close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Comment les coulées de boues pourraient être

IntégréTéléchargement
Tribune – Réaction d’Alsace Nature aux coulées de boues
Jeudi 02 juin 2016
Comment les coulées de boues
pourraient être évitées !
Suite à de gros orages localisés ces derniers jours, un ensemble de phénomènes additionnés les uns aux autres a
engendré des dégâts importants. Ces fortes pluies sont arrivées à une des époques les plus délicates de l’année :
après une période pluvieuse, pendant laquelle les sols sont déjà gorgés d'eau, les précipitations ne pouvant pénétrer
en profondeur et s’écoulant ainsi au plus court. Un temps aussi où les parcelles agricoles, cultivées en betteraves ou
en maïs, ont un taux de couverture du sol très faible. De fait, elles ne retiennent pas l’eau et ajoutent les coulées
boueuses aux inondations.
Si personne n’est directement responsable de ces épisodes pluvieux, certaines pratiques contribuent à en aggraver
considérablement les conséquences :
•
les pratiques agricoles : appauvrissement du sol en matières organiques, favorisant ainsi l’érosion ;
augmentation de la taille des parcelles monoculturales ; suppression de taillis et de haies sur les pentes,
•
une urbanisation qui s’est faite dans l’ignorance du fonctionnement des écosystèmes, en particulier dans ou à
proximité des zones humides,
•
des réseaux d’assainissement non séparatifs, qui oblige l’eau de pluie à suivre le même cheminement que
l’eau domestique, produisant une saturation et un débordement des réseaux et des stations d’épuration.
Des mesures simples, peu coûteuses et efficaces peuvent être mises en place pour limiter les coulées de boue, en
faisant appel au « bon sens paysan ».
En amont, pour éviter le départ des coulées boueuses :
•
reconstituer des sols plus riches en matières organiques et développer les cultures sans labours,
•
maintenir et reconstituer des prairies, mettre en œuvre des assolements concertés dans les zones à risques
en panachant cultures d’hiver et cultures de printemps,
•
développer l’agroforesterie (arbres dans les champs) pour réduire le lessivage et améliorer la structure du
sol,
•
maintenir les zones humides.
En aval,
•
•
•
•
pour tenter de réduire les risques :
reconstituer des réseaux de haies vivantes, beaucoup plus efficaces que les fascines,
découvrir les ruisseaux là où ils ont été busés (canalisés sous terre) et sous calibrés,
maintenir les fossés enherbés et les entretenir de façon légère, éviter leur comblement, causes majeures de
l’aggravation de ces phénomènes,
penser les remembrements à l'aune de ces événements, en ne créant plus de grandes zones de culture en
forte pente et en conservant les petites parcelles avec leurs réseaux de haies.
Il s'agit là de mesures réclamées par certaines communes mais souvent repoussées par les organisations agricoles.
Il est temps que l’intérêt général l’emporte, mais il faut pour cela une réelle volonté politique ! L’humain ne maîtrise
pas totalement la nature, il ne fait pas (encore) la pluie et le beau temps : la météo lui résiste toujours, et c'est
heureux ! Mais les choix d’aménagement sont de notre compétence.
Avec le changement climatique, il est très probable que des épisodes pluvieux de ce genre se multiplient à l’avenir,
voire s’intensifient. Il est de la responsabilité des pouvoirs publics, mais aussi du monde agricole, de prendre la
mesure des ces évolutions et de les prendre en compte de manière sérieuse dans les futurs projets d’aménagement
fonciers (remembrements) et documents d’urbanisme. Alsace Nature continuera à le rappeler systématiquement et
avec encore plus de force !
Daniel Reininger,
Président d'Alsace Nature
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
91 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler