close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Alger - La Nouvelle République

IntégréTéléchargement
NR
Gaz : l’Algérie,
un «fournisseur
clé» pour
l’Europe
La
LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE
WWW .lnr-dz.com
p. 4
Quotidien d’information indépendant - n° 5555 - Lundi 23 mai 2016 - Prix : 10 DA
L’ E D I T O D E
Bachir Medjahed
Les unités nationales
en question
’Algérie n’a bien sûr pas intérêt, vraiment aucun intérêt, à
ce qu’au Mali, l’amorce du processus de désintégration de l’union
nationale malienne aille jusqu’à
son aboutissement, c'est-à-dire la
sécession. Pas intérêt également à
ce que la Libye voisine connaisse le
même sort. Même préoccupation à
l’égard de la Tunisie. Sinon, c’est
un processus de fission non contrôlable, non maîtrisable que durant
la colonisation et irréversible.
Le droit international va alors
changer multipliant les guerres
civiles. On va invoquer les mêmes
concepts que ceux utilisés durant
les colonisations. Le droit des
peuples à disposer d’eux-mêmes,
c'est-à-dire à recouvrer leur souveraineté par un processus de
décolonisation. Cette fois-ci, il ne
s’agit plus de réclamer l’intégration
par la soumission et par l’assimilation, mais d’exercer le droit à faire
sécession comme traduction du
droit des peuples à disposer d’euxmêmes donc à être maîtres de leur
destinée.
N’est-ce pas que pour casser un
pays, le rendre inoffensif, détruire
sa cohésion, le mener vers sa
désintégration, ou à tout le moins
vers une guerre civile interminable,
il n’est plus utile de l’envahir, il
suffit de manipuler les facteurs
confessionnels, identitaires et ainsi
le plonger dans le chaos, avec
l’idée qu’en réalité, il ne peut pas
y avoir un chaos reconstructeur.
Pour détruire un pays, le mener
vers sa désintégration, il faudrait
ethniciser ses relations internes.
Dès lors qu’il y a «ethnicisation»,
on conjugue le péril de la fragmentation.
Un dangereux précédent après le
cas soudanais où la révolte du Sud
contre le Nord a provoqué la perte
de l’union territoriale. Le Soudan
Sud s’est séparé du Soudan Nord et
a acquis son indépendance. On dit
que le président soudanais a été
très fragilisé par le mandat d’arrêt
international émis par la Cour
pénale internationale. On dit également que cette scission était préméditée par les colons britanniques
qui géraient le Nord musulman et
le Sud chrétien comme s’il s’agissait de deux peuples différents.
L’alliance opérée par le général
président soudanais avec les islamistes menés par Tourabi avait
davantage encouragé le Sud chrétien à se révolter contre la volonté
du Nord islamiste à imposer la
charia au Sud chrétien.
L
Championnat
amateur :
le RCK assure
le maintien
p. 24
©New Press
e Forum d’affaires
algéro-britannique :
trois accords à la clé p. 2
CULTURE
Kindil El-Bahr
d’Ounouri :
la révolte
d’une femme
méduse
p. 13
actuel
Le chiffre du jour
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
Plus de 3 000 détenus candidats aux épreuves du baccalauréat.
2
algérie-espagne
éducation
solidarité
aujourd’hui
Recherche scientifique
Signature d’un nouveau
mémorandum d'entente.
Baccalauréat
Plus de 771 000 cartes d'identité
biométriques conçues au profit
des candidats.
Concours
2 édition du Prix national
de lutte contre les violences
faites aux femmes.
ARPT : résultat de l’appel
à la concurrence de la 4G
mobile.
E
2e Forum d’affaires algéro-britannique
REPÈRE
Trois accords à la clé
Abdelkader Messahel
participe à la rencontre
internationale sur la
sécurité
, L’Algérie et le
Royaume-Uni ont de
bonnes relations sur le
volet politique et tentent
de renforcer leur partenariat dans le domaine économique afin d’établir un
environnement opportun
pour les entreprises des
deux pays qui ont la volonté d’investir l’un dans
l’autre.
La 2e édition du forum algéro-britannique s’est tenue, hier à Alger,
co-présidée par le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, et le représentant du Premier ministre britannique, Lord Risby. Prenant
part à cette rencontre, le ministre
délégué britannique du Trésor,
Greg Hands, a déclaré que «prochainement, trois accords de coopération vont être signés entre
l’Algérie et la Grande-Bretagne
dans les domaines fiscal, des
échanges entre les chambres de
commerce des deux pays et de
l’éducation». Ce sont trois accords
qui viennent renforcer le partenariat tant souhaité entre les deux
parties. Le premier contrat
concerne un traité de non double
imposition entre les deux pays
qui permettra de renforcer la présence des entreprises britanniques en Algérie et vice-versa.
Ce traité fiscal devrait entrer en vigueur en janvier 2017 en Algérie
et en juin 2017 en Grande-Bretagne, a expliqué le même responsable. Le second accord sera
signé entre les deux Chambres
de commerce et d’industrie des
deux pays pour offrir à leurs opérateurs un cadre de travail propice à l’échange et au partenariat. En ce qui concerne le troisième accord, il s’agit dune
ouverture d’une école britannique internationale en Algérie,
qui proposera un enseignement
en langue anglaise et en offrant à
ses élèves les programmes scolaires britannique et algérien, a
souligné Greg Hands.
L’Algérie, un environnement
propice à l’investissement
Les efforts consentis par les pouvoirs publics afin de sortir d’une
dépendance aux hydrocarbures
suite à la chute des prix du pétrole, en se basant sur une économie émergente et diversifiée
font que le pays devient un espace encourageant pour l’investissement que ce soit pour les entreprises nationales ou étrangères.
Le gouvernement ne cesse d’exprimer sa volonté d’agrandir le
partenariat entre différents pays
dans l’investissement à différents
volets, industrie, agriculture,
n Une vue du Forum, hier. (Photo > New Press)
Dans un entretien à la Chaîne III :
le DG du CDER fait le point sur
les énergies renouvelables
? Dans un entretien accordé à la Chaîne III de la Radio nationale dont il était
l’invité de la rédaction, le Pr Noureddine Yassa, directeur général du Centre de
développement des énergies renouvelables (CDER), a fait savoir que selon les études
qui ont été faites, les opérateurs qui se lancent dans les énergies renouvelables en
Algérie peuvent au bout de cinq ans avoir un retour sur investissements grâce aux
tarifs de rachat par l’Etat de l’électricité produite. Il annonce des mesures
d’incitation pour les petites centrales de moins d’un mégawatt avec une subvention
pour les équipements comme cela a été fait pour les chauffe-eau solaires (45%), les
kits solaires pourraient être subventionnés à hauteur de 45% pour catalyser le
déploiement du renouvelable. Les centrales solaires construites servent pour la
recherche, fait-il observer.
A ce sujet, il fait savoir que les rendements de ces centrales sont exceptionnels, deux
fois plus grands que les mêmes centrales installées dans les pays nord-européens. Il
estime qu’il faut passer maintenant à la phase d’intégration industrielle. Le Pr Yassa
souhaite que dans le cahier des charges des opérateurs soient incluses la clause de
formation (techniciens et main-d’œuvre locale) et l’obligation d’investir dans la
fabrication des équipements. Il fait observer qu’il y a, dans le monde, une croissance
de 8% dans le photovoltaïque, de 7% dans l’éolien. Il cite les exemples de pays où
le renouvelable a commencé à gagner du terrain par rapport au nucléaire, au
charbon ou à d’autres sources fossiles. Il évoque la sécurité énergétique, la 3e
révolution industrielle, la lutte contre le changement climatique, l’exigence
d’approvisionner la population en énergie. Il cite également les déchets qui peuvent
être valorisés comme source d’énergie. Il appelle à des efforts d’économie d’énergie
et pour l’efficacité énergétique. Il fait savoir que le classement établi par l’Agence
internationale des énergies renouvelables, dans son rapport annuel publié en avril,
en termes de déploiement de l’énergie solaire photovoltaïque, place l’Algérie en
deuxième après l’Afrique du Sud, devançant de loin les pays voisins. En outre,
ajoute-t-il, l’Algérie a fait ses réalisations avec des fonds propres et non pas avec des
dons ou des financements extérieurs. le Pr Yassa suggère la création d’un fonds vert
national qui serait alimenté à partir des taxes environnementales (déchets, qualité
de l’air, etc.) pour financer les projets d’énergie verte.
Dans cet entretien, le Pr Yassa est revenu sur la transition énergétique fondée sur les
énergies renouvelables, dans laquelle se trouve l’Algérie. Il estime que le rang de
«priorité nationale» accordé au programme de développement des énergies
renouvelables signifie que tous les secteurs d’activités doivent s’engager dans ce
programme par des stratégies qui intègrent cet objectif dans leurs plans d’action
(énergie, industrie, habitat, transports, ressources en eau…).
Lakhdar A.
santé…etc.. Cette politique a été
affirmée, hier, en marge du forum
algéro-britannique, où le ministre
de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, a souligné la volonté de l’Algérie pour un
partenariat avec le Royaume-Uni
qui s'inscrit en droite ligne avec la
politique nationale de diversification économique.
Dans son allocution d’ouverture,
le premier responsable du secteur de l’industrie a lancé un
appel aux entreprises britanniques pour saisir les opportunités d’investissement en Algérie,
mettant en valeur les secteurs industriels créateurs de valeur ajoutée et d’emplois, en dehors des
hydrocarbures dans une logique
d’import-substitution.
Dans ce sens, le ministre de l’Industrie a mis le point sur la volonté du gouvernement algérien
pour sortir de la dépendance visà-vis des hydrocarbures et à créer
les conditions d’une économie
diversifiée, compétitive, ouverte,
et en phase avec les évolutions
structurelles de l’économie mondiale. Abdesselam Bouchouareb
a présenté comme exemple les
filières structurantes à forte valeur ajoutée telles les industries
électriques et électroniques, l’industrie mécanique et les systèmes de transport, les industries
du numérique, les secteurs de valorisation des ressources naturelles et les industries manufacturières. Comme filière de l’avenir,
le ministre de l’Industrie a évoqué les énergies renouvelables,
le tourisme et l’agriculture qui re-
Le ministre des Affaires
maghrébines, de l’Union
africaine et de la Ligue des Etats
arabes , Abdelkader Messahel,
est aujourd’hui en République
de Tchétchénie pour participer à
la 7e édition de la rencontre
internationale des hauts
responsables des questions de
sécurité qui se tiendra jusqu’au
25 mai. Cette rencontre est
organisée annuellement par la
Fédération de Russie avec pour
objectif de débattre des
principales questions
sécuritaires internationales,
selon un communiqué du
ministère des Affaires
étrangères. Cette année, l’ordre
du jour porte sur les questions
de lutte contre l’extrémisme
violent et le terrorisme, la
migration et les mécanismes de
protection et de promotion de la
paix internationale, a relevé la
même source, ajoutant que de
nombreux pays y prendront part
au niveau ministériel. Cette
rencontre vient dans une
conjoncture difficile où de
nombreux pays se retrouvent
dans une situation sécuritaire
risquée que ce soit pour cause
de guerre civile ou qu’il se
trouve dans une région instable,
telle l’Algérie et à l’instar de la
Tunisie, la Libye et les pays du
Sahel qui font face à une
situation sécuritaire avec
beaucoup de difficultés.
Abdelkader Messahel, qui prend
part à cette rencontre à Grozny,
à l’invitation de Nicolaï
Patruchev, secrétaire du Conseil
national de sécurité de la
Fédération de Russie, fera à
cette occasion, une présentation
de l’expérience algérienne en
matière de dé-radicalisation et
de la lutte antiterroriste. Pour
rappel, l’Algérie et la Fédération
de Russie sont membres
fondateurs du Forum mondial
de lutte contre le terrorisme.
Zahra K.
présentent des priorités pour lesquelles le gouvernement le gouvernement est disposé à fournir
toutes les aides et l’accompagnement nécessaires.
«Nous encourageons nos partenaires à déployer dans notre pays
des activités intenses en technologie, à participer au développement de l’ingénierie de la fabrication d’équipements et de la recherche-développement
en
partenariat avec nos entreprises
publiques et privées», a-t-il affirmé.
Zahra Kefane
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
actuel
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
3
Examen de fin de cycle primaire
D R O I T S D E L’ H O M M E
«Le taux de réussite avoisinera les 100%»
, Plus de 700 000 élèves
répartis sur plus de 13 000
centres d'examen ont
passé, hier, l'épreuve de
l'examen de fin de cycle
primaire. Ces élèves âgés
pour la plupart de 8 à 10
ans n’ont pas eu à se déplacer dans d’autres établissements puisque la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, a décidé
que la tenue de cet examen soit dans leurs établissements scolaires.
Le coup d'envoi de ces épreuves
a été donné, à partir d’Illizi, par la
ministre de l'Education nationale,
Nouria Benghebrit, soulignant que
cet examen s’est déroulé dans de
bonnes conditions.
La ministre de l'Education nationale a indiqué que les élèves passeront cette année les examens
dans leur établissement de scolarisation afin de les mettre à l'aise
du point de vue psychologique,
estimant que cette nouvelle mesure augmente les chances de
réussite. Dans le cadre de renforcer le processus du bon déroule-
n Des candidats en plein examen. (Photo > New Press)
ment des examens de fin de cycle
primaire, les sujets d'examens ont
été acheminés par voie aérienne
et toutes les autorités compétentes ont été mobilisées pour
que l'opération se déroule en
toute sécurité.
Les sujets sont actuellement au niveau des centres d'examens dont
le nombre est de 13 118 à travers
tout le territoire national. Dans
un autre contexte, la première
responsable du secteur a affirmé
que la session de rattrapage de
l'examen de fin de cycle primaire
a été annulée et que le taux de
réussite avoisine les 100%. Mme
Benghebrit a exprimé sa reconnaissance aux membres de la famille éducative pour leur engagement et leur dévouement dans
le travail, et aux autorités sécuritaires pour avoir acheminé les sujets de l'examen en toute sécurité
notamment dans les wilayas du
sud dont Illizi où l'on compte 1
576 candidats répartis à travers
42 centres d'examen. La ministre a salué la hausse du taux
des candidates à cet examen
dans cette wilaya (753 candidates) et du nombre de centres
d'examen qui est passé de 11
l'année dernière à 42 centres
cette année.
Un total de 705 460 élèves, dont
366 057 garçons et 339 403 filles,
ont passé l'examen de fin de
cycle primaire dans 13 118
centres d'examen à travers tout
le territoire national. 91 800 encadreurs et 14 000 enseignantscorrecteurs sont prévus pour
cet examen. 10 centres de regroupement pour le codage, 59
centres de correction et 3
centres de regroupement pour
l'annonce des résultats sont réquisitionnés à travers le territoire national. Pour rappel, la
ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a appelé samedi à Illizi ,à la nécessité
de garantir les moyens matériels nécessaires pour assurer
une bonne scolarisation, et de
lutter contre la déperdition scolaire et le redoublement des
classes, notamment à Illizi.
Soumia L.
BRÈVE
BAC 2016
Généralisation de l’enseignement de tamazight
Plus de 3 000 détenus
candidats aux épreuves
En bonne voie, selon le SG du HCA
Quelque 3 257 détenus se
présenteront aux épreuves du
baccalauréat et 7 066 à celles du
BEM pour les sessions de mai 2016
qui se dérouleront dans les
établissements pénitentiaires agréés
par le ministère de l'Education
nationale, a indiqué, hier
dimanche, un communiqué du
ministre de la Justice. 7 066 détenus
sont candidats à l'examen du BEM
dont les épreuves débuteront le 24
mai 2016 à travers 41 établissements
pénitentiaires et 3 257 autres se
présenteront à l'examen du
baccalauréat qui débutera le 29 mai
courant à travers 40 établissements
pénitentiaires agréés par le
ministère de l'Education nationale.
Ces examens, dont le coup d'envoi
sera donné à partir de
l'établissement de rééducation et
réadaptation de Koléa, sont
organisés sous la supervision de
l'Office national des examens et
concours (Onec) et encadrés par les
fonctionnaires du secteur de
l'éducation nationale, selon les
dispositions de la convention signée
entre les ministères de la Justice et
de l'Education. 41410 détenus
poursuivent leurs études dans les
différents cycles d'enseignement
pour la session 2015-2016, dont 32
796 détenus sont inscrits au système
d'enseignement à distance, 997 à
l'enseignement supérieur et 7 617
poursuivent des cours
d'alphabétisation. Les candidats ont
suivi des cours de soutien assurés
par 720 enseignants pour préparer
les examens de fin de cycle.
R. N.
,Intervenant lors d’une conférence de presse qu’il a animée au
siège de la wilaya de Annaba, le secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA) Si El
Hachemi Assad, a annoncé la
tenue d’un colloque international
sur le thème «Jugurtha affronte
Rome». La manifestation est prévue pour se dérouler du 20 au 22
août au théâtre Azzedine-Medjoubi
de Annaba. Dans les propos qu’il
a tenus en fin d’après-midi de ce
dernier samedi en présence du
wali de Annaba Youcef Cherfa, le
SG du HCA, Assad, a abordé plusieurs aspects des activités de son
institution.
Il devait préalablement souligner
l’importance que revêt l’organisation du colloque. Notamment
les communications dont le dernier délai de dépôt est fixé au 14
juillet prochain. «La généralisation
de l’enseignement de la langue tamazight à travers l’ensemble des
wilayas du pays et la tenue du colloque sur Jugurtha serviront à la
consolidation de l’unité du pays»,
a affirmé Si El Hachemi Assad. Il devait par la suite répondre à des
questions sur ledit colloque et sur
la généralisation de l’enseignement de tamazight en Algérie. Il
s’est longuement attardé sur ce
dernier aspect.
Dans son intervention, il a estimé
nécessaire un travail de fond pour
sensibiliser tout un chacun à l’apprentissage de la langue tamazight.
Avançant 291 000 élèves apprenants et 2 101 enseignants inscrits, courant année scolaire
2015/2016, au lieu de respective-
ment à peine 37 000 et 233 une
année auparavant, le SG du HCA a
souligné l’avancée enregistrée
dans la généralisation de l’enseignement de tamazight. Cependant,
M. Assad a relevé que le caractère
«facultatif» de l’enseignement de
cette langue reste «un obstacle
qu’il faudra surmonter rapidement». Où en est le projet de formation accélérée pour le renforcement du corps enseignant de
tamazight et les 500 postes budgétaires débloqués par le ministère de l’Education à ajouter aux 2
600 déjà existants ? Pourquoi le
retard enregistré dans la définition des méthodes d’intégration
de cette langue dans le système de
l’enseignement et dans la vie publique ? Quelles sont les régions ciblées en priorité après celles de
Tébessa, Tindouf et Mila prévues
pour 2017 ? S’il a confirmé la budgétisation des 500 postes, le SG
du HCA a annoncé que ce nombre
est appelé à augmenter les prochaines années. «Annaba n’a pas
eu de postes budgétaires parce
qu’elle n’en a pas fait la demande.
Pour peu qu’elle le fasse, elle en bénéficierait dès la rentrée scolaire
2017-2018 » a-t-il suggéré parlant de
tamazight.
Sur sa lancée, il a estimé nécessaire d’amender la loi de l’orientation scolaire pour, dira-t-il, faire
sauter le verrou du caractère facultatif de cet enseignement. Il a,
par ailleurs, révélé qu’il existe actuellement 22 régions d’implantation de tamazight à ce jour et que
la fondation envisage couvrir les
32 wilayas graduellement dès l’an-
née 2017. «Une passerelle a été
établie entre le HCA et le ministère de l’Education nationale. Elle
a abouti à la signature d’un protocole entre les deux institutions
définissant les moyens de sensibilisation. C'est dans cette perspective que le secrétaire général a
annoncé la mise en œuvre d’un
programme d’enseignement de
cette langue nationale pour les
adultes qui le souhaitent par le
HCA, avec le concours de l'Office
national d'alphabétisation et d'enseignement pour adultes et l’association Iqra. Si El Hachemi Assad
a annoncé avoir signé plusieurs
protocoles avec des ministères et
différentes universités dont celle
de Annaba. « Le colloque de Annaba sera une occasion pour des
échanges d’idées, formuler des
propositions, évoquer les problèmes pédagogiques et réfléchir
sur la démarche à adopter pour
renforcer cette initiative», a-t-il indiqué.
Au sujet de la formation des enseignants de tamazight, ce responsable a expliqué qu’elle est
inscrite en «bonne place» dans la
feuille de route conjointe. Le SG du
HCA a parlé de vingt-quatre rendez-vous de formation destinés
aux enseignants de tamazight.
Selon lui, ils vont dans le sens de
la consécration du bilinguisme à
travers l’utilisation de tamazight
en tant que langue officielle à côté
de l’arabe dans les espaces publics, les administrations et les
conseils élus, les médias et les publications officielles.
A. Djabali
Réseau arabe
Cap sur les traités
internationaux
Placée sous le thème «comment
préparer les rapports des organes
conventionnels», la Commission
nationale consultative de
promotion et de protection des
droits de l’Homme (CNCPPDH) a
organisé, hier à Alger, en
collaboration avec le réseau
arabe des droits de l’Homme, un
atelier de formation. Le
secrétaire général de la CNCPPDH,
Abdelouahab Merdjana, a
indiqué, en marge de cette
journée, que «cet atelier vient
consacrer la stratégie arrêtée par
les responsables de réseau,
notamment le bureau exécutif
dont la commission algérienne
fait partie et cela à l’effet
d’inculquer et de familiariser les
fonctionnaires de ces institutions
pour l’élaboration des rapports
en destination des organes de
traiter internationaux. De son
côté, le président du Conseil
égyptien des droits de l'Homme
Mohamed Fayek, a indiqué que
le réseau arabe des droits de
l’homme œuvre pour le
renfoncement des capacités
destinées des institutions
nationales principalement aux
fonctionnaires des institutions
dans les pays arabes». Pour sa
part, le commissaire général du
conseil d'administration syrien,
Mousa S Burayzat, a noté que
malgré que le réseau arabe des
droits de l’Homme vise à faciliter
la coopération entre ses
membres en conformité avec les
solides partenariats avec les
gouvernements, les
organisations internationales et
régionales et les organisations
de la société civile, et de
soutenir et de développer les
cadres des institutions membres
et développer leurs
compétences, ainsi que de
contribuer à l'autonomisation
des institutions arabes pour
obtenir note A dans la
Commission d'accréditation
affiliée à la ICC, et stimuler les
pays arabes sur la mise en place
des institutions nationales en
conformité avec les principes de
Paris. «Le réseau arabe
coordonne les travaux des pays
membre mais nous ne pouvons
pas faire un rapport commun sur
la situation des droits de
l’Homme dans tout le monde
arabe, mais chaque institution
examine la situation des droits
de l’Homme dans son pays et
dresse ensuite son rapport (avis
et recommandation) à son Etat.
Notre objectif à travers l’atelier
d’aujourd’hui c’est de former les
nouveaux cadres des institutions
pour promouvoir la réalité des
droits de l’Homme», a-t-il
précisé. Il est à noter que les
pays participants à cet atelier
sont les pays membres du réseau
à savoir l’Algérie, la Tunisie, la
Jordanie, le Qatar, Sultanat
Oman, la Mauritanie et le
Soudan.
Nawel Hami
actuel
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
4
Trafic de drogue
ENERGIE
Le Maroc veut inonder l’Algérie de cannabis
, L’aspect sécuritaire lié à
l'émergence du terrorisme, l’ampleur prise par
le trafic de drogue et
d’armes ainsi que la
contrebande ont été largement abordés lors du
séminaire organisé à
l’Ecole supérieure des
sciences économiques,
commerciales et de gestion de Annaba les 18 et 19
mai par la direction régionale des Douanes, à l’initiative de sa direction générale.
C’est le 4e du genre après ceux de
Illizi, Ouargla et Tébessa. La situation est aggravée par les multiples tentatives du Maroc d’inonder l’Algérie de cannabis et
d’armes. Ce qui a induit un
désordre sans précédent à nos
frontières. Pour une fois, l’on est
sorti des sentiers battus pour dénoncer ouvertement les risques
que font peser sur l’Algérie des
pays voisins confrontés à une instabilité politique, économique et
sociale ou cherchant à déstabiliser notre pays .
Que ce soit en termes de terrorisme, de trafic d’armes et de
drogue et autres actes de contrebande, les interventions ont été
sans ambiguïté. «Plus que jamais
s’impose à chaque Algérien la nécessité de veiller à porter sa
contribution à la sécurité de nos
frontières. D’autant plus que le
Maroc veut inonder notre pays
de cannabis», il s’agit d’une des recommandations approuvées par
les participants au séminaire de
Annaba sur la sécurisation des
frontières. L’approbation a été
n Du cannabis saisi aux frontières ouest. (Photo > New Press)
unanime au sein des participants
dont le représentant du directeur
général des Douanes, celui régional de Annaba, Nabti Mohamed
Lamine, et ceux des wilayas frontalières de Annaba, Tarf et SoukAhras, des officiers supérieurs représentant la gendarmerie, la marine, l’aviation ainsi que ceux de la
Sûreté nationale. Dans les propos
des uns et des autres, la sécurité
et la lutte antiterroriste et la
contrebande aux frontières étaient
au centre des préoccupations de
chacun. Ils répondaient à l’invitation de la direction générale des
Douanes qui, via sa structure régionale de Annaba, les a conviés
à partager leur expérience, compétence et savoir-faire acquis au
gré de leurs activités dans les
zones frontalières. Particulièrement ces dernières années au
cours desquelles se sont multipliés les actes criminels et la
contrebande multiforme dont le
trafic de stupéfiants. Ce séminaire
s’inscrit, selon ses initiateurs,
dans le cadre du plan stratégique
2016/2019 de l’administration des
douanes et vise comme objectif
«d’assurer une formation continue et une mise à jour des
connaissances acquises des officiers et agents des Douanes à travers une vision claire et globale
des données sécuritaires actuelles
en matière de sécurisation des
frontières avec notamment la collaboration opérationnelle mixte
des différents corps militaire et
sécuritaire». Ce qui explique la
mise en place de dispositifs coordonnés pour mieux gérer les
frontières. Pour le directeur régional des Douanes de Annaba
comme pour les autres intervenants, tout est matière à réflexion
pour prétendre rendre nos frontières étanches. Plusieurs ont
même cité des chiffres inquiétants
de saisies d’armes et de stupéfiants et d’interventions pour bien
faire comprendre à leurs homo-
logues les risques réels que font
peser sur la stabilité économique
et sociale la contrebande et le trafic d’armes et des stupéfiants particulièrement à notre frontière
ouest. «Nos recettes pétrolières
ne sont rien par rapport à celles
que génère le trafic de cannabis au
Maroc. Ce pays est devenu le premier producteur de kif traité au
monde. Il multiplie les tentatives
d’en inonder l’Algérie qu’il veut
transformer en base de transit à
destination des pays d’Afrique» a
affirmé, chiffres des quantités de
cannabis saisies en 2015 à l’appui, un de ces intervenants.
Il faut dire que la préoccupation
sécuritaire aux frontières est qualifiée de prioritaire. «La sécurisation de nos frontières est primordiale, ajoute Mohamed Yazid Boubakri, chef de la police judiciaire
de la wilaya de Annaba. D'abord
sur les questions de sécurité pour
nous permettre de mieux maîtriser les flux frontaliers.»
Plusieurs résultats étaient attendus de ce séminaire, notamment,
le renforcement des capacités
d’intervention de nos institutions
pour leur permettre de mieux appréhender les risques d’une
baisse de vigilance à nos frontières, consolider la lutte contre le
terrorisme, la contrebande et le
trafic de drogue, mettre en place
un mécanisme de contrôle à
même de combattre les pratiques
négatives préjudiciables à notre
pays à travers des séances d'information, de sensibilisation et
de communication, multiplier les
approches tendant à la mobilisation autour des idées de développement des concentrations populaires sur nos bandes frontalières.
A. Djabali
Algérienne des eaux de Annaba
Une entreprise déstabilisée
, Quel impact pourrait bien avoir
la récente installation d’un nouveau directeur de zone sur la gestion de l’entreprise Algérienne des
eaux (ADE) et sur la rupture de
l’alimentation en eau potable qui
dure depuis six jours dans la commune chef- lieu de Annaba ? Telle
est la question que se posent les
650 000 habitants de la wilaya.
C’est, aussi, une des préoccupations majeures de plus de 1 200
agents de cette entreprise publique économique. Elle a été sérieusement ébranlée par le détournement de plus de 150 millions de DA à l’agence de la
Ménadia. Déstabilisée également
par la condamnation le 4 mai 2016
à de sévères peines de prison de
son directeur commercial, sa chef
de département informatique et
deux caissières. Dix-sept cadres
dirigeants et d’exécution dont les
deux précédents directeurs généraux ont été condamnés, quant à
eux, à six mois de prison ferme. Les
mêmes cadres pourraient être, une
nouvelle fois, appelés à la barre
des accusés pour répondre de la
disparition des stocks de 4 000
compteurs à eau importés. Cette
affaire est actuellement sous enquête judiciaire. Ces condamnations et les mises à la retraite ont
vidé les structures de gestion de la
base au sommet de la hiérarchie.
Conséquence : bien qu’elle soit
quotidiennement desservie par les
barrages Cheffia et Mexa, la wilaya
de Annaba est sans eau potable.
L’anarchie sévissant dans la gestion de l’ADE a aggravé la situation.
A ce niveau, se sont multipliés les
pannes au centre de production
et de traitement, les éclatements
des grosses conduites (600 et 800)
alimentant les 12 communes de la
wilaya, les pannes fréquentes sur
les motopompes et les coupures
prolongées de la distribution de
l’eau potable. S’y ajoutent l’absence de toute intervention efficace pour la remise en état de ce
qui peut l’être et une activité technique, administrative, comptable
et financière en dilettante. C’est
dire que la mission à la tête de
cette entreprise (refusée par des
cadres centraux) du nouvel arrivé
est ardue. Ce que prouvent, du
reste, les critiques acerbes du directeur central au ministère des
Ressources en eau et de l’Environnement (MREE). Il les a exprimées lors de la réunion qu’il a présidé ce dernier mercredi au siège
de l'entreprise à Annaba. Ce qui
n’aurait pas été du goût des syndicalistes présents. Ces derniers
n’ont pas admis le fait qu’ils soient
pointés du doigt dans le marasme
auquel l’ADE est confrontée. Pointés du doigt aussi pour le chantage que ces syndicalistes auraient
exercé à chaque fois que besoin,
sur les anciens DG pour obtenir
des promotions professionnelles.
«Les Allemands de Gelsenwasser
ont été condamnés par le tribunal
commercial international à verser
à l’ADE un important dédommagement. A ce jour, pas un seul cent
n’a été versé sur les comptes de
notre entreprise . Où est passé cet
argent ?» s'est interrogé un de ces
syndicalistes. Pour s’enquérir des
problèmes de distribution en eau
potable à Berrahal, l’envoyé spé-
cial du MREE s’y est déplacé. Il a
été apparemment déçu par les
prestations de service de l’ADE.
Sa déception s’est davantage accentuée après qu’il a pris connaissance de la liste des cadres de l’entreprise. Celle-ci est majoritairement composée de syndicalistes
dont le niveau intellectuel et les
capacités professionnelles seraient
en deçà des critères.
Cela n’a pas empêché ce cadre
d’annoncer qu’il a été décidé d’augmenter le prix du litre de l’eau potable. Il a argumenté cette décision par la majoration des prix de
l’énergie, des salaires, des produits
de traitement et de distribution
de l’eau ainsi que l’entretien des canalisations. Le ministère envisagerait une large opération de rajeunissement de l’encadrement et
la mise en place de compétences
managériales à l’ADE Annaba, avec
pour objectif de juguler le déficit en
effectifs, la confirmation à leur
poste de travail des agents et
cadres recrutés sur la base du
DAIP et du CTA.
A. D.
Gaz
«L'Algérie,
un fournisseur clé
pour l’Europe»
’Algérie, qui continue à être un
fournisseur et un partenaire clé de
l’Union européenne, pourra
augmenter ses parts de marché. La
porte-parole du Commissaire européen
en charge du climat et de l’énergie,
Anna-Kaisa Itkonen, a indiqué, hier à
Bruxelles, que «les estimations de la
consommation européenne de gaz,
quel que soit le scénario, montrent que
l'UE continuera à être un grand marché
pour le gaz. L'UE restera en tout cas un
importateur de gaz dépendant des
fournisseurs externes». Précisant que
«l’Algérie continuera à être un
fournisseur clé pour l'Europe, et pourra
même augmenter ses parts de
marché». A la veille du forum d’affaires
algéro-européen prévu demain à Alger,
la porte-parole du Commissaire
européen en charge du climat et de
l’énergie, Miguel Arias Canete, a estimé
que «la nouvelle stratégie de l’Union
de l’énergie adoptée, il y a un peu plus
d’une année, par la Commission
européenne, mise sur le
développement du GNL et met l’accent
sur la construction de nouveaux
terminaux et leur raccordement au
réseau européen de gazoducs, ce qui
pourrait représenter pour l’Algérie à la
fois une opportunité et un défi». «Il y
aura davantage de points d'entrée en
Europe pour le gaz algérien, mais il y
aura aussi davantage de concurrence
de la part d'un nombre grandissant
d'autres fournisseurs en gaz», a-t-elle
avancé. Toutefois, elle a soutenu que
les infrastructures d'accès au marché
européen ne posent pas de problème
dans la mesure où des infrastructures
importantes de transport du gaz de
l'Algérie vers l'Europe existent déjà.
«Ces infrastructures sont sousutilisées», a-t-elle regretté. Selon elle,
«le vrai défi se pose au niveau de la
production : il faut relancer les
investissements dans de nouveaux
projets d'exploration et production de
gaz». Cependant, la relance de la
production et de l’investissement dans
ce secteur en Algérie «requiert un cadre
règlementaire et des conditions dans
lesquelles les compagnies étrangères
opèrent», a-t-elle avancé. La porteparole de Canete a affirmé que
«l'Algérie possède des ressources
naturelles exceptionnelles», relevant
son potentiel énorme en matière de
gaz de schiste et des énergies
renouvelables. Evoquant l’organisation
du 1er forum d’affaires algéro-européen
dédié à l’énergie, Anna-Kaisa Itkonen
a fait remarquer que cet évènement
s’inscrit dans le cadre de la mise en
œuvre du Mémorandum d’entente sur
l’établissement d’un partenariat
stratégique dans le domaine de
l’énergie, signé par l’Algérie et l’UE en
2013. «Cet accord prévoit le
développement et le renforcement de
la coopération aussi bien dans le
secteur des hydrocarbures,
particulièrement le gaz naturel, que
dans les énergies renouvelables et
l’efficacité énergétique. Il met l’accent
sur la composante industrielle et la
nécessité de garantir un maximum
d’intégration locale pour en assurer la
pérennité», a-t-elle rappelé.
Nawel Hami
L
échos
INFOS
EXPRESS
Sidi Bel-Abbès
Démantèlement d’un
réseau de trafic de faux
billets de banque
Un réseau de trafic de faux billets
a été démantelé ce vendredi 20
mai 2016, rapporte la cellule de
communication et des affaires
générales. Les policiers ont
découvert un montant de 161
millions de coupures contrefaites
de valeur de 1 000 et 2 000 ainsi
qu’une somme de 500 euros de
faux billets de 50 euros. Le groupe
de faussaires, composé de 11
individus âgé de 25 à 45 ans,
utilisait un matériel adéquat pour
la confection de faux billets en
monnaie locale et étrangère. La
police a saisi 5 micro et 5
imprimantes laser et des produits
liquides colorants. Les suspects
ont été arrêtés et présentés
devant le tribunal, une détention
a été prononcée à leur encontre.
Djillali T.
ONLCDT
Près de 28 tonnes
de résine de
cannabis saisies
Une quantité de 27,8 tonnes de
résine de cannabis a été saisie en
Algérie durant le premier trimestre
de 2016, dont plus de 81% à
l'ouest du pays, a-t-on appris
samedi auprès de l'Office national
de lutte contre la drogue et la
toxicomanie (ONLDT).
«Au total 27.816,874 kg de résine
de cannabis ont été saisies durant
le premier trimestre de l'année en
cours, dont 81,02% dans la région
ouest du pays», a précisé l'Office
dans son rapport, se référant au
bilan des services de lutte contre
les stupéfiants (Gendarmerie
nationale, DGSN et Douanes). La
quantité de résine de cannabis
saisie durant les trois premiers
mois de 2016 a enregistré «une
baisse de 21,42%», en raison
surtout du renforcement du
dispositif sécuritaire au niveau
des frontières, selon une source
proche de l'Office qui relève que
malgré cette baisse les quantités
saisies restent «encore élevées».
Selon ce rapport, 10,68% de la
quantité saisie a été enregistrée
dans la région sud du pays, 6,12%
dans la région centre et 2,19%
dans l'est du pays. S'agissant des
drogues dures, la quantité
d'héroïne saisie en Algérie a
fortement augmenté, passant de
18,3 g à 145,44 g, soit une hausse
de 694,75% durant la même
période de référence, ajoute le
même bilan. En revanche, la
quantité de cocaïne saisie a
enregistré une baisse de 91,69%,
passant de 84.216 grammes
durant la même période de 2015 à
7.000 g en 2016. Le rapport a
également relevé une légère
augmentation des saisies des
comprimés de type psychotrope,
passant de 197.616 à 215.081
comprimés durant la même
période de référence, soit une
hausse de 8,84%, dont 39,67%
saisies à l'ouest du pays.
Agence
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
5
Alger : démantèlement de deux réseaux
spécialisés dans le trafic de drogue
Mobilis, partenaire de
la 3e conférence maghrébine
de l’audit interne
Deux réseaux criminels spécialisés dans le trafic des drogues dures (cocaïne)
et de psychotropes activant sur l'axe routier Zéralda-Palm Beach (Alger) ont
été démantelés, a indiqué samedi un communiqué de la cellule de
communication relevant du groupement territorial de la Gendarmerie
nationale à Alger. (Photo > D. R.)
DOrganisée les 22 et 23 mai 2016 par l’Association des auditeurs et
consultants internes algériens (AACIA) à l’hôtel Sheraton Club des
Pins à Alger, sous la thématique «L’audit interne : un métier en
innovation continue ».
S’inscrivant dans le cadre
des activités internationales de l’AACIA, cette
manifestation maghrébine de haut niveau est
un véritable rendez-vous
professionnel en termes
d’actualisation et de
mise à niveau des
connaissances des auditeurs internes algériens,
tunisiens et marocains.
Elle a pour but de favoriser un échange fructueux
des bonnes pratiques
des auditeurs internes et
autres professionnels de
l’audit maghrébins. Institutionnalisé depuis la
1re édition de 2012 à Casablanca par les trois associations du Maghreb
(AACIA/AMACI/ATAI),
cette manifestation implique au niveau de l’encadrement de sa conférence inaugurale, ses 5
plénières, soit 18 communications de haute echnicité avec leurs pairs étrangers venus de Belgique,
Canada, France, Mali et
du Sénégal qui auront à
traiter les différentes pro-
blématiques retenues au
niveau du programme
thématique de cette importante manifestation.
Mobilis, entreprise citoyenne, résolument tournée vers l’innovation en
accompagnant le développement de la pratique
de l’activité de l’audit interne pour qu’elle puisse
s’élever au rang d’une
fonction
privilégiée
d’aide à la bonne gestion
des organisations algériennes.
C. P.
Une baisse de 37 % des accidents de la route a été enregistrée durant les 4
premiers mois de l’année en cours à Aïn Defla comparativement à la même
période de l’année écoulée, a-t-on appris samedi auprès du groupement
local de la gendarmerie nationale. (Photo > D. R.)
LA CHRONIQUE DE
Chérif Abdedaïm
Nouveau bras de fer
ne semaine après avoir célébré la
«libération» de Palmyre, les
troupes syriennes se retrouvent
assiégées autour de la cité antique, dans
laquelle la Russie a installé une base
opérationnelle, équipée d’un système de
défense antiaérienne. Revers de fortune
pour le régime syrien. Une semaine
après avoir célébré en grande pompe
avec son allié russe la reprise de Palmyre,
la cité antique située dans le désert est
quasiment encerclée de tous les côtés
par les combattants jihadistes de Daech.
À l’issue d’une attaque lancée
récemment à partir de l’est de Homs,
ceux-ci sont parvenus à couper la route
principale entre Palmyre et Homs, près
de l’aéroport militaire de Tiyas. Il s’agit
de la plus importante offensive menée
par Daech depuis que Palmyre, classée
au patrimoine mondial de l’Unesco, a
été reprise par Damas et ses alliés
russes le 27 mars. De violents combats
ont lieu entre les deux camps dans le
secteur. Selon l’Observatoire syrien des
droits de l’Homme, les djihadistes sont
positionnés à 40 km à l’ouest de
Palmyre. Il n’y a que la partie sudouest de la ville qui ne soit pas
encerclée par Daech. Il s’agit d’un
sérieux revers pour Damas face à ses
ennemis jihadistes qui mènent une
guerre extrêmement mouvante dans le
désert, faite de harcèlement contre
l’armée, avant de se retirer lorsque
celle-ci contre-attaque. Non loin de
Palmyre, l’aviation syrienne a
bombardé les positions de l’État
islamique autour du champ gazier de
Chaer, au nord-ouest de la cité
antique. Il y a une semaine, un célèbre
chef d’orchestre russe, Valeri Guerguiev,
U
Aïn Defla : baisse de 37% des accidents
durant les 4 premiers mois de l’année
avait dirigé un concert symphonique
dans l’amphithéâtre de la cité antique
de Palmyre, retransmis en direct par la
télévision publique russe. Quelque 400
spectateurs s’étaient massés sur les
gradins, parmi lesquels des soldats
russes, des journalistes, des dignitaires
religieux et des habitants de la ville,
dont des enfants. Le lendemain, un
autre concert fut organisé à Palmyre par
le gouvernement syrien. Cette offensive
de Daech contrarie les plans de Damas
et de ses alliés. Ceux-ci comptaient
avancer plus à l’est pour s’approcher à
terme de la ville de Der Ezzor, contrôlée
en grande partie par des jihadistes.
Pour sécuriser le site de Palmyre, des
forces russes ont installé récemment
une base opérationnelle équipée d’un
système de défense antiaérienne.
Selon une vidéo diffusée le 7 mai par
l’AFP, l’emprise russe sur laquelle flotte
le drapeau de la Russie serait située à
1,5 km à l’ouest des ruines de Palmyre.
Le système anti-défense russe PantsyrS1 était visible sur la vidéo, ainsi qu’au
moins trois BTR-82A et trois BTR-80,
des véhicules blindés de transports de
troupes, ce qui laisse penser qu’une
unité de combat russe a été déployée sur
le site de Palmyre. Ces derniers mois,
Daech a dû reculer dans le nord-est de la
Syrie, perdant notamment la ville de
Chedadeh aux combattants kurdes du
PYD, avant de regagner du terrain
récemment au nord d’Alep dans un
village près de la frontière turque. Miavril, les jihadistes ont également
renforcé leurs positions dans le camp de
réfugiés palestiniens de Yarmouk, à
moins de 10 km du centre de Damas.
C. A.
Le phénomène de la consommation
de drogue «envahit» les villages
Le phénomène de la consommation de drogue a envahi les villages
ces dernières années, a signalé samedi un psychiatre, Hamid Adane,
lors d’une rencontre organisée par la Direction de la jeunesse et des
sports au centre des loisirs scientifiques (CLS) de Tizi Ouzou.
(Photo > D. R.)
Hadj 2016 : 16 000 hadjis encadrés
par 60 agences de tourisme privées
Le directeur de l'Office national du hadj et de la omra (ONHO), Youcef
Azzouza, a fait savoir samedi à Alger que 60 agences de tourisme prendront
en charge plus de 16.000 hadjis dans le cadre du hadj 2016. (Photo > D. R. )
monde
La NR 5555 – Lundi 23 mai 2016
6
Terrorisme
68e anniversaire de la Nekba
Daech menace l'Occident d'attentats
durant le Ramadhan
Le droit du peuple palestinien
au retour est «sacré»
n Drapeau palestinien. (Photo > D. R.)
,Les représentants du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) et du Front
populaire de libération de la Palestine (FPLP) ont affirmé samedi à Alger, lors d'une conférence
à l'occasion du 68e anniversaire de la Nekba que le droit du peuple palestinien au retour était
sacré.
Dans son intervention lors
de cette conférence placée
sous le slogan «Soutien à
l'Intifadha populaire et à
la résistance sous toutes
ses formes», le représentant du FPLP, Saleh Mohamed, s'est attardé sur les
facteurs, les constantes et
les objectifs de l'Intifadha
actuellement en cours
dans les territoires palestiniens, soulignant que «le
droit au retour au pays de
notre peuple réfugié et le
recouvrement de tous ses
biens spoliés depuis 1948
sont un droit inviolable».
«Les opérations de judaïsation, de déplacement des
citoyens palestiniens, de
spoliation des terres, de
détention, de retrait de
l'identité et de destruction
des maisons à Al Qods
Echarif ne sont que la face
visible de la Nekba qui se
poursuit encore», a-t-il précisé avant d'insister sur
l'importance de mettre en
place une administration
capable de «réaliser les objectifs de l'Intifadha et de la
protéger au plan politique». Mohamed al Hamami, représentant du
FDLP, a souligné, quant à
lui, l'«importance de l'attachement à l'unité du
peuple palestinien tant à
l'intérieur qu'à l'extérieur
du pays et au refus de tous
les plans visant à radier
son droit au retour».
Il a ajouté, en outre, que
«l'unité du peuple palestinien qui commence par
celle de ses forces poli-
tiques devra inexorablement se manifester par
une vision et une stratégie
unifiées qui garantissent
la complémentarité des capacités du peuple palestinien face à l'occupant israélien», estimant nécessaire de mettre fin à la
division et de réaliser
l'unité nationale. D'autre
part, le représentant du
Front de libération de la
Palestine (FLP), Abdenasser, a indiqué que la
«Nekba était une étape dé-
cisive dans la vie du
peuple palestinien et de
celle des peuples arabes»,
faisant remarquer «la
meilleure chose à faire
pour l'Intifadha réside
dans la proclamation immédiate de l'unité nationale sur la base des fondements politiques et l'application des accords y
afférents signés».
Le 15 mai de chaque
année, les Palestiniens
commémorent la Nekba
(catastrophe) qui a
consisté
à
chasser
800 000 Palestiniens de
leurs terres vers d'autres
régions du monde en 1948
après l'annonce de la fondation de l'Etat d'Israël en
terre palestinienne.
Environ 40% des réfugiés
palestiniens vivent dans
des camps en Cisjordanie
et la bande de Ghaza. Les
autres éparpillés dans des
camps en Syrie, au Liban,
en Jordanie et d'autres
pays.
ont été effectuées par la mission médicale
algérienne dans les camps des réfugiés
sahraouis dans le cadre d’une action de
solidarité avec le peuple sahraoui, a
indiqué samedi le président de la mission
médicale. Le chef du groupe
parlementaire du parti Tadjamoue Amel
jazair (TAJ) à l’Assemblée populaire
nationale (APN), le Dr Mohamed Kamel
Abbazi, a relevé que cette initiative menée
par cette mission, composée de sept
praticiens spécialistes, quatre en
orthopédie et trois en Oto-rhinolaryngologie (ORL), a permis d’effectuer
des interventions chirurgicales et des
consultations médicales spécialisées au
profit des malades des camps de Smara,
El-Ayoune, Boudjedour et Ousserd.
Une initiative de solidarité similaire sera
organisée après le mois sacré de
Ramadhan prochain, avec le concours
d’une importante équipe médicale, pour
trement ne fait strictement
aucune mention, ni ne revendique le crash de l'avion
EgyptAir.
L'EI connaît des difficultés
pour conserver
son territoire
Ce message intervient au
lendemain d'un largage de
tracts sur Raqqa, la capitale
autoproclamée de l'EI, de la
coalition antidjihadistes
commandée par les EtatsUnis demandant pour la première fois aux habitants de
la ville de quitter les lieux.
Les villes de Mossoul, en
Irak, Syrte, en Libye, et de
Raqqa, dans le nord de la
Syrie, sont trois bastions de
l'EI. Mais depuis plusieurs
semaines l'organisation
perd du terrain dans son
fief originel au MoyenOrient. «L'EI semble plus
clairement reconnaître ses
difficultés à conserver un
territoire» tout en mettant
l'emphase sur «l'idée de
poursuivre (le combat) malgré des pertes», a souligné
l'expert des réseaux djihadistes Aymenn al-Tamimi,
commentant cette nouvelle
bande sonore de l'EI qui a
proclamé un «califat» sur
des pans entiers de l'Irak et
de la Syrie et cherche à accroître son influence à
l'étranger.
R. I.
Agence
Solidarité avec le peuple sahraoui :
800 interventions médicales dans
les camps des réfugiés sahraouis
? Quelque 800 interventions médicales
,Dans un nouveau message audio diffusé samedi
soir, l'organisation terroriste
a appelé à de nouvelles attaques, contre les EtatsUnis et l'Europe, à partir de
début juin. Le nouveau message de l'organisation Etat
islamique était très attendu
par les spécialistes. Samedi
soir, son porte-parole, Abou
Mohammed Al-Adnani, a appelé à commettre de nouvelles attaques en Occident
durant le mois du ramadan,
qui devrait débuter au début
du mois prochain. C'est la
première fois qu'il s'exprime
en sept mois. Objectif implicite, remonter le moral de
ses partisans.
Dans le détail, cet enregistrement audio dure une trentaine de minutes, et appelle,
de manière explicite, à commettre des attaques contre
des civils, rapporte Wassim
Nasr, journaliste à France
24. «On ne se bat pas pour
les villes ni pour les terres...
notre Coran nous demande
de combattre le monde entier», ajoute le porte-parole.
Daech soutient également
que le djihadiste dit, Omar le
Tchétchène, l'un des chefs
militaires de l'organisation,
n'est pas mort. Le Pentagone a pourtant confirmé sa
mort en Syrie, en mars dernier.
A titre indicatif, cet enregis-
entamer des interventions chirurgicales
au profit des divers cas malades consultés
lors de cette action, a-t-il ajouté. Cette
délégation médicale, retenue dans le
cadre de l’initiative «Médecins engagés»,
s’est félicitée de l’accueil que lui a été
réservé par le peuple sahraoui qui a
«contribué à la réussite de cette action
humanitaire», ayant permis également
de constater de près la situation difficile
que vivent les réfugiés sahraouis. «Cette
situation incite le peuple sahraoui à
s’attacher davantage à sa juste cause en
dépit des conditions de la colonisation
marocaine de leur terre», a témoigné le
chef de cette mission médicale. M. Abbazi
a indiqué que cette mission médicale a
initié cette action humanitaire bénévole,
depuis lundi dernier, en direction des
réfugiés sahraouis en signe de solidarité
et de soutien algérien indéfectible au
peuple sahraoui et à sa juste cause.
Agence
nTerroriste de Daech. (Photo > D. R.)
Afghanistan
Le mollah Mansour, chef des taliban
afghans, est mort
,Le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a annoncé
samedi que le mollah Akhtar
Mansour avait été visé par
une frappe aérienne américaine. Le chef des talibans
afghans constituait «un obstacle à la paix», a indiqué
John Kerry, le secrétaire
d'Etat américain. Il avait pris
la succession du mollah
Omar, devenant ainsi le chef
des talibans afghans dès
juillet 2015. Le mollah Akhtar
Mansour a «probablement"
été tué dans une frappe aérienne au Pakistan, ont annoncé les Etats-Unis, samedi.
«Mansour était (...) une menace imminente pour le personnel américain, les civils
afghans et les forces de sécurité afghanes», a déclaré le
secrétaire d'Etat américain
à la presse à Naypyidaw, la
capitale birmane, ajoutant
qu'«il était également directement opposé aux négociations de paix». Le bombardement a été mené par plusieurs drones des forces
spéciales américaines dans
une zone éloignée à la frontière de l'Afghanistan et du
Pakistan, «au sud-ouest de
la ville d'Ahmad Wal», située
en territoire pakistanais, a
précisé le responsable américain. Les Etats-Unis ont informé le Pakistan et l'Afghanistan de leur frappe aérienne peu de temps après
l'avoir effectuée, a indiqué
un haut responsable de la
Maison-Blanche.
R. I.
La NR 5555 – Lundi 23 mai 2016
économie
La Grèce contrainte
d'adopter de nouvelles
mesures de rigueur
INFO
EXPRESS
Les réfugiés,
futur moteur
économique
des pays riches
de l’UE
Une nouvelle étude révèle
que les pays riches de l’UE
qui accueillent des réfugiés
peuvent en tirer un
véritable avantage
économique. Le rapport
n’analyse cependant pas le
cas des pays européens les
plus pauvres.
Les réfugiés ont beaucoup à
offrir en tant que
travailleurs, entrepreneurs,
innovateurs, contribuables,
consommateurs et
investisseurs, révèle un
rapport réalisé par la
Fondation Tent et le Open
Political Economy Network
(OPEN) publié le 18 mai.
Selon l'auteur du rapport,
Philippe Legrain, c'est la
première étude
internationale et complète
sur la manière dont les
réfugiés peuvent contribuer
à des économies avancées.
Elle s'appuie sur des
estimations du Fonds
monétaire international sur
l'impact économique des
demandeurs d'asile et des
réfugiés sur l'Union
européenne. «Les réfugiés
sont souvent perçus comme
un fardeau que l'on se
partage ou que l'on
esquive, alors qu'en réalité
ils représentent une
véritable opportunité qu'il
faudrait accueillir»,
explique Philippe Legrain,
fondateur d'OPEN et
chercheur émérite à
l'institut européen de la
London School of
Economics. «Avec des
investissements de départ
adaptés, les réfugiés qui
travaillent, quelles que
soient leurs compétences,
ont beaucoup à offrir à
l'économie, aux entreprises
et au secteur public». n
7
,De nouvelles manifestations ont accueilli
à Athènes le vote au Parlement de nouvelles
mesures de rigueur réclamées par ses créanciers
comme condition pour le versement de la
prochaine tranche de prêt, avant une réunion de
l'Eurogroupe demain.
a Grèce s'apprêtait hier
à adopter de nouvelles
mesures de rigueur réclamées par ses créanciers comme condition pour le
versement de la prochaine
tranche de prêt avant une réunion de l'Eurogroupe demain.
De nouvelles manifestations
étaient prévues hier après-midi
à Athènes devant le Parlement
et tous les transports publics
étaient bloqués dans la capitale
pour le week-end avant l'adoption de nouvelles mesures très
impopulaires. Car sauf surprise,
le Parlement grec devait approuver après minuit, dans la
nuit de dimanche à lundi, un
projet de loi qui prévoit un mécanisme de correction automatique en cas de dérapage budgétaire et des mesures supplémentaires pour accélérer les
privatisations et augmenter les
taxes
indirectes.
Le texte de 7 000 pages a déjà
été adopté vendredi en commission parlementaire avec les
seules voix de la majorité gouvernementale qui allie la gauche
L
Syriza du Premier ministre
Alexis Tsipras au petit parti souverainiste Anel. Le gouvernement grec espère que l'adoption de ces mesures de rigueur
permettra la reprise du plan
d'aide accordé l'été dernier par
la zone euro mais bloqué depuis plusieurs mois. Athènes
attend que ses créanciers débloquent
quelque
5,4 milliards d'euros et allègent
l'énorme dette grecque qui représente environ 180% de son
produit intérieur brut.
Les ministres des Finances de
l'UE réunis le 9 mai dernier
avaient ouvert la voie en ce
sens. Et le FMI jeudi avait accentué sa pression sur les Européens les exhortant à accorder à la Grèce une «longue» période de grâce.
Mais l'Allemagne continue de
freiner des quatre fers, prévenant qu'un allègement de la
dette ne saurait débuter
qu'après 2018, une fois achevé
le programme d'aide actuel
mais surtout après les élections
législatives allemandes de 2017.
La «pince coupante»
des réformes
Pour décrocher le premier feu
vert du 9 mai, et combler les
divergences entre FMI et zone
euro, la Grèce a dû s'engager à
prendre des mesures supplémentaires au cas où elle dévierait de l'objectif d'un excédent
primaire (hors service de la
dette) de 3,5% en 2018.
La mise en place de ce «mécanisme automatique de correction budgétaire», baptisé Koftis
(pince coupante) par les Grecs,
est prévue par un amendement
au projet de loi. Il sera déclenché chaque année jusqu'en 2018
si des écarts budgétaires sont
constatés au printemps et que
le ministère des Finances ne
prend pas l'initiative de coupes
ciblées, mais il épargnera les
dépenses sociales, selon le ministère. Le projet de loi instaure
également une Autorité indépendante des revenus publics,
pour lutter contre fraude et évasion fiscales, relève d'un point,
à 24%, le taux de TVA sur une
série de biens, impose à partir
de 2018 une «taxe de résidence»
à l'hôtellerie, et met en place
un nouveau fonds de privatisations pour accélérer les cessions d'actifs publics et doper
leur exploitation. Ce fonds, dénommé Société de participations publiques, avait été exigé
par Berlin lors du bras de fer
ayant précédé la conclusion en
juillet du nouvel accord entre et
Athènes et ses créanciers UEFMI pour éviter au pays banqueroute et sortie de l'euro. En
dépit d'une grogne sociale montante et des mises en garde de
nombreux économistes contre
les effets récessifs de ces mesures, le gouvernement avait
déjà obtenu le 9 mai que ses
153 députés, sur 300 au Parlement, adoptent deux douloureuses réformes des retraites
et de l'impôt sur le revenu également requises par les créanciers. Les journaux grecs étaient
très critiques hier sur l'absence
de garantie de la part des Européens d'un allègement de la
dette grecque contre ces nouvelles mesures de rigueur.n
L'Ecosse tentée par l'indépendance en cas de «Brexit» ?
L'ancien Premier ministre écossais qui
avait démissionné après le référendum
manqué sur l'indépendance en 2014
brandit la menace d'un nouveau référendum en cas de succès du Brexit le
23 juin.
Et si l'indépendance écossaise était relancée par un éventuel «Brexit» ? C'est
en tout cas la menace que brandit l'ancien Premier ministre écossais Alex
Salmond dans une interview accordée
à l'AFP le 20 mai. Si la majorité des Britanniques choisit en effet lors du référendum sur le maintien du RoyaumeUni dans l'UE de sortir de l'Union, mais
que la majorité des Ecossais opte pour
le maintien, alors, précise Alex Salmond, «cela serait un mandat pour un
nouveau référendum sur l'indépendance».
Majorité écossaise pro-européenne
Les 5,3 millions d'Ecossais sont réputés
beaucoup moins eurosceptiques que le
reste de la Grande-Bretagne et, notamment, que l'Angleterre. Le parti d'Alex Salmond, le Parti nationaliste écossais
(SNP), qui a obtenu 46,5 % des voix lors
des élections régionales du 5 mai dernier,
est très favorable au maintien dans l'UE
dans lequel il voit un contrepoids à l'influence de Londres. Mais l'électorat écossais pèse peu dans la balance. En 2015,
lors des élections générales, 4,09 millions d'Ecossais avaient voté sur un total
de 46,42 millions de Britanniques qui
s'étaient exprimés, soit 8,81% du total. Le
scénario présenté par Alex Salmond
d'une majorité pro-Brexit au niveau national et anti-Brexit au niveau écossais
n'est donc pas impossible.
Ne pas sortir de l'UE contre le gré
des Ecossais
Le camp du maintien dans l'UE a récemment regagné des points dans les
sondages, mais les enquêtes sont encore contradictoires et les scores demeurent serrés. Il n'est pas impossible
de voir le Brexit l'emporter le 23 juin,
mais, dans ce cas, cette victoire reposera
sûrement sur un large succès dans l'Angleterre conservatrice. Une position qui
justifiera un divorce, estime Alex Salmond
qui rappelle que l'actuel Premier ministre
écossais, également membre du SNP, Nicola
Sturgeon, a précisé que les Ecossais ne se
laisseraient pas «exclure de l'UE contre
leur gré». Son prédécesseur estime donc
que la période de négociation des conditions du Brexit qui durera au maximum
deux ans sera l'occasion d'organiser un
nouveau référendum sur l'indépendance de
l'Ecosse pour savoir si cette région suit ou
non le destin britannique. Le 18 septembre
2014, un premier référendum avait été organisé. L'indépendance avait été rejetée
par 55,3 % des voix contre 44,7%. Depuis,
le SNP n'évoque que très rarement la possibilité d'un nouveau référendum, mais cet
échec l'a clairement renforcé. Lors des
élections générales de 2015, le SNP avait
ainsi obtenu 56 des 59 sièges écossais
(contre 6 en 2010) et était devenu le troisième parti au parlement de Westminster.
La campagne sur le Brexit permet de relancer cette question et de montrer que les
Indépendantistes écossais n'ont pas
abandonné l'idée d'une sécession.n
VoirsurInternet
www.lnr-dz.com
régions
INFO
EXPRESS
La NR 5555 — Lundi 23 mai 2016
8
La Gendarmerie nationale s’ouvre au public à Tizi Ouzou
Relizane
Ouverture d’un centre
psychopédagogique
pour enfants
Un centre psychopédagogique
pour enfants déficients mentaux
est entré en service à Ammi
Moussa,une commune située à
une centaine de kilomètres de la
ville de Relizane. Cette
inauguration a coïncidé avec la
célébration de la Journée mondiale
des personnes aux besoins
spécifiques. Inauguré par le wali de
Relizane, Derfoufe Hadjeri, le centre
a une capacité d’accueil de 80
enfants âgés de 6 à 12 ans qui
bénéficient du régime semiInternat. Cette structure, qui a
nécessité un aspect financier de 139
millions de dinars pour sa
réalisation, se compose de trois
niveaux et dispose d’un bloc
pédagogique, d’ateliers, de classes
de cours et autres structures
techniques, outre un stade de
proximité. Ce centre vient renforcer
les trois autres structures similaires
implantées respectivement dans
les communes d’Oued Djemaâ,
Oued Rhiou et Mazouna,
accueillant au total 180 enfants.
D’autre part, le premier
responsable de la wilaya a inspecté
au niveau de ladite localité
susmentionnée, le chantier de
réalisation d’un hôpital à Ammi
Moussa dont les travaux tirent à
leur fin. Il est prévu l’ouverture de
cet établissement de 120 lits, au
début de l’année prochaine.
N.-Malik
«Faire connaître cette institution sécuritaire
et rapprocher ses prestations du citoyen»
,Des journées portes
ouvertes sur les activités
la Gendarmerie nationale
se tiennent à Tizi Ouzou
depuis au groupement
territorial de cette
institution républicaine.
Organisées chaque année à pareille
période, ces journées portes ouvertes visent, a indiqué le premier
responsable de cette institution républicaine, à faire connaître davantage ce corps de sécurité et à
rapprocher ses prestations du citoyen, conformément, a-t-il fait observer, à l'objectif de la sécurité
de proximité, poursuivi par notre
institution.
Ce rendez-vous annuel se veut également une opportunité pour le
large public de découvrir et de
s’imprégner, notamment des efforts déployés par la Gendarmerie nationale dans la lutte contre
la criminalité sous toutes ses
formes, pour assurer la protection des personnes et des biens, a
poursuivi le lieutenant-colonel Idir
Mahmoudia, en marge de la cérémonie d’ouverture de cette manifestation en présence des autorités civiles et militaires de la wilaya, à leur tête le wali, Brahim
Merad. Évoquant le plan de redéploiement de ce corps de sécu-
rité à travers la wilaya après la
délocalisation de certaines brigades durant les tragiques et douloureux événements de Kabylie
d’avril 2001, l’intervenant a fait
cas de la réception, très prochainement, de six nouvelles unités à
Azzazga, Mekla, Tizi Rached, Azzefoun, Aïn Zaouia et Timizart
voire même Aït Mahmoud, sur la
vingtaine de structures en cours
de réalisation. «A la mise en service de ces nouvelles structures,
le taux de couverture sécuritaire
par les services de la GN à Tizi
Ouzou passera de 39 à 43 % », a-til fait observer.
S’agissant de l’opération de restitution des fusils de chasse, le lieu-
tenant-colonel Idir Mahmoudia a
informé que sur les 6 500 unités
déposées au niveau des services
de la gendarmerie au début de la
décennie noire, plus de 4 000 ont
été jusque-là remis à leurs propriétaires.
«L’opération de restitution suit
son cours», a assuré le commandant du groupement territorial de
cette institution républicaine, non
sans inviter ceux qui n’ont pas encore engagé la procédure de restitution de leurs armes à se rapprocher des services de la Gendarmerie nationale.
Trois jours, les citoyens auront
eu l’occasion de prendre connaissance, via les stands d’exposition,
des moyens et des nouvelles technologies utilisés par la gendarmerie dans ses différentes missions, en plus des informations
sur les conditions et modalités de
recrutement au sein de ce corps
de sécurité, fournies notamment
aux jeunes au niveau d'un stand
aménagé à cet effet.
Des exercices de simulation et des
démonstrations ont été exécutés
par les gendarmes des SSI (section
de sécurité et d’intervention) en
présence des autorités civiles et
militaires de la wilaya mais aussi
d’un large public.
Rabah Mokhtari
Tiaret
Ténès
L’Ecole des cadets de la nation
ouvre ses portes cette année
La sardine proposée à 700 DA
,Alors que jusque-là, les Ténessiens pouvaient, de temps à autre, s'offrir un kilo de
sardine à 100 ou 200 DA, aujourd'hui, ils n'ont que les yeux pour admirer ce poisson
scintiller sur les étals de la poissonnerie extérieure du marché de la ville ou de la
pêcherie. Et pour cause, la sardine leur est proposée à 700 DA/kg.
Un prix jamais atteint jusque-là.
«700 DA pour l'anchois, je n'en
crois pas mes oreilles», dira un
citoyen, découragé par les prix.
En fait, le poisson blanc est hors
de portée des bourses
moyennes avec du merlan de
Mauritanie à 2.500 DA et du rouget à 2.000 DA. Les autres espèces fraîches ne sont pas du
tout disponibles. Nous les trouverons congelées, et là se mêlent le filet de sole, le rouget,
les tranches d'espadon, le calamar et autres moules, sauf que
le consommateur ne lorgne pas
de ce côté à cause non seulement des prix trop élevés, mais
aussi du goût très différent de
celui du poisson frais. Devant
cette situation décourageante, le
citoyen aimerait bien acheter la
sardine fraîche à moindre coût,
comme ce fut toujours le cas,
cependant, au prix de 700 DA le
kg, il n'y a aucun espoir.
Dans la matinée du jeudi 19 mai,
les poissonniers de la ville de
Ténès ont bel et bien proposé à
la vente de la sardine à 700 DA
le kilo. Du jamais vu pour une
ville côtière située sur un littoral de 129 km où la sardine fait
partie du patrimoine culinaire
de la région. Déjà à 200 DA le
kilo, la sardine était considérée
assez chère notamment pour
les modestes bourses. Et à 700
DA, il faut reconnaître que peu
de gens sont enclins à l’acheter. «L'offre et la demande jouent
pleinement leur rôle dans ce cas
de figure», note un restaurateur
rencontré à la place de «la Marina» à Ténès. La caisse (cageot
de sardine de 20 kilos) est cédée
à 13 000 DA aux revendeurs qui
sont contraints à leur tour de
porter à 700 dinars le kilo, si ce
n’est plus, pour trouver leur
compte. Telle fut la seule réponse à la question relative à
cette flambée inhabituelle du
prix de la sardine notamment
en cette période de l’année
connue par la production abondante du poisson, dont la sardine.
Zakarya M.
,Le ministère de la Défense nationale organisera, à partir de l'année 2016-2017, un grand concours
en faveur des élèves candidats
au BEM pour la sélection de
ceux qui auront une bonne
moyenne. En effet, les candidats
retenus poursuivront leur scolarité à l'Ecole des cadets de la
nation, qui ouvrira prochainement ses portes, selon un communiqué du secteur de l’éducation.
Selon les mêmes sources, le secteur de Benghebrit connaît d'intenses préparatifs en vue de la
réussite de ce grand acquis lors
d’une rencontre tenue au cours
de cette semaine avec la participation de hauts cadres représentant le ministère de la Défense. Quant au ministère de
l'Education, il est représenté par
la nouvelle directrice depuis huit
BRÈVE
Sidi Bel-Abbès
Un adolescent trouvé
mort à Oued Mekarra
Un adolescent, scolarisé au moyen, a
été trouvé sans vie dans l’après-midi
du vendredi 20 mai 2016, à la
commune de Sidi Khaled. La victime a
été retrouvée au fond de l’eau à oued
Mekera, à proximité du cimetière. Les
recherches ont commencé trop tôt
vendredi par les éléments de la
mois à la tête du secteur. Selon
le même communiqué, une panoplie de perspectives de l'Ecole
de cadets de la nation ont été débattues et approuvées, tout en
notant que les professeurs délégués bénéficieront de beaucoup d'avantages, à l'exemple
d'une indemnité complémentaire à leur salaire perçue par la
Direction de l'éducation. Comme
il est utile de rappeler que toutes
les conditions d'accès à cette
école sont disponibles sur internet.
Pour rappel, la nouvelle infrastructure militaire est fin prête,
dotée de toutes les commodités.
Elle ouvrira ses portes le mois de
septembre prochain.
Hamzaoui Benchohra
Voir surInternet
www.lnr-dz.com
Gendarmerie, accompagnés de ceux
de la Protection civile qui se sont
déployés tout le long du périmètre où
ses vêtements ont été retrouvés.
L’enfant n’avait pas rejoint le
domicile la nuit d’avant, selon des
témoins. Après de longues recherches,
le corps a été trouvé au fond de l’eau
sans vie. La dépouille a été évacuée à
l’hôpital Hassani Abdelkader pour une
éventuelle autopsie aux fins
d’élucider cet accident dramatique
qui a secoué la paisible population de
la commune et particulièrement sa
petite famille.
Djillali T.
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
régions
9
Les plages de Bordj El-Bahri à Alger
nettoyées dans une action citoyenne
Portes ouvertes sur la Gendarmerie nationale à Annaba
L’expérience et le professionnalisme
mis en exergue
,L’édition portes ouvertes sur la gendarmerie 2016 entamée à Annaba, jeudi dernier, est différente des précédentes. Un site d’exposition du palais de la culture et des arts Mohamed-Boudiaf plus riche, des stands de différents services bien achalandés en termes de moyens d'investigations, de recherches, d'analyses, de communications et d’informations, beaucoup de nouveautés mises en exergue confirmant une organisation
professionnelle et une gestion bien maîtrisée des officiels et du public, ont caractérisé cet événement.
Ces portes ouvertes au grand public à laquelle a assisté le wali de Annaba Youcef
Cherfa a suscité un grand intérêt chez les Annabis. Bien canalisés par des gendarmettes
à la disponibilité de tout instant, les visiteurs ont été ravis par l’accueil qui leur était
réservé. Le chef du groupement de la gendarmerie de Annaba, le colonel Sarhoud, a
rappelé, à cette occasion, les grandes lignes
de la stratégie sécuritaire adoptée dont les
principes s’inspirent des intérêts supérieurs du pays. Il a souligné que ces portes
ouvertes étalées sur trois jours représentent une étape richissime de significations
patriotiques et sincères, à travers laquelle
chaque membre de ce corps constitué se
remémore le passé glorieux des sacrifices
consentis pour projeter le pays vers un
avenir prometteur au service de la nation
et des citoyens. Le même responsable a
tenu à préciser, à cet égard, les grandes
lignes de la stratégie sécuritaire adoptée sur
la base des hautes orientations de l’Etat et
des aspirations des citoyens vers la consécration des principes de la bonne gouvernance et de la transparence, la consolidation des mécanismes de contrôle et de la
moralisation au sein du service public. Il a
également estimé que cette stratégie cible
la promotion structurelle, l'amélioration
des services de sécurité fournis aux ci-
toyens et l'ouverture de l’institution aux acteurs institutionnels nationaux et internationaux ainsi que toutes les composantes
de la société civile. Il a également abordé
l'amélioration des capacités opérationnelles de ces services et leur renforcement
par les moyens technologiques et scientifiques de gestion des crises pour faire face
aux menaces criminelles et terroristes. Au
terme de cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence des responsables civils
et militaires, il a été rendu hommage à des
citoyens, notamment les anciens moudjahidine, les éléments des corps constitués
à la retraite, fonctionnaires et autres, en
reconnaissance de leur participation aux efforts consentis dans l'accomplissement
de leur mission pour garantir la sécurité et
la stabilité et veiller à la préservation de la
sécurité des citoyens et de leurs biens.
Lors de la visite des stands, les visiteurs ont
été agréablement surpris par la qualité des
équipements et moyens d’intervention exposés ainsi que par les exhibitions des
gendarmes spécialistes du close-combat et
de la lutte contre la criminalité sous toutes
ses formes. Les représentants de la marine
nationale, l’aviation, l’armée de terre, la Sûreté nationale et les corps spécialisés de prévention, d’intervention et de lutte contre
toute forme de criminalité étaient présents
à cette fête de la Gendarmerie nationale.
«Ces portes ouvertes reflètent on ne peut
mieux l’expérience, le professionnalisme et
la maturité de la gendarmerie nationale
ayant pour mission, entre autres, la défense des intérêts supérieurs de la république», commente Ali B., l’un des visiteurs.
D’autres citoyens ont estimé que cette édition 2016 est mieux organisée que les précédentes. Ce qui démontre que le citoyen
est devenu plus exigeant en termes d'attente de sécurité des biens et des personnes. «Il y a comme la certitude du professionnalisme qui émane du comportement de chaque gendarme dans sa mission
de défense du territoire et de lutte contre
la criminalité», indique une mère de famille.
Lors des exhibitions auxquelles a participé
la section canine bien entraînée dans les interventions contre la délinquance et le trafic de drogue, bon nombre de citoyens
n’ont pas caché leur satisfaction. «Que ce soit
dans le domaine de la sécurité du territoire,
des biens et des personnes, de la circulation
routière et de la lutte contre le trafic de stupéfiants, la Gendarmerie nationale a démontré qu’elle est capable d’intervenir efficacement en tout lieu et à tout moment
face à n’importe quelle situation», a affirmé
Abdelhak B., un des invités de cette édition.
A. Djabali
L’Association nationale scientifique a organisé samedi une action de
nettoyage des plages situées dans la commune de Bordj El Bahri (Alger
Est) à laquelle ont pris part des lycéens et des scouts pour que les
estivants puissent disposer d’un espace de détente propre, a-t-on
constaté. (Photo > D. R. )
In Salah : plus de 6 600 q de blé
dur moissonnés
Une production de 6.640 quintaux de blé dur a été engrangée dans la
wilaya déléguée d’In-Salah (Tamanrasset) lors de la campagne moissonsbattage qui a pris fin samedi. (Photo > D. R.)
Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, à Boumerdès
Efforts, modernisation et professionnalisme
de l’institution de la police
La police d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui car beaucoup de choses ont changé.
Elle est moderne et professionnelle et
pour cela, le général-major Abdelghani
Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, premier responsable de l’institution depuis sa nomination par le Président
de la République, Abdelaziz Bouteflika,
ministre de la Défense, a souvent mis l’accent sur les efforts consentis en vue de rapprocher la police du citoyen à travers la
réalisation de nouvelles structures, ainsi
que le renforcement du rôle des sûretés
de la wilaya dans la gestion, la lutte contre
la criminalité et la prise d’initiatives en
concertation avec les autorités locales et
les différents partenaires concernés. C’est
un responsable qui réfute la hogra et l’injustice, d’ailleurs il a réglé pas mal de problème de citoyens lorsqu’il est chargé et
saisi d’un dossier. Hamel n’a jamais cessé
de souligner également tout l’intérêt accordé aux programmes dans les écoles de
formation de la police pour les adapter aux
grandes mutations que connaît la société
algérienne et dans le monde. Le directeur
général de la Sûreté nationale Abdelghani
Hamel mise sur la professionnalisation
de la police et se dit «satisfait» de ce qui a
été accompli par ses services jusque-là,
mais et surtout «déterminé» grâce à la
conjugaison des efforts de tout un chacun
à aller de l’avant dans sa mission de sécuriser les biens et les personnes, défendre son pays et ses intérêts car c’est un
devoir pour chaque policier et que notre
citoyen fasse confiance à sa police, qui
n’est en fin de parcours qu’à son service.
Pour cela, M. Hamel a souvent dans ce
sillage appelé les hommes et les femmes
de la sûreté nationale à donner de leur
mieux dans l’exercice de leurs différentes
missions et d’être à la hauteur des attentes de la population rappelant le plan
de développement et de modernisation
mis à leur profit, notamment en ce qui
concerne la formation de qualité et le déploiement des moyens matériels techniques et logistiques innovants. Au lendemain de sa prise de fonction à la tête de
la Direction générale de la sûreté nationale,
le général- major Abdelghani Hamel a
dressé sans plus attendre un état des
lieux avec l’objectif de « redynamiser les
services actifs, particulièrement la priorité
des priorités était de mettre une organisation afin de traduire une vision, celle du
rajeunissement des cadres et responsables. Il a été décidé de la nomination de
nouveaux cadres dont les critères sont
prédéfinis et connus à la DGSN, à savoir
l’engagement, la disponibilité, le niveau
d’instruction ainsi que l’expérience professionnelle. Mais c’est surtout, le volet
moralité qui prime au sein de la sûreté nationale : les résultats n’ont pas tardé à
venir. Hamel veille à ce que les lois de la
République soient appliquées dans toute
leur rigueur, mais sans excès de zèle et en
toute légalité et professionnalisme. L’action
policière devrait être d’abord préventive
pour agir par la suite au bon moment afin
de mettre en échec les agissements des
criminels qui seront présentés à la justice dans le strict respect des droits de
l’homme et de la déontologie policière.
C’est un personnage très à l’écoute des citoyens qui n’a jamais accepté la hogra, l’injustice sous toutes ses formes, c’est
l’homme des situations avec les témoignages de tous ceux qui le connaissent qui
se donnent sans répit pour la dignité, la sécurité et la stabilité du pays et qui appliquent sans détour les directives du pre-
mier magistrat du pays, en l’occurrence
Abdelaziz Bouteflika. Abdelghani Hamel
est un homme pleinement engagé dans
l’institution de la police, son savoir-faire et
son sens du devoir et de la communication lui ont également permis de gagner le
respect et la sympathie des autorités en
haut lieu. Aussi il est à noter toutefois que
la DGSN, la police d’aujourd’hui s’appuie
souvent sur des indicateurs objectifs, statistiques, études et chiffres. Il faut toutefois
garder en tête que le contact avec l’humain
est le vrai travail d’approche, lui faire
confiance, en sachant que dans tout
groupe social, il y a des bons et des moins
bons, des tirs au flanc, des calmes et des
violents… La police veille à la tranquillité
des citoyens, elle est présente dans les
marchés, les gares routières, les artères
commerçantes, les écoles, les institutions
étatiques, les APC, les daïras à toute heure,
de jour comme de nuit. La police consent
des efforts et des déploiements de ses
troupes qui sont opérationnelles et qui
aboutissent à des résultats positifs tant sur
plan répressif que préventif, à savoir en
matière de prévention routière et de lutte
contre la petite et moyenne criminalité. La
preuve ce n’est pas le fruit du hasard si le
général- major Abdelghani Hamel s’est vu
récompenser par la Fédération internationale anti-corruption sportive (FIACS)
que préside Morad Mazar, par la plus
haute distinction aux services rendus
pour la lutte contre ce mal par les services
de la police algérienne.
Ce prix vient à point nommé étant donné
que l’institution des hommes en bleu va
fêter la fête de la police à travers toute l’Algérie avec des portes ouvertes dans
chaque sûreté de daïra.
Djouab Kouider
Les bibliothèques converties en salles
de révision à Mila
La lecture dans la ville de Mila ne semble plus présenter un
attrait pour la population notamment les jeunes. Les lecteurs
sont souvent d’un certain âge, ceux de la vieille école, «une
espèce en voie d'extinction», avoue d'emblée à l'APS le vieux
libraire, Tahar Medjoudj. (Photo > D. R. )
Ghardaïa : 6 000 oiseaux migrateurs
observés dans les zones humides
Quelque 5 997 oiseaux migrateurs nicheurs ont été dénombrés par
les ornithologues dans les zones humides de la wilaya de Ghardaïa,
devenues des lieux de nidification incontournables, a-t-on appris
auprès de la Conservation des forêts (CF). (Photo > D. R.)
La NR 5555 – Lundi 23 mai 2016
histoire
10
Sidi Bel-Abbès
Faut-il blâmer une guerre ou les étudiants ?
,19 mai 1956, journée historique.
Elle a symbolisé à jamais un sacrifice inqualifiable. Les étudiants
musulmans algériens ont préféré
tourner le dos à une carrière de
savoir remplie d’espoir pour rejoindre le maquis défendre la
chère patrie du joug colonial.
Une décision qui avait pour gage
de précieuses offrandes, une vie
au fleur de l’âge et des études de
rêves et d’avenir.
haque année, les autorités marquent une halte pour remettre en
surface cet événement qui symbolise une frange marginalisée,
mal entendue et dévalorisée. Faut-il une
autre guerre pour changer d’avis sur l’étudiant d’aujourd’hui ?
Les universités, les établissements scolaires et centres de formations professionnelles sont remplis à craquer. La rue
n’en manque pas de ces infortunés futurs
hommes qui ont cru en leurs parents de
suivre des études supérieurs dans l’espoir
d’être «quelqu’un». Nos étudiants sont
taxés de tous les malheurs. On leur en veut
les grèves, l’indiscipline, le niveau et le
comportement. Sont-ils seuls responsables
de leur état d’aujourd’hui ?
L’université fournit-elle vraiment des conditions et un climat d’en faire de l’étudiant ce
qu’un pays développé attend ? L’université
doit fournir et assurer des spécialités dans
chaque domaine qu’il soit scientifique, politique, médical, environnemental, informatique….cette offre existe-t-elle réellement pour satisfaire la soif des étudiants de
conquérir le monde, la modernisation qui
n’existe que dans leurs rêves ?
Tellement de questions que seule une petite analyse peut assouvir, répondre par
une question. Ne dit-on pas que le mal
guéri le mal ! Pourquoi qu’un étudiant algérien réussi à de venir ce «quelqu’un» à
l’étranger ? d’ailleurs, même en sport,
l’équipe nationale est un exemple.
Les mêmes effets produisent les mêmes résultats et vire même au plus grave. Notre
système éducatif va droit en enfer. Il est
temps de donner à l’administration son
vrai rôle, qu’elle ne dépend en aucun cas
d’une influence politique gangrenante nourrit par des intérêts grotesques demunis
de toutes responsabilités.
On parle sans cesse d’education trouvant
du plaisir dans la critique désorientée,
mais on omet l’éducateur, son rôle prépondérant dans la réussite de cette équation. L’éducateur ici n’est pas seulement le
professeur mais tout un système d’education. Des lois, des règles et une politique engagée qui trace les limites de chacun. La
fonction la plus pénible est devenue celle
de l’enseignant. La dégradation continuelle
du système éducatif à d’abord réduit au rabais le maître d’école, le professeurs dans
les autres cycles par le fait de le pousser à
un aumône déguisé, faire de loto-stop,
subir les affres morales et physiques des
chaines pour percevoir un misérable salaire. Cette image l’a descendue du prétendu prophète au plus misérable des gens
aux yeux de ses propres élèves.
Les répercutions de cette image ont violement secoué l’orientation pensive de l’étudiant de bien se voir dans ses études.
Vendre de la karantika (El Hami) devient
meilleur aux yeux de tous, et de surcroît de
l’élève qui s’enfonce dans d’autres idées
n’arrangeants en rien l’exemplarité dans le
C
suivi des études. Envier un vendeur de
cette «gourmandise» aveuglé implacablement par des avarices, se permettre du
lux, était un autre coup fatal. L’étudiant, depuis l’écolier du primaire, ne faisait que repousser d’avantage l’idée que les études
sont la clé des réussites dans un monde
nouveau. Sa manifestation était traduite
par son comportement envers le prof, celui
de l’établissement, puis de tout l’entourage qui n’a prêté aucune attention de le
comprendre. Une sorte de vengeance insatiable est née. La Journée nationale de
l’étudiant doit servir de repère pour tracer
sa trajectoire avenir. Un avenir qui place en
tête l’étudiant qui sait se battre quand il le
faut, le moment qu’il faut, ne plus le réduire à néant dans ses études pour le fait
qu’il n’y a pas de guerre ou l’on doit l’éprouver et tester son blet.
Hier, c’était une cause sainte incontournable, aujourd’hui c’est une mission, un
défi si l’on veut vraiment construire un
pays et rependre à un développement de
qualité dans tous les domaines. La re-
cherche scientifique, pour n’en citer
qu’une, est au mode standby. L’université
de Sidi Bel-Abbès a été classée par des
«étrangers» 1ére au niveau national. Doiton croire à des choses inconcevables ! Les
étudiants en Europe, en Asie, en Amérique
dans les pays développés prouvent bien
leurs positions avec de réels travaux de recherches et des résultats qui boostent
l’économie de leurs pays. En Algérie on
continue à se soigner à l’étranger et acheter du matériel tous types confondus de
l’étranger tout en ayant l’audace poser le
tamis sur la tête croyant échapper au pic
de la chaleur. Se mentir même à soi, au
point d’y croire à son propre mensonge.
L’on ne sait toujours pas pour qui on bosse
et à qui on persiste de mentir sans relâche
! On bannit l’étudiant de 2016 pour le fait
que celui de 1956 a fait une guerre. Faut-il
faire une guerre pour bien juger les étudiants d’aujourd’hui ? je n’ai pu résister à
une réaction télévisée rapportant ces faits,
que les autres ont fait une guerre, ceux là
qu’ont-il fait !
Leur première guerre est d’avoir cru que
seules les études peuvent les sauver et
sauver leur pays, de nous avoir écouté et
obéi, de nous avoir fait vivre des moments
de joies partageant leurs réussites. Faut
tout juste apprendre de ces erreurs et ne
faire réserver la journée qu’à l’étudiant,
son avenir, sa situation dans les établissements scolaires et à l’université, les conditions dont lesquels il suit ses études, ses
travaux de recherches, le matériel dont il
a besoin, les laboratoires, le respect des délais pour les soutenances, les encourager
et soutenir à suivre des spécialités, planifier pour qu’ils ne versent pas tout droit à
la rue après leurs études ou contracter
avec l’Anem pour s’éterniser dans une bureaucratie réglementée, et tellement
d’autres choses. Il suffit de savoir que la publication des articles de doctorat se fait
ailleurs ! Alors donnons la chance aux étudiants de 2016 et de demain de faire une
autre guerre celle de la croissance et du développement.
Djilali T.
L’université fournit-elle vraiment des conditions et
un climat d’en faire de l’étudiant ce qu’un pays
développé attend ? L’université doit fournir et
assurer des spécialités dans chaque domaine :
scientifique, politique, médical,
environnemental, informatique... Cette offre
existe-t-elle réellement pour satisfaire la soif des
étudiants de conquérir le monde, la modérnisation
qui n’existe que dans leurs rêves ? Tellement de
questions que seule une petite analyse
peut assouvir
La NR 5555 — Lundi 23 mai 2016
détente
11
N° 191
Mots croisés
Mots fléchés
1
Canaux des paludiers
Alliance militaire
Jamais repus
Pilier
Clairsemés
Abri de bêtes
à plumes
Griffes de
magistrat
Apportée
Livres drôles
Produit un son
aigu
2
3
4
5
6
7
8
I
II
III
IV
V
VI
Marquer,
graver
Vrombir
VII
VIII
IX
X
XI
Acteur au
labo
Faire un repli
Peu docile
Existes vraiment
Lac d’Italie
Appel au loin
Acteur du
midi
XII
HORIZONTALEMENT
Plante à gazon
Dégât matériel
Part à payer
Dieu radieux
Héros cornélien (le)
Il est battu à
l’oeil
Signifie avec
Collège
Pression sur
la souris
I.Sage conduite.II.On y embarque les passagers.III.Il bouche les trous à l'endui.IV.Rivière du Jura. Prénom féminin.V.Obtenues. Indication de lieu.VI.Fit
le malin. Cotisation sociale.VII.Aller-retour en deux lettres. Les 50 étoiles
d'Obama.VIII.Appel discret. Pâturage de montagne.IX.Une façon de plonger (en). Une façon de plonger (en)X.Une façon de plonger (en).XI.Toucher
du doigt. Premier degré de la gamme.XII.Fin d'infinitif. On commence par
lui.
VERTICALEMENT
1.L'homme de la famille. Écrasé de nouveau.2. Ouvriers du livre. Il participe
au ramassage scolaire.3.Planète au-delà de Saturne. Sens du
toucher.4.Richesse de future mariée. Elle remplit le seau. Il faut lui trouver
chaussure.5.Très amoureux. Poisson d'eau douce.6.Stendhal l'associa au
rouge. Bien fixée.7.Matières très normandes. Accroché au bout d'un
fil.8.Gêne la respiration. À la première heure du jour.
A un rang
imprécis
ll y a de l’ordre
à y mettre
Serrés
Mot mystère : FRUITS
Le mot manquant
Dans la citation suivante, un mot a été supprimé :
«Avoir de l'or faux est un malheur supportable et facile à découvrir ; mais le faux ami, c'est ce qu'il y a de plus pénible à .........................»
(Proverbe Théognis)
Est-ce le mot :
A : Découvrir ? B : Accueillir ? C : Croire ?
Solutions du numéro 190
Mots fléchés
Mots croisés
Horizontalement :
S - B - O - A - BENI - BABA - CANASSON - AUVENT - RN - ESTRADE - DDT EURE - R - PRETER - LAVAI - I - I - PARESSE - CE - MUETTE - EMIR - ECU.
Horizontalement :
SHETLAND - PITRERIE - OASAI - RMC - NS - ACIER - TEC - LESE -ARISER -T - N REFERE - ETEL - PAR - MA - SALI - ETC - NASA - N - OIGNON -TILDE - NA.
Verticalement :
B -A - D - L - C - SECU - DRAPEE - NAVET - VAM - BINES - PARMI - ANTERIEUR
- OBSTRUE - SE - AS - ARTISTE - ABORDEE - ETC - ANNE - EU.
Verticalement :
SPONTANEMENT - HISSER - TAT - I - ETA - CIRE - COL - TRIA - SELS - ID - LE - CLEF
- ANGE - ARRIERE PLAN - NIMES - RAISON - DECRETER - ANA.
Le mot manquant
Mot
mystère
«En fait de goût, chacun doit être
le maître chez soi».
BOURRACHE
(Proverbe Voltaire)
La NR 5555 — Lundi 23 mai 2016
télévision
12
Programme
CHRONIK
par Herbé
12.55 Météo
14.05 Un cas pour deux
CES MESSIEURS
LES CHÔMEURS DE LUXE
15.05 Un cas pour deux
12.00
13.35
14.25
16.00
16.05
17.00
17.05
17.30
18.00
18.45
19.00
21.35
22.20
Journal
Les feux de l'amour
Mauvaise influence
Quatre mariages pour
une lune de miel
Bienvenue chez nous
Bienvenue au camping
Money Drop
Téléshopping
Météo
Money Drop
Journal
Esprits criminels
Esprits criminels
12.50 Le mariage de ma
meilleure amie
18.00 Grey's Anatomy
18.45 Grey's Anatomy
19.55 Les 30 histoires...
mystérieuses
22.20 Les 30 histoires...
mystérieuses
16.15 Pawn Stars, les rois
des enchères
16.50 Touche pas à mon
sport !
20.00 Resident Evil :
Retribution
21.55 Resident Evil :
Retribution
11.00 Tout le monde veut
prendre sa place
12.00 Journal
14.00 Internationaux de
France 2016
17.10 Dans la peau d'un chef
17.50 N'oubliez pas les
paroles
18.20 N'oubliez pas les
paroles
19.00 Journal
19.40 Parents mode d'emploi
20.00 Le plus beau jour
21.25 La 28e nuit des Molières
17.50 Une saison au zoo
17.55 Moundir et les apprentis
aventuriers
18.55 Moundir et les apprentis
aventuriers
19.25 Une saison au zoo
19.55 Le masque de l'araignée
20.00 On n'est plus des
pigeons !
21.45 58 minutes pour vivre
17.45 Une saison au zoo
18.20 Une saison au zoo
19.55 On n'est plus des
pigeons !
21.15 On n'est plus des
pigeons !
06.50
10.05
10.45
11.10
12.45
14.45
16.20
17.35
18.45
19.10
19.55
M6 boutique
Modern Family
Le journal
Scènes de ménages
Meurtre à la une
Mon ex-futur mari
Les reines du shopping
Chasseurs d'appart'
Le journal
Scènes de ménages
Thor : le monde
des ténèbres
22.00 L'incroyable Hulk
08.10 The Five
08.55 Le tube
09.40 La résistance de l'air
11.45 La nouvelle édition
13.10 La tête haute
15.05 Avant d'aller dormir
18.15 Le grand journal
19.10 Le petit journal
20.00 Le bureau des légendes
20.55 Le bureau des légendes
21.50 Le journal du festival
14.20
16.00
17.45
19.45
22.00
Peur bleue
La haine
Le couperet
The Island
Piranha
06.00 EuroNews
07.07 Garfield & Cie
07.25 Boule et Bill
07.35 Boule et Bill
07.55 Ninjago
08.20 Ninjago
08.50 Dans votre région
09.35 La chouette & Cie
09.50 Midi en France
: Depuis le Croisic
11.25 Dans votre région
11.50 Météo
12.00 Journal
12.30
14.35
16.25
18.05
19.45
21.25
Harvey Milk
Mea Culpa
Lucky Luke
Divorces !
Homefront
Secret Identity
13.35 Allô, docteurs !
14.35 Un mannequin chez
les Bushmen
15.35 La fureur du climat
18.00 Afrique, les arbres
de la vie
19.05 28 minutes
19.55 Les assassins sont
parmi nous
21.15 Jacob le menteur
15.15 Des chiffres et des lettres
16.50 Slam
17.10 Questions pour un
champion
18.30 Journal
19.00 Tout le sport
20.40 Prey
21.30 Prey
22.00 Grand Soir 3
22.55 La France en docs
11.20 NAlerte Cobra
13.25 New York, section
criminelle
15.10 New York, section
criminelle
16.55 Arrow
17.50 Arrow
18.40 Arrow
19.55 Wolverine :
le combat de l'immortel
07.00 Internationaux de
France 2016
07.55 Avantage Leconte
09.00 Double mixte
10.00 Internationaux de
France 2016
20.30 Duel du jour
Sélection
Arte - 19.55
Les assassins sont parmi nous
Drame avec Ernest Wilhelm
En 1945, à Berlin. Un médecin hanté par la guerre décide
de châtier son ex-supérieur, responsable d'un massacre…
Premier film allemand d'après-guerre, cette réflexion sur la
culpabilité vaut autant pour ses qualités artistiques que
pour la clairvoyance de son message : pas d'avenir sans justice.
,
W9 - 19.55
Le masque de l’araignée
Thriller avec Morgan Freeman
,
Un criminologue réputé doit jouer au plus malin avec
le ravisseur d'une fillette. Pour mettre en échec ce criminel
qui le défie, il fait équipe avec une jeune femme, agent des
services secrets… le suspense se révèle éprouvant pour
les nerfs et l'intrigue excitante pour les cellules grises.
M6 - 19.55
Thor : le monde des ténèbres
Film fantastique avec Chris Hemsworth
Pour sauver la Terre et les neuf mondes, Thor, le
,
puissant Avenger, va devoir lutter contre un mystérieux
ennemi qui convoite l'univers tout entier… Décors XXL,
batailles homériques, conflits familiaux, le spectacle est
total.
Au micro de la radio Chaîne
3, le patron de l’Agence
nationale pour l’emploi,
Anem, a déclaré sans passer
par trente-six chemins que
les Algériens ne veulent pas
travailler. C’est sur le
plateau de la Chaîne 3 que
Mohammed Tahar Challal a
tenu à s’exprimer sur la
situation paradoxale qui
semble caractériser le
marché du travail en
Algérie. Il a dévoilé
quelques chiffres qui font
état de la situation du
marché du travail dans
notre pays. Ainsi, l’Algérie
compte quelque chose
comme 1 140 000 chômeurs
et sur tout ce beau monde
17% n’ont jamais bossé,
20% ont travaillé quelques
temps seulement avant de
perdre leur emploi et
seulement 45% possèdent
un diplôme ou une
qualification.
Mieux encore, le patron de
l’Anem a déclaré que les
chômeurs algériens sont de
plus en plus capricieux. Ils
refusent de travailler dans
le domaine de l’agriculture
et dans le secteur des
travaux publics, deux
secteurs qui offrent
1 300 000 emplois. Les
jeunes veulent éviter les
emplois où les tâches sont
ardues et faiblement
rémunérés.
Les jeunes préfèrent des
emplois moins pénibles et
relativement mieux payés,
comme chauffeurs ou
agents de sécurité.
Mohammed Tahar Challal
citera à titre d’exemple une
entreprise qui demandaient
près de 140 ouvriers pour
ses chantiers et qui n’a vu
aucune candidature, les
chômeurs lui ont préféré
l’offre d’un opérateur
téléphonique qui
demandait à recruter une
dizaine d’agents de
sécurité.
Et puis, je tombe sur un
article qui nous apprend
que nos chers députés, qui
d’ailleurs nous coûtent
excessivement chers,
continuent à «chômer»…
est ce que le patron de
l’Anem a compté ces
députés dans sa liste des
chômeurs de luxe ?
Par ces temps très difficiles,
je suggère qu’on réduise de
moitié la rémunération de
ces députés qui, non
seulement ne fichent rien
de la journée, mais ils sont
toujours absents de
l’hémicycle de l’APN…par
honnêteté.
Mieux encore, au lieu
d’obliger les salariés des
entreprises à prendre de
force les bons d’emprunt
obligataire, pourquoi ne
pas les coller à ces messieurs
les députés qui, eux aussi,
devraient être concernés
par ce que le gouvernement
appelle « effort national»…
sauf si ces députés ne se
considèrent « algériens »
que le jour de paie.
culture
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
13
17e Festival européen en Algérie
MIHOUBI À L’ISMAS
NÉCESSITÉ DE REVOIR
«LES PERFORMANCES»
Le ministre de la Culture,
Azzedine Mihoubi, a
appelé jeudi les
responsables de l'Institut
supérieur des métiers des
arts du spectacle et de
l'audiovisuel (Ismas)
d'Alger, «à revoir les
performances limitées» de
cette institution pour
affirmer sa présence sur la
scène culturelle.
Intervenant lors d'une
visite à l'Ismas à l'occasion
de la célébration de la
Journée nationale de
l'étudiant (19 mai), le
ministre a souligné la
nécessité de «pallier les
dysfonctionnements,
développer et actualiser
les méthodes de formation
et établir des contacts avec
les producteurs et
professionnels du
cinéma». M. Mihoubi a
saisi l'occasion de la visite
pour rappeler que
Mostaganem serait «la
capitale du théâtre 2017»,
avec un riche programme
d'œuvres dramatiques
nationales et étrangères
produites en 2016 et 2017.
L'objectif de cette
manifestation «est de
donner un nouveau
souffle au théâtre régional
Si Djillali Benabdelhalim»,
inauguré en mars dernier,
qui se veut la première
structure bâtie
conformément au normes
internationales après
l'indépendance.
Une formation «payante»
dans les spécialités
enseignées par l'Institut
sera organisée en
septembre prochain au
profit des journalistes, des
metteurs en scène et
photographes privés.
Organisés par le ministère
de la Culture en
coopération avec l'Ismas,
ces cycles de formation
seront basées «sur le
programme du secteur
2016 dans son volet relatif
à la diffusion et à la
promotion des
programmes de formation
de courte durée dans le
domaine des arts, et ce
pour répondre aux besoins
du marché du travail»,
selon des responsables du
ministère.
Le programme de cette
formation, dont la durée
sera de 5 jours à 3
semaines comprend «19
thèmes artistiques», à
savoir la photo, le
montage, le scénario etc.
En plus «d'insuffler une
nouvelle dynamique au
secteur», ces cycles de
formation sont de nature à
générer «des revenus» à
l'Institut et aux écoles du
secteur de la Culture.
R. C.
Nouvelles disciplines et dialogue
des cultures
kLe 17e Festival culturel
européen en Algérie qui
a pris fin samedi a été
marqué par l'introduction
de nouvelles disciplines
artistiques, en plus de son
habituel programme
musical représentatif
de la scène européenne
actuelle.
Les scènes des salles Ibn-Zeydoun
et Ibn- Khaldoun ont accueilli pour
la première fois des séances de lectures publiques, animées par le collectif «Fabrique à lecteurs», récemment créé, invitant le public dans
l’univers d'auteurs algériens et européens contemporains.
Constitué d'amoureux de la littérature, de poète et d'écrivains, ce collectif, formé à la lecture sur scène,
profite de la présence du public
avant les concerts pour lui faire découvrir ou redécouvrir des extraits
de textes d'auteurs, algériens
comme Ahlem Mostghanemi, Mohamed Dib et Samir Kacimi, ou
étranger comme la Portugaise Lidia
Jorge, le Tchèque Milan Kundera et
l'Italien Umberto Eco. Autre nouveauté, le théâtre de marionnettes
a été introduit au programme du
festival par la compagnie finlandaise «Théâtre D'illusia» qui a donné
quatre représentations du spectacle «Quand l'ombre passe, sur les
traces de Mohamed Dib» illustré
par des figurines inspirées du travail du plasticien Rachid Koraichi.
Le jeune public a ainsi été pris en
considération lors de l'élaboration
du programme du festival à travers
ces représentations en plus des
projections de films d'animation et
de cinéma pour enfant durant le
festival. Ce rendez-vous annuel
dédié à la culture européenne s'est,
en outre, déployé sur plusieurs espaces culturels de la Capitale tels
que le Petit théâtre de l'Oref, la filmothèque Mohamed-Zinet, l'Institut
français d'Alger, le Bastion 23 ou
encore la Basilique Notre dame
d'Afrique, en plus des projections à
Tizi Ouzou et Béjaïa et des concerts
de musique à Annaba et Oran.
Mis en avant par les organisateurs,
le dialogue des cultures, très présent dans les lectures et le théâtre,
se traduisait également sur la scène
musicale à travers des fusion et
des duos entre musiciens algériens
et européens, en plus de deux master class animés par des musiciens
belges et autrichiens.
Les concerts affichent toujours
complet
Comme chaque année, la programmation musicale du festival
européen a attiré un public nombreux à l'instar du concert d'ouverture animé par la nouvelle star
internationale de la musique touareg, le nigérien «Bambino», Oumara
Moctar, invité de la délégation, ou
encore la prestation de Claudia
Madur, la nouvelle voix du Fado,
un style très apprécié en Algérie.
Les concerts de jazz ont également
connu un franc succès, notamment
lors du passage très remarqué de la
trompettiste psychédélique aux influences orientales, la Britannique
Yazz Ahmed, qui avait invité la
chanteuse algérienne Amel Zen, ou
lors de la présentation de l'expérience musicale du «Manuel Hermia-M’Kachiche Quartet» une fusion menée par le saxophoniste et
flûtiste belge Manuel Hermia et le
violoniste algérien Kheireddine
M'Kachiche. La musique classique
et les orchestres de chambre
étaient également au programme,
représentée par l'orchestre italien
«Beyound Borders Ensemble» et le
«Romanian Trio» (Roumanie).
Le public a cependant regretté l'
«absence» de certains spectacles
«incontournables» comme le Flamenco espagnol et le folklore d'Europe centrale, en plus de l'absence
d'un «grand groupe algérien» en
clôture comme lors de précédentes
éditions. Inauguré le 9 mai, le 17e
Festival culturel européen en Algérie prendra fin avec un récital du
«Trio Mediterraneo» (Croatie) à
Alger et un concert de chant classique animé par Amancio Prada
(France-Espagne) au Théâtre régional d'Oran.
R. C.
Kindil el-Bahr de Damien Ounouri
La révolte d’une femme méduse
kEt si chaque femme harcelée ou violée se
transformait en méduse pour se venger ? Dans
« Kindil el-Bahr », une femme victime contre-attaque. Dans le percutant court métrage du réalisateur algérien Damien Ounouri, Nfissa (merveilleusement interprétée par Adila Bendimerad) prend la mer comme les résistants
prennent le maquis pour faire la révolution. 38
minutes éminemment poétiques et politiques,
présentées à la Quinzaine des réalisateurs, prestigieuse section parallèle du Festival de Cannes
qui ferme ses portes, ce dimanche 22 mai. Entretien.
«Kindil El-Bahr » est une sorte de «female
revenge movie». Pourquoi un réalisateur
homme fait-il un film où une femme
maltraitée prend sa vengeance contre les
hommes ?
Damien Ounouri : Oui, je suis un homme, mais
j’ai écrit le scénario avec une femme. Cela permet d’équilibrer la façon de voir les hommes et
les femmes. L’idée est née avec ma coscénariste
et actrice Adila Bendimerad et aussi avec un artiste-plasticien qui avait envie de faire une performance sur une femme dans l’eau entourée
par des hommes. Au même moment, Adila a été
très marqué par l’histoire d’une femme afghane
lynchée dans la rue. Cela m’intéresse d’attaquer mes histoires par l’angle de la femme.
Même au niveau mondial, très souvent, les
questions sont réduites aux apparences des
femmes : est-ce que ce qu’elles portent est trop
long, trop court… Ce n’est pas une question féministe, mais humaniste. Ce qui m’intéresse,
c’est comment un homme réagit par rapport
aux femmes ? Comment se placent les amis, les
maris, les membres de la famille, par rapport à
cette femme dans le film. Comment construiton une société ensemble ?
Qu’est-ce que signifie le titre «Kindil El
Bahr» ?
Cela veut dire méduse. Kindil signifie « lanterne
», la lumière. Et « El Bahr » signifie « de la mer ».
En arabe, on dit pour méduse « lanterne de la
mer ».
Depuis quelques années, le sujet
de la femme harcelée et maltraitée est
omniprésent dans les médias et dans le
cinéma, par exemple «Les femmes du bus
678» du réalisateur égyptien Mohamed
Diab. Est-ce un problème qui pourrait être
changé grâce au cinéma ?
J’espère que le cinéma peut changer des choses,
mais je n’en suis pas sûr. C’est plus une question d’éducation et de politique. Ce n’est pas une
question de pays ou de culture ou de religion.
La question de la femme cristallise les préoccupations, comme actuellement la question de
harcèlement en France ou avant dans les pays
arabes. C’est pourquoi notre film n’est pas localisé. Cela ne se passe pas en Algérie, mais dans
un monde parallèle, très proche. Dans le film, il
y a beaucoup d’éléments de l’Antiquité. On a
envie de montrer : c’est une question récurrente à l’humanité qui remonte à très loin.
Votre film démarre avec une scène banale :
avant de partir au travail, un homme
emmène sa femme, ses deux enfants et leur
grand-mère en voiture à la plage. Tout d’un
coup, la situation bascule. Est-ce une
métaphore pour la condition des femmes en
Algérie ?
Pas vraiment. Ce qui nous intéressait était de
basculer doucement du réalisme à quelque
chose de plus fantastique. La bascule se fait tout
simplement. D’un seul coup, cette femme commence à s’écouter. Elle ne réagit plus par rapport à l’environnement, mais il y a la mer, cet élément naturel, qui l’appelle. Elle s’oublie, se
laisse aller, rentre dans l’eau, se mouille, nage.
Et quand un corps se détend, il devient vite
très sensuel. C’est une plage où il y a très peu
de femmes, alors des hommes l’ont remarquée
et commencent à l’embêter. Le film est clairement très politique. C’est un peu un film à la
George Romero [cinéaste de Zombie, un film
américano-italien gore réalisé en 1978, ndlr].
Notre film permet une sorte de catharsis de la
société contemporaine. Il y a aussi un aspect
Œdipe, roi [film de Pier Paolo Pasolini, ndlr]
dans nos histoires. C’est fort en couleurs, en
émotions et cela va très loin. Tout cela pour provoquer chez le spectateur un électrochoc et le
faire réfléchir sur sa société.
S. F.
La NR 5555 — Lundi 23 mai 2016
vie pratique
INFOS
VOLS
Chlef vers
Paris vers
Marseille, 13h00
Béjaïa, 12h55
Météo
numéros
utiles
Paris vers
DÉPARTS
HORAIRES VALABLES
14
Tlemcen vers
Paris Orly, 08h45
Lundi 23 mai :
24°C
Constantine, 16h35
Paris vers
Oran, 12h55
DÉPARTS
DÉPARTS
Alger vers
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul, 11h30,
12h00
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Aman, 16h00
Beyrouth, 16h00
Francfort, 10h30
Moscou, 16h20
Niamey, 20h50
Nice, 08h10
Nouakchott, 21h15
DÉPARTS
Oran vers
Alicante, 1445
Bruxelles, 09h00
Casablanca, 07h45
Djeddah, 1700
Lyon, 08h50
Marseille, 09h00, 12h45
Oujda, 8h00, 18h25
Paris Orly, 08h30
Toulouse, 09h00
DÉPARTS
Annaba vers
Lyon, 11h00
Marseille, 08h00
Paris, 23h00
DÉPARTS
Sétif vers
Lyon, 09h30, 14h40
Paris Orly, 07h 55, 19h25
Dans la journée :
,
Peu nuageux
Bordeaux vers
Tamanrasset vers
Paris Orly, 02h45
Alger, 18h40
LIGNES INTÉRIEURES
Alger, 14h15
Alger vers
Annaba, 09h30, 15h50,
16h00, 17h30
Constantine, 06h00,
13h10, 14h50, 17h30,
20h00, 21h45, 22h10
Oran, 06h00, 11h00,
11h30, 17h45, 19h30,
20h50
Sétif, 08h00, 15h45
Ghardaïa, 07h00
18h30
Jijel, 08h10, 09h00
In Salah, 13h00
H.Messaoud, 06h45,
07h40, 18h00,
19h00, 20h45
DÉPARTS
Marseille vers
Marseille vers
Annaba, 10h30
Alger :
Lever du soleil : 5h35
Coucher du soleil : 19h55
Constantine, 10h30,
15h15
Alger, 10h50
Lille vers
Alger, 12h30
021.58.90.14
Le cholestérol en 10 questions et 10 réponses
Annaba, 13h50
Béjaïa, 10h40
Constantine, 16h15
Oran, 12h05
Sétif, 12h15
DÉPARTS
London vers
Alger, 14h05
DÉPARTS
Rome vers
,
Alger, 13h40
Alger, 11h40
Rimini vers
Alger, 11h00
Dépannage électricité :
021.68.55.00
Quels sont les symptômes d'un taux de
cholestérol élevé ?
Quand le taux de cholestérol augmente, ça
ne se voit pas. Pourtant, l'effet est bien
réel : le cholestérol s'accumule sur les
parois et augmente le risque d'accident
cardiovasculaire. C'est la raison pour
laquelle il est indispensable d'effectuer
021.58.32.32/58.37.37
SÉCURITÉ
des bilans sanguins régulièrement. Le premier doit être fait dès l'âge adulte, puis un
contrôle doit être effectué dans les situations suivantes :
Après 45 ans pour les hommes et au
moment de la ménopause pour les
femmes.
- En cas de diabète
- Si vous fumez
- Si vous avez pris du poids
- Si vous prenez la pilule
Par ailleurs, si l'un des membres de votre
famille proche (parents, frères, sœurs)
souffre d'hypercholestérolémie ou a été
victime d'un accident vasculaire précocement, il est indispensable de faire des
bilans précocement et régulièrement.
(Suivra)
DÉPARTS
Barcelone vers
Alger, 19h05
Alger, 18h15, 18h35
Alicante vers
Oran, 16h45
DÉPARTS
DÉPARTS
Constantine vers
Marseille, 08 h 00
12 h 30
Paris, 13h00
Nice, 07h55
Mulhouse, 10h15 Lyon,
07h50
Tunis, 16h00
Alger, 15h30
INGRÉDIENTS
- 1 kg de pommes de terre
- 1 gousse d’ail
- 60 cl de crème fraîche liquide entière
- 50 g de beurre
- Noix de muscade
- Sel, poivre
Oujda vers
Alger, 03h05
Djeddah vers
Alger, 03h40
Horaires des prières
DÉPARTS
Paris
vers
Alger,
08h05, 1h55, 19h10
Paris vers
Annaba, 15h55, 16h50
DÉPARTS
Tunis vers
Alger, 10h20, 15h50,
18h20
Constantine, 17h35
Gendarmerie :
021.62.11.99/62.12.99
ADRESSES UTILES
Aéroport HouariBoumediene
021.54.15.15
Air Algérie
(Réservation)
021.42.33.11/12
SNTF :
021.76.83.65/73.83.67
SNTR :
021.54.60.00/54.05.04
Hôtel El-Djazaïr :
Oran, 01h45
Caire vers
021.63.80.62
ENMTV :
GRATIN DAUPHINOIS
Djeddah vers
DÉPARTS
Sûreté de wilaya :
021.73.27.20/73.16.10
Dubaï vers
Biskra vers
Paris, 10h10
021.61.00.17
Air France :
Recette du jour
Madrid vers
Alger, 13h00, 12h30,
13h00
Protection civile :
021.28.11.12
Casablanca vers
Oran,09h10
Béjaïa vers
Marseille, 08h30
Paris, 09h20
Lyon, 13h30
DÉPARTS
021.68.44.00
Service des eaux :
Quelle est la différence entre le bon et
le mauvais cholestérol ?
En fait, il s'agit de la même molécule. Ce
qui change c'est le transporteur sur lequel
se fixe le cholestérol dans le sang. Le bon
cholestérol (ou HDL cholestérol) est récupéré par un certain type de transporteurs
pour être éliminé alors que le mauvais
cholestérol (ou LDL cholestérol) est
déposé dans les artères par un autre type
de transporteurs. Ce sont ces derniers qui
sont mauvais pour les artères et l'appareil
cardio-vasculaire en général.
DÉPARTS
DÉPARTS
Dépannage gaz :
DÉPARTS
Casablanca vers
Ambulances :
021.60.66.66
Vos dernières analyses montrent
un taux élevé de mauvais
cholestérol et vous devez suivre
un régime ? L'un de vos parents a
des problèmes cardiovasculaires et
vous craignez d'en avoir aussi ?
Suivez nos conseils pour traquer les
mauvaises graisses.
Lyon vers
Alger, 13h00
CHU Baïnem :
CHU Kouba :
Santé
Oran, 11h45, 15h40
Nice vers
021.93.11.90
021.81.61.13
Marseille vers
Alger, 12h25, 15h30
CHU Ben Aknoun :
CHU Beni Messous :
Marseille vers
DÉPARTS
Batna vers
Marseille, 10h30
Paris, 10h15
021.23.55.55
CHU Mustapha :
021.91.21.63
Bejaïa, 11h00
Constantine, 10h20
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h 50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul,
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Dans la nuit :
,
Ciel dégagé
Marseille vers
Nice vers
Alger vers
021.67.16.16/67.00.88
Batna, 13h00
Metz vers
Samu :
Max 24°C ressentie 23°C
Vent modéré de sud-ouest
min 12°C ressentie 11°C
Marseille vers
SANTÉ
Lundi 15 chaâbane 1437 :
23 mai 2016
Dhor ................12h45
Asser ...............16h35
Maghreb ..........19h57
Icha .................21.33
Mardi 16 chaâbane 1437 :
24 mai 2016
Fedjr ....................03h50
PRÉPARATION
021.23.09.33/37
Préchauffer le four à 180°C (th 6). Epluchez les
pommes de terre, rincez-les et coupez-les en tranches
fines, prendre des petites cocotes ou ramequins.
Frottez-les avec la gousse d’ail, puis beurrez-les.
Disposez une première couche à rondelles de
pommes de terre en les faisant chevaucher d’un tiers.
Versez un peu de crème, râpez un peu de noix de
muscade, puis salez et poivrez. Procédez de la même
façon pour la deuxième et la troisième. Ajustez la
quantité de crème, elle doit juste atteindre la surface.
Parsemez le gratin de lichettes de beurre et enfournez
pour une heure environ. 15 minutes avant la fin de
la cuisson, augmentez la température du four pour
faire gratiner le dessus. Vérifiez la cuisson avec la
pointe d’un couteau.
Servir chaud.
Hôtel El-Aurassi :
021.74.82.52
Hôtel Hilton :
021.21.96.96
Hôtel Sofitel :
021.68.52.10/17
Hôtel Sheraton :
021.37.77.77
Hôtel Mercure :
021.24.59.70/85
santé
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
15
LEO PHARMA ALGÉRIE
INFO
EXPRESS
Implantation de
prothèses au profit
de 25 patients à
Bordj Bou-Arréridj
Vingt-cinq patients, issus de
plusieurs wilayas du pays, ont
bénéficié d’opérations
d’implantation de prothèses,
dans le cadre des journées
chirurgicales médicales,
initiées par l’établissement
public hospitalier (EPH)
Mohamed-Bennani, de la
localité de Ras El-Oued (Bordj
Bou-Arréridj), a-t-on appris
samedi dernier, auprès de la
direction locale de la santé, de
la population et de la réforme
hospitalière.
Des opérations de la hanche
et du genou avec
implantation de prothèse qui
se sont déroulées sur deux
jours ont été réalisées avec
succès au profit de patients
venus de Bordj Bou-Arréridj,
de Sétif, d’Annaba, de TiziOuzou, de Bejaïa, et de
Constantine, a fait savoir cette
source. Selon la même
direction ces opérations ont
été réalisées par une équipe
chirurgicale composée de
douze médecins spécialistes
en orthopédie, conduite par
le Pr Benbouzid CHU de BenAknoun (Alger). Ces opérations
qualifiées de minutieuses
s’inscrivent dans le cadre de la
convention de jumelage liant
le CHU de Ben-Aknoun (Alger)
à l’EPH Mohamed-Bennani
de Ras El-Oued, a-t-on
détaillé, précisant que tous les
moyens nécessaires pour la
réalisation de ces journées
chirurgicales médicales ont
été mobilisés. La
programmation de ces
opérations qui se
poursuivront jusqu'à samedi
prochain, a été établie après
la préparation et la collecte
des fichiers de ces patients et
envoyés par la suite à l’équipe
médicale, a-t-on précisé.
Etude sur les cas de psoriasis
diagnostiqués
,Le psoriasis, une maladie
chronique de la peau qui
touche 900 000 Algériens,
a un traitement désormais
remboursé.
LEO Pharma, référence mondiale
de la dermatologie, annonce la
publication des résultats d’une
étude inédite réalisée en Algérie
sur la fréquence des nouveaux
cas de psoriasis diagnostiqués et
suivis. Le psoriasis est une maladie de peau qui provoque l’apparition de plaques rouges squameuses et de lésions inflammatoires, notamment sur le cuir
chevelu, les mains, le dos ou les
coudes. Le psoriasis a été déclaré
par l’OMS comme étant une maladie chronique récidivante et inflammatoire ayant une forte composante génétique, associée à de
comorbidités.
nombreuses
L’étude révèle que de nombreux
patients ne se soignent pas, ou
plutôt ont recours à l’automédication. Ainsi, la fréquence des
nouveaux cas de psoriasis diagnostiqués en Algérie serait très
faible, près de 10 patients pour
1 000. Au total, 900 000 Algériens
seraient concernés par la maladie. Pourtant, il existe des traitements qui permettent de réduire
les symptômes liés au psoriasis.
Les deux options les plus courantes sont le traitement par dermocorticoïdes, utilisé depuis
longtemps, et l’association
du calcipotriol et la bétaméthasone.
Tandis
que
les
ermocorticoïdes luttent contre
l’inflammation, mais présentent
un risque de perte d’efficacité sur
le long terme et ne doivent pas
être utilisés au long cours à cause
de leurs effets secondaires, la
combinaison de calcipotriol et
de bétaméthasone permet d’obtenir des phases d’accalmie de
plusieurs mois, et ce après quatre
semaines d’application en
moyenne. Cette association fixe
calcipotriol-bétaméthasone est
désormais remboursée. Des
conséquences sur la santé psychologique des patients. Dû à un
processus inflammatoire dont
l’origine est encore inconnue, le
psoriasis provoque un renouvellement accéléré de l’épiderme.
«Il s’agit d’une maladie de la peau
non contagieuse, affichante et relevant de causes multiples», explique le Pr Bakar Bouadjar, chef
du service dermatologie au CHU
de Bab El Oued. Outre des démangeaisons parfois aiguës et
douloureuses, qui peuvent être
à l’origine d’une infection bactérienne, le psoriasis a des conséquences majeures sur la vie quotidienne.
La moitié des patients souffrent
ainsi de relations sociales perturbées liées au regard des
autres, tandis que quatre patients
sur dix voient leur activité professionnelle impactée par un ab-
sentéisme répété. En outre, le caractère souvent familial du psoriasis, observé dans 30% des cas,
fait suspecter une prédisposition
génétique à l’infection, associée à
des éléments environnementaux.
«Le psoriasis a des répercussions
physiques, psychologiques et sociales importantes. Une personne
atteinte et non traitée aura ainsi
tendance à se cacher et à se replier sur elle-même. Au-delà des
symptômes de la maladie et de la
gêne physique qu’elle occasionne, c’est donc la confiance
en soi qui est altérée avec des
conséquences potentiellement
importantes sur la vie des patients», prévient le docteur Abdellah El Hassan, directeur médical de LEO Pharma Algérie. Le
psoriasis est une maladie à la fois
tabou, encore méconnue et difficile à gérer avec un manque
d’accompagnement médical et
de prise en charge adéquate.
Chez une grande proportion de
patients, c’est une source réelle
B O N À S AV O I R
de souffrance avec un impact social et professionnel majeur, témoigne Yamna Sekhara, attachée
de communication de l’Association nationale des malades psoriasiques. «La maladie est d’autant plus invalidante qu’elle peut
survenir dans l’enfance, entraînant des difficultés d’insertion
en milieu scolaire et familial»,
ajoute le Pr Bakar Bouadjar. LEO
Pharma se mobilise pour améliorer la vie des patients. Mobilisé
en faveur de l’amélioration des
soins dermatologiques, LEO
Pharma Maghreb est à l’origine
d’une vaste campagne de sensibilisation sur le psoriasis afin
d’alerter sur l’importance de
consulter un médecin, alors que
de nombreux patients continuent
de souffrir en silence. Le dialogue
avec le médecin traitant est pourtant primordial afin de définir les
étapes de suivi et de traitement.
A l’occasion de la dernière journée mondiale du psoriasis, le 29
octobre 2015, LEO Pharma Maghreb a lancé une page PsoriasisMaghreb sur Facebook, grâce à laquelle les patients peuvent s’informer, échanger et partager sur
tous les sujets en relation avec la
maladie : conséquences sur la vie
quotidienne, traitements... Depuis le lancement de la page, plus
de 35 000 fans suivent son actualité au quotidien et leur
nombre ne cesse d’augmenter.
«Au-delà de l’efficacité de nos traitements, nous sommes extrêmement sensibles aux répercussions
de la maladie sur la vie quotidienne des patients.
Les patients sont en effet au cœur
de notre activité et nous déployons tout notre savoir-faire
pour répondre à leurs besoins.
Notre objectif est de proposer
des solutions innovantes, pertinentes et accessibles. Ces solutions peuvent être thérapeutiques
mais sont également orientées
vers le service et l’information»,
explique-t-on auprès de LEO
Pharma.
C. P.
A l’occasion de la semaine internationale de la thyroïde
Une campagne de sensibilisation sur les troubles thyroïdiens
chez les enfants
? En partenariat avec les labora-
toires Merck, la société algérienne
d’endocrinologie et métabolismes
(SAEM) se mobilise à l’occasion de
la Semaine internationale de la thyroïde.
Aujourd’hui marque le démarrage
de la Semaine internationale de la
thyroïde, une campagne mondiale
de sensibilisation face aux troubles
de la thyroïde qui affectent plus de
300 millions de personnes dans le
monde. Placée sous le thème «Capturer les papillons : repérer les
symptômes évocateurs des
troubles thyroïdiens chez les enfants», une campagne grand public
sera organisée, en Algérie, pour la
2e fois par la SAEM en partenariat
avec les laboratoires Merck, visant
la sensibilisation du grand public
sur les troubles thyroïdiens chez les
enfants, en particulier une hyperactivité (hyperthyroïdie) et une hypoactivité de la thyroïde (hypothyroïdie), et d’encourager les parents à consulter un médecin s’ils
pensent que leurs enfants présentent des symptômes. Selon un communiqué de la SAEM et des laboratoires Merck, une journée de sensibilisation pour le grand public
sera organisée le 28 mai en cours,
de 9h à 17h à l’Esplanade de Riadh
El Fath à Alger. Lors de cette journée, des professionnels de la santé
accueilleront les parents et les enfants pour les sensibiliser par rapport à la pathologie et mieux faire
connaître les symptômes de cette
maladie. Ainsi que des animations
et des jeux sont prévus pour les
enfants autour de l’évènement.
Pour rappel, 300 millions de personnes souffrent de troubles thyroïdiens.
A l’échelle mondiale, mais on estime que plus de la moitié ignore
leur maladie. La thyroïde est une
glande en forme de papillon, située
à la base du cou, devant la trachéeartère et qui régule plusieurs fonctions du corps. Elle fonctionne
conjointement avec l’hypophyse
SOS
et produit les hormones thyroïdiennes. Les hormones sont des
messages chimiques qui contrôlent le fonctionnement de vos cellules et de vos organes. A travers les
hormones qu’elle produit, la glande
thyroïdienne régule votre métabolisme, contrôlant la vitesse à laquelle votre corps élimine de l’énergie, sa réactivité et même le taux
d’oxygène dont il a besoin. Les dysfonctionnements de la thyroïde
commencent lentement et les
symptômes peuvent facilement
être ignorés puisqu’ils peuvent ressembler à ceux de la ménopause,
du stress ou de l’épuisement.
Nawel Hami
Le jeune Djemoui Faïzi
âgé de 34 ans, atteint
d’une maladie rare au
niveau du pied (cuisse
gauche dont dossier
ci-joint), demande à toute
âme charitable de l’aider
pour une prise en charge
à l’étranger afin de subir
une intervention
chirurgicale.
Tel : 06 66 77 86 99
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
science
Toutankhamon,
16
INFOS
EXPRESS
Drones, radars,
scanners : la
high-tech
révolutionne
l’archéologie
les secrets de la momie
calcinée
Un drone en Irak, pour
faire état des pillages de
Khorsabad, la capitale
assyrienne (VIIIe siècle av.
J-.C.), et en Sardaigne
pour comprendre
l’énigme des nuraghes.
Une radiographie des
muons pour savoir ce que
cachent les pyramides
d’Egypte. Un radar Lidar
à rayon laser dans la
jungle cambodgienne
pour percer les secrets de
l’empire khmer. n
Une caserne
de l'Antiquité
découverte
en creusant le
métro au cœur
de Rome
Une caserne militaire
datant de l’empereur
Hadrien, au IIe siècle, a
été mise au jour par des
ouvriers du chantier
d’une station de métro à
Rome, dont les usagers
pourront, dans quelques
années, admirer les
fresques et mosaïques.
«Pour nos ouvriers,
tomber sur des restes
archéologiques, c’est
quelque chose d’assez
banal, surtout quand on
s’approche du centre
historique», dit
l’ingénieur Andrea
Sciotti, responsable du
chantier de la ligne de
métro.
«Mais cette fois-là, l’effet
a été différent, l’émotion
est venue petit à petit,
même s’il est vrai que
nous ingénieurs sommes
moins émus que les
archéologues», a-t-il
ajouté. Dix-neuf siècles
séparent les travaux de
déblaiement, les
pelleteuses et les
échafaudages
métalliques de ces
trente-neuf chambres
d’une caserne militaire,
où des centaines de
soldats étaient logés, à
l’époque d’Hadrien (117138). Les travaux de cette
ligne de métro, longue
de plus de 26 kilomètres,
qui doit relier en trente
stations le nord au sudest de Rome, ont débuté
en 2007.n
Selon l’égyptologue Christopher
Naunton, le jeune pharaon serait
mort dans un accident de char.
Pourquoi la sépulture de Toutankhamon (c. 1345-1327 av. J. - C.),
dans la vallée des Rois, en HauteEgypte, est-elle restée jusqu’à sa
découverte, en 1922, par Howard
Carter, avec son trésor, la seule
des tombes royales à ne pas avoir
été pillée ? De quoi le jeune pharaon est-il mort ? Et comment ? Le
documentaire de Christopher
Naunton élabore des réponses,
avec, à l’appui, des technologies
dernier cri.
L’égyptologue Christopher
Naunton.
L’égyptologue a épluché les notes
et croquis d’Howard Carter tombés dans l’oubli. Il y relève les circonstances étranges de l’inhumation royale, la description des
objets les plus précieux reposant
en vrac dans le tombeau, les bandelettes de la momie posées sans
soin, décomposées et contenant
des traces de suie, comme si le
corps avait été brûlé. Que s’est-il
passé il y a 3 300 ans à Thèbes ?
On suit Christopher Naunton dans
la vallée des Rois, où l’hypogée
du souverain est bien modeste au
regard de son rang : quatre petites chambres, des peintures
grossières et des hiéroglyphes
quasi absents. Le caveau a-t-il été
réattribué dans l’urgence au jeune
défunt ?
L’enquête se poursuit dans les laboratoires d’imagerie virtuelle
pour des expériences successives.
Au scanner, les deux visages, ceux
de Toutankhamon et de Nefertiti
– l’épouse de son père, Akhenaton,
sa belle-mère ou sa mère, selon
la thèse de l’archéologue Marc Gabolde – présentent des similitudes. Des traces de soudure sur
le masque funéraire en or montrent qu’il est en deux parties, indiquant la réutilisation de la coiffe
royale et son adaptation à un visage plus étroit.
Autopsie virtuelle
L’examen le plus spectaculaire est
celui de la momie calcinée. Son
autopsie virtuelle révèle l’absence
du cœur, fait impensable pour un
pharaon, qui doit se soumettre à
Opération sauvetage pour la barbe
de Toutankhamon
Brisé, puis sauvagement
recollé à la glu, l’inestimable
masque découvert en 1922 sur
la momie du pharaon vient
d’être envoyé en
restauration, plus d’un an
après avoir perdu sa
barbiche. Le masque doré de
Toutankhamon devrait subir
une restauration de plusieurs
mois dans les laboratoires du
musée du aire.
Août 2014. Dans les
somptueuses galeries du
musée égyptien du Caire, où
est conservée une bonne
partie des trésors de l’Egypte
antique, va se jouer un drame
digne d’un épisode de la
série anglaise «Mr Bean», le
roi de la bourde. Plusieurs
employés chargés de réparer
l’éclairage du célèbre masque
de Toutankhamon, tentent
d’extirper la pièce
inestimable de sa vitrine.
Mais elle reçoit un choc et
manque de s’écraser au sol.
Fort heureusement, le
masque est rattrapé, le pire
est évité. Ou presque. L’un
des employés réalise que la
barbe postiche du monarque
lui est restée dans la main.
Paniqué, il décide de la
remettre discrètement en
place… avec de la simple
colle époxy, un type de glu
disponible dans n’importe
quel commerce.
Evidemment, la «réparation»
désastreuse de l’une des
pièces archéologiques les
plus prestigieuses au monde
est rapidement remarquée
par les yeux avisés. Le
rafistolage est tellement
grossier que la Force
d’intervention du patrimoine
égyptien, une association de
défense des biens culturels,
décide de porter plainte
contre le ministère des
antiquités pour «mauvaise
gestion». Monica Hanna, une
archéologue spécialiste de
l’Egypte antique et membre
de l’association se souvient
encore aujourd’hui de sa
stupéfaction en découvrant
les amas de résine : «Des
accidents liés à la
manipulation des objets
arrivent partout. Mais dans le
cas du masque de
Toutankhamon, c’était bien
plus qu’un accident. C’était
un carnage.»
En janvier 2015, l’affaire est
dévoilée, obligeant le
directeur du musée,
Mahmoud Al-Halwagy, à
réagir publiquement : «C’est
inconcevable. Ils sont
conservateurs, pas
charpentiers !», s’exclame-til à propos des salariés de
l’institution. Pourtant, le
récit d’un responsable du
musée qui a témoigné sous
couvert d’anonymat viendra
confirmer qu’une grave faute
a bien été commise : «Il
semble y avoir eu une
défaillance de concentration.
Ce genre d’erreur peut
arriver. Mais qu’est-ce qui l’a
aggravée ? La peur de
l’employé, qui a réparé à la
hâte sa maladresse.»
la pesée du cœur, selon le rituel du
passage dans l’au-delà. On vit pour
l’éternité, le cœur doit être préservé afin d’être réanimé pour une
nouvelle vie. L'égyptologue Chris
Nauton veut résoudre les mystères qui entourent le tombeau
de Toutankhamon découvert en
1922 dans la vallée des Rois. Alors,
Toutankhamon a-t-il été assassiné
ou fut-il victime d’un accident ?
Un bas-relief sur le temple de
Louxor met sur la piste d’une bataille à laquelle le jeune roi participa. Un accident de char sera
alors simulé par un cascadeur et
reproduit en 3D.
La thèse de la chute du pharaon,
écrasé par la roue de son propre
char, est retenue par l’enquête :
l’os du sternum cassé, comme plusieurs côtes, et le cœur disparu,
car trop endommagé, semblent
l’attester. Reste l’énigme de la
momie carbonisée. Après examen
chimique, c’est la réaction à l’oxygène de l’huile de lin badigeonnée sur le corps qui enflamma les
bandelettes imbibées : un test le
prouve.
Le géologue Stephen Cross, lui,
explique la découverte tardive du
tombeau. Situé dans une dépression de la vallée des Morts, il a
été recouvert jusqu’à être enfoui
par les sédiments charriés par des
crues très violentes.
Le géologue Stephen Cross est
aussi membre de la Société d’exploration de l’Egypte (Egypt Exploration Society).
Ce documentaire tombe à pic,
alors que des révélations sont attendues concernant la fameuse
tombe. Néfertiti repose-t-elle pour
l’éternité dans l’une des deux
chambres secrètes qui auraient
été identifiées par un radar derrière le mur de l’hypogée de Toutankhamon, mort prématurément
à 18 ou 19 ans ? L’Egypte pourrait
faire une annonce fin mai.n
contribution
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
17
Forum d’affaires algéro-britannique
Permettra-t-il une coopération avantageuse ?
, Le 2e forum algéro-britannique
sur le commerce et
l’investissement est prévu le 22
mai à Alger. Car il s’agit d’éviter
de l’activisme sans résultats
palpables, posant la problématique suivante: ce forum d’affaires
algéro-britannique permettra t-il
une coopération avantageuse
axée sur le transfert technologique et managérial, condition de
la mise en place d’une économie
diversifiée en Algérie, devant éviter la culture bureaucratique algérienne du passé, la mise en
œuvre d’affaires ne dépendant
pas des ministres mais de réseaux
décentralisés ?
1.-L’on doit pour une appréciation objective replacer chaque pays au niveau
de son poids réel au sein de l’économie
mondiale. La population algérienne est
d’environ 40 millions d’habitants avec un
PIB tournant autour de 200 milliards de
dollars ( en baisse en 2016 selon le FMI)
dont directement et indirectement 80%
irrigué par les hydrocarbures. La GrandeBretagne avec 64 millions, a un produit
intérieur brut PIB (2014) de 2231,5 milliards euros en 2014, un PIB par habitant
de 34 579 euros (agriculture : 0,7 %- industrie : 21,6%- services : 76,9 %), un
taux de croissance de 2,6%, un taux de
chômage de 5,8% mais avec un taux
pour les jeunes de 20%, la Grande-Bretagne est la 5ème économie mondiale
avec une exportation de 407,4 et une importation de 493,8 milliards euros. Pour
2015, le déficit public est estimé à 3,9 %
et le ratio de dette nette baisserait dès
2015-16, à 82,5 % du PIB (87,1 % pour la
dette brute au sens de Maastricht). Ses
principaux clients sont : Suisse (12,8%)
Etats-Unis (10,6%), Allemagne (8,2%),
Pays-Bas (6,9%), France (5,8%), Irlande
(5,2%). et ses principaux fournisseurs :
Allemagne (13,2%), Chine (8,3%), PaysBas (8,1%), Etats-Unis (7,0%), France
(5,7%), Belgique (4,7%). Selon des documents du gouvernement britannique,
le pays est confronté à un défi énergétique sans précédent : fermeture d’ici à
2020 d’un quart de ses capacités de production d’électricité ; mix énergétique
dominé par les énergies fossiles ; engagement ambitieux en matière de réductions de CO2 (-34%/2020 et 80% d’ici à
2050). Il s’engage à remplacer d’ici à
2025 l’ensemble de sa production au
charbon (29% du mix électrique en
2014), en construisant de nouvelles centrales au gaz, dont l’approvisionnement
dépendra du développement du gaz de
schiste et de la production en mer du
Nord ainsi qu’avec l’arrivée progressive
à compter de 2025 d’un parc de centrales nucléaires, la première, à Hinkley
Point, devant regrouper deux EPR de
3ème génération construits par EDF
Energy. Notons enfin que le retrait de
l’Union européenne «Brexit» pourrait
coûter 100 milliards de livres à l'économie quelque 950 000 emplois, ce qui signifie que le taux de chômage en 2020 serait de 2% à 3% plus élevé que si le pays
restait dans l'UE, selon Carolyn Fairbairn,
directrice générale de la CBI.
2.- Concernant l’année 2015, selon les
statistiques publiées par le CNIS, l’Espagne était le principal client de l’Algérie, avec 6,56 milliards de dollars (mds
usd), suivie de l’Italie (6,16 mds usd), la
France (4,92 mds usd), la Grande-Bretagne (2,88 mds usd), les Pays-Bas (2,28
mds usd) et la Turquie (2,07 mds usd).
Les principaux fournisseurs de l’Algérie, la Chine occupe la première place
pour la troisième année d’affilée, avec
(8,22 mds usd), suivie de la France (5,42
mds usd), de l’Italie (4,82 mds usd), de
l’Espagne (3,93 mds usd), de l’Allemagne
(3,38 mds usd) et des Etats-Unis (2,71
mds usd). Selon les statistiques officielles, Ces chiffres dévoilent également
que 63,49% des importations de l’Algérie
proviennent des pays de l’OCDE qui sont
également la destination des 82,64% des
exportations algériennes. Les membres
de l’Union européenne sont les principaux partenaires commerciaux de l’Algérie qui y importe à hauteur de 49,21%
de ses produits et y exporte 68,28% des
biens qu’elle produit dominées par les
hydrocarbures. Les échanges avec les
pays du Maghreb (UMA) restent très
marginaux ayant connu un recul de 40%
en 2015, passant à 2,28 mds usd contre
3,8 mds usd en 2014.et les échanges
avec les pays arabes ont baissé de 2,68%
à 2,54 mds usd contre 2,61 mds usd.
Quant aux échanges avec l’Afrique elles
sont marginales.
3.- Les échanges commerciaux étaient
relativement modestes, ayant atteint, en
2010, 2 milliards de dollars, dont 1,260
milliard d’exportations algériennes et
771 millions de dollars d’importations,
mais elles ont fortement progressé entre
2012/2014. En 2015, selon le Cnis à l'importation pour les échanges algéro-britanniques, nous avons 903 millions de
dollars représentant 1,75% et à l’exportation 2.883 millions de dollars soit 3,8
milliards de dollars contre 2,5 milliards
de dollars en 2012. Aussi, reconnaissons
que la coopération algéro-britannique a
connu un réel essor depuis la nomination
de lord Risby, envoyé spécial du Premier ministre britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie, qui
a exploré bon nombre d'opportunités
d’affaires en Algérie. Le Royaume-Uni
est présent dans le secteur traditionnel
des hydrocarbures, notamment à travers BP, Shell et BG, mais également
dans d’autres domaines tels que l’éducation (Linguaphone), les infrastructures
Espérons que ces différentes rencontres dynamiseront
un partenariat gagnant-gagnant permettant surtout
un transfert tecnologique et managérial, la bonne
gouvernance et l’économie de la connaissance étant le
fondement de tout processus de developpement faible
afin de densifier le tissu productif algérien
(Biwater), les industries pharmaceutiques (GSK), les produits à la consommation (Unilever), les services financiers (HSBC), ainsi que le transport (BA).
Sans oublier les récents contrats signés
avec Hospital Group pour la construction d’un CHU à Tlemcen de 500 lits. Petrofac a obtenu un contrat de 970 millions de dollars étant une association
entre Sonatrach (40%), l’espagnol Repsol
(29,25%), l’Allemand RWE (19,5%) et l’Italien Edison (11,25%), pour la construction d’une usine de traitement de gaz
au Sud.
4.-En résumé, qu’exportera l’Algérie en
dehors des hydrocarbures et a-t-elle les
compétences managériales et technologiques pour impulser en Grande-Bretagne des segments hors rente dans le
cadre des valeurs internationales. Les
Anglais étant pragmatiques, qu’attend
l’Algérie concrètement de la Grande-Bretagne, supposant la débureaucratisation
et une visibilité et cohérence dans la politique socioéconomique, devant éviter
la culture bureaucratique algérienne du
passé, la mise en œuvre d’affaires ne dépendant pas des ministres mais de réseaux décentralisés ? Espérons que ces
différentes rencontres dynamiseront
un partenariat gagnant-gagnant permettant surtout le transfert technologique et managérial, la bonne gouvernance et l’économie de la connaissance
étant le fondement de tout processus
de développement faible afin de densifier
le tissu productif algérien. Tout en n’oubliant jamais que toute entreprise privée
locale ou internationale est guidée par la
seule logique du profit, d’où l’importance de l’Etat régulateur stratégique,
qui doit lever les contraintes à la mise en
œuvre d’affaires saines créatrice de valeur ajoutée. Les réformes structurelles
ne peuvent être le fait d’étrangers mais
de la seule volonté politique interne si
l’on veut réaliser cette transition d’une
économie de rente en déperdition, à une
économie hors hydrocarbures dans le
cadre des valeurs internationales.
Dr Abderrahmane Mebtoul
environnement
La NR 5555 – Lundi 23 mai 2016
18
Afrique
Les moyens de réduire la vulnérabilité à la
sécheresse sont à portée de main
,Alors même qu’un épisode de
sécheresse extrême continue de
sévir dans la majeure partie de
l’Afrique subsaharienne et que
des millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence, un nouveau rapport préparé sous la direction de la Banque mondiale
examine les interventions qui
pourraient accroître durablement
la résilience face à la sécheresse.
vivant dans le Sahel et dans la Corne de
l’Afrique possédaient suffisamment d’animaux pour pouvoir échapper à la pauvreté
en cas de sécheresses répétées. Pour protéger les ménages d’éleveurs, des interventions visant à accroître la productivité
— comme la fourniture de services améliorés de santé animale, une exploitation
précoce des jeunes animaux mâles, une
rapide réduction des stocks à l’approche
d’une sécheresse et l’amélioration de l’accès aux zones de pâturage — pourraient accroître de 50 % la proportion de ménages
résilients.
L’amélioration des technologies de production agricole, la gestion de la fertilité des
sols et la plantation d’arbres dans le cadre
des systèmes agricoles en vigueur peuvent également contribuer à améliorer la résilience en accroissant la productivité agricole et en renforçant la tolérance des cultures à la sécheresse et à la chaleur. La
plantation d’arbres dans les champs, en
particulier, peut générer des engrais tout
en réduisant le stress hydrique et thermique auquel sont exposées les cultures.
Les arbres peuvent aussi réduire l’insécurité alimentaire des ménages en leur fournissant des aliments lorsqu’ils ne peuvent
pas se procurer des denrées agricoles ou
des produits animaux, et accroître leur capacité à faire face à la situation en leur
fournissant des actifs qui peuvent être coupés et vendus durant les périodes de pénurie.
L’irrigation peut également amortir l’impact des sécheresses, en particulier dans
les zones moins arides. Les analyses réalisées aux fins du rapport indiquent qu’il serait faisable et viable sur le plan financier
de développer l’irrigation sur cinq à neuf
millions d’hectares de terres arides.
Parmi les autres interventions examinées
dans le rapport figurent une gestion intégrée des paysages visant à rétablir la santé
des zones dégradées pour recréer des écosystèmes fonctionnels et productifs, et
l’abaissement des obstacles au commerce
pour accroître les aliments disponibles et
en réduire le coût, notamment après un
choc. Les auteurs estiment que le coût
d’interventions techniques adaptées à leur
contexte et bien ciblées devrait être compris entre 0,4 et 1,3 milliard de dollars par
an.
« Ces coûts sont plus faibles que ceux
d’une aide d’urgence et pourraient être assumés par les budgets de développement
actuels », fait valoir Michael Morris, économiste principal spécialiste de l’agriculture à la Banque mondiale et coauteur du
rapport. « Fait plus important, contrairement aux remèdes de courte durée, ces interventions peuvent établir les fondations
C. P.
Publicité
La durée de validité des offres est égale à la durée de préparation des offres
plus trois (3) mois à compter de la date de dépôt des offres.
Nlle République /23/5/16 / ANEP 417703
Ce rapport, qui a été présenté lors de la première conférence de la Grande muraille
verte, à Dakar, et qui s’intitule Confronting
Drought in Africa’s Drylands: Opportunities
for Enhancing Resilience, examine les possibilités d’améliorer la capacité de résistance en cas de sécheresse dans les zones
arides d’Afrique et fait valoir qu’une série
d’interventions pourrait contribuer à réduire de moitié environ l’impact des sécheresses dans les zones arides africaines.
Les mesures proposées permettraient de
mettre 5 millions de personnes par an, en
moyenne, hors de danger dans des régions
qui comptent parmi les zones les plus
pauvres d’Afrique.
« Les terres arides, qui sont des zones sensibles exposées aux catastrophes naturelles, posent un défi fondamental pour le
développement de l’Afrique », note Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique. « Il est impératif, pour réduire durablement la pauvreté, de mieux gérer les impacts des
phénomènes météorologiques extrêmes
et de la variabilité du climat, car le nombre
de personnes vivant dans les zones arides
et se faisant concurrence pour obtenir des
ressources rares ira croissant. »
Le rapport Confronting Drought in Africa’s
Drylands considère un sous-ensemble de
pays situés en Afrique de l’Est et en Afrique
de l’Ouest comprenant de vastes zones
arides, semi-arides et subhumides, où vivent plus de 300 millions de personnes.
Les chocs graves et fréquents auxquelles
elles sont exposées, en particulier les sécheresses, limitent déjà les moyens d’existence, compromettent les efforts déployés
pour éliminer la pauvreté et exigent l’apport d’une aide d’urgence. L’avenir s’annonce encore plus difficile : la croissance
démographique et l’expansion des superficies couvertes par les zones arides par
suite du changement climatique pourraient
accroître de jusqu’à 70 % le nombre de
personnes vivant dans des environnements
difficiles à l’horizon 2030.
Il serait toutefois possible d’améliorer la résilience des populations face au changement en gérant mieux l’élevage, l’agriculture et les ressources naturelles. « Nos travaux montrent que, en investissant dans
des interventions qui accroissent la viabilité et la productivité des activités pastorales et agricoles, nous pourrions considérablement améliorer les perspectives
de développement en Afrique de l’Est et en
Afrique de l’Ouest et atténuer les pertes qui
touchent les ménages pauvres de manière
disproportionnée » explique Raffaelo Cervigni, économiste principal spécialiste de
l’environnement à la Banque mondiale et
coauteur du rapport.
Par exemple, en 2010, seulement 30 % des
ménages de pasteurs et d’agro-pasteurs
d’un développement durable en permettant aux populations d’accumuler suffisamment d’actifs pour sortir de la pauvreté et éviter d’y retomber. »
Le rapport concède que, même sur la base
d’hypothèses optimistes concernant la
portée des interventions de renforcement
de la résilience, une proportion élevée des
habitants des zones arides sera toujours
vulnérable aux chocs en 2030. Les pouvoirs publics devront apporter un soutien
sous forme de filets de protection sociale
et investir dans le capital humain et le capital physique pour faciliter un passage
progressif à des moyens d’existence qui
sont moins tributaires des ressources naturelles. Confronting Drought in Africa’s
Drylands a été préparé par la Banque mondiale en collaboration avec une vaste coalition de partenaires parmi lesquels des
organismes publics, des organisations régionales, des institutions multilatérales de
développement, des instituts de recherche
et des organisations non gouvernementales qui ont produit des notes et des documents de référence pour contribuer au
dialogue actuellement consacré aux mesures permettant de réduire la vulnérabilité et renforcer la résilience des populations vivant dans les zones arides de
l’Afrique subsaharienne.
sport
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
22
Coupe d'Algérie de beach-volley
Les sœurs Bousner et le duo
Benbouali-Haddaoui vainqueurs
,Les finales de la première édition de la Coupe d’Algérie de
beach-volley, disputées samedi
après-midi sur l’esplanade du complexe Riadh El Feth (Alger) ont été
remportées par le tandem Hicham
Benbouali et Hamza Haddaoui
chez les messieurs, ainsi que par
les sœurs Kahina et Katia Bousner
chez les dames.
Des finales tellement serrées qu'il a fallu
recourir au tie-break pour départager les
antagonistes, aussi bien chez les messieurs
que chez les dames.
Hicham Benbouali et Hamza Haddaoui
(Alger) avaient remporté le premier set
(21-18) devant les représentants de Boumerdès, Hocine Mechentel et Rafik Belounis, mais ces derniers se sont bien ressaisis dans le 2e set qu'ils ont remporté (21-19).
Le tie-break a été âprement disputé, entre
deux adversaires qui se connaissent bien,
et la victoire est finalement revenue au
tandem Benbouali - Haddaoui, sur le score
de (15-08).
Même scénario chez les dames, où les
Bougiotes Louiza Bayou et Sara Akroune
ont commencé par remporter le 1er set
contre les s£urs Kahina et Katia Bousner,
également de Béjaïa, sur le score de (21-16)
avant de concéder le 2e set (21-18) et de s'effondrer au tie-break (15-13).
«C'est une joie immense de remporter cette
première édition de la Coupe d'Algérie de
Beach-volley. Notre joie est d'autant plus
grande que nous n'avions effectué aucune
préparation particulière en prévision de
cette compétition.
Mais comme on dit, l'appétit vient en mangeant. Arrivées en finale, on s'est surpassées et Dieu merci, tout s'est bien passé
pour nous. Le fait d'être soeurs nous a
beaucoup aidé, car il existe une très grande
complicité entre nous. C'est ce qui nous a
n Les finales étaient très serrées. (Photo > D. R.)
d'ailleurs permis de revenir dans le match
après avoir concédé le 1er set et de s'imposer finalement au tie-break», ont déclaré
à l'APS les sœurs Bousner juste après leur
victoire.
Une joie immense, qui contraste avec la
grosse déception de Louiza Bayou et Sara
Akroune, visiblement très contrariées
après la défaite.
«Nous avions admirablement bien abordé
cette finale, en remportant le premier set,
mais la suite a été nettement moins bonne.
Ce n'était pas grand-chose , juste quelques
petites erreurs d'inattention. Mais nos adversaires étaient très fortes et elles n'en demandaient pas plus pour revenir dans le
Volley - Tournoi de qualification olympique
L'Algérie tombe devant
le Kenya (3-1)
,La sélection algérienne de volley-ball
(dames) s'est inclinée face à son homologue kényane sur le score de 3 sets à 1,
samedi soir à San Juan (Porto Rico), pour
le compte de la 2e journée du tournoi de
qualification olympique (TQO) intercontinental.
Les joueuses de Mohamed-Amine Belacel
ont concédé le premier set (25-14) avant
d'égaliser en remportant le deuxième difficilement (25-23).
Les Kényanes ont ensuite déroulé pour
enlever les troisième et quatrième sets de
la rencontre (25-14, 25-16), en dépit de
l'excellente prestation de Yasmine Abderrahim qui a inscrit pas moins de 30
points.
Cette deuxième défaite de suite des Algériennes après celle face à Porto Rico
(3-0) est synonyme d'élimination de la
course à la qualification aux jeux Olympiques-2016 de Rio de Janeiro.
La sélection algérienne jouera dimanche
soir son troisième et dernier match du
tournoi face à la Colombie. Après avoir
échoué à obtenir son billet en février
dernier sur le terrain, à l'occasion du
tournoi préolympique africain à Yaoundé
(Cameroun), le Six national féminin a
reçu une invitation (wild card) de la Fédération internationale de volley-ball
(FIVB), pour prendre part au TQO de San
Juan dont seul le vainqueur sera qualifié
au rendez-vous brésilien.
R. S.
Le point après la 2e journée
Kenya - Algérie
3-1 (25-14, 23-25, 25-14, 25-16)
Porto Rico - Colombie 3-0 (25-17, 26-24, 25-18)
Classement
Pts J G P
1. Porto Rico
6 2 2
0
2. Colombie
3 2 1 1
3. Kenya
3 2 1 1
4. Algérie
0 2 0 2
NB : à l'issue de la 3e et dernière journée,
le premier au classement se qualifie aux
jeux Olympiques-2016 de Rio.
match et d'inverser la situation à leur avantage. En somme, c'est notre incapacité à
bien gérer les moment forts de cette finale qui nous a été fatal», ont expliqué
Bayou et Akroune. Même son de cloche
chez les messieurs, où les perdants semblaient très déçus de passer à côté de
cette finale historique. «Nous formons un
tandem depuis plusieurs années et à
chaque fois que nous arrivions en finale, la
victoire était la notre et cela fait quatre
ans que ça dure. Nous sommes invaincus
en finale depuis 2012. Donc, le simple fait
de perdre aujourd'hui représente une
grande déception», ont indiqué Hocine Mechentel et Rafik Belounis.
Interrogés sur ce qui n'a pas marché dans
ce match, les représentant de Boumerdès
ont évoqué «la fatigue», considérant avoir
«fourni beaucoup d'efforts pour revenir»
dans la course, après avoir concédé le premier set, faisant qu'il «ne leur restait plus
de jus pour continuer à lutter au tie-break».
De leur côté, les vainqueurs Hicham Benbouali et Hamza Haddaoui se sont réjouis
de remporter cette coupe d'Algérie «surtout qu'il s'agit d'une première» ajoutant
que «c'est une belle revanche» sur Mechentel et Belounis, qui les avaient battus
lors d'un précédent tournoi, disputé il y a
environs trois semaines à Djelfa.
Outre les coupes et les médailles, les finalistes ont reçu des récompenses financières de la part des organisateurs : 100 000
DA pour les vainqueurs (messieurs /
dames) et 50 000 DA pour les perdants
(messieurs / dames).
Plus tôt dans la matinée se sont déroulées
les «petites finales» pour la troisième place.
Chez les messieurs, la victoire est revenue aux Annabis Abdelmalek Lecheheb et
Raouf Ramoul, ayant battu les représentants de Tipasa Chakib Chabou - Nazim
Benfetoum (21-13, 23-21).
Chez les dames, la 3e place est revenue aux
Bougiotes Meriem Azem et Lamia Madi,
suite à leur victoire contre les Algéroises
Farah Benbouali et Amina Loumi par deux
sets à un (21-17, 18-21, 15-4).
R. S.
Basket-ball (Superdivision A)
Le GSP et le CRBDB en finale
, Le GS Pétroliers et
le CRB Dar Beida
se sont qualifiés pour la finale des «As» du
championnat d'Algérie de basket-ball,
Superdivision «A», à l'issue de la dernière
journée des Play-offs disputée samedi à
Hydra (Alger).
Lors de cette ultime journée de compétition, le CRB Dar Beïda s'est imposé face
à l'IRB Bordj Bou Arréridj par 85-77 (mitemps : 48-35), alors que le GS Pétroliers
a battu l'US Sétif par 68-59, mi-temps (3222). Le GS Pétroliers (tenant du titre) termine à la première place du classement
avec 11 points, assurant du coup l'avantage du terrain en finale, devant le CRB
Dar Beida qui compte 10 points.
La première manche de la finale des «As»,
est prévue le 24 mai à Dar El-Beida, alors
que la deuxième manche et la belle éven-
tuelle se dérouleront respectivement les
27 et 28 mai à Hydra, selon le programme
de la Fédération algérienne de basketball (FABB). n
Résultats de samedi :
CRB Dar Beïda - IR Bordj Bou Arréridj 85-77
US Sétif - GS Pétroliers
59-68
Classement final
Pts
J
1. GS Pétroliers
11
6
2 . CRB Dar Beïda
10
6
3. US Sétif
9
6
4. IRBB Arréridj
6
6
Déjà joués / jeudi :
CRB Dar Beida - US Sétif
58-68
GS Pétroliers - IR Bordj Bou Arréridj 92-68
Vendredi :
IR Bordj Bou Arréridj - US Sétif
65-69
GS Pétroliers - CRB Dar Beïda
71-65
sport
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
23
Football pour l’amitié
EN
DEUX MOTS
Forum international à Milan
,Des enfants de 32 pays
ont été choisis pour former
le Centre de presse international des enfants dans une
grande échelle internationale du programme du
football pour l’amitié, implanté par l’entreprise Gazprom, sponsor officiel de la
Ligue des champions UEFA.
Le Centre de presse couvrira tous
les événements lors du quatrième
Forum international des enfants du
football pour l’amitié, qui se tiendra
du 26 au 29 mai 2016 à Milan.
Jeunes footballers et journalistes
talentueux de 32 pays d’Afrique,
d’Asie, d’Europe et d’Amérique du
Sud se rencontreront à Milan pour
concourir et discuter de sujets
importants tels que l’égalité, la
tolérance et le respect des autres
nations et cultures.
Le programme international des
enfants football pour l’amitié est
implanté annuellement sous les
auspices
de
l’ambassadeur
mondial, Franz Beckenbauer, où de
jeunes joueurs de football des
quatre coins du monde s’unissent.
Dans chaque pays participant, une
équipe de football est choisie avec
une unique opportunité de
représenter son pays dans un
grand événement international de
sports et ambitions sociales.
Le centre de presse unifie les
meilleurs des meilleurs. Parmi les
n Ce forum se tiendra du 26 au 29 mai 2016 à Milan. (Photo > D. R.)
participants de 2016, il y aura des
vainqueurs de compétitions
nationales telles que «meilleur
jeune
journaliste»,
jeunes
blogueurs populaires, jeunes
talentueux photographes et
écrivains.
Tous les enfants montreront leurs
forces sur différents terrains.
L’Algérie est représentée par Nour
Debsi, qui à 14 ans parle déjà trois
langues : français, anglais et arabe.
En plus d’avoir lu plus de 200 livres
en Français et en Anglais, elle a
gagné
un
concours
de
mathématique et a voyagé à
travers le monde (Europe, Asie et
Afrique).
Joaquin
Flammini
d’Argentine n’est pas seulement un
fan de football et un influenceur
d’opinion compétent, mais aussi
un acteur prometteur, qui a
participé avec brio dans les plus
célèbres séries TV dans le pays.
Zixuan Yu, âgé de 13 ans représente
la Chine, est le reporter du journal
de l’école et a été récompensé
«génie de jeune journaliste» pour
écrire d’une manière unique et
professionnelle. Seda Saçmacı de
Turquie, écrit des histoires
fantaisistes et créatives, apprend
le Japonais, dessine des images et
joue du violon, du piano et de la
flute.
Fabiënne Koeman, représentant les
Pays-Bas n’écrit pas seulement sur
le football, mais joue en tant que
défenseur, seule fille de son équipe.
Adam Meziani, âgé de 14 ans sera
le représentant de la France. Adam
est un jeune journaliste et joueur
de football plein de talent, il aime
s’investir. Très prometteur et
ambitieux, il rêve de faire partie
d’une grande équipe de football au
poste d’attaquant.
Actuellement ils collectent des
informations, se rendent aux
entraînements
de
football,
interviewent les jeunes joueurs de
football, écrivent des notes sur les
événements nationaux qui sont
menés dans le cadre du
programme, ainsi que pour les
préparer à accompagner leur
équipe de football à Milan.
Pendant le Forum, les participants
au Centre de presse international
travailleront avec les journalistes
professionnels pour la collecte
d’informations, la création de
rapports, l’écriture des nouveautés
pour les comptes des réseaux
officiels sur football pour l’amitié.
«Mon rêve a toujours été d'être une
journaliste brillante.
Je suis vraiment très heureuse de
participer à ce programme parce
qu'il me permet en quelques sortes
de réaliser ce rêve. En fait, le
football est un moyen de
communiquer et de se connecter
aux autres.
Ce programme, à travers les
valeurs qu'il vise à véhiculer, nous
rappelle qu'il est important de
s’imprégner de toutes les cultures
du monde tout en étant tolérant»,
dit Nour Debsi, 14 ans, jeune
journaliste algérienne.
C. P.
Equipe nationale
Championnat interrégions : les
lauréats et les
relégués connus
Les lauréats et les relégués du championnat
d'Algérie inter-régions
de football sont désormais connus, à l'issue
de la 30e et dernière
journée, disputée vendredi et samedi dans les
différents groupes. L'IRB
Maghnia (groupe Ouest),
l'US Beni Douala (groupe
Centre-Est), l'HB Chelghoum Laïd (groupe Est)
et le MB Rouisset
(groupe Centre-Ouest)
ont ainsi accédé au palier supérieur, après
avoir terminé en tête de
leurs groupes respectifs.
Par contre, l'IRB Sougueur et l'IRB Aïn Hadjar
(groupe Centre-Ouest), le
NRB El-Kala et le NRB
Cheria (groupe Est), le
NRB Ouled Derradj et l'AT
Hassi Messaoud (groupe
Centre-Est), ainsi que le
NRB Béthioua et l'ES
Araba (groupe Ouest) ont
rétrogradé en Division
régionale. Bien qu'il ait
évité les deux dernières
places du classement,
l'USM Tindouf, sociétaire
du groupe Ouest, n'a pas
évité aussi le purgatoire,
pour avoir été le «plus
mauvais 14e», indique la
Ligue inter-régions de
football (LIRF). n
Mesloub remplacé par Karaoui contre les Seychelles
,Le milieu de terrain défensif du
FC Lorient (Ligue 1 française de
football) Walid Mesloub, souffrant
de douleurs musculaires à l'abdomen, est forfait pour le match Seychelles - Algérie, prévu le 2 juin
pour le compte de la 5e journée (Gr.
J) des qualifications à la CAN 2017,
et sera remplacé par Amir Karoui
(MC Alger), à annoncé la Fédération algérienne de Football (FAF).
«Arrivé blessé, et après examens du
staff médical de l'équipe nationale,
le milieu de terrain international
Les Verts en stage
Du bi-quotidien pour
commencer
,La sélection algérienne de football a effectué deux séances d'entraînement hier dimanche au
Centre technique national (CTN)
de Sidi-Moussa (Alger), en prévision de son match face aux Seychelles le 2 juin à Victoria comptant
pour la 5e journée (Gr. J) des qualifications de la CAN 2017, a indiqué
la Fédération algérienne de football (FAF).
«Pour la journée de dimanche, les
Verts effectueront deux séances
d’entraînement, dont celle de
l'après-midi qui sera précédée
d'une zone mixte pour les différents médias», avait précisé l'instance fédérale sur son site.
Les coéquipiers d'Islam Slimani se
sont entraînés samedi en fin
d'après-midi et pour ce premier
galop d'entraînement, le staff tech-
nique national a programmé plusieurs exercices de récupération,
précise encore la Faf. La sélection
algérienne s'envolera pour la capitale des Seychelles, Victoria, le samedi 28 mai à bord d'un vol spécial,
alors que le retour se fera sur un
vol régulier, via Dubaï. L'Algérie,
qui reste sur un match nul à AddisAbeba face à l'Ethiopie (3-3) n'a
plus besoin que d'un seul point
pour assurer définitivement sa qualification à la phase finale de la
CAN-2017, prévue au Gabon. A
deux journées de l'épilogue, l'Algérie est leader du groupe avec 10
points, soit cinq longueurs
d'avance sur son dauphin, l'Ethiopie. Les Seychelles occupent la 3e
place avec 4 unités, au moment où
le Lesotho ferme la marche avec 3
points. n
Walid Mesloub est forfait pour le
match Seychelles - Algérie. Le
joueur du MC Alger, Amir Karaoui
a été appelé par le staff technique
national pour le remplacer», a indiqué la FAF dans un communiqué.
Karaoui a rejoint le regroupement
des «Verts» (21-28 mai) au Centre
technique national (CTN) de SidiMoussa dès samedi et «s'est entraîné avec le groupe» a encore détaillé l'instance fédérale sur son
site officiel. Mesloub (30 ans) avait
raté le match de son club face au
Gazélec-Ajaccio (1-0) samedi dernier dans le cadre de la 38e et dernière journée du championnat
Ligue 1 française à cause de la
même blessure.
La sélection nationale s'envolera
pour la capitale des Seychelles, Victoria, le samedi 28 mai à bord d'un
vol spécial, alors que le retour se
fera sur un vol régulier, via Dubaï .
L'Algérie, qui reste sur un match
nul à Addis-Abeba face à l'Ethiopie
(3-3) n'a plus besoin que d'un seul
point pour assurer définitivement
sa qualification pour la phase finale de la CAN-2017, prévue au
Gabon. A deux journées de l'épilogue, l'Algérie est leader du groupe
avec 10 points, avec cinq longueurs
d'avance sur son dauphin, l'Ethiopie. Les Seychelles occupent la 3e
place avec 4 unités, au moment où
le Lesotho ferme la match avec 3
points. n
Championnat d'Afrique
Boukmouche réalise les
minima du 400 m haies
,L'Algérien Saber Boukmouche a
réalisé les minima du 400 m haies
pour les prochains championnats
d'Afrique d'athlétisme, en réussissant un chrono de 50.01 lors du
championnat de France des clubs
Elite 1, dimanche matin à Villeneuve d'Ascq (Lille).
Le sociétaire d'Amiens a remporté
la finale 1 de l'épreuve, devant le
Belge Michael Bultheel (50.79) et le
Français Thomas Delmestre
(51.52). La Direction technique nationale (DTN) de la Fédération algérienne d'athlétisme (FAA) avait
fixé les minima du 400 m haies à
50.20. Les championnats d'Afrique
2016 d'athlétisme se dérouleront
du 22 au 26 juin prochain à Durban,
en Afrique du Sud.n
Quotidien national d’information. Edité par la Sarl
SEDICOM au capital social
de 100 000 DA.
Rédaction - Direction Administration : Maison de la
Presse. 1, rue Bachir Attar,
Place du 1er-Mai - Alger.
Tél. : 021 67.10.44/67.10.46
Fax : 021 67.10.75.
Compte bancaire : CPA 103 400
08971.1 . 114, rue Hassiba-Ben
Bouali, agence Les Halles.
Membres fondateurs :
Gérant, directeur de la publication:
Abdelwahab Djakoune.
Comité de coordination :
Radia Zerrouki, Amar Khelifi
Directeur commercial :
Ouahid Kouba.
Composition PAO La Nouvelle
République Impression Alger :
SIMPRAL.
Oran : SIO. Constantine : SIE.
Diffusion centre : SEDICOM.
Ouest : SPDO. Est : El Khabar. Sud :
Trag diffusion Publicité : La
Nouvelle République, Maison de
la Presse. Tél. : 021 67.10.72. Fax : 021
67.10.75. E-mail :
lnr98redaction@yahoo.fr/E-mail
pub : lnr98publicite@yahoo.fr ANEP Spa : 1, avenue Pasteur, Alger.
Tél. : 021 73.76.78 - 021 73.71.28. Fax
: 021 73.95.59 - 021 73.99.19.
Conception : Studio Baylaucq,
Paris, France. Tél. : +331 44.90.80.40
Les manuscrits, photographies ou
tout autre document adressés à la
rédaction ne peuvent faire l’objet
d’une quelconque réclamation.
­NR
La
LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE
sport
La NR 5555 - Lundi 23 mai 2016
en direct
le match à suivre
football
Volley-ball
L’Algérie tombe devant
le Kenya (3-1)
Equipe nationale
Mesloub remplacé par
Karaoui contre les
Seychelles
Les Verts en stage
Du bi-quotidien pour
commencer
Championnat amateur
Le RCK assure le maintien, le WAB,
le GCM et l’USB lauréats
en tirant le penalty, je savais quelque part
que j'allais marquer». Déçu par la tournure de la partie, le coach de la JSMC Idir
Ramdane a tenu à dénoncer l'arbitre de la
rencontre. «Le penalty n'était pas valable,
je laisse cet arbitre à sa conscience. Je
pense que nous avons cueilli ce que nous
avons semé tout au long de la saison, la direction n'a pas tenu ses promesses envers les joueurs. Nous n'avons pas bénéficié de tous les moyens pour réaliser une
bonne saison. Mais c'est la loi du football,
il faut l'accepter». Outre la JSMC, les équipe
de la JSM Tiaret, de l'IS Tighenif, et du
MSP Batna joueront la saison prochaine en
inter-régions.
,Le RC Kouba a assuré samedi
son maintien en championnat
amateur de football (Gr.
centre) en battant la JSM Chéraga (1-0) au bout d’un match à
suspense qui a tenu en haleine
tous les supporters du Raed,
comptant pour la 30e et dernière journée de la compétition.
Mobilisés tout au long de la semaine, les
supporters koubéens ont répondu à l'appel du cœur en effectuant le déplacement
en masse au stade Benhaddad pour soutenir les coéquipiers de Slimane Iloul dans
un match où le moindre faux pas était fatal
pour l'une ou l'autre équipe. Après une
première période qui a vu les locaux dominer les débats, ratant notamment deux
occasions d'ouvrir la marque, les Koubéens ont entamé la seconde période tambour battant en obtenant un penalty au
bout de cinq minutes de jeu. L'ancien
joueur de l'USM Alger du CR Belouizdad
Islam Aït Ali s'est chargé d'exécuter la sentence avec brio, libérant tous les supporters présents au stade, et même ceux qui
se trouvaient dans les immeubles jouxtant l'enceinte. La réaction des gars de
Chéraga fut timide, puisque aucune occasion notable n'a été signalée à leur faveur
ce qui a permis aux locaux de gérer la partie à leur guise jusqu'au sifflet final de l'arbitre international Farouk Houassnia.
La joie était indescriptible chez les joueurs,
dont certains n'ont pas pu retenu leurs
larmes, mettant fin ainsi à une saison cauchemardesque qui a failli précipiter le club
des Amirocuhe, Assad et Chaib au 4e palier
de la hiérarchie du football national, à savoir, la division «inter-régions».
«Dieu merci, nous avons réussi à gagner le
match le plus important de la saison. Le
mérite revient aux joueurs qui ont donné
le meilleur d'eux mêmes. Le match était intense et difficile face à une équipe de la
JSMB qui cherchait le point du match nul.
Maintenant, nous devons dresser un bilan
et tirer les enseignements en vue de la saison prochaine», a affirmé à l'APS l'entraî-
Accession du WA Boufarik
Cette 30e et dernière journée a pris fin samedi avec l'accession du WA Boufarik en
Ligue 2 Mobilis. Le club de la Mitidja qui retrouve la Ligue 2 après dix ans d'absence,
a assuré son accession à la faveur de sa victoire à Boufarik, sur le NRB Reghaïa (2-0),
avec lequel il partageait la 1re place avant
cette rencontre. A l'issue de cette journée, le WAB totalise 55 pts devant le
NARBR (52 pts).
Le GC Mascara accède en Ligue 2
professionnelle
Le Ghali Club de Mascara (GCM) a accédé
en Ligue 2 professionnelle de football en
remportant le titre de champion de la division amateur «ouest», après avoir gagné
(2-1) à l'extérieur face au SKAF Khemis
Meliana pour le compte de la 30e et dernière journée de la compétition. Grâce à ce
succès, le Ghali de Mascara conserve son
écart de deux points sur son poursuivant
le Chabab de Oued Rhiou et retrouve l’élite
après plusieurs années de purgatoire en divisions inférieures. En bas du classement,
l’IS Tighennif et la JSM Tiaret derniers du
classement rétrogradent en division interrégions. A l’est, c’est l’US Biskra qui retrouve le deuxième palier après une rude
saison.
n Le RCK l’a échappé belle cette saison. ( Photo > La NR)
neur du RC Kouba Youcef Laâdjadj. De
son côté, l'auteur de l'unique but de la
partie Islam Ai Ali n'a pas caché ses émotions en offrant à son équipe le maintien en
division amateur. «La saison a été très
dure pour nous. Le destin a voulu que
La Der
Avant même le tomber de rideau sur le championnat, le
marché des joueurs s’agite d’une manière inaccoutumée.
Cette agitation, exacerbée par la presse sportive, tient
l’opinion sportive en haleine et nourrit les discussions les
plus fantaisistes. On parle déjà de milliards, de sommes
colossales à faire tourner la tête et à déboussoler les travailleurs aux maigres revenus. Ces derniers arrivent difficilement à joindre les deux bouts, à nourrir leurs progénitures alors que les joueurs, juste aptes à évoluer dans la
troisième ou quatrième division française, tirent le gros
lot et dérochent la timbale. Le marché des joueurs est
fort, juteux et donne bien des idées non seulement aux
nous assurons notre maintien lors du dernier match. Il fallait absolument gagner
pour nos supporters qui se sont mobilisés
ces derniers jours, et El hamdoullah nous
avons réussi à les satisfaire. En ce qui me
concerne, je n'ai ressenti aucune pression
R. S.
A voir
n Canal + sport : Rugby, Clermont AuvergneStade Français à 15h55
n Canal + sport : Enquêtes de foot à 19h55
Le gros lot
joueurs mais également à tous ceux qui gravitent autour
du football national. Chacun gagne le gros lot à sa manière aidé en cela par une presse sportive qui met son
grain de sel en faisant sciemment monter les enchères.
Est-il concevable que des joueurs tout juste moyens, sans
talent, se permettent de vivre dans le luxe sans rien offrir
au football ? Il faut juste lorgner du côté de l’équipe nationale pour comprendre que le joueur local, au salaire
faramineux, peine à s’y frayer une place. Un constat qui
illustre parfaitement son niveau et le peu de crédibilité
dont il jouit auprès du sélectionneur national. Dans les
clubs, ces joueurs sont exagérément chouchoutés et gâtés
sur le plan financier mais sur le terrain, ils ne valent pas
grand-chose. L’intersaison est à nos portes et le marché
des joueurs s’enflamme et suscite vraiment une foultitude d’interrogations auxquelles on ne trouve que rarement les réponses. On ne comprend pas ce phénomène
qui fait de nos joueurs des crésus alors que le football
reste cruellement pauvre. On ne comprend pas non plus
cette agitation suspicieuse qui, à chaque fin de saison,
fait de ces joueurs des Messi et des Ronaldo alors qu’en
réalité, ils ne valent pas plus que des joueurs d’un très
bas niveau.
Assem Madjid
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
14
Taille du fichier
2 654 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler