close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

2016-05-31_Déclaration de l`USPF_Sommet du lait

IntégréTéléchargement
Déclaration de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales
USPF au Sommet du lait du 27 mai 2016 au Gurten
Liselotte Peter, vice-présidente de l’USPF et présidente de la commission Politique agricole de l’USPF
Messieurs de la branche laitière, de la transformation, du commerce de détail et de la
Confédération,
Mesdames, bien que peu présentes dans ces domaines,
De nombreuses familles paysannes actives dans la production de lait sont au bord
du précipice ! Nous l’avons entendu aujourd’hui à plusieurs reprises.
Depuis plusieurs années déjà, nous avons attiré l’attention sur la difficulté de la situation. Malgré cela, la spirale a inexorablement entraîné les familles paysannes vers le
bas. A noter qu’il ne s’agit pas seulement de petites exploitations de 15 vaches peinant à couvrir leurs frais avec la production laitière quotidienne et parvenant encore
moins à en vivre. Non, il s’agit là d’exploitations importantes, bien gérées, faisant
preuve d’initiative, qui ont suivi l’appel (votre appel) à créer de grandes exploitations
efficientes et respectueuses des animaux. Ce sont celles-là même qui sont actuellement le plus en danger !
Il serait trop facile de trouver des explications et des solutions en cherchant qui pourrait bien en être responsable: chacun est pour quelque chose dans le fait que nous
parlons aujourd’hui d’un prix à la production de 55 centimes pour du lait A. La politique, en général et plus particulièrement la politique monétaire, ne sont qu’une part
du malaise et ne doivent pas servir à camoufler les autres causes. Le problème d’un
prix du lait trop bas ne date pas d’aujourd’hui, mais il s’est fortement accentué.
L’agriculture aussi porte clairement une part de responsabilité. L’absence d’unité
parmi les agriculteurs est grande et n’améliore rien.
Mais ce n’est pas une raison pour les autres acteurs de se retirer de cette scène peu
transparente que constituent l’économie et la politique. Tous doivent participer pour
sortir de cette situation catastrophique, car elle n’est bonne pour personne, absolument personne.
Nous avons entendu aujourd’hui des différents intervenants ce qui est fait, mais il est
évident que cela ne suffit pas.
Il y a quelques années, la Charte „Stratégie Qualité de l’agriculture et de la filière
alimentaire suisses“ a été signée par l’agriculture et par de nombreuses organisations situées en amont et en aval, de même que par l’USPF. Celle-ci prévoit sous le
titre Partenariat vécu en matière de qualité que « Nous mettons en œuvre un partenariat de marché fondé sur l’estime mutuelle, le fairplay, le respect et la confiance.
Grâce à une coopération dans le pays axée sur la compétitivité, nous créons de la
qualité et de la valeur ajoutée pour tous ».
SCHWEIZERISCHER BÄUERINNEN- UND LANDFRAUENVERBAND
Laurstrasse 10 • Postfach • 5200 Brugg • 056 441 12 63 • info@landfrauen.ch • www.landfrauen.ch
Messieurs
Il est grand temps de vivre ce partenariat de marché. Il est temps de rétablir la confiance. Il est temps de créer une plus-value pour les producteurs. Ceux qui réalisent
des gains ne doivent plus chercher à atteindre des records sur le dos de leurs partenaires !
Le sommet du lait d’aujourd’hui doit d’abord être un réveil, mais il doit aussi produire
des solutions qui devront être appliquées immédiatement ! Il doit impérativement se
passer quelque chose !
Nous proposons quelques solutions:
Producteurs, produisez moins de lait! Vous sciez vous-même la branche sur laquelle
vous êtes assis en continuant ainsi à vil prix !
PSL et autres organisations déterminantes: Dites exactement quelles restrictions
vous attendez des producteurs !
En cas de nouvelles attributions dans la branche : posez des limites claires en ce qui
concerne le cumul des fonctions afin que vous restiez crédibles.
Des sanctions doivent être rigoureusement appliquées en cas de déclaration irrégulière et inexacte.
Transformateurs: Ne donnez pas de petit sucre aux producteurs pour qu’ils produisent plus! Dans ces temps difficiles, partagez les gains entre tous les partenaires !
Ne distribuez pas les bénéfices sous forme de dividendes mais affectez-les à une
augmentation du prix du lait.
Et spécialement pour les fromagers: Renoncez enfin au lait de restriction pour éviter
de garnir encore plus les stocks de fromage! C’est aussi dans votre intérêt.
Aux détaillants: Vendez mieux la plus-value de nos produits aux consommateurs.
Les produits laitiers ne sont à l‘évidence pas la cause du tourisme d’achat. Dès lors,
la baisse des prix des produits laitiers en rayon n’est ni utile ni nécessaire.
Vos marges sont plus que confortables, ce qui constitue pour nous producteurs une
situation insupportable et démotivante.
Et à l’administration fédérale : Arrêtez s’il vous plaît de vous cacher derrière des concepts tels que marché, augmentation de l’efficience ou liberté d’entreprise, mais tendez la main vers une solution collective ayant force obligatoire, et cela sans délai.
Nous avons ici et maintenant une occasion unique de donner vie à la Charte „Stratégie Qualité de l’agriculture et de la filière alimentaire suisses“ et, ainsi, de consolider
la Suisse comme pays du lait.
L’USPF vous le demande instamment : chacun doit s’activer et vite !
SCHWEIZERISCHER BÄUERINNEN- UND LANDFRAUENVERBAND
Laurstrasse 10 • Postfach • 5200 Brugg • 056 441 12 63 • info@landfrauen.ch • www.landfrauen.ch
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
151 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler