close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

bulletin 11

IntégréTéléchargement
Le Bulletin de
San Damiano Media
N° 11
Nov Dec 2002
Email : sdmedia@worldonline.fr
L’Année du Rosaire
Une pluie de roses sur le monde
La bataille de Lépante :
un peu d’histoire
Lépante fut la plus grande bataille
navale depuis Actium. Elle opposa le
7 octobre 1571 au large du golfe de
Patras (Grèce) la coalition chrétienne
(flotte papale, vénitienne et espagnole essentiellement) à la flotte du
Grand Turc.
C'est au matin du 7 octobre que les
deux flottes se trouvèrent au large du
golfe de Lépante. La surprise était
des deux côtés: les chrétiens avaient
appris que les Turcs mouillaient devant la forteresse de Lépante, et pensaient qu'ils les y attendraient à l'abri,
tandis que les Turcs réalisèrent qu'ils
avaient nettement sous-estimé les
forces de la Ligue. Ils étaient en rang
à l'est (côté golfe), tandis que les
chrétiens prenaient place à l'ouest.
Dès le début de la bataille, la supériorité chrétienne fut démontrée par la
mise en avant des six galéasses, véritables cuirassés fraîchement sortis
des arsenaux vénitiens, armés de
canons pointés dans toutes les directions, et qui déstabilisèrent le bel ordre turc.
Dans la mêlée qui s'en suivit, les
combats de fantassins prenaient
place sur le sol mouvant des galères
éperonnées. Ils combattaient à
l'épée, à l'arc ou l'arbalète, ou avec
une arquebuse à travers les bancs
des rameurs enchaînés, ou sur leur
dos.
Finalement, le combat cessa quand
la tête d'Ali Pacha fut brandie en haut
d'un pic. Les chrétiens avaient coulé
50 galères et s'étaient emparés de
100 autres. Ils libérèrent 15.000 prisonniers chrétiens, avaient perdu
8.000 hommes, et avaient eu de nombreux blessés parmi lesquels le futur
écrivain Cervantes qui venait de perdre une main. Euldj Ali qui avait combattu vaillamment, réussit cependant
à fuir avec une trentaine de galères
barbaresques. L'Europe venait de
prouver l'importance de l'artillerie maritime lourde de ses galéasses face
aux traditionnelles galères.
La bataille de Lépante fut la dernière
grande bataille où furent opposées
les galères traditionnelles dans la mer
de Méditerranée. ■
Fra Angelico 1395 - 1455
1er Mystère du Rosaire : L’ Annonciation
Le Fiat de Marie * l’Incarnation
En promulguant une année du Rosaire, le Saint Père Jean Paul II a
marqué notre temps d’un des actes
les plus importants de l’histoire de
l’Eglise depuis le concile Vatican II !
La nouvelle qui est tombée comme
une bombe, le 16 octobre dernier, a
suscité les commentaires de beaucoup d’éditorialistes (mais pas encore
assez…). Ne prétendons pas apporter plus de lumière à cette lettre
Apostolique sur le Rosaire : Rosarium Virginis Maria . On ne peut rajouter de la lumière au soleil !
Tous les chrétiens devraient
s’arrêter et prendre le temps de méditer ce document ! Si pour tous c’est
une nécessité, pour les fidèles de
San Damiano, c’est un devoir !
Pourquoi est-ce un des
événements majeurs de
l’Eglise ?
Jean-Paul II rappelle l’action de son
prédécesseur Léon XIII, qui lui-même
avait proclamé une année du Rosaire
et proposait « cette prière, comme un
instrument spirituel efficace face aux
maux de la société (1)».
Reprenons les termes de Léon XIII, le
« pape du Rosaire », notamment à
propos de la bataille de Lépante (page
1) et les origines de la fête du très
Saint Rosaire:
« L'efficacité et la puissance de cette
prière, écrit-il, ont été merveilleusement démontrées au XVIe siècle,
alors que les armées innombrables des Turcs étaient à la veille
d'imposer le joug du fanatisme
et de la barbarie à presque
toute l'Europe.
C’est ainsi que Pie V, ayant réveillé le sentiment de la défense
commune des princes en Europe, propagea dans tout le peuple, la dévotion au très saint Rosaire à cette intention.
(…) Les fidèles du Christ, décidés à verser leur sang et à sacrifier leur vie pour le salut de la
religion et de leur patrie, se mirent en marche sans souci du
nombre, vers les ennemis massés non loin du golfe de Corinthe ; pendant que les fidèles
sans armes, pieuse armée de
suppliants, demandaient la victoire de ceux qui combattaient
en implorant et saluant Marie,
par la répétition des formules
du Rosaire.
La Souveraine, ainsi suppliée,
ne resta pas sourde, car l'action navale s'étant engagée auprès des îles
Echinades (en face de Lépante, NDLR) la
flotte des chrétiens, sans éprouver
elle-même de grandes pertes, remporta une insigne victoire et anéantit
les forces ennemies.
C'est pourquoi le même Souverain et
saint Pontife, en reconnaissance d'un
bienfait si grand, a voulu qu'une fête
en l'honneur de Marie Victorieuse,
consacrât la mémoire de ce combat
mémorable. Grégoire XIII consacra
cette fête en l'appelant fête du Saint
Rosaire (2)».
Cette bataille marqua la fin de l’ex-
pansion ottomane, et donc Islamique, en Europe. En proclamant cette
fête, célébrée le 7 octobre de chaque
année, les souverains pontifes ont
voulu attester que Marie, par le Rosaire, avait bel et bien protégé l’Europe et la foi chrétienne.
Or, de nos jours, la situation n’est
elle pas bien pire qu’au temps de
Lépante ?
Le fanatisme et la barbarie dont
parlait Léon XIII, n’ont-t-ils pas
franchi toutes les frontières ?
Les évènements du 11 septembre et
ceux qui l’ont suivi éclairent une parole prophétique de Marie, dite en
1966 à San Damiano : Priez pour le
monde entier, surtout pour ces nations lointaines… qui veulent faire
quelque chose qui n’est pas bien…
priez, mes enfants vous qui avez la
foi ! Priez pour les nations, qu’elles
puissent se réconcilier avec Dieu,
entre elles, avec tous, et être en paix
avec Jésus. (SD vendredi 29 avril 1966)(3).
Dans ce message, il n’est point question de guerres, de représailles pour
rétablir la paix par l’ordre, mais seulement de se réconcilier avec le Seigneur.
Il est plus que temps d’implorer la
Mère du Ciel pour quelle agisse sur le
cœur de son Fils. C’est ce qu’à compris le saint Père. C’est ce qu’il nous
faut saisir à notre tour : saisir par l’intelligence ; saisir par la foi ; saisir à
pleine main, comme on saisit une
bouée de sauvetage, comme on saisit
un chapelet, l’arme la plus puissante pour nous sauver, selon les
termes inlassablement répétés par la
Madone à San Damiano.
Bataille de
Lépante :
Grégoire XIII
consacra cette
fête en l'appelant
fête du
Saint Rosaire
1. Rosarium Virginis Mariae n° 2 Jean Paul II 16 octobre 2002
ci s’interromps pour laisser Rosa préciser : La Maman Céleste dit d’é2. Supremi Apostolatus Officio Léon XIII . 1er septembre 1883
crire aussi, ici tous ces messages, et de les divulguer, car un jour nous
3. Comme pour accentuer le caractère prophétique de ce message, celui- saurons ce que veulent dire ces messages.
2
Pourquoi les fidèles de San
Damiano ont-il un devoir
particulier de répondre à
cet appel du Pape ?
Il semble bien que cette Lettre Apostolique renferme un message à leur
intention. Il y a des signes qui ne
peuvent tromper !
En effet, si le pape Jean-Paul II veut
proclamer une année du Rosaire,
réhabiliter le Rosaire comme prière
contemplative fondamentale, rajouter cinq nouveaux mystères à cette
dévotion souvent critiquée parce que
trop longue : dans les temps actuels
dominés par la contestation, la raillerie, voire le mépris de la religion, tout
cela pouvait sembler un pari perdu.
Pour un tel challenge, ne fallait-il pas
en choisir la date avec soin ? On aurait volontiers attendu cette annonce
le jour d’une fête mariale, par exemple le 15 août, ou le 13 octobre en
l’honneur de Notre Dame de Fatima ;
ou pendant les JMJ, alors que les
médias étaient suffisamment
« chauffés » ; ou encore au Mexique,
à Notre Dame de Guadalupe où le
pape a été accueilli et ovationné par
plus de quatre millions de fidèles !
Rien de tout cela : le saint Père
choisit le 16 octobre ! Et il signe sa
lettre: Du Vatican, le 16 octobre
2002, début de la vingt-cinquième
année de mon Pontificat.
Il choisit l’anniversaire de son élection au siège de Pierre !
Ne prenait-il pas le risque d’être critiqué, d’être accusé de narcissisme
pour le choix de cette date ? Il est
hautement conscient de son rôle, il
est le doux Christ sur la terre (4) et
ses anniversaires ponctuent à juste
titre la vie des catholiques, comme
ceux d’un vrai Père aimé dont on
voudrait qu’il ne nous quitte jamais
(5).
Mais le choix de cette date n’est pas
seulement lié à sa personne. Ce
choix n’est pas fortuit, il est chargé
d’un autre sens.
Après l’attentat qu’il subit le 13 mai
1981, il déclare que cette agression
lui a fait découvrir le rôle maternel
de Notre Dame de Fatima qui avait
détourné la balle : Comment pourraije oublier que l’évènement place
saint Pierre a eu lieu le jour et à
Quelques passages de la Lettre Apostolique du Pape Jean XXIII
IL RELIGIOSO CONVEGNO
Publiée le 29 septembre de 1961, Fête de saint Michel Archange, le jour
même de la guérison de Rosa di Gesù-Maria !
La prière du Rosaire pour la paix entre les peuples
(16) …Nous voulons présenter le Rosaire de Marie comme supplique mondiale pour la paix du Seigneur et pour le bonheur, même dans ce monde, des
âmes et des peuples… (Nous vous invitons à méditer) chaque dizaine du Rosaire, avec référence à la triple articulation : mystère, réflexion et intention
Mystère : Contemplation mystique
(8). (C’est la) contemplation pure, lumineuse, rapide, de chaque mystère,
c’est-à-dire, des vérités de foi qui nous parlent de la mission rédemptrice de
Jésus. En contemplant, on se trouve en vive communication intime de pensées et de sentiment avec l’enseignement et avec la vie de Jésus, fils de Dieu
et de Marie, qui a vécu sur la terre pour pardonner, instruire, sanctifier, dans le
silence de la vie intérieure, faite de prière et de travail, avec les douleurs de sa
bienheureuse passion, dans le triomphe de la Résurrection.
Réflexion intime
(9). Le second élément est la réflexion, que la plénitude des mystères du
Christ pénètre en vive lumière sur l'esprit du priant. (Cette réflexion sur les
mystères est un) enseignement pour soi, en vue de sa propre sanctification.
Intention de prière.
(Le Rosaire fait) entrer dans l'exercice de la charité avec ses frères, charité qui
se diffuse en nos cœurs comme expression vive de commune appartenance
au cœur mystique du Christ.
(12) (Ainsi), c’est la multitude qui prie, en union d’offrande, de souffrance, pour
toute la fraternité humaine, religieuse et civile…(13). Le Rosaire de Marie est
élevé à la condition de grande prière publique et universelle en face des nécessités ordinaires et extraordinaires de l'Eglise Sainte, des Nations et du
monde entier… ■
l’heure où depuis plus de 60 ans, on
commémore à Fatima, au Portugal,
la première apparition de la Mère du
Christ aux pauvres paysans (6) ? Le
Saint Père connaît donc bien le sens
des dates et des anniversaires !
En 1964, un 16 octobre précisément, la sainte Vierge apparaît à Rosa Quattrini, une pauvre paysanne
de l’Emilie Romagne, à San Damiano. Depuis ce jour commence un
merveilleux dialogue d’amour entre
le ciel et la terre qui a duré toute la
vie de Rosa.
C’est le début d’un phénomène unique dans l’histoire de l’Eglise : Marie
promet de rester là, présente, vivante et vraie (7) parmi ses enfants !
Donc, si le saint Père voulait honorer
Marie en inaugurant l’année du Rosaire le jour de sa fête, il n’aurait pas
mieux fait.
Revenons cependant sur l’élection
de ce pape hors du commun et sur
4. Selon l’expression de sainte Catherine de Sienne.
5. C’est ce qu’il faut répéter à ceux qui aimeraient le voir abandonner
sa charge !
6. Audience générale du 19 oct. 1981.
7. Ne doutez pas de votre maman, car je suis ici au milieu de vous,
ce qui s’est passé à l’époque à San
Damiano.
Quelques jours après le retour à
Dieu du Pape Jean-Paul premier (8),
très exactement le dimanche 8 octobre 1978, Rosa demande à ses proches d’intercéder pour le prochain
pape. Elle leur conseille, en son nom
propre, de se mettre en prières pendant trois jours et trois nuits, sur le
lieu des prières, qui devait exceptionnellement rester ouvert du 13 au 16
octobre, véritable pont spirituel
entre la fête de Fatima (13 octobre),
et celle de San Damiano (16 octobre). Ce geste de Rosa a valeur de
prophétie puisque le conclave débuta
le 13 octobre pour s’achever le 16 au
soir. Lorsque les derniers pèlerins
quittaient San Damiano, Jean Paul II
venait d’être élu !
Vivante et Vraie comme vous, et je vous attends heure par heure pour
vous sauver. SD Mercredi 16 juillet 1969, Fête de Notre-Dame du Mont Carmel
8. Survenu le 28 septembre 1978.
3
Un autre message de 1966 semble annoncer ces évènements : Viendra après moi un fils qui est grand :
Mon Fils de prédilection, pour apporter la paix dans le monde. Cette première partie du message paraissent
bien désigner Jean-Paul II. Les mots
qui suivent, comme en écho au troisième secret de Fatima, semblent se
rapporter aux temps qui suivront son
règne : Puis viendront de grandes
secousses, de grandes choses, ceux
qui n’auront pas la foi trembleront
d’épouvante ! (SD 8 juillet 1966).
Pendant ces vingt quatre ans, le
saint Père n’a jamais fait de commentaire à propos de la coïncidence de
son élection et de la fête des apparitions à San Damiano. Désormais il
est difficile de penser qu’il l’ignore !
A l’occasion d’un des actes majeurs de la vie de l’Eglise, peut-être la
plus grande décision vaticane du début de ce siècle, le 16 octobre nous
est proposé comme une date clef !
Ce jour-là, il adresse à l'épiscopat, au clergé et aux fidèles une lettre
merveilleuse sur le Rosaire, ce Rosaire qui est la dévotion centrale de
tous les fidèles de San Damiano. Il en
profite pour rappeler dans son introduction l’action des autres papes
dans cette voie. A ce titre, il cite une
encyclique quelque peu oubliée du
bienheureux, sur le Rosaire : Il Religioso Convegno, (voir p 3) qui avait
été proclamée le 29 septembre
1961 ! … Encore un autre lien providentiel avec San Damiano : ce même
jour, le 29 septembre 1961, Marie
vient guérir Rosa Quattrini pendant
l’Angélus. La seule encyclique de
Jean XXIII sur le Rosaire est proclamée le jour même de la première visite de la sainte Vierge à San Damiano ! Cela fait beaucoup de coïncidences !
Autant d’événements, de clins
d’œil du Ciel, de signes forts qui doivent redonner courage. Nous sommes dans les temps du Triomphe.
Pour tous les pèlerins et les fidèles de
San Damiano, c’est le moment de
raviver notre espérance, de ranimer
notre charité, de laisser notre foi se
rallumer à la lumière des paroles du
saint Père. Pour toute l’humanité,
c’est l’occasion d’une pluie de grâces,
si nous savons saisir l’opportunité qui
nous est donnée, si nous acceptons
de mettre le chapelet et le Rosaire
dans notre vie. Alors la culture de
mort qui nous entoure fera place à la
civilisation de l’amour !
Lors d’une de ses visions, Rosa
parle : La madone fait tomber une
grande pluie de roses sur ceux qui
sont loin et ne peuvent venir, une
bénédictions au monde entier ; Elle
viendra bientôt avec une grande lumière puissante. Elle réveillera les
prêtres, les évêques, Elle réveillera le
monde entier afin qu’on puisse la
comprendre, comprendre que c’est
Elle la Maman du Ciel. (SD 13 août
NON ! QUATRE... !
Sainte Trinité, Dieu vivant, vient se donner aux hommes et donner la vraie vie
à chacun.
Et la quatrième rose ? « La Maman elle-même s’en occupera », annonce Rosa, qui la fit placer dans un
vase. C’est, dit-elle, au nom de la
Vierge, l’arme du Saint Rosaire que
vous donne Saint-Michel, au nom du
Père Eternel. L’arme la plus puissante
pour vous sauver.
Rosa explique en outre que le
Rosaire est la vie de Jésus, et par
Jésus, c’est la vie de Marie ; que
dans les Mystères, c’est la sainte Trinité
qui nous appelle à une vie nouvelle,
nous apporte le salut et nous communique sa vie (Fioretti de Rosa de Gesù-Maria, p
Le « quatrième » chapelet
Aurait il été annoncé à
San Damiano ?
Le saint Père a donc proposé d’ajouter un chapelet supplémentaire dans
le Rosaire. Ce geste d’une grande audace, puisqu’il remet en question une
pratique presque millénaire, indique
bien que, pour notre temps, ce qui est
prioritaire, c’est la prière. Il écrit : Le
chrétien doit, selon l'enseignement de
l'Apôtre, prier sans relâche (1 Th 5, 17).
le Rosaire se situe dans ce panorama
multicolore de la prière
“incessante” (Rosarium Virginis Mariae N°
13.) .
Voici un petit récit-fioretti de San
Damiano qui n’avait pas été totalement
compris jusqu’à présent, et qui, à la
lumière des récents évènements, prend
toute sa signification : Le quatrième
chapelet avait bel et bien été annoncé à
San Damiano !
Lors d’une apparition, la
Vierge demande qu’on lui offre des roses. « Apportez trois roses », dit Rosa. Elle se reprend : « Non, quatre ! »
On les lui donne. De sa main, elle
les élève en direction du poirier sur lequel se tenait la Vierge. Les trois roses,
expliquera-t-elle plus tard, représentent
et rendent gloire à la Très Sainte Trinité.
Elle les tend à trois prêtres qui se
trouvaient près d’elle. « Saint Michel,
dit-elle, donne à chacun de ces prêtres,
grande puissance et assistance pour
convertir les âmes ». Les trois prêtres
représentent l’Eglise par qui la Très
126. Roland Maisonneuve, Ed. du Parvis, 1994)
C’est précisément sur cela qu’insiste
le saint Père : centrer notre regard sur
le Christ et sa vie :
- Sur l'arrière-fond des Ave Maria
défilent les principaux épisodes de la
vie de Jésus Christ (2)
- Les souvenirs de Jésus, imprimés
dans l’esprit de Marie, l'ont accompagnée en toute circonstance, l'amenant
à parcourir à nouveau, en pensée, les
différents moments de sa vie aux côtés de son Fils (11).
- Méditer les mystères de la vie du
Seigneur, vus à travers le cœur de
Celle qui fut la plus proche (12).
- Nous plonger, de mystère en
mystère, dans la vie du Rédempteur
1965).
De la part de toute l’équipe de
San Damiano Media, tous nos vœux
pour une bonne et sainte année du
Rosaire. ■
Jean-Romain Fabrikant
ainsi dire “respirer” ses sentiments
(15).
- Enoncer le mystère, et peut-être
même pouvoir regarder en même
temps une image qui le représente,
c'est comme camper un décor sur
lequel se concentre l'attention. Les
paroles guident l'imagination et l'esprit
vers cet épisode déterminé ou ce moment de la vie du Christ (20) (Extraits de
la lettre Apostolique Rosarium Virginis Maria ).
Pour prendre l’habitude de réciter
le Rosaire sous cette nouvelle forme
nous proposons à nos lecteurs un
carnet qui aidera à énoncer les mystères, les visualiser comme le propose de Saint Père, et les méditer en
utilisant
ses propres paroles.■
(13).
- Marie nous fait entrer de manière
naturelle dans la vie du Christ et pour
4
D’une terre à l’autre
Le songe de Saint François
et de la Portioncule,
et le lien
avec le Jardin de Paradis
de San Damiano
« Si l’on veut bien comprendre la manière dont est née, vers la fin du XIII
siècle, l’indulgence de la Portioncule,
une seule explication paraît possible,
écrit François Bartoli, en 1335 sur
cette indulgence :
“Le frère Hugues de Castello a dit
qu’il avait entendu raconter par le
frère Morico d’Assise qu’un paysan
demeurait tout proche de SainteMarie de la Portioncule, et que, depuis longtemps, dans la nuit, il entendait des anges qui chantaient dans
l'église. Il rapporta la chose au prêtre
de l'église, et lui dit : “Pourquoi ne
vas-tu pas chercher François et l’amener ici ? Il est, avec quelques-uns
des frères, à RivoTorto.” Sur quoi le
prêtre alla chercher François. Et celui-ci, pendant qu’il demeurait à la
Portioncule, eut une vision : la nuit,
comme il dormait, il vit le Christ, et
Marie sa Mère, se tenir debout auprès de son lit. Et François leur dit : “
Qui êtes-vous ?” Et Jésus répondit : “Je suis le Christ, et c’est ma
mère qui est avec moi ! ” Et François
reprit : “D’où venez-vous ?” – “De la
Terre Sainte !” – “Et pourquoi êtesvous venus ici ?” - Et Jésus : “Je
suis venu ici pour consacrer ce
lieu à ma mère Marie !” Après quoi,
il disparut. Mais François se leva et
dit joyeusement : “Je ne veux plus
m’en aller d’ici ! Allez et amenez-moi
mes frères !”
Ce récit, que Bartoli n’a sûrement
Quatre chapelets pour la paix,
Quatre conditions pour la paix
Le Rosaire est une prière orientée
par nature vers la paix, du fait même
qu'elle est contemplation du Christ,
Prince de la paix et « notre paix » (Ep
2,14), (Rosarium Virginis Maria. 40). Or pour
le saint Père comme pour Jean XXIII
il y a quatre exigences comme conditions pour obtenir la paix : la vérité,
la justice, l’amour et la liberté
(Message du pape Jean Paul II pour la paix 1er
janvier 2003).
Prions pour nos familles, nos communautés, nos associations, pour
que règne cette paix, à la lumière de
ces quatre exigences.
pas inventé, a pour nous un sens
clair. Il signifie que, à un moment où
la Terre Sainte pouvait être déjà
considérée comme perdue (la dernière
citadelle des chrétiens, Saint Jean d’Acre,
devait tomber en 1291), c’est dans l’église
de la Portioncule que s’est transportée cette indulgence de Terre Sainte
dont la concession, ainsi qu’on l’a
vue, avait été confiée par le Pape
aux franciscains ».
(Extrait de saint François d’Assise Joannes
Joergensen p. 260)
Donc, si la Portioncule est une terre
consacrée, c’est selon le désir de
Jésus. Ce Récit n’est pas sans nous
rappeler que le jardin de paradis de
San Damiano est aussi une terre qui
a été consacrée par le père Eternel :
Le 31 mars 1967 La Madone disait :«...Je vous annonce que le jour
du 25 (25 mars, fête de l’Annonciation), le
Père Eternel a consacré ce
Lieu… ». La totalité du message est
reproduit en pages 6, 7 et 8.
Pourquoi une « terre consacrée » ? Il
y a là tout un symbolisme.
Nous pensons que le Jardin de Paradis est le symbole du cœur de Marie.
Le Cardinal Ratzinger explique
ce qu’est le symbolisme d’une terre
consacrée et nous permet d’intérioriser cet aspect très particulier du Jardin de Paradis.
« Etre terre pour la parole, explique
le Cardinal Ratzinger cela signifie
que cette terre se laisse assumer par
la semence, qu’elle s’assimile à la
semence, s’abandonne elle-même
pour la faire devenir vivante. la maternité de Marie signifie qu’elle apporte la substance d’elle-même,
corps et âme, dans la semence, afin
qu’une nouvelle vie puisse croître. La
parole de Siméon sur le glaive qui
transpercera son âme (lc 2. 33) signifie
beaucoup plus qu’une torture quelconque, un mystère bien plus profond et bien plus grand : Marie se
met tout entière comme terre a la
disposition de Dieu ; elle se laisse
employer et consommer pour être
transformée en celui qui a besoin de
nous pour pouvoir devenir fruit de la
terre ».
(« Marie, Première Eglise », Joseph Ratzinger.
Apostolat des éditions, P 12.)
Marie nous affirme qu’elle vient en ce
lieu avec son fils et toute la cour céleste. On pourrait se demander avec
humour s’il y aura assez de place ?
Notre saint Père le Pape Jean Paul II
qui a consacré cet été le sanctuaire
de la Miséricorde en Pologne, nous
explique :
En consacrant cette nouvelle église,
nous pouvons nous poser la question
qui a tourmenté le roi Salomon, lorsqu’il présenta le Temple de Jérusalem comme demeure pour Dieu :
« Dieu va-t-il réellement habiter avec
les hommes cette terre ? Ni le ciel, ni
les cieux des cieux ne peuvent Le
contenir et moins encore ce temple
que j’ai construit. » (1R 8, 27). A première vue, lier la présence de Dieu à
un certain lieu pourrait paraître déplacé. Néanmoins il faut se souvenir
que le temps et le lieu appartiennent
totalement à Dieu. Et même si chaque temps et le monde entier peut
être considérés comme son
« temple », il y a tout de même les
temps et les lieux que Dieu choisit
pour que les gens expérimentent
d’une façon particulière sa présence
et ses grâces. Et les gens, guidés
par la foi viennent dans ces lieux, car
ils ont la certitude qu’ils se présentent devant Dieu qui est là.
C’est dans ce même esprit de foi que
je suis venu à Lagiewnicki, pour
consacrer ce nouveau temple. Car je
suis convaincu que c’est un lieu
particulier que Dieu a choisi pour
dispenser sa grâce et sa miséricorde. (Jean-Paul II : consécration du sanctuaire de la Miséricorde de Lagiewnicki Cracovie le 17 août 2002).
Ainsi, on comprend mieux les paroles
de Marie à San Damiano :
«Demeurez près de moi mes enfants.
Je suis ici en votre présence, comme
vous. Je vous entoure de joie, je
vous entoure d’amour, vous couvre
de baisers, mes enfants. J’éprouve
tant de joie à être ici auprès de vous
tant, tant ! Priez, que tous puissent
venir ici se réconcilier avec Jésus,
demandant pardon, demandant
amour ! Je suis ici prête à répandre
des grâces.» (SD vendredi 15 avril 1966).
5
Le Père Eternel a consacré ce Lieu
Message donné à
Rosa di Gesù-Maria
à San Damiano
le 31 mars 1967
6
8
Saint Maximilien Kolbe, Prêtre Catholique,
Martyr de la Réconciliation
7 Janv 1894 - 14 aout 1941
Bienheureux par Paul VI, le 17 octobre 1971
Canonisé par Jean Paul II, le 10 octobre 1982
Méditer sur le 16 octobre, début de l’Année Mariale, serait incomplet si on ne parlait pas de
saint Maximilien Kolbe. A l’occasion d’un rapide survol de sa vie et de son œuvre nous tenterons de discerner certaines des relations entre sa spiritualité et celle de San Damiano.
Saint Maximilien Kolbe, religieux
franciscain, naît le 7 janvier 1894 à
Zdunska Wola, près de Lodz en Pologne. En 1907, il entre au séminaire
des frères mineurs et fait sa profession le 5 septembre 1911 (1), il est
envoyé à Rome pour y poursuivre
ses études ecclésiastiques à l’Université pontificale grégorienne et au Séraphicum de son ordre.
Jeune étudiant, il fonde le 16 octobre 1917 (2) la « Milice de l’Immaculée » avec six de ses amis. Revenu en Pologne, il est ordonné prêtre
le 28 avril 1918 et commence son
apostolat marial, en créant le mensuel Rycerz Niepikalane (« Le Chevalier de l’Immaculée ») qui tirera à
un million d’exemplaires en 1938.
En 1927, il fonde Niepokalanow, la
« Cité de l’Immaculée » (3), centre
de vie religieuse et de diverses formes d’apostolat.
Il dira en pleine occupation allemande : Nous sommes de ces âmes
destinées à se tenir les mains levées
pour la prière ; et l’avenir dépend
d’elles en grande partie. En plus de la
prière quotidienne, en commun, nous
ajoutons beaucoup de prières privées. Ni la moindre prière, ni la moindre petite action ne demeurent sans
résultat. Dieu veut que nous gouvernions le monde par la prière
(Conf. 10.03.1940), (C 99).
Conquérir le monde entier à
l’Immaculée pour hâter le Règne
du Cœur divin de Jésus (4) (D 127)
demeurait le mot d’ordre du Père
Kolbe. Pour atteindre ce but, chaque
pays devait être doté d’une “Cité Mariale”, à l’image de Niepokalanow.
En 1930, il part pour le Japon, où
il fonde une institution semblable.
Définitivement de retour en Pologne, il se consacre entièrement à son
œuvre avec de multiples publications
religieuses. La seconde guerre mondiale le surprend à la tête de la plus
importante maison d’édition de Pologne. Le 19 septembre 1939, il est
arrêté par la Gestapo, qui le déporte
d’abord à Lamdorf (Allemagne), puis
au camp de concentration préventif
d’Amtitz. Il est relâché le 8 décembre
1939 en la fête de celle qu’il a tant
contemplé toute sa vie : l’Immaculée
Conception. Ayant repris ses activités
à Niepokalanow il est de nouveau
arrêté en 1941 et interné à la prison
de Pawiak, à Varsovie, puis déporté
au camp de concentration d’Auschwitz. (D 5)
Le jour de son arrestation, le 17
février 1941, il vient d’écrire une de
ses plus belles pages sur l’Immaculée et les trois personnes divines. Ce
texte est le seul qui contienne l’expression précise : l’Esprit-Saint est
Conception Incréée, Immaculée,
sorte d’apogée de sa réflexion, de
sommet de la contemplation de toute
une vie aboutissant à une réponse
claire et définitive à la question :
Qui es-tu, Immaculée Conception ?
Deux jours avant son arrestation,
le 15 février, le père Kolbe s’entretient avec ses frères religieux, leur
livrant une dernière fois, le fond de
son âme :
La science enfle : elle demeure utile dans la mesure où
elle est au service de la charité.
Le démon possède une connaissance théologique plus grande que
nous, mais elle ne lui sert de rien.
Seule a valeur de connaissance ce
1. On essayera de signaler les liens spirituels qui existent entre la vie et
l’enseignement du père Kolbe, et l’aventure mystique de Rosa Di Gesù
Maria. Notons déjà simplement la coïncidence de cette date avec le
rappel à Dieu de Rosa le même jour de 1981, un 5 septembre, fête de
l’Enfant Jésus de Prague.
2. Deuxième coïncidence... le vendredi 16 octobre de l’année 1964
commencent les grandes apparitions de Marie à San Damiano.
3. A San Damiano la Vierge demande l’édification d’une autre cité de
qui procède de l’amour... concrètement, la connaissance de l’Immaculée doit porter du fruit par le sacrifice.
Plus le sacrifice sera grand, plus l’amour sera important (D 23).
Librement, il offre sa vie à la place
d’un père de famille, nommé Gajowniczek, condamné à mort en représailles de l’évasion d’un détenu. Il est
enfermé dans un bunker pour y mourir de faim et par une injection de
phénol, il meurt le 14 août 1941,
veille de l’Assomption. Son corps a
disparu comme des millions d’autres,
dans un de ces fours crématoires qui
brûlaient à Auschwitz, jour et nuit (P.
Ernesto Piacentini, O.F.M. conv), (D 11).
Il a 47 ans et accomplit l’idéal de
saint François avec une fidélité
exemplaire.
A la question brutale du chef de
camp, absolument ahuri par l’audace
de ce bagnard qui voulait prendre la
place d’un condamné : Qui donc estu ? - Il répond : Je suis un prêtre
catholique. C’est donc en tant que
prêtre qu’il emmène les neuf autres
condamnés à mort (D12) ainsi que
tous les autres qui meurent de faim
dans les bunkers voisins et dont les
hurlements de fauves font frémir tous
ceux qui approchent.
A partir du moment où le Père
Kolbe est au milieu d’eux, ces malheureux se sentent brusquement protégés, assistés et les cellules où retentissaient les cris de l’enfer, résonnent désormais de prières et de
chants ! Tous sont bouleversés. Les
survivants d’Auschwitz sentent bien
qu’à partir de l’Assomption 1941, il y
a quelque chose de changé dans ce
camp.
On peut dire aujourd’hui qu’il a
spirituellement “labouré” la Pologne
et l’a préparé à l’épreuve du sang, qui
coûtera à ce pays, au cours de la
deuxième guerre mondiale, plus de
six millions d’âmes !
l’amour: La Cité des Roses.
4. Un jour Rosa Quattrini eut une vision : le poirier de l’enclos disparut
de ses yeux et se dessinaient devant elle quatre grandes lettres lumineuses T-M et R-G. Rosa qui ne savait ce que cela voulait dire, demanda à
la Vierge qui lui fit comprendre : T et M, le Trionphe de Marie ; R et G,
le Règne de Jésus (Gesù en italien). Quatre lettres pour annoncer que le
règne de Jésus viendra par le triomphe de Marie. Le père Kolbe
avait cette même intuition.
9
APOTRE DES
TROIS VŒUX
UNE VISION PREMONITOIRE
Vers l’âge de 10 ans, au moment
de sa première confession, il a un
désaccord avec sa maman qui lui
dit : « Mon petit Raymond, que va-ton faire de toi ? » Celle-ci témoigne : « Depuis, nous n’y pensions
plus ; mais je remarquais que l’enfant
n’était plus comme avant.
Il y avait dans un lieu retiré de la
maison un petit autel, près duquel il
se rendait sans se faire voir et priait
en pleurant... Je fus préoccupée de
savoir si, par hasard, il n’était pas
malade, et alors je lui demandai : “Que t’arrive-t-il ?” - Et je me mis
à insister : “Tu dois tout dire à ta maman ! ... ”
Tremblant d’émotion et les larmes aux yeux, il me dit : “Maman,
lorsque tu m’as grondé, j’ai beaucoup prié la sainte Vierge de me
dire ce que j’allais devenir. Et ensuite, me trouvant à l’église, je la
priai de nouveau ; alors la Vierge
m’est apparue, tenant dans ses
mains deux couronnes : une blanche et une rouge. Avec amour, elle
m’a regardé et m’a demandé si je
les voulais. La blanche signifiait
que je persévérerais dans la pureté, et la rouge que je serais martyr.
Je répondis que les acceptais toutes les deux... Alors, la Sainte
Vierge m’a regardé avec douceur
et a disparu (5)(B 24).
Avec une ardeur
digne
de
saint
François, le Père
Kolbe n’hésite pas
à embrasser la triple vocation de la
pauvreté, de la
chasteté et de
l’obéissance qui
est là pour façonner en chacun
cette réponse d’amour, afin de faire
connaître, comme le dit Paul VI, quelque chose du poids qui attirait le Seigneur vers la croix... quelque chose
de cette “ folie” que saint Paul souhaite à tous, car elle seule nous rend
sages (Exhort. Le renouveau de la vie religieuse n°29).
Concernant la sainte pauvreté, il
déclare à ses frères religieux : Notre
vrai bonheur ne consiste pas à accumuler des fonds, mais à nous en
libérer ! (6) (Conf. 29.07.1937) (B 74)
Nous sommes uniquement les fils de
saint François (7), lui qui fut le plus
pauvre parmi nous et qui, dans les
privations s’écriait : « Mon Dieu et
mon tout » ! (L.Nagasaki.14.10.1933) (B76).
La caractéristique fondamentale de la
règle de saint François, la sainte pauvreté, est le capital qui nous permet
de nous mesurer avec les plus grandes puissances financières, car la
sainte pauvreté est la caisse sans
fond de la divine providence (8).
Nous en faisons vraiment l’expérience au Japon. L’Immaculé est le
but, et la pauvreté est le capital : voilà
les deux piliers indispensables. Car la
pauvreté sans la confiance totale
dans la divine providence, on ne peut
parler d’élan, d’offensive.
(L.P.F. Koziura 9.12.1933) (B 78)
Le Père Kolbe entoure le vœu de
chasteté d’une grande vigilance : Si
5. Cette parole de Marie à San Damiano nous semble bien décrire ce qu’a
été la vie du père Kolbe : J’aime tant mes fils de prédilection pour qu’ils
soient illuminés, qu’ils puissent comprendre que c’est moi qui les appelle à
la pénitence et à la pauvreté, à l’humilité, à la pureté, dans la persévérance
jusqu’à la mort. Jésus leur demande d’être de saints apôtres, de saints
martyrs, s’ils ont cette foi ardente, cette sainteté et cette bonté envers les fils
qui leur ont été confiés. (SD, mardi 16 juillet 1968, fête de Notre-Dame du mont
l’on veut que Jésus nous permette de
servir sa Mère très sainte, et de prendre part à sa cause, il faut garder jalousement le vœu de chasteté (9).(A.
Riccardi op cit p 460 Roma 1960), (B 81).
Aussi, il aime se souvenir que
Jésus a confié sa mère à l’apôtre
Jean, le disciple qu’il aimait. De tout
temps, la tradition a vu en saint Jean,
l’apôtre au cœur vierge qui sut
prendre Marie chez lui. Souvenezvous bien que la seule condition la
plus sûre pour garder les vœux, est
l’amour envers l’Immaculée. Cela est
indispensable car c’est par Elle que
toutes les grâces arrivent jusqu’à
nous. (10). (Conf. 02.08.1938)
« L’obéissance est comme un mystère de foi. De même que dans la
sainte hostie, tout en ne voyant
qu’une simple apparence, je crois
cependant fermement que sous le
voile il y a le vrai Dieu dans son âme
et dans son corps, de même en est-il
pour ce qui concerne la sainte obéissance (11). Tout en voyant dans les
supérieurs seulement la personne
humaine, je crois cependant qu’à travers leur personne, c’est le Christ qui
commande et qui agit comme Il le dit
“Qui vous écoute, m’écoute”. (12)
(Conf. 19.09.1936) (B 68)
POURQUOI L’IMMACULEE ?
Toute la qualité d’un religieux réside
dans sa vie intérieure, surnaturelle.
Plus il sera en contact de l’Immaculée, plus sa vie intérieure sera intense. (Conf 18.07.1937) (B 84)
Jésus-Christ est l’unique Médiateur entre Dieu et l’humanité ; L’Immaculée est l’unique Médiatrice
entre Jésus et l’humanité. Et nous,
nous serons les heureux médiateurs
entre l’Immaculée et les âmes dispersées dans le monde entier (6.04.1934
Clercs d’Assise), (A 14). C’est particulièrement dans les derniers temps
que l’Immaculée, en sa qualité d’épouse du Saint-Esprit, se fera
milieu des flammes. Alors, Elle m’a dit : « Désormais, ton mari ne s’approchera plus de toi. Soyez frère et sœur comme il en fut pour moi et mon patriarche saint Joseph ». Elle a ajouté : « je l’inspirerai». (San Damiano, à
l’aube du IIIe millénaire. Roland Maisonneuve. Téqui, 2000.)
10. A San Damiano, Marie nous invite à cette même exclusivité d’amour :
Si vous êtes méprisés, n’en faites pas cas. Ce qui importe c’est que votre
âme ne soit qu’amour pour Jésus, pour Marie et pour personne d’autre.
Carmel)
(SD vendredi 6 juin 1969)
6. Marie à San Damiano dira le 27 mai 1966 : Laissez aller les choses terrestres, ne vous préoccupez pas tant pour des choses qui ne valent rien…
7. Rosa Quattrini était tertiaire de l’ordre de saint François.
8. Même écho dans le message de San Damiano : Elles ne valent rien les
richesses d’ici bas. Elles nous font perdre l’âme. Votre âme est combien
plus grande quand elle s’approche de Jésus parce que Jésus
l’enflamme de son amour…(SD mardi 7 nov. 1969)
9. Un jour Rosa voit Marie et Jésus à l’enclos. Marie lui dit : « Jésus te
donne la purification du corps ». A cet instant, j’ai senti un feu. Un feu
comme une flamme. Il est allé jusqu’au fond de moi-même et de mon esprit.
J’ai eu grand peine à résister. Je n’en pouvais plus. Il me semblait être au
11. Concernant Rosa, elle est toujours restée dans l’obéissance vis à vis de
ses directeurs spirituels et de son évêque. Voir à ce sujet les témoignages de
Rosa Vignali et de Don Giacometti dans San Damiano, Témoins de vérité
(Vidéo. Edit San Damiano Media, 2000)
12. Jésus est l’obéissance même, ira jusqu'à dire Marie à San Damiano :
Jésus est tout compassion. Jésus est la sagesse même, l’obéissance même,
et tout amour. (SD vendredi 5 juin 1969).
13.Je suis la Maman du Ciel, je suis la Corédemptrice, la Médiatrice d’amour, l’Avocate, la Dispensatrice de toutes les grâces. Je fais tout pour
mes enfants et je donne tout (SD vendredi 3 janvier 1969).
10
COMPRENDRE
LA SOUFFRANCE
Il faut accepter des mains
de Marie tout ce qu’ellemême daigne envoyer,
quand et comme elle veut,
agréable ou non. Les croix
sont nécessaires, car
même l’Immaculée a vécu
sur cette terre en passant
par la croix, et Jésus luimême n’a pas choisi d’autre chemin. (L. Fr. S Mikolajczyk :28.12.1934) (C 115)
La croix est l’école de
l’amour (27.10.1920 L. à son
frère).
L’Immaculée désire que
non seulement nous travaillons, mais que nous souffrons pour elle. C’est un
immense champ de travail
à travers la souffrance. Les
petites croix de chaque jour
doivent être supportées
calmement, c’est cela se
donner à l’Immaculée. Non
seulement il faut les sup- L'échelle du saint patriarche Jacob (Ancien Testament) préfigure le rôle que tint la toute sainte
porter, mais les désirer ; Vierge Marie, Mère de Dieu: Elle est l'échelle par qui Dieu descendit .
Photo internet
qu’elles existent ! Sans cela, on ne peut pas gagner le Ciel (Conf saint va toujours de l’avant sans tenir s’est fait chair ” (Jn 1,14). L’Immacucompte de sa santé ou de son âge ; lée devient Mère de Dieu. Le fruit de
17.01.1937), (A 121). Il précisera :
Soyons dans la joie, puisque nous même les maladies et les adversités l’amour de Dieu et de Marie Immacuappartenons totalement à l’Immacu- sont pour lui l’occasion d’une plus lée, c’est le Christ, Homme-Dieu.
lée ; et c’est Elle qui nous remplira grande perfection : dans le feu, il se (Notes. Janv. 1940) (A 61)
L’Immaculée, Epouse du Saint-Esprit,
d’une joie intime. (L. Fr P Mucha purifie comme l’or !
11.12.1938)
Lorsque le saint passe, il fait toujours et cela d’une manière ineffable... a le
Sang pour sang, il sut aller jusqu’au du bien à l’exemple du Seigneur Jé- même Fils que le Père des Cieux.
bout de ses engagements. (D 15).
sus. Il apporte et ajoute partout la Quelle famille admirable !
vérité et le bonheur. Tout le monde (12.04.1933 :L P.A. Vivoda) (A 62)
ENSEIGNEMENT SUR LA
ne peut être un génie, mais la voie de L’Immaculée est comme l’incarnaSAINTETE
tion de la miséricorde Divine. (Conf
Si tout saint (14) est un grand la sainteté est ouverte à tous, il faut 24 11 38) D 124).
homme, tout grand homme n’est pas seulement le vouloir... (R.N 1922) (B 17) La troisième personne de la Sainte
pour autant un saint, même s’il a ren- Quant à notre faiblesse personnelle, Trinité n’est pas incarnée. Mais notre
du des services à l’humanité... Le elle ne doit pas être un motif de dé- mot humain, épouse, n’arrive pas à
saint au contraire, à la gloire devant couragement.
exprimer la réalité du rapport de la
Au contraire, plus un instrument (15) Vierge avec l’Esprit-Saint. On peut
les yeux. Il ne se soucie pas
des jugements des hommes mais se est misérable, plus il est propre à ma- affirmer que l’Immaculée est, en un
place au-dessus ! Il commande les nifester la bonté et la puissance de certain sens, l’« Incarnation » de
facultés de l’âme et du corps, sou- l’Immaculée. Saint Paul n’hésite pas l’Esprit-Saint. En elle, c’est l’Esmettant le corps à l’esprit, et l’esprit à du tout à affirmer qu’il se glorifie prit-Saint que nous aimons, et, par
celui de Dieu. C’est ainsi qu’il jouit de dans ses propres faiblesses, afin elle, le Fils. (Conf. 05.02.1941) (A 12).
la paix du vainqueur. Alors, quand la que par elles, se manifeste la puis- Dieu nous a donné cette « blanche
tempête se déchaîne, quand la ca- sance du Christ. (Cf. II Cor.12, 9) (L. Fr S échelle » et veut, par cette
lomnie et le mépris le frappent, quand Mikolajczyk : 28.12.1934) (C 116)
« échelle » nous faire parvenir jusles amis se retirent ou s’unissent aux
qu’à lui, mais c’est plutôt pour qu’en
UNE THEOLOGIE DE
ennemis, le saint domine les tribulanous serrant sur son cœur, Elle nous
L’IMMACULEE
tions. Il en éprouve parfois de la douporte jusqu’à Dieu ! (27.10.1932 : Niepoleur, mais trouve bien vite la paix Dieu le Père lui donne son Fils kalanow) (A 54)
dans la prière, et continue dans la comme Fils. Dieu le Fils descend
sainteté en mettant sa confiance en dans son sein, et Dieu le Saint-Esprit
Dieu. Quand la maladie vient le visi- forme le corps du Christ dans le sein
ter, quand la vieillesse l’écrase, le de la Vierge pure : “ Et le Verbe
14. Que tous mes enfants d’ici-bas soient tous saints, tous unis sur la terre mon Fils avec beaucoup de phalanges d’anges et de saints qui demanet dans le ciel… S D vendredi 2 mai 1969
dent miséricorde pour le monde entier. San Damiano, lundi 13 oct.
15. Ici sont mes petits instruments qui intercèdent auprès de moi et de 1969.
11
dra la Reine du monde entier et de
chacun en particulier
(L. P.F.K
02.12.1931)
Le 16 octobre 1917, La consécration
à Marie du Jeune Maximilien et de
ses amis, lors de la Fondation de la
Mission de l’Immaculée, ne fait pas
de bruit (19). Par contre, elle se trouve
comme à la croisée de deux grands
événements spirituels : l’anniversaire
de la conversion du juif Ratisbonne
qui a beaucoup impressionné le saint,
et la dernière apparition de Fatima,
survenue trois jours auparavant et
dont il n’avait sans doute pas
connaissance, cependant il y a une
relation nécessaire avec les deux
grands repères de sa pensée mariale
que sont :
● l’apparition à la Médaille Miraculeuse à Paris, le 27 novembre 1830
où Marie inonde le monde de ses
rayons de grâces, écrase le serpent
sous ses pieds et porte sur la tête
une couronne de 12 étoiles. (Ap.12,1)
(B54).
L’EVANGELISATEUR
Il est précurseur dans le domaine de
l’évangélisation par les media. Partant de rien, bravant l’opinion de
ceux qui se méfient des religieux engagés dans l’apostolat de la presse,
cet homme, de santé chétive, (avec
un quart de poumon, selon son médecin le Dr P. Nagaï, son activité débordante était inexplicable), est arrivé
à lancer sa « petite revue bleue »
qui ne traitait que de l’Immaculée et
surpassait en tirage tous les autres
périodiques ; de même qu’un autre
journal destiné aux masses ouvrières
et paysannes. En 1938, il met en
place un poste émetteur, et songe à
l’installation d’un aérodrome à Niepokalanow, la « Cité de l’Immaculée ». Ces projets fous effrayent les
prélats qui lui demandent : « Que ferait saint François à votre place ? »
Il répond, imperturbable : « Il retrousserait ses manches, Monseigneur,
et travaillerait avec nous ». De fait,
son « Cantique des créatures » inclut
les rotatives et les linotypes, et ce
sont les frères ouvriers de Niepokalanow qui font « chanter » les machines
à la Gloire de Dieu.
Dans ses écrits, on peut glaner une
théologie du travail dont les dimensions horizontales impliquent la verticale, dans la tension féconde de la
croix.(D 14).
Si l’Immaculée le veut, nous ferons
une “Académie Mariale” pour étudier, enseigner et publier partout qui
est l’Immaculée. (16) (L.P. Antoine Vivoda)
(D 21)
Non seulement (il faut) défendre la
foi, contribuer au salut des âmes,
mais par une attaque hardie, s’oubliant soi-même, il faut conquérir à
l’Immaculée les âmes, l’une après
l’autre (17) ,... Alors, les hérésies (18)
et les schismes vont s’éteindre, et
les pécheurs endurcis, grâce à l’Immaculée, vont revenir à Dieu, vers
son Cœur plein d’amour, et tous les
païens seront baptisés. Ainsi s’accomplira ce que la Bienheureuse
Catherine Labouré (à qui l’Immaculée
a révélé la Médaille Miraculeuse),
avait prévu : « l’Immaculée devien-
16. Un centre marial œcuménique est demandé par Marie à San Damiano.
17. Dans « le cœur à cœur » comme disait Rosa (témoignage DF).
18. Les hérétiques, les schismatiques, tous doivent se convertir à ma venue.
SD ven 14 mar 67
19. Dans le silence aussi a eu lieu la consécration du Jardin de Paradis à San
Damiano, le 25 mars 1967, voir en page 6.
● et l’apparition de Lourdes, le 25
mars 1858 où Elle manifeste son
Immaculée Conception.
« Il y a beaucoup de mal dans le
monde, mais rappelons-nous que
l’Immaculée est plus puissante et
qu’elle “écrasera la tête” du serpent
infernal. »
(L. à un chevalier 12.09.1924) (B 45)
L’ACTE DE CONSECRATION
« L’amour de l’Immaculée ne consiste
pas seulement dans un acte de
consécration récité même avec
grande ferveur, mais dans le fait de
beaucoup souffrir de privations et de
travailler pour elle sans arrêt ! » (L.
au centre de la M.I. Assise 10.02.1937), (C 34).
Notre époque est l’époque de l’Immaculée comme d’autres disent que
c’est l’époque du Saint-Esprit.
Le serpent lève sa tête sur toute la
terre. Mais aussi, l’Immaculée va l’écraser par des victoires décisives,
bien qu’il ne cesse pas de guetter son
talon ! (15.03.1936 L. à sa mère) (A 16).
(voir dessin page suivante) ■
Marie-Dominique Fabrikant
Ref. Livres :
A :L’Immaculée révèle l’Esprit-Saint Entretiens spirituels inédits. J.F.
Villepelée Ed Lethielleux. 1974
B : Sur les pas du père Kolbe. J.F. Villepelée Ed Lethielleux. 1976.
C : La « Mission de l’Immaculée » du Père Kolbe. J.F. Villepelée. Ed
Lethielleux
D : La doctrine Mariale du Père Kolbe-ée
H.M. Manteau-Bonamy O.P. Ed Lethielleux.1979.
12
ACTE DE CONSECRATION
A L IMMACULEE-CONCEPTION
du Père Maximilien Kolbe,
le 16 octobre 1917
« Daigne recevoir ma louange, O Vierge bénie ! »
Immaculée-Conception
Reine du ciel et de la terre
Refuge des pécheurs et Mère aimante
A qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la Miséricorde,
Me voici à tes pieds, moi, N....... , pauvre pécheur.
Je t’en supplie, accepte mon être tout entier
Comme ton bien et ta propriété ;
Agis en moi selon ta volonté,
en mon âme et en mon corps,
en ma vie et ma mort et mon éternité.
Dispose avant tout de moi comme tu le désires,
Pour que ce réalise enfin ce qui est dit de toi :
« La femme écrasera la tête du serpent » ;
et aussi
« Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier ».
Qu’en tes mains toutes pures, si riches de miséricorde,
Je devienne un instrument de ton amour
Capable de ranimer et d’épanouir pleinement
Tant d’âmes tièdes ou égarées.
Ainsi, s’étendra sans fin le Règne du Coeur divin de Jésus.
Vraiment, ta seule présence attire les grâces
Qui convertissent et sanctifient les âmes,
Puisque la Grâce jaillit du Coeur divin de Jésus sur nous
tous,
En passant par tes mains maternelles.
Amen
(b63)
Michelangelo Merisi da Caravaggio,
le Caravage, est un peintre né le 29 septembre 1571
à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole
le Caravage Détail ….
« La femme écrasera la tête du serpent »
et aussi
« Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier ».
( Lire consécration ci-dessus - prophétie du Père Kolbe)
13
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
2
Taille du fichier
2 404 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler