close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Attractivité et emploi cadre en Martinique

IntégréTéléchargement
LES ÉTUDES DE L’EMPLOI CADRE
– ATTRACTIVITÉ ET
EMPLOI CADRE À LA
MARTINIQUE–
N°
2016-28
MAI 2016
– Attractivité économiques : atouts
et faiblesses de la Martinique
– Emploi cadre et perspectives 2016
L’île de la Martinique se situe à près de 7 000 kilomètres de la métropole dans les Antilles françaises.
Elle bénéficie du PIB par habitant le plus élevé des
régions ultramarines. Fort-de-France et ses communes attenantes (Le Lamentin, Schœlcher…)
constituent le centre névralgique économique de
l’île : 60 % des emplois salariés martiniquais y sont
concentrés. Résolument tournée vers les activités
de services, l’économie insulaire est marquée par
la sphère publique qui y joue un rôle central. Si
comme dans les autres DOM, le chômage martiniquais est important, la Martinique se caractérise
par le taux d’emploi le plus élevé des départements
d’outre-mer. Elle a, en outre, enregistré une baisse
du nombre de demandeurs d’emploi en 2015. Enfin,
plus de 15 000 cadres et professions intellectuelles
supérieurs sont comptabilisés sur ce territoire soit
5 % de la population totale de plus de 15 ans. Pour
2016, les entreprises envisagent de recruter près de
500 cadres.
–ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE : ATOUTS ET FAIBLESSES
DE LA MARTINIQUE–
–
FORT-DE-FRANCE, POUMON ÉCONOMIQUE
DE L’ILE
–
Région « ultrapériphérique » de l’Union Européenne,
la Martinique se situe à 6 858 km de la métropole.
Elle s’étend sur une surface de 1 128 km², ce qui en
fait la plus petite région de France après Mayotte. L’île
compte 385 500 habitants. C’est la 4e région la
moins peuplée après Mayotte, la Guyane et la Corse,
mais la 2e région la plus dense après l’Ile-de-France
(344 habitants/km²).
La Martinique est composée de 34 communes dont
27 se trouvent sur le littoral. On peut schématiquement scinder le territoire martiniquais en trois zones
distinctes : le nord, montagneux, le sud plus sec et
moins accidenté qui accueille les principales infrastructures touristiques et le centre de l’île qui polarise
les principales activités économiques et humaines
autour des communes de Fort-de-France, la capitale
régionale, Le Lamentin, Saint Joseph et Schœlcher.
Ces différentes communes regroupées au sein de la
Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM) concentrent 60 % des emplois martiniquais. Le poids et l’attraction du centre de l’île
n’ont cessé de se renforcer et se traduit par la polarisation de 43 % de la population locale.
–
UN RECUL DE LA POPULATION TOUTEFOIS
FREINÉ PAR UN SOLDE NATUREL POSITIF
–
Avec 385 500 habitants au 1er janvier 2013, les
martiniquais représentaient 0,5 % de la population
française. Le territoire martiniquais est confronté
pour la première fois à un recul démographique. Sa
population s’est contractée de 3 % entre 2008 et
2013. Cette baisse est fortement corrélée à un solde
migratoire déficitaire : le taux de variation annuel
moyen dû au solde entre les entrées et les sorties est
passé de -0,3 % entre 1990 et 1999 à -1,1 % entre
2008 et 2013 (Tableau 1).
– Carte 1–
OCÉAN
ATLAN
Macouba
TIQ
UE
Basse-Pointe
le Lorrain
l'Ajoupa-Bouillon
le Marigot
le Prêcheur
Sainte-Marie
le Morne-Rouge
Saint-Pierre
la Trinité
NO
RD
le Carbet
Gros-Morne
Saint-Joseph
le
Robert
Case-Pilote-Bellefontaine
le Lamentin le François
Schoelcher
Ducos St-Esprit
le Vauclin
les Trois-Îlets
Rivière-Salée Rivière-Pilote
les Anses-d'Arlet
le Marin
le Diamant Sainte-Luce
Sainte-Anne
M
FORT-DE-FRANCE
er
2
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
de
s
An
till
es
Ce déficit migratoire a été longtemps compensé par
un fort taux de natalité. C’est un peu moins le cas
aujourd’hui. En effet, le taux de variation annuel
moyen lié au mouvement naturel (naissance - décès)
est passé de +1 % entre 1990 et 1999 à +0,5 %
entre 2008 et 2013.
La structure de la population martiniquaise en termes
d’âges est relativement identique à la moyenne française (Tableau 2). En revanche, les mouvements
migratoires n’ont pas été sans conséquences sur la
répartition selon le sexe : la forte émigration des
jeunes martiniquais, essentiellement vers l’Ile-deFrance, a modifié la répartition entre hommes et
femmes, notamment pour la population âgée de 30
ans à 44 ans. La population dans cette tranche d’âge
est désormais composée de 57 % de femmes en Martinique contre 50,5 % à l’échelle nationale.
De plus, les retours sur l’île des personnes ayant émigré sont échelonnés dans le temps et moins nombreux que les départs.
– Tableau 1–
Évolution démographique en Martinique et en France entre 2008 et 2013
Martinique
Population totale en 2013
Taux de variation annuel moyen entre 2008
et 2013 (en %)
Dû au mouvement naturel (en %)
Dû au mouvement migratoire (en %)
France
385 500
65 500 000
-0,6
0,5
0,5
0,4
-1,1
0,1
Source : Insee Analyse – N°8 – Janvier 2016
– Tableau 2–
Répartition de la population en 2007 et en 2012 selon la tranche d’âge (%)
Martinique
2007
Moins de 30 ans
France
2012
2012
39
36
36,7
30 à 44 ans
22,3
18,7
19,7
45 à 59 ans
20,1
23
20
60 à 74 ans
12,3
14,4
14,6
6,3
7,9
9
75 ans ou plus
Sources : Insee, RP2007 et RP2012 exploitations principales
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
3
–
LE PIB PAR HABITANT LE PLUS ÉLEVÉ DES
RÉGIONS ULTRAMARINES
–
1. IEDOM – Rapport annuel 2014
Le PIB par habitant de la Martinique est le plus élevé
des DOM (Tableau 3). Il reste cependant inférieur
à celui mesuré en France métropolitaine même si la
tendance est à la réduction de cet écart1.
Les dépenses des administrations jouent un rôle central et soutiennent le PIB martiniquais alors que
celles des ménages ont tendance à s’éroder ces dernières années (-1,5 % en 3 ans).
S’agissant des échanges commerciaux, les produits
agricoles et agroalimentaires constituent les principaux postes d’exportation. La quasi-totalité des produits exportés sont destinés à la métropole (76 %),
à la Guyane et à la Guadeloupe (18 %). L’économie
insulaire pâtit de son éloignement géographique
avec des coûts de transport élevés qui entravent son
développement. Seul le tourisme et l’exportation de
sa production agricole permettent à la Martinique
d’entretenir un lien économique avec la France métropolitaine. Par ailleurs, l’île est peu tournée vers le
marché caribéen avec de faibles échanges.
Le tourisme est un maillon fort de l’économie martiniquaise et contribue significativement à sa croissance. Pour autant, ce secteur n’est pas en capacité
d’avoir un effet d’entrainement sur l’ensemble de
l’économie locale. Les infrastructures et les équipements dédiés sont vieillissants et le tourisme local
pâtit de la concurrence d’autres zones des caraïbes
bénéficiant d’un coût de main d’œuvre plus bas.
– Tableau 3–
Le produit intérieur brut en 2012
France
métropolitaine
France
8 591
2 047 447
2 086 929
22 215
32 236
31 814
La Réunion
PIB (millions d'euros)
PIB par habitant (euros)
Source: Insee, 2012
4
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
–
UNE ÉCONOMIE INSULAIRE CENTRÉE SUR
LES SERVICES
–
L’économie martiniquaise est résolument portée par
les services. Les structures du secteur tertiaire réalisent 84 % de la valeur ajoutée de la région (contre
78 % pour l’ensemble de la France) (Figure 1).
Comme dans l’ensemble des régions ultramarines,
l’administration publique et les acteurs du secteur
non marchand (enseignement, santé) sont prédominants : ils génèrent 35 % de la valeur ajoutée en
Martinique (contre 23 % pour l’ensemble de la
France). Cela s’explique par la présence sur le territoire de l’ensemble des services de l’administration
et du secteur public français (Université et CHU).
Les activités du commerce et du transport, l’immobilier et les activités scientifiques et administratives
sont les activités marchandes qui dégagent le plus
de valeur ajoutée.
La Martinique ne dispose pas d’un tissu industriel
fortement développé. En effet, ses ressources inté-
rieures sont rares et ne permettent pas de grandes
possibilités de diversification. L’industrie martiniquaise représente 6 % de la valeur ajoutée contre
14 % pour l’industrie française. Ce sont les industries
agro-alimentaires (avec notamment la filière du
rhum) qui génèrent le plus d’emplois.
Le secteur du BTP, en souffrance depuis 2009, est
particulièrement affecté par la faiblesse de la commande publique, dont il dépend fortement. Néanmoins, des études récentes de l’Insee montrent un
fort besoin en logements sur l’île.
Enfin, le secteur agricole est dominé par la culture de
la banane, qui représente un quart des surfaces cultivées, et de la canne à sucre. Ce secteur connait depuis 10 ans un phénomène de concentration avec
une baisse du nombre d’exploitations, mais une augmentation de leur taille moyenne.
L’agriculture martiniquaise bénéficie du programme
européen d’appui aux régions ultra périphériques
(inscrit dans la PAC). Cette politique concerne plus
particulièrement la filière banane. Cette dernière,
après plusieurs années de difficultés, voit ses rendements et le niveau des exportations augmenter.
– Figure 1–
Répartition de la valeur ajoutée par branche en 2012
35 %
Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale
23 %
15 %
Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration
18 %
13 %
Activités immobilières
13 %
10 %
Activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien
13 %
6%
Construction
6%
6%
Industries manufacturières, industries extractives et autres
14 %
Activités financières et d'assurance
4%
Information et communication
4%
Agriculture, sylviculture et pêche
Autres activités de services
4%
5%
3%
Martinique
France
2%
3%
3%
Source : Insee – Valeurs ajoutées régionales 2012
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
5
2. CCI de la Martinique
La répartition des emplois salariés martiniquais par
secteur d’activité confirme la prédominance d’activités de services résolument tournées vers les besoins
de la population locale. Sur le territoire, la sphère
publique constituée par l’administration publique,
l’enseignement, la santé et l’action sociale concentre
50 000 emplois salariés (dont 41 000 titulaires de
la fonction publique) (tableau 4). Ces effectifs rapportés à la population totale font de la Martinique
le territoire qui se caractérise par le taux d’administration le plus élevé des régions françaises (10 %).
Autre secteur dédié pour une large part aux besoins
de la population, le commerce avec 13 800 salariés
arrive en 2e position. Onze établissements commerciaux de plus de 100 salariés sont dénombrés sur L’île
(dont Carrefour avec 203 salariés ou encore Martinique Automobile avec 208 salariés2).
Troisième secteur en termes d’effectifs salariés
(12 193), les « activités scientifiques et techniques,
de services et de soutien » regroupent des entreprises
spécialisées dans le nettoyage industriel (ONET Services Antilles ; 388 salariés), dans la sécurité (Antilles
Protection ; 369 salariés), dans l’ingénierie et les
études techniques (Caribéenne Etudes et Développement ; 21 salariés) ou encore dans le conseil aux
entreprises (SOFINPAR ; 33 salariés).
– Tableau 4–
Emploi salarié selon le secteur d’activité détaillé au 31 décembre 2013 - Martinique
Martinique
Volume
%
Volume
%
Agriculture, sylviculture et pêche
4 450
4
233 701
1
Industries extractives, énergie, eau, gestion
des déchets et dépollution
2 499
2
367 353
2
Fabrication de denrées alimentaires,
de boissons et de produits à base de tabac
2 668
2
549 787
2
Cokéfaction et raffinage
212
0
9 730
0
Fabrication d'équipements électriques,
électroniques, informatiques ; fabrication
de machines
200
0
439 213
2
Fabrication de matériels de transport
16
0
360 851
2
Fabrication d'autres produits industriels
2 989
2
1 466 493
6
Construction
6 227
5
1 387 027
6
13 800
11
3 018 911
13
Transports et entreposage
5 675
5
1 342 395
6
Hébergement et restauration
4 973
4
938 308
4
Information et communication
2 168
2
700 809
3
Activités financières et d'assurance
3 501
3
840 238
4
Commerce ; réparation d'automobiles et de
motocycles
Activités immobilières
754
1
233 484
1
Activités scientifiques et techniques ; services
administratifs et de soutien
12 193
10
2 927 313
12
Administration publique, enseignement, santé
humaine et action sociale
50 322
41
7 743 096
32
9 645
8
1 291 744
5
122 292
100
23 850 453
100
Autres activités de services
Ensemble
Source : Insee – Estimations localisées d’emploi et enquête emploi 2013
6
France
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
–
LE TAUX D’EMPLOI LE PLUS ÉLEVÉ
DES DOM
–
– Tableau 5–
Taux d’activité et taux d’emploi des 15-64 ans
en Martinique et en France en 2014 (en %)
Taux d'activité
En 2014, la Martinique comptait, pour l’ensemble
des secteurs (privé et public), 130 100 actifs en emploi dont 122 300 salariés (94 %). C’est la région
ultramarine qui a le plus fort taux d’emploi.
Contrairement à ce qui peut être observé en Guadeloupe ou en Guyane, l’écart entre le taux d’activité
des hommes et celui des femmes est plutôt faible (4
points) (Tableau 5).
Martinique
Taux d'emploi
65
53
Dont hommes
68
55
Dont femmes
64
51
71
64
Dont hommes
75,5
68
Dont femmes
67,5
61
France
Source : Insee - Enquête emploi 2014
Source : Insee Flash Martinique – N°17 – juin 2015
3
La Martinique présente un déficit structurel en termes
d’emplois selon l’Insee. Le taux d’emploi des martiniquais (de 15 à 64 ans) est de 53 % soit un niveau
largement inférieur à celui observé à l’échelle hexa-
3. Insee Flash Guyane n°17 – Juin
2015
gonale (64 %). Il reste toutefois supérieur à ceux
observés en Guadeloupe (48 %) et en Guyane
(46 %).
–
DÉFINITIONS
–
Taux d’activité : Rapport entre le nombre de personnes en activité (en emploi ou au chômage) et la
population totale d’une tranche d’âge donnée.
Taux d’emploi : Rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi et la population totale d’une
tranche d’âge donnée.
–
UN TAUX DE CHÔMAGE TRÈS ÉLEVÉ,
NOTAMMENT CHEZ LES JEUNES ACTIFS
–
Le taux de chômage4 en Martinique est particulièrement élevé. En 2014, il atteignait 19,6 % contre
10 % en métropole. En revanche, il est très inférieur
à ceux enregistrés à La Réunion (27 %), en Guadeloupe (24 %) ou en Guyane (22 %).
Si hommes et femmes sont concernés par des taux
de chômage équivalents, les jeunes, en revanche,
sont plus affectés que leurs aînés. Ainsi, en 2014,
plus d’un jeune actif de moins de 25 ans sur deux
était au chômage (Tableau 6).
Le constat était similaire sur l’île voisine, la Guadeloupe, et à La Réunion avec un chômage touchant
durement les plus jeunes et dans des proportions similaires. Seule la Guyane se distingue avec un taux
de chômage des jeunes de moins de 25 ans de 40 %
en 2014.
En Martinique comme pour l’ensemble du territoire
français, le diplôme reste une protection efficace
contre le chômage : les martiniquais diplômés de
l’enseignement supérieur sont nettement moins touchés par le chômage que les bacheliers ou les titulaires d’un diplôme infra-bac (CAP ou BEP) et surtout
que les personnes n’ayant aucun diplôme5.
4. Taux de chômage : Rapport entre
le nombre de chômeurs au sens du
BIT et le nombre de personnes actives
(en emploi ou non) parmi les
personnes âgées de 15 à 64 ans.
5. A titre indicatif : 35 % des 15 ans
et plus en Martinique n’ont aucun
diplôme (contre 18 % pour l’ensemble
de la France). Source Insee
– Tableau 6–
Taux de chômage des 15 – 64 ans en 2014 (en %)
Martinique
France
15 ans ou plus
19,6
9,9
15 – 24 ans
50,6
23,4
25 – 49 ans
21
9,3
50 – 64 ans
10,9
6,9
Source : Insee - Enquête emploi 2014
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
7
–EMPLOI CADRE ET PERSPECTIVES 2016–
–
UNE POPULATION MARTINIQUAISE PLUS
DIPLÔMÉE QUE DANS LES AUTRES DOM
–
L’offre de formation post-bac est plutôt fournie en
Martinique. Il existe de nombreux centres de formation qui complètent l’offre universitaire. Aussi, la
quasi-totalité des filières sont représentées. L’île propose un certain nombre de classes préparatoires aux
grandes écoles6.
La faible présence de laboratoires de recherche publique, l’absence d’un grand donneur d’ordre industriel capable de jouer un rôle de locomotive en la
matière ou encore l’inexistence de filières de formation au métier d’ingénieur dans les secteurs innovants
expliquent un large déficit en matière de recherche.
–
15 300 CADRES ET PROFESSIONS
SUPÉRIEURES INTELLECTUELLES
SUR LE TERRITOIRE MARTINIQUAIS
8 243 étudiants du supérieur étaient comptabilisés –
en Martinique en 2014-2015. A titre de comparaison,
la Guadeloupe et surtout l’île de La Réunion accueillent une population estudiantine plus importante (respectivement 9 466 et 19 190 étudiants).
Plus de la moitié des étudiants martiniquais sont à
l’université et près des trois quarts d’entre eux suivent
un cursus licence (73 % contre 60 % en métropole).
Enfin 1 200 étudiants sont comptabilisés en master.
6 ONISEP – Après le Bac
– Académies de Guadeloupe, Guyane,
Martinique
7. La notion de cadres pour l’Insee
recouvre un champ plus large avec
notamment les cadres appartenant à
l’administration publique et les
enseignants. L’Apec ne prend en
compte que les cadres du secteur privé
(cotisants AGIRC articles 4 et 4 bis).
8
En 2012, 19 % de la population martiniquaise (non
scolarisée de plus de 15 ans) était diplômée du supérieur (26 % pour l’ensemble de la France). Cette part
est cependant plus importante que dans les autres
DOM : 17,5 % en Guadeloupe, 16 % à La Réunion et
15 % en Guyane.
La Martinique et plus largement les Antilles disposent
de peu d’emplois de conception-recherche (chercheurs, ingénieurs, cadres ou techniciens de R&D….).
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
La très faible présence d’activités économiques employant une proportion élevée de cadres (services aux
entreprises, industrie de pointe, R&D, ingénierie,
conseil, informatique…) associée à un tissu productif
composé quasi exclusivement de micro entreprises et
de PME (en 2014, on ne dénombrait en Martinique
que 20 établissements de plus de 200 salariés sur
38 596 structures) ainsi que l’absence de sièges sociaux expliquent largement la très faible part de
cadres résidant et travaillant dans ce département
ultramarin.
En effet, en 2012, 15 300 cadres et professions intellectuelles supérieures7 étaient recensés par l’Insee,
soit 5 % de la population totale de 15 ans et plus
(Tableau 7). Pour l’ensemble de la France, cette part
s’élève à 9 %. A noter que la part des cadres et professions intellectuelles supérieures est similaire dans
les autres Départements d’Outre-Mer (4 % en Guadeloupe et à La Réunion et 5 % en Guyane).
– Tableau 7–
Population de 15 ans ou plus par catégorie socio-professionnelle en 2012
Martinique
Nombre
Ensemble
France
Part (en %)
314 296
Part (en %)
100
100
Agriculteurs exploitants
2 418
0,8
0,9
Artisans. commerçants.
chefs entreprise
13 304
4,2
3,4
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
15 333
4,9
8,9
Professions intermédiaires
37 043
11,8
14,1
Employés
60 707
19,3
16,6
Ouvriers
38 570
12,3
13,1
Retraités
73 882
23,5
26,5
Autres personnes sans
activité professionnelle
73 038
23,2
16,5
Source : Insee RP 2012
Au 31 décembre 2015, La Martinique comptabilisait
1 160 demandeurs d’emploi cadres (catégories A, B
ou C), soit 2 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi sur l’île et 22 % des demandeurs d’emploi cadre
dans les DOM (Tableau 8).
Les demandeurs d’emploi cadre de catégorie A (demandeurs d’emploi tenus de faire des actes recherche
d’emploi et sans emploi) représentent 85 % des demandeurs d’emploi cadre martiniquais. Cette propor-
tion est similaire à celle enregistrée dans les autres
DOM.
Sur un an, le volume des demandeurs d’emploi cadre
martiniquais (catégories A, B et C) a baissé de 3 %.
Cette baisse est aussi observée en Guyane, tandis que
la Guadeloupe et La Réunion ont vu leur nombre de
demandeurs d’emploi cadre augmenter de respectivement 4 % et 5 %, soit une évolution similaire à
celle observée au niveau national (+4 %).
– Tableau 8–
Demandeurs d’emploi cadres dans les DOM
Au 31 décembre 2015
Évolution sur un an (en %)
Catégories
A, B, C
Catégorie A
Catégories
A, B, C
Catégorie A
Martinique
1 160
990
-3
-6
Guadeloupe
1 480
1 240
4
2
Guyane
Réunion
France entière
380
320
-3
0
2 350
1 880
5
1
335 580
247 450
4
1
Source: STMT - Pôle Emploi, 2015
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
9
–
LES POSTES DE CADRES RECHERCHÉS EN
MARTINIQUE EN 2015
–
Près de 700 offres d’emploi cadre en Martinique ont
été publiées sur apec.fr en 2015 (Tableau 9). Sur la
même période, 1 943 offres ont été diffusés pour les
DOM (hors Mayotte).
Plus de 9 offres d’emploi cadre sur 10 en Martinique,
concernent le secteur tertiaire et plus particulière-
ment le secteur conseil et gestion des entreprises
(50 % des offres d’emploi).
Le secteur secondaire ne représente que 7 % des
offres proposées sur le territoire martiniquais (contre
12 % pour l’ensemble des offres publiées).
Si le poids des offres dans le secteur de la construction est le même concernant la Martinique et l’ensemble de la France, il y a un écart significatif concernant l’industrie : 4 % des offres en Martinique contre
9 % des offres pour l’ensemble de la France.
– Tableau 9–
Répartition des Offres Apec en Martinique par secteur en 2015
Ensemble des
offres Apec
Martinique
Nombre
Commerce
dont Distribution généraliste
et spécialisée
60
9
8
50
7
4
22
3
3
Industrie
26
4
9
dont Conseil et gestion des
entreprises
Banques assurances
Total
Source : Offres Apec 2015
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
%
Construction
Services
10
%
585
84
80
348
50
16
53
8
6
693
100
100
La moitié des offres publiées en Martinique
concernent la fonction commercial, marketing (contre
un quart pour l’ensemble des offres). Les fonctions de
la gestion, finance, administration arrivent en deuxième position en termes d’offres pour la Martinique.
Les fonctions de l’informatique, qui représentent près
d’une offre sur quatre pour l’ensemble de la France,
ne concernent que 5 % des annonces en Martinique
(Tableau 10).
En 2015, les entreprises martiniquaises recherchaient
essentiellement des cadres confirmés (82 % des annonces). 18 % des postes proposés étaient ouverts
aux jeunes diplômés contre 31 % de l’ensemble des
offres en France (Tableau 11).
– Tableau 10–
Répartition des Offres Apec en Martinique par grande fonction en 2015
Ensemble des
offres Apec
Martinique
Nombre
1.Commercial, marketing
dont 1H.Ventes en magasin
2.Communication, création
%
%
344
50
26
218
32
3
3
-
1
3.Direction d'entreprise
28
4
1
4.Etudes, recherche et développement
23
3
13
5.Gestion, finance, administration
116
17
14
6.Informatique
33
5
24
7.Production industrielle travaux et chantier
65
9
6
44
6
4
8.Ressources humaines
23
3
4
9.Santé, social, culture
2
-
1
dont 7A.Cadres de chantier
10.Services techniques
Total
56
8
9
693
100
100
Source : Offres Apec 2015
– Tableau 11–
Répartition des Offres Apec en Martinique par expérience en 2015
Ensemble des
offres Apec
Martinique
Offres ouvertes aux JD
Nombre
d'offres
Structure
(en %)
Structure
(en %)
125
18
31
Cadres confirmés
568
82
69
Total
693
100
100
Source : Offres Apec 2015
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
11
–
DES PERSPECTIVES D’EMBAUCHE DE
CADRES EN BAISSE POUR 2016
–
8 Les fonctions d’encadrement
définies par Pôle Emploi comprenent
des familles de métier tels que
artistes, artistes plasticiens, écrivains
ou encore photographes non prises en
compte par l’Apec
En revanche, les autres territoires ultramarins affichent des intentions d’embauche de cadres orientées à la hausse par rapport à 2015. A l’échelle nationale, les projets de recrutements de cadres ont
progressé de 8 % sur un an.
Selon l’enquête Besoins en Main d’œuvre (BMO) de
Pôle Emploi qui interroge les chefs d’entreprises sur
leurs projets de recrutements pour l’année à venir,
près de 500 recrutements de cadres sont envisagés
par les entreprises martiniquaises au cours de l’année
2016, soit 5 % de l’ensemble des projets d’embauches
(Tableau 12). 24 % des recrutements de cadres
envisagés concernent des emplois saisonniers. Les
employeurs martiniquais considèrent que 42 % des
projets d’embauches de cadres seront difficiles essentiellement faute de candidats au profil recherché.
Sur un an, les projets de recrutements de cadres8 ont
connu une légère baisse de 5 % en Martinique.
Les évolutions sont contrastées selon les territoires.
La Guadeloupe qui possède un tissu économique
d’une dimension proche de celui de la Martinique,
enregistre pour 2016 une hausse des projets de recrutements de cadres (+ 16 % par rapport à 2015). Les
prévisions d’embauche de cadres des entreprises
guyanaises progressent également mais de façon
plus soutenue (+ 30 %). Enfin, à La Réunion qui dispose d’une économie d’une plus grande dimension,
les intentions d’embauches sur des postes de cadres
augmentent, quant à elles, très légèrement (+1%).
– Tableau 12–
Les projets de recrutement de cadres en 2015 et 2016
2015
Ensemble des
projets de
recrutements
Dont emplois
cadres
Ensemble des
projets de
recrutements
Dont emplois
cadres
Evolution
projets cadres
2015-2016
(en %)
Guadeloupe
9 868
559
11 558
651
16
Guyane
6 071
445
4 978
578
30
-5
Martinique
8 446
525
9 467
499
La Réunion
22 576
1 355
26 213
1 368
1
1 739 277
184 455
1 827 271
198 652
8
Ensemble France
Source : Pôle Emploi, enquête BMO 2016
12
2016
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE À LA MARTINIQUE
13
– LES ÉTUDES
DE2013
L’EMPLOI CADRE
DE NOVEMBRE
L’APEC–
05
Observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe
les évolutions dans un programme annuel d’études et de veille :
grandes enquêtes annuelles (recrutements, salaires, métiers et mobilité
professionnelle des cadres, insertion professionnelle des jeunes diplômés…)
et études spécifiques sur des thématiques clés auprès des jeunes
de l’enseignement supérieur, des cadres et des entreprises.
Le département Études et Recherche de l’Apec et sa quarantaine
de collaborateurs animent cet observatoire.
Toutes les études de l’Apec sont disponibles gratuitement
sur le site www.cadres.apec.fr, rubrique observatoire de l’emploi
ISBN 978-2-7336-0936-1
MAI 2016
Cette étude a été réalisée par le département études
et recherche de l’Apec.
Pilotage de l’étude : Christophe Lenzi.
Analyse et rédaction : Célia Yvon, Juliette Alaphilippe.
Maquette : Daniel Le Henry.
Direction de l’étude : Maïmouna Fossorier.
Direction du département : Pierre Lamblin.
ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES
51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14
POUR CONTACTER L’APEC
© Apec, 2016
0 809 361 212
Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association
pour l’emploi des cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901,
et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre
collective, l’Apec en a la qualité d’auteur.
DU LUNDI AU VENDREDI
DE 9H À 19H
Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé
que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec,
est strictement interdite et constituerait une contrefaçon
(article L122-4 et L335-2 du code de la Propriété intellectuelle).
www.apec.fr
EDOBSA0162-MA–05.16
L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les
partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres,
CFE-CGC, FO-Cadres, CFTC Cadres, UGICT-CGT).
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
170 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler