close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

car c est à toi qu` appartiennent le Règne la Puissance et

IntégréTéléchargement
Bulletin de San Damiano Media
Numéro 42 - 1er trimestre 2010
...Car c’est à Toi qu’appartiennent
le Règne la Puissance et la Gloire...
Le Jugement Dernier Fra Angelico
L’oraison dominicale est surtout une prière de demandes, non de louange. Mais c’est sur une louange
qu’elle s’achève. Toutefois, cette doxologie finale (le mot
signifie glorification) ne figure ni dans Luc, ni dans Matthieu. La liturgie romaine ne l’a réintégré au « Notre
Père » que depuis le Concile, avec une arrière pensée
œcuménique puisque les protestants disent cette doxologie depuis quelques siècles.
Cette formulation de louange est retrouvée dans la Didachè (8.2ss), écrit très ancien dont on a retrouvé une copie
vers 1875 à Jérusalem. Pratiquement contemporaine des
Évangiles, la Didachè remonterait aux années 60 à 90 et
ressemble à un petit résumé de catéchisme qui aurait circulé à l’usage des fidèles dans les premiers temps de l’Eglise.
On a remarqué que des chrétiens formés à la sensibilité religieuse juive de cette époque, pouvaient difficilement
terminer une prière sur le mot « tentation » (Lc 11, 3) ou
« le Malin » (Matt 6, 13). Il y a ici reprise, dans cette doxologie, et sur un ton solennel, du contenu des trois premières
demandes du Notre Père : le Règne (2e demande ; que
ton règne arrive), la Puissance (la 3e demande ; que ta
volonté soit faite), et la Gloire (la 1ere demande ; que ton
nom soit sanctifié) (Selon les écritures T II René Voeltzel éd. CLE
Yaoundé 1972). Un autre lien peut être établi avec cette triple
louange : les trois tentations de Jésus au désert :
Le prince de ce monde s'était attribué mensongèrement ces trois titres de royauté, de puissance et de gloire
(Lc 4,5-6); le Christ, le Seigneur, les restitue à son Père et
notre Père (CEC n° 2855).
1
Que ton Règne arrive :
car à Toi appartient tout Règne
Pendant la Tentation au désert, le diable dit à Jésus :
“Si tu es Fils de Dieu, dis à ces pierres qu’elles deviennent des pains.” Mais Jésus lui répond : “Il est
écrit que l’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute parole qui sort de la bouche de
Dieu.” (Matt 4, 3-4).
C’est le combat des règnes de la terre, ceux de la
chair et du monde matériel, contre le règne de Dieu et du
Ciel. Jésus nous libère de l’horizontalité de nos concupiscences pour nous propulser dans la verticalité de la
Parole qui fait vivre « sur terre comme au Ciel » :
Du moment donc que vous êtes ressuscités avec le
Christ, recherchez les choses d'en haut, nous dit Saint
Paul, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu.
Songez aux choses d'en haut, non à celles de la terre (Col
3 1-2).
Saint Augustin parle des trois concupiscences ; de la
triple tentation de la volupté, de la curiosité et de l'orgueil et il écrit qu’il nous faut formellement proscrire la
concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux, et
l'ambition du siècle (St Augustin Les Confessions ch XXX).
Ici on est dans le monde de la volupté, de la concupiscence de la chair.
A San Damiano, Marie nous rappelle les priorités
pour la vie de nos âmes : Quitter les appétits matériels et
participer au règne de Jésus, de Marie et de l’Eglise :
Etre des ouvriers pour le Royaume.
Soyez forts, mes petits enfants, soyez forts. Combattez
fort pour le règne de Jésus et pour le règne de votre
Maman du Ciel, car Je suis la Mère de l’Eglise et J’ai
ici, autour de Moi, mes Fils bien-aimés que J’aime tant,
tant ! Je viendrai avec une grande Lumière. J’éclairerai
le monde entier, puis viendra le règne de mon Fils Jésus. Avec son règne régnera la paix et la joie partout (SD
2 février 68).
Mon cœur, ma fille, triomphera dans le monde entier.
Mon cœur est grand. Mon cœur est amour, ma fille, et
Jésus régnera en tout. Il viendra régner dans le monde
avec tous les apôtres qui sont ici présents. Le Ciel et la
Terre se déchaîneront : mais après viendra le calme.
Après la tempête viendra la Lumière, cette grande Croix,
que vous verrez là-haut dans le Ciel, cette grande Lumière qui vous réveillera (SD 8 déc.19 68).
Ce n’est qu’au Ciel que vous trouverez la joie, les
richesses, la bonté, la douceur, l’amour de Jésus, car
Jésus veut brûler d’amour pour vous. Jésus veut régner
dans vos cœurs. (SD 24 mars 68).
Il y a dans ces paroles, à la fois une prophétie eschatologique qui nous renvoie à la Parousie ; mais aussi la
description d’une lutte qui est aussi celle qui se déroule
dans le cœur de chaque homme. Pour installer le règne
de Dieu dans notre cœur il faut aussi faire violence (cf.
citation de Jean Paul II à Lourdes en 1983, p 11, note 14). C’est un com-
bat. Tous les baptisés sont prédestinés à travailler pour le
Royaume. Tous, nous avons à répondre aux supplications du Ciel pour cela (voir Les cinq questions de Moïse p 4).
Que ton Nom soit sanctifié
car à Toi appartient la Gloire
L'emmenant plus haut, le diable lui montra en un instant tous les royaumes de l'univers et lui dit : "Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car
elle m'a été livrée, et je la donne à qui je veux. Toi donc,
si tu te prosternes devant moi, elle t'appartiendra tout
entière." Et Jésus lui dit : "Il est écrit : Tu adoreras le
Seigneur ton Dieu, et à lui seul tu rendras un culte." (Lc
4, 5-8).
Ici on est dans le monde de l’orgueil, de l’ambition
du siècle. Les royaumes et les pouvoirs de ce monde
sont vains et tomberont en poussière. Seul le royaume
de Dieu subsistera et le triomphe du Seigneur est annoncé :
Alors viendra la fin, écrit encore saint Paul. Le Christ
aura dominé toutes les lois, les forces et les souverains
de l’univers, et il remettra le Royaume à Dieu le Père. Il
est dit qu’il doit exercer le pouvoir jusqu’à ce qu’il ait
mis ses ennemis sous ses pieds, et le dernier des ennemis vaincus sera la mort (1Cor 15, 24-26).
Toute gloire est à rendre à Dieu, seul son nom doit
être sanctifié (cf. le « Nom de Dieu » dans la troisième question de
Moise p. 5). Mais, plein d’orgueil, l’homme se veut à l’égal
de Dieu. Tous les débats de bioéthique, avortement, euthanasie, manipulations sur la vie, sont sous-tendus par
cette réalité : Prendre la place de Dieu ; évacuer du débat, le Seigneur, se faire maître de la vie à sa place.
Dans ce monde que nous sommes obligés de supporter où règne le crime, les puissances de l’argent, de l’athéisme ou de l’intolérance, on est souvent tentés par le
découragement.
Oui, nous voulons bien travailler au Royaume, à la
vigne du Seigneur, mais les forces adverses sont si puissantes, le progrès des forces du mal est si vaste que nous
crions vers le Ciel notre détresse.
Et le Ciel nous répond. Il suffit de l’écouter :
Ne craignez pas les luttes, mes enfants, car mon cœur
triomphera, le règne de Jésus viendra. Soyez sous mon
manteau et ne craignez pas (SD 2 mai 69).
Nous avons des raisons d’espérer :
Quelle joie de voir nos frères anglicans séparés revenir dans le chaud foyer de l’Eglise !
Quelle joie de voir tant de progrès sur la route de l’unité avec les Eglises Orthodoxes ! Pouvions-nous seulement espérer cela il y a quelques années ?
Quelle joie de voir aussi nos prêtres, saisis par l’Esprit Saint dans ce merveilleux mouvement de prières de
l’année du Sacerdoce. Cessons de nous plaindre de nos
prêtres. Nous avons le clergé que nous méritons. Qui
peut prétendre qu’il a assez prié pour eux ?
En ces temps troublés, c’est vraiment le moment de
prier pour nos prêtres, c’est vraiment le moment de prier
pour le Saint Père !
(Dans ce numéro vous est offerte une brochure inédite du Chemin de Croix pour la sanctification des prêtres ; disons le avec foi,
souvent et distribuons-le autour de nous pour coopérer à cette dynamique de l’intercession en faveur de nos prêtres : Voir p 11).
2
Que Ta volonté soit faite
car à Toi appartient la Puissance
Le tentateur mena Jésus à Jérusalem, le plaça sur le
pinacle du Temple et lui dit : "Si tu es Fils de Dieu, jettetoi d'ici en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des
ordres à ses anges, afin qu'ils te gardent. Et encore : Sur
leurs mains, ils te porteront, de peur que tu ne heurtes
du pied quelque pierre." Mais Jésus lui répondit : "Il est
dit : Tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu." (Luc 4, 912).
C’est la tentation de la curiosité, ce que st Augustin
appelle la concupiscence des yeux. Vouloir se faire puissant par « vaine gloire ». Tenter Dieu, c’est le mettre au
défi. Lancer un défi au Seigneur est un acte de mépris.
Tant de nos contemporains en sont à mépriser Dieu. Si
Dieu était bon il ne permettrait pas tant de mal dans le
monde, entendons nous dire. Nous pouvons louer nos
frères dans la foi en Haïti car ils n’ont pas eu cette réaction : Ce sont plus de cent mille fidèles catholiques qui
ont marché, le dimanche 31 janvier 2010, à travers les
rues de la ville du Cap-Haitien pour demander pardon,
remettre la ville du Cap-Haitien et le pays tout entiers à
Foule à Haïti devant la cathédrale
Jésus (Zenit.fr).
En février dernier, le système de transport public de
Séoul a laissé publier une affiche présentant une citation
d'Albert Einstein où il est dit : « Je ne peux pas imaginer
un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création ».
Nous non plus, nous ne doutons pas de sa miséricorde, mais la parole du scientifique est un acte de mépris, de même que ceux qui l’ont publié.
Priez, priez avec une foi ardente, et levez souvent les yeux au Ciel. Suppliez le Père Eternel, afin
qu’il ait pitié et miséricorde de tous ses fils d’icibas, que tous se réveillent (SD 24 janvier 1969).
Tant de grâces, Je répandrai. Mais si vous n’écoutez pas, il viendra une grande tempête. Le Père
Eternel est las de voir tant de fils ingrats, tant de
fils qui ne veulent pas m’écouter (SD 4 mai 1969).
Le Père Eternel est las parce que vous n’écoutez
pas ma parole de Mère (SD 13 octobre 1969).
Un jour ils comprendront (ceux qui ne veulent
pas me connaître) mais en sera-t-il encore temps ?
Parce que le Père Eternel est lassé de voir mes fils
qui n’écoutent pas ma parole de Mère, qui ne suivent pas Jésus et ne m’aiment pas (SD 25 décembre 1969).
Saint Cyrille commente ainsi la troisième tentation :
Dieu accorde son secours, non à ceux qui le tentent,
mais à ceux qui croient et espèrent en lui ; aussi JésusChrist ne voulut point faire de miracles en présence de
ceux qui étaient venus pour le tenter : « Cette génération
perverse, disait-il, demande un prodige, et il ne lui sera
point donné » (S. Cyrille dans Catena Aurea).
Les signes : « Etincelles de Résurrection » ?
Ce n'est pas à l'homme de demander ou de rechercher
des signes. C’est ce que font ceux qui pratiquent le spiritisme.
C'est Dieu, dans sa largesse, qui les donne gratuitement et à profusion. Il suffit de voir, d'écouter, d'ouvrir
son cœur.
Marie à San Damiano le redit souvent : Je donne
tant de signes, tant de grâces, tant de personnes me
voient. Je me fais voir à un grand nombre. Pourquoi ne
comprenez vous pas que c’est Moi qui viens pour vous
sauver ? Ne voyez vous pas le monde marcher dans l’abîme ? Combien se perdent ?… (SD 22 aout 1969).
Depuis l’Ascension de Jésus, Dieu permet de temps
en temps aux saints d'entrebâiller le voile du Ciel et les
signes permis par le Seigneur sont autant d’étincelles de
Résurrection. Ce sont des signes parce qu’ils sont
« chargés de sens ». Ils nous incitent à toujours lever les
yeux dans le sens du Ciel. La vie de sainte Philomène (p
12 à 16) est un véritable florilège de signes, de prodiges et
de miracles ; autant d’étincelles d’éternité !
On entend dire communément. Du Ciel personne
n’en est revenu ! … C’est ignorer tant de témoins, tant de
saints qui nous ont montré « le Ciel ouvert ».
Toutes les grâces que Dieu donne, notamment à San
Damiano : les conversions, les guérisons, les vocations
sont autant de signes qui nous montrent la voie du Ciel
car c'est là notre vraie demeure, et ils annoncent notre
résurrection.
Saint Paul en témoigne: Ainsi en va-t-il de la résurrection des morts: on est semé dans la corruption, on
ressuscite dans l'incorruptibilité; on est semé dans
l'ignominie, on ressuscite dans la gloire; on est semé
dans la faiblesse, on ressuscite dans la force; on est semé corps psychique, on ressuscite corps spirituel (I Cor 15,
12-44).
Oui, à Toi Seigneur, la louange, pour ton Règne, ta
Puissance et ta Gloire ! ■
Jean-Romain Fabrikant
3
LES CINQ QUESTIONS DE MOÏSE
Lors de la rencontre de Moïse avec le Seigneur au
« buisson ardent », celui-ci se voit investit de la mission de
libérer son peuple de l’oppression.
L’attitude de Moise est des plus réticentes. Il essaye de
s’échapper de cette voix intrigante. Il argumente son refus à
cinq reprises face au Seigneur avant de se décider à retourner en Egypte. L’appel de Dieu, toutes les vocations, tous
les appels à la mission, suscitent en l’homme les mêmes
réactions. Rosa Quattrini n’échappe pas à la règle. Au-delà
de ces expériences exceptionnelles, il y a aussi notre propre
attitude de baptisés, notre propre réponse, lorsque le Seigneur nous demande d’aller à sa moisson, d’être apôtre.
Première question : D’où ?
Le livre de l’Exode rapporte que Moïse regardait ce
buisson qui était embrasé mais qui ne se consumait pas :
Moïse se dit : "Je vais faire un détour pour voir cet étrange
spectacle, et pourquoi le buisson ne se consume pas." Yahvé vit qu’il faisait un détour pour voir, et Dieu l'appela du
milieu du buisson. "Moïse, Moïse", dit-il, et il répondit :
"Me voici." (Ex 3, 2-4).
Moïse est d’abord intrigué : voilà quelque chose de nouveau, d’inconnu. L’expérience de la rencontre avec le Seigneur est toujours nouvelle, nous plonge toujours dans l’imprévu et aucune expérience spirituelle n’est ni reproductible, ni banale, ni « standard ».
On peut penser que, le vendredi 16 octobre 1964, lorsque Marie apparut dans sa gloire à Rosa Quatrini, lorsqu’elle entendit cette voix venant du dehors « Viens
avance, viens je t’attends », le premier mouvement a été la
surprise. Il en a été de même pour Marie à l’approche de
l’Ange : A cette parole elle fut toute troublée (Lc 1, 29).
Rosa est troublée aussi, elle pense qu’il est arrivé malheur à sa sœur missionnaire à Ceylan. Nous commençons
toujours par interpréter les signes du Ciel à l’aune de nos
connaissances, de nos sentiments. Je vais faire un détour
pour voir cet étrange spectacle, se disait Moïse, pour en
trouver une explication : il doit bien y avoir un « truc »?
Devant le signe donné par le Ciel, il n’est pas interdit de
chercher à comprendre et c’est le premier stade du discernement. On sait que l’Eglise, dans sa sagesse est extrêmement
prudente face à tout phénomène surnaturel. Avant chaque
apparition (elles avaient lieu en général les vendredis ou les
jours de fête liturgiques), Rosa se préparait longuement par
la prière, demandait que l’on prie pour elle et utilisait largement l’eau bénite afin de pouvoir discerner l’origine de ses
contacts avec le Ciel.
La voix venait de l’intérieur du buisson. C’est une voix
de l’intérieur qui parle à l’intérieur de l’homme, à son cœur.
Il s’agit d’une relation d’amour.
Le discernement est le fruit, non seulement de l’intelligence, mais de l’action dans notre cœur, de l’Esprit qui est
Amour. Pourquoi le brasier ne consume-t-il pas ? Parce que
Dieu est la source intarissable de toute vie et de tout amour.
Ainsi, intelligence et amour sont liés :
Donne-moi l’intelligence pour aimer, et l’amour pour
comprendre, avait enseigné la Madone à Rosa en tant que
prière.
La première marche du discernement est la question :
d’où vient l’appel ?
Deuxième question : Pourquoi ?
Le Seigneur dit : “Maintenant va, je t'envoie auprès de
Pharaon, fais sortir d'Egypte mon peuple, les Israélites."
Moïse dit à Dieu : "Qui suis-je pour aller trouver Pharaon
et faire sortir d'Egypte les Israélites ?" (Ex 3, 10-11).
L’objection : « Je ne suis pas capable » a été aussi celle
de Rosa lorsque Notre Dame lui demanda de faire passer
son message au Monde : « Je ne suis pas capable d’annoncer ces choses ; on ne me croira pas, on dira que je suis
folle ! »
Le Seigneur avait répondu à Moïse Je serai avec toi, et
voici le signe qui te montrera que c'est moi qui t'ai envoyé
(Ex 3, 12).
La réponse de Marie à Rosa est symétrique : Je te laisserai un signe : cet arbre fleurira…
Après notre première rencontre avec le Seigneur, il nous
laisse souvent un ou plusieurs signes. L’Esprit dans sa largesse veut bien confirmer notre foi primitive.
A Marie aussi, l’Ange a laissé un signe : Voici qu'Elisabeth, ta parente, vient de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la
stérile. Marie s’est empressée de faire les 150 km pour visiter Elizabeth, et elle a pu constater le signe.
Nous avons besoin de ces confirmations de l’action de
Dieu au démarrage de notre foi. Les apôtres aussi ont eu
besoin du signe de Cana au début de leur cheminement
avec Jésus. Il n’y a pas de honte à recevoir ces signes, tout
en demandant la lumière du discernement. Ce sont des messages d’amour du Ciel pour nous ; c’est le langage de
Dieu pour nous confirmer. La vie des saints en est parsemée. L’exemple de sainte Philomène est particulièrement frappant (p 12 à 16). De nos jours, une certaine pastorale semble excessivement méfiante, dès lors qu’il s’agit
de messages du Ciel ou d’apparitions. La Bible est truffée de signes donnés par Dieu aux hommes. Il faut se
méfier d’un excès de prudence qui risque de désincarner
le message évangélique. Nos frères orientaux sont
moins cérébraux que nous et San Damiano est un lieu
de signes qui, en ce sens, nous rapproche d’eux.
La deuxième marche du discernement semble être la
question : pourquoi cet appel ?
4
Suis, vous mourrez dans vos péchés. Ils lui disaient donc :
"Qui es-tu ?" Jésus leur dit : "Quand vous aurez élevé le
Moïse dit à Dieu : "Bon, je vais trouver les Israélites et Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne
je leur dis : Le Dieu de vos pères m'a envoyé vers vous. fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m'a enseiMais s'ils me disent : Quel est son nom ? Que leur dirai- gné » (Jn 8, 24-28). En vérité, en vérité, je vous le dis, avant
je ?" (Ex 3, 13).
qu'Abraham existât, Je Suis (Jn 8, 58).
L’objection n’est plus frontale mais du style « Je ne te
Francois Varillon écrivait que tout ce qu’on peut dire sur
connais pas, qui es-tu, et qui me prouve que… ? »
Dieu, qu’il est éternel, infiniment puissant, immanent, etc.,
Rosa aussi va poser la même question à Marie lors- sont autant d’attributs qui ne révèlent pas sa nature intrinsèqu’elle la rencontrera en 1962, sur le parvis de Notre Dame que. Sa nature est d’être Amour ; il n’est qu’Amour. Et cette
des Grâces à San Giovanni Rotondo. En fait, Rosa sait déjà découverte est le propre du secret révélé par Jésus : Nul ne
la réponse, mais elle sait aussi qu’elle doit poser la question, sait qui est le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils
car son curé lui avait dit : « Si tu la vois, demande lui son veut bien le révéler (Luc 10, 22). Cette révélation est au centre
nom ». Le père Pellacani, premier curé de San Damiano, de la bonne nouvelle de l’Evangile mais surtout est au censuivait en cela l’exemple de l’abbé Peyramale à Lourdes qui tre de l’expérience spirituelle de notre rencontre avec ce
avait ordonné la même chose à Bernadette. Avec Rosa, c’est Dieu-Amour.
Marie qui devance la question : Me
De sorte que, lorsque Moïse demande à
reconnais-tu ?, dit-Elle - Oui, vous
Dieu son nom, il lui demande déjà de se
êtes la Madone, vous n’avez pas voulu
révéler, il appelle déjà prophétiquement
que je le dise. Et Marie répond : – Je
la venue de celui qui va révéler ce Nom,
suis la Mère de la Consolation et des
Jésus.
affligés.
De sorte que, lorsque Bernadette ou Rosa
Moïse aussi connaissait aussi un
Quattrini demandent à Marie quel est son
peu la réponse : Tu es le Dieu de nos
nom : il s’agit pour elles (et pour nous, à
pères, avait-il dit. Mais cette réponse
leur suite) d’aller à la rencontre du Cœur
ne le satisfaisait pas. C’était une
de Marie, d’entrer en intimité et en particonnaissance superficielle du Nom de
cipation avec cette gloire de Dieu sur
Dieu, une réponse intellectuelle, au niterre
qui est Marie.
Vierge de Lourdes posée sur le
veau du mental. Nous sommes nombreux
- La réponse de Marie à Lourdes «Je suis
puits à San Damiano
à vouloir creuser le mystère de Dieu, à
l’Immaculée Conception » nous renvoie
vouloir des réponses à nos questions, à chercher dans nos à notre nature déchue, exclue du Paradis Terrestre, mais qui
enseignements les bonnes formules, les bonnes citations de est remplie de la nostalgie de ce temps (symbolisée par les
nos bons théologiens, mais cela peut rester cérébral. Le chérubins et la flamme du glaive fulgurant postés devant le
Nom de Dieu doit descendre au niveau du cœur. Dieu, Jardin d’Eden (Gn 3, 2-4). Depuis la chute originelle, cette nosl’homme ne peut pas le voir, c’est pourquoi Il dit à Moïse : talgie s’exprime par une volonté farouche de vouloir retrouN'approche pas d'ici, retire tes sandales de tes pieds car le ver quelque chose de ce paradis des origines dans nos paralieu où tu te tiens est une terre sainte (Ex3, 5). On peut perce- dis artificiels. Marie est là pour nous proposer le vrai
voir un parallélisme entre cette scène et l’expérience de Ro- « Jardin de Paradis » de son Cœur Immaculé, cette véritable
sa dans ses paroles, empreintes de crainte, lorsque Marie se « Terre Sainte » du brasier ardent, qui est le vrai paradis
présente à elle le 16 octobre 1964 ; « Ah ma mère, je ne suis proposé aux hommes dès ici-bas, en attente de son achèvepas digne que vous veniez prés de moi… » (SDHD. R. Maison- ment dans la vie éternelle.
neuve, p 37)
Que ton amour a de charmes, ma sœur, ô fiancée. Que
Cependant, si l’homme ne peut voir Dieu, il peut le
ton amour est délicieux, chante le Cantique des Cantiques,
contempler par le cœur, et la réponse du « Nom de Dieu »
…Elle est un jardin bien clos, ma sœur, ô fiancée ; un jardin
ne se comprend que dans la contemplation :
bien clos, une source scellée (Ct 4, 10-12). Ce jardin du cœur de
Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui Suis. Et il ajouta:
Marie est clos, cette source est scellée, parce qu’ils sont réC'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui
servés à Dieu et à ceux a qui le Fils veut bien le révéler.- La
s'appelle "Je Suis" m'a envoyé vers vous (Ex 3, 14).
réponse de Marie à Rosa, à San Giovanni Rotondo : « Je
Cette réponse énigmatique a été l’occasion de bien des
suis la Mère de la Consolation et des affligés », nous rencommentateurs, juifs et chrétiens. Tous s’accordent pour
voie aussi à nos désirs de consolation. Nous cherchons toudire que « Je Suis » n’est pas un nom, car vouloir nommer
tes les consolations de ce monde pour oublier les deuils et
Dieu, c’est prétendre le connaître. Lui, l’Immanent, l’Eterles épreuves. Ainsi parlait Jésus à ceux qui mettent leur
nel, celui qui est de tout temps et en dehors du temps. En
cœur dans les choses matérielles : Malheur à vous, les rifait, Il se fera connaître, mais plus tard, au travers du cœur,
ches ! Car vous avez votre consolation (Lc 6, 24).
sur les lèvres de Jésus : Qui me voit a vu le Père. Qui es-tu ?
Marie nous propose de les remplacer par la consolation
lui demande Pilate, tu l’as dit Je suis Roi, lui répond-il.
de l’amour de Dieu qui est en Elle car Elle est aussi la mère
Dans ses enseignements, il avait déjà donné les clefs de son
des béatitudes : Heureux les affligés car ils seront consoidentité : Sachez que Je Suis doux et humble de Cœur (Matt
lés ; les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront ras11, 29). Nul n’a jamais vu le Père, sinon le Fils et ceux à qui il
sasiés ; les persécutés pour la justice, car le Royaume des
veut bien le révéler (Matt 11, 27). Si vous ne croyez pas que Je
Cieux est à eux…(Mt 5, 5-10).
Troisième question : Qui ?
5
Jésus avait promis d’envoyer le Consolateur. Aujourd’hui il nous envoie la Mère de la Consolation, dans
son « Jardin de Paradis » de San Damiano…
La troisième marche du discernement est la question :
De qui vient l’appel ?
Quatrième question : Comment ?
Moïse reprit la parole et dit : "Et s'ils ne me croient
pas et n'écoutent pas ma voix, mais me disent : Yahvé
ne t'est pas apparu ?" (Ex 4, 1).
Marie aussi dira à l'ange : Comment cela sera-t-il,
puisque je ne connais pas d'homme ? (Luc 1, 34). Celui qui
est appelé cherche à connaître les modalités, le
« Comment ? ».
Rosa aussi peut se demander si on va la croire. Elle
avait été guérie le 29 septembre 1961 par la Madone.
Elle qui était grabataire depuis neuf ans ; elle qu’on avait
renvoyé de l’hôpital pour mourir chez elle et qui s’était
relevé instantanément, les plaies refermées, ayant pu
faire son déménagement avec une charrette à bras ; malgré tout cela on avait douté de sa guérison et on l’avait
traité de folle. La Madone à San Giovanni Rotondo le
rappelait, « dis le au professeur et à San Damiano, à
ceux qui n’ont pas voulu croire à ta guérison ». Le 16
octobre Rosa rappelle à Marie : Je ne suis pas capable
d’annoncer cela, on ne m’a pas crue même quand j’ai
été guérie… on me jettera en prison. Il y a dans l’objection de Moïse la même crainte des conséquences : Il
avait tué l’Egyptien, pour cela il était recherché, et Dieu
lui demande pour ainsi dire de se jeter dans la gueule du
loup !
Il y a toujours dans l’appel de Dieu, un côté prise de
risque. Il demande de faire le saut, de lui faire confiance.
Dieu rassure Moïse : Va, retourne en Egypte, car ils
sont morts, tous ceux qui cherchaient à te faire périr.
Marie, n’attend pas et ne demande pas d’assurances, elle
fait déjà totale confiance à l’Ange et à l’Esprit : Qu’il
m’advienne selon ta parole.
Quant à Rosa, elle répond à Marie « Donnez moi la
force, et sous votre manteau, je supporterai tout ». Mais
Marie lui donnera tout de suite des gages de consolation
spirituelle : Il y avait tant de lumière quand elle est partie. Elle m’a fait un grand sourire quand elle est partie
du Poirier. J’ai senti comme si elle m’étreignait… Les
rayons de la Madone me couvraient de lumière et me
donnaient tant de joie, de douceur et d’amour (SDHD R.
Maisonneuve p 38).
La quatrième marche du discernement serait la question du : Comment ?
Cinquième question: Avec quoi ?
L’humilité au centre de toutes missions
de Dieu ni à refuser son invitation. Elle connaissait sa
petitesse, sa faiblesse. Au contraire cette petitesse lui
permet de chanter: Mon âme exalte le Seigneur, et mon
esprit tressaille de joie en Dieu mon sauveur, parce qu'il
a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante (Lc 1, 4648). Ce n’est qu’au travers de l’humilité qu’on peut recevoir et accepter la mission venant du Ciel.
Rosa aussi connaît sa faiblesse. Elle sait qu’elle est
ignorante. Elle n’a été que quatre ans à l’école. Elle était
cependant intelligente, avec un bon sens pratique et elle
saisissait les choses de Dieu. Plus tard la Madone le dira
dans ses messages : J’ai accompagné ici beaucoup d’âmes de San Damiano, mais personne n’a prêté attention
à ma voyante, bien qu’elle soit la plus ignorante de ce
monde. Je vous le répète… Oui elle est ignorante, très
ignorante, mais ce qu’elle dit vaut beaucoup, vaut tellement, que personne ne peut comprendre ! Ses paroles
seront joie et bonheur là-haut dans le Ciel. Quand elle
partira de cette terre, Je viendrai la prendre. Vous reconnaîtrez alors, vous comprendrez, mais il n’en sera
plus temps… » (SD 10 juin 1966).
Quant à l’humilité de Rosa, c’est aussi Marie qui en
parle :
Je suis toujours à côté de mon instrument que je
maintiens petit, humble comme Jésus veut. Jésus est en
elle, Jésus lui donne force et courage pour porter la
croix à côté de lui.
« Ne te décourage pas ma fille, car tu es entre mes
bras et Je te soutiens et t’inspire au long de ton chemin… Sois toujours humble comme Jésus te veut et ne te
laisse pas abattre. Vis seulement pour Jésus, seulement
pour moi, qui suis ta Maman du ciel : tu es sous mon
manteau et Je te serre dans mes bras. Courage, ma fille,
courage : Lève toujours les yeux au Ciel… (SD 3 janvier
1969).
La Cinquième marche du discernement est la question : avec quoi réaliser l’appel de Dieu ?
Si Moïse dans un premier temps a cherché à fuir l’appel de Dieu, et son hésitation a provoqué sa colère ;
après que le Seigneur lui ait proposé de partir avec Aaron, en définitive il fera tout ce que le Ciel lui a demandé, car au fond des choses c’était un homme humble ;
c’était même l’homme le plus humble que la terre ait
porté (Nb 12, 3).
Oui, la mission que Dieu nous demande est toujours
« mission impossible » à vues humaines. Mais jamais
impossible à Dieu. Il nous est demandé seulement de
participer, et cette participation ne peut s’accomplir
Moïse dit à Yahvé : "Je t’en supplie, mon Seigneur,
je n’ai jamais su bien parler et ce n’est pas mieux
depuis que tu parles à ton serviteur, je ne trouve pas
les mots pour m’exprimer. Et le Seigneur répond : Je
mettrai dans ta bouche les paroles que tu devras
dire." Moïse dit encore : "Je t’en supplie mon Seigneur, envoie ton message par qui tu voudras " (Ex 4,
10-13).
Le Fiat
de Marie
- Botticelli
A aucun moment
Marie
n’a cherché
à fuir la parole
Le Fiat de Marie - Sandro Botticelli
6
AU CŒUR DU CHAOS CHILIEN, UN ANGE ETAIT LA !
Correspondance de nos amis du
Chili basés en Europe, mais
dont les enfants ont vécu les
récents tremblements de terre.
… Oui c´est la catastrophe
au Chili, cette semaine a été
horrible, sans téléphone, sans portable rien ne
marchait .... Mais à la fin, la famille entière est en vie et
va bien. Les enfants ont été sans électricité sans gaz et
sans eau comme dans plusieurs quartiers de Santiago et
de villes du sud. Maintenant la vie recommence, bien que
la terre ne s’arrête pas de trembler et même fort. C’est
toujours l´angoisse : plus de 200 répliques, de 6 à 7
degrés... Ma fille M-J. était seule à l´appartement, au 12e
étage. Elle a cru qu´elle allait mourir ; le bruit infernal ;
tout dans l´appartement est tombé et s’est cassé etc. Une
fois que cela s’est terminé elle est rentrée s´habiller pour
descendre par les escaliers car elle voyait les autres qui
descendaient. Elle a pris de l’eau de la Madone des
Roses, a prié sans cesse. En bas, elle a vu tous ces gens
angoissés et a été très impressionnée de remarquer
qu’elle-même était dans une paix énorme. Et elle a
jouté : « Maman je suis impressionnée que cette paix ne
m´a pas quittée. Je suis contente et je rends grâce que tu
ne sois pas ici à cause des soucis que nous avons vécu ».
Elle sait que pour moi c’est ce qu’il y a de pire : j´ai
horreur des tremblements, je ne sais même pas ce que je
ferais.
Mes sœurs G. et S. toutes deux anciennes pèlerines
de San Damiano, revenaient du Sud, en bus, avec sept
enfants derrière, dans un autre bus où il y avait deux des
filles de ma sœur et mon fils avec plein de ses amis, tous
des jeunes. D’un coup mon fils se réveille en pensant que
le bus roulait dans la campagne en dehors de la route ; il
regarde par la fenêtre et constate qu’ils sont bien sur la
route. Il ne comprend rien et voit que le bus se met à
freiner. Il y avait un policier qui criait pour qu’on recule
sur 30 mètres. Ils étaient sur un pont très long. Voilà que
le bus fait marche arrière quand soudain il voit le pont
s´écrouler devant eux .... A 3 heures 40 du matin, un
policier sur le pont !!... Pour moi c’est un ange que la
Sainte Vierge a envoyé !
Ils sont restés là-bas sains et saufs mais sans
pouvoir continuer, sans nouvelle, sans argent, sans rien.
Finalement, le frère ainé de ses cousines avec un ami,
sont arrivés avec un petit bus plus deux motos dedans,
alors ils ont continué la route dans ce petit bus, les
grands sur les motos, les 7 enfants dans le petit bus, par
des routes de terre, au travers de la campagne. Ils ont
mis deux jours pour arriver à Santiago. Ils ont vu un
spectacle ahurissant de désolation avec toutes ces
maisons détruites.
Depuis 30 ans nous n’avions pas eu de tremblement
aussi long et aussi fort et qui, de plus a atteint toute la
partie centrale du Chili. Le dernier avait atteint la côte,
mais plus au sud et Santiago n’avait presque rien eu. Il y
a des villages avec plein de couvents de carmélites et de
franciscains détruits, plein d´église anciennes, a
Santiago. Les messes, ils les disent dans les jardins. Le
pays est en ruines. J’espère et je prie pour que ce
tremblement de terre nettoie le cœur des chiliens pour
qu’ils reviennent tous au Seigneur. 8,8 ! Trop fort et trop
long !
Santiago est mieux construite. Chez tout le
monde les choses sont tombées et se sont cassées mais
les immeubles ont bien supporté en général. Il y en aura
quelques uns à détruire ; les gens ont dû les quitter, les
évacuer. Mais par contre la plupart des églises sont très
touchées, la plupart .... Hélas .... Le nouveau président
élu, M Sebastian Piñera, qui prend la direction du
gouvernement le 11 Mars (c’est le neveu de notre
évêque), héritera d’un pays en ruine.
Je pense que mes enfants ont vécu ce que la Sainte
Vierge annonçait : la protection, la paix, la sérénité
lors des catastrophes. Oui les temps de la Sainte Vierge
arrivent. Je vous embrasse très fort et merci de vos
prières, c´est la seule chose que nous pouvons faire d´ici,
et la meilleure.
lundi, 8 Mars 2010 - SDM
Vous nous écrivez, merci de votre soutien
Chers amis,
Veuillez trouver ci-joint le montant de mon abonnement et de la cotisation. Je
suis désolée de vous donner si peu, mais mon époux, fervent de San Damiano
depuis 1972, vient de décéder et mes moyens sont très restreints, mais je ne peux
pas me passer de votre revue, elle me nourrit pleinement.
Responsable de groupe depuis 1972 (25 mars) jusqu'en 2000, nous avons eu la
grande joie avec mon époux de conduire tous les mois à San Damiano plusieurs
cars. Mamma Rosa nous a dit un jour que, lorsque ce serait le moment du départ
de la terre, la Madone serait là !
Le jour où mon époux nous a quittés, son dernier regard n'a pas été pour moi,
mais pour la très sainte Vierge qu'il avait dans sa chambre sous forme d’une
statuette, et son regard était « émerveillé », son visage le reflétait.
Merci encore, vous êtes dans nos prières, et dans celles de tous nos abonnés. ■ SDM
7
Message du Vendredi 23 février 1968
donné à Rosa, à San Damiano
1
2
3
4
Bientôt,
Je viendrai dans le monde...
Au 4e mystère glorieux Rosa déclare que la Madone est sur le poirier, puis elle
précise qu’Elle vient ici (dans la maison). L’assemblée chante « Au Ciel, au Ciel,
au Ciel » pendant qu’elle arrive à la maison.
La Maman Céleste : En ce moment, mes petits enfants, Je répands d’abondantes
grâces. Il vous faut avoir une grande force, un grand courage et une grande foi
pour surmonter tous les obstacles qui viendront.
Soyez forts, mes petits enfants, soyez forts : sous mon manteau, vous vaincrez
toujours ! Je vous donnerai la force, Je vous donnerai le courage pour vaincre
chaque épreuve, chaque obstacle qui viendra… batailles… peste… tremblements
de terre… et toutes ces choses… mais vous, soyez forts car Je viendrai vous embrasser et vous porter là-haut au Ciel. Dans mes bras, vous chanterez, tous unis
en un seul cœur. Mes petits enfants, soyez heureux, soyez heureux car Jésus et
Marie sont avec vous. Ne craignez pas, mes petits enfants, ne craignez pas… !
Bientôt, Je donnerai beaucoup de signes dans le Ciel. Il y a si longtemps que
J’annonce cette profusion de signes… mais vous ne voyez pas… vous ne comprenez pas… vous ne croyez pas aux signes que Je vous donne1… mais vous les
verrez, et vous finirez par les reconnaitre… mais il faudra attendre un peu de
temps2! Mes petits enfants, embrassez la croix avec Jésus… embrassez-la étroitement, dans vos bras, et imitez Jésus sur la voie du Calvaire3 !
Jésus vous appelle, Jésus vous attend ! Jésus vous appelle à l’amour chrétien,
l’amour paternel, l’amour de bonté, de douceur, de charité. Je veux l’amour mes
petits enfants, amour, amour… et pardon ! Pardonnez à tous, même si vous êtes
insultés et tournés en dérision. Pardonnez, car Jésus, quand vous vous présenterez au Tribunal de Dieu, Il vous pardonnera et vous fera entrer dans la joie éternelle du Paradis. Parce que sous les bombardements, sous les ruines, ceux qui
ont demandé pardon sont entrés au Ciel directement ! Il n’y a plus de Purgatoire
pour ces âmes là4… et vous, préparez-vous avec Jésus dans le cœur, dans une
grande foi… si nous devons partir… nous partirons dans les bras de Jésus et de
Marie et nous entrerons dans la Joie éternelle du Paradis.
1 Ainsi s'accomplit pour eux la prophétie d'Isaïe qui disait :
Vous aurez beau entendre, vous ne comprendrez pas ; vous
aurez beau regarder, vous ne verrez pas. C'est que l'esprit de
ce peuple s'est épaissi : ils se sont bouché les oreilles, ils ont
fermé les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs
oreilles n'entendent, que leur esprit ne comprenne, qu'ils ne
se convertissent, et que je ne les guérisse (Matt 13, 14-15).
2 Rosa Quattrini avait dit à ses proches : « Ils finiront par reconnaître San Damiano, mais il sera bien tard !…».
3 La croix n’est pas le crucifix. La croix, c’est toutes les épreuves que la vie nous réserve et que nous pouvons accueillir
comme permises par le Seigneur pour nous permettre d’accompagner Jésus sur cette voie. L’insistance que Marie exprime là, signifie que nous devons chérir ces mêmes épreuves
comme de vraies chances pour notre vie éternelle et celle de
nos frères. St Paul de la Croix disait: "Pas de croix, quelle
croix !". Il ne s’agit pas de rechercher la souffrance, car Dieu
ne veut pas du malheur des hommes. À aucun moment de sa
vie, Jésus n’a recherché la souffrance. Il a fuit la persécution
tant qu’il le peut, mais il va finir par se trouver devant la
violence et une issue qu’il aurait aimé éviter, mais il fait
face, il choisit d’aller au bout de sa mission (Simone Pacot, L’évangélisation des profondeurs, p. 39). De même pour chacun d’entre
nous ; notre croix fait partie de notre mission.
4 Cette affirmation justifie de se reporter à la doctrine du
Purgatoire et du Salut. Le Cardinal Journet écrit : Depuis la
mort du Christ, il n’y a plus rien qui soit capable de fermer
l’entrée immédiate du paradis à ceux qui meurent sans avoir
de faute personnelle à expier, tels les petits enfants baptisés
Al 4e mistero glorioso Rosa annuncia che la
Madonne è sul pero e poi arriva qua (in
casa).. Si canta Al ciel, Al ciel... mentre
arriva in casa.
La Mamma Celeste: “In questo momento,
figliuoli miei, spargo abondante grazie.
Grande forza, grande coraggio dovete avere
e grande fede da superare ogni ostacolo che
verrà.
Siate forti, figliuoli miei, siate forti sotto il
mio manto vincerete sempre...! Io vi darò
forza, io vi darò coraggio a vincere ogni
prova, ogni ostacolo che verra… lotte…
peste... terremoti… … qualunque cosa, ma
voi siate forti che Io verrò abbracciarvi e a
portarvi lassù nel Cielo. Fra le mie braccia
canterete tutti uniti in un cuor solo. Figliuoli,
state felici, state felici che Gesù, Maria
siamo con voi. Non temete, figliuoli, non
temete. Darò tanti segni nel Cielo e presto !
E tanto tempo che annuncio i tanti segni...
ma voi non mirate… non comprendete…
voi non credete nei segi che vi dò… ma li
vedrete, li verrete a conoscere... ma ci sarà
poco tempo da aspettare. Figliuoli miei,
abbraciate la croce con Gesù… abbraciatela
stretta... fra le vostre braccia e imitate Gesù
per la via del Calvario...!
Gesù vi chiama, Gesù vi attende...! Gesù vi
chiama all’amore cristiano, l’amore paterno,
l’amore di bontà, di dolcezza, di carità...!
Voglio amore, figliuoli, amore, amore..
perdono ! Perdonate tutti anche si siete
insultati, derisi… Perdonate, che Gesù,
quando vi presenterete al tribunale di Dio,
sarete perdonati ed entrerete nella gioia
eterna del Paradiso. Perche sotto i
bombardamenti, sotto le macerie quelli che
hanno chiesto perdono... sono entrati in
Cielo direttamente! Non c’è piu purgatorio
per quelle anime... e voi preparatevi con
Gesù nel cuore con una grande fede ... se
dovremo partire... partiremo fra le braccia di
Gesù e di Maria ed entreremo nel gaudio
eterno del Paradiso
ou les adultes dont l’amour est parfait. C’est la seule peine
temporelle due aux péchés personnels, tant qu’elle n’a pas été
totalement expiée, qui retient dans l’Eglise souffrante du
Purgatoire les âmes baptisées soit en fait, soit en désir, et les
empêche de passer aussitôt dans l’Eglise glorieuse (Card.
Charles Journet). Quant à être sauvés, si on se rapporte à
saint Jean dans l’entretien avec Nicodème, il nous suffit
d’avoir une foi de désir, désirer la Lumière de Dieu, désirer
la rencontre avec le Seigneur : Comme Moïse éleva le
serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de
l'homme, afin que quiconque croit ait par lui la vie
éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son
Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde
pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son
Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le
monde soit sauvé par lui. Qui croit en lui n'est pas jugé ;
qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au Nom
du Fils unique de Dieu…Quiconque, en effet, commet le mal
hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses
œuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait
la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses
œuvres sont faites en Dieu (Jn 3, 14-21). Les paroles de Marie
semblent indiquer que les souffrances liées aux catastrophes
suffisent à remplacer celles normalement dues en Purgatoire,
si l’âme entre dans la foi par le pardon et l’amour de Dieu.
C’est pourquoi elle nous dit un peu plus haut : « Ne craignez
pas ! » (n° 3). En effet, une conversion qui procède d'une
fervente charité, peut arriver à la totale purification du
pécheur, de sorte qu'aucune peine ne subsisterait (Cc. Trente: DS
1712-1713, CEC n° 1472).
8
5
6
7
8
Mes petits enfants, aimez-vous et pardonnez, car Je viendrai bientôt pour vous
donner lumière… une lumière forte, et tant d’âmes se convertiront ! Je mettrai
dans votre cœur une grande joie, une grande et forte foi qui surmontera tout obstacle. Mes petits enfants, Je vous aime tant. Il y a si longtemps que Je suis sur
cette terre pour parler d’un bout à l’autre du monde, par les monts et par les vallées, partout, mes petits enfants5, et vous, pourquoi n’écoutez-vous pas ma parole
de Mère ? Car une maman fera tout pour embrasser ses enfants, pour les sauver,
pour les aimer, pour les porter au Ciel ! Car mon Fils Jésus est mort en croix
pour le salut de tous ! Et vous, petits enfants, repentez-vous… de toutes ces paroles... de tant d’insultes… de tant de calomnies… de tant de paroles inutiles6… !
Car une Maman fait tout pour ses petits enfants ! Je fais tout… et Je vous donne
le baiser du pardon, il suffit que vous vous repentiez, repentez-vous de ce que
vous avez dit7 !
Ecoutez mon invitation de Mère, écoutez-moi, car Je viendrai bientôt avec une
grande lumière : Beaucoup se convertiront… beaucoup… Mais il y aura aussi
les dures épreuves ! Les anges et les saints sont tous avec Moi au milieu de vous !
L’Esprit Saint est là qui veille sur vous et votre Maman du Ciel étend son manteau de Mère Aimante, de Mère de Consolation. Je suis la Mère de la grâce qui
aime tant mes enfants !
Mamma Rosa dit8 : Il y a ici saint Paul... le saint Père Paul (VI).. il y a saint
Pierre et tous les apôtres, et tant, et tant de martyrs. Il y a le pape Pacelli9, le
pape Jean (XXIII), le pape Pie (X). Il y en a tant parmi nous, parce qu’ils viennent
pour prier avec nous, pour nous aider et renforcer notre foi afin de résister aux
épreuves. Ils ont tous un cierge à la main.
La Maman Céleste : Mes petits enfants, ce cierge signifie que lorsque vous sentirez les secousses, il faudra l’allumer.
Mamma Rosa : Oui Maman Céleste… oui… j’appellerai toutes les âmes à la
prière.
La Maman Céleste : Appelle-les, les petits enfants, en ces jours-ci appelle-les tous
à la prière.
Mamma Rosa : Maman Céleste, je te recommande tous ceux qui sont ici, tous
ceux qui sont au loin, tous les consacrés. Illumine-les, purifie-les pour le Ciel. Je
te recommande le Saint Père, mon évêque… sanctifie-le. Je te recommande tous
les évêques du monde, tous les consacrés du monde. Je te recommande notre Padre Pio qui souffre tant, Maman Céleste ; il est là présent avec toi. Console ce
saint prêtre, console-le10. Je te recommande toute la jeunesse, tous les bébés, toutes les familles du monde, les malades, les affligés, les prisonniers et les saintes
âmes du Purgatoire… soulage-les de ces souffrances.
5 Dans cette prophétie de l’illumination du monde, il est difficile de
ne pas faire référence à cette autre prophétie du prophète Zacharie
qui annonce la royauté du Seigneur par toute la terre :
6
7
En ce jour-là, les pieds du Seigneur se poseront sur le mont des
Oliviers qui fait face à Jérusalem vers l'orient. Et le mont de Oliviers se fendra par le milieu, d'est en ouest, en une immense vallée,
une moitié du mont reculera vers le nord, et l'autre vers le sud. La
vallée des Monts sera comblée, oui, elle sera obstruée jusqu'à Yasol, elle sera comblée comme elle le fut par suite de séisme, au
temps d'Ozias roi de Juda. Et Yahvé mon Dieu viendra, tous les
saints avec lui. Il arrivera, en ce jour-là, qu'il n'y aura plus de lumière mais du froid et du gel. Et il y aura un jour unique - Yahvé le
connaît - plus de jour ni de nuit, mais au temps du soir, il y aura de
la lumière… Alors Yahvé sera Roi sur toute la terre ; en ce jour-là,
Yahvé sera unique, et son nom unique (Zach 14, 5-9).
L'homme bon, de son bon trésor tire de bonnes choses ; et
l'homme mauvais, de son mauvais trésor en tire de mauvaises. Or
je vous le dis : de toute parole sans fondement que les hommes
auront proférée, ils rendront compte au Jour du Jugement. Car
c'est d'après tes paroles que tu seras justifié et c'est d'après tes paroles que tu seras condamné (Matt 12, 35-37).
On aurait pu s’attendre à ce qu’elle dise : « repentez-vous de ce
8
9
Figliuoli miei, amatevi e perdonate che Io
verrò presto a darvi luce... una luce forte e
tante anime si convertiranno... Darò nel cuore
una grande gioia... una grande fede forte che
supereà ogni ostacolo. Figliuoli miei tanto vi
amo. E tanto tempo che sono su questa terra
per parlare, da una parte, dall’altra, dai monti,
dalle valli, dappertutto figliuoli, e voi non
ascoltate la mia parola di Madre !?! Perchè
una Mamma tutto può fare per abbraciare i
suoi figli, per salvarli, per amarli, per portarli
in Cielo. Perchè il mio figlio Gesù e morto in
croce per salvar tutti ! E voi, figliuoli,
pentitevi... di tutte quelle parole... tanti insulti,
tante calunie, tante parole inutili... perche una
Mamma fa tutto per i suoi figliuoli... Tutto
faccio, tutto... ma Io vi do il bacio del
perdono, basta che voi vi pentite... pentitevi di
quello che avete detto...
Ascoltate il mio invito di Madre…
ascoltatemi… che presto verrò con grande
luce...! Tanti si convertiranno... tanti, tanti… ma
verra anche le prove dure ! Gli Angeli e Santi
sono tutti circondati in mezzo a voi con me...
C’é lo Spirito Santo che veglia sopra di voi... e la
vostra Mamma del Cielo allarga il suo manto e
vi stringo tutti sotto il suo manto. Vi largo e vi
stringo tutti sotto il mio manto di Madre
amorosa... Madre di consolazione... Madre di
grazia sono, che tanto amo i miei figli!”
Mamma Rosa dice : “quà e san Paolo, c’è il
santo padre Paolo… c’è san Pietro… c’e tutti
gli Apostoli e c’è tanti, tanti martiri… c’é
Papa Pacelli, Papa Giovanni… Papa Pio…
tanti ce ne sono quà in mezzo a noi, perchè
vengono per pregare con noi, per aiutarci a
darci fede più forte, per resistere alle prove.
Hanno in mano tutti una candela.
La Mamma Celeste: “Questa candela
significa, figliuoli, che quando sentirete le
scosse... accendetele”.
Mamma Rosa “ Si Mamma Celeste.. si...
chiamerò tante anime alla pregjiera.
Mamma Celeste : “ Chiamali, figliuoli, in
questi giorni... chiama tutti alla preghiera”
Mamma Rosa “Mamma Celeste ti
raccomando tutti i presenti.. tutti i lontani..
tutti i consacrati, illuminali, santificali…
purificali per il Cielo. Ti raccomando il santo
Padre, il mio vescovo… santificalo. Ti
raccomando tutti i vescovi del mondo,.. tutti i
consacrati del mondo, ti raccomando questo
Padre Pio che soffre tanto!! Mamma Celeste
che è qui presente con te... consolalo il santo
Padre, consolalo... Ti raccomando tutta la
giuventù... tutti i bambini... tutte le famiglie
del mondo... i malati.. i tribulati... gli afflitti...
i carcerati et le anime sante del Purgatorio...
sollevale da queste pene.
que vous avez fait ». Il semble donc que le « dire » soit plus important que le « faire ». En effet ce ne sont pas nos œuvres qui nous
justifieront, mais notre foi. Comme c'est le rôle d'un médecin,
Jésus est venu guérir les malades : Jésus veut donc concrètement,
efficacement, le salut de tous mais il ne peut guérir ceux qui ne le
veulent pas : " Il guérit entièrement, oui, mais pas celui qui s'y refuse (St Alphonse de Liguori Le Grand moyen de la Prière). Et celui qui s’y refuse, le fait par la parole, témoin de sa volonté propre.
Le dialogue qui suit entre Rosa et Marie, est inédit.
Il n’est pas anodin de trouver parmi ce qui peut être considéré
comme une assemblée de saint, le Pape Pacelli ou Pie XII, si critiqué et injurié de nos jours. On pourrait, en 2010, considérer que
cette vision est quasi prophétique si on songe qu’il vient d’être déclaré vénérable. Il en est de même pour la présence du Padre Pio,
signalée un peu plus loin, et qui, à l’époque, était toujours vivant.
10 Padre Pio retournera dans la maison du père 7 mois, jour pour
jour, après ce message et cette prière de Rosa, c'est-à-dire le 23
septembre 1968… Cette coïncidence voudrait-elle dire que c’est
bien la prière de Rosa qui a été exaucée ?
9
9
10
11
12
La Maman Céleste : Venez, mes petits enfants, prier en ce lieu11. Chantez un
chant d’amour à Jésus et à Marie… aux anges et aux saints qui sont ici avec
vous. Ils viendront toujours. Je serai toujours présente parmi vous avec une
grande troupe d’anges et de saints qui vous entoureront d’un grand amour.
Je répandrai beaucoup de grâces et de bénédictions.
Mamma Rosa : Le Saint Père lève le calice avec l’hostie en disant : “Seigneur, je ne suis pas digne”… Oui Maman Céleste. Jésus, nous ne
sommes pas digne que tu entres dans notre cœur mais dis seulement une parole et notre âme sera sauvée. Notre Dame du très saint Sacrement, prends
pitié de nous et du monde entier… Sauve-nous Maman Céleste, sauve-nous de
ce grand péril ! A genou, à genou ceux qui le peuvent, car le saint Père donne
la communion à tous les saints et à beaucoup de martyrs… et il y a tant de
sang qui coule12 !
Maman Céleste, pitié et miséricorde pour nous et pour le monde entier.
Christus Vincit Christus Regnat, Christus imperat. Dieu Saint, Dieu Fort,
Dieu Immortel, prends pitié de nous (répété trois fois)
Je vous adore en tous moments, vive le Pain du Ciel, ce grand Sacrement !
Jésus, cœur de Marie, bénis mon âme. Saints et Anges, Chérubins et Séraphins qui adorez Jésus au Saint Sacrement nuit et jour, priez pour nous à
l’heure de la mort, remerciez pour nous, priez pour nous. Mon Ange gardien,
saint Michel Archange, saint Gabriel, saint Raphaël, priez pour nous, intercédez pour nous, pitié et miséricorde… Défendez-nous de tous périls… Jésus
de Nazareth, Roi des Juifs, miserere nobis. Jésus, fils de David prends pitié
de nous (trois fois). Notre Dame des Victoires, nous voulons votre triomphe
(trois fois).
La Maman Céleste : Je viendrai vite, mes petits enfants, Je serai bientôt au
milieu de vous avec une grande lumière.. J’appellerai le monde entier. Tant
d’âmes pleureront de ne pas avoir écouté mon invitation ! Mais, vous tous,
pardonnez et ayez pitié et miséricorde pour tous. Je vous donnerai tant de
miséricorde, tant d’amour, tant de grâces sur votre chemin. Demandez les
grâces que Je répands en cette heure où Je suis au milieu de vous pour vous
apporter tant de joie dans le cœur. Petits enfants, que vos pensées soient
toujours dirigées vers moi !
Rosa annonce : En ce moment arrive une grande troupe d’Anges. Tous ont en
mains une rose blanche et un drapeau blanc sur lequel figure l’inscription :
“Vive le Triomphe de Marie et Vive le Règne de Jésus”.
11
L’objection fréquente est de dire : pourquoi prier là plutôt
qu’ailleurs ? En effet, lorsque la Samaritaine disait à Jésus : Nos
pères ont adoré sur cette montagne et vous, vous dites : C'est à
Jérusalem qu'est le lieu où il faut adorer. Jésus ne lui avait-il pas
répondu : "Crois-moi, femme, l'heure vient où ce n'est ni sur cette
montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père… Mais
l'heure vient où les véritables adorateurs adoreront le Père dans
l'esprit et la vérité, car tels sont les adorateurs que cherche le
Père. Dieu est Esprit, et ceux qui adorent, c'est dans l'Esprit et la
Vérité qu'ils doivent adorer." (Jn 4, 20-24) ? Le Pape Jean-Paul II interprète cela, notamment pour justifier les grâces des pèlerinages :
A première vue, lier la présence de Dieu à un certain lieu pourrait
paraître déplacé. Néanmoins il faut se souvenir que le temps et le
lieu appartiennent totalement à Dieu. Et même si chaque temps et
le monde entier peut être considérés comme son « temple », il y a
tout de même les temps et les lieux que Dieu choisit pour que les
gens expérimentent d’une façon particulière sa présence et ses
grâces. Et les gens, guidés par la foi viennent dans ces lieux, car
ils ont la certitude qu’ils se présentent devant Dieu qui est là (JeanPaul II en aout 2002, lors de la consécration du sanctuaire de la Miséricorde en Pologne, déjà
cité dans le Bulletin n° 11).
Mamma Celeste : “ Venite, figliuoli, a pregare in
questo luogo. Cantate inno d’amore a Gesù e
Maria... agli Angeli e Santi, che sono quà con
voi. Verranno sempre. Io sarò sempre presente a
voi con grande schiera di Angeli et santi, che vi
circonderanno di grande amore. Io spargerò tante
grazie e tante benedizioni”
Mamma Rosa : “ Il Santo Padre alza il calice
con l’ostia.. dice : Signore non son degno.. Si
Mamma Celeste. Gesù non siam degni che vi
entriate nel nostro cuore ma dite una sola parola
che l’anima nostra sarà salva... Nostra Signora
del Santissimo Sacramento abbi pietà di noi e di
tutto il mondo... salvaci Mamma Celeste salvaci
da questo grande pericolo! .... Inginochiatevi...
inginochiatevi... quelli che possono, che il Santo
Padre fa la communione a tutti i santi.. e tanti
martiri... Tanto sangue scorre...
Mamma Celeste pietà e misericordia, Mamma
Celeste, abbi pieta di noi e del mondo intero...!!
Santo Deo Santo Forte Santo Immortale... abbi
pietà di noi (lo si ripeta tre volte)
Vi adoro ogni momento. Viva il pan del Ciel
Gran Sacramento!!
Gesù, cuor di Maria, vi prego benedir l’anima
mia... Angeli, Santi, Cherubini, Serafini che
adorate Gesù sacramentato notte et giorno,
pregate per noi fino al nostro ritorno... ringraziate
per noi... pregate per noi Angeli... Angelo mio
Custode... San Michele Arcangelo, San Gabriele,
San Raffaele, pregate per noi intercedete per noi
pietà e misericordia... Diffendeteci da tutti i
pericoli... Salvateci, liberateci... Gesù Nazzareno
re dei Giudei, miserere nobis
Gesù Filglio di David abbi pietà di noi (per tre
volte)
Regina delle Vittorie Vogliamo il tuo trionfo
presto (tre volte)
Mamma Celeste : “ Presto verrò, figliuoli, presto
sarò in mezzo a voi con grande luce. Richiamerò
tutto il mondo!! Tante anime piangeranno,
perchè non avranno ascolto il mio invito. Ma voi
perdonate, perdonate tutti e abbiate misericordia
di tutti. Io vi darò tanta misericordia, tanto
amore!... e tante grazie sopra il vostro cammino.
Chiedete grazie... ch’Io vi spargo in quest’ora,
che son in mezzo a voi per portarvi santa gioia
nel cuore; figliuoli, il vostro pensiero sia sempre
revolto a Me!”
Mamma Rosa : “adesso arriva un agrande schiera
di Angeli con tutti in mano una rosa bianca.. Con
tutti in mano una bandiera bianca = “Viva il
trionfo di Maria e viva il regno di Gesù”
12 On peut s’imaginer que Rosa a vu ce
jour-là, l’attentat contre Jean Paul II.
On peut aussi rapprocher cette vision de celle
des enfants de Fatima décrite dans le troisième secret de Fatima, lui-même révélé en
juin 2000 : … Le Saint-Père traversa une
grande ville à moitié en ruine et, à moitié
tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des
cadavres qu'il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à
genoux au pied de la grande Croix, il fut tué
par un groupe de soldats qui tirèrent avec
une arme à feu et des flèches ; et de la même
manière moururent les uns après les autres
les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de
classes et de catégories sociales différentes...
10
13
14
15
16
La Maman Céleste dit : Bientôt Jésus viendra dans le monde, il viendra avec
tous ses apôtres pour porter la paix13. Que mes fils de prédilection soient forts.
Pas d’orgueil, pas de mépris, Je veux l’amour, l’amour et la sainteté et que mes
fils de prédilection soient forts. Si eux sont forts, alors les âmes que Jésus leur a
confiées parviendront aussi à la sainteté. Pas de malice, ayez seulement l’amour, mes fils de prédilection, et levez les yeux au Ciel où Jésus vous attend et
suivez la voie du calvaire avec lui, pour vous arriver à la sainteté avec un grand
triomphe sur l’Eglise, car Je suis la Mère de l’Eglise qui triomphera dans le
monde entier. Priez beaucoup pour le Saint Père, afin qu’il soit fort14 et puisse
combattre les ennemis, car le démon fait carnage.
Mes petits enfants, en ces jours, priez, priez, priez15 !! Ne regardez pas tant la
télévision, le cinéma. Priez ; priez et soyez agrippés à Moi car les heures tristes
arrivent ! Il y aura de la joie, mais aussi des pleurs !
Abritez-vous sous mon manteau et tous blottis dans mon Cœur ; et quand vous
serez dans le trouble, appelez-moi du doux nom de Mère et venez vous reposer
sur mon Cœur : Je vous inspirerai, Je vous guiderai et Je vous donnerai la paix
au cœur16. Je vous donnerai beaucoup d’amour et vous pourrez donner à tous
ce grand amour.
Je vous bénis, mes petits enfants, et Je vous donne une forte bénédiction, afin
que vous puissiez, en mon Nom, la donner à tous, à ceux qui sont ici et à ceux
qui sont loin.
13
On ne peut s’empêcher de penser
au Pape Jean-Paul II, apôtre de la Paix.
Son action en Pologne a fait naître
Solidarnosc et s’est achevée par l’effondrement du rideau de fer et du régime soviétique. Ses passages en Amérique Centrale, au Chili et aux Philippines ont été suivis, quelques mois
après, par l’effondrement des dictatures de droite comme de gauche, Son
action a évité la guerre entre l’Argentine et le Chili. Mais la prophétie de
Marie ne s’arrêtera sans doute pas là.
14
Tour à tour Marie a invité les
fidèles à être forts, à ne pas craindre
face aux forces du péché et des évènements. Puis Elle invite ses prêtres à
être forts et enfin le Saint Père. C’est à
plus d’une dizaine de reprises que Marie nous invite à la force. C’est du don
de force dont il est question. Le quatrième don du Saint Esprit est l'esprit
de force, semblable à la quatrième
béatitude évangélique : « Heureux
ceux qui ont faim et soif de la justice,
parce qu'ils seront rassasiés »( Matt. V, 6).
En effet, l'homme qui a faim et soif de
la justice, est fort, invincible contre
toutes les adversités dont aucune ne le
peut effrayer. Cet esprit supporte toutes les attaques de la malice d'autrui, et
fortifie contre les pièges des ennemis.
Aussi l'Époux, en faisant l'éloge de son
épouse, dit-il: « Tu es belle, mon amie,
suave et belle comme Jérusalem, redoutable comme une armée rangée en
bataille (Cant. VI, 3). » (St Bernard sermon
Mamma Celeste : « Presto nel mondo verrrà
Gesù, verrà a portare la pace con tutti i suoi
apostoli. Che i miei prediletti siano forti. Non
orgoglio, non superbia, voglio amore, amore e
santità e i miei prediletti siano forti... Se sono
forti loro, anche les anime che Gesù gli ha
affidato, arriveranno alla santità. Non
malizzia, solo amore, solo amore figli miei
prediletti e alzate gli occhi al Cielo, dove gesù
vi attende e proseguite la via del calvario con
Gesù che arriverete alla santità... con un
grande trionfo sulla chiesa... che Io sono la
Madre della Chiesa che triomferà in tutto il
mondo. Pregate per il Santo Padre, pregate
tanto che possa essere forte.. possa combattere
contri i nemici... che il demonio fa strage!
Figliuoli miei in questo periodo di tempo
pregate, pregate, pregate!! Non guardate tanto
la televisione, il cinema... Pregate, pregate,
figliuoli e state aggrappati a Me, che le ore
vengono tristi... di gioia e anche di pianto!!
State sotto il mio manto e tutti rinchuisi nel
mio cuore... e quando siete turbati, chiamatemi
col dolce nome di Madre e venite a riposare
sul mio cuore, ch’Io vi ispirerò, vi guiderò e vi
darò pace nel vostro cuore...vi darò tanto
amore, tanto amore e potrete darlo a tutti
questo grande amore
Io vi benedico, figliuoli miei e vi dò una forte
benedizione che voi la potrete, a nome mio
darla a tutti... come i presenti come i lontani, a
nome mia portate la benedizione
chemin de l’amour selon le Christ est
un chemin difficile, exigeant. Il nous
faut être réaliste. Ceux qui ne vous
parlent que de facilité, de spontanéité,
vous trompent. La maitrise progressive
de notre vie, apprendre à être celui que
Dieu veut, demande déjà un effort patient, une lutte sur nous-mêmes. Soyez
des hommes et des femmes de conscience ».
15
Le père Marie Dominique Philippe disait que les temps actuels réclamaient « un poids de prière ».
16
Voir le témoignage : un Ange au
Chili page 7
sur les 7 dons).
Jean-Paul II lors de son passage à
Lourdes le 15 aout 1983 disait : « Le
11
Sainte Philomène
Vierge, martyre et thaumaturge
10 janvier ... - 10 août … IIIe siècle
A l’occasion de l'Année sacerdotale pour laquelle le saint curé d'Ars a été désigné comme modèle pour les prêtres, nous avons voulu en savoir plus sur sa petite
Sainte, son « consul » auprès du Père, sa « confidente », celle à qui il renvoyait la
« responsabilité » de ses miracles : Philomène.
Ella a été toute donnée à Jésus et Marie, et tout lui a été rendu en torrent de
grâces. On a pu parfois épiloguer sur la réelle existence de cette jeune fille. Notre bon
saint Jean-Marie Vianney ne nous aurait pas égaré vers un mythe !... Nous profitons
de cette vie hors du commun pour méditer sur la spiritualité de San Damiano.
Découverte
de Philomène
avec le plus grand soin les plus petites parcelles dans une urne de
cristal, les personnes présentes, s'étonnèrent de voir tout-à-coup
étinceler à leurs yeux l'urne sur laquelle, depuis quelques instants,
leurs regards étaient attachés. Ils s'approchèrent de plus près. Les
parcelles sacrées, en tombant du vase dans l'urne, se transformaient en divers corps précieux et brillants, et c'était une transformation permanente: Les uns avaient l'éclat et la couleur de l'or le
mieux épuré; les autres, de l'argent; d'autres, du diamants, du
rubis, d’émeraude ou d'autres pierres précieuses; en sorte qu'au
lieu de la matière, dont la couleur, en se dégageant du vase, était
brune et obscure, on ne voyait dans le cristal que l'éclat mélangé
de couleurs diverses telles qu'elles brillent dans l'arc-en-ciel.
Dieu n'est pas avare de ses dons envers ceux qu'il comble,
dans le ciel, de toutes les richesses de sa gloire. Il faut y voir le
signe et le gage de la résurrection des corps, alors que les élus
seront transformés en la gloire même de Jésus-Christ.
Historiquement, on sait peu
de choses sur notre sainte avant son glorieux martyre. Sa véritable histoire commence le 24 mai 1802 lorsqu'un ouvrier, dégageant la terre d'une des galeries des catacombes de SaintePriscille à Rome, heurte de sa pioche quelques tuiles... On découvre alors ses ossements dans une cellule datant du IIe siècle.
Tout indique que cette chambre était intacte et exactement
dans le même état que le jour où on la déposée. La découverte
est immédiatement qualifiée de remarquable et on fixe l'ouverture
du sarcophage pour le jour suivant, le 25 mai. En arrivant sur les
lieux, le savant conservateur note que la voûte est fermée par trois
dalles de terre cuite sur lesquelles sont peints en rouge les symboLa Providence glorifie Philomène
les du martyre. Elles portent l'inscription : « LUMENA - PAXTE De 1802 à 1805,
CUMFI ». On réalise que, dans la hâte
le
corps
de sainte Philoet sous la pression des persécutions,
mène
resta
dans l'omla première dalle a pu être mise en
bre dans un état comdernier et l'inscription devient alors très
plet d'obscurité. Voici
claire : PAX TE CUM FILUMENA (la
comment l'en fit sortir la
paix soit avec toi Philomène). En plus
divine Providence :
de l'inscription, divers emblèmes sont
« Que la paix soit avec toi, Philomène »
l'évêque
de Potenza
peints sur les tablettes. Premièrement,
arrive
à
Rome
accompagné
d'un
humble
prêtre
de
Mugnano
del
il y a une ancre que l'on considère comme un emblème d'espérance en raison de sa ressemblance avec la croix. C’est aussi Cardinale, village non loin de Naples. Ce bon prêtre, Don Franparfois un signe de martyre car on les a attaché au cou de quel- cisco di Lucia, au cours de son séjour dans la vie éternelle, fait
ques confesseurs qui ont été précipités dans la mer. Deuxième- tout ce qui est en son pouvoir pour satisfaire la grande ambition de
ment, il y a deux flèches, une la pointe en haut et l'autre dirigée son existence : obtenir les restes d'une vierge martyr pour son
vers le bas. Ces flèches peuvent témoigner, elles aussi, du genre église. Il obtient pour cela l'autorisation de visiter le Trésor des
de mort qu'ont connu les martyrs. Troisièmement, on voit une reliques qu'il parcourt tout d'abord sans aucune émotion. Cepenlance qui pourrait avoir la même signification. Quatrièmement, il y dant, alors qu'il s'approche des reliques de sainte Philomène, un
a une palme; emblème du triomphe des martyrs. Et cinquième- trouble indescriptible s'empare de lui et il ressent immédiatement
un ardent désir d'obtenir ces précieux restes…
ment, un lys, emblème de la pureté.
Au cours des négociations concernant les reliques, Don
A l'ouverture de la tombe, on a trouvé les reliques de la
Francisco
devient brûlant de fièvre, perd tout appétit et tombe
vierge martyre avec un vase de verre contenant une partie de son
gravement
malade. L'évêque de Potenza craint sérieusement
sang desséché... Tout a été placé dans un coffret de bois scellé.
pour
sa
vie.
Un soir que le prêtre rumine sur ses soucis pour obteRamené à la surface, il a été ouvert et son contenu examiné minunir
les
reliques,
il a une inspiration soudaine : Il promet de prendre
tieusement par des médecins, des chirurgiens et des théologiens.
sainte Philomène comme patronne spéciale et de l'emmener à
On constate que le crâne a été fracturé.
Pendant que l'on s'occupait à détacher des différentes piè- Mugnano, dès qu’il les aura obtenues.
Du coup il se retrouve instantanément guéri !
ces du vase brisé, le sang qui y était collé, et que l'on en réunissait
Moi Je suis ici avec tous vos anges gardiens, avec tous les saints martyrs qui ont
la croix sur les épaules, qui suivent Jésus
sur la voie du calvaire. SD 19 septembre 1969
12
Le prê- En sortant de la maison, il est parfaitement guéri !
tre et l'évêque
Pendant neuf jours, la foule se presse sans discontinuer
sont alors tous dans l'église pour vénérer les reliques, le neuvième jour étant
deux convain- marqué par d'importants miracles : Une pauvre veuve supplie
cus que la gué- la sainte, durant la messe, de guérir son enfant infirme, incaparison est un ble de se tenir debout. Au moment de l'élévation, le jeune garmiracle de la çon saute sur ses jambes et court vers le reliquaire de la Sainte
Sainte. Peu de pour la remercier de sa guérison...
temps après,
Les foules viennent encore plus nombreuses ! Une paules difficultés vre mère trempe son doigt dans l'huile de la lampe qui brûle
apparemment devant la sainte, et l'applique sur les yeux de son petit enfant
insurmontables que la variole avait rendu définitivement aveugle. Dès que la
sont levées et mère frotte ses paupières avec l'huile, l'enfant recouvre la vue.
Don Francisco
Ce nouveau prodige bouleverse si profondément un libre
di Lucia devient possesseur des cendres, des ossements et du penseur, que la lumière de la foi lui est à nouveau accordée. Il
sang de sainte Philomène. Ce fut alors le début d'une série se déclare croyant et fait plusieurs dons importants pour la
ininterrompue de merveilles et de miracles comme on en voit construction d'une église en
rarement, sinon jamais, dans l'histoire de l'Eglise. Les malades l'honneur de Philomène. Des
guérissent, les mourants sont rendus à la santé, les pécheurs infirmes, des aveugles, toutes
se convertissent. Les prodiges les plus extraordinaires, les grâ- sortes de maladies sont guéces les plus abondantes, les bénédictions les plus généreuses ries...
sont les fruits quotidiens de l'intercession de la petite sainte, il y Pauline-Marie Jaricot
en a tant que l'on ne peut les énumérer ! …
Un fameux miracle est
Philomène veut la place d'honneur
celui de Pauline-Marie Jaricot.
L'évêque et Don Francisco tous deux profondément re- Très jeune, Pauline perd sa
connaissants de la guérison de ce dernier, promettent de rame- mère et tombe malade. Cela ne l’empêche pas d’être à l’origine
ner les reliques dans leur propre voiture et de lui donner la de trois associations laïques, dont chacune ramènera dans le
sein de l’Eglise de Pierre des millions d'âmes abandonnées.
place d'honneur.
Cependant ils oublient cette promesse et, en s’installant
Elle est atteinte du cœur. Ses palpitations deviennent de
ils attachent soigneusement le coffret des reliques sous le plus en plus violentes à mesure que le mal progresse, si bien
siège occupé par l'évêque. Mais à peine celui-ci a-t-il pris place qu'on peut même les entendre de loin !... Elle veut aller en pèleridans la voiture qu'il ressent de violents coups sur les jambes. Il nage à Mugnano, sur la tombe de sainte Philomène dont le culte
est obligé de descendre et demande au cocher de l’attacher restait encore controversé, mais, ne pouvant envisager d’aller si
plus soigneusement. Monseigneur regagne son siège, mais les loin, elle décide de se rendre à Paray-le-Monial. Son entourage
coups reprennent avec une telle violence qu'il est contraint une lui déconseille un tel voyage mais le médecin murmure :
fois de plus d'abandonner son siège. Nouvelles discussions et « Laissez-la tranquille, laissez-la partir, elle n'ira pas bien loin ! »
nouvel examen : Le coffret est si bien attaché qu'on ne peut le
Les préparatifs de l’expédition sont faits en secret et elle
faire bouger. Pour la troisième fois, l'évêque s'installe sur son se met donc immédiatement en route pour Paray, accompasiège – mais c’est la même chose et le prélat décide que pour gnée de son aumônier et de deux amies... Après un douloureux
rien au monde il ne fera le voyage avec le coffret installé là : pèlerinage, elle se dit : « Ce premier déplacement ne m'a pas
« Je le porterais plutôt dans mes bras tout le long du voyage » tuée, alors partons pour Rome et demandons la bénédiction du
dit-il. On enlève donc le coffret pour l'installer à l’avant, à la saint Père ». C'était l'ambition de sa vie ! Le voyage est très
place d'honneur, ce qui met fin au problème et le voyage com- pénible... A Chambéry, elle manque de mourir. Sa faiblesse est
mence.
si grande qu’elle en perd l'usage des sens. Les élèves du couC'est alors seulement que nos voyageurs se rappellent vent de la ville font une neuvaine à Ste Philomène pour sa guéde leur promesse, reconnaissant aussitôt dans les coups inex- rison et, se sentant mieux, elle repart par le Mont Cenis... A
plicables le désir de la Sainte de voir ses droits respectés ! Lorette, l'invalide a une sérieuse rechute. Elle arrive à Rome
Pleins de révérence et de respect, ces saints hommes ôtent presque inconsciente. Apprenant son arrivée, le Pape Grégoire
leur chapeau et les yeux remplis de larmes, couvrent de bai- XVI vient la voir, la bénit et loue son grand courage... Voyant
sers les saintes reliques.
son état d’épuisement, il lui demande de prier pour lui lorsqu'elle sera au Ciel. « Oui, saint Père, dit-elle, je vous le proDieu manifeste sa miséricorde à Mugnano
mets, mais si à mon retour de Mugnano je reviens guérie et
La nuit qui précède l'arrivée des reliques à Mugnano, un que je vais à pied au Vatican, votre sainteté daignera-t-elle
pauvre homme cloué au lit depuis plusieurs mois, totalement procéder sans retard à l'examen définitif de la cause de sainte
incapable de travailler, ayant appris que les restes de la sainte Philomène ? » - « Oui, oui, ma fille réplique le Pape, car ce
martyre arriveraient le lendemain, se met en prière durant la sera en vérité un miracle de premier ordre ! »
nuit et l’implore de lui permettre au moins de voir et d'embrasEt en se tournant vers les siens le saint Père dit en italien:
ser la précieuse relique. Du coup, loin de s'apaiser, les dou- « Nous ne la reverrons jamais plus. Elle ne reviendra jamais. »
leurs augmentent. Alors que les cloches annoncent l'arrivée du Pauline entend ces paroles en souriant… C’est le mois d’août
trésor sacré, il se traîne hors du lit malgré ses souffrances avec et la chaleur est accablante.
d'héroïques efforts pour aller à la rencontre de la procession.
13
La petite troupe repart et
arrive à Mugnano la veille
de la fête de sainte Philomène.
Le lendemain, 10 août
1835, Pauline reçoit la
communion près de la
sainte ; elle éprouve alors
de terribles douleurs dans
tout le corps et son cœur
bat si violemment qu'elle
Saint Jean-Marie
s'évanouit... Elle reprend
Vianney
conscience et veut rester
près du
reliquaire. Soudain, un flot
de larmes jaillit de ses yeux ; ses joues reprennent de la couleur... Son âme est inondée d'une joie si céleste qu'elle croit
qu'elle va entrer au Ciel. Mais elle ne meurt pas, elle vit ! Philomène l'avait guérie....
Philomène reconnue
De retour à Rome, le saint Père interroge Pauline-Marie :
« Est-ce bien vous, ma chère fille ? Revenez vous de la tombe,
ou bien le Seigneur a-t-il daigné manifester en vous la sainteté
de sa Vierge martyre ? » - « Oui, oui, Très Saint Père, c'est
bien moi, celle que Votre sainteté a vue récemment aux portes
même de la mort et que sainte Philomène a prise en pitié; puisqu'elle m'a rendu la vie, daignez, Saint Père, m'accorder l'autorisation de construire une chapelle en l'honneur de ma bienfaitrice. » - Le Pape accepte plein de joie et d'affection mais lui
demande de rester à Rome durant toute une année pour enquêter sur ce miracle. On introduit immédiatement la cause de
sainte Philomène.
Le curé d'Ars et sainte Philomène
A son retour, Pauline Jaricot va rendre visite à son cher
ami le vénérable Curé d'Ars pour lui raconter toute l'histoire de
sa guérison miraculeuse. Pendant son récit, le saint prêtre sent
naître dans son cœur un amour brûlant pour la petite sainte.
Lorsque Pauline lui offre une partie des reliques qu'elle a ramenées avec elle, sa joie est immense. On érige immédiatement
dans l'église une chapelle en l'honneur de la vierge martyre où
la relique est soigneusement placée. Cette chapelle devient
vite le lieu d'innombrables guérisons, conversions et miracles.
Monsieur Vianney se consacre lui-même par un vœu spécial à
sainte Philomène et une merveilleuse intimité devient bientôt
évidente entre le bon prêtre et celle qu'il considère maintenant
comme sa patronne céleste : « Avec la Sainte Vierge et
sainte Philomène, nous nous connaissons bien ! », disait-il. Il
fait tout pour elle, et elle fait tout pour lui.
Elle lui apparait, converse avec lui et lui
accorde tout ce qu'il demande dans ses
prières. Son don pour les miracles est
extraordinaire, mais loin de produire en lui
le moindre sentiment de vanité, c'est la
croix la plus lourde qu'il a à porter. Il a pour
habitude de rejeter toute la « faute » sur
sainte Philomène : « C'est sainte Philomène ! Si seulement elle pouvait aller faire
ses miracles ailleurs ! », dit-il en riant.
Trop de miracles à Ars
« Un bruit court contre vous, monsieur le curé » – « Et lequel donc, mon
camarade ? » - « Il paraît que vous
avez défendu à Sainte Philomène de
faire des miracles ici. » - « C'est vrai,
mon ami », répondit-il. « Ca fait trop
parler! Ces miracles amènent trop de
monde. J'ai prié sainte Philomène de
guérir les âmes chez nous tant qu'elle
voudra ; mais pour le corps, de les Statue de Sainte
guérir plus loin. Elle m'a bien écouté : Philomène à Ars
plusieurs personnes malades sont venues ici commencer leur neuvaine qu'elles ont achevées chez
elles, où elles ont été exaucées. Ni vu, ni connu !... »
Jamais content !
Une jeune fille de douze à quatorze ans a perdu l'usage
de ses jambes... Elle vient à Ars et communie, assise sur une
chaise, à la messe que monsieur le curé célèbre dans la chapelle de sainte Philomène. Après la communion, la jeune fille
se lève, se jette à genoux et s'écrie : « Je suis guérie.!.. » - « Il
y avait bien longtemps que sainte Philomène se reposait » dit
le curé d’Ars, « c‘est pour cela que pendant la messe, je l'ai
grondée en lui disant : Grande sainte, si vous n'accomplissez
plus de miracles, vous allez perdre votre réputation ! »
Il inspire aux âmes une tendre piété à l'égard de la bienheureuse Philomène. Il est heureux quand les pèlerins lui apportent à bénir après sa messe, beaucoup d'images de la petite sainte. Il les signe volontiers et recommande bien qu'on les
expose au retour dans les maisons. Il aurait bien voulu appeler
Philomène toutes les petites filles de la paroisse. Et de fait,
presque toutes celles qu'il a baptisées lui-même portent ce
prénom. Chaque 11 août, la fête de sainte Philomène est célébrée dans Ars avec une solennité particulière.
Multiplication des cendres
A Mugnano, les miracles se multiplient, le culte de Filumena
se répand dans le diocèse, mais pour l'encourager encore,
l'évêque demande un fragment des célèbres reliques. L'heureux évêque décide de faire parvenir aussitôt à diverses paroisses, en des reliquaires scellés par lui, les petites parcelles
tant désirées. Pour ce pieux travail, le prélat embauche son
vicaire général, le grand chantre, deux chanoines de la cathédrale, divers ecclésiastiques, quelques serviteurs de la maison.
Cent trente reliquaires sont arrangés quand on s'aperçoit avec
stupéfaction que la pincée de poussière envoyée de Mugnano
et que l'on distribue ainsi ne diminue pas. Elle semble rester
entière dans la cassette où, dès sa réception, on l'a déposée.
Est-ce une illusion ? Il est facile de s'en rendre compte. Très
attentivement, on procède à une nouvelle distribution. Le doute
cette fois n'est plus possible. Sous les yeux de l'évêque et de
ses aides un prodige indiscutable s'accomplit. De nombreuses
parcelles sont enlevées mais dans son enveloppe la cendre
sainte demeure inépuisable !
Vous, pourquoi ne Me comprenez-vous pas ? Je vous ai donné tant
de grâces, J’ai fait tant de conversions. Je vous ai donné tant de lumière. Je vous ai donné tant de signes. Et pourquoi ne Me comprenez-vous pas .
Mais pourquoi ne M’aimez-vous pas ? SD 4 mai 1969
Voici le signe le plus grand que Je
donne : La lumière de l’Amour, de la Foi,
de l’Espérance et de la Charité.
SD 24 mars 1969
14
Mais, qui est donc Sainte Philomène ?
La sainte a raconté elle-même sa vie et les circonstances
de son martyr à trois personnes différentes : A un jeune artisan
d'une conscience pure ; à un prêtre zélé et vertueux ; et enfin à
une religieuse consacrée à Dieu dans une maison austère de
Naples. Ces personnes, toutes trois irréprochables
et dignes de foi, ne se connaissent pas et habitent
dans des pays différents. Leurs témoignages coïncident. Nous gardons ici le témoignage de la religieuse, sœur Marie-Louise de Jésus.
En août 1833, celle-ci reçut de Sainte Philomène de mystérieuses communications. Un jour
qu’elle priait dans sa cellule devant une statuette de la sainte,
elle fut prise d’un ardent désir de connaître le jour de son martyre. Soudain, une voix venant de l'image, lui dit : « Ma chère
sœur, le 10 août a été justement le jour de mon entrée dans le
Ciel... C'est pour cela que mon très cher Epoux (le Christ) a
disposé par un dessein de sa puissance, que mon entrée à
Mugnano eût lieu ce même jour »… Par obéissance à son
confesseur, la sœur est chargée de demander à la sainte martyre d'autres détails touchant sa vie et ses tourments.
« Chère sœur, lui dit-elle, je suis fille du roi d'un petit état
de la Grèce, et ma mère était aussi de sang royal. Comme ils
n'avaient pas d'enfants, pour en obtenir, ils faisaient continuellement des prières et des sacrifices à leurs faux dieux. Il y avait
dans notre famille un médecin romain nommé Publius, qui est
un saint dans le Ciel, mais qui n'a pas souffert le martyre. Touché par leur aveuglement et leur chagrin, il se sentit conduit à
leur parler de notre foi et il leur assura qu’ils seraient exaucés
s'ils recevaient le baptême. La grâce qui accompagnait ses
discours éclaira leur esprit et toucha leur cœur. Ils se firent
chrétiens.
« Je suis née l'année suivante, le 10 janvier. On m'appela Lumena ou Lumière, parce que j'étais née dans la lumière
de la foi de mes parents qui était vive. Quand on me baptisa,
on me nomma Philomène, amie de cette lumière qui régnait
dans mon âme par la grâce du sacrement… Mes parents m'entouraient d'une extrême tendresse et mon père ne pouvait rester éloigné de moi. C’est pourquoi je les accompagnais à
Rome, au commencement de ma quatorzième année, à l'occasion d'une guerre injuste déclarée par l'orgueil et le despotisme
de Dioclétien. Mon pauvre père, se voyant trop faible, entreprit
ce voyage afin d’obtenir la paix et nous emmena avec lui, ma
mère et moi. Il nous conduisit à l'audience du tyran...
« Dioclétien me regardait, pendant que mon père se justifiait avec chaleur. « Bannissez tout chagrin », lui répondit
l'empereur; « chassez toute inquiétude; consolez-vous. Bien
loin d'être dirigées contre vous, toutes les forces de l'empire
seront à votre disposition, pourvu que vous consentiez à une
seule chose, qui est de me donner la main de votre fille Philomène ».
« Mes parents acceptèrent, et quand nous fûmes rentrés
à la maison, ils cherchèrent à me persuader du bonheur qui
m'arrivait de devenir impératrice de Rome. Sans hésiter, je
refusai cette alliance, en répondant que j'étais engagée avec
Jésus-Christ, notre Dieu, depuis ma onzième année, par le
vœu de virginité. Mon père voulait me faire comprendre qu'à
Supportez les calomnies, supportez les insultes, la persécution et en avant, en avant avec
Moi jusqu’à ce que vous vous trouviez là-haut
cet âge et comme enfant
de famille, je ne pouvais
disposer de moi, et il
voulait me forcer à obéir.
Mon divin Epoux me
donna la force de lui opposer un refus absolu,
que l'empereur prit pour
un prétexte.
« Conduisez » ici,
dit-il à mon père, « la
princesse Philomène et
je verrai si je n'arriverai
Ste Philomène
pas à la persuader ».
Mon père vint alors me
chercher et, voyant que
ni menaces, ni caresses n'ébranlaient ma résolution, il se jeta à
mes genoux avec ma mère, en me répétant : « O ma fille, pitié
pour tes parents ! Pitié pour ta patrie et pour le royaume ! « Et
moi je répondais : « Dieu et la virginité avant tout ! Mon
royaume et ma Patrie sont au Ciel ». Il fallut néanmoins obéir à
l'empereur et nous rendre à la cour. Dioclétien eut recours aux
promesses et à toutes les séductions, sans rien obtenir. Il passa ensuite aux menaces, et il ne réussit pas mieux.
« Alors, dans un accès de fureur et de rage inspiré par le
démon de l'impureté, il me fit jeter dans un cachot, avec des
chaînes et des fers aux pieds et aux mains pour me forcer à
ces noces. Chaque jour, Dioclétien venait renouveler ses attaques. Mais mon Céleste Epoux me soutenait. Je ne cessais de
me recommander à Lui et à sa Mère Immaculée.
« Après trente-sept jours de ce supplice, la Reine du Ciel
m'apparut au milieu d'une vive lumière, portant le Divin Enfant
dans ses bras et me dit : Ma fille, encore trois jours dans ce
cachot, et le quarantième de ton arrestation, tu sortiras de ce
lieu de douleur. A ces paroles, mon cœur palpita de joie. En
sortant, continua Marie, tu auras à soutenir l'assaut d'atroces
tourments. Cette annonce me fit trembler d'effroi et je me vis
déjà dans les angoisses de la mort. Courage, fille chérie entre
toutes … Je te soutiendrai. Aujourd'hui, c'est l'heure de la nature, de la faiblesse et de l'humiliation. Alors tu auras la force
de la grâce.
« Ces assurances me ranimèrent, et la vision disparut,
en laissant dans le cachot rempli d'un parfum vivifiant. Dioclétien, désespérant de m'amener à ses désirs, recourut aux tourments pour m'effrayer et me décider à violer la foi jurée au
Ciel. Il me fit attacher à une colonne et cruellement flageller, en
proférant d'horribles blasphèmes : « Puisqu'elle refuse obstinément un empereur comme moi, pour un malfaiteur condamné à
mort par son pays, elle mérite de ma justice un traitement analogue ».
« Le tyran, voyant que mon corps n'était plus qu'une
plaie sanglante, mais que ma résolution restait inébranlable,
donna l'ordre de me reporter en prison, pour que j'y rendisse le
dernier soupir. Agonisante, j'attendais la mort pour me reposer
dans le sein de mon Epoux, quand m'apparurent deux anges
lumineux, qui répandirent un baume précieux sur mes plaies,
et je fus guérie.
dans la gloire du Paradis où Je vous attends
avec tant d’amour et de miséricorde. SD 3 octobre 1969
15
Le lendemain matin, cette nouvelle jeta l'empereur dans la
stupéfaction. Me voyant plus belle et plus vigoureuse, il chercha à me persuader que je devais ce bienfait à son Jupiter, qui
me destinait le diadème impérial.
L'Esprit-Saint m'assista et je réfutais victorieusement ses
erreurs, de même que je résistais à ses caresses. Furieux
comme un lion, il ordonna qu'on m'attachât au cou une ancre
de fer et qu'on me précipitât dans le Tibre, afin que je périsse
dans les ondes. Mais Jésus, pour montrer sa puissance et
confondre les idoles, m'envoya de nouveau ses deux anges. Ils
coupèrent la corde; l'ancre tomba au fond du fleuve, où elle est
restée ensevelie dans la vase, et ils me reportèrent à la rive sur
leurs ailes, sans qu'une seule goutte d'eau eût mouillé mon
vêtement.
Ce miracle convertit plusieurs de ceux qui en furent témoins. Dioclétien, au contraire, plus obstiné que Pharaon, me
traita de magicienne ; il voulut qu'on me promenât ignominieusement par toute la ville, puis il me condamna à être percée de
flèches. Blessée, évanouie et mourante, on me jeta en prison.
Au lieu de la mort affreuse qui devait m'y accueillir, le ToutPuissant m'envoya un doux sommeil et, à mon réveil, j'étais
plus belle et plus forte que jamais.
L'empereur, en l'apprenant, fut saisi d'un accès de rage
tel, qu'il ordonna de recommencer le même supplice, jusqu'à ce
que la mort s'ensuivit. Cette fois, les javelines ne quittèrent
point l'arc. Dioclétien cria à la magie, et espérant que le charme
ne résiste pas à l'action du feu, il commande de faire rougir les
traits dans une fournaise ardente. Vaine précaution! Mon
Epoux me sauva de ce supplice en retournant les traits contre
les archers, dont six moururent.
Ce nouveau miracle détermina d'autres conversions, et le
peuple se soulevait en faveur de la foi. Craignant des manifestations plus sérieuses, le tyran me fit trancher la tête, et mon
âme glorieuse et triomphante s'envola vers le Ciel pour y recevoir de l'Epoux divin la couronne de virginité, qui m'avait coûté
si cher et
que j'avais
achetée
par tant de
victoires.
Ce jour si
heureux
pour moi
fut le 10
août,
un
vendredi, à
3 heures
Les flèches rougies au feu
n’atteignent pas Philomène
de l'aprèsFresque de la basilique d’Ars
midi ; je
mourus pour
vivre. C'est pour ce motif que le Très-Haut a voulu que ma translation à Mugnano arrivât le 10 août et qu'il l'a favorisée de tant
de prodiges.
Couronnée au Ciel
Quelques mois après la révélation à sœur Marie Louise
de Jésus, tertiaire dominicaine, le Saint Office donna son Imprimatur le 21 décembre 1833. Le 30 janvier 1837, le pape Grégoire XVI autorise le culte de sainte Philomène. Les Pontifes
romains les uns après les autres, depuis la date de la découverte des reliques jusqu’aujourd'hui, ont approuvé, confirmé et
recommandé la dévotion à sainte Philomène, Vierge, Martyr et
Thaumaturge.
Sa Sainteté le Pape Pie XI a également déclaré que
lorsque le Pape fait une déclaration, les catholiques doivent
avoir le sentiment qu'il parle après mûre réflexion. Et dans le
cas de sainte Philomène, les faits ont été assurément longuement étudiés et scrutés avec le plus grand soin avant que
Rome ne se prononce. ■
Marie Dominique Fabrikant
Comment honorer sainte Philomène ?
Le cordon
Dès le début de la dévotion à sainte Philomène, la pratique de son
cordon fut une des nombreuses manières d'honorer la sainte et de s'assurer de sa protection. Nous savons par exemple que le saint curé d'Ars les
bénissait et les distribuait lui-même. La Confraternité du Cordon de SaintePhilomène a été approuvée par la Congrégation des Rites en 1883 et
enrichie de nombreuses indulgences.
Le cordon est blanc et rouge, représentant la virginité et le martyre. La
dévotion du cordon est devenue très populaire car à l’origine de nombreux
signes et guérisons.
L'huile de sainte Philomène
Sainte Philomène recevant la couronne de Gloire
Fresque de la basilique d’Ars
Livres utilisés :
- Sainte Philomène, R.P. Paul Sulli
van, o.p.
- Sainte Philomène, Mgr F. Trochu
Adresse Sanctuaire
Mugnano del Cardinale (Napoli)
Santuario santa Filomena
83027 Mugnano del Cardinale. Italie
Si vous êtes méprisés, n’en faites pas cas. Ce qui importe
c’est que votre âme soit pure comme le lys. Q u e
votre
âme ne soit qu’amour pour Jésus et pour Marie et pour
personne d’autre. SD 6 juin 1969
Sanctifiez-vous, mes enfants, sanctifiez-vous. Je vous
L'huile qui brûle devant la Chasse de sainte Philomène à Mugnano est
fréquemment utilisée par les malades... Cette huile est bénie une fois par
an après le 10 janvier en présence de nombreux pèlerins.
Le chapelet de sainte Philomène
Le petit chapelet de sainte Philomène est fait de grains de couleur
blanche pour la virginité, et rouge pour le martyr, avec une médaille de la
sainte. Il y a trois grains blancs en l'honneur de la Sainte Trinité pour laquelle la sainte Vierge a donné sa vie; et treize grains rouges signifiant les
treize années que sainte Philomène a vécu sur cette terre. Ce petit chapelet est un des moyens les plus simples de la prier.
donnerai la puissance, la force, le courage de prendre
même en main la palme du martyr, et votre âme volera
entre mes bras là-haut et entre les bras du Père Eternel
qui vous attend. SD 27 nov 1969
16
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
3 151 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler