close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

(2016-05)PDF - Nationale Bank

IntégréTéléchargement
2016-05-25
Liens:
NBB.Stat
Information générale
Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 2016
Léger affaiblissement de la confiance des chefs d’entreprise en mai
Le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique a quelque peu fléchi en mai, après deux mois de
hausse.
La confiance des chefs d’entreprise s’est uniquement tassée dans l’industrie manufacturière. Le climat des affaires s’est
en revanche redressé dans les services aux entreprises et le commerce. Dans la construction, l’indicateur continue de
progresser lentement.
Le repli observé dans l’industrie manufacturière est attribuable au jugement clairement plus négatif émis sur le niveau
des stocks, effaçant presque totalement l’appréciation favorable du mois précédent.
Dans les services aux entreprises, le regain d’optimisme a surtout porté sur l’appréciation et les prévisions relatives à
l’activité propre des firmes sondées, permettant ainsi à l’indicateur de regagner sa valeur de décembre 2015.
Quant aux commerçants, ils s’attendent principalement à une hausse de la demande au cours des trois prochains mois.
Dans la construction, enfin, le carnet de commandes s’est renforcé et a en outre fait l’objet d’une appréciation plus
positive.
Indicatrice de la tendance conjoncturelle sous-jacente, la courbe synthétique globale lissée s’est stabilisée.
Indicateurs conjoncturels
Courbe
1
synthétique lissée
Courbe synthétique brute
1
avril
mai
variation en
variation en
2016
2016
points
points
Industrie manufacturière
-4,9
-6,3
-1,4
0,0
Services aux entreprises
10,8
12,7
1,9
0,0
Construction
-3,2
-2,6
0,6
1,1
Commerce
-7,2
-4,6
2,6
0,3
Courbe synthétique globale
-2,4
-2,8
-0,4
0,0
Par rapport à la courbe brute, la courbe lissée affiche un retard de 2 mois pour la courbe globale et de 4 mois pour les branches d'activité.
Source: BNB.
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE - 1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
Numéro d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
2
MAI 2016
GRAPHIQUE 1 - COURBES SYNTHETIQUES
COURBE SYNTHETIQUE GLOBALE
20
NCS
10
0
-10
-20
-30
2011
2012
2013
2014
2015
INDUSTRIE MANUFACTURIERE
2016
SERVICES AUX ENTREPRISES
30
20
NS296
NS975
10
20
0
10
-10
0
-20
-10
-20
-30
2011
2012
2013
2014
2015
2011
2016
2012
CONSTRUCTION
2013
2014
2015
2016
2015
2016
COMMERCE
20
20
NS707
NS914
10
10
0
0
-10
-10
-20
-20
-30
-30
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Séries dessaisonalisées et lissées
2011
2012
2013
2014
Séries dessaisonalisées
Source: BNB
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE-1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
Numéro d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
3
COURBES SYNTHETIQUES ET LEURS COMPOSANTES
TABLEAU 1
Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation''
ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou
''inférieur à la normale'' (-).
Série brute
Série lissée
1980-2016 1
Min. Max. Avg.
Fév.
2016
Mars Avril
Mai
2015
Déc. Jan.
2016
Fév.
Mars
Courbe synthétique globale
- 31,8
+ 9,2
- 7,6
- 6,6
- 4,2
- 2,4
- 2,8
- 3,2
- 3,3
- 3,9
- 3,9
Courbe de l'industrie manufacturière
- 34,3
+ 6,0
- 10,7
- 11,2
- 7,9
- 4,9
- 6,3
- 6,3
- 6,3
.
.
Appréciation du carnet de commandes total
- 56,0
+ 10,0
- 22,0
- 28,4
- 20,2
- 15,8
- 16,2
- 17,0
- 17,8
.
.
Appréciation du niveau des stocks ²
Prévisions de l'emploi
- 12,9
+ 25,0
+ 6,3
+ 7,3
+ 8,4
+ 1,6
+ 7,9
+ 3,7
+ 4,1
.
.
- 36,0
+ 8,0
- 9,0
- 6,6
- 4,6
- 4,1
- 4,1
- 3,8
- 3,9
.
.
Prévisions de la demande
- 37,0
+ 15,0
- 5,3
- 2,6
+ 1,8
+ 1,9
+ 2,9
+ 0,1
+ 0,6
.
.
- 41,7
+ 34,0 + 10,5 + 10,5 + 11,2 + 10,8 + 12,7 + 10,7 + 10,7
.
.
- 54,4
- 32,0
- 43,0
+ 20,0 - 5,1
- 2,4
+ 2,9 + 0,1 + 2,6
- 0,9
- 0,8
+ 51,7 + 23,3 + 28,2 + 23,7 + 26,5 + 28,8 + 23,2 + 24,5
+ 45,0 + 14,6 + 5,9 + 7,0 + 5,8 + 6,6 + 8,7 + 8,2
.
.
.
.
.
.
- 39,0
+ 24,3
Evolution du carnet de commandes
Evolution du matériel utilisé
- 52,0
+ 40,0
- 19,4
+ 24,0
Appréciation du carnet de commandes
- 74,0
+ 30,0
Prévisions de la demande
- 39,0
Courbe du commerce
Courbe des services aux entreprises
Appréciation de l'activité exercée
Prévisions de l'activité
Prévisions de la demande du marché
Courbe de la construction
- 7,7
- 4,1
- 3,9
- 3,2
- 2,6
- 5,6
- 4,5
.
.
- 5,0
- 2,9
+ 1,5
+ 0,6
+ 4,5
- 2,9
- 1,3
.
.
+ 1,9
+ 2,9
- 3,3
- 2,3
- 3,8
- 3,5
- 3,0
.
.
- 24,3
- 16,2
- 14,8
- 10,7
- 9,4
- 16,1
- 14,9
.
.
+ 21,0
- 3,4
- 0,1
+ 0,8
- 0,2
- 1,9
- 0,2
+ 0,1
.
.
- 28,6
+ 16,0
- 1,9
- 5,1
- 4,1
- 7,2
- 4,6
- 5,6
- 5,3
.
.
Prévisions de l'emploi
- 18,4
+ 18,0
+ 2,0
- 4,2
- 1,0
- 4,2
- 4,3
- 5,5
- 4,9
.
.
Prévisions de la demande
- 40,0
+ 29,0
+ 0,4
- 0,5
- 0,3
- 3,5
+ 2,5
+ 0,2
- 0,2
.
.
Prévisions des commandes aux fournisseurs
- 39,0
+ 15,0
- 7,1
- 10,5
- 11,2
- 13,8
- 11,9
- 11,6
- 11,3
.
.
1
Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier 1980.
2
Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant
à l'enquête. Pour le calcul de la courbe, le signe de cet indicateur est inversé.
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE-1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
Numéro d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
4
AUTRES INDICATEURS DE L'ENQUÊTE SUR LA CONJONCTURE
TABLEAU 2
Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation''
ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou
''inférieur à la normale'' (-).
Série brute
1980-2016 1
Min. Max. Avg.
Fév.
2016
Mars Avril
Série lissée
Mai
2015
Déc. Jan.
2016
Fév.
Mars
Industrie manufacturière
Evolution du rythme de production
- 33,0
+ 20,0
- 0,9
- 0,5
+ 4,8
+ 4,1
- 1,1
- 2,5
- 1,9
.
.
Evolution des commandes intérieures
- 35,0
+ 16,0
- 7,9
- 14,4
- 3,4
- 5,1
- 13,5
- 7,0
- 7,4
.
.
Evolution des commandes extérieures
- 44,0
+ 30,0
- 2,9
- 3,2
- 0,5
+ 6,5
- 3,0
- 3,8
- 1,9
.
.
Appréciation du carnet de commandes étranger
- 61,0
+ 10,0
- 23,6
- 27,6
- 17,9
- 14,1
- 8,7
- 17,6
- 17,8
.
.
Evolution des prix
- 21,0
+ 24,0
+ 0,8
- 10,4
- 9,2
- 4,3
- 3,0
- 8,8
- 8,3
.
.
Prévisions des prix
- 24,0
+ 43,0
+ 6,8
- 7,4
- 1,3
+ 2,3
+ 6,9
- 1,8
- 1,6
.
.
70,1
84,6
78,9
-
-
79,4
-
+ 4,0
+ 5,0
+ 5,9
+ 3,7
Degré d'utilisation des capacités
(en pct. des capacités de production totales)
Source : enquête trimestrielle sur les capacités
de production
Services aux entreprises
Evolution de l'activité
Evolution de l'emploi
Prévisions de l'emploi
Evolution des prix
Prévisions des prix
- 38,0
- 49,4
+ 37,0 + 10,1
+ 34,0 + 6,6
+ 32,9
+ 20,1
+ 15,8
+ 24,2
+ 16,7
+ 9,6
+ 9,5
+ 5,5
.
.
.
.
- 35,0
- 15,8
- 13,0
+ 48,0 + 17,3 + 27,2 + 21,2
+ 12,0 + 1,5
- 6,8
- 7,4
+ 30,0 + 6,2 + 9,1 + 10,2
+ 23,5
+ 2,5
+ 14,7
+ 23,3 + 23,5 + 23,6
+ 4,5 + 0,1 + 0,2
+ 11,1 + 6,9 + 7,8
.
.
.
.
.
.
- 44,0
+ 34,7
- 5,0
- 2,9
+ 3,7
+ 3,9
+ 9,0
+ 0,2
+ 1,2
.
.
- 38,0
+ 22,0
- 5,5
- 3,8
- 13,0
- 7,5
- 4,7
- 4,6
- 4,1
.
.
- 50,0
+ 30,0
- 5,8
- 10,7
- 3,5
+ 0,9
+ 2,9
- 5,8
- 4,1
.
.
- 27,1
+ 32,0
- 2,2
- 10,8
- 7,7
- 9,9
- 4,2
- 9,2
- 8,5
.
.
- 20,6
+ 46,0
+ 5,2
- 8,4
- 5,7
- 4,2
- 1,6
- 4,6
- 4,4
.
.
- 46,0
+ 43,0
+ 0,6
- 12,7
- 3,9
- 12,9
- 8,7
- 3,6
- 5,5
.
.
- 41,0
+ 28,0
- 8,4
- 26,8
- 9,7
- 15,0
- 7,6
- 14,7
- 15,1
.
.
- 12,9
+ 32,0 + 12,2 + 16,0 + 13,5
+ 8,4
+ 8,7
+ 11,4 + 12,2
.
.
- 20,0
+ 50,0
+ 2,0
- 7,8
+ 10,6
+ 6,7
+ 4,2
+ 5,1
+ 5,7
.
.
- 11,0
+ 66,2 + 11,6
+ 5,1
- 0,8
+ 5,1
+ 5,5
+ 5,1
+ 4,2
.
.
Construction
Evolution de l'activité
Evolution de l'emploi
Prévisions de l'emploi
Evolution des prix
Prévisions des prix
Commerce
Evolution des ventes
Appréciation portée sur les ventes
Appréciation du niveau des stocks ²
Evolution des prix
Prévisions des prix
1
Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier 1980.
2
Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant
à l'enquête.
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE-1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
Numéro d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
5
Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur les conditions de crédit - avril 2016
Méthodologie relative à l’indicateur sur la “perception de la contrainte de crédit” par les entreprises
Depuis février 2014, la Banque nationale de Belgique (BNB) publie un nouvel indicateur dans le cadre de l'enquête
trimestrielle sur les conditions de crédit qu'elle mène auprès des entreprises. Ce nouvel indicateur sur la “perception de
la contrainte de crédit” présente le pourcentage d’interprétations défavorables des entreprises sur les conditions de
crédit actuelles. Sur le plan des propriétés statistiques, cet indicateur apparaît comme plus intéressant qu’un indicateur
qui aurait présenté le pourcentage d’interprétations favorables ou le solde entre les appréciations favorables et
défavorables. Le nouvel indicateur est, en outre, simple à interpréter, car sa croissance signifie que les entreprises
considèrent que les conditions de crédit se durcissent et inversement. Enfin, il suit l’approche du “credit constraint
indicator” publié mensuellement depuis 2003 par l’institut allemand de recherche économique IFO.
L'indicateur de perception de la contrainte de crédit compilé par la BNB est disponible, à une fréquence trimestrielle,
depuis janvier 20091.
L’indicateur de perception de la contrainte de crédit poursuit sa tendance baissière en avril
Il ressort de l’enquête trimestrielle sur l’évaluation des conditions de crédit menée auprès des entreprises en avril 2016
que les conditions générales d’accès au crédit bancaire se sont encore assouplies. L’indicateur global de perception de
la contrainte de crédit a diminué de 8,8 % en janvier à 7,6 % en avril.
Par rapport à l’enquête précédente, les résultats par branche d’activité indiquent que les conditions de crédit ont été
jugées moins restrictives dans l’ensemble des secteurs. L’assouplissement a été le plus marqué dans la construction
(baisse de 11,3 % à 8,6 %) et dans l’industrie manufacturière (de 6,2 % à 4,9 %), où l’indicateur a atteint un plancher
historique. Dans les services aux entreprises, une amélioration limitée a été notée (de 10,8 % à 10,1 %).
La ventilation par taille d’entreprises révèle que les conditions de crédit ont été perçues comme moins strictes dans
toutes les catégories d’entreprises. Les entreprises comptant entre 250 et 499 salariés sont celles qui font actuellement
état des conditions les moins contraignantes (de 4,9 % à 2,7 %).
1
GRAPHIQUE 2 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT - INDICATEUR GLOBAL
50
40
30
20
10
2008
2007
2006
2005
0
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit.
1
Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes.
___________________________
1 Les résultats de l'enquête trimestrielle, menée auprès des entreprises, sur les conditions de crédit sont intégrés et commentés dans le
communiqué trimestriel de l'Observatoire du crédit aux sociétés non financières et ce, à l'instar des résultats belges de l'ESCB-Bank
Lending Survey (http://www.nbb.be/doc/DQ/BLS/fr/BLS_home.htm).
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE-1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
N° d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
6
GRAPHIQUE 3 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT1 - PAR BRANCHE D'ACTIVITÉ
60
50
40
30
20
10
2009
2008
2007
2006
2005
0
2010
Industrie manufacturière
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2015
2016
Construction
Services aux entreprises
Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit.
1
Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes
GRAPHIQUE 4 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT1 - PAR TAILLE D'ENTREPRISES2
60
50
40
30
20
10
2008
2007
2006
2005
0
2009
Petites
2010
2011
Moyennes
2012
2014
2013
Grandes
Très grandes
Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit.
1
2
Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes.
Petites = 1-49 travailleurs; moyennes = 50-249 travailleurs; grandes = 250-499 travailleurs; très grandes = 500 travailleurs
et plus.
TABLEAU 3
INDICATEUR DE PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT
2
Indicateur global
1
04-2015
07-2015
10-2015
01-2016
04-2016
12,5
11,8
9,8
8,8
7,6
8,4
16,0
14,5
6,5
17,7
7,6
6,5
12,4
13,0
6,2
10,8
11,3
4,9
10,1
8,6
13,8
9,2
1,3
8,0
12,1
6,6
3,5
3,9
11,5
5,7
8,5
2,4
10,4
5,2
4,9
4,9
9,4
3,6
2,7
3,9
Par branche d’activité
Industrie
Services aux entreprises
Construction
3
Par taille d’entreprises
Petites
Moyennes
Grandes
Très grandes
1
2
3
Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes.
Moyenne pondérée de l’industrie manufacturière, des services aux entreprises et de la construction (critère de pondération: total des dettes
contractées auprès des établissements de crédit). A l’intérieur des branches d’activité, les réponses des entreprises ne sont toutefois pas
pondérées.
Petites = 1-49 travailleurs; moyennes = 50-249 travailleurs; grandes = 250-499 travailleurs; très grandes = 500 travailleurs et plus.
Communication
Banque nationale de Belgique s.a.
boulevard de Berlaimont 14
BE-1000 BRUXELLES
tél. + 32 2 221 46 28
www.nbb.be
N° d'entreprise:
0203.201.340 - RPM Bruxelles
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
663 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler