close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chouette résumé - Sur La Trace De La CHOUETTE D`OR

IntégréTéléchargement
RÉSUMÉ DE BIDULO
FERMETURE DE LA CHASSE
Juin 2016
PROLOGUE
Chères Chouetteuses, chers Chouetteurs,
Savez-vous combien d’heures, de jours, de semaines, de mois ou d’années nous avons ensemble
passé à rechercher cette satanée bestiole ? Pour les plus acharnées et acharnés d’entre nous, il
faudrait aussi rajouter les nuits blanches, les week-ends, les vacances, les litres de café avalés et,
pour les fumeuses et les fumeurs, les cigarettes grillées à remplir de mégots des soupières entières,
histoire que la caféine et la nicotine stimulent nos neurones. Oui, vous avez raison, mieux vaut ne pas
compter, cela pourrait donner le vertige.
On ne comptera pas non plus les déplacements dans « sa » Zone Finale, la bonne, bien sûr, mais
sans même avoir la moitié du quart du huitième d’une idée de ce que pourrait être la Supersolution.
Mais on y va quand même, juste pour voir, pour se rendre compte, essayer de comprendre, parce
que peut-être que, là-bas, une fois sur place, le Saint-Esprit de la Chouette d’Or nous frappera, nous
appellera et nous dira : « Viens ! Je suis là. », on ne sait jamais.
Satanée bestiole, et sacré Max, aussi. De Là-Haut, il doit quand même bien se marrer à nous voir,
chacun dans notre pièce « spéciale Chouette », avec une belle carte Michelin 989 accrochée au mur
et barrées de grands coups de crayon dans tous les sens et, sur le bureau, les règles, la calculatrice,
le bouquin grand ouvert et l’ordinateur en éveil pour rechercher telle ou telle information (un grand
merci à Wikipédia en passant) ou pour suivre telle ou telle piste. Et cela fait plus de vingt ans que ça
dure ! Alors, de deux choses l’une : ou bien Max est le plus grand génie du XXème siècle, ou bien nous
sommes toutes et tous irrémédiablement c… bêtes. Franchement, j’ai peur de la réponse. Pas vous ?
Pour ma part, j’ai entendu parler de la Chouette d’Or au JT de 20 heures, au lancement du jeu. Puis,
second reportage, toujours au 20 heures, en 1994. C’est là que j’ai acheté le livre, la seconde édition.
Et, comme vous toutes et tous, je me suis attaqué à résoudre les énigmes. Au début, pour travailler,
j’utilisais un PC, sauf que, à l’époque, cela voulait dire : papier – crayon. Mon bloc-note gribouillé un
peu dans tous les sens et mes feuilles de brouillon sur papier listing épuisées, j’ai carrément écrit mes
trouvailles sur le bouquin, histoire de ne pas perdre le fil.
J’y ai travaillé jusqu’en 1997 et j’avais trouvé une Ouverture, un Navire Noir Perché, une Spirale à
quatre centres, une mesure, une Flèche d’Apollon et une Nef encalminée, mais pas de Sentinelles. De
plus, je n’étais même pas sûr de l’ordre des énigmes. Cela ne m’a pas empêché de trouver une Zone
Finale que j’ai, bien sûr, arpentée en long, en large, en travers, en diagonale et même en profondeur,
mais en ne ramenant rien d’autre que des bottes crottées et de la terre sur ma pelle-bêche.
Pour être complet, je dirai aussi que je suis non-daboïste, terme que je préfère à anti-daboïste, car je
n’ai absolument rien contre les Chouetteuses et les Chouetteurs qui suivent la piste du Rocher de
Dabo. Je pense juste que, depuis le temps, et au vu du nombre d’entre vous qui suivent ce chemin,
la Chouette d’Or aurait déjà dû été trouvée depuis bien longtemps.
Puis, arrêt en 1998. Changement de vie, déménagement, la chasse cesse d’être mon centre d’intérêt
principal, mais je garde tout, on ne sait jamais. Une petite reprise en 2003 et 2004, de nouvelles
découvertes, l’ébauche de ce document où je rassemble mes décryptages, déductions et réflexions,
peut-être des Sentinelles, mais finalement rien de neuf sous le soleil de la Chouette d’Or.
Et me revoilà, 12 ans plus tard, à m’y remettre. Mais quelle mouche m’a piqué ? Pas celle représentée
dans une IS, non, tout simplement des retrouvailles lors du rangement de papiers dans mon bureau,
et le fait d’avoir vu que le site tournait toujours, que les Chouetteuses et les Chouetteurs étaient
toujours là, fidèles, semblables et dissemblables, mais maintenant sans le Maître de Cérémonie.
2
Alors, j’ai ressorti tout l’attirail : bouquin, cartes, règles et un vrai PC avec Internet. Maintenant, le
Quid reste au placard, mais pas trop loin car il faut garder la trace du passé, du temps où les énigmes
ont été créées. La carte est scotchée sur la porte, le livre est de nouveau ouvert sur le bureau, mais
cette fois, il y a du nouveau. Je vais peut-être vous faire rire, mais ce n’est que maintenant que j’ai
compris l’ordre des énigmes et, du coup, j’ai dû tout reprendre à zéro. Je suis quand même retombé
en grande partie sur ce que j’avais déjà trouvé, mais j’ai aussi une nouvelle Nef encalminée et les
Sentinelles, des vraies, tangibles et massives, et je me retrouve, in fine, avec la même Zone Finale.
Mais cela ne colle pas. Si j’en crois ce que disait Max, ce n’est pas logique. Le fait d’arriver à une Zone
Finale avec des énigmes dans le désordre et sans Sentinelles, puis retomber sur la même avec le bon
ordre et des Sentinelles qui tiennent la route, serait sûrement un super-méga coup de bol. Comme je
ne crois pas trop à la chance, je pense plutôt que je me suis trop focalisé sur cette Zone Finale et je
ne peux plus m’en détacher. Aujourd’hui, j’ai la nette impression de tourner en rond.
Ce qui me fait dire aussi que je me plante sûrement quelque part, c’est que je n’arrive pas à extraire
les reliquats et à composer la Supersolution. D’après Max, celle-ci n’est pas trop compliquée pour peu
que l’on ait la bonne Zone Finale, mais j’ai beau passer et repasser en revue toutes les énigmes, rien
ne me vient. Cette Supersolution est la dernière porte à ouvrir, mais je ne trouve pas la clé.
Dites-moi, Chouetteuses et Chouetteurs, vous avez vraiment envie que cette chasse s’arrête ? Je
vous pose la question parce que, quand l’une ou l’un d’entre vous aura enfin trouvé la Chouette d’Or,
vous êtes-vous déjà inquiété de savoir à quoi vous occuperez vos futures soirées ? Que ferez-vous de
tout ce temps qui va se libérer d’un seul coup ? J’entends déjà d’ici certaines personnes, notamment
vos compagnes et compagnons, s’écrier : enfin ! Oui, enfin pour eux, fini Al-Mar et la Fibule de
Préneste, les expéditions à Pétaouchnock et tout le toutim. C’est tout cela qu’ils enterreront pour
vous, définitivement, pour leur plus grand bonheur et pour votre plus grand malheur.
Pour ma part, je n’attendrai pas cette échéance, et je vais dès maintenant devoir trouver une réponse
à cette funeste question, car j’ai décidé d’arrêter la chasse.
Comme je ne voudrais pas avoir passé tout ce temps pour rien, et que je pense que ce que j’ai fait
pourrait peut-être vous intéresser, je viens donc vous livrer mes solutions et aussi tout ce que j’ai pu
trouver concernant cette … de Supersolution. Je vous laisse juste le soin de compléter ce résumé
avec certaines choses ou certains points que je n’ai pas ou que peu développés, et qui ont déjà été
commenté sur le site, comme, justement, Al-Mar et la Fibule de Préneste, par exemple. Vous verrez
que j’ai quand même expliqué comment trouver l’ordre des énigmes, juste pour le plaisir.
Tout ce que j’espère maintenant, c’est que l’une ou l’un d’entre vous trouvera, dans ce résumé, des
éléments ou des idées qui pourront l’aider à sortir l’oiseau de son trou.
Si c’est le cas, je serai très heureux d’y avoir peut-être contribué un peu.
Bonne lecture, et bonne chasse !
3
N°0 : B
IL N’EST DE PIRE AVEUGLE QUE CELUI QUI NE VEUT PAS VOIR
Visuel : un arc-en-ciel côté ombre, et un arc blanc côté lumière.
Un personnage dans la lumière.
1 = 530
3 = 470
5 = 600
7 = 420
9 = 650
Cette énigme donne l’ordre des énigmes. Il manque donc :
a = 500 – b = 780 – c = 520 – d = 560 – e = 580
Les chiffres numérotant les énigmes correspondent aux longueurs d’onde nanométriques de certaines
couleurs :
N°
L.O. Couleur
1
530
Vert moyen
2
470
Bleu moyen
3
600
Orangé moyen
4
420
Violet moyen
5
650
Rouge moyen
Les chiffres des énigmes manquantes correspondent aux couleurs suivantes :
L.O. Couleur
500
Bleu-vert
780
Rouge extrême
520
Bleu-vert / vert moyen
560
Vert-jaune
580
Jaune moyen
Celles qui sont numérotées ont des couleurs complémentaires qui permettent, en les mélangeant,
d’obtenir la couleur blanche, ce qui expliquerait l’arc-en-ciel devenant blanc dans le visuel. Je peux
donc établir une correspondance, tout du moins un lien, entre les numéros des énigmes :
L.O. Couleur
Complémentaire L.O. comp.
530
Vert moyen
Pourpre
780
470
Bleu moyen
Jaune
580
600
Orangé moyen
Bleu verdâtre
500
420
Violet moyen
Vert-jaune
560
650
Rouge moyen
Vert-bleu
520
Le pourpre est pris, par défaut, comme un rouge extrême, ce qui peut porter à confusion. C’est peutêtre pour cela que Max a confirmé que cette énigme était bien la n°2. De toute façon, elle n’a pas
d’autre possibilité de place logique.
Je peux maintenant compléter l’ordre en intercalant les numéros correspondants aux couleurs
complémentaires :
1ère = 530 2ème = 780
3ème = 470 4ème = 580
5ème = 600 6ème = 500
7ème = 420 8ème = 560
9ème = 650 10ème = 520
Petit (ou grand) hasard, c’est par ce même ordre que sont apparues les synthèses du Figaro.
4
N°1 : 530
OUVERTURE
Visuel : un coq chantant, une carte de France en arrière plan.
L’œil du coq est au centre de la carte.
Mon Premier, première moitié de la moitié du premier âge =
Précède mes Second et Troisième, cherchant leur chemin =
Mon Quatrième s’inspire, mon Cinquième est en rage =
Mais, sans protester, suit mon Quatrième et l’alpha romain =
Mon Sixième, aux limites de l’ETERNITE se cache =
Mon Septième, dressé, crache son venin =
B (E-BE)
OU
R
G (raGe)
E
S (erpent)
Pour trouver mon tout, il suffit d’être Sage
Car la Vérité, en vérité, ne sera pas affaire de Devin.
Réponse : BOURGES. Bourges est donc l’Ouverture, et c’est de là que démarre le jeu. L’initiale de
cette ville correspond aussi au titre de l’énigme précédente.
Voici quelques éléments concernant Bourges :
- Située à quelques dizaines de km du centre géométrique de la France
- Région marécageuse, à la confluence de nombreuses rivières
- Se nommait Avaricum depuis l’Antiquité
- Capitale d’un peuple gaulois, les Bituriges, et surnommée « la perle des Gaules »
- Reconstruite sur un plan quadrillé après sa conquête par César
- A connu de nombreux incendies violents durant tout le Moyen-âge
- Capitale de l’ancien duché du Berry
- Préfecture du Cher (18)
- Passage d’un pèlerinage de St Jacques de Compostelle (via Lemovicensis)
A noter que les mots « sage », « vérité » et « devin » sont écrits avec leurs initiales en majuscule.
D’après certaines réponses de Max, comme la question n°33 du 23 janvier 1997, ces majuscules n’ont
pas d’importance, sauf pour le mot ETERNITE. Cela permet juste de les mettre en exergue.
5
N°2 : 780
PREMIER PAS…
Visuel : une boussole, l’aiguille noire du nord vers le bas.
En haut à gauche, un carrosse (ou un f iacre) à deux chevaux avec son cocher.
En bas à droite, un personnage avec un chapeau.
Où tu voudras,
Par la rosse et le cocher.
Mais où tu dois,
Par la boussole et le pied.
Ce que j’ai compris, d’après le visuel, c’est qu’il fallait regarder vers le sud, et tout ce que j’ai trouvé,
c’est qu’au sud de Bourges se trouve le massif de la Montagne Noire, dont le point culminant est le
Pic de Nore, altitude 1.210 m. Je fais un rapprochement entre l’aiguille de la boussole indiquant le
nord, et le pic de Nore : pic – aiguille, Nord – Nore. La distance entre Bourges et le Pic de Nore,
mesurée sur la carte, est de 400 km environ.
Ce massif comporte encore trois autres sommets notables, à savoir le Pic de Montaud (1.031 m), le
Plateau du Sambrès (998 m) et la Serre de Montredon (856 m). La carte est extraite de Wikipédia.
Une des particularités de ce massif, c’est qu’en récoltant les eaux des rivières qui s’écoulent de ses
versants, il permet au canal du Midi de maintenir un niveau constant, même en été. Cette eau est
canalisée et arrive au seuil de Naurouze, qui est le point haut du canal.
Le diamètre de la boussole est de 10,5 cm, la circonférence est donc de 33 cm environ. Pour rappel,
le pied désigne aussi une ancienne mesure de longueur, qui valait 32,66 cm. Ceci est peut-être à
rapprocher de la dernière phrase, « par la boussole et le pied », qui, de ce fait, sont bien liés.
Je me pose aussi la question sur le fait que Max parle d’une rosse, donc un seul cheval, alors qu’il y
en a deux sur le visuel. De plus, une rosse désigne un cheval lent, sans vigueur, donc pas très
valorisant. Pour ma part, j’aurais plutôt écrit : « Ou tu voudras, par le fiacre et le cocher », mais
peut-être Max voulait-il nous faire rapprocher les mots « rosse » et « boussole », entre lesquels je ne
vois pas de point commun, à part le fait qu’il y ait 4 lettres communes, 0.S.S.E, que je pourrais
traduire par : sud-ouest et sud-est.
6
N°3 : 470
CE N’EST LE BON CHEMIN QUE SI LA FLECHE VISE LE CŒUR
Visuel : Une épée plantée dans un rocher, une montagne à l’arrière plan.
Mon Premier par la gaieté se multiplie =
Mon Second t’offre de l’espace =
Mon Troisième de l’air, et mon Quatrième de l’eau =
Quand il est couché, mon Cinquième ronfle =
Mon Sixième vaut cent, et mon Septième n’est qu’un nœud =
Mon Huitième a le goût du laurier =
Tandis que mon Neuvième, par l’étonnement, se traîne =
Mon Dixième est toujours nu quand il a une liaison =
Mon Onzième, enfin, est l’inconnue =
A (AH AH AH AH !!!)
(un espace)
RO
N (ZZZZ)
CE
V (ictoire)
A (AAAAAH !!!)
U
X
Trouve mon Tout, et, par l’Ouverture, tu verras la lumière.
Réponse : A RONCEVAUX. Associée au titre de l’énigme précédente, qui se termine en points de
suspension et qui, d’après ce que j’ai lu, n’étaient pas dans la 1ère édition, cela donne : Premier pas à
Roncevaux.
Roncevaux est une ville située dans les Pyrénées, en Espagne, et se trouve au sud-ouest de Bourges,
une des deux directions citée dans l’énigme précédente.
L’épée me fait plus penser à la bataille de Roncevaux qu’à la ville. Le lieu de cette bataille est localisé
au Punto Ibaneta. De là, je vise l’Ouverture, Bourges, pour « voir la lumière ». La lumière se mesure
en lux, je traduis donc « la lumière par l’Ouverture » par « lux en Bourges », ce qui donnerait :
Luxembourg. Après tout, Max n’a jamais interdit de sortir de France pendant la chasse.
Le cœur dans le titre peut faire référence à Jacques Cœur, personnage célèbre né à Bourges.
Autre info : la ville de Roncevaux est également sur la route du pèlerinage de St Jacques de
Compostelle en venant de Bourges.
7
N°4 : 580
LE BON SENS, C’EST LE SENS DU CONTRESENS, ET INVERSEMENT
Visuel : 2, 3 ou 4 personnages, une contrebasse et 7 lettres : B A G F E D C
Une série de chiffres qu’il faut d’abord inverser (le sens du contresens) puis transformer en lettres
(1=A, 2=B, etc.). Dans ces groupes de lettres, je retrouve les notes de musique (do, ré, mi, etc.) qu’il
faut transformer en autres lettres selon la norme internationale (la=A, si=B, do=C, etc.) et cela
donne :
Bourges vaudra 1
Cherbourg vaudra 2
Dieppe vaudra 3
Epernay vaudra 4
Forbach vaudra 5
Gérardmer vaudra 6
Héricourt vaudra 7
Issoire vaudra 8
Jarnac vaudra 9
Angers vaudra 0
Je retrouve encore Bourges et 9 autres villes, sans liens apparents entre elles, mis à part le fait
qu’elles se suivent selon un ordre alphabétique, de 0 à 9.
Les villes citées de Cherbourg à Angers sont disposées en cercle autour de Bourges, et tournent dans
le sens des aiguilles d’une montre. Par le fait, Bourges n’est plus seulement une Ouverture, mais
également un centre.
8
N°5 : 600
QUAND AL-MAR S’ALLIE A LA FIBULE DE PRENESTE, LES TENEBRES
RESPLENDISSENT
Visuel : une main sortant de l’eau et tenant une clef par l’anneau.
BDI,J. DF,F. CFD. BJ. HJ. EA,B. BC. E. DC,B.
CDI,B. BAB,H. BE.
CD. FB. BCG,J. BIG,D. BE. BG. BJD,B. DB. BGH,C.
BC. E.
Décryptage en utilisant le tableau périodique des éléments avec un code sur 10 lettres,
correspondant aux initiales des villes de l’énigme précédente :
A=0
B=1
C= 2
D=3
E=4
F=5
G=6
H=7
I=8
J=9
Je remplace les lettres par les chiffres, cela donne :
138,9. 35,5. 253. 19. 79. 40,1. 12. 4. 32,1.
238,1. 101,7. 14.
23. 51. 126,9. 186,3. 14. 16. 193,1. 31. 167,2.
12. 4.
Ces chiffres correspondent aux masses atomiques de certains éléments, arrondis à un chiffre après la
virgule. Si je remplace ces masses par les abréviations de ces éléments, cela donne :
Ab.
Nom
N°
Masse atomique Ab.
Nom
N°
Masse atomique
LA
Lanthane
57
138,9
NA
Sodium
11
023,0
CL
Chlore
17
035,5
V
Vanadium 23
051,0
ES
Einsteinium 99
253,0
I
Iode
53
126,9
F
Fluor
09
019,0
RE
Rhénium
75
186,3
SE
Sélénium
34
079,0
N
Azote
07
014,0
CA
Calcium
20
040,1
O
Oxygène
08
016,0
C
Carbone
06
012,0
IR
Iridium
77
193,1
HE
Hélium
02
004,0
P
Phosphore
15
031,0
S
Soufre
16
032,1
ER
Erbium
68
167,2
U
RU
N
Uranium
92
Ruthénium 44
Azote
07
238,1
101,7
014,0
C
HE
Carbone
Hélium
06
02
012,0
004,0
LA CL ES F SE CA C HE S U RU N NA V I RE N O IR P ER C HE
La cle(s)f (ou clé(sf)) se cache sur un navire noir perché.
Il y a des écarts entre les valeurs que j’avais trouvées à l’époque et les valeurs mentionnées dans
l’énigme, indiqués en gras dans la solution, mais il semblerait que mes sources ne soient pas les
mêmes que celles de Max.
Il y a aussi une ou deux lettres (s ou sf) en trop dans le décryptage. Il existe deux orthographes pour
clé ou clef, mais le « f » aurait pu être évité car il est tout seul dans l’énigme. De plus, le « s » aurait
pu être un « r » pour l’erbium, déjà présent dans l’énigme, ou un « u » pour l’europium. Je ne sais
pas s’il faut y prêter attention ou non, composer une phrase en n’utilisant que des abréviations
d’éléments chimiques limite beaucoup les possibilités, et Max n’en avait pas d’autre pour composer sa
phrase. Il avait donc, de toute façon, une lettre en trop. Je pense donc que le « f » a été mis exprès
pour bien montrer que ce « s » en trop avait peut-être une certaine importance.
9
Je ne sais pas non plus si le fait d’avoir écrit le cryptage de cette façon, c’est-à-dire une première
ligne de 9 éléments, puis une seconde de 3 éléments, puis encore une ligne de 9 éléments et une
dernière ligne de 2 éléments, est important ou non.
Quoi qu’il en soit, je dois donc maintenant trouver ce fameux Navire Noir Perché. Je pars donc de là
où j’étais à l’énigme précédente, c’est-à-dire la 470, la 580 ne me faisant à priori pas déplacer, et,
depuis le Punto Ibaneta, lieu de la bataille de Roncevaux, je regarde par l’Ouverture, et j’avais déjà
repéré la ville de Luxembourg.
Voici quelques éléments concernant cette ville :
- Elle est construite sur un éperon rocheux
- Cet éperon se trouve à la confluence de deux rivières
- Un château-forteresse domine la ville
- Elle a été citadelle poudrière
- Elle a subi un grand incendie dû à la foudre
Pour moi, la ville de Luxembourg est le Navire Noir Perché :
- Navire :
o Le château est un terme qui désigne la superstructure qui dépasse de la coque d’un
navire, comme le château-forteresse de Luxembourg, qui domine la ville
o L’éperon rocheux, se trouvant à la confluence de deux rivières, peut faire penser à la
proue d’un navire fendant les eaux
- Noir :
o Elle a servi de dépôt de poudre à canon
o Correspondait à la couleur de la ville après le grand incendie
- Perché :
o L’éperon rocheux, sur lequel la ville est construite
Autre élément allant dans ce sens : le nom de Luxembourg fait sa première apparition dans l'histoire
lorsque, vers l'an 963, le comte Sigefroid échange des terres contre un petit castel délaissé appelé
Lucilinburhuc. Dans la première IS, on voit un visuel représentant une mouche, et une espèce de
mouche se nomme lucilie. Bon, cette remarque vaut ce qu’elle vaut, je suis peut-être dans la
tétrapilectomie.
Reste donc maintenant à savoir quelle fameuse clé (ou clef) s’y cache.
10
N°6 : 500
UT QUEANT LAXIS
Visuel : une portée avec une clé de sol, une équerre, un compas de marine (pour rapporter des
distances), une règle graduée, un morse sur des rochers.
A 2424-42-424-44-224-24-42-24, emprunte l’orthogonale.
Pour trouver la Spirale à quatre centres,
560.606 mesures, c’est loin,
Mais, par le Méga, c’est un million de fois moins.
Le morse sur le visuel fait penser au code morse. Si on remplace le chiffre 2 par le tiret et le chiffre 4
par le point, cela donne :
_._.=C ._ =A ._.=R ..=I __.=G _.=N ._=A _.=N
Le titre correspond au premier vers d’un chant latin, l’Hymne de St Jean-Baptiste, qui a servi à
nommer les notes de musique : ut, ré, mi, fa, sol, la et si. Cela me semble un petit rappel de la 580,
mais je ne vois pas bien son utilité dans cette énigme. Si on parle notes de musique, le fait d’avoir
employé les chiffres 2 et 4 ne m’inspire qu’une chose : 1 ronde = 2 blanches = 4 noires. Alors, le
rapport entre un tiret blanc et un point noir ? Ou alors, comme on parle de mesure, le rapport avec la
musique pourrait être la mesure en 2/4, mesure en deux temps où la noire vaut un temps.
Pour moi, cette énigme démarre de là où j’étais dans la 470, car les deux énigmes précédentes ne me
donnent que des indications (des villes qui valent des chiffres, une clé sur un Navire Noir Perché) et
je n’ai donc pas eu à bouger depuis. Donc, depuis le Punto Ibaneta, je trace une ligne passant par
l’Ouverture, Bourges, et par Carignan.
En faisant cela, je comprends mieux le titre de la 470, qui dit que « ce n’est le bon chemin que si la
flèche vise le cœur » car il y a un cœur en plein milieu, on pourrait même dire en plein cœur, du
blason de la ville de Carignan, et ce cœur ressemble à celui de la 2ème IS.
De là, je trace une perpendiculaire et, vers l’est, j’arrive sur Metz, pas en son centre, c’est vrai, mais
plutôt sur une extrémité, ce qui permet de mesurer précisément la distance avec Carignan.
Pour moi, Metz est la Spirale à quatre centres, car les quatre lettres qui composent son nom suivent
une logique par incrémentation. Elles s’éloignent les unes des autres de façon régulière, tout comme
une spirale.
Explication : E = 5ème lettre
- Entre le Z et le E :
- Entre le T et le Z :
- Entre le M et le T :
- Entre le E et le M :
– M = 13ème lettre – T = 20ème lettre – Z = 26ème lettre de l’alphabet
écart de 5 lettres
écart de 6 lettres
écart de 7 lettres
écart de 8 lettres
De Carignan à Metz, il y a 92,5 km ; pour 560.606 mesures, cela fait donc la mesure à 0,165 m.
La circonférence de la boussole de la 780 était de 33 cm, soit la valeur de 2 mesures. Voilà peut-être
mon rapport avec la mesure en 2/4 : une mesure en deux temps ou un tour en deux mesures.
Voici quelques éléments concernant Metz :
- Située à la croisée de deux grands axes européens : nord-sud et est-ouest
- A la confluence de la Moselle et de la Seille
- Capitale d’un peuple gaulois, les Médiomatrices : ceux au milieu des Eaux-Mères
- Se nommait Divodurum : divo (divin, devin) et duro (forum, marché)
11
Le Méga donne l’échelle de la carte à utiliser, au millionième. A partir de maintenant, il faut mesurer
et tracer des droites. Pour les énigmes précédentes, les renseignements pouvaient se trouver sur
n’importe quelle autre carte et de visu.
Sur le visuel, je vois un côté de l’équerre pointer pile sur la 8ème graduation. En regardant le compas
de marine, qui sert à reporter des distances, j’ai l’impression qu’il pourrait représenter l’hypoténuse
d’un triangle-rectangle isocèle. Sur ma carte, je reporte la distance Carignan – Metz sur la ligne
venant du Punto Ibaneta, et j’arrive aux portes de Châlons-sur-Marne, aujourd’hui Châlons-enChampagne. La distance de ce point à Metz est de 132 km, ce qui représente 800.000 mesures. Une
graduation de cette règle vaudrait donc 100.000 mesures, soit 16,5 km.
Autre particularité de cette ligne entre Châlons-en-Champagne et Metz : la « Voie Sacrée », route
historique qui relie Bar-le-Duc à Verdun et qui a permit le ravitaillement de la place de Verdun
pendant la bataille de 1916, passe en son centre. Sur le visuel, la ligne centrale de la portée passe au
niveau de la 4ème graduation. J’en déduit donc que je peux faire un rapprochement entre la « Voie
Sacrée » et une portée de musique. Le mélange des deux fait penser à la musique sacrée, qui
renvoie au titre de l’énigme, musique généralement jouée sur les orgues des églises.
12
N°7 : 420
DU CIEL VIENT LA LUMIERE
Visuel : un œil. En arc de cercle autour de la pupille, les symboles des planètes depuis la Terre
jusqu’à Pluton. Un compas de marine (dito 500), une pointe plantée en plein milieu d’un « N ».
Décryptage en remplaçant les chiffres qui correspondent, en jours, à la durée d’une révolution autour
du Soleil des planètes représentées dans le visuel par leur initiale. Cela donne :
C’EST LA QUE L’AIGLE IMPRIMA LA MARQUE DE SES SERRES DANS LE SABLE, CENT JOURS AVANT
DE SE CASSER LE BEC ET Y LAISSER SES PLUMES.
Alors, prête un arc à Apollon :
De là, il comptera 1969,697 mesures vers le zénith.
En une 46.241.860ème fraction de jour sidéral,
Son trait s’abattra.
Hâte-toi de trouver la flèche.
Quelques remarques diverses :
- L’écartement entre les pointes du compas est de 1,65 cm, soit 1/10ème de la mesure.
- La durée de révolution de Pluton dans l’énigme est de 90.677 jours alors que j’avais trouvé de
mon côté dans le Quid 90.404 jours, soit 273 jours de plus. Peut-être encore un problème de
source discordante.
- Dans l’énigme, le « N » et le « T » de CENT n’ont pas été cryptés. Il y a 16 « S », 2 « N »,
4 « U », 4 « M », 2 « P », 3 « T » et 1 « J ». Le total des « N », « U », « M », « P », « T » et
« J » est égal au total des « S » ; cela n’aurait pas été vrai si le « N » et le « T » de CENT
avaient été cryptés.
- Les planètes Mercure et Vénus ne sont pas utilisées. On peut comprendre pour Mercure,
commençant par un M comme Mars, et Max voulait peut-être ne pas faire de doublon, mais
Vénus aurait pu y apparaître, dans « … cent jours avant… ».
La réponse à l’énigme est Golfe Juan, où débarqua Napoléon de retour de l’île d’Elbe, et qui marque
le début des Cent Jours. De Golfe Juan, en regardant vers le nord (symbole « N » du visuel), je vois
la Spirale à quatre centres, Metz, et le Navire Noir Perché, Luxembourg. Ces trois villes sont alignées,
je peux tracer encore une ligne.
Un jour sidéral, c’est la durée que met une planète pour faire un tour complet sur elle-même, et pour
la Terre, c’est en 23 heures, 56 minutes et 4 secondes. Mais on cherche une distance, on peut donc
peut-être traduire jour sidéral par jour-lumière, c'est-à-dire la distance parcourue par la lumière
pendant un jour. Le calcul de la fraction, en prenant en compte une vitesse de la lumière à
299.792.458 m/s, donne précisément 558.613 m.
J’ai une distance mais je dois trouver une direction, qui peut m’être donnée par ma ligne que j’ai citée
juste avant. Les 1969,697 mesures me donnent 325 m et, vers le zénith, cela serait donc une
altitude. En effet, le zéro en altimétrie se trouve au niveau de la mer Méditerranée, justement là où
nous sommes. Cette altitude correspond à l’altitude moyenne de mon Navire Noir Perché,
Luxembourg, c’est donc bien dans cette direction qu’Apollon vise et décoche sa flèche.
Je reporte donc ma distance sur cette ligne et j’arrive en un point situé au sud-est de Nancy, tout
près de St-Nicolas-de-Port. Je constate qu’il y a la même distance entre Le Navire Noir Perché et la
Spirale à quatre centres qu’entre la Flèche d’Apollon et la Spirale à quatre centres. Cette équidistance
pourrait être la fameuse clef qui se cachait dans le Navire Noir Perché. La Spirale à quatre centres
devient donc le centre de la ligne entre le Navire Noir Perché et la Flèche d’Apollon.
13
Autre alignement constaté : Carignan – Flèche d’Apollon – Gérardmer, ville citée dans la 580. Cette
ligne passe également par Etain, ville ayant pour homonyme un élément chimique (n°50 dans la table
et de symbole chimique Sn), ce qui renvoie à la 600. Cet alignement peut se rapporter au titre de la
470, qui est : « Ce n’est le bon chemin que si la flèche vise le cœur ». Or, le blason de la ville de
Carignan contient justement un cœur, il est donc normal que le Flèche d’Apollon vise Carignan.
Pour finir, puisque l’on parle de planètes, on pourrait aussi parler des divinités planétaires qui ont leur
temple, le Panthéon, et dont Apollon fait partie. Il y a aussi à Paris un Panthéon, dont la croix audessus du dôme sert de point de départ au système géodésique français, basé sur le principe de la
triangulation.
14
FAISONS UN PETIT POINT D’ETAPE…
Il est temps de faire un petit résumé de mes décryptages :
- 0) B : l’ordre des énigmes
- 1) 530 : l’Ouverture (Bourges)
- 2) 780 : regarder vers le sud (massif de la Montagne Noire)
- 3) 470 : Roncevaux (Punto Ibaneta)
- 4) 580 : des villes qui valent des chiffres
- 5) 600 : le Navire Noir Perché (la ville de Luxembourg)
- 6) 500 : la Spirale à quatre centres (Metz)
- 7) 420 : la Flèche d’Apollon (près de St Nicolas-de-Port)
A ce stade du jeu, la chose la plus importante à retenir, c’est cette notion d’alignement que je
retrouve dans les trois dernières énigmes, et celle de centre ou milieu dans la 500 et la 420. A partir
de deux points, je peux en trouver un troisième, aligné avec les deux autres et placé en équidistance
avec eux.
Je peux imaginer que ce point peut être soit au centre des deux autres points, comme vu
précédemment, soit en extrémité d’une prolongation de la droite de la même longueur, d’un côté ou
de l’autre des deux autres points, comme pour la position de la Flèche d’Apollon par rapport au
Navire Noir Perché et la Spirale à quatre centres.
Le titre de la 470 est : « Ce n’est le bon chemin que si la flèche vise le cœur ». J’avais écrit que ce
cœur pouvait faire référence à Jacques Cœur, personnage célèbre né à Bourges, ou au cœur présent
dans le blason de Carignan, mais maintenant je pense qu’il faut remplacer « cœur » par « centre »
ou « milieu », qui peuvent être des synonymes dans certaines circonstances. Cela expliquerait la
synthèse du Figaro qui indiquait que ce mot avait une signification « symbolique », plus importante
que la signification « précise ».
15
N°8 : 560
AD AUGUSTA PER ANGUSTA
Visuel : un crayon de papier traçant un trait en écartant les eaux.
Quand, à Carusburc, tu auras Albion dans le dos,
Cherche l’Ouverture qui révèle la Lumière Céleste.
Ne t’attarde pas, ne demande pas ton reste,
Mais apprête-toi à marcher sur les eaux.
Par deux fois, Neptune viendra à ton secours
Et te mènera loin du Septentrion glacé.
Poursuit ta route et n’interromps pas ton parcours
Avant de voir, par l’Ouverture, la Nef encalminée.
Sans dévier d’un pouce, tire un trait,
Et tu ne regretteras pas ce que tu as fait.
Carus : cher, et burgus : bourg, donc Carusburc est Cherbourg, ville déjà vue quelque part.
De Cherbourg, je regarde donc vers l’Ouverture, Bourges, avec Albion dans le dos, c’est-à-dire dos à
l’Angleterre. Albion est aussi le nom d’un fils de Poséidon, apparenté à Neptune, et ce mot vient du
latin « albus », qui veut dire blanc.
A noter aussi que, de Cherbourg, si on vise l’Ouverture, Bourges, le trait arrive à Golfe Juan, les trois
villes sont donc alignées. Il y a aussi un alignement entre Cherbourg, Carignan (500) et Luxembourg
(600), sur un axe quasi est-ouest.
L’énigme nous indique que, par deux fois, Neptune viendra à notre secours, et nous mènera loin du
Septentrion glacé. Il faut donc chercher une voie maritime vers le sud. Selon le texte et la synthèse
du Figaro, je comprends que je dois traverser deux fois la mer, puis, dès la fin de la 2ème aide, je
regarde vers l’Ouverture, Bourges, et je dois voir, dans cet alignement, la Nef encalminée.
Si je suis une voie de ce type, donc quasi-sud, mon parcours traverse la baie, puis le Mont-St Michel,
ceci est donc la 1ère aide de Neptune. Puis, après avoir traversé les terres, je me retrouve dans
l’Atlantique. Je passe juste devant La Rochelle, au large de l’île de Ré, et arrive sur l’île d’Oléron.
Cette île a vraiment la forme d’un navire, un peu tordu, c’est vrai, mais l’étrave pointant vers le nordouest est bien dessinée. Et, comme tout navire qui se respecte, elle possède son château, le Châteaud’Oléron, ville sur laquelle je débarque. C’est, pour moi, la fin de la 2ème aide, alors je regarde vers
l’Ouverture, Bourges, et dans cet alignement, je trouve Vézelay.
Cette ville me renvoie aux énigmes 530 et 470, puisque Vézelay est le point de départ de la Via
Lemovicensis, pèlerinage vers St Jacques de Compostelle, passant par Bourges et Roncevaux. On
pourrait aussi se rapprocher de la 780, en voyant le piéton avec son grand chapeau, qui pourrait donc
représenter un pèlerin.
La Nef encalminée, littéralement : un bateau qui n’avance plus, par manque de vent. La nef désigne
également la salle d’un édifice religieux, tel qu’église ou basilique, où se tiennent les fidèles. Cette nef
comprend une partie centrale et des collatéraux, et cette partie centrale s’appelle un vaisseau. A
Vézelay se trouve la basilique Marie-Madeleine, dont la nef possède une particularité solaire. Le jour
du solstice d’été, correspondant à la St Jean-Baptiste, la lumière passant par les fenêtres sud forme
des taches lumineuses au sol qui s’alignent au centre de la nef. Je me retrouve donc à la fois avec
une correspondance avec la 500, dont le titre est le premier verset de l’Hymne de St Jean-Baptiste, et
avec ces notions d’alignement et de centre ou de milieu, comme évoqué à mon point d’étape. Je
comprends aussi mieux le texte de l’énigme : « Cherche l’Ouverture qui révèle la Lumière Céleste » et
le titre de l’énigme précédente : « Du ciel vient la lumière ».
16
Mais là, les choses se compliquent un peu. Si, comme indiqué dans la synthèse du Figaro, je dois
tracer une ligne entre l’Ouverture, Bourges, et la Nef encalminée, donc Vézelay, cela vient en
contradiction avec certaines réponses de Max comme, par exemple, à la question n°30 du 29 janvier
1999, où il écrit que : « Le trait « à ne pas regretter » joint la Nef à l’endroit où vous vous trouvez à
ce moment-là, via l’Ouverture », ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Cette indication est
confirmée dans la question n°50 du 13 mars 2001, et je décide de suivre plutôt la voie de Max. Je
trace donc une ligne entre Château-d’Oléron et Vézelay.
A partir de maintenant, la question est : que faire de cette ligne ? Apparemment, c’est elle qui est
importante, pas la Nef encalminée par elle-même, et je pense qu’il y a quand même quelque chose
d’autre à faire après. Alors, je me dis que peut-être cette nouvelle ligne est faite pour reproduire un
schéma déjà connu : relier la Nef encalminée à l’Ouverture pourrait être la même chose que relier le
Navire Noir Perché et la Spirale à quatre centres.
Après tout, Nef encalminée et Navire Noir Perché ont un point commun, celui d’évoquer un bateau.
Pour l’Ouverture, j’avais remarqué qu’elle se trouvait au centre des autres villes de la 580, d’où un
point commun aussi avec la Spirale à quatre centres.
Ce qui me manque, c’est la Flèche d’Apollon. Elle n’est pas très loin, il suffit de prolonger le trait
jusqu’à la ligne qui va de Golfe-Juan au Navire Noir Perché, Luxembourg. Cette rencontre se fait à
l’ouest d’Epinal. Tiens, Epinal, et le texte de la 530 : « Pour trouver mon tout, il suffit d’être Sage ».
Sage comme une image ?
Il me manque quand même encore quelque chose. Quel est le « lien » entre cette énigme et la
précédente ? A priori, aucun, et cela m’inquiète un peu. Je repense aussi à ce que disait Max assez
souvent dans ses réponses : « Tout n’est pas forcement reporté sur les cartes ». Alors, je regarde de
plus près mon trajet jusqu’à Château-d’Oléron, et je m’aperçois que je passe entre l’île d’Aix et l’Ile
d’Oléron, sûrement pas loin du fort Boyard. Je pense que voilà le lien qui me manquait : l’édification
de ce fort a été décidée par Napoléon et il est construit sur un banc de sable. Voilà donc un autre
endroit où « l’Aigle a imprimé la marque de ses serres dans le sable ». De plus, il est peut-être
représenté sur le visuel, symbolisé par le coquillage en haut à droite, à moins que celui-ci ne
symbolise le Mont Saint-Michel, par lequel le trait passe aussi.
Le plus drôle, c’est que, depuis le Fort Boyard, je peux encore viser la Nef encalminée en passant par
l’Ouverture. Si je prolonge ma ligne jusqu’à la ligne de la Flèche d’Apollon, j’arrive légèrement en
dessous de mon précédent point.
Pour finir, le titre est une citation latine qui veut dire : vers de grandes choses, les sommets ou la
gloire, en passant par des voies étroites et tortueuses. Le titre n’est peut-être pas en adéquation avec
l’énigme puisque les routes que je viens de prendre dans cette énigme sont parfaitement droites.
Néanmoins, on pourrait faire un rapprochement avec l’IS du 3 août 1993, où Max disait que le chemin
était parfois tortueux et semé d’embûches.
17
N°9 : 650
QUAND TOUT EST REVELE
Visuel : un personnage tenant une pelle par le manche, trois autres personnages à l’arrière-plan.
Des chiffres également : 7 1 7 2 1 0 7 5.
Dos au Ponant, cherche les Sentinelles.
A 8000 mesures de là, elles t’attendent.
Trouve-les, il te faudra les passer en revue.
Il me semble qu’il y en a en fait deux nombres dans le visuel : 717 d’abord, écrit sur les têtes des
personnages à l’arrière-plan, 21075 ensuite, vers le personnage tenant la pelle. Dans la 580, on a une
correspondance entre un chiffre et une ville. Je vais donc appliquer cette règle et inverser les chiffres,
toujours pour le sens du contresens de la 580. Si, en plus, je décale d’une lettre la première et la
dernière ligne, cela donne :
5:
FORBACH
7:
HERICOURT
0:
ANGERS
1:
BOURGES
2:
CHERBOURG
7:
1:
7:
HERICOURT
BOURGES
HERICOURT
On peut lire verticalement : ORGUE RUE. L’orgue que l’on joue dans la rue, c’est l’orgue de barbarie.
Que faire de cette « barbarie » ? Je peux peut-être faire un rapprochement avec Bar-le-Duc, évoqué
dans la 500, et je vois aussi sur la carte, vers le sud-ouest, Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine. Le terme
« Aube » peut se rapporter à la Lumière Céleste dont on parle dans la 560 et au coq de la 530,
chantant au lever du soleil. Le terme « Duc » peut se rapporter au duché du Navire Noir Perché et de
l’Ouverture, le Berry. Par contre, pour « Seine », rien ne me vient, à part peut-être la prononciation
du symbole chimique de l’étain, « s – n », mais c’est peut-être un peu capillotracté.
Côté ouest de ces villes se trouvent également trois lacs-réservoirs, à savoir celui d’Orient, celui du
Temple et celui de Der-Chantecoq. Si je multiplie les 8000 mesures par 100, cela me donne 132 km,
distance déjà invoquée dans la 500, et ces trois lacs se trouvent à cette distance moyenne depuis la
Flèche d’Apollon. Les noms de ces lacs sont assez troublants :
- Dos au Ponant, donc face à l’Orient, et il y a le lac d’Orient
- Dans la 420, j’ai parlé d’un temple, le Panthéon, et il y a le lac du Temple
- Dans la 530, j’ai un coq chantant en visuel, et il y a le lac de Der-Chantecoq
Les chiffres non utilisés sont les 3, 4, 6, 8 et 9, qui correspondent à Dieppe, Epernay, Gérardmer,
Issoire et Jarnac. A noter au passage que les villes de Dieppe, d’Epernay et de Gérardmer sont
également parfaitement alignées. Reste donc Issoire et Jarnac, qui n’ont, à priori, aucune utilité.
Concernant ces Sentinelles, voici un résumé de ce que je sais :
- Immobiles, fidèles, tangibles, massives, semblables et dissemblables
- Un nom commun pour les désigner toutes
- Visibles à l’œil nu, sur place, une à une, à leur pied (en théorie)
- Pas visibles à l’œil nu depuis le « là » de l’énigme
- Représentées sur une des deux cartes, avec le même symbole
- Quand on en voit une sur la carte, on les voit toutes
- Leur nombre est crypté dans une énigme
- Toutes les Sentinelles ne sont pas utiles dans l’énigme
18
J’ai aussi du mal à comprendre qu’elles ne soient pas visibles à l’œil nu depuis le « là » de l’énigme.
Mes 8000 mesures font 1,3 km, ce qui n’est pas beaucoup. Ou les Sentinelles ne sont pas si grosses
que cela, ou alors la mesure doit prendre du plomb dans l’aile. Et pourquoi n’y a-t-il pas de point pour
séparer les milliers, comme les autres chiffres dans les autres textes ?
Le plus délicat est de savoir à quoi correspond le « là » de l’énigme. Si je suis l’ordre logique, je suis
à Château-d’Oléron, puisque c’est là que j’ai interrompu mon parcours dans la 560. Mais je suis peutêtre à la Nef encalminée, puisque c’est l’ultime chose à trouver dans cette énigme, d’après la
synthèse du Figaro. Ou alors, je suis vers Epinal, puisque j’ai prolongé cette ligne jusqu’à celle de la
Flèche d’Apollon. Alors, je vais donc commencer par « passer en revue » ces trois sites et regarder ce
que je vais trouver à 1.320 m, soit 1,3 mm sur la carte, vers l’est.
C’est sur mon 3ème site que je pense avoir trouvé les Sentinelles, en l’occurrence les forts qui
composent la place forte d’Epinal, tout comme le fort Boyard qui défendait la rade de l’île d’Aix et
l’Arsenal Royal de Rochefort. A 1,5 mm environ du point sur la Flèche d’Apollon, je trouve le premier
fort, celui d’Uxegney. Ces forts sont au nombre de 16, comme le nombre de « S » dans le texte de la
420. Voici la liste, classée par ordre de construction : Dogneville, Longchamp, Razimont, La Mouche
(comme le visuel d’une IS), Girancourt, Roulon, Bambois, Uxegney, Sanchey, Le Thiéha, La GrandeHaye, La Voivre, Les Friches, Bois-l’Abbé, Les Adelphes et Deyvillers.
Pour les passer en revue, je dois les classer dans un certain ordre, mais lequel ? Je vois que ces forts
sont disposés en cercle autour d’Epinal, tout comme les villes de la 580 autour de Bourges. Je vais
donc faire la même chose en commençant par celui qui me semble être à 8000 mesures, celui
d’Uxegney. Cela me donne donc : Uxegney, Bois-l’Abbé, La Grande-Haye, Dogneville, Longchamp,
Deyvillers, La Voivre, Les Adelphes, Razimont, La Mouche, Bambois, Les Friches, Roulon, Le Thiéha,
Girancourt et Sanchey.
Sur le visuel, les 3 personnages sont côte à côte et semblent être sur le même plan. De plus, quand
un gradé passe en revue ses troupes, les soldats sont bien alignés et à égale distance les uns des
autres. Cette disposition, je la retrouve pour les trois premiers forts cités : Uxegney, Bois-l’Abbé et La
Grande-Haye. Ce sont donc apparemment ceux-là que je dois passer en revue.
Sur la carte, comme par hasard, ces trois forts sont alignés, et comme par hasard aussi, le fort de
Bois-l’Abbé se trouve en équidistance avec le fort d’Uxegney et le fort de La Grande-Haye, à environ
1,25 km à vol d’oiseau, soit 7.600 mesures environ. De plus, ces forts se trouvant sur des hauteurs, il
est fort probable pour que l’on puisse les voir les uns depuis les autres, surtout depuis celui de Boisl’Abbé, au centre des deux autres.
L’enseignement que me donnent les Sentinelles vient rejoindre quelque chose que j’ai déjà trouvé
dans les précédentes énigmes : des points qui s’alignent et le centre entre deux points.
19
N°10 : 520
LA TERRE S’OUVRE
Visuel : une lueur sortant de terre, au milieu de la végétation.
Entre eux, il n’y aurait que deux intervalles s’ils étaient alignés.
Mais ce serait là un jeu bien trop facile.
Maintenant que tu as dénoué tous les fils,
Le doute est le dernier supplice qui te sera infligé.
Car c’est la règle de cette partie cruelle :
Seul, tu dois trouver où porter ta pelle.
Montre ton respect à Dame Nature,
Et, avant de t’éloigner, referme sa blessure.
La première phrase évoque des entités qui n’auraient que deux intervalles s’ils étaient alignés. J’en
déduit déjà qu’elles sont au nombre de trois, mais aussi qu’il ne s’agit pas des trois Sentinelles de
l’énigme précédente, puisqu’elles sont justement alignées.
Dans l’énigme précédente, j’ai évoqué aussi trois villes prénommées « Bar » qui ne sont pas alignées,
il y a donc trois intervalles à étudier entre elles. En prenant exemple sur les Sentinelles, je fais la
construction suivante :
- Je trace une ligne entre Bar-sur-Seine et Bar-sur-Aube
- Je trace une autre ligne entre Bar-sur-Aube et Bar-le-Duc
- Je repère les centres de ces deux lignes
- A partir de ces deux centres, je trace une autre ligne, en direction du nord-est
Cette ligne, que je vais appeler « ligne des Bars », se trouve à peu près à 13 km des trois lacsréservoirs, soit environ 80.000 mesures. Je les passe donc « en revue » d’une certaine façon, même
si ce ne sont pas les Sentinelles.
Il y a quand même un problème car je parle de villes, donc du genre féminin, alors que, dans le texte
de cette énigme, Max parle de « eux », donc du genre masculin, à moins qu’il ne parle de bourgs,
puisque ce mot revient souvent : Bourges, Luxembourg, Cherbourg. Autre explication : le
rapprochement entre le nom de ces villes et le poisson, le bar, qui est représenté sur leurs blasons.
Peut-être un petit clin d’œil à Neptune ?
J’ai trouvé aussi un autre alignement :
- Domremy (prononcez : dorémi) pourrait se rapprocher de la 580 et du titre de la 500
- Au nord de Domremy se trouve Vaucouleurs (les têtes de chouettes sont en couleurs)
- Ces deux bourgs sont alignés avec Etain, ville déjà évoquée dans la 420
Cette ligne va rejoindre la « ligne des Bars » en un point situé au sud-sud-est d’un village nommé
Fresnes-en-Woëvre. Ce point, que je vais appeler « Point Etoile », se trouve aussi sur mon
hypoténuse de la 500 et a deux équidistances intéressantes :
- Luxembourg – Carignan et Luxembourg – Point Etoile
- Luxembourg – Point Etoile et Flèche d’Apollon – Point Etoile
Je trace également deux autres lignes vers Carignan en partant des deux points trouvés sur ma ligne
de la Flèche d’Apollon à l’issue de la 560, car Carignan était aussi une ancienne place forte. La
première, celle venant des Sentinelles, passe aussi par mon Point Etoile, et la seconde permet de
définir une petite zone au sud de Fresnes-en-Woëvre avec les autres lignes passant à proximité. Je
pense tenir enfin la Zone Finale.
20
ZONE FINALE
21
Ma Zone Finale s’est construite effectivement à l’issue de la dernière énigme, comme l’avait dit Max.
J’ai commencé par avoir un point, que j’ai appelé Point Etoile, et c’est celui-ci que j’avais déjà repéré
en 1997, et qui m’avait permis de « soupçonner » son emplacement. Ce Point Etoile pourrait aussi se
rapprocher du dessin d’une IS, celle avec ces trois lignes qui se croisent et dont l’intersection
s’illumine. Pour moi, ces trois lignes correspondent à :
- L’hypoténuse entre la Spirale à quatre centres et Châlons-en-Champagne
- La « ligne des Bars »
- La ligne entre Carignan et les Sentinelles
Avec une carte plus précise, en l’occurrence la carte IGN n°3213 E au 1/25.000ème, on trouve à cet
endroit une zone rurale, composée de prés et de champs, et, un peu excentrée vers le sud-ouest,
une forêt domaniale, celle des Eparges, donc un lieu public, dans laquelle se trouve un site qui a été
le théâtre de batailles acharnées durant la première Guerre Mondiale, d’où peut-être un rapport avec
la « barbarie » de la 650 et la Voie Sacrée de la 500.
Ces batailles pourraient avoir aussi un rapport avec le texte de la dernière énigme : « Montre ton
respect pour Dame Nature, et, avant de t’éloigner, referme sa blessure ». En effet, certains signes
sont encore présents, notamment des entonnoirs qui sont le résultat d’explosions de mines. Le
principe consistait à creuser des tunnels sous les lignes ennemies, de créer des salles au bout de ces
tunnels afin de les remplir d’explosifs, puis de procéder à une mise à feu, juste avant une attaque.
Faut-il faire un rapprochement avec le visuel de la 520 ? Cette lueur sortant de terre est-elle là pour
symboliser cette explosion ? Je ne sais pas. Aujourd’hui, ces entonnoirs sont les seuls témoins des
combats qui s’y sont déroulés.
Mais attention, il ne faut pas aller creuser n’importe où, et sûrement pas près de ces entonnoirs ou
dans tout ce lieu appelé « Le Champ de Bataille ». Ces anciens terrains militaires, même s’ils sont
ouverts au public, peuvent toujours renfermer des engins explosifs, et cela me questionne aussi. Max
a-t-il vraiment osé enterrer sa chouette dans un endroit autant chargé d’une histoire si tragique, où
des centaines d’hommes ont perdu la vie ? Pour y avoir été plusieurs fois, je peux vous dire que cet
endroit ne laisse pas indifférent.
Toujours dans ce site, on y trouve un endroit dénommé « Point X », qui pourrait se situer à peu de
choses près à l’aplomb de mon Point Etoile. Il y a aussi des monuments, et notamment le Monument
du Coq, animal qui n’est pas sans rappeler le visuel de la 530. Un autre monument est dédié au
106ème RI, un autre au Génie et un dernier est érigé au « Point X », près d’une table d’orientation.
Après quelques recherches, en plus du « Point X » sur la carte, j’en ai trouvé deux autres :
- Le « Point A », situé à l’emplacement du monument du 106ème RI
- Le « Point C », situé à l’emplacement du monument du Coq
Maintenant, question : où est enterrée la Chouette ? Réponse : à un endroit que l’on peut définir au
centimètre près. Pour trouver en pleine nature un endroit comme celui-là, j’ai beau réfléchir dans
tous les sens, je ne vois pas d’autres solutions que d’utiliser des repères.
Comme le raconte Michel Becker dans le préambule, pour trouver le trésor de Thomson, il faut suivre
une piste, et celle-ci est jalonnée de repères : une baie entre deux îles, un ruisseau, une direction,
des distances, un pic comme repère, etc. Alors, peut-être que ces reliquats vont me donner une piste
du même genre.
22
SUPERSOLUTION
Pour trouver la Supersolution, je dois d’abord revenir sur les énigmes et chercher les reliquats, puis
les assembler pour former la Supersolution, et enfin « l’appliquer » sur le terrain, comme me l’avait
répondu Max. Je sais aussi qu’il existe une Méga-astuce, qui permet de les extraire facilement.
Je vais suivre également le conseil de Max en les relevant dans l’ordre des énigmes.
N°1 : 530 – OUVERTURE
Ce coq dans le visuel pourrait être lié au Monument du Coq, présent dans le site. Ce pourrait aussi
n’être juste qu’une indication pour dire que l’on est sur la bonne piste.
Reste à savoir aussi pourquoi le mot ETERNITE est écrit en majuscules.
N°2 : 780 – PREMIER PAS…
Les deux dernières lignes du texte : « Mais où tu dois, par la boussole et le pied », peuvent aussi en
faire partie car, justement, là où je dois aller, c’est sur la tombe de la chouette. Une boussole peut
peut-être faire partie de l’attirail nécessaire.
Autre chose aussi, concernant le massif de la Montagne Noire. Parmi les quatre points culminants,
trois sont disposés en triangle comme trois des monuments du site. Le Pic de Nore, le Plateau du
Sambrès et la Serre de Montredon sont disposés comme les monuments du Coq, du 106ème RI et du
Génie, mais inversés, en effet miroir. Dans ce cas, la correspondance se ferait de la façon suivante :
- Monument du Coq – Pic de Nore
- Monument du 106ème RI – Plateau de Sambrès
- Monument du Génie – Serre de Montredon
N°3 : 470 – CE N’EST LE BON CHEMIN QUE SI LA FLECHE VISE LE CŒUR
Cette épée dans le visuel, plantée dans un rocher, ferait plutôt penser à Excalibur, l’épée du roi
Arthur, mais c’est sans aucun rapport avec la solution de l’énigme. Selon la légende, Roland aurait
tenté de briser son épée Durandal sur un rocher, mais ce serait le rocher qui se serait brisé.
L’insigne du 106ème RI comporte justement une épée, plantée verticalement, comme sur le visuel. Le
rocher, lui, pourrait symboliser les pierres du monument. Celui-ci se trouve au « Point A » et a été
réalisé par un sculpteur, Maxime Real del Sarte, lui-même combattant de la bataille des Eparges.
Juste pour info, la mère de ce sculpteur s’appelait Marie-Madeleine, comme la Nef encalminée.
Un grand écrivain, Maurice Genevois, a servi dans ce régiment au grade de lieutenant de la 5ème
compagnie, et a été grièvement blessé le 24 avril 1915 à Rupt-en-Woëvre pendant la bataille des
Eparges. Une de ses citations est d’ailleurs gravée sur le monument : « Vous avez pris votre vie à
deux mains et l’avez portée d’un élan jusqu’aux lèvres de l’entonnoir sous les balles ».
Un autre écrivain, Alain-Fournier, auteur du célèbre roman « Le Grand Meaulnes », est mort tout près
de là, le 22 septembre 1914 à Saint-Rémy-la-Calonne. Il servait lui aussi au grade de lieutenant de la
23ème compagnie du 288ème RI.
N°4 : 580 – LE BON SENS, C’EST LE SENS DU CONTRESENS, ET INVERSEMENT
Les deux villes auxquelles je n’ai pas trouvé d’utilité pour résoudre les énigmes sont Issoire, qui
vaudra 8, et Jarnac, qui vaudra 9. Je peux former un chiffre : 89. S’il s’agit de 89 mesures, cela
donne 14,70 m environ, mais si c’est 98 mesures, à cause du contresens, cela donnera 16,17 m
exactement. Ces distances sont facilement mesurables sur place avec un double décamètre.
N°5 : 600 – QUAND AL-MAR S’ALLIE A LA FIBULE DE PRENESTE, LES TENEBRES
RESPLENDISSENT
Le « S » en trop dans le décryptage peut indiquer une direction : « S » comme sud.
23
N°6 : 500 – UT QUEANT LAXIS
J’ai trouvé qu’une graduation sur la règle du visuel valait 100.000 mesures, soit 16,5 km.
N°7 : 420 – DU CIEL VIENT LA LUMIERE
La Zone Finale se trouve à une altitude comprise entre 280 et 350 m ; il se pourrait donc que
l’altitude de 325 m trouvée dans cette énigme corresponde aussi à celle de la cache. Si on parle
d’altitude, d’après les courbes altimétriques, le monument du Génie se trouve à environ 330 m, celui
du 106ème RI à 340 m et celui du Coq à 350m, à 2 ou 3 mètres près.
Pour crypter l’énigme, Max a utilisé 7 planètes, et leurs symboles sur le visuel sont représentés en arc
de cercle. Or, le monument érigé à la gloire du Génie comprend 7 colonnes en béton, elles aussi
disposées en arc de cercle au centre d’un double mur semi-circulaire.
Remarque : pas de point séparatif des milliers pour 1969,697 mesures.
N°8 – 560 : AD AUGUSTA PER ANGUSTA
Dans le visuel, le trait représenté fait un angle de 45° avec le cadre du tableau, il prend donc une
direction sud-ouest. Or, mon trait depuis Carusburc est quasi-sud, ce n’est donc pas le même, et une
synthèse du Figaro me dit que ce n’est pas non plus le trait que je dois tirer jusqu’à la Nef
encalminée. Alors, à quoi correspond-il ?
N°9 – 650 : QUAND TOUT EST REVELE
Même remarque que pour la 420 : il n’y a pas de point en séparatif de milliers pour 8000 mesures.
N°10 – 520 : LA TERRE S’OUVRE
« Entre eux, il n’y aurait que deux intervalles s’ils étaient alignés ». Cette remarque va bien aussi
avec les trois monuments que je cite dans la 780 et que je retrouve dans les visuels de la 530
(monument du Coq), 470 (106ème RI) et 420 (Génie), qui ne sont pas alignés.
En fait, tout ce que j’ai trouvé, ce sont des éléments de visuels qui me renvoient vers trois des quatre
monuments du site, mais qu’en faire ? Je n’en ai absolument aucune idée, mais si c’est la bonne Zone
Finale, je reste persuadé qu’ils ont un rôle à jouer quelque part. Pour m’être rendu plusieurs fois sur
place, je sais aussi que, contrairement aux Sentinelles, ils ne sont pas visibles les uns des autres, à
cause du dénivelé du terrain et de la végétation.
Je ne sais pas non plus si tout ce que j’ai évoqué fait bien partie des reliquats, ou si j’en ai oublié, et
où, combien, et lesquels.
24
EPILOGUE
Voilà, j’ai terminé. Maintenant, vous savez tout ce que je sais. Pour celles et ceux qui pensent que ma
piste est plausible, je vous laisse le soin de continuer la quête de la Chouette d’Or. Dans tout ce que
je vous ai laissé, il y a peut-être du bon, mais sûrement aussi du moins bon et des fausses pistes,
mais je suis persuadé que vous pourrez y trouver des choses intéressantes.
Si vous vous rendez sur place, promettez-moi de respecter ce lieu. Si vous voulez creuser, ne le faites
pas n’importe où. Réfléchissez bien avant, faites-le uniquement si vous êtes sûr à 1.000%. Je ne
voudrais pas que, par ma faute, cet endroit perdre le calme et la sérénité qui lui incombe de droit.
Avant de vous quitter, je voudrais aussi vous citer Victor Hugo, qui avait écrit : « La lumière est dans
le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. ». Pour moi, elle s’est éteinte à
jamais, dans un grand trou noir.
Mais vous, Chouetteuses et Chouetteurs, ne désespérez pas. Soyez fiers, gardez la tête haute et vos
neurones bien éveillés, car l’issue n’est plus très loin. Elle est juste là, au bout d’un chemin tortueux
et semé d’embûches. A partir de maintenant, c’est à vous seuls de le trouver.
Et si, un jour, par hasard, j’ai l’occasion de retourner visiter « ma » Nef encalminée, je vous promets
d’y prier pour que le Saint-Esprit de la Chouette d’Or vienne sur vous et vous délivre.
De mon côté, je range mon livre et je referme mes cartes, pour toute éternité.
Vous l’avez rêvée, vous pouvez le faire.
Vous devez le faire.
Pour Max.
Bidulo
25
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
5
Taille du fichier
2 268 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler