close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Balzac n`est pas mort

IntégréTéléchargement
Kemp
Balzac n'est pas mort
Publié sur Scribay le 26/05/2016
Balzac n'est pas mort
À propos de l'auteur
Si je monte au paradis un jour, j'aimerais qu'on m'y accueille par ces mots :
"La bibliothèque est au fond du couloir à gauche... et il y a du monde qui vous
attends."
Mes textes, parfois loufoques, parfois sérieux, sont souvent inspirés par mes
passions, les livres et la lecture, le jeux d'échecs, la musique, la science-fiction.
J'aime jouer avec les mots et voyager à travers toutes les époques et tout l'univers
grâce à l'écriture et à la lecture.
À propos du texte
Texte en réponse au défi de EmilieTheMazeFan "Rédigez un hommage à votre auteur
culte".
Licence
Tous droits réservés
L'œuvre ne peut être distribuée, modifiée ou exploitée sans autorisation de l'auteur.
Balzac n'est pas mort
Table des matières
Introduction
Balzac chez Bernard Pivot
3
Balzac n'est pas mort
Introduction
Balzac n'est pas mort
J'ai rencontré Balzac, il y a 52 ans en lisant l'article qui lui était consacré dans
l'encyclopédie "Tout l'univers". Vous savez, cette encyclopédie pour la jeunesse, avec
ses belles illustrations en couleurs dont les éditions modernes ne reproduisent que
de pâles imitations.
Ensuite, j'ai lu "La peau de chagrin" et "Illusions perdues", et j'ai subi de plein fouet
l'impact de l'oeuvre et de son auteur. Depuis l'onde de choc ne s'est pas atténuée et
Balzac m'accompagne partout où je vais.
J'aime Balzac parce que ses personnages ne sont pas simplement gentils ou
méchants; ils sont angéliques ou démoniaques. Ils ne sont pas chauds ou froids; ils
sont bouillants ou glacés. Ils ne sont pas amoureux ou indifférents; ils sont
passionnés ou impénétrables.
J'aime Balzac, pas seulement parce qu'il communique à ses personnages une énergie
qui les rend pittoresques et expressifs, mais tout simplement, parce qu'il leur donne
la vie.
Balzac a ouvert la voie au roman moderne, chacun le sait. Afin de décrire les mœurs
de son temps, il a créé un monde peuplé de plus de 2000 personnages. La vie de
Balzac est aussi un roman ou le personnage principal est successivement : clerc de
notaire, dramaturge, romancier, critique d'art, essayiste, journaliste, éditeur,
imprimeur, fondeur de caractère et infatigable voyageur. Sa vie trop courte l'a
empêché de mener à bien mille autres projets, tels que : l'exploitation de mines
argentifères en Sardaigne, la culture d'ananas dans sa maison des jardies à Sèvres,
l'exploitation des forêts d'Ukraine et bien d'autres entreprises encore.
Balzac avait ses entrées dans tous les milieux sociaux de son temps. Il a tout vu, tout
sentit, tout analysé, tout décrit et tout vécu. Grâce à son don de double vue et à sa
puissance d'observation, il pénétrait dans l'âme humaine et en décomposait tous les
constituants.
On reste stupéfait devant l'ampleur de son oeuvre : 91 romans écrits en une
trentaine d'année. Et quels romans ! Sur ce sujet on ne pourra pas dire mieux que
Victor Hugo dans son oraison funèbre à la mémoire d'Honoré de Balzac : "Tous ses
livres ne forment qu'un livre, livre vivant, lumineux, profond, où l'on voit aller et
venir et marcher et se mouvoir, avec je ne sais quoi d'effaré et de terrible mêlé au
réel, toute notre civilisation contemporaine...".
Cette oeuvre est le résultat d'un travail de forçat qui le tenait rivé à sa table de
4
Balzac n'est pas mort
travail parfois 18 heures par jour. On l'imagine en robe de chambre, la plume à la
main, devant une cafetière fumante. Il se maintenait éveillé par une consommation
abusive de café.
Dans son Traité des excitants modernes, Balzac écrit : "Le café tombe dans votre
estomac [...]. Dès lors, tout s'agite : les idées s'ébranlent comme les bataillons de la
Grande Armée sur le terrain d'une bataille, et la bataille a lieu. Les souvenirs
arrivent au pas de charge, enseignes déployées ; la cavalerie légère des
comparaisons se développe par un magnifique galop ; l'artillerie de la logique arrive
avec son train et ses gargousses ; les traits d'esprit arrivent en tirailleurs ; les figures
se dressent ; le papier se couvre d'encre, car la veille commence et finit par des
torrents d'eau noire, comme la bataille par sa poudre noire."
Je ne saurai prétendre ici faire une analyse de son oeuvre, encore moins expliquer
son génie, des volumes entiers y sont consacrés.
Cet essai n'est pas un travail d'écriture mais plutôt une compilation de portraits
rédigés par des amis ou des relations de Balzac. Cette manière d'aborder Balzac
n'ayant, à ma connaissance, pas d'équivalent dans l'exégèse balzacienne, j'espère
apporter ainsi une modeste contribution à son rayonnement.
Quel meilleur hommage pour Balzac, que de rassembler tous ces portraits pour
décrire un écrivain qui en a tant rédigé lui-même.
Pour conserver l'image laissée par Balzac, les textes des contemporains qui l'on
décrit, valent plus qu'une simple photographie. À la description physique s'ajoute la
peinture du caractère et de l'âme du grand romancier.
L'impression faite sur la rétine peut être restituée dans toutes ses nuances par
l'écriture, alors que l'empreinte qui se fige sur la pellicule n'est que l'écho d'un
instant sans souffle vital.
Laissez-moi vous conduire dans la galerie de portraits d'un homme aux mille visages.
Dans le dernier chapitre de cette étude, je vous révélerai le titre de l'ouvrage qui
selon moi, vous permettra de découvrir l'univers balzacien. Cette révélation ne sera
faite, seulement si vous consentez à prendre le risque de subir le choc qui fut le mien
il y a 50 ans.
à suivre...
5
Balzac n'est pas mort
Balzac chez Bernard Pivot
Balzac chez Bernard Pivot
Quel trésor ce serait de disposer d’un entretien de Balzac avec Bernard Pivot lors
d’une émission d’apostrophe propulsée en 1840 ? Nous n'avons pas cette pépite,
mais néanmoins, nous disposons de nombreux témoignages écrits, de lettres, de
dessins, caricatures et peintures de Balzac à différents âges et aussi d’un des
premiers daguerréotype. Cette photographie de Balzac prise en 1842 (reproduite en
illustration dans une version colorée), nous permet de nous faire une idée plus
précise de sa physionomie.
Cette anthologie est une invitation à remonter le temps. j'ai rassemblé (au fil de mes
lectures sur plusieurs années) un grand nombre de descriptions de Balzac faites par
ses contemporains : amis, relations d’affaires ou simple compagnon de voyage. Tous
ces portraits sont magnifiquement rédigés, parce qu’ils sont inspirés par un sujet
hors du commun, mais aussi parce qu’ils sont écrits par des hommes et des femmes
représentants l’élite littéraire et intellectuelle de l’époque. Ces textes sont extraits
de correspondances, journaux intimes, biographies, articles de presses et mémoires.
Si l’on compare les diverses descriptions faites à différentes époques par des auteurs
n’ayant pas forcément de liens entre eux, on constate que les mêmes termes et les
mêmes expressions sont souvent employées. Ainsi, Théophile Gautier se souvient de
sa première rencontre avec Balzac dont il dira qu’il avait « des yeux de souverain, de
voyant, de dompteur…». Expression également utilisée par Césare Cantu en 1837
« … œil de dompteur de fauves…. » (Gautier ne publiera son texte qu’en 1859).
Quant à l’éditeur de Balzac, Edmont Werdet il dit « Balzac m’aurait enlevé jusqu’à
mon dernier écu lorsque son œil noir, brûlant, fascinateur, plein de fluide
magnétique, se fixait sur moi ». L’ œil de dompteur n’est pas qualifié, mais il est
décrit dans ses effets ! Les exemples de ce type abondent.
Balzac est un monde à lui seul, et comme il l’écrivait à la duchesse d’Abrantès : « Je
renferme dans mes cinq pieds deux pouces toutes les incohérences, tous les
contrastes possibles ». Sa personnalité est faite de contrastes étonnants que l’on
retrouvera dans les descriptions.
Si du point de vue littéraire Balzac est un géant, il n'en est pas de même concernant
sa taille.
Le certificat du secrétaire général de la préfecture de la Seine, porte comme unique
indication du signalement de l’intéressé qu’il mesure : « Un mètre 655 millimètres
».(1)
6
Balzac n'est pas mort
Autoportrait
Commençons cette série par un autoportrait de Balzac à 26 ans.
Cette description que Balzac fait de lui-même sera utile pour apprécier les portraits
qui vont suivre.
1825 - Lettre de Balzac adressée à la duchesse d’Abrantès
« Je puis vous assurer, madame, que, si j’ai une qualité, c’est je crois celle que vous
me verrez le plus souvent refuser, celle que tous ceux qui croient me connaître me
dénient, c’est l’énergie…
… Je vous dirai que vous ne pouvez rien conclure de moi, contre moi, que j’ai le
caractère le plus singulier que je connaisse. Je m’étudie moi-même comme je
pourrais le faire pour un autre. Je renferme dans mes cinq pieds deux pouces toutes
les incohérences, tous les contrastes possibles, et ceux qui me croiront vain,
prodigue, entêté, léger, sans suite dans les idées, fat, négligent, paresseux,
inappliqué, sans réflexion, sans aucune constance, bavard, sans tact, mal-appris,
impoli, quinteux, inégal d’humeur, auront tout autant raison que ceux qui pourraient
dire que je suis économe, modeste, courageux, tenace, énergique, négligé,
travailleur, constant, taciturne, plein de finesse, poli, toujours gai. Celui qui dira
que je suis poltron n’aura pas plus tort que celui qui dira que je suis extrêmement
brave, enfin savant ou ignorant, plein de talents ou inepte ; rien de m’étonne plus de
moi-même. Je finis par croire que je ne suis qu’un instrument dont les circonstances
jouent.
Ce kaléidoscope-là vient-il de ce que le hasard jette dans l’âme de ceux qui
prétendent vouloir peindre toutes les affections et le cœur humain, toutes ces
affections mêmes afin qu’ils puissent par la force de leur imagination ressentir ce
qu’ils peignent et l’observation ne serait-elle qu’une sorte de mémoire propre à aider
cette mobile imagination ?. Je commence à le croire. »
Balzac s'est également dépeint au travers de la description de certains de ses
personnages par exemple Z. Marcas , Albert Savarus, David Séchard voir quelques
extraits page 274 du « Balzac : le forçat des lettres » de Gérard Gengembre (édition
Perrin 2013).
Balzac à 8 ans
Fiche d’inscription de Balzac au collège de Vendôme :
« Honoré Balzac, âgé de huit ans cinq mois [sic] a eu la petite vérole, sans
infirmités ; caractère sanguin, s’échauffant facilement, sujet à quelques fièvres de
chaleur. Entré au Pensionnat le 22 juin 1807. S’adresser à M. Balzac, son père, à
7
Balzac n'est pas mort
Tours. »
Balzac à 20 ans.
Jules de Pétigny,
châtelainnous
de Clénor,
de Blois,
qui
futunmembre
libre de
l’Académie
des Inscriptions,
a laissés près
de Balzac
à vingt
ans,
portrait piquant.
" Balzac avait dès lors une spécialité de laideur remarquable, malgré ses petits yeux
étincelants d'esprit. Une taille grosse et courte,d'épais cheveux noirs en
désordre,une figure osseuse,une grande bouche, des dents ébréchées et sa mise ne
l'éloignait pas moins que sa figure de l'homme de bonne fortune ".
Henry Monnier et Balzac se rencontrent pour la première fois au café de la Minerve,
en présence de Raisson et de Pierre-Joseph Rousseau.
« Je vis entrer, raconte Monnier, un homme jeune encore, mais d’un embonpoint déjà
très apparent, l’œil vif, la figure ronde et souriante, les mains dans les poches, la
démarche nonchalante, l’air d’un moine ou d’un paysan. » .
à suivre...
8
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
96 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler