, de chansons traditionnelles,
de rap (grande soirée le 14, avec surtout, le
digger de sons Guts), et même d’électro (Ed
Banger House Party le 13). La nouvelle vague
pop française a son mot à dire aussi avec
Jain, Feu ! Chatterton, veillée par les anciens
de Louise Attaque, et sur une autre scène,
l’intriguant Bertrand Belin (15). Nous reverrons
le séduisant groupe belge Balthazar (16). Un
joli florilège débarque dimanche avec un
superbe trio féminin, Keren Ann, Emily Loizeau
et Lou Doillon (17), et le chanteur breton Mios-
1_ Lilly Wood
and The Pricks à
Garorock.
Du 5 au 7 août, à Bordeaux (33).
www.reggaesunska.com
© Julot Bandit
2_ Guts aux
Francofolies.
© Guillaume Cottin
3_ La scène du
Reggae Sun Ska.
© Campagnie Valentin
4_ Savages
sur La Route du
Rock. © Dustin Cohen
La Route du Rock
C'est bien connu, la Route du Rock fait partie
de ces festivals où il est généralement bon de
prévoir des bottes de pluie Hunter dans sa
valise. Situé dans un cadre des plus romantiques, la Plage de Bon Secours à Saint-Malo,
le soleil est, pour sa part, rarement au rendezvous, et c'est peut-être ce qui renforce justement cet esprit rock du festival breton. Pourtant
le festival n'est pas simplement le héraut du
XVII
4
concert unique en France (4),
un autre pianiste spectaculaire, le Cubain Roberto Fonseca (6), les deux témoins du
funk historiques et anciens
directeurs artistiques de
James Brown, Fred Wesley et
Maceo Parker (8), une figure
du jazz vocale plutôt rare en
France, Dianne Reeves (9), et
le saxophoniste David Sanchez qui combine jazz et
rythmes afro-caribéens (10).
Le guitariste et organiste
Lucky Peterson rend hommage à un maître de l’orgue
jazz, Jimmy Smith, suivi du
parrain du festival, le trompettiste Wynton Marsalis (11). Les
saxophonistes Charles Lloyd,
James Carter (12), et le pianiste anglais Jamie Cullum
(13) complètent le festin. Sur
l’autre scène, plus restreinte,
l’Astrada se produit la blueswoman Ana Popovic le
11 août._S.K.
rock, puisqu'on lui reconnaîtra cette justesse à se placer à la
fois en première ligne des tendances actuelles tout en conservant une identité underground qui fait beaucoup de bien dans
le panorama. La 25e édition de la Route offre une affiche de
haute volée, avec le groupe de folk pop écossais Belle and
Sebastian (12 août), le groupe de pop taciturne Tindersticks,
la cold wave hypnotique La Femme (13), la formation hardcore
Fat White Family (14), les Canadiens de Suuns, les New-Yorkais
de Battles ou les Anglais de Savages qui embraseront la scène
du Fort, tandis que la techno douce de Gold Panda, ou la belle
voix de Julia Holter y apporteront un peu de rêve._S.K.
Du 11 au 14 août sur la Plage de Bon Secours à Saint-Malo (35). 41,5 € la
soirée, pass 3 jours : 88 €. www.laroutedurock.com/
Jazz In Marciac
Les habitués l’appellent familièrement JIM pour jazz in Marciac.
Chaque année, le tranquille petit village du Gers connaît les
embouteillages. Ce succès aura été la réussite de Jean-Louis
Guilhaumon qui, en 1978 imagina un festival, dans ce coin
perdu, sans se douter de son immense succès. Bien sûr, ce
sera pour beaucoup une séance de rattrapage car sous le
chapiteau, se produiront des artistes déjà vus ailleurs, Diana
Krall (29 juillet), le trompettiste de jazz métissé Ibrahim Maalouf
(1er août), les guitaristes John Scofield, ex-membre du groupe
de Miles Davis, et John McLaughlin (2) et en fin de quinzaine,
Earth, Wind and Fire (14). Ils retrouveront des habitués des
festivals d’été, le légendaire pianiste Ahmad Jamal, pour son
Du 29 juillet au 15 août, sous le
Chapiteau et à l’Astrada, Marciac
dans le Gers (32).
www.jazzinmarciac.com
Les Vieilles
Charrues
L’autre grand festival rock français, lancé en 1992, mène la
belle vie, avec une très bonne
fréquentation (250 000 spectateurs en 2015). On trouvera
sensiblement les mêmes
noms déjà programmés aux
Eurockéennes, comme les
Insus, et les Kills (14), Lou
Doillon (15) et Louise Attaque
(16). Les programmateurs ont
frappé un grand coup en s’offrant, le 15, Pharrell Williams,
chambellan des tubes mondiaux “Happy”, “Get Lucky”…
Cette soirée nous propose
aussi Michel Polnareff, les
rockers sauvages Pixies, toujours emmenés par Black
Francis, les dandies anglais
de Tindersticks, sur la lancée
festivals
XVIII
1
SUD EST
Festival de Radio France
Montpellier
de leur brillant nouvel album, The Waiting
Room. Le 16, débarquent la formation punk
Libertines, une autre légendaire du glam
rock qui opère son grand retour, Suede, avec
un album Nights Thoughts. Dans cette
débauche de décibels et d’effets, une dame
de 75 ans tentera de se ménager une place,
Calypso Rose. Mais elle n’est pas n’importe
qui, portant haut l’étendard des la musique
des îles et du calypso! Le même défi sera proposé, dimanche, le 17, à la la très planante
Lana Del Rey, les champions du dancefloor
Major Lazer, le rappeur Nekfeu et le petit génie
du folk rock anglais, Jack Bugg, qui vient présenter son nouvel album, On My One. L’éruptif
rock band Editors, Lily Wood and the Prick, le
bretonnant Denez Prigent, et la grande star de
ces festivals 2016, Jain, disque d’or pour son
album Zanaka, complètent la très belle affiche
du jour._S.K.
Du 14 au 17 juillet. Carhaix (29).
Site de Kerampuilhh. Vieillescharrues.asso.fr
2
Vie Sauvage
Bâtie sur un piton rocheux, la pittoresque cité
de Bourg est un lieu un peu hors du temps,
parfait pour poser comme une bulle, un festival
atypique, qui mélange musique, installations
numériques, spectacles, expos, architecture
ou œnologie. Comme dans un étonnant petit
club de vacances, les activités sont ici multiples,
de la découvertes des jeunes talents BD d’Angoulême au tournoi de foot, en passant par les
siestes électroniques, les jeux d’arcade et les
surprises (créations de pochettes de CD pour
les kids, radio itinérante, carte blanche à i am
stramgram, avec concerts et concours de bras
de fer, etc.). Côté musique, le concept aura
séduit cette année entre autres Papooz, L’Impératrice, Bagarre, LA Priest, Atlas Mountains
(sans Frànçois, donc), Jacques, Stranded Horse
ou la team de Cracki Records._C.C.
Du 8 au 12 juin à Bourg (33). 20 (prévente) ou 25 €
sur place pour tout le festival. Nombreux
événements gratuits.
1_ Tindersticks
aux Vieilles
Charrues.
© Richard Dumas
2_ La scène de
Vie sauvage.
© Olivier Seguin
3_ Birdy Nam
Nam à Lives au
Pont. © DR
Placé sous le thème du Voyage d’Orient, le
Festival de Radio France 2016 rime avec couleurs, rêve, exotisme, à Montpellier comme
dans toute la région Languedoc-Roussillon
– plus de 80 % des concerts sont en entrée
libre. De la fameuse Shéhérazade de RimskiKorsakov lors de la soirée inaugurale au merveilleux opéra Iris de Mascagni (avec la
soprano Sonya Yoncheva dans le rôle-titre) en
clôture, en passant par Offenbach et sa “chinoiserie musicale” Ba-Ta-Clan (qui donna son
nom à la salle) la programmation mêle habilement les genres. Des orchestres tels que ceux
de Montpellier, Bordeaux ou du Capitole de
Toulouse sont au rendez-vous avec Berlioz,
Beethoven, Ravel et autres piliers du répertoire.
Mais que de découvertes aussi, qu’il s’agisse
des partitions ou de leurs interprètes. Figures
parmi les plus prometteuses de la nouvelle
génération, Florian Noack (26 ans) se lance
ainsi le défi d’une intégrale des redoutables
Études de Liapounov et présente par ailleurs
un ébouriffant programme de transcriptions
russes de sa main. On guette aussi le récital
d’Alexandre Kantorow, étonnant virtuose de
18 ans seulement. Côté baroque, Raphael
Pichon promet un Zoroastre de Rameau d’anthologie et l’on est curieux de la résurrection
d’œuvres de Blanchard (1696-1770) sous la
direction de Jean-Marc Andrieu._A.C.
Du 11 au 26 juillet 2016, à Montpellier et en région
Languedoc-Roussillon. 10 à 45 €.
www.festivalradiofrancemontpellier.com
Chorégies d’Orange
Plus que jamais, les Chorégies s’imposent
comme la grande manifestation lyrique populaire française en affichant deux opéras italiens
parmi les plus prisés du public : Madame Butterfly de Puccini, interprétée par Ermonala Jaho
et dirigée par Mikko Franck dans une mise en
scène de Nadine Duffaut et La Traviata de Verdi
par Diana Damrau dans une production signée
Louis Désiré et menée par Daniele Rustioli.
Verdi occupe aussi l’affiche avec le Requiem
que la formidable baguette de Tugan Sokhiev
promet de faire vibrer avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse et l’incomparable Chœur
Orfeón Donostiarra. On n’oubliera pas un programme Bernstein/Gershwin pour lequel Fayçal Karoui emmène l’Orchestre de Marseille
A NOUS PARIS
XIX
avec la complicité de la soprano Julie Fuchs
et du pianiste Nicholas Angelich, ni le toujours
passionnant concert des Révélations Classiques de l’Adami._A.C.
Du 9 juillet au 6 août, à Orange (84). 12 à 240 €.
www.choregies.fr
Festival Pantiero
Il n'y a qu'à jeter un œil aux line-up des précédentes éditions du festival cannois pour s'apercevoir que la terrasse du Pantiero a vu passer
de grands noms électro ou pop-rock au cours
de ses quinze années d'existence. Il faut dire
qu'il a ses arguments : une vue à 360° sur
Cannes et une scène avec les montagnes
rouges de l'Estérel qui se dessinent en toile de
fond. Le décor se prête à ce condensé d'électro,
de pop, de rock et même un peu de techno. Et,
fidèle à sa ligne de conduite revendiquant à la
fois un certain éclectisme dans les genres
comme un œil avisé sur notre “demain” musical,
ce seront La Femme, St Germain, Grand Blanc,
Jessica93 ou le collectif Africaine 808 qui viendront ambiancer la terrasse du Palais._B.C.
de Rameau par une distribution de rêve,
Raphaël Pichon et Pygmalion, autant dire ce
que la nouvelle génération des “baroqueux”
compte de meilleur. En création mondiale, Kalîla
Wa Dimna, opéra en arabe et en français du
compositeur palestinien Moneim Adwan (né
en 1970) démontre qu’Aix ne se cantonne pas
aux œuvres du passé, ni au lyrique : pour
preuve, les concerts du Freiburger Barockorchester, de l’Orchestre de la Méditerranée, des
Quatuors Arcanto et Tana, ce dernier avec le
remarquable pianiste Wilhem Latchoumia. Si
Aix débute le 30 juin par la première de Cosi
fan tutte, on n’oublie pas que la série Aix en
juin propose, à partir du 8, divers rendez-vous
(tarifs particulièrement abordables), avec en
particulier les Lauréats HSBC de l’Académie
du Festival (dont la soprano Mari Eriksmoen
et le baryton Andri Björn Róbertsson)._A.C.
Du 30 Juin au 21 juillet. à Aix-en-Provence (13).
De 30 à 270 € (Aix Juin : 5 €, pass global 15 €).
www.festival-aix.com
3
Du 19 au 20 août sur la terrasse du Palais des
Festivals à Cannes (06). 22€ la soirée, pass 2 soirs :
30€. www.festivalpantiero.com/fr
Kolorz Festival
Une petite ville de 30 000 habitants recluse
dans le fin fond du Vaucluse qui accueille les
plus grandes stars de la musique électronique?
On a cessé d'être étonnés et l'engouement provoqué depuis cinq ans par l'événement dans
la région est désormais intégré. Ainsi, la très
demandée DJ russe Nina Kraviz, déjà passée
pour une édition hivernale, fera office de tête
d'affiche aux côtés du bûcheron de la techno
anglais Dave Clarke ou de l'excellent duo français Adventice, composé de Romain Poncet
et DJ Deep._S.B.
Les 1er et 2 juillet, à Carpentras (84).
www.kolorzfestival.com
Festival d’Aix-en-Provence
Historiquement attaché à Mozart, le Festival ne
déroge pas à la tradition et s’ouvre sur une production de Cosi fan tutte mise en scène par
Christophe Honoré et dirigée par le mozartien
Louis Langrée. Stimulante perspective ! Le
baroque est gâté lui aussi, avec l’oratorio Il
Trionfo del tempo e del disinganno de Haendel,
confié à Krysztof Warlikowski et Emmanuelle
Haïm, et une version de concert du Zoroastre
Lives au Pont
Niveau cadre, difficile de faire mieux que le
mythique Pont du Gard dans l'Hexagone. Un
viaduc qui s'anime de couleurs, d'images et
d'hologrammes à l'occasion de l'annuel festival,
qui sait peut-être le mieux associer Histoire, le
Pont du Gard étant inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco, et musiques actuelles. En déjà
cinq éditions, le festival a prouvé qu'il savait
rivaliser avec les plus gros line-up français.
Cette année, il y en aura encore pour tous les
goûts avec Jamie xx, Fakear ou Birdy Nam
Nam côté électro, Nekfeu, Set & Match et Mobb
Deep côté hip hop, entre autres évidemment.
Tout ça sous le soleil du midi, à deux pas du
Gardon, le mot d'ordre sera donc “chill”._B.C.
Du 7 au 8 juillet au Pont du Gard (30). 45 € la soirée,
pass 2 jours : 70€. www.festival-lives-au-pont.com
festivals
XX
1
seille regarde vers le Nord et le froid, incarnés
par le contrebassiste suédois Lars Danielson
(21) et le saxophoniste norvégien Jan Garbarek,
précurseur de ce courant, inspiré de Coltrane,
aux côtés du batteur d’origine indienne Trilok
Gurtu. Il croisera le contrebassiste Kyle Eastwood (22). L’occasion aussi de revoir Ludovic
Navarre alias St Germain, starifié il y a quinze
ans avec son album Tourists (27). La soirée
Autour de Chet, menée par Stéphane Belmondo, le pianiste anglais Jamie Cullum (28),
et Seal (29) sont les autres rendez-vous
phare._S.K.
Jazz à Juan
L’un des plus anciens festivals européens (56e
édition), situé à quelques kilomètres de Nice,
sur la Côte d’Azur, garde toujours la main, avec
sa scène au bord de la mer, sa pinède parfumée, son walk of fame qui conserve les
empreintes des grands musiciens passés par
là (Coltrane, Miles Davis, Ray Charles). Cette
année, l’endroit sacré accueille le violoniste
Didier Lockwood (14), le grand groupe de funk
des années 1970 Earth, Wind & Fire (15), le
guitariste de blues Buddy Guy (16), le saxophoniste Charles Lloyd et le suave chanteur
de soul jazz, Gregory Porter, qui vient présenter
son nouvel album, Take Me To The Alley (18),
la délicate voix anglaise émule de Nat King
Cole, Hugh Coltman, sur la même affiche que
la reine du jazz vocal Diana Krall (20). On y
verra aussi la Belge Selah Sue, le bassiste funky
et le toujours populaire Marcus Miller, générateurs d’entrées (21). Deux autres vedettes, la
chanteuse Robin McKelle et le vétéran crooner
italien du jazz pop, Paolo Conte (23) terminent
la brillante dizaine._S.K.
Du 20 au 29 juillet, au Théâtre Silvain, Friche
la belle de Mai, à Marseille (13).
www.marseillejazz.com
Monte-Carlo Sporting
Summer Festival
2
Du 14 au 24 juillet, Pinede Gould à Juan-les-Pins
(06). www.jazzajuan.com
Festival jazz de Nice
En quittant les arènes de Cimiez pour le Théâtre
de verdure et la Place Masséna, le festival jazz
de Nice est redescendu peut-être de son piédestal. Avant, il succédait à Juan-les-Pins,
aujourd’hui, il se déroule en même temps, et a
égaré quelques jours en route. Mais le public
aura largement de quoi se satisfaire encore
cette année, dès la première soirée, le 16, avec
le chanteur de soul anglais James Hunter qui
jouera les morceaux de son nouvel album,
Hold On !, la belle intrigante du jazz vocal
Melody Gardot, et la fée du folk créole, la violoncelliste et banjoiste américaine d’origine haïtienne Leyla McCalla, installée à la NouvelleOrléans et auteure de l’excellent “A Day For
The Hunter, A Day For The Prayer”. Le 17, c’est
l’une des figures historiques du funk qui
occupe la place, George Clinton. Le 18, une
légende y pose ses valises (il a déjà joué à
Nice), Robert Plant, l’ex-chanteur de Led Zeppelin et tenant d’un psyché blues de haute
tenue avec ses Sensational Space Shifters. Le
grand groupe de jazz fusion des années 1980,
Steps Ahead, se reforme avec le leader historique, le vibraphoniste Mike Manieri et la pianiste Eliane Elias. Le 19, c’est à un autre feu
d’artifice que nous convie Nice, grâce aux vétéA NOUS PARIS
rans du trip hop, les planants Massive Attack,
le pianiste Yaron Herman et le trompettiste Ibrahim Maalouf. Le 20, la star sénégalaise Youssou
N’Dour et son Super Étoile de Dakar, ou encore
l’association jazzy en diable du guitariste John
Scofield et le pianiste Brad Mehldau fermeront
cette nouvelle édition d’un rendez-vous existant
depuis 1948._S.K.
Du 16 au 20 juillet, Théâtre de Verdure, Place
Masséna, à Nice (06). www.nicejazzfestival.fr
Jazz des cinq continents
Petit dernier des grands festivals de province,
il fête cette année sa 17e édition. Les programmateurs font le choix d’un jazz métissé, traversé
de courants orientaux comme le saxophone
turque lhan Ersahin et son électro funk stambouliote (20 juillet). Si notre jazz est préservé,
avec le violoniste Didier Lockwood (21), Mar-
1_ Selah Sue
invitée de Jazz à
Juan. © DR
2_IbrahimMaalouf au
Festival jazz de
Nice. © Denis Rouvre
Une soirée là-bas peut coûter cher. Mais lorsque
le toit de la Salle des Étoiles s’ouvre, dévoilant
les étoiles et la mer, pendant que l’on déguste
un grand cru, certains sacrifices sont justifiés.
Dans ce lieu qui a vu défiler Frank Sinatra et
Stevie Wonder, vous pouvez voir des stars
légendaires, certaines oubliées et rares, d’autres,
très présentes. Rod Stewart y jouera ses grands
succès jusqu’aux titres de son récent album,
Another Country (2 juillet). Une figure de la
soul des années 1960, Gladys Knight, lui succèdera (8). Les amateurs passeront une soirée
avec l’un des compositeurs les plus mythiques
américains, Burt Bacharach, qui a servi Dionne
Warwick et écrit la BOF de Casino Royale, pour
Dusty Springfield (9). La fanfare pop latina Pink
Martini (15), l’habituée des lieux, Lana Del Rey,
vedette du fameux Gala de la Croix Rouge (23),
Seal (25), le crooner jazzy Jamie Cullum (27),
le group de hard allemand Scorpions (2 août)
offrent les autres réjouissances de l’été monégasque._S.K.
Du 2 juillet au 20 août. Salle des Étoiles.
26, avenue Princesse-Grâce, à Monte-Carlo.
Festival YEAH!
Laurent Garnier, saint-patron des DJ's français,
organise la quatrième édition de son festival
familial au château de Lourmarin, charmant
village du Vaucluse, entre concerts, DJ sets,
expos, conférences, tournois, chasse au trésor
et concours de air DJ (!). L'affiche ressemble
à une playlist du bon goût musical, avec le
groupe de rock canadien Suuns, le génial
Chassol, le trendsetter anglais Gilles Peterson,
la pop excentrique des Nantais de
XXI
affaires culturelles
3
CONCERTS
& JEUX D’EAU
DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD
live, on scrutera particulièrement le retour de
Doc Gynéco en tournée revival de Première
Consultation, son premier album._S.B.
11 & 12 juin 2016
Concerts gratuits en plein air
à partir de 14h
Du 8 au 13 juillet, à Calvi (Corse)
www.calviontherocks.com
Worldwide
Mansfield.TYA et bien sûr Laurent Garnier,
avec notamment un set de clôture “happy
family” au Tennis Club de Lourmarin._S.B.
Du 3 au 5 juin, à Lourmarin en Provence (84).
www.festivalyeah.fr
Calvi on the Rocks
Pétanque, charcuterie, farniente et after électro,
c'est le programme condensé de Calvi on the
Rocks, qui reprend ses marques dans la citadelle corse pendant une semaine en juillet. Au
programme, des beach parties et des soirées
en club intenses avec un line-up bien costaud
qui alterne comme d'habitude entre hype,
mainstream et underground. On y verra la star
de la techno allemande Ben Klock, un improbable set à quatre mains entre Pedro Winter et
Martin Solveig, la sainte trinité Joe Claussell,
François K et Danny Krivit pour les 20 ans de
la soirée new-yorkaise Body & Soul, et les résidents du festival, les Pachanga Boys. Rayon
En dix ans, la petite fête face à la mer de Gilles
Peterson, animateur de l'essentielle émission
Worldwide, diffusée en France sur Radio Nova,
est devenue le lieu de villégiature des mélomanes anglais. Anderson .Paak, dernier protégé
de Dr. Dre, qui figure sur six morceaux de
Compton, le dernier album du maître de la
West Coast, ouvrira le bal le 4 juillet sur la scène
du Théâtre de la Mer. S'il ne reste plus de pass
pour les 7 jours, rabattez-vous sur les billets du
samedi, avec deux musiciens sensibles, Quantic, tête de gondole du label Tru Thoughts, et
l'Allemand féru de house Motor City Drum
Ensemble. Vous ne le regretterez pas._S.B.
Du 4 au 7 juillet, à Sète (34).
www.worldwidefestival.com
Festival de la Roque d’Anthéron
Immensité du répertoire, nombre et diversité
des interprètes : le piano constitue un véritable
univers. Comme chaque été depuis 35 ans, le
Festival de la Roque d’Anthéron le met à l’honneur avec une foison de propositions. Bertrand
Chamayou, accompagné par l’Orchestre national de Lyon et Andris Poga, donne le coup
d’envoi de la 36e édition et joue à plein la carte
française avec Saint-Saëns et Ravel, deux de
ses auteurs de prédilection. Internationalement
reconnu désormais, il est déjà un habitué du
festival, au même titre que Boris Berezovsky,
Grigory Sokolov, Nelson Goerner, Arcadi Volodos, François-Frédéric Guy, Anne Queffélec ou
Alexandre Tharaud, eux aussi annoncés dans
4
3_ Chassol au
Festival YEAH!.
© DR
4_ Calvi on the
Rocks édition
2015.
© Matthew J. Oliver
LUCILLA GALEAZZI
KEVIN SEDDIKI
MOHAMMAD MOTAMEDI
MAHDI TEIMOORI
Italie
Perse
DENEZ
WAED BOUHASSOUN
France
Syrie
AZIZ SAHMAOUI
ET L’UNIVERSITY OF
GNAWA
AMBUYA TEMBO
Maroc
Zimbabwe
festivals
de grands opus classiques et romantiques. La
nouvelle génération est très présente et l’on
brûle d’impatience d’entendre des artistes en
plein envol tels que Lucas Debargue, Behzod
Abduraimov, Rémi Geniet, David Kadouch,
Tanguy de Williencourt, etc. Roi de La Roque
certes, le piano n’exclut toutefois pas le clavecin :
Jean Rondeau, Maude Gratton, Céline Frisch
et Justin Taylor, lauréat du Concours de Bruges
2015, le prouvent._A.C.
XXII
1
1_ Fakear au
Positiv Festival
Marseille.
© Tom Oxley
RHÔNE-ALPES
1
Du 22 juillet au 18 août, à La Roque d’Anthéron (13).
De 16 à 55 €. www.festival-piano.com
Positiv Festival Marseille
Il n'y a que dans le Sud que les organisateurs
ne craignent pas la douche froide. Le Positiv
Festival de Marseille étale donc ses quatre
scènes extérieures mi-août aux Docks des
Suds à Marseille. La programmation la joue
surtout électro, avec deux belles têtes d'affiche,
Mr Oizo et Kaytranada, le samedi soir et une
série de mix à quatre mains le dimanche soir.
On retrouvera derrière les platines les jeunes
mariés Adam Beyer et Ida Engberg, qui ont
organisé leur fête de mariage au Berghain à
Berlin, Fakear et The Geek, les Martinez Brothers
(qui en ont fait un concept), ou encore Popof
vs Julian Jeweil._S.B.
Les 13 et 14 août, aux Docks des Suds à Marseille
(13). www.positivfestival.com
Les Plages électroniques
Dix ans après sa première édition, le festival
les Plages Electroniques resserre sa formule
jadis éclatée sur trois jours d'affilée, du 4 au
2
A NOUS PARIS
6 août, dans un site remodelé à Cannes. Cette
saison, des scènes seront installées en simultané à la terrasse et la plage du Palais des festivals, plus une troisième sur la Croisette. On
démarre “doucement” le jeudi soir avec le quatuor français Birdy Nam Nam et les Portugais
de Buraka Som Sistema, pour leurs dernières
dates avant un break. Vendredi, la DJ russe
Nina Kraviz sera entourée de deux calibres, le
pionnier de la techno de Detroit Carl Craig et
le trio français Apollonia, qui fait un carton à
Ibiza. Samedi, ce sera un peu plus mainstream,
avec en tête d'affiche DJ Snake, crédité pour
ses hits mondiaux avec Major Lazer, sur Lean
On, et Lil Jon, sur le Turn Down For What._S.B.
Du 4 au 6 août, à Cannes (06).
Jazz à Vienne
2_ Festival
Les Plages
électroniques.
© LionelBouffier
S’il y a bien un moment dans l’année où l’on
parle de la ville de Vienne, à quelques kilomètres de Lyon, c’est fin juin, quand le festival
légendaire s’illumine. Le public aime son Théâtre antique. Il faut d’ailleurs du cœur aux musiciens pour affronter ce que Claude Nougaro
appela un jour le « mur d’humanité ». Il y fait
chaud, parfois froid et pluvieux, bref, un festival
remuant et agité. Le trompettiste festif libanais
Ibrahim Maalouf ouvre cette 36e édition, le
28 juin. La trompette est au centre des débats
avec Erik Truffaz et un hommage à l’idole Chet
Baker, Autour de Chet, est proposé par Stephane Belmondo, Piers Faccini, Yael Naim…
(29). Quelques fanfares colorées et épicées animeront ce début d’été viennois : le 30, les
manouches techno de Caravan Palace et les
amateurs de musique cubaine et latino Pink
Martini, et, le 1er juillet, l’orchestre balkanique
de Goran Bregovic. On retrouvera avec plaisir
le guitariste, toujours vêtu de blanc, Nile Rodgers
de Chic, porté par le succès de “Get Lucky”
des Daft Punk (2). Les privilégiés découvriront
le pianiste Randy Weston, et Lisa Simone, la
fille de Nina (4), et la tournée à succès de l’été
que l’on retrouvera souvent, Hugh Coltman et
Diana Krall (5). Mais Vienne aime aussi les
grands noms du jazz, et elle en sert à la louche :
le 7, les guitaristes John McLaughlin et John
Scofield avec le pianiste Brad Mehldau, s’y succèderont. Puis, ce sera la chanteuse israélienne
Yael Naim et la bassiste “préférée de Barack
Obama” Esperanza Spalding (9), avant qu’un
autre grand pianiste de jazz fusion, Chick Corea
vienne y fêter son 75e anniversaire, avec le
même soir Gregory Porter (11). Les chanteurs
XXIII
2
dates en France, au Zénith (23 et 24 mai) et
aux Nuits de Fourvière. Quelques jours plus
tard, le 14 juin, le Grand Théâtre reçoit un autre
créateur génial, la Britannique PJ Harvey, elle
aussi de retour avec un nouveau disque, The
Hope Six Demolition Project. Elle affiche d’ailleurs complet. Deux personnalités de la chanson rock française, Dionysos et Katerine, se
partageront la soirée du 27. Trois révélations
hexagonales, Feu !Chatterton, le littéraire et
mélancolique groupe parisien Radio Elvis, et
Sage, l’ex-leader de Revolver, auront les honneurs du Grand Théâtre, le 29. Une “nuit de la
nouvelle vague”._S.K.
Du 28 juin au 15 juillet, au théâtre antique de Vienne
en Isère (38). www.jazzavienne.com
Les Nuits de Fourvière
Créé après guerre à Lyon, ce festival tout-terrain
propose des spectacles de danse, de théâtre,
de cirque, et des concerts. Ce rendez-vous programme des artistes que l’on ne verra pas forcément ailleurs ou peu. Il ne faudra d’ailleurs
pas se réveiller en retard car, le 1er juin, débarque
l’un des plus grands groupes de rock de ces
vingt dernières années, Radiohead, dont le très
attendu nouvel album, A Moon Shaped Pool,
a mis en émoi la critique. Ils ont prévu trois
Du 1er juin au 31 juillet, Grand Théâtre de Lyon (5e),
près de la Basilique. www.nuitsdefourviere.com
1_ Esperanza
Spalding au
festival Jazz à
Vienne.
© DR
2_Philippe
Katerine aux
Nuits de
Fourvière.
© Eric Garault
MAX
RICHTER
ANOHNI
MEMORYHOUSE avec
L’ORCHESTRE NATIONAL
D’ILE-DE-FRANCE
WOODKID
carte blanche
cinéma
SOIRÉE
HEXAGONE
avec
ISAAC DELUSION,
L’IMPÉRATRICE,
BAGARRE,
FISHBACH...
HOPELESSNESS
STEVE REICH DRUMMING par l’Ensemble LINKS
THE
BENJAMIN &HERITAGE
CLEMENTINE ORCHESTRA
PHILIP GLASS
& KRONOS QUARTET
CAT
MOGWAI POWER
CINÉ-CONCERT
DRACULA
30 JUIN 10 JUILLET
PHILHARMONIE DE PARIS
01 44 84 44 84
DAYSOFF.FR
COLIN STETSON & SARAH NEUFELD
• Licences E.S 1-1041550 - 2-1041546 -3-1041547
THE CINEMATIC
ORCHESTRA
CINÉCONCERT
ATOMIC
KURT VILE & THE VIOLATORS
Graphisme :
dominent aussi la programmation : Seal et une
nouvelle étoile française de jazz vocal, Cécile
McLorin Salvant (12), Robin McKelle et le rappeur Faada Freddy, originaire de Dakar (13).
Enfin, terminons par cet autre grand nom que
l’on devrait voir aussi souvent, le bluesman
artilleur Buddy Guy, toujours prêt à envoyer
malgré ses 80 ans (15)._S.K.
festivals
EST
XXIV
1
tourneront, le bidouilleur électro et nocturne
Mr Oizo, à partir de 1 h 30 du matin (1er), Foals,
Lou Doillon, ou la formation de folk rock AllahLas, le très vintage chanteur de country western
et blues Pokey Lafarge (2), les New-Yorkais
électro Ratatat, les psychédéliques Tame
Impala, sans oublier le rappeur Nekfeu (3). Tout
cela sous l’œil de James Dean, bien sûr._S.K.
Wolfi Jazz
La ville de Wolfisheim (Bas-Rhin) organise
depuis six ans le très ouvert d’esprit Wolfi Jazz.
Le saxophoniste Archie Shepp et son Attica
Blues (22 juin), le bassiste Richard Bona (23),
la chanteuse Selah Sue (24), le musicien nu
jazz St Germain et l’électro de GoGo Penguin
(25), jusqu’à la merveilleuse chanteuse folk
marocaine de reggae folk Hindi Zahra (26).
L’Alsace pourrait être une belle destination de
début d’été._S.K.
Du 22 au 26 juin, au Fort Kléber de Wolfisheim en
Alsace (67). Scène du Chapiteau. Rue du Fort.
www.wolfijazz.com
Du 1er au 3 juillet. Site de Malsaucy (Grande scène,
Green Room, La Plage, etc…) à Belfort (BourgogneFranche Comté). www.eurockennes.fr
Musilac
2
Décibulles
Une belle vallée, des montagnes au loin… Créé
en 1992, le festival Décibulles, situé dans la
campagne alsacienne, à quelques kilomètres
de Strasbourg, offre un joli paysage. Entre les
concerts, des saynètes d’art de rue permettent
au public de patienter. En 2015, 26 000 amateurs ont fréquenté le site pendant les trois jours.
Mais c’est évidemment sur la grande scène,
face aux collines, que le festival flamboie, mêlant
grands noms et artistes locaux. Cette année,
il faudra être présent le samedi 9 juillet pour
voir deux femmes très spectaculaires, à commencer par l’Anglaise Anna Calvi, brutale et
mélodieuse, avec sa soyeuse chevelure blonde,
souvent vêtue de rouge. Cette musicienne inspirée par Jimi Hendrix nous secoue depuis la
sortie de son album éponyme en 2011. L’autre
déesse électrique est La Rémoise Jeanne
Added qui a sorti Be Sensationnal, un premier
album sombre et puissant, qui lui a valu une
nomination aux Victoires de la musique. La
programmation nous offre bien d’autres plaisirs,
comme le passage du maître sénégalais de l’a
capella, Faada Freddy (10)._S.K.
Du 8 au 10 juillet, Vallée de Villé, à Neuve-Église (67).
www.decibulles.com
Les Eurockéennes de Belfort
L’affiche montrant une photo de James Dean
au volant de sa voiture témoigne de la volonté
du festival, créé en 1989, de se positionner
entre le mythe et le présent. Il est presque difficile
de faire mieux en matière de rock (les Vieilles
Charrues y arrivent parfois). Il était dit que l’année 2016 serait l’époque des grands retours :
le 1er juillet, l’affiche propose Téléphone sous
A NOUS PARIS
1_ Musillac et sa
foule de
festivaliers. © DR
2_ Lou Doillon
aux
Eurockéennes
© DR
3_Nas au
Cabaret Vert. © DR
3
Le lac du Bourget offre un cadre soyeux, très
plaisant pour les festivaliers. 33 groupes et
artistes sont de la partie, avec les incontournables du cru 2016, les Insus, le rappeur Oxmo
Puccino, les électrisantes Savages, Ratatat (8),
Jain, Grand Blanc, Nekfeu ou Feu! Chatterton (9), Louis Attaque, Editors, Lou Doillon
Boys Noize ou Foals (10). Ici, du coup, la vraie
surprise interviendra pendant la soirée du 9 juillet, avec la prestation de… Sir Elton John qui
jouera ses titres célèbres et présentera ceux
de son prochain album, Wonderful Crazy Night.
Détonant._S.K.
Du 8 au 10 juillet, à Aix-Les-Bains (73).
www.musilac.com
Le Cabaret Vert
le nom les Insus, que nous retrouverons souvent dans les festivals d’été. Le 2, nous reverrons
de vieilles connaissances, le chanteur américain Beck, l’auteur du folkeux “Mutations”, du
funky “Midnite Vultures”, rare ces temps-ci, le
populaire groupe français des années 2000,
Louise Attaque, de retour également avec son
quatrième album Anomalie, et les princes de
la french touch Air. Le 3, renait l’électrique et
torride duo des Kills qui sort son cinquième et
très attendu album, Ash&Ice, et le mythique
trio de boogie rock ZZ Top. Autour de ces
figures presque historiques, de beaux satellites
On se met au vert donc, mais pas au tréfonds
de nulle part non plus, puisque le festival se
tient en plein centre de Charleville-Mézières.
De quoi éviter l’immersion totale et voir la ville
qui accueillera en parallèle de ce qui se passera
dans le genre sur le site, pas mal de spectacles
de rue. Pas monomaniaque du tout, le Cabaret
Vert proposera aussi des projections musicales
ou expérimentales sous chapiteau et des rencontres avec une quarantaine d’auteurs de BD.
Côté musique, puisque le cœur de l’affaire est
tout de même là, les roadies Nekfeu ou Louise
Attaque ne feront que compléter une programmation aussi jubilatoire qu’éclectique, avec
entre beaucoup d’autres le rappeur, chanteur
et producteur de L.A., Anderson .Paak entendu
sur le « Compton » de Dr. Dre, mais surtout
auteur du récent et sublime « Malibu », la reine
Sharon Jones, une tranche de French touch
allant de Cassius à Breakbot, le mythe hip hop
Nas ou encore les pourfendeurs officiels du
flegme britannique, les crados déchainés de
la Fat White Family._C.C.
Du 25 au 28 août à Charleville-Mézières (08).
38 €/jour.
festivals
ET AUSSI EN EUROPE
1
IR BCN Festival
En parallèle de Sonar, monstre parmi les monstres des festivals barcelonais et dont la réputation n'est plus à faire, se déroule une autre petite
sauterie techno des plus savoureuses dans la
capitale catalane, elle tient en deux lettres, IR,
et en un cadre pas très loin du sublime, le Poble
Espanyol, sorte de vieille ville construite à l'occasion de l'exposition universelle de 1929 perchée sur la colline de Montjuic à l'ouest de la
ville, offrant au (presque) jeune festival une vue
panoramique sur Barcelone depuis sa scène
adossée au Monasterio. “Presque”, puisque le
festival fêtera tout de même cet été sa cinquième édition, et parce qu'il a su se faire une
place de choix parmi les meilleures scènes
techno et house du moment. Et la qualité sera
une nouvelle fois au rendez-vous avec entre
autres Carl Craig, DJ Koze, Roman Flügel,
Robert Hood, Ricardo Villalobos ou encore
Nina Kraviz. Le tout accompagné d'un verre
de sangria, et ça devrait le faire._B.C.
2
Du 15 au 19 juin au Poble Espanyol de Barcelone
(Espagne). Environ 40€ la soirée. www.irbcn.com
Sonar Festival
Comme le veut la tradition, la capitale de l'Europe en termes de festivals, l'été, c'est Barcelone.
Parce qu'entre Primavera ou Sonar, on brasse
à peu près ce qui se fait de mieux aujourd'hui.
En plus pointu et avec le curseur un peu plus
poussé vers les musiques électroniques pour
Sonar, qui fêtera sa 23e édition cette année et
dont la programmation 2016 défie à elle seule
les lois de la gravité. Et si on en prend une poignée, comme ça, au hasard, on retient son
souffle et on en remonte quelques Four Tet,
Flume, New Order, James Blake, Fatboy Slim,
David August, Kaytranada, Richie Hawtin ou
Insanlar. Comme chaque année, les hostilités
se dérouleront à la Fira Gran Via de Barcelone,
à deux pas de la Place d'Espagne, et en amont
de la fête de la musique._B.C.
Du 16 au 18 juin à la Fira Gran Via de Barcelone
(Espagne). Sonar by day : 54 €, Sonar by night : 72 €.
Pass 3 jours : 195 €. www.sonar.es/es/2016
Montreux Jazz Festival
Le navire amiral des festivals rock, créé par
Claude Nobs en 1967, fête son cinquantenaire.
L’édition 2016 ne sera donc pas tout à fait ordiA NOUS PARIS
3
XXVI
pianiste de jazz funk et rock Herbie Hancock
et le gymnaste vocal Al Jarreau (3). Reprenons
notre respiration, et voici la suite : le grand guitariste du Chicago blues, Buddy Guy, la formation de boogie rock ZZ Top, la chanteuse française Keren Ann, auteure d’un bel album en
anglais dont on n’a pas beaucoup parlé, You’re
Gonna Get Love (4), le noisy groupe atmosphérique Mogwai avec les Islandais éthérés
de Sigur Ros (5). Comment ne pas s’exalter
devant des soirées qui réunissent la magnifique
romancière rimbaldienne du rock Patti Smith
et son illustre descendante PJ Harvey (6), le roi
irlandais de la soul européenne Van Morrison,
et un maître de la soul noire américaine
influencé par James Brown, Charles Bradley (7).
Pour son cinquantenaire, Montreux a aussi
invité l’arrangeur en chef, l’alchimiste Quincy
Jones, qui a sculpté un pan entier de la
musique noire, de Count Basie à Michael Jackson (8). Dans ce feu d’artifice, nous aurions tort
d’oublier la soirée brésilienne (Brazilian Dream),
avec le grand Martinho Da Vila (10), juste avant
Jean-Michel Jarre (11), Neil Young (12) et Lana
Del Rey (13). Enfin, la présence du légendaire
groupe de hard rock Deep Purple (16) paraissait
indispensable tant ce groupe a donné un sceau
d’immortalité à Montreux grâce à sa fameuse
chanson, “Smoke on The Water”, dans laquelle
il racontait l’incendie du casino de la ville et
dépeignait la fumée sur le lac Léman !_S.K.
Du 30 juin au 16 juillet, au Montreux Casino Barrière
et à l’auditorium Stravinski (Suisse).
Montreuxjazzfestival.com
Paleo Festival
3_PJ Harvey de We Love Green au Montreux Jazz Festival. © Seamus Murphy
1_DJ Koze au IR
naire. Il suffit de jeter un œil sur la programma- BCN Festival.
tion pour le comprendre. Aux côtés des signa- © DR
tures prestigieuses du jazz, le saxophoniste
Charles Lloyd et le pianiste jamaïcain, amateur 2_Ricardo
de reggae, Monty Alexander (30 juin), l’affiche Villalobos IR BCN
Festival. © DR
propose l’Anglais Muse (2 juillet), le merveilleux
Ce festival, situé entre Genève et Lausanne, a
commencé de manière modeste en 1976,
avant de grossir et de devenir l’un des rendezvous importants de l’été musical. 250 concerts
attirent plus de 200 000 spectateurs, dans un
vaste cadre champêtre (84 hectares). Le palmarès pourrait remplir les pages d’un dictionnaire. James Brown, les Beach Boys, Chuck
Berry, Bob Dylan s’y sont produits. L’édition
2016 ne marquera certainement pas l’histoire,
mais l’amateur aura de quoi largement se satisfaire, surtout s’il aime le groupe de pop lyrique
Muse (19), et la légendaire formation de hard
rock Iron Maiden (20). Les amateurs de Bristol
et du trip hop auront plaisir à retrouver une formation essentielle des années 1990, Massive
Attack, mais aussi Tiken Jah Fakoly (21). La
formation technoïde Chemical Brothers (23) et
Michel Polnareff (24) concluent la semaine_S.K.
Du 19 au 24 juillet. Nyon (Suisse). www.Paleo.ch
à boire et à manger
23
style de ville
épicerie culturelle
Textes : Jérôme Berger, Carine Chenaux, Alexis Chenu
La Botike
belge
Dans le 10e, entre les murs d’une
légendaire boutique corsèterie
du Second Empire, sise
désormais une étonnante
épicerie culturelle belge.
Quartier Faubourg St Martin, derrière une
façade classée aux Monuments Historiques :
un patrimoine parisien. Fondée en 1860,
l’enseigne Claverie, réputée pour sa fabrique
de corsets occupait là plusieurs magasins,
des ateliers aussi, faisant venir le tout-Paris,
Joséphine Baker, Mistinguett et les autres.
Si le décor originel n’a pas changé, les
© DR
descendantes du fondateur proposant là leur
sélection de lingerie, la partie orthopédie
voisine rouvre aujourd’hui sous un concept
inédit. Sous l’étiquette Épicerie culturelle, la
Franco-Belge Charlotte Smoos, scénographe
pour le cinéma et le théâtre, appelle Mr QQ
pour réaliser une fresque en ciel de mer du
Nord « version fin de tempête à Ostende » et
pose entre vitraux et armoires d’origine une
sélection allant de l’épicerie à l’art de la table,
à la décoration ou à la mode tout estampillé
belge. Partie gourmandise, elle choisit les
orangettes et pralines de Frédéric Blondeel,
les bières brassées artisanales les plus
fameuses, l’excellent pain d’épices de
Maison Dandoy ou le Blanc de bœuf, recette
miracle pour cuisiner les meilleures frites.
Outre le mobilier chiné à Bruxelles, elle réunit
artistes et peintres dans une galerie de
l’imaginaire où têtes de taureaux, chapeaux
melon et bijoux de plumes s’exposent en
réguliers. Avec Arno ou Brel en bande-son,
cette Botike là est un hymne au bon goût de
la Belgique._AC
234, rue du Faubourg St Martin, 10e.
Tél. : 09 81 15 12 82. Du mardi au vendredi de 11 h à
14 h 30 et de 16 h à 20 h, le samedi de 11 h à 20 h, le
dimanche de 10 h à 14 h.
à boire et à manger
24
© DR
•••••
Le Petit Keller
Thé partagé
13 bis, rue Keller, 11e. M° LedruRollin. Ouvert du mardi au
samedi, de 8 h 30 (9 h 30 le
samedi) à 23 h, service de 12 h à
14 h 30 (15 h 30 samedi) et 20 h à
22 h (22 h 30 du jeudi au samedi).
Fermé dimanche et lundi. Carte :
env. 30 €. Tél. : 01 43 55 90 54.
Salt
LA table marine du square Gardette (11e) accueillera, le
29 mai, l’équipe du Kødbyens Fiskebar de Copenhague,
autour d’un brunch non-stop (de 12 h à 22 h). L’occasion
de savourer les préparations de la mer crues, cuites,
fumées… de cette très bonne pioche danoise. Foncez !_J.B.
6, rue Rochebrune, 11e. M° Saint-Ambroise. Brunch : env. 50 €.
Tél. : 01 73 71 56 98.
Tea-time duo mère/fille, du
29 mai au 30 juin, tous les jours
de 15h à 18h. Le Bristol Paris,
112 rue du faubourg Saint-Honoré, 8e. M° Madeleine.
© DR
CARNET D’ADRESSES
COURS DE SUSHI ET MAKI
Maman, fais-moi un California !
Pour sa fête, offrez-lui un cours de
sushi et de maki dans la meilleure
école de cuisine japonaise à Paris.
Bons cadeaux à partir de 65 € incluant
le guide du chef sushi.
A commander sur le site
www.wasabi.fr (envoi immédiat).
01.77.51.58.84.
LA CHARRETTE CREOLE
Dépaysement assuré et ambiance
soleil de l’Océan Indien dans ce très
sympathique restaurant exotique aux
spécialités des îles de la réunion,
Maurice, Madagascar. Marmite d’or
2015 des restaurants afro-antillais.
Formule le midi à 20 €. Le soir, carte
env. 30 € à 35 €. DIner aux chandelles
mais aussi piste de danse et soirées
à thème. Ouvert tous les jours.
15, rue Jules Chaplain. Paris 6ème
01.43.26.03.10.
Métro Vavin ou N.D. des Champs
UMI
Premier sushi bio à Paris !
Les restaurants de sushi pullulent mais,
jusqu’à présent, aucun n’affichait de
poisson bio à la carte. «Umi» (la mer
en japonais) propose de la daurade,
du bar, des crevettes, du saumon et du
riz bio pour des sushi réalisés par un
chef japonais ! Menus au déjeuner
à partir de 13,50 €. Le soir, à partir de
25 €. Fermé dimanche et lundi.
119 bis, rue Cardinet. Paris 17ème
01.56.68.02.04.
© DR
Le Bristol a imaginé pour
les mères et leurs filles, un
vrai tea-time pour deux, qui
leur est spécialement dédié.
Une vraie pause british
avec thés classiques et
mélanges de haut vol, mais
surtout, des scones, des
muffins, des pâtisseries et
des finger sandwichs créés
par le Chef Pâtissier
Laurent Jeannin et le
starissime Éric Fréchon.
À découvrir à partir du
29 mai – rappelons-le, le
jour de la fête des Mères –
puis pendant un mois en
cas de “bon-cadeau pour
aller prendre le thé avec ta
fille chérie”._C.C.
DJAKARTA BALI
pasta japonaises
mer
Adieu grosses productions de « plateau ». Bonjour cuisine
intimiste en bistrot. Kaori Endo a quitté Nanashi et ses
adresses XXL pour un petit comptoir vintage. Un troquet de
Charonne, un tantinet planqué, aux tables de formica
bariolées, aux foodistas japonaises tout sourires et aux
assiettes d’inspiration nippones joliment troussées. Foie de
lotte au jus de gingembre et radis rouge râpé (7€) – du
velours ! –, salade de fenouil,
ricotta, menthe et amandes
(7€) – plus classique, bien
fait –, filet de bonite mi-cuit
et salade vivace (14€) –
généreux et vif –, donburi
de maquereau grillé (13€) –
pataud, cantinesque –,
rhubarbe et fraise en
crumble d’avoine et de thé
matcha (8€) – plaisant. Le
vin est nature, le service aux
petits soins et l’addition sage.
Une chouette cantine où
inviter sa moitié, les yeux
fermés._J.B.
éphémère
troquet nippon
style de ville
PUBLI INFO
Pour la fête des Mères, déjeunez à Bali !
Envie d’autres saveurs asiatiques ? Djakarta Bali vous propose de découvrir
la gastronomie indonésienne : une cuisine très variée, riche en saveurs et en
épices comme les milliers d’îles qui forment cet archipel. Goûtez les rouleaux
aux crevettes et légumes, les brochettes de poulet sauce cacahuètes, le poisson
cuit dans une feuille de bananier... Menus dégustation de 25 à 55 €.
Le restaurant propose également une formule «Déjeuner à Bali» à 18,50 €.
A noter, le spectacle de danses balinaises le vendredi soir (menu à partir
de 30 €). Brunch le samedi et dimanche (25 €).
9, rue Vauvilliers. Paris 1er. 01.45.08.83.11.
Métro Louvre ou Châtelet. www.djakarta-bali.com
près de chez vous
25
communiqué #
Bonnes adresses pour souhaiter
une joyeuse fête aux Mamans !
Petit moment de détente, joli sac pour l’été ou bijoux raffinés pour lui dire
qu’elle est la plus belle, voici quelques idées…
Louis Quatorze
Saint-Sébastien – Froissard
Le maroquinier Louis Quatorze présente une collection de
sacs dont les différentes lignes accompagnent ses clientes au
quotidien et jusque dans leurs sorties les plus élégantes. Pour
sa nouvelle collection, la marque célèbre le printemps, l’été et
plus particulièrement leurs lumières chaudes, se déclinant en
une palette flamboyante. À l’occasion de la fête des mères, Louis Quatorze vous gâte en offrant
un cadeau aux 20 premiers lecteurs de A Nous Paris, sur présentation du magazine.
106, rue vieille du Temple, Paris 3e
Du lundi au samedi de 11h à 19h, tél. : 01 42 72 94 43, www.louisquatorzeparis.fr
Salon de beauté Magnifique Glamour,
le savoir-faire brésilien à Paris
Bonne Nouvelle
Au cœur du 2e arrondissement, l’institut de beauté et salon de coiffure Magnifique Glamour, se trouve à
deux pas du métro Bonne Nouvelle et se démarque à Paris pour son savoir-faire brésilien. Faites-vous
sublimer de la tête aux pieds, dans une ambiance chaleureuse et détendue. Lissage brésilien authentique,
coiffure mixte, coupes, couleurs, soins du corps et du visage, épilations, beauté des mains et des pieds,
etc. Grâce à une large gamme de prestations variées, vous êtes définitivement magnifique et glamour !
Magnifique Glamour célèbre son 2e anniversaire avec vous ! Un soin capillaire OFFERT
sur présentation de cet encart.
15, boulevard Bonne Nouvelle Paris 2e, Métro Bonne Nouvelle (sortie 6), tél. : 01 73 77 44 34, www.magnifiqueglamour.fr,
rejoignez-nous sur facebook/instagram, ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h avec ou sans rdv
A NOUS PARIS
Seine Intérieur
et ses accessoires
Rue du Bac
Venez découvrir notre sélection de tissus
d’éditeurs à travers nos accessoires tels
que des sacs, des trousses et des coussins, confectionnés dans une gamme de
tissus graphiques et colorés sur laquelle
une offre de -20 % vous attend. Un
cadeau idéal à offrir pour la fête des mères.
Vous découvrirez aussi une sélection d’objets tels que des coffrets à bijoux raffinés et
des colliers faits de perles anciennes et de
pièces d’argent qui vous feront voyager entre
l’Afrique et l’Inde.
40, rue de Verneuil, Paris 7e
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h
clubbing
26
style de ville
électro
électro, hip hop
Sieste électronique
à Montsouris
Freak party
au Batofar
Décidément, ça va être difficile d'échapper à la musique électronique ce weekend. Si vous aviez prévu d'aller dormir
sur l'herbe, sachez que deux des plus
grands parcs de Paris résonneront de
beats synthétiques. En parallèle de la
boum techno à la Villette, les Kiosques
électroniques se dérouleront au parc
Montsouris dans le cadre du programme
Off du Weather Festival. L'après-midi sera
conduit par Behzad & Amarou, résidents
de longue date de Concrete, qui seront
rejoints par l'équipe de D.KO Records. Le
label parisien fait du bruit depuis
deux ans, notamment grâce aux maxis
de sa tête de gondole Mad Rey, booké
lors de la dernière édition hivernale du
festival. Et le vacarme médiatique n'est
pas près de s'arrêter après la sortie en
Feadz et Cuizinier au Batofar ? Voilà un lineup qui sent bon les années 2000, une époque
où mixer électro et hip hop était mieux vu qu'aujourd'hui, notamment grâce à l'œuvre du
regretté DJ Mehdi, infatigable bâtisseur de ponts.
Une époque où TTC était un projet hype et où
Uffie tournait en boucle à la radio. Jeudi soir,
Cuizinier, ex-MC de TTC, et Feadz, ex-producteur d'Uffie, auront sans doute à cœur de
démontrer que rien n’est vraiment perdu face
aux puristes de la musique. Ils seront soutenus
sur scène par le producteur français Frederic
De Carvalho, organisateur de la soirée, qui
mixera ses beats disco-house avec les lyrics
du rappeur américain CS Rucker. Le duo prépare un album dont ils ont livré un aperçu sur
le sémillant single “Rendez-vous Disco” sorti
chez Kitsuné, qui devrait réconcilier tout le
monde le temps d'une danse._S.B.
techno
OX, électro
et lumière
Lors d’un set, il n’y a pas que la musique qui
compte. La lumière prend toute son importance
au cœur des scénographies. De plus en plus
impressionnantes grâce à l’art cinétique, aux
OX-The Absolut Company Creation © Andrea Aubert
mappings, aux hologrammes et autres technologies, les vibes sont encore plus vibrantes.
The Absolut Company Creation et Romain
A NOUS PARIS
Behzad & Amarou ©: Flavien Prioreau
mars du premier album de Flabaire sur le label, It's Just
À Silly Phase I'm Going Through, sur lequel le producteur livre une deep house atmosphérique mais surtout
progressive dans l'esprit, comme quand il colle un solo
de guitare distordue sur le titre La Grève des étoiles. De
l'audace, qu'ils disaient._S.B.
Samedi 28 de 14 h à 20 h, Parc Montsouris, 14e. M° Glacière. Entrée libre.
Tardy vont encore plus loin et nous surprennent
depuis quelques mois avec OX, une installation
apte à se mettre au service de la musique.
Réellement. « OX va au-delà de la réaction instantanée, la machine comprend les émotions
créées par la musique plutôt que de s’arrêter
à une analyse audio fréquentielle », explique
son créateur. En effet, ce bijou de technologie
recrée des animations graphiques lumineuses,
permettant de rendre visuelle la musique du
set. Grâce à ses murs et barres de LED, son
écran LED vidéo, de son DJ booth et de son
cerveau central (oui, oui), OX est une véritable
intelligence artificielle dévouée à l’art et à l’artiste.
Elle ressent les émotions, les fréquences, l’intensité, le tempo, le son pour éblouir le public.
Dans la capitale, quelques heureux avaient
déjà pu se rendre compte de la pureté de cette
machine, au Zig Zag le 12 mars dernier. Débutée en janvier, la tournée OX sera de retour à
Paris cette semaine au Badaboum, pour une
soirée incandescente._L.B.
The Absolut Company Creation présente OX,
Marek Hemmann, Monkey Mafia & Special Guests,
le 26 mai, de 23 h 30 à 6 h, au Badaboum,
2 bis, rue des Taillandiers, 11e, M° Ledru-Rollin
www.theabsolutcompanycreation.com
Feadz
© Amaury Choay
Freak Spring Party, jeudi 26 mai à 23 h au Batofar,
11, quai François-Mauriac, M° Bibliothèque
François Mitterrand. Entrée : 9 €.
27
MERCREDI 25 MAI
Jessy Lanza release
party
Pour son album sur Hyperdub,
la Canadienne sera en live avec
Kero Kero Bonito en première
partie.
20 h - 2h
Badaboum
2 bis, rue des Taillandiers, 11e
Mo Ledru-Rollin
JEUDI 26
Open Minded Festival
Trois nuits entières de musique,
d’art et de bonne humeur entre
hip hop et techno. Ce soir avec
du graff et les shows hip hop de
Hamza, Grems, Swift Guad,
Espiiem, entre autres.
Entrée libre avant 22 h,
10 € après – 18 h - 2 h
Wanderlust
32, quai d'Austerlitz, 13e
Mo Quai de la Gare
VENDREDI 27
Roche Musique Label
Night
Le label s’installe toute la nuit
avec Wantigga, Chloe Martini,
l'incontournable Cézaire et la
jeune pousse australienne
Oshan.
Entrée 15 € – 23 h - 7 h
Faust
Sous le Pont Alexandre III, 7e
Mo Invalides
SAMEDI 28
House of Moda
Le thème du jour : “Jumeaux,
Jumelles”, avec Nadia Ksaiba,
Londonienne signée sur
Phantasy, le label d’Erol Alkan.
Entrée 5 € – 23 h - 7 h
La Java
105, rue du fbg du Temple, 11e
Mo Goncourt
DIMANCHE 29
Désordre & Progrès
La résidence hebdomadaire
d’une famille reconstituée :
Rosane, Gringo do Parada, The
Boo, Tchiky Al Dente et des
invités.
Entrée libre – 18 h - 2 h
Rosa Bonheur Sur Seine
Pont des Invalides
Mo Invalides
festival
Mini Weather :
électro kids
à la Villette
Qu'il semble loin le mini-festoche pour enfants
organisé au théâtre Berthelot à Montreuil pour
le premier Weather, il y a trois ans. Au fil des
années, les kids sont devenus une vraie cible
pour le festival électronique parisien, qui voit
peut-être là l'occasion de recruter des adeptes
pour ses événements dans une prochaine
décennie. Après l'intense journée de fête sur
la barge de Concrete l'an passé, le Weather
s'allie cette fois au festival Villette Sonique
(conjonction de dates oblige), et profite de l'ouverture le week-end dernier de Little Villette,
l'espace réservé aux enfants dans le parc du
19e arrondissement. Le concept reste le même :
proposer un événement où petits et grands
s'amusent ensemble, pour éviter au maximum
les scènes de parents désabusés devant l'hyperglycémie de leurs enfants. Pas de roller
disco cette année (on dansera sur l'herbe), mais
des tonnes d'activités pour tous les âges. Les
ados pourront participer à des ateliers créatifs
et s'initier aux synthétiseurs modulaires – et
PARALLEL BEHAVIORS
style de ville
Textes : Laetitia Bocquet, Smaël Bouaici, Édouard Rostand
agenda
ELECTRIC RESCUE
© Léa Bos
même repartir avec leur prototype –, les plus
agités prendront un cours de danse house avec
le champion du monde Meech de France, les
plus curieux iront piocher dans le bac à disques
de la DJ Molly, qui ambiancera le dancefloor
aux côtés de Nick V, organisateur de la soirée
Mona, ou l'Allemand Sven Weisemann, qui
enchaînera le soir par un mix à Concrete pour
les grands. Également au programme, une
salle de projection, un atelier stylisme, un défilé
de mode, un garage à trottinettes et des hamacs
pour faire la sieste…_S.B.
Mini Weather x Villette sonique, samedi 28 mai, à
l’espace Little Villette, parc de la Villette.
M° Porte de Pantin, de 12 h-20 h (5 €, gratuit pour
les moins de 12 ans).
ELECTRIC RESCUE
PARALLEL BEHAVIORS LP
OUT NOW
Vinyl — Digital — CD
Skryptöm Records
More infos
www.electricrescue.com
www.skryptom.com
art
28
affaires culturelles
Clarissa Baumann : Cuillère, 2015, dim. variables, sculpture et photo. © Clarissa Baumann
Montrouge connection
Johanna Benaïnous et Elsa Parra : Untitled, 2015,
photographie, 80 x 53 cm. © Johanna Benainous et Elsa Parra
Comme chaque année, le 61e Salon de la jeune création
contemporaine fait émerger quelques talents avant de les mettre
sur orbite. Un rendez-vous touffu, mais plein de fulgurances.
C
Texte : Sonia Desprez
Confié à deux nouveaux commissaires,
Ami Barak et Marie Gauthier, le Salon de Montrouge (depuis 1955) se repoudre le nez en
troquant son côté foire contre une élégante
scénographie de vraie expo, dans laquelle on
retrouve les travaux d'une soixantaine de
jeunes artistes venus de France mais aussi
du Brésil, de Chine, d'Iran etc., et sélectionnés
parmi 2 500 dossiers, par un comité premium.
Cinq thématiques rassemblent les œuvres par
préoccupations. Chez moi, chez toi, chez les
autres : sur la subjectivité artistique dans un
monde globalisé ; Raconte-moi la planète : sur
l'environnement et les paysages, qui révèle
un engagement naturel des nouveaux artistes ;
Ironie de l'Histoire : qui, comme son nom l'indique, développe des regards critiques sur la
marche du monde ; La Veille des Formes : qui
interroge le questionnement formel de la nouvelle génération ; Je t'aime moi non plus (à la
folie, pas du tout) : au sujet de l'altérité. Forcément hétérogène, la sélection traduit cependant des univers forts, parfois fulgurants,
A NOUS PARIS
comme celui de la Brésilienne Clarissa Baumann, lauréate de deux prix, dont la petite
cuillère étirée illustre bien le talent à détourner
la réalité de manière à la fois infime et profonde.
Ou encore les vidéos du déjà repéré
Roman Kronenberg, dont le tryptique filmique
de villes turques est, littéralement, divin... On
s'arrêtera aussi devant les hypnotiques vidéos
d'une autre lauréate, Anne-Charlotte Finel, qui
explore les « eaux habitées », ou devant les
photos d'un couple d'héritières de Cindy Sherman, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, qui
se mettent en scène dans différents portraits
de la jeunesse contemporaine. L'idéal est de
se perdre (ce qui, compte tenu de la signalétique un peu confuse, se fera assez naturellement) dans le labyrinthe des œuvres, en les
laissant s'imposer à soi. Les lauréats du Salon,
distingués par d'illustres professionnels, ne
seront pas forcément ceux du public, surtout
jeune. C'est là toute la beauté d'un tel événement, dont sortiront, sans conteste, quelques
noms importants de l'art de demain._
Alicia Zaton et
Portret Rodzinny :
Portrait de
famille, Pologne,
2014, photo.
© Alicia Zaton
Anne-Charlotte
Finel : Trou, 2016,
vidéo 58s. © A-C Finel
Jusqu’au 31 mai, 61e Salon de la jeune création
contemporaine, Le Beffroi, 2 place, Émile-Cresp,
Montrouge (92), M° Montrouge. Tous les jours de
12 h à 19 h, atelier enfants de 5 à 12 ans le
dimanche à 16 h, nocturne le mercredi jusqu’à 21 h.
Entrée libre. Visites guidées gratuites tous publics
dimanche 29 mai. www.salondemontrouge.com
GRANDE GALERIE
DE L’ÉVOLUTION
—
BIENVENUE
AU JARDIN DES
PLANTES
© M.N.H.N. - P. L afaite
Suivez la route des grands naturalistes et partez à la dé couverte de la diversité animale.
Sous une verrière de 1 000 m², 9 500 spécimens
vous attendent p our vous conter l’incroyable
histoire de la vie et de l’évolution.
Cré é il y a quatre siè cles sous l’impulsion du roi
de France, le Jardin des Plantes est une enclave
de verdure vous invitant à une b alade unique
en plein Paris. Cœur historique du Muséum
national d’Histoire naturelle, c’est un lieu de
s cience et de colle ctions abritant de multiples
s avoirs et des sp é cimens rares. Vous y croiserez
d’illustres b otanistes, mais aussi des chercheurs
d’aujourd’hui ! Ouvrez l’œil… Explorez les trésors
abrités p ar les galeries et les différents jardins
qui s’y trouvent.
GALERIES D’ANATOMIE
COMPARÉE ET DE
PALÉONTOLOGIE
—
Ici, les squelettes ont la parole. Ils vous diront
comment s’adapter pour vivre sur terre, dans
l’air ou sous l’eau. Ne manquez pas les fossiles
de dinosaures ou le squelette de l’impressionnant rorqual de près de 20 mètres de long !
GALERIE DE MINÉRALOGIE
ET DE GÉOLOGIE
—
Les trésors de la Terre vous révèlent leurs se crets ! Vous pourrez admirer plus de 700 pièces
remarquables, des cristaux géants aux gemmes
brutes ou taillées en passant par les mysté rieuses météorites…
LA MÉNAGERIE, LE ZOO
DU JARDIN DES PLANTES
Venez rencontrer les 1 200 pensionnaires, dont
b e aucoup d’esp è ces menacées, d’un des plus
anciens zoos du monde. La promesse d’une visite
pleine de surprises dans un décor unique !
© M.N.H.N. - F.- G. Grandin
© M.N.H.N. - J. Munier
—
ET BIEN PLUS…
—
Paris 5
Métro : Jussieu / Gare d’Austerlitz /
Censier Daubenton
e
Le Jardin des Plantes abrite un zoo et des galeries
aux collections prestigieuses mais ce n’est pas
tout ! D’autres lieux sont à découvrir comme le s
Grande s S erre s, la G alerie de B otanique ou
les nombreux jardins thématiques...
cinéma
30
Textes : Fabien Menguy
le film de la semaine
thriller
Elle
à L’ AFFICHE
En visite au camp de
Buchenwald, Nathan Fabre
(Stanley Weber), un jeune
professeur, découvre la
photo d’un déporté qui
ressemble étrangement à
son père (Richard Berry).
Très troublé, il le questionne
sur le sujet, mais celui-ci nie
l’évidence. Enquêtant alors
sur celui qui est certainement son grand-père, Nathan
fouille le passé, jusqu’à en faire remonter les secrets les plus
enfouis. Une histoire de famille, de guerre, d’atrocités,
d’amour et d’oubli, écrite par Fabrice Humbert, pour
laquelle il a reçu le Prix Renaudot du Livre de Poche en
2010, et contée ici par Élie Chouraqui qui rend intense et
vertigineuse cette histoire tragiquement vraie._
Warcraft :
Le commencement
•••••
comédie dramatique Men & Chicken
Nuit du cinéma érotique
japonais, le 27 mai à l’Auditorium
À la mort de leur père,
deux Danois pas très stables
découvrent qu’ils ont été
adoptés. Les prémices
d’un périple vers une petite
île isolée où vit leur père
biologique. Le début surtout
d’un film totalement barré, à
la rencontre d’une famille de
dégénérés. Le tout dans une
histoire un peu longue, mais dans laquelle l’humour noir
exulte, les idées loufoques fusent, le burlesque rôde et les
acteurs, dont Mads Mikkelsen – méconnaissable – jubilent,
entre les mains du réalisateur des Bouchers Verts et de
Adam’s Apple._
Les Enfants font leur
cinéma du 25 mai au 12 juin
© Rolf Konow/M&M Production
D’Anders Thomas Jensen, avec Mads Mikkelsen et David Dencik.
Durée : 1 h 44.
De Duncan Jones. HEROIC FANTASY
Ultimo Tango
De German Kral. DOCUMENTAIRE
De Douces Paroles
De Shemi Zarhin. DRAME
Les Nuits en Or 2016
Programme de 9 films.
COURTS-MÉTRAGES
en BREF
Rétrospective Un Certain
Regard du 25 au 31, au Reflet
Médicis. www.lesecransdeparis.fr
du musée Guimet. www.guimet.fr
au Trianon de Romainville.
www.cinematrianon.fr
Festiciné Reprise de la sélection
de la Quinzaine des Réalisateurs de
Cannes, du 26 mai au 5 juin au Forum
des Images. www.forumdesimages.fr
Rétrospective Jean-Marie
Straub & Danièle Huillet
du 27 mai au 3 juillet au Centre
Pompidou. www.centrepompidou.fr
•••••
comédie Joyeuse fête des Mères
•••••
toujours À VOIR
De Garry Marshall, avec Julia Roberts et Jennifer Aniston. Durée : 1h58.
À l’approche de la fête des
Mères, la pression monte
entre la mère divorcée
(Jennifer Aniston) qui voit
son ex-mari épouser une
jeunette, la star du télé-achat
sans enfant (Julia Roberts), la
fille adoptée, le veuf éploré, et
une lesbienne qui n’ose pas
avouer qu’elle l’est à ses parents. Bref, de quoi alimenter ce
film choral de Garry Marshall (Valentine’s Day, Happy New
Year) qui ne sort jamais de ses rails, mais qui réunit un
casting plaisant._
De João Nicolau, avec Júlia Palha et Clara Riedenstein. Durée : 1 h 35.
Rita et Sara, deux
adolescentes, s’ennuient
dans la torpeur de l’été à
Lisbonne. Du haut de ses
15 ans, Rita flashe sur son
nouveau voisin Philippe, plus
âgé qu’elle. Un coup de
cœur qui se transforme en
passion brûlante et délirante,
alimentant les désirs et les rêves de la jolie jeune fille.
Un amour de jeunesse donc, magnifié par la poésie
qu’insuffle le réalisateur à sa fable pour en faire une sorte de
La Boum empli de naïveté et de légèreté._
Julieta
A NOUS PARIS
comédie dramatique John From
© shellac
©Ron Batzdorff/Mothers Movie LLC
Femme entreprenante et chef d’une entreprise de
jeux vidéo, Michèle (Isabelle Huppert) est violemment
agressée sexuellement à son domicile. Une attaque qui
perturbe évidemment celle que rien ne semblait pourtant
pouvoir troubler. Alors que le harcèlement se poursuit,
elle décide non seulement de ne pas en parler, mais en
plus elle se met à jouer avec son agresseur, faisant ainsi
ressurgir le passé de son père meurtrier. De la violence
donc, du soufre et du souffle, mais aussi de l’humour
noir, tels sont les ingrédients de ce film qui mêle habilement
le thriller et la comédie de mœurs. En compétition au
Festival de Cannes, cette petite merveille de machiavélisme
et de perversité (adaptée d’un roman de Philippe Djian,
auteur de 37,2° le matin) voit revenir le réalisateur de
Basic Instinct au sommet de son art._
drame L’Origine de la violence
D’Élie Chouraqui, avec Stanley Weber et César Chouraqui. Durée : 1 h 50.
© Guy Ferrandis/SBS Productions
De Paul Verhoeven, avec Isabelle Huppert, Laurent Lafitte
et Virginie Efira. Durée : 2 h 10.
•••••
© L'origine Productions
•••••
affaires culturelles
De Pedro Almodóvar. DRAME
Café Society
De Woody Allen. COMÉDIE
DRAMATIQUE
Ma Loute
De Bruno Dumont. COMÉDIE
DRAMATIQUE
Retrouvez les bandes annonces
de notre sélection cinéma :
www.facebook.com/anousparis
conversation
morale
et cinéma :
sa vision
« Aujourd’hui, il y a trop de
moralité au cinéma, surtout
dans le cinéma américain. Dans
les années 80 et 90, tous les
films étaient classifiés, mais on
jouait le jeu. Maintenant, ils
doivent pouvoir être vus par
tout le monde. Tout ce qui est
dérangeant, sexuellement
explicite ou pervers, n’est plus
possible ! Parce qu’on vous
répond : “Vous avez pensé à nos
enfants ?!” ce qui, dans le
langage des studios signifie :
“Plus d’argent, d’argent,
d’argent ! ” Les films interdits
aux moins de 12 ans sont
devenus l’exception. Il y a une
complète commercialisation du
procédé. Les studios ont une
vision uniquement capitaliste de
la société. Vous ne pouvez donc
plus filmer des choses
immorales. Mais c’est une vaste
blague, car ils ne pensent pas au
bien-être de l’enfant, seulement
au profit. Il y a tout de même
encore de bons films comme
The Big Short : le casse du
siècle. Je me suis dit : “Enfin un
film américain vraiment
intéressant, et innovant, mais
aussi très complexe”. Je ne suis
pas sûr d’avoir tout compris sur
le système bancaire, mais peu
importe, parce que c’était très
bien. Bien mieux que Spotlight
qui a gagné l’oscar. Je pense que
c’est la morale le vrai patron à
Hollywood, aujourd’hui ! »
Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce film ?
Paul Verhoeven : la réponse à cette question n’existe pas.
On ne fait pas un film parce que telle ou telle chose. On lit une
histoire, et on se dit que ça ferait un bon film, qu’il y a un truc
qui nous parle. Là, j’ai aimé parce que c’était différent, pas
moralisateur, provocant. Je me suis dit que c’était écrit pour
moi. Ce n’était pas le cas, bien sûr. Mais il y avait tous ces
ingrédients retors que j’utilise dans mon travail.
Vous avez tourné en France, mais initialement ça devait
être aux États-Unis. Pourquoi ça n’a pas été possible ?
Parce que tout le monde détestait le projet, c’était immoral. Ça
aurait été difficile de débuter le film avec la scène de viol, et ça
aurait été impossible que la victime (Isabelle Huppert, ndlr) se
mette à communiquer avec son violeur. Ils auraient voulu en
faire un film de vengeance, or ça n’en est pas un. Et les actrices
ne voulaient même pas y toucher. D’habitude, elles lisent, on
discute trois semaines avec les agents. Là, la réponse était
immédiate : « Non ! ».
affaires culturelles
Vous avez appris le français exprès ?
J’ai repris quelques cours, car j’ai vécu en France quand j’avais
17 ans. Mon français était encore un peu présent, mais pas
trop (rires).
Pourquoi n’avez-vous pas tourné en anglais, tout simplement ?
Parce que je trouvais ridicule que 60 personnes se forcent à
parler anglais à cause d’une seule qui ne souhaitait pas s’exprimer en français. Ça aurait créé un déséquilibre qui n’aurait
pas été bon pour le film.
Il y a des scènes assez dures dans le film. Comment avezvous réussi à convaincre Isabelle Huppert de les jouer ?
C’est elle qui le voulait, elle avait lu le livre. Bien sûr qu’il y a eu
des hésitations, mais je lui ai expliqué exactement où je voulais
aller. Il y a des scènes très difficiles, pour lesquelles elle est
allongée nue sur le sol, mais elle n’a rien discuté. Elle avait
décidé de le faire.
Paul Verhoeven
nous remonte l’immoral
Réalisateur génial des années 90 avec Robocop,
Total Recall ou Basic Instinct, le cinéaste néerlandais cède
de nouveau à son goût pour le soufre. Son dernier film
Elle, un thriller tortueux, est présenté en compétition
au Festival de Cannes cette année. L’occasion de
rencontrer celui qui a retrouvé son “Basic Instinct”.
Propos recueillis par Fabien Menguy
Mais Isabelle Huppert a dit oui !
Isabelle Huppert était même là avant moi. On était en contact
avant que j’aie la mauvaise idée de vouloir tourner aux USA. Et
quand on est revenus en Europe, elle a dit oui en trois secondes.
Mais ça me faisait peur.
Pourquoi ?
À cause de la culture, de la langue, du fait de tourner en français
alors que je parle néerlandais ou anglais depuis plus de 60 ans.
Je me suis lancé sans vraiment réfléchir à tout ça, et après je me
suis inquiété. Je n’ai été vraiment rassuré qu’après la première
semaine de tournage.
A NOUS PARIS
32
Une actrice américaine
n’aurait pas accepter ?
Si, certaines. Sharon Stone
n’aurait eu aucun problème avec ça, mais c’est
la philosophie du livre qui
gênait.
Vous avez proposé le
rôle à Sharon Stone ?
Non, on n’a même pas
essayé.
Pourquoi aimez-vous
tant tout ce qui est sulfureux ?
Je crois que c’est parce
que c’est vraiment moi.
Même si je crée un film différent comme Hollow Man
ou Starship Troopers, ça
reste mon identité. C’est
comme Stravinsky, qu’il
fasse Petrushka ou
Le Sacre du printemps, ça
reste Stravinsky. On ne peut pas se tromper. On entend bien
que c’est lui. Donc c’est moi. Je n’ai pas de contrôle là-dessus.
Même si j’essaie de faire les choses différemment, ce sera
toujours ma signature. On ne peut pas échapper à soi-même.
Un mot de conclusion ?
Sur quoi? Sur ma vie ? On va tous mourir, de toutes façons
(rires)!_
Elle, de Paul Verhoeven, avec Isabelle Huppert,
Laurent Lafitte et Virginie Efira. Thriller. Sortie le 25 mai.
33
affaires culturelles
et le
ont le plaisir de vous
proposer une visite guidée de
l’exposition des œuvres de la
collection « L’Effet Vertigo »
interview “Festival de Cannes”
© Guy Ferrandis/SBS Productions
Quel effet ça fait d’être en compétition à
Cannes ?
C’est très intéressant. Et je pense que
la vraie récompense à toute cette
expérience terrifiante qui a été de faire
ce film dans une culture différente de
la mienne, dans une autre langue,
c’est d’être choisi par le Festival de
Cannes. Pour moi, c’est déjà (en
français) “le prix d’honneur”.
Après, je ne pense pas le cinéma en
termes de récompenses. C’était déjà
tellement inattendu de dire : « Ok, au
revoir l’Amérique, au revoir la
Hollande, bonjour la France » pour
faire ce film, que ça représente à mes
yeux une victoire bien supérieure à
toutes les récompenses.
Mais si vous gagnez un prix à Cannes ?
Et bien, je dirai : « Merci la France ! »
Merci déjà de m’avoir donné ce livre,
cette actrice, l’équipe du film, le
casting. Je suis, quoi qu’il en soit, très
reconnaissant envers la France, alors
si en plus elle me donne
un prix… je le serai
encore plus.
Et quel est votre pire
souvenir de Cannes ?
Quand j’ai présenté
La Chair et le Sang en
1985 et que j’ai réalisé
que le mixage du film
était totalement raté. Je
suis rentré en Hollande
complètement déprimé.
J’ai tout remixé. Mais
heureusement, le film
n’était dans aucune
compétition. C’était les
distributeurs qui avaient
tenu à l’amener, juste
pour essayer de le
vendre au marché du
film. Dieu merci,
personne ne l’a acheté
(rires).
Pierre Ardouvin, This is an illusion (Philip K. Dick), 2016. Courtesy Pierre Ardouvin & Praz-Delavallade, Paris.
Photo © Marc Domage. © Adagp, Paris 2016.
et de l’exposition
de Pierre Ardouvin
« Tout est affaire de décor »
Samedi 4 juin
à 14h45
Départ en navette
de la place
de la Bastille
à 14h
30 invitations à gagner
Inscriptions au tirage au sort
sur www.anousparis.fr/bons-plans
expo
34
affaires culturelles
photo
Instants de vie
Avec L’Opéra du Monde, la MEP nous invite à une passionnante exploration
du travail de Christine Spengler. À travers une soixantaine de clichés
argentiques des années 1970 à aujourd’hui, se dessine le portrait de cette
photographe singulière, à la fois grand reporter et artiste.
1
Dans sa première partie, l’exposition témoigne
des années durant lesquelles Christine Spengler fut correspondante de guerre. De l’Irlande
du Nord au Cambodge en passant par l’Iran,
on traverse plusieurs grands conflits de ces
dernières décennies. Dans un noir et blanc
empli de gravité, les appareils photographiques
de l’artiste – deux vieux Nikon, exposés dans
une vitrine – ont su immortaliser avec force
et profondeur ces scènes de guerre et d’exil.
Mais pas seulement. Quelques clichés plus
légers viennent en effet ponctuer le parcours :
jeux d’enfants, sourires… Ils sont autant de fulgurances, de notes d’espoir, voire d’humour.
En témoigne ce soldat photographié à Belfast
en 1972 : alors qu’il passe devant un graffiti
représentant Mickey, la tête de la souris semble
se superposer à la sienne. Trouver, dans une
réalité souvent terrible, des instants suspendus
et poétiques, c’est là l’une des forces du travail
de Christine Spengler.
C’est ensuite un univers radicalement différent
qui nous est présenté dans la seconde partie
A NOUS PARIS
2
eo
35
affaires culturelles
Texte : Jeanne Gaudin
3
5
1_ L’Opéra du monde, d’après le bombardement de
Phnom-Penh, Cambodge, avril 1975
2_ Combattants Toubous dans le Tibesti, Tchad, 1970
(“Ma première photo”) © Corbis
3_ Photomontage d’après un portrait de Marguerite Duras
à l’époque de L’Amant, Saint-Paul-de-Vence, 1994.
4_ Portrait de Maria Callas, Saint-Paul-de-Vence, 2013
5_ La Sérénité retrouvée, autoportrait, Alger, 2010,
de l’artiste Christine Spengler © Christine Spengler
4
de l’exposition. Les photomontages colorés, si
éloignés des clichés de guerre en noir et blanc
des salles précédentes, ne semblent pas être
l’œuvre de la même artiste. Profusion de fleurs,
de coquillages, de rubans… Le contraste, très
étonnant, trouble et fascine à la fois. Si les portraits de stars (Greta Garbo, Maria Callas…) peuvent nous laisser dubitatifs, les assemblages
plus intimes de l’artiste interpellent et touchent
davantage. Car, en travaillant autour de vieilles
photographies de famille (et notamment de
son frère, décédé à l’âge de 23 ans), celle-ci
cherche, avec ferveur, à « abolir la barrière
entre la vie et la mort ». La couleur devient
alors un baume face aux blessures du passé,
et l’exubérance des compositions s’éclaire d’un
sens évident. Un éventail de natures mortes
pleines de couleurs, à interpréter comme une
quête de renaissance et de paix après les
années en noir et blanc de la guerre… L’exposition pourrait se lire ainsi, subtil reflet du cheminement personnel de Christine Spengler,
surprenante artiste à deux visages._
Christine Spengler, L’Opéra du Monde,
jusqu’au 5 juin à la Maison européenne de la
photographie, 5-7, rue de Fourcy, 4e, M° Saint-Paul.
Tél. : 01 44 78 75 00. M° Pont-Marie ou Saint-Paul.
Du mercredi au dimanche de 11 h à 20 h.
Entrée : 8 € et 4,50 € (réduit). www.mep-fr.org
À lire : Le catalogue de l’exposition, éditions du
Cherche-Midi, collection Beaux livres, 168 p, 35 €.
Moon Jar, White porcelain, Joseon Dynasty, 18th century (Treasure no. 1437) © National Museum of Korea, Seoul
expo
36
Texte : Jeanne Gaudin
peinture
La Normandie ou
l’atelier en plein air
des Impressionnistes
Le Musée Jacquemart-André nous
invite à explorer le rôle décisif joué
par la Normandie dans l’émergence
du mouvement impressionniste. À
travers une cinquantaine d’œuvres,
on saisit combien cette région
devient, au cours du XIXe siècle, l’une
des destinations favorites des
peintres d’avant-garde, idéale pour
travailler directement sur le motif.
Turner, Monet, Courbet, Boudin, mais aussi
Degas, Gauguin, Signac… Sans oublier Berthe
Morisot et Éva Gonzalès (seules présences féminines de l’exposition). Ils sont nombreux à faire
le déplacement pour peindre les incroyables
variations chromatiques de la mer et du ciel.
Afin de capter les nuances lumineuses du littoral
de la Manche, ils travaillent rapidement, sans
s’encombrer du détail, réalisent des séries. Trouville, Étretat, Dieppe… Il s’agit de rendre compte
affaires culturelles
de la poésie des plages désertes, du spectacle
des nuages, du flottement des embruns, de la
vibration de l’air…
Rendre compte du mouvement, de la vie. Avec
simplicité, on redécouvre alors la vivacité de la
touche de Renoir : quelques coups de brosse
suffisent à figurer des nageurs. Les peintres se
font ainsi les chroniqueurs de la nouvelle mode
de l’aristocratie de l’époque, celle des bains de
mer. Ils s’attachent aussi à représenter l’activité
des travailleurs de la mer, en témoignent les
silhouettes de pêcheurs d’un tableau de Boudin
(Marée basse à Trouville, pêcheurs et crevettes,
1879), habitées d’une présence vibrante, vaporeuse.
De cette échappée normande, on retiendra également le saisissement ressenti devant les
Falaises à Varengeville (sous-titré Petit-Ailly,
Varengeville, plein soleil, 1897). Dans cette
œuvre, Monet frôle l’abstraction. Seuls un bout
de ciel, un peu de mer et le toit d’une maison
occupent un coin du tableau... L’espace de la
toile est presqu’entièrement recouvert d’un
immense fouillis abstrait, terriblement vivant,
végétal sûrement, de rose et de vert. On est
happé par l’ampleur de cette surface colorée,
presqu’éblouis, comme si le « plein soleil » du
titre aveuglait le paysage, le surexposait et le
rendait, indistinct, à la seule énergie de sa couleur, de sa lumière.
Finalement, comme l’écrit Champfleury en
1872, ce que les Impressionnistes veulent nous
donner à voir, ce n’est « rien [ d’autre] que le
drame des immensités »._
Port-en-Bessin.
Le Catel, vers
1884,
de Paul Signac
(1863-1935).
Huile sur toile
45 x 65 cm.
© Collection particulière
26 AVR.
1 JUIL.
—
ER
01 48 06 72 34
L’Atelier en plein air, les Impressionnistes en Normandie, jusqu’au 25 juillet au musée Jacquemart-André,
158, boulevard Haussmann, 8e. M° Saint-Augustin, Miromesnil ou Saint-Philippe du Roule.
Tél. : 01 45 62 11 59. Tous les jours de 10 h à 18 h (nocturne le lundi). Entrée : 12 € / 10 € (réduit).
www.musee-jacquemart-andre.com
A NOUS PARIS
sons
37
affaires culturelles
Textes : Carine Chenaux, Stéphane Koechlin
jazz
Love for Chet
Stéphane Belmondo © Fabrice Journo
Le trompettiste Chet Baker reste l’un des grands mythes du
jazz, malheureusement plus pour sa vie dissolue, son autodestruction et sa mort (il s’est jeté par la fenêtre d’un petit hôtel
d’Amsterdam, le 13 mai 1988) que pour sa musique finalement
assez méconnue. Le grand public se souvient du crooner de
“My Funny Valentine”, comme il avait aimé, en oubliant le meilleur
de son œuvre, le disque gospel de Louis Armstrong à la fin de
sa vie (The Good Book). Heureusement, les musiciens conti-
nuent de défendre celui qui
incarne, au milieu des années
1950, l’âge d’or du jazz de la
west coast. L’infatigable héritier,
Stephane Belmondo, publie
un bel album hommage, Love
For Chet (référence au “Love
For Sale” de Chet). Dans cette
célébration, en trio, sans piano
ni batterie, il tient le bugle,
espérant approcher son idole.
Et comme nous sommes au
festival de Saint-Germain-desPrés, il a investi un endroit original, le musée de Cluny, qui
accueille pour la première fois
un concert de jazz. Voilà une
surprise qui aurait amusé Chet
Baker._ S.K.
Jazz à Saint-Germain-des-Prés.
24 mai. À 19 h et 21 h. 38 € et 18 €.
Musée de Cluny. 6 Place PaulPainlevé, 5e. M° Cluny-La
Sorbonne. Tél. : 01 56 24 35 50.
talents émergents
Ricard S.A. Live
Session
Le Prix Ricard S.A. Live Music est, comme
quelques compétitions du genre, un inépuisable vivier de talents, qui trouvent là l’opportunité
de se faire entendre, et surtout, d’éprouver la
scène. Ainsi, après avoir parcouru la France
avec trois de ses poulains désormais reconnus
– Rocky, i am stram gram et Puggy –, la famille
revient à Paris, comme toujours au Café de la
Danse, pour présenter au public lors d’un
concert gratuit, trois des finalistes de son édition
2016. Au programme, cette fois, la pop naïve
des Strasbourgeois d’Amoure, le mélange de
hip hop et de chanson de The ACCIDENT, alias
Patrick Biyik (guitariste et beatboxer des Twin
Twin, vu aussi en guest star barrée aux côtés
Amoure © Rod Maurice
de Kumisolo) et les incantations inspirées du
collectif parisien Minors. Une vaste palette._C.C.
Le 25 mai au Café de la Danse, 5, passage louisPhilippe, 11e. Gratuit. Invitations à retirer sur
www.ricardsa-livemusic.com pour une entrée
garantie jusqu’à 20 h. Ensuite, entrée libre pour
tous dans la limite des places restantes.
bons plans
38
affaires culturelles
Pour participer et tenter de gagner de nombreuses invitations et cadeaux, jouez sur www.anousparis.fr > Rubrique
Bons Plans. Et suivez-nous sur www.facebook.com/anousparis pour d’autres surprises...
Monumenta Empires - Huang Yong Ping
Festival Cinéma(s) d'Iran #4
Depuis 2007, Monumenta invite des artistes contemporains de renommée internationale à investir la Nef
du Grand Palais avec des oeuvres magistrales.
Huang Yong Ping relève le défi en 2016 ! Artiste de
toute les démesures, il imagine une installation spectaculaire, qui est aussi une réflexion sur les transformations de notre monde.
10 x 2 entrées à gagner
Au programme : la comédie à l’iranienne, un panorama du cinéma contemporain (avant-premières de
Le Client de Asghar Farhadi et Inversion de Behnam
Behzadi présentés au Festival de Cannes), une rencontre avec Paviz Parastouei, l’homme aux mille
facettes, un master-class (Comment apprend-on à
filmer en Iran ?) et de nombreux invités.
2 x 2 invitations à gagner pour la soirée d’ouverture le 01/06
Du 8 mai au 18 juin au Grand Palais
Du 1er au 7 juin au Cinéma Le Nouvel Odéon
Exposition Araki
Festival Le festival (tjcc) 9e édition
Nobuyoshi Araki est un artiste mondialement connu
pour ses photographies. En présentant cinquante
années de son travail, le musée national des arts asiatiques – Guimet ouvre le véritable journal intime du
grand plasticien de la photographie qui donne à voir
et à comprendre l’enracinement de l’art d’Araki dans
la culture traditionnelle japonaise.
10 x 2 entrées à gagner
Confiée à Joris Lacoste et Élise Simonet, cette nouvelle édition brasse joyeusement artistes français
et étrangers, talents émergents et confirmés, personnalités grand public et démarches expérimentales,
venant de la poésie, de la performance, du chant, du
stand-up, de la danse, du théâtre ou de la télévision.
5 x 2 PASS à gagner pour le 03/06 et le 04/06
Jusqu’au 5 septembre au Musée Guimet
Du 3 au 4 juin au Théâtre de Gennevilliers
Exposition Pierre Ardouvin
Festival Weather Festival
L’exposition Tout est affaire de décor propose un parcours déambulatoire poétique dans l’univers sensoriel
et singulier de l’artiste Pierre Ardouvin. De nouvelles
productions et des pièces réactivées se déploient dans
les 1350 m2 de la salle d’expositions temporaires, ainsi
que dans le vestibule et le jardin du Musée d’art
contemporain du Val-de-Marne.
10 x 2 entrées à gagner
En trois ans, le Weather Festival s'est imposé comme
LE festival de musiques électroniques du Grand Paris,
à résonance mondiale. En 2016, il réinvestit le Bourget et voit les choses en grand avec 6 scènes, plus de
100 artistes, 3 jours de son et de nombreux espaces
de détente, restauration, un village associatif, et la
grande nouveauté : un camping !
10 PASS à gagner
Jusqu’au 4 septembre au MAC VAL
Du 3 au 5 juin au Bourget
Parcours Soirée de clôture des Jeudis Arty
Concert Soirée du Prix Deezer Adami
Rejoignez-nous pour l'Arty Party qui clôture la 7e édition des Jeudis Arty sur le thème "L'art et la vie confondus". Une soirée de happenings avec performances
sonores et visuelles ainsi qu'une expérience de réalité
virtuelle avec casques Oculus Rift. #FollowYourArt
www.lesjeudisarty.net
5 x 2 entrées à gagner
Le 6 juin prochain, les 3 lauréats du Prix Deezer Adami
se produisent dans la prestigieuse salle du Casino de
Paris. Her, Bachar Mar-Khalifé et l’Impératrice partagent
la scène avec le parrain de cette édition 2016, Youssoupha.
Tentez de gagner 2 places VIP pour assister à ce
concert unique !
25 x 2 places VIP à gagner
Évènement Jardins Jardin
Musical Rock wonder.land
Rendez-vous incontournable des tendances du jardin urbain et du design d’extérieur, l’évènement Jardins, jardin s’installe au cœur de Paris. Venez découvrir plus de 30 terrasses et jardins, scénographiés et
réalisés par des paysagistes de renom ou des jeunes
en devenir et plus d’une centaine d’exposants. Au
programme : ateliers, conférences et visites guidées.
15 x 2 entrées et 15 catalogues à gagner
Neuf ans après l’opéra pop Monkey, Journey to the
West, le compositeur pop-rock britannique Damon
Albarn retrouve la scène du Châtelet pour la création
française de wonder.land, un nouveau musical 2.0
inspiré des Aventures d’Alice au pays des merveilles.
10 x 2 places à gagner pour le 12/06
Le 2 juin au Carreau du Temple
Du 2 au 5 juin au jardin des Tuileries
Le 6 juin au Casino de Paris
Du 7 au 16 juin au Théâtre du Châtelet
bons plans
39
affaires culturelles
scènes
littéraire
Temps forts à
la Maison de la poésie
Pour sa dernière
programmation de la saison, la
Maison de la Poésie réunit sur
sa scène littéraire un casting
cinq étoiles d’artistes aussi
éclectiques que passionnants.
Au menu ? Lectures-rencontres,
performances, littérature live
ou vidéo-poèmes : Virginie
Despentes & Zëro (Requiem des
innocents, 27, 28 et 29 mai, 21 h),
Moby (lecture de Porcelain,
29 mai, 21 h), Riad Sattouf
(2 juin), Nancy Houston (Carte
blanche de l’auteur, 4 juin, 20 h
30). Mais aussi Anna Mouglalis
avec Je me révolte donc je suis
(le 8 juin, 20h), Jean-Philippe
Nancy Huston
40
affaires culturelles
Textes : Myriem Hajoui
théâtre
Le Jeu de l’amour
et du hasard
•••••
Tous les moyens sont bons pour faire (re)découvrir Marivaux.
En voici un : cette version pop-rock proposée par Salomé Villiers.
Un reboot au montage aussi acéré qu’un scratch électro, un
cadeau pour les jeunes et une bonne porte d’entrée vers l’œuvre
la plus célèbre de l’auteur. Tout est dans la manière, celle de la
jeune interprète-metteur en scène est solaire, fougueuse et
contemporaine. On la retrouve dans la peau d’une Silvia inquiète :
son père Orgon lui propose un mariage avec Dorante, un parfait
inconnu. Avant de le rencontrer, elle propose à Lisette, sa servante, de prendre sa place afin d’observer son futur époux de
loin. Mais voilà, Dorante échafaude le même plan avec son
valet Arlequin . La farce peut démarrer. Elle se déploie dans un
décor bucolique (pelouse, chaises longues, boissons fluo…) où
se découvrent les deux couples au fil d’un entrelacs de quiproquos rocambolesques. Naissance des désirs, confusion des
sentiments… le cocktail est euphorisant et servi "on the rocks"
grâce à une série de clips muets drolatiques dopant l’ensemble
(mention spéciale à Léo Parmentier qui joue finement avec les
codes de l’art vidéo). Sous la surface lisse de ces images kitsch,
pulse un conte à la fois drôle et cruel dans lequel la question
Marivaux servi avec une farce on the rock. © Louka
du déterminisme social est thématisée. La colère sourde des
deux valets (Raphaëlle Lemann et Étienne Launay) est ici opposée à la légèreté amusée des maîtres (Bertrand Mounier, Philippe
Perrussel) et nous rappelle opportunément que l’inversion des
rangs sociaux n’est pas anodine. Côté maîtres, seul Dorante
(François Nambot, jolie figure d’amoureux embarrassé) semble
en mesurer les dangers. Sous-tendu par une bande son voguant
de Bowie aux Beatles, le spectacle restitue avec jubilation la
plume tour à tour caressante et griffue de Marivaux._
Jusqu’au 4 juin, du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 18 h au
Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, 6e, M° Notre-Damedes-Champs. Places : 15 €-22 €. Tél. : 01 45 44 57 34.
© Fanny Dion
festival
Moby
© DR
Toussaint pour une projection
et rencontre autour de Football,
Antonio Muñoz Molina
(rencontre avec le public,
25 juin, 19h), Olivier Adam &
Florent Marchet (lecture
musicale, 1er juillet, 20 h).
Une affiche audacieuse et…
ce n’est qu’un aperçu !
Jusqu’au 3 juillet à la Maison
de la Poésie, Passage Molière,
157, rue Saint-Martin, 3e.
M° Rambuteau.
Tél. : 01 44 54 53 00.
maisondelapoesieparis.com
A NOUS PARIS
Mise en
capsules
•••••
Le festival de Formes courtes
théâtrales fête sa dixième édition. Et quel chemin parcouru!
En soutenant des projets originaux et en révélant toute une
génération de talents, il s’est
imposé comme un véritable
rituel pour les fous de théâtre.
Plus de 150 créations y ont vu
le jour comme Le Porteur
d’histoire d’Alexis Michalik, très
vite plébiscité par le public et
la critique. En 2006 pourtant,
l’idée (jugée "ingérable" !) ne
soulevait pas l’enthousiasme.
Qu’importe, Benjamin Bellecour, Salomé Lelouch et
Julie Debazac © DR
Vincent Desagnat © DR
Pierre-Antoine Durand se lancent bille en tête
dans cette aventure festive et conviviale. Le
principe : galvaniser l’envie d’aller au théâtre
en proposant chaque soir cinq spectacles de
trente minutes. Ensuite ? À vous de jouer : vous
choisissez votre petite demi-heure de création
et plus si affinités. Cette année, les femmes s’illustrent avec des textes alertes ou émouvants :
Camille Chamoux et Camille Cottin (Pour en
finir avec Zorro et autres impostures à démasquer), Charlotte Gabris (Merci pour le bruit),
Christèle Sabalot-Jungalas (La Fille qui a
décidé de vivre), Raphaëlle Moussafir (Comme
elles inspirent) ou Aïda Asgharzadeh (La Main
de Leïla). La manifestation compte aussi toute
une jeune garde d’auteurs : Guillaume Clerice,
Bastien Bernini, Jean-Christophe Dollé, Félicien
Juttner, Kamel Isker, Mikaël Chirinian, Rasmus
Lindberg, Julien Sibony, Xavier Legall, etc.
Et bien sûr, une palanquée de comédiens
bouillonnants : Clément Aubert, Romain Cottard,
Paul Jeanson et Arnaud Pfeiffer (réunis dans
une conférence-goûter surprise), Julie Debazac,
Léna Brébant, Charlotte des Georges, Yannick
Soulier, Vincent Desagnat, etc. Foisonnant et
hors format._
Jusqu’au 11 juin, du lundi au samedi à partir de 19 h.
Places : 15 €-22 €. Pass Intégral Festival : 24 €-38 €.
Ciné XIII, 1, avenue Junot, 18e. Tél. : 01 42 54 15 12.
Infos sur www.miseencapsules.com
Cours d’été à l’École du Louvre
Quinze séries thématiques, quinze thèmes…
des cours et des visites d’application
Du 20 juin au 29 juillet 2016
„ Les Primitifs flamands : le regard mis en scène
„ Autour du Douanier Rousseau
„ Musique et arts plastiques
„ Vandalisme et patrimoine. Petite histoire d’une mémoire ébréchée
„ Les secrets du corps humain révélés par les arts, de la Renaissance au XXIe siècle
„ De Byzance à Istanbul : histoire du patrimoine urbain et architectural
„ Une histoire des couleurs en Occident
„ Gourmandise, histoire d’un péché capital
„ Jardins d’Orient, un patrimoine culturel pour l’avenir
„ « Changer la vue » ? Le Surréalisme et les arts plastiques
„ Paris, capitale du crime ? Une histoire de la violence à Paris au temps de la Renaissance
„ Léonard de Vinci, homme de guerre
„ Ce que cache la Joconde… ou l’art du portrait à la Renaissance
„ Élégances pour tous ? Les arts décoratifs à Paris au XIXe siècle
„ « Sur le front de l’art » : les collections françaises pendant la Seconde Guerre mondiale
Informations : 01.55.35.19.23 01.55.35.18.00
www.ecoledulouvre.fr (actualités)
„ École du Louvre. Palais du Louvre. Porte Jaujard.75001 Paris
VENTES IMMOBILIÈRES AUX ENCHÈRES PUBLIQUES
75
Vente aux enchères publiques
Le jeudi 30 juin 2016 à 14 h 00
au TGI de PARIS, au Palais de Justice,
4 boulevard du Palais
UN STUDIO à PARIS 15e
21 rue Théodore Deck et
199-201 rue de la Croix Nivert
de 13,17 m². Au 3e étage, face à l’ascenseur,
divisé en petit hall d’entrée avec placard,
pièce avec kitchenette et salle de bain avec w.-c. - LIBRE
MISE A PRIX : 34.000 euros
Pour consulter le cahier des conditions de vente
s’adresser au Greffe du Juge de l’Exécution
du TGI de PARIS, où il a été déposé
sous la Référence Greffe 15/00293,
à Maître Denis LANCEREAU,
Avocat associé du Cabinet TOCQUEVILLE,
demeurant 22 rue de Tocqueville, 75017 PARIS,
Tél. : 01 56 33 26 26 (uniquement de 14 h à 16 h)
VISITE sur place le mercredi 22 juin 2016
de 16 h 30 à 17 h 30
75
Vente aux enchères publiques
Le jeudi 30 juin 2016 à 14 h 00
au TGI de PARIS, au Palais de Justice,
4 boulevard du Palais
UN LOGEMENT à PARIS 16e
6 rue de la Faisanderie
de 31,62 m² (hors loggia). Au 4e étage,
1re porte à gauche, comprenant : hall d’entrée,
pièce principale avec grand placard-penderie,
cuisine, salle de bain, w.-c. et loggia de 11,60 m²
Avec UNE CAVE - Occupé
MISE A PRIX : 87.000 euros
Pour consulter le cahier des conditions de vente
s’adresser au Greffe du Juge de l’Exécution
du TGI de PARIS, où il a été déposé
sous la Référence Greffe 15/00294,
à Maître Denis LANCEREAU,
Avocat associé du Cabinet TOCQUEVILLE,
demeurant 22 rue de Tocqueville, 75017 PARIS,
Tél. : 01 56 33 26 26 (uniquement de 14 h à 16 h)
VISITE sur place le mercredi 22 juin 2016
de 14 h 30 à 15 h 30
publicites@claude-et-goy.com
23/05/2016
Adjudications immobilières : devenez propriétaire
LES GARANTIES
Le contrôle du Tribunal de Grande Instance et la liberté des enchères vous garantissent
une vente au juste prix. Le bien mis en vente peut être visité.
LA VENTE
Le cahier des conditions de vente peut être consulté au Greffe du Juge de l’Exécution du TGI
ou au cabinet de l’Avocat chargé de la vente. C’est un Avocat du Barreau concerné qui portera enchère en
votre nom dans les limites de vos instructions. Dans les dix jours qui suivent la vente, il est possible, par l’intermédiaire de votre Avocat, de faire une surenchère d’au moins 10% sur le prix de l’adjudication. Lors de cette
QRXYHOOHYHQWHOHELHQVHUDGp¿QLWLYHPHQWYHQGX/HMXJHPHQWG¶DGMXGLFDWLRQYDXWWLWUHGHSURSULpWp
NB : LA MISE A PRIX ne préjuge aucunement du montant atteint lors de l’adjudication qui est le résultat
des enchères successives.
LE FINANCEMENT
Préalablement à l’audience de vente, vous remettrez à votre Avocat un chèque de
banque d’un montant d’au moins 10% de l’enchère maximale envisagée, auquel s’ajoutent les frais de procédure, publicité préalable… (Ce chèque vous sera restitué en cas de non adjudication). Vous avez deux mois,
dans la plupart des cas, pour vous acquitter du montant de l’adjudication.
LE SPÉCIALISTE DE L’ARGENTERIE À PARIS
ACHÈTE COMPTANT
ARGENT ET MÉTAL ARGENTÉ
• Ménagère et pièce de forme,
Christofle, Ercuis, etc, ...
• Achat tous débris d’argent
et pièces de 5, 10 et 50 Francs
• Achats de toutes Antiquités
(tableaux, bibelots, sculptures,
toute curiosité, etc ...)
• Achat bijoux fantaisie, ambre,
corail, etc...)
MAISON BOULLE
42 RUE DE MAUBEUGE 75009 PARIS (MO CADET - BUS 26, 42 ET 43)
01.48.78.06.06 / 06.69.90.75.75 / maisonboulle@gmail.com
DU LUNDI AU SAMEDI DE 10H À 18H30
TENDANCES // REPÉRAGES // BONS PLANS
CITY GUIDE, CULTURE, MUSIQUE, TENDANCES
LE MEILLEUR DE L’ACTU
URBAINE AVEC A NOUS PARIS
www.anousparis.fr // Suivez-nous
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
12 465 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler