close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Brian et les Beach Boys

IntégréTéléchargement
ranulf
Brian et les Beach Boys
Publié sur Scribay le 27/05/2016
Brian et les Beach Boys
À propos du texte
J'ai choisi de vous parler de mon groupe fetiche. Faites moi-plaisir et écoutez
quelques-unes de leur chanson en me lisant et allez sur ce lien:
http://www.beachboys.fr/index.html De bons copains,vraiment... Merci
Licence
Tous droits réservés
L'œuvre ne peut être distribuée, modifiée ou exploitée sans autorisation de l'auteur.
Brian et les Beach Boys
Brian et les Beach Boys
Brian et Les Beach Boys
ou Le Sable de la Vie…
Les « Beach boys » Ce nom suscite aussitôt des sourires. Cela évoque des grandes
plages de sable fin, des vagues aussi azurs que le ciel, des filles à la peau brunie en
bikini, des voitures découvertes ou des vans rouges avec la planche sur le toit, de de
jeunes mecs bronzés, l'insouciance…
"409", "California Girls" nous reviennent en mémoire. " I get Around" bouscule "
surfin' USA".
C’était (et cela le reste- aussi une image de l’Amérique qu’on aime, celle des campus,
des feux de camps sur la plage.
Oui, les Beach Boys, c'est bien tout cela mais bien plus encore.
Partout, toujours un air des Beach boys m’évoque un épisode de ma vie.
Cela été un symbole de l'insouciance mais aussi du mal-être et du désir de jeter un
œil dans le rétro pour se souvenir de la fille brune aux longs cheveux dont l'on
effleurait les doigts doucement lors de la séance de cinéma du jeudi, c'était là
notre « Surfer Girl » à nous.
Ou alors je revois la copine que je retrouvais sur l’arrière de la banquette de la
voiture avec la moleskine qui vous collait aux fesses les longs jours d'été. Et là je
pense à « All Summer Long »
Et les longues promenades le soir sous les pins, l'été ? Là c'est « Surfer Moon » qui
m’accompagne.
Un symbole aussi de la chambre où l'on se réfugiait pour se remettre d'un chagrin
d'amour ( un homme ça ne pleure pas ), mais aussi de l' endroit où l'on alignait
maladroitement des vers de mirliton pour montrer son amour et tant pis si amour
rimait avec toujours ou plus encore avec pourtour. « In my Room » renferme ici tous
les secrets de mon cœur » ;
Il me suffit de penser à certains visages pour que « Forever » retentisse dans ma
mémoire.
C'est tout cela pour moi, Les Beach Boys . Plus encore que les Beatles où les Stones,
ils représentent ma jeunesse, mon insouciance mais aussi mon mal-être de l'époque.
3
Brian et les Beach Boys
On sait aujourd'hui que la plupart de ces petits chefs- d'oeuvre(et pourquoi petits
d'ailleurs?) ont été l’œuvre d'un seul homme, Brian Wilson, qu'il y a brûlé sa santé,
sa vie, sa famille. Qu'il a mis des années à revenir.
Car c’était lui, le compositeur, l'âme du groupe. Les autres ? C’était ses
accompagnateurs mais aussi eux qui rendaient possibles ces harmonies vocales qui
grimpaient pour se perdre dans les nuages blancs d’une marinée d’été.
Grave aussi à Dennis et Carl Wilson, Alan Jardine, Bruce Johnstone et même Mike
Love, le cousin, le vilain.
Ben oui, il a toujours un méchant dans les plus belles histoires et aux yeux de
beaucoup, Mike a souvent jouer ce rôle mais sans son énergie à mettre toujours le
groupe sur la route, à le faire tenir sur une scène que fuyait alors Brian, à y
reproduire les délicats points dentelle de son ami, le groupe aurait-il la même place
aujourd’hui dans le cœur du public ?
De nos jours Brian a retrouvé sa volonté de vivre sur scéne.
En 2007, il est passé à Paris dans cette superbe salle du grand Rex dont le style
rococo, kitsch et retro offrait un superbe écrin à toutes ces merveilles d'écriture et
d'harmonies. Alors bien sûr, la voix n'est plus ce qu'elle éteint. Les anges ont vieilli.
Mais l'espace de deux heures, le les oreilles bruissaient avec les vagues et on
cherchait une paire de lunettes du soleil pour nous protéger des rayons qui grillaient
la plage.
Alors, écoutez « Good Vibrations » et vous comprendrez pourquoi certains ont
qualifié cette musique de « symphonie de poche ».
Ayez aussi ne pensée pour Carl et Dennis les frères disparus de Brian qui manquent
tellement.
N'hésitez pas à aller revoir Brian quand il se produit seul, mais aussi les Beach Boys(
Mike love Et Bruce Johnstone en fait) que les autres survivants continuent seuls en
alignant les tubes immortels.
Faîtes une prière pour assister à une réunion totale des anciens comme celle qu’ils
avaient offert en 2012. C’était tellement beau, tellement triste que on a cru entendre
les fantômes de Carl et Dennis.
Ecoutez-les tout simplement et vous verrez que ce ne sont pas seulement des
musiques « sympas », des « témoins d'une « époque » , mais aussi de purs traces de
génie.
Si ce n'était cela pourquoi est-ce que « Pet Sounds » ou « Smile » à l'écoute vous
amène le sourire mais aussi vous serre le cœur.
« God only konws »….
4
Brian et les Beach Boys
5
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
72 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler