close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin paroissial - 11 Dimanche du TO

IntégréTéléchargement
BULLETIN PAROISSIAL N° 24/2016
11 DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
PAROISSE SAINT MICHEL
paroisse.saint-michel@laposte.net
http://paroissedufrancois.fr
Adresse : Presbytère 97240 Le François, Martinique ; tel. 0596 543045, fax. 0596 542906
MESSES DOMINICALES
SAMEDI 18h00
DIMANCHE 7h00 ; 9h30 ; 18h00
MESSES EN SEMAINE
LUNDI 18h30
MARDI 6h30
JEUDI 6h30
VENDREDI 6h30
HORAIRES DU BUREAU
LUNDI 8h00 - 11h00
VENDREDI 8h00 - 11h00
SAMEDI 8h00 - 10h30
LE PRETRE RECOIT
MARDI 16h00 - 18h00
VENDREDI 8h00 - 11h00
EXPOSITION DU SAINT
SACREMENT
VENDREDI 16h00 - 18h00
(tous les 15 jours)
ENSEIGNEMENT BIBLIQUE
VENDREDI 18h00 - 19h30
(tous les 15 jours)
C'est du péché dont il est question ce dimanche. Le péché de David
d’abord, et puis celui de la pécheresse qui s’invite au repas de Simon le pharisien. Le péché de David est bien réel. Il a vu une femme très belle, il l'a
voulue pour lui, il a péché lucidement avec elle. Et puis, il fait assassiner son
mari. Il ne faut rien nier de ce crime abominable, et pourtant il n'enlève rien
à la droiture de David. Foncièrement il reste droit. Nous faisons tous l'expérience qu'il y peut y avoir une très grande bonté en nous, et parfois aussi
une méchanceté véritablement diabolique. David est droit, parce que justement il va reconnaître sa faute avec simplicité. Souvent, lorsque nous avons
fait le mal, nous tentons de nous excuser par mille raisons. C'est manquer
de droiture, ce qui est beaucoup plus grave encore que le péché.
« David dit à Nathan : J'ai péché contre le Seigneur. » Il prend
conscience que c'est vraiment le Seigneur qu'il a offensé. Quand je manque
à une loi, ce n'est pas seulement à une loi que je manque mais à Celui qui
m'a donné la Loi et qui me l'a donnée par amour. Je manque donc d'amour à
celui qui m'a donné la Loi. David a déjà parfaitement saisi cela, mille ans
avant Jésus. Ne soyons jamais déçus, jamais étonnés de nous sentir capables
de faire ceci ou cela. David est un homme qui s'accuse avec humilité. Ne
serait-ce pas le manque de pauvreté spirituelle qui est la cause de nos difficultés à nous approcher du sacrement de pénitence ? Nous n'avons plus le
sens du péché, nous ne croyons pas assez à la valeur du sacrement comme
acte d'un Dieu amour qui vient nous aider…« J’ai péché contre le Seigneur ! » On a dit très justement que le monde a perdu le sens du péché,
parce que le monde a perdu le sens de Dieu. Moins nous aurons le sens de
Dieu et moins nos manques d'amour nous apparaîtront comme des péchés.
Moins nos péchés nous apparaîtront des manques d'amour, plus nous perdrons le sens de la confession. Le sacrement de confession offre l'occasion
de se mettre davantage en présence du vrai Dieu de la Bible. Ce qui est
important, ce n'est pas d'accuser x péchés, mais de rencontrer l'amour et
d'y croire, d'être décidés - tout en sachant que nous retomberons peut-être
le soir même -, d'être décidés à aimer. Il ne faut pas tellement se confesser
pour changer mais pour rencontrer l'amour. On va se confesser parce
qu'on aime le Seigneur et qu'on a besoin du Seigneur pour continuer sa
route. On sait très bien qu'on retombera ! Pourquoi ne pas accepter de rester pauvres ? Nous voulons être satisfaits de faire des progrès. Quand je
médite qui est Dieu, je ne peux plus m'étonner d'être un pauvre. C'est parce
qu'on ne connaît pas Dieu qu'on n'accepte pas d'être pauvre. Devant l'infinie
sainteté, que voulez-vous que je sois sinon un pauvre ! C’est bien là l’erreur
de Simon le pharisien, qui pense que ses mérites lui donnent des droits sur
Dieu… Rien de notre pauvreté ne doit nous étonner, dans aucun domaine.
Nous voyons bien que nous sommes orgueilleux quand des faiblesses nous
étonnent : « Je n'aurais jamais cru que je pouvais en arriver là ! » (…) .
kerit.be
PAGE 1
BULLETIN PAROISSIAL N° 24/2016
11 DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
Peut-on prier la Sainte Vierge ?
Pourquoi prier Marie ?
Certains, en particulier les protestants, pensent
que la prière doit s'adresser seulement à Dieu
et au Christ car la prière à Marie ne se trouve
pas dans l'Écriture. Par conséquent ils affirment
qu'il ne faut pas prier Marie, pas faire de prière
à Marie, ne pas dire le « Je vous salue Marie ».
Cependant l'Évangile nous montre que l'on
peut prier Marie. En effet l'Évangile de Saint
Jean, avec l’épisode des noces de Cana (Jn 2, 112) nous révèle qu'elle intercède auprès de Jésus pour les besoins des hommes et que Jésus
écoute sa demande. De plus, la parole de Jésus
à sa mère au pied de la croix "Voici ton fils" (Jn
19, 25-27), manifeste le rôle de la mère de
Dieu. En confiant Jean à sa mère, Jésus a symboliquement confié ses disciples à sa mère.
Saint Jean a voulu donner un enseignement sur
la mission de la mère de Jésus, car à l'occasion
d'un évènement qu'il rapporte, c'est toujours
un message qu'il veut donner. Ces deux textes
de Saint Jean, sans dire explicitement qu'on
peut prier Marie, donnent un fondement évangélique à la prière à Marie. Pour les catholiques
et les orthodoxes, il y a d'autres raisons pour
lesquelles on peut prier Marie : elle a un rôle
unique dans l'histoire du salut parce que, selon
le concile d'Éphèse, elle est la "Mère de Dieu".
On peut donc et on doit prier la Sainte Vierge.
Signification de la prière à Marie ?
La signification de la prière à Marie n'est pas la même que prier le Christ, car il y a un seul médiateur
entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ qui a les pouvoir divins. Elle n'a aucun pouvoir qui lui sont
propre, elle peut seulement intercéder auprès de son fils comme elle a fait aux noces de Cana. Elle
peut prier pour nous comme on lui demande dans le "Je vous salue", mais elle ne peut pas répondre
elle même à notre prière. Les catholiques ne doivent pas adresser de prières à Marie, mais ils peuvent
plutôt demander à Marie de prier pour eux. Nous considérons que solliciter la prière de Marie, c’est
exactement comme demander à une personne sur terre de prier pour nous. Origine du culte à Marie, à la vierge Marie
L'origine du culte à Marie, à la Vierge Marie ne remonte pas à l'époque apostolique. L'origine du culte
à Marie est assez tardive. Le culte à Marie est apparu au IVème siècle. La louange à Marie était exprimée dans la Liturgie de saint Jacques qui des IVe–Ve siècles chante « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie parmi les femmes et béni le fruit de ton sein, car tu as engendré le
sauveur de nos âmes ». Cependant l'origine du culte à Marie est peut être plus ancienne, car on trouve
une supplication à Marie dans la liturgie copte à la fin du III° siècle.
PAGE 2
BULLETIN PAROISSIAL N° 24/2016
N OT E Z S U R V O S A G E N DA S
✠ Du 11 juin au 18 juin - Pèlerinage de l’icône de la
Vierge de la Misericorde dans notre paroisse - voir le
programme sur les panneaux d’affichage où sur le
site d’internet
✠ Attention : Cette semaine toutes les messes
sont célébrées à l’église
✠ Lundi 13 juin de 15h00 à 19h00 - Journée Mariale
- Notre Dame de Fatima animée par le père Luciano
Mardi 14 juin : Pas de permanence du curé
✠ Mercredi 15 juin à 15h00 au presbytère Réunion des enfants de 5ème année pour le mise en
place de la fêté de la foi
✠ Mercredi 15 juin à 18h00 - Messe au Morne Acajou
✠ Mercredi 15 juin à 18h00 - Messe à Presqu’île
✠ Vendredi 17 juin messe à 18h30 et non pas à
6h30
✠ Samedi 18 juin : l’entretien de l’église est confié
aux paroissiens des : Bois Soldat – Beauregard Dumaine
✠ Samedi 18 juin de 14h00 à 17h00 - Fête de la foi
pour les enfants de l’éveil à la foi jusqu’à la 5ème année
de catéchisme sur la place de l’église
✠ Notez déjà : Dimanche 26 18h00
pas de messe à
Dimanche 19 juin messe à 7h00 - Messe pour les âmes
du purgatoire et aux intentions de la paroisse
Dimanche 19 juin messe à 9h30 + Vénérant et Olga
MARIE-NELLY, + les époux Berthe et Pierre SULDEY, + Edouard et Sévare FÉLICITÉ, + Lucile
GRANDIN, + Arsène BERLIN et famille + action de
grâces (Sandrine et Marc-Henri)
Dimanche 19 juin messe à 18h00 + époux Raymond et
Marion LAGARRIGUE de MEILLAC, + Raphaël URSULET + Joseph, Georges-Louis et Maximilia CAFÉ,
+ Martin Pierre LAURIN, + Catherine PAULIN
11 DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
Evangile : « Ses nombreux péchés
sont pardonnés, puisqu’elle a
montré beaucoup d’amour » (Lc
7, 36-50)
En ce temps-là, un pharisien avait invité
Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez
lui et prit place à table. Survint une
femme de la ville, une pécheresse. Ayant
appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien, elle avait apporté un
flacon d’albâtre contenant un parfum.
Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui,
près de ses pieds, et elle se mit à mouiller
de ses larmes les pieds de Jésus. Elle les
essuyait avec ses cheveux, les couvrait de
baisers et répandait sur eux le parfum. En
voyant cela, le pharisien qui avait invité
Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme
était prophète, il saurait qui est cette
femme qui le touche, et ce qu’elle est :
une pécheresse. » Jésus, prenant la parole, lui dit : « Simon, j’ai quelque chose
à te dire. – Parle, Maître. » Jésus reprit :
« Un créancier avait deux débiteurs ; le
premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante. Comme ni l’un ni
l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en
fit grâce à tous deux. Lequel des deux
l’aimera davantage ? » Simon répondit :
« Je suppose que c’est celui à qui on a
fait grâce de la plus grande dette. – Tu as
raison », lui dit Jésus. Il se tourna vers la
femme et dit à Simon : « Tu vois cette
femme ? Je suis entré dans ta maison, et
tu ne m’as pas versé de l’eau sur les
pieds ; elle, elle les a mouillés de ses
larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu
ne m’as pas embrassé ; elle, depuis
qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ; elle, elle a répandu du
parfum sur mes pieds. Voilà pourquoi je
te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui
on pardonne peu montre peu d’amour. »
Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont
pardonnés. » Les convives se mirent à
dire en eux-mêmes : « Qui est cet
homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? » Jésus dit alors à la femme : « Ta
foi t’a sauvée. Va en paix ! »
PAGE 3
BULLETIN PAROISSIAL N° 24/2016
INTENTIONS DE MESSES
Samedi 11 juin messe à 18h00 + époux Eugène et Edith
BRIGITTE + Georges Adrien BODOL + Emilie MAINGE
+ Hubert BAURAS + les époux Gabélus et Adèle GAVAL
et Gabrielle et Michel + les époux Marie-Victor et Omer
FOSTAN
Dimanche 12 juin messe à 7h00 - Messe pour les âmes du
purgatoire et aux intentions de la paroisse
Dimanche 12 juin messe à 9h30 + Huguette SINAPAYEN +
époux Eugène et Edith BRIGITTE + Laura ETIENNE + Marie Edwige MUGUET + Sophie VAUDEIN + action de
grâces (Teddy)
Dimanche 12 juin messe à 18h00 + époux Olympe et Lubin
CAFE + Lucien CLOE + Raymonde, Maurice et Thomas
URSULET + Lucie ZAMOR + Robert et Minette de JAHAM + Anite CLAVEAU
Lundi 13 juin messe à 18h00 (à l’église) + les époux Casimir
et Yvette COPPET et enfants décédés, + Emilie FANCHONNA, + famille CLOMBE décédée + action de grâce
pour Mireille et ses fils, pour Betty et Cédric, pour
Maureen et une intention particulière (Joseph)
Mardi 14 juin messe à 6h30 (à l’église) + Messe de funérailles : Juliette MAINGÉ et Germaine PARSEMAIN
Messe + époux Saint-Omer LAVÉRY + Théogène MATHURIN, + les prêtres décédés + action de grâces (Régine
BÉTHEL)
Mercredi 15 – 16h00 Morne Acajou + George et Roger CORIDON, + Père Bruno LATOUR + action de grâce (Yolaine et ses enfants)
Jeudi 16 juin messe à 6h30 (à l’église) + Messe de funérailles : Philippe ASSIER de POMPIGNAN, Renée VESANES et Didier MOUTOUSSAMY + Gentil ANNE MARIE SAINTE + les époux Valentin CORIDON et enfants
décédés, + Gérard et Rosana VICTORIN, + les époux Léon
et Cécile VESANES + action de grâces (Kenny)
Vendredi 17 juin messe à 18h30 (à l’église) + Joseph et Daniel MARTIAL, + Edgard SCARON + action de grâces (les
petits enfants de Fernande) et pour Henriette
Samedi 18 juin messe à 18h00 + époux Rémy AMALIR, Marie-Rose et Josiane, + Joël, Romuld et Ildephonse ISIDORE, + Avit CABANNAIS, + Angélo ROGATIEN, + Annette ROSÉLIE + action de grâce (Jeanne) + action de
grâce (Albéric, Jessica et leurs enfants)
11 DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
13 juin - Saint Antoine
Saint Antoine était né à Lisbonne, en 1195,
de la famille glorieuse de Godefroy de
Bouillon premier roi de Jérusalem, dont une
branche s'était implantée en Portugal. A
quinze ans, il entra dans l'Ordre des Chanoines réguliers de Saint-Augustin. Un jour
qu'il était retenu à l'infirmerie du couvent
par les devoirs de sa charge, il eut, au moment de l'élévation de la Messe, un ardent
désir de voir le Sauveur, et il se mit à genoux: ô merveille! Les murs de l'église s'entr'ouvrent et lui laissent voir l'autel, où il
adore ravi, la sainte Victime. Cependant
Antoine était appelé de Dieu à devenir disciple de saint François; il sentit le premier
appel à la vue de cinq religieux franciscains
s'embarquant pour les missions d'Afrique;
l'appel fut définitif, quand, quelques mois
plus tard, les reliques de ces cinq religieux,
devenus martyrs de la foi, furent apportées
providentiellement au monastère où il vivait. Antoine se sentit dès lors irrésistiblement entraîné vers un Ordre où il pourrait
donner son sang pour Jésus-Christ. Il arriva
en Italie avant la mort de saint François.Placé à la cuisine d'un couvent, il fut un
jour appelé par son supérieur pour prêcher,
sans préparation, à la communauté. Il
commença simplement; mais bientôt il
s'éleva à une telle hauteur de doctrine et
d'éloquence, qu'il émerveilla toute l'assemblée. L'Esprit-Saint, qui transforma les
Apôtres, avait rempli l'humble Antoine. Dès
lors il occupe les grandes charges de
l'Ordre, il évangélise les villes et les campagnes, enseigne dans les universités de
Montpellier, de Toulouse, de Bologne et de
Padoue. Par ses prédications accompagnées
de prodiges, il mérite le surnom de Marteau
des hérétiques. Parmi les innombrables miracles de ce grand Thaumaturge, remarquons ceux qui suivent. Son père avait été
injustement condamné à mort, à Lisbonne,
pour un meurtre qu'il n'avait pas commis.
L'esprit de Dieu transporta Antoine en son
pays natal; il alla tirer le mort de sa tombe
et lui fit proclamer l'innocence de l'accusé.
A la même heure, Antoine, de retour à Padoue, se rendait à l'office où la cloche appelait les religieux. Saint Antoine est célèbre par l'apparition de l'Enfant Jésus, qui
vint un jour Se mettre entre ses bras. On
l'invoque avec succès pour retrouver les
objets perdus.
PAGE 4
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
375 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler