close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Accidentologie et différences de comportement entre hommes et

IntégréTéléchargement
Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière – 26 mai 2016
Accidentologie et différences de comportement entre hommes et femmes
D’après le fichier national des accidents de la
route (dit fichier BAAC), en 2015, 2 604 hommes
ont été tués pour 857 femmes : ils représentent
75 % de la mortalité. 11 % des hommes sont décédés en tant que piétons, 77 % comme conducteurs et 12 % comme passagers. 20 % des femmes sont décédées comme piétonnes, 43 %
comme conductrices et 37 % comme passagères.
Les hommes représentent 85 % des conducteurs
tués.
Mortalité rapportée à la population par million, selon
l’âge et le sexe
250
200
150
100
50
0
04
5
10 -9
15-14
18 17
20 19
25 24
30 29
35 34
-3
40 9
45 44
50 49
55 54
60 59
65 64
70 69
-7
75 4
80 79
85 84
-8
9
Les 2RM étant beaucoup plus utilisés par les
hommes que par les femmes et comportant une
seule place passager, la part des usagers de
2RM parmi les tués est plus élevée pour les
hommes (27 %) que pour les femmes (6 %).
Hommes
Femmes
Nombre de tués selon la catégorie de véhicule
38 % des piétons tués sont des femmes, alors
qu’elles ne représentent que 25 % des tués pour
l’ensemble des usagers.
1257
574
539
Homme
4510
Au
t re
s
1429
TC
59
2
PL
VU
96
24
40
VT
M
ot
o
C
yc
lo
Pi
ét
on
Bi
cy
cl
et
te
292
176 125 142
24
13
39 % des hommes tués sont conducteurs de véhicule de tourisme et 9 % sont passagers, contre
respectivement 35 % et 28 % pour les femmes.
Femme
Hommes
Femmes
Part
Part
APAM
APAM
multifactoriel
multifactoriel
Vitesse
excessive ou
inadaptée
Alcool
Priorité
Autres causes
Stupéfiant
Cause
indéterminée
Inattention
Dépassement
dangereux
Malaise
Somnolencefatigue
Contresens
Changement
de file
Obstacle sur
voie circulée
Facteurs liés
au véhicule
Téléphone
Non respect
des distances
de sécurité
1364
34%
195
22%
904
483
463
399
23%
12%
12%
10%
92
171
140
35
10%
19%
16%
4%
343
9%
98
11%
264
7%
95
11%
174
4%
21
2%
127
3%
22
2%
82
2%
24
3%
80
2%
27
3%
78
2%
20
2%
66
2%
13
1%
40
1%
3
0%
23
1%
12
1%
23
1%
2
0%
Source : Auteurs présumés d’accident mortel sept 2014 à mars 2016
Les facteurs comportementaux d’accidents
Les facteurs comportementaux d’accidents sont
multiples. L’étude des auteurs présumés d’accident mortel (APAM) sur 18 mois (2014 2015)
montre que 82,5 % des APAM sont des hommes.
25 % des femmes APAM ont 65 ans et plus,
contre 15 % chez les hommes. D’après le BAAC
2014, 92 % des conducteurs alcoolisés impliqués
dans un accident mortel sont des hommes. 460
conducteurs ont été contrôlés positifs aux stupéfiants dans les accidents mortels. Parmi ces
conducteurs, 420 étaient des hommes (91 %).
En 2015, 69 050 permis ont été invalidés pour défaut de points. Les hommes représentent 86 %
des titulaires des permis invalidés en 2015. Le
nombre de points retirés est plus fort chez les
hommes (68 %).
D’après le ministère de la Justice, en 2013, les
femmes sont représentées dans 10,6 % de
l’ensemble des délits. Ce taux n'est que de 9,4 %
pour les délits liés à la sécurité routière mais il
varie d'une infraction à l'autre. Cette faiblesse du
taux de féminité est marquée dans les situations
de conduite malgré suspension (6 %) ou de
conduite sous l’emprise de stupéfiants (4,5 %).
La part des femmes est plus élevée dans les atteintes corporelles involontaires non aggravées
par l’alcool (23 % en cas de blessures, 18 % en
cas d’homicide). Le taux de féminité s’est accru
ces dernières années en matière de conduite en
état alcoolique, il est passé de 6 % en 2000 à
10 % en 2013.
ONISR – Accidentologie et différences de comportement entre hommes et femmes
1
Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière – 26 mai 2016
Accidentalité selon l’âge de la victime
Nombre d’enfants blessés hospitalisés
350
300
250
200
150
1 182
100
50
652
an
3 s
an
4 s
an
5 s
an
6 s
an
7 s
an
8 s
an
9 s
a
10 ns
a
11 n s
an
12 s
a
13 n s
an
14 s
an
s
<
2
1
1
an
an
0
Filles hospitalisées
Garçons hospitalisés
Jeunes de 18-24 ans tués selon leur place dans le
véhicule
Hommes
conducteurs
378
Femmes
conductrices
64
Hommes
passagers
89
Femmes
passagères
58
Personnes tuées de 75 ans et plus, selon l’âge, le sexe et
le mode de déplacement
50
80
134
18
18
32
s
Au
t re
s
VT
VT
sa
ge
r
on
du
ct
C
Pa
s
M
ot
o
yc
lo
C
Bi
cy
cl
et
te
2
2
20
Pi
ét
on
70
4
eu
rs
89
Homme
222
146
60-74 ans
45-59 ans
30-44 ans
0-14 ans
332
469
100
587
216
15-29 ans
En ce qui concerne les séniors de 75 ans et plus,
la répartition de la mortalité reflète les modes de
déplacement bien particuliers à cette classe
d’âge. Ces séniors représentent 36 % des piétons
décédés en 2015, soit 169 personnes. 80 femmes de 75 ans et plus sont décédées en tant que
piétonnes, ce qui représente 47 % des piétons de
plus de 75 ans décédés, alors qu’elles ne constituent que 32 % de la mortalité piétonne des
autres classes d’âge).
La proportion d’hommes parmi les décès est
particulièrement élevée entre 15 et 45 ans
(82 %), alors qu’elle est de 57 % pour les 75 ans
et plus.
Conducteurs tués par âge et par sexe : 2 473 décès
297
126
Sur l’ensemble des conducteurs impliqués dans
un accident corporel en 2015, 20 % sont des jeunes adultes (entre 18 et 24 ans), et 75 % d’entre
eux sont des hommes. Parmi les jeunes adultes
tués dans les véhicules, 75 % étaient conducteurs et 25 % passagers. Les jeunes passagères
représentent 39 % des jeunes passagers tués,
les jeunes conductrices représentent 14 % des
jeunes conducteurs tués.
Femme
Personnes tuées par âge et par sexe : 3 461 décès
75 ans et +
En 2015, 101 enfants (entre 0 et 14 ans) ont été
tués soit 3 % de la mortalité routière. 16 enfants
tués étaient des piétons (6 garçons et 10 filles),
62 étaient passagers de voiture de tourisme.
5 286 enfants sont enregistrés dans le fichier
BAAC comme blessés, soit 7,5 % de l’ensemble
des blessés enregistrés alors qu'ils représentent
18 % de la population. Dès l’enfance, la surreprésentation des hommes est notable : 62 % des
blessés sont des garçons. Le nombre de blessés
hospitalisés de 14 ans est plus fort chez les
garçons que chez les filles. Ce qui s’explique par
l’usage des cyclomoteurs dont le permis se passe
dès 14 ans. Le risque d’être blessé ou tué
augmente avec l’âge.
865
47
54
75 ans et +
57
60-74 ans
62
45-59 ans
67
30-44 ans
74
Hommes
Femmes
268
393
590
106
15-29 ans
0-14 ans
174
669
2
11
Conducteurs tués
Conductrices tuées
ONISR – Accidentologie et différences de comportement entre hommes et femmes
2
Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière – 26 mai 2016
Etudes et recherches
« Genre et rapport au risque : de la
compréhension au levier pour l’action »
L’étude de 2013 fait un état des lieux de la
connaissance sur le lien entre le sexe et
l’accidentalité et tente d’expliquer les différences
de comportements.
Le constat de la sur-représentativité des hommes
dans la mortalité routière est le même dans plusieurs pays occidentaux. Les conducteurs ont 2 à
3 fois plus de risque de mourir lors d’un accident
de la route que les conductrices.
Source : Françoise Cepas / Sécurité routière.
AVER
L’étude Accidentalité à Vélo et Exposition au Risque (AVER) a pour objectif l’estimation du risque
d’accident à vélo comparativement aux autres
modes. On retrouve dans les analyses des données sur le genre.
Les cyclistes femmes ont un risque environ 2 fois
plus élevé d’être blessé toutes gravités que les
cyclistes hommes, selon le nombre d’heures passées dans le déplacement. Il n’y a pas de sur-risque chez les piétons.
L’exposition au risque ne serait pas la seule variable explicative. En 1987, des chercheurs ont
montré que près d’un-tiers des jeunes hommes
prennent des risques pour le plaisir pendant la
conduite, c’est près de quatre fois plus que les
jeunes conductrices.
Aussi, les distinctions entre les hommes et les
femmes en accidentologie s’expliqueraient par la
tendance des hommes à enfreindre les règles. Ce
qui se retrouve dans le taux d’infractions relevées.
De plus, une étude de 2002 conclut que le type
d’accident dépend du sexe : les hommes seraient
davantage impliqués dans des accidents résultants de prises de risque (accidents avec dépassement ou perte de contrôle en courbe).
Source : Marie-Axelle Granie, « Genre et rapport au risque : de la
compréhension au levier pour l’action », Questions Vives [En ligne],
Vol.9 n°19 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 19
avril 2016. URL : http://questionsvives.revues.org/1273 ; DOI :
10.4000/questionsvives.1273
Cohorte GAZEL
Ratios d’incidence ajustés d’être blessé (toutes gravités) pour le
sexe, selon les heures passées, pour chaque type d’usagers.
Concernant le risque d’être blessé toutes gravités
des automobilistes, les femmes sont en sous-risque pour les accidents en solo et en sur-risque
pour les accidents avec antagoniste, qui ne dépendent donc plus d’elles seules. Les hommes
seraient en sur-risque d’accidents les plus graves : ce serait lié à une prise de risque plus importante des hommes sur la route.
Source : S. Blaizot, E. Amoros, F. Papon, M. Mouloud Haddak. Accidentalité à Vélo et Exposition au Risque (AVER) - Risque de traumatismes routiers selon quatre types d'usagers. 2012. <hal00768484>
Depuis 1989, l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) observe la cohorte GAZEL : des employés ou retraités d’EDFGDF volontaires, invités chaque année à remplir
un questionnaire. L’objectif est la collecte de données sur les problèmes de santé chroniques. Différentes études ont été menées depuis les années 2000.
Plusieurs résultats sur le genre ressortent, malgré
le fait qu’aucune étude ne traite spécifiquement
des distinctions entre les hommes et les femmes.
Les femmes auraient moins d’amendes, d’après
les réponses fournies par le panel.
Aussi, les femmes auraient un comportement
moins dangereux que les hommes.
ONISR – Accidentologie et différences de comportement entre hommes et femmes
3
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
1 863 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler