close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

bulletin 36 – … sur la terre comme au Ciel…

IntégréTéléchargement
Bulletin
de San Damiano Media
N° 36
… sur la terre
comme au Ciel...
Notre Père
Le Seigneur veut
que sa volonté soit
faite sur terre
comme au Ciel.
Au Ciel point de
désordre. Ici bas,
c’est la confusion
et le chaos. Pourquoi Dieu ne vientil pas mettre de
l’ordre dans ce
monde ?
Voilà la pierre d’
achoppement de
bien des athées.
A CE PROPOS...
Quand la doctrine éclaire les messages de San Damiano
Lutter contre le chaos. Cela devrait
être la vocation de nos politiques. Le
rôle d’une doctrine sociale de l’Église est
de proposer des directions de réflexion
pour que règne une justice de charité
dans la société. Saint Ambroise a été un
précurseur dans ce domaine (voir p 10 et
suiv.).
NOTRE CITÉ : LE CIEL
Mais si nous en restons à ce niveau,
nous ne progressons
pas, car c’est le Ciel
qui est notre destinée.
Tout le message de
l’Évangile, comme celui
de la Sainte Vierge, à
San Damiano, est tendu vers ce but:
La Vierge au Manteau Hans Von Tübingen (1430)
TÉMOIGNAGE
Quant offrir créa un
évêque…
p4
3e trimestre 2008
MESSAGE
Heureux sur cette terre
et au ciel
p6
Pour nous, notre cité
se trouve dans les
cieux (Ph 3, 20), dit l’apôtre des nations.
L’auteur de la lettre
aux Hébreux précise :
Pour aller à la rencontre du Christ, sortons en dehors de l’enceinte, en portant la
même humiliation que
lui. Car la cité que
nous avons ici-bas
n’est pas définitive :
nous attendons la cité
SOCIÉTÉ
L’année Saint Paul,
rencontrons Paul VI p 9
future (He 13, 13-14).
Et notre Mère du Ciel, à San Damiano, comme en écho à la parole de Dieu
répète dans son message : Quand viendra cette heure où votre Maman du Ciel
vous ouvrira les portes du Paradis, et que
vous verrez de vos propres yeux la lumière brillante de l’Amour de votre maman du Ciel, vous aurez une très grande
félicité (SD 5 avril 1968).
LA « BIGOTERIE »...
Mais en attendant, ici-bas, c’est un
désordre affligeant. Le chrétien sent la
tâche trop grande. La tentation est forte
de chercher un refuge, de croire aux
solutions miracles « descendues du ciel »
comme par magie, en un mot, d’en rester au niveau de la « bigoterie ». Car le
bigot aura tendance à se réfugier dans
une certaine « bulle » spirituelle, une
spiritualité superficielle. Le bigot sait
quelque chose du Ciel et il veut le transposer sur terre, nous dit Mgr Dubost (Le
Notre Père ; DDB, 2007) ; c’est l’homme des
émotions, des belles images, des sensations, de l’ambiance, il est plein de bonnes intentions, de beaux chants, de
beaux sentiments, nous pourrions ajouter que c’est l’homme des rituels, des
pèlerinages tous azimut, du rosaire machinal, à la chaîne ; mais quand arrive
l’épreuve, c’est le découragement, tout s’effondre.
NOS MODÈLES
Saint Ambroise
de Milan
p 10
PETITE HISTOIRE
Marie, exorciste par
excellence
p16
1
A CE PROPOS…
PROPOS Quand la doctrine
éclaire le message
Sur la route d’Emmaüs il y avait deux « bigots »
qui se lamentaient ainsi, continue l’évêque d’Evry: « Cet homme (Jésus) était puissant en œuvre
et en parole devant Dieu et tout le peuple… nos
grands prêtres et nos chefs l'ont livré pour être
condamné à mort et l'ont crucifié. Et nous, nous
espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël…
» (Luc 24, 19-21). La tentation est d’en rester au dépit, au constat d’impuissance… ou de retourner
dans sa bulle. Ils quittent Jérusalem comme s’Ils
partaient de la compagnie des hommes pour rester
avec leurs chimères. Or sur la route, voici quelqu’un qui leur parle. Tout ce qu’ils lui répondent
est vrai, mais rien de ce qu’ils ont vécu n’a réussi
à faire crever leur bulle (Mgr Dubost Le Notre Père).
On ne peut sortir de la « bigoterie », de cette superficialité religieuse, comme l’ont expérimenté
les pèlerins d’Emmaüs, qu’au travers d’une rencontre personnelle avec Jésus : « Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent... mais il avait disparu de
devant eux » (Luc 24, 31).
Dès que l’on rencontre le Christ, il disparaît…
2
Les Pèlerins d’Emmaüs
Le Caravage
Après le temps de l’enthousiasme, il y a le temps de
la nuit des sens comme la décrit saint Jean de la
Croix. Celui qui est face au soleil ne voit plus rien, il
est aveuglé par une trop grande lumière. Ainsi en estil de cette nuit de la foi : bien souvent l’âme ne voit
ACCEPTER LE SILENCE DE DIEU
plus rien, ne ressent plus rien, parce qu’elle est dans
Peu de temps auparavant, à Marie-Madeleine, Jésus
cette trop grande lumière. Parce que tu me vois, tu
avait dit : Ne me retiens pas, car je vais vers le Père.
crois. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru (Jn 20,
Jésus s’est montré un temps dans sa
29), avait dit Jésus à Thomas.
gloire pour affermir la foi des disciDès que l’on
Il en est de même du silence ; après
ples mais il remonte vers le Père et
rencontre le Christ, avoir parlé, donné des signes, Dieu ne
demande qu’on entre dans le temps
parle plus. Il faut aussi accepter ce siil disparaît…
de la foi. Le temps de l’absence de
lence de la foi. C’est aussi de ce silence
sensations, le temps de la nuit de
dont parle la Madone lorsqu’elle dit
l’âme qui est souvent douloureuse.
« Offrez, souffrez, aimez et faites silence ». Entrer
Nous avons fréquemment vécu cette expérience, en
dans le silence de la foi permet de s’éloigner de la tentant que pèlerins de San Damiano : il y a le temps de
tation de « bigoterie ». Dieu n’est pas absent de nos
la découverte enthousiasmante, notre prière était invie, de nos chaos. Dieu est présent dans l’histoire des
tense au Jardin de Paradis, nous avions le sentiment
hommes, seule la foi nous permet de le discerner.
que Marie était là pour remplir notre cœur. Certains
MARIE, EN SON JARDIN DE PARADIS
ont même été gratifiés de signes. Nous pourrions dire
EST MANDATÉE PAR LE PÈRE
avec les pèlerins d’Emmaüs : Notre cœur n’était-il pas
brûlant en nous quand il nous parlait sur le chemin (Luc
Il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié, et,
24, 32) ?
dans ce jardin, un tombeau neuf, dans lequel perD’ailleurs, à San Damiano la Vierge annonce : Ausonne n'avait encore été mis (Jn 19, 41)… Marie de Magjourd’hui Je suis venue avec mon Fils Jésus au très
dala court et vient trouver Simon-Pierre, ainsi que
saint sacrement pour mettre le feu à vos cœurs et les
l'autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit :
enflammer d’amour (SD 14 avril 1967).
"On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons
Pour illustrer cela, voici l’histoire d’un moine de nos
pas où on l'a mis." (Jn 20, 2).
connaissances.
Saint Grégoire dira : Le crime du genre humain est
Après une vie désordonnée, il glissait lentement vers
effacé dans les mêmes circonstances où il a été comle désespoir et le suicide. Sa sœur lui offre un voyage
mis, c'est dans un jardin que la femme a communià San Damiano qu’il accepte comme une distraction.
qué la mort à l'homme, c'est en sortant du jardin
Là-bas, il tombe à genoux et des larmes l’envahissent.
d'un sépulcre qu'une femme vient annoncer la vie aux
Il ressent au fond du cœur une grande plénitude, un
hommes, et celle qui s'était rendu l'organe des paroles
sentiment indescriptible dira-t-il. Revenu dans son
de mort du serpent, rapporte aujourd'hui les paroles du
milieu il rechute dans sa vie absurde de péchés, mais
souverain auteur de la vie (St Thomas Catena Aurea).
il en ressent immédiatement une sensation de vide
intérieur, aussi grande qu’avait été cette plénitude.
Cette fois-là il sait qu’il est dans le vide et il sait de
quoi il est vide, car ce vide avait été rempli de ce bonheur de l’âme vécu au Jardin de Paradis. Très vite il
se ressaisit et n’a de cesse de rechercher la voie que
lui réserve le Seigneur. Il entrera au monastère quatre
2
ans plus tard.
Il y a donc une analogie entre le Jardin d’Eden et le
Jardin de Joseph d’Arimathie, le jardin de l’ensevelissement et de la Résurrection. Et cette analogie nous
frappe tout particulièrement puisque Marie, à San
Damiano, a choisi justement un jardin pour manifester sa présence et cheminer parmi les hommes de
ce temps : le Jardin de Paradis.
Voici ce qu’Elle en dit :
Ce lieu, consacré par le Père Eternel le 25 de ce
mois sera (source) de grande joie et de grand réconfort
pour tous. En ce lieu Je répandrai tant de grâces, tant
d’aide et tant de réconfort pour tous ceux qui recourent
à Moi (SD 31 mars 1967).
Face au chaos, à l’iniquité incessante, 2000 ans
après avoir envoyé son Fils parmi les hommes, le Père
Eternel qui n’a cessé d’envoyer ses
prophètes : les Saints ; les Pères de
l’Église comme Ambroise (p 10 et suiv.) ;
les Docteurs de l’Église; les Martyrs ; à
la fin, il envoie son Épouse, Marie, la
Mère de l’Église, en divers lieux : le
Laus, la Médaille Miraculeuse, Lourdes, Fatima etc.
Et pourtant, l’injustice et la cruauté des hommes
sont toujours plus violentes. La Volonté du Père estelle accomplie sur la terre comme au Ciel ? Depuis
Fatima, les guerres les plus cruelles, les persécutions
les plus horribles n’ont cessé de se succéder à tel
point que l’on compte plus de fidèles massacrés pour
leur foi dans ce dernier siècle, que dans les dix neuf
précédents. Dieu qui a tant fait depuis 20 siècles
pour son humanité ne ferait plus rien, n’aurait plus
les moyens ni les solutions pour faire réfléchir les
hommes de notre temps ? On serait tenté de crier
avec le psalmiste : ... Seigneur, Dieu qui venges ! Révèle-toi, Dieu qui venges ! Lève-toi, juge de la terre,
rends leur dû aux orgueilleux. Pour combien de temps,
Seigneur, ces impies ? Combien de temps les impies
vont-ils triompher (PS 94, 1-3) ?
Le Seigneur est toujours revenu vers l’humanité
En effet le Catéchisme de l’Eglise Catholique le précise : S’il ne nous appartient pas de connaître les
temps et les moments que le Père a fixé de sa seule
autorité (Ac 1, 7), cet avènement eschatologique peut
s’accomplir à tout moment, même s’il est « retenu », lui
et l’épreuve finale qui le précèdera (CEC 673).
L’ÉPREUVE FINALE
L’épreuve finale dont il est question se réfère aux
paroles de saint Paul :
Avant le jour du Seigneur, doit venir l'apostasie et
se révéler l'Homme impie, l'Etre perdu, l'Adversaire,
celui qui s'élève au-dessus de tout ce qui porte le nom
de Dieu ou reçoit un culte, allant jusqu'à s'asseoir en
personne dans le sanctuaire de Dieu, se produisant
lui-même comme Dieu. (…)
Sa venue à lui, l'Impie, aura été marquée, par l'influence de Satan, de toute
espèce d'œuvres de puissance, de signes
et de prodiges mensongers, comme de
toutes les tromperies du mal, à l'adresse
de ceux qui sont voués à la perdition
pour n'avoir pas accueilli l'amour de la
vérité qui leur aurait valu d'être sauvés (2
Thess 2, 3-11). Ne vivons-nous pas ce temps d’apostasie?
Marie à San Damiano alerte souvent ses enfants sur
ces « jours de colère » car le Seigneur anéantira l’impie « par la manifestation de sa venue » :
Quand viendra ce jour où le Ciel et la terre s’ouvriront, ce sera un combat terrible d’angoisse et de
pleurs. Le tonnerre et les éclairs feront grand fracas (SD
Vous verrez le
Ciel ouvert
22 novembre 1967).
Saint Paul continue son exhortation aux Thessaloniciens en portant son regard sur les croyants qui sont
« destinés à être sauvés ».
Nous devons, quant à nous, rendre grâce à Dieu à
tout moment à votre sujet, frères aimés du Seigneur,
parce que Dieu vous a choisis dès le commencement
pour être sauvés par l'Esprit qui sanctifie et la foi en la
vérité : c'est à quoi il vous a appelés par notre Evangile, pour que vous entriez en possession de la
gloire de notre Seigneur Jésus Christ (2 Thess 2, 1315).
Marie, dans le même message et comme en parallèle, apporte les mêmes paroles de réconfort :
Mais quand sera terminée cette calamité et que vous
verrez le Ciel ouvert, ce sera pour vous une joie immense et vous ne pourrez jamais comprendre la beauté, la grandeur, la bonté, la miséricorde de Dieu (SD 22
novembre 1967).
comme une mère sans cesse à la recherche de ses
enfants, ainsi que l’exprimait Jésus :
"Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux
qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses poussins sous ses ailes... et vous n'avez
pas voulu ! Voici que votre maison va vous être laissée
déserte. Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me
verrez plus, jusqu'à ce que vous disiez : Béni soit Celui
qui vient au Nom du Seigneur !" (Matt 23, 37-39).
Le Ciel sur la terre, ce sera réellement, comme nous
le promet le Seigneur, le jour de son avènement, lorsque tous béniront le nom de Jésus.
La Sainte Vierge continue pour expliquer son programme : faire venir le Ciel sur la terre :
Le Père, le Fils et l’Esprit Saint font cheminer
sur la terre la Mère de tous parce qu’Elle veut sauver ses fils, Elle les aime d’un si grand amour. Le Père
Éternel a donné tout pouvoir à son épouse pour
accomplir une grande mission sur cette terre et pour
préparer tous ses fils avec un coeur pur, plein d’amour,
de reconnaissance, d’affection envers leur Maman Céleste et pour enflammer tous les cœurs pour la venue du Roi universel sur cette terre (SD 22 novembre 1967).
Plus que jamais, l’humanité est dans l’immanence
de ce retour. Le père Éternel envoie son épouse sur
terre pour le préparer. ■
Jean-Romain Fabrikant
3
3
TÉMOIGNAGE
4
Mgr Guillaume Emmanuel
von Ketteler*
1811-1877),
évêque de Mayence
Quand « offrir »
créa un évêque
Si on offre (ainsi que la Sainte Vierge le demande à San Damiano), que se passe-t-il ?
Le témoignage de Mgr von Ketteler nous éclaire. Jeune homme, il rêvait d'estime et de fortune puis se
convertit et devient prêtre. Il découvrira plus tard que ces choix de vie ne furent pas le fruit de sa seule volonté. Une âme quelque part, sans le savoir, priait et offrait tout ce qu’elle pouvait offrir, pour lui.
Cette histoire témoigne de la puissance de la prière d’intercession.
« Tout ce que j’ai réussi avec l’aide de Dieu, je le
ment extraordinaire ; profondément bouleversé par
dois à la prière et au sacrifice d’une personne qui ce qui m’arrive, je décide dès lors de me consacrer
m’est inconnue, témoigne l’évêque de Mayence. Je totalement à Dieu en devenant prêtre.
peux affirmer que quelqu’un a offert à Dieu sa vie
Je me retire d’abord dans un monastère pour des
en sacrifice pour moi, et je lui suis redevable d’être exercices spirituels et, à 30 ans, je commence les
devenu prêtre. »
études de théologie. »
UN JEUNE HOMME AMBITIEUX
RENCONTRE AVEC L’AUTEUR DE SA CONVERSION
« Initialement, je ne me sentais pas destiné à devenir prêtre. Ayant obtenu mon diplôme d’État en
Bien plus tard, Mgr Ketteler visite un couvent de
droit, je n’aspirais qu’à une carrière importante religieuses dans la ville voisine et célèbre la messe
dans le monde pour obtenir honneur, estime et pour elles dans la chapelle. Au moment de la comfortune. Un événement extraordinaire me force à munion, son regard se fixe sur une sœur. Devenu
suivre une autre voie. »
blême, il reste immobile, puis, se ressaisissant, lui
donne aussi l’Eucharistie. La sœur
UNE VISION QUI CONVERTIT
ne s’aperçoit de rien et reste pieu« Un soir, dans ma chambre, alors
sement à genoux.
que je m’abandonne à mes songes
Tout ce que j’ai réus- Après la messe, Mgr Ketteler deambitieux, je ne sais pas ce qui se
si avec l’aide de Dieu, mande à la supérieure de lui prépasse, si je suis éveillé ou endormi :
senter toutes les sœurs de la comje le dois à la prière
Ce que je vois est-il réel ou s’agit-il
munauté. Il les salue en les obserd’un rêve ? Je ne sais qu’une chose :
et au sacrifice d’une
vant mais ne trouve pas celle qu’il
je vois ce qui fut ensuite la cause du
cherche. Il demande alors tout bas
personne
qui
m’est
revirement de ma vie.
à la supérieure : « Est-ce que touTrès clairement, le Christ m’apparaît
inconnue.
tes les sœurs sont ici ? » Du redans un nuage de lumière au-dessus
gard, elle inspecte sa communauté
de moi, me montrant son Cœur Sacré.
et dit : « Excellence, je les ai fait
Devant lui, est agenouillée une sœur
toutes appeler, mais effectivement il en manque
qui lève les mains en position d’imploration. De la
une ».
bouche de Jésus, j’entends ces paroles : Elle prie
— Pourquoi n’est-elle pas venue ?
sans cesse pour toi ! Je vois nettement l’image de
— Elle s’occupe de l’étable et d’une façon tellela sœur, son visage
ment exemplaire, que dans son zèle, elle oublie
s’est imprimé en moi, à
parfois les autres choses.
tel point qu’aujourdJe désire la connaître, insiste l’évêque.
’hui encore, elle est
Quelque temps après, la sœur arrive. Il pâlit de
devant mes yeux. Elle
nouveau et après avoir adressé quelques paroles à
a l’apparence d’une
la communauté, demande qu’on le laisse seul avec
simple sœur converse.
elle.
Son habit est pauvre et
— Est-ce que vous me connaissez ? Dit-il.
grossier, ses mains,
— Je n’ai jamais vu votre Excellence.
rougies et calleuses,
— Avez-vous prié ou fait l’offrande de bonnes accomme par un travail
tions pour moi ?
rude. Est-ce un rêve
— Je n’en ai pas conscience, parce que j’ignorais
ou non ?
l’existence de votre Excellence.
Quoi qu’il en soit, pour
L’évêque reste immobile et silencieux pendant
moi c’est un évènequelques instants, puis il reprend ses questions :
Mgr Guillaume Emmanuel
« Quelle est la dévotion que vous aimez pratiquer le
Von Ketteler
plus ? »
4
TÉMOIGNAGE
— La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.
TOUT ME VIENT DE LA GRÂCE DE LA
— Il paraît que vous accomplissez la tâche la
PRIÈRE ET DU SACRIFICE D’UNE
plus dure du monastère.
PAUVRE SERVANTE
— Oh non, Excellence, certes je reconnais
Mgr Ketteler, profondément bouleversé, confiera
qu’elle me répugne parfois.
plus tard : « Maintenant, j’ai trouvé celle à qui je
— Que faites-vous quand vous vous voyez as- dois ma vocation. C’est la dernière et la plus pausaillie de tentations ?
vre sœur converse d’un couvent. Dieu, par antici— J’ai pris l’habitude d’accomplir par amour de
pation, avait accueilli sa prière et
Dieu avec joie et zèle, toute besogne
avait prévu que le jour de sa naisDieu, par
qui me coûte. Et j’en fais l’offrande
sance coïnciderait avec le jour de ma
pour une âme sur cette terre. Il reanticipation,
conversion. Par la suite, Dieu a acvient au bon Dieu de choisir qui secueilli les prières et les bonnes œuavait
accueilli
sa
ra le bénéficiaire de sa grâce, je ne
vres de cette soeur. Quel enseigneprière et avait
veux pas le savoir. Dans la même
ment et quel avertissement pour moi !
intention, je lui offre chaque soir
prévu que le jour
Si jamais je pouvais être tenté de m’el’heure de l’adoration du Saintnorgueillir pour certains succès ou
de sa
Sacrement de huit à neuf heures.
pour mes œuvres devant les hommes,
— Et comment vous est venue l’idée
naissance coïnje devrais me souvenir que tout me
d’offrir tout cela pour une âme ?
vient de la grâce de la prière et du
ciderait avec le
— C’est une habitude que j’avais
sacrifice d’une pauvre servante qui
jour de ma
déjà quand je vivais encore dans le
travaille dans l’étable d’un couvent.
monde. À l’école, M. le curé nous
conversion
Et si un travail insignifiant me paraît
avait appris qu’il fallait prier pour les
avoir peu de valeur, je dois penser
autres comme on le fait pour sa faque ce que cette pauvre servante,
mille. En outre il disait : Il faut beaucoup prier pour dans l’obéissance humble à Dieu, fait et offre en
les âmes en danger de perdition. Mais comme Dieu sacrifice avec abnégation, a une telle valeur en
seul sait qui en a particulièrement besoin, le mieux face de Dieu qu’en réalité, toutes ses œuvres ont
est d’offrir les prières au Cœur Sacré de Jésus, en valu un évêque à l’Église. »
■
faisant confiance en sa sagesse et en sa providence. C’est ce que j’ai fait, et j’ai toujours pensé
que Dieu trouverait l’âme appropriée.
I n i t i a t i v e p r i è r e
— Quel âge avez-vous ? demande Ketteler.
— Trente-trois ans, votre Excellence »
Troublé, l’évêque s’interrompt un instant, puis
demande : « Quelle est la date de votre naissance ? » La sœur indique le jour et l’évêque
pousse une exclamation : C’était précisément le
Comme nous l’écrijour de sa propre conversion ! Ce jour-là, il l’avait
vions dans le Bulletin
précédent, le préfet de
vu exactement telle qu’elle se présentait devant lui
la Congrégation pour
à cet instant même.
le clergé, (Le cardinal
— Ne savez-vous pas si vos prières et vos sacrifiC. Hummes), annonces ont été exaucés ?
çait le 5 janvier dernier,
— Non, votre Excellence
un mouvement mon— Ne souhaiteriez-vous pas le savoir ?
dial d’adoration eu— Le bon Dieu sait quand il se fait quelque
charistique pour les
bien, cela est suffisant.
prêtres. Il invitait à
L’évêque bouleversé dit : « Pour l’amour de Dieu,
ouvrir ce qu'il appelle
continuez votre œuvre ! » La sœur s’agenouille dedes «cénacles euchavant lui et demande sa bénédiction.
ristiques», et à susciter
L’évêque dit solennellement : « De par mes pouun grand mouvement
voirs épiscopaux, je bénis votre âme, vos mains et
de prière et d’adoration
le travail qu’elles accomplissent, je bénis vos prièperpétuelle pour tous
res et vos sacrifices, votre abnégation et votre
les
prêtres
et
pour
leur
sanctification.
»
obéissance. Je vous bénis tout spécialement pour
Que cette belle histoire nous aide à rebondir sur cette entrevotre dernière heure et prie Dieu qu’Il vous assiste
prise,
à nous consacrer encore plus à la prière pour les prêtres,
et vous console. » - Amen répond tranquillement la
car
c’est
une demande pressante de Notre Dame à San Damiasoeur qui prend congé.
no :
“
”
Mouvement mondial d’adoration
eucharistique pour les prêtres
*Mgr Ketteler est un personnage marquant de l’épiscopat allemand du XIXe siècle et une des figures les
plus importantes parmi les fondateurs de la sociologie
catholique et à l’origine de multiples œuvres de charité.
Source : D’après le site de la Congrégation du Clergé,
http://www.clerus.org/clerus/dati/2008-01/23-13/
Adoration.html
« Priez, priez pour mes fils de prédilection… qu’ils suivent
Jésus sur le chemin du calvaire, car à côté de Lui ils ne trembleront pas, mais seront toujours plus élevés vers la sainteté. Jésus
les veut saints ; et si eux le sont, tous les enfants que Dieu leur a
confiés seront saints eux aussi. » (SD 9 août 1968).
« Vous devez sauver tous les fils d’ici-bas. Si vous êtes saints,
saints seront ceux qui vous entourent, parce qu’ils vous imiteront
et vous suivront sur le chemin du Ciel. » (SD 18 octobre 1968).
5
5
Message de la Maman Céleste
à Rosa di Gesù-Maria.
San Damiano, le 7 février 1970,
premier samedi du mois
1
2
3
6
Heureux sur cette terre
et au Ciel
Mes petits enfants, J’éprouve tant de joie1 aujourd’hui ! Je suis ici avec tous
les Anges et les Saints, et avec beaucoup de consacrés. Je suis allée les chercher au Purgatoire, grâce aux nombreuses messes que mon « Instrument » a
fait célébrer pour eux. Ils y étaient, parce qu’ils avaient abandonné leur messe,
sans le savoir2 ; mais grâce à ces messes offertes, J’en ai sauvé beaucoup.
Je suis ici avec tous. Il y a aussi le Père Éternel, qui bénit, anime, éclaire. Il y
a là devant, beaucoup de consacrés, même de haut grade, qui écoutent ma
parole de Mère3. Je suis la Reine des Apôtres ; Je suis la Mère de l’Église. Et
c’est vous-même, mes fils de prédilection qui M’avez dédié ce titre de «Mère de
l’Église4 »… Je suis la Reine des Apôtres, Je suis la Mère de mes fils de prédilection que J’aime tant ! Je voudrais que tous les jours, ils soient tout autour
de Moi, qu’ils aient la foi pour me comprendre, parce que Jésus vous a donné
l’intelligence et la science pour comprendre5. Il vous a donné l’amour6.
Vous êtes les frères de Mon Fils Jésus... ! Vous avez lu ce que dit l’Évangile7? Le Père Éternel M’a envoyée en ce lieu, parce qu’il y a tant de boue dans le
monde ; Il M’envoie sur la terre pour sauver tous mes enfants, les bons comme
les méchants… parce que j’aime tous mes enfants, Je veux vous donner la
consolation, la paix, le pardon ; et Je répands tant de grâces en ce jour, pour
tous ! Et J’ai délivré tant, tant d’âmes qui prient pour vous, qui implorent pour
vous grâces, miséricorde, et pardon.
1 La notion de joie, de bonheur est
relevée sept fois dans le texte (n°
1, 4, 5, 5, 5, 8, 9).
2 Le sens de cette phrase est double : delle messe peut signifier
quelques messes. Omission qui
serait de peu d’importance selon une certaine tournure du
texte. Mais l’utilisation du verbe
« abandonner » dénonce un péché de désertion face à la mission du prêtre qui est au centre
du mystère de la messe. Il y a
tant
de
prêtres
qui
« abandonnent » la messe « sans
le vouloir » car ils sont envahis
par les tâches les plus diverses
et en perdent le centre de leur
vocation. Or le Pape Benoît XVI,
affirme que C’est précisément
dans l’Eucharistie que réside le
secret de la sanctification du
prêtre qui doit être avant tout un
adorateur et un contemplatif de
l’Eucharistie (18 sept. 2005).
3 Tout se passe comme si des prêtres ont voulu venir incognito et
Marie, non seulement révèle
leur présence, mais entame un
discours qui leur est adressé
autant qu’à nous.
4 Titre proclamé le 8 décembre
1964 par Paul VI dont il est
aussi question dans le message. Cela s’est donc passé sept
semaines après la première apparition du 16 oct. 1964 où Marie se présentait déjà en Mère
de l’Église.
5 La foi doit être nourrie par une
connaissance et une recherche.
Notre Saint Père lors de son
discours de Ratisbonne affirmait : La foi de l'Église s'est toujours tenue à la conviction qu'entre Dieu et nous, entre son Esprit créateur éternel et notre raison créée, il existe une vraie
analogie dans laquelle les dissemblances sont certes assurément plus grandes que les ressemblances, mais toutefois pas
au point d'abolir l'analogie et
son langage. Il y a un lien entre
l’Esprit de Dieu et la raison humaine qui est faite à son image,
frêle miroir du Ciel et du divin.
La foi est « du cœur », mais
aussi « de la raison », elle transcende la terre par le Ciel :
La foi et la raison sont comme
deux ailes qui permettent à l'esprit humain de s'élever vers la
Figliuoli miei, tanta gioia provo oggi... Io
sono qua con tutti gli Angeli e (i) Santi e con
tanti consacrati. Sono andata a prenderli nel
Purgatorio per tante Messe che ha fatto
celebrare il mio strumento per tanti
consacrati in Purgatorio perche avevano
abbandonato, senza saperlo, delle Messe,
ma con il suffragio tanti ho portati in salvo.
Io sono qua (con) tutti. C’é anche l’Eterno
Padre che benedice, ispira, illumina...! Ho
qua davanti tanti consacrati... anche di alti
gradi... che ascoltano la mia parola di Madre.
Io sono la Regina degli Apostoli, la Madre
della Chiesa.... che siete stati voi, figli miei
prediletti, a dedicare questo... a essere
Madre della Chiesa Me... Io sono la Regina
degli apostoli, sono Madre dei miei prediletti
che tanto amo... tanto, tanto... Vorrei che tutti
I giorni siano (fossero) circondati (attorno) a
Me, aver (avessero) la fede di capirmi,
perché Gesù ha dato a voi (prediletti)
un’intelligenza, una scienza per capire...! Vi
ha dato l’amore...!
Voi siete fratelli del mio figlio Gesù...!
Avete letto il Vangelo (che) cosa dice?
L’Eterno Padre mi ha mandato in questo
luogo perché c’e tanto fango nel mondo...! Mi
manda sulla terra per salvare i miei figli tutti,
come i buoni, come i cattivi... perché Io amo
tutti i miei figli, voglio dare a voi
consolazione, pace, perdono e tante grazie
spargo in questo giorno per tutti e tante
anime ho liberato, tante, tante... che pregano
per voi, che intercedono per voi grazie,
misericordia é perdono...!
contemplation de la vérité (JP II
Fides et Ratio 1998). La lecture des
messages de San Damiano doit
être elle aussi nourrie de méditation et de recherche et non en
diagonale.
6 Une prière que conseillait souvent Rosa : Demandez l’intelligence pour aimer et l’amour
pour comprendre (cf commentaires du
père Francesco Bocci dans San Damiano :
Témoin de Vérité. Ed San Damiano Media ;
2000).
7 La référence de Marie est l’Évangile. Nous devons aussi, dans
notre recherche, nous rapporter
toujours à la parole de Dieu.
Tout phénomène charismatique
doit être examiné à cette lumière qui est la clé du discernement. Jésus sur la croix dit au
disciple : "Voici ta mère" (Jn 19,
27), faisant de tous les disciples,
ses propres frères. C’est la justification de l’envoi par le Père
Eternel, de Marie sur terre pour
rassembler ses enfants dans la
foi.
6
4
5
6
7
8
Soyez forts, mes enfants, soyez forts dans la foi, et demandez pitié et miséricorde au Père Eternel afin qu’Il fasse miséricorde à mes enfants d’ici-bas. Je
suis ici avec vous, mes enfants, et ma joie est si grande de voir que tant de mes
fils ont écouté Mon invitation de Mère ! J’AI ENVOYÈ TOUS LES ANGES GARDIENS, ÈCLAIRER MES ENFANTS DU MONDE, POUR QU’ILS VIENNENT À
MES PIEDS8, afin que Je les console, les enrichisse de grâces, d’amour pour
Moi, et pour mon Fils Jésus. Il est tout flagellé par tant de graves péchés et tant de
sacrilèges qui se font dans le monde !
Demandez pardon, mes petits enfants, pour vous et pour tous ; pour ceux qui
ne veulent pas Me connaître, pour ceux qui ne veulent pas M’aimer, qui ne veulent
pas Me reconnaître pour Mère, pour Reine, Mère de l’univers, Mère de tous Mes
fils, que Je couvre tous de mon manteau et que Je veux tous étreindre contre Moi.
Je veux que votre vie soit heureuse, sereine, mais avec Jésus ! Toujours joyeux,
mais sans pécher, Mes petits enfants ! Il faut avoir la joie, mais la joie avec Jésus
et avec Moi9… Avec le Rosaire dans les mains, Mes petits enfants, avec Jésus
dans le cœur, vous serez prêts à tout accepter, tout ce qui arrivera.
Je vous donnerai force et courage pour vaincre les tentations, car le Démon
fait tant de carnage dans le monde parmi mes fils. Mais avec ma puissance, avec
Saint Michel muni de son épée, avec tous les Anges et les Saints du Ciel, qui interviendront sur cette terre pour faire la bataille contre Satan, ET MOI, DE MES
PIEDS, J’ÈCRASERAI SATAN, ET VOUS METTRAI TOUS HORS DE DANGER !
Soyez forts, mes petits enfants, donnez-Moi tous vos cœurs, tout votre esprit,
tous vos péchés, tout vous-même10… car Je suis votre Mère aimante, qui pardonne !
Mes petits enfants, Je vous aime tellement, tellement, d’un grand amour! J’ai
tellement pitié de vous ! Aussi, demandez pitié et miséricorde. Je vous soulagerai
de toutes vos peines11, Je convertirai beaucoup de pécheurs, et sauverai tant d’âmes. Je vous ai assisté le long de la route avec vos prières de joie et d’amour et
Je vous suivais avec les Anges et les Saints.
8 Le transcripteur a souligné ces
paroles, sans doute pour signifier que la voix de Rosa s’est fait
particulièrement nette et forte à
ce moment. Cela nous permet
de mesurer l’importance de la
démarche du pèlerin qui ressent en lui l’appel de Marie
vers San Damiano. Le pèlerinage est une tradition qui remonte à Abraham qui, à l’appel
de Dieu, quitta tout pour se
rendre en terre promise. C’est
une démarche d’abandon des
choses de la terre pour privilégier les choses du Ciel. Ainsi en
devrait-il être pour chaque pèlerin de San Damiano.
9 Dieu ne cesse d'attirer l'homme
vers Lui, et ce n'est qu'en Dieu
que l'homme trouvera la vérité et
le bonheur qu'il ne cesse de
chercher (CEC n°27). L'ami de
l'époux qui se tient là et qui l'entend, est ravi de joie à la voix de
l'époux. Telle est ma joie, et elle
est complète (Jean 3,29).
10 Jésus demande un choix radical: pour acquérir le Royaume, il
faut tout donner; les paroles ne
suffisent pas, il faut des actes
(CEC n° 546).
11 -Angustie, peut signifier : les
peines ; les misères ; l’anxiété ;
les détresses. L’angoisse est
l’obstacle qui empêche la joie.
Marie nous promet de nous en
délivrer, cependant il est possible que la matérialité de ces
peines persiste. C’est plutôt l’abondance de joies spirituelles
qu’elle nous promet qui devrait
remplacer l’accaparement de
notre esprit par ces soucis,
comme le suggère st Augustin :
Si la doctrine spirituelle qui proclame la Trinité du Dieu créateur, ne répand pas dans l'âme
la consolation et la joie, l'homme
est en proie à de grandes angoisses, et il est comme accablé
par les chagrins de cette vie (St.
Augustin. Quest. évang., 2, 21).
Siate forti figli miei, siate forti nella fede e
chiedete pietà e misericordia all’Eterno Padre
(cosi) che abbia misericordia dei miei figli di
quaggiù. Io sono qua con voi, figli miei,...
(con) tanta gioia (nel) vedere tanti miei figli
che hanno ascoltato il mio invito di Madre...!
HO MANDATO TUTTI GLI ANGELI
CUSTODI A ILLUMINARE I MIEI FIGLI DEL
MONDO A VENIRE AI MIEI PIEDI per
consolarli, per arricchirli di grazie, di amore
per Me e per il mio figlio Gesù che é tutto
flagellato da tanti gravi peccati e sacrilegi che
fanno nel mondo...!
Chiedete perdono, figlioli miei, per voi e
per tutti, per quelli che non mi vogliono
conocere, per quelli che non mi vogliono
amare, che non mi vogliono conoscere par
Madre, per Regina... Madre delluniverso,
Madre di tutti i miei figli che vi copro tutti con
il mio Manto, che vi voglio stringere a Me...!
Voglio che la vostra vita sia felice, serena...
ma con Gesù ...! Sempre allegri, ma non
peccare, figliuoli; l’allegria (ci) deve essere,
ma l’allegria con Gesù e con Me,... con il
Rosario fra le mani, figliuoli, con Gesù nel
cuore sarete pronti (ad) accettare tutto quello
che verra...!
Vi darò forza e coraggio a vincere le
tentazioni, che il demonio fa tanta strage nel
mondo sopra i miei figli, ma con la mia
potenza, con San Michele con la sua spada,
con tutti gli Angeli e i Santi del Cielo che
interverranno su questa terra a fare la
battaglia contro Satana... E IO CON I MIEl
PIEDI SCHIACCERO’ SATANA E VI
METTERO TUTTI IN SALVO...!
Siate forti, figliuoli miei, donatemi. tutti i
vostri cuori, tutta la vostra mente, tutti i vostri
peccati e tutti voi stessi... ch’Io sono la vostra
Madre amorosa di perdono...!
Figliuoli miei, tanto vi amo, ... tanto...
tanto...! di un amore grande..! Ho tanto
misericordia di voi...! Anche voi chiedete pietà
e misericordia...! Vi solleverò da tante
angustie, convertirò tanti peccatori e salverò
tante anime...! Vi ho assistito lungo la strada
con le vostre preghiere di gioia e di amore e
vi seguivo con gli Angeli e con i Santi.
-Angustie signifie aussi :
“étroitesse” ; toutes les choses
étroites de la vie, tout ce qui n’a
finalement que peu d’importance ; de tout cela Marie veut
nous libérer pour le remplacer
par son « grand amour ». Il y a
un lien entre cette libération, et
la conversion qui est nécessaire
pour chacun d’entre nous,
condition du bonheur promis
par le Ciel. Dans un autre message Elle dira : « Élargissez votre cœur ».
Tout le message donne l’atmosphère d’une grande intimité, d’un échange puissant entre le Ciel et la terre: nous
avons surligné en gras les passages qui le suggèrent.
7
7
Courage, mes petits enfants, courage ! Ne vivez que pour Jésus et pour Marie, et
ainsi vous serez heureux sur cette terre et au Ciel13. Car Si Jésus vous a mis sur
cette terre, ce n’est pas pour penser aux choses de la terre mais vous devez penser qu’un jour vous vous trouverez là-haut dans la Patrie Céleste avec les Anges et
avec les Saints13.
10
Mes fils de prédilection, devenez saints, grands saints, vite saints, car à votre
suite, vous entraînerez vers Moi beaucoup d’âmes, dans la paix et dans l’amour… !
Ils comprendront, vous aimeront ; et vous les guiderez tous14 pour l’Éternité.
9
11
Priez beaucoup, tous unis au Saint Père Paul VI. Qu’il soit fort dans le combat,
qu’il ait la force de parler clairement pour sauver tous ses fils15. Priez pour lui, priez,
mes petits enfants, priez pour lui car il en a tant besoin ! Il est sous la croix avec Jésus; il ne vit que pour Jésus et avec Jésus. Il a tant de luttes à subir, tant de persécution, tant de croix! Que de larmes il répand pour ses fils !
12
Priez, priez, priez, que tous puissent revenir repentis entre mes bras! Que vienne
le Triomphe de l’Église… et le Règne de Jésus viendra sur cette terre avec mon
Triomphe16 : avec Jésus et avec Marie votre Mère, Reine du Ciel et de la terre. Au
Nom du Père Éternel, Je vous donne une forte bénédiction, qui vous assiste dans la
vie et dans la mort. Mes fils de prédilection, cette bénédiction que Je donne au Nom
du Père Éternel, donnez-là à toutes les âmes qui s’approcheront de vous, avec beaucoup d’amour et beaucoup de douceur.
13
Au Nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit ! Amen
Coraggio, figliuoli miei, coraggio...!
Vivete solo per Gesù e Maria, (cosi) che
sarete felici in questa terra e in Cielo...
perché Gesù vi ha messo in questa
terra... non pensare per la terra, ma
dovete pensare (che) un giorno dovete
trovarvi lassù nella Patria Celeste con gli
Angeli e con i Santi...!
Figli miei prediletti, fatevi santi,
grandi santi, presto santi... che con voi
porterete tante anime a Me nella pace,
nell’amore...! Comprenderanno, vi
ameranno e voi li guiderete tutti per
l’eternità.
Pregate tanto tutti uniti al Santo
Padre Paolo VI che sia forte nel
combattimento, che abbia la forza dï
parlare chiaro per salvare tutti i suoi figli.
Pregate per lui che (ne) ha tanto
bisogno...! E’ sotto la Croce con Gesù,
vive solo per Gesù e con Gesù! Tante
lotte ha da subire ! Tante persecuzione!
Tante Croci... e tante lacrime sparge per
i suoi figli...!
Pregate, pregate, pregate che tutti
possano tornare pentiti tra le mie
braccia, che possa essere il trionfo della
Chiesa... e il Regno di Gesù verra su
questa terra con il mio trionfo e con
Gesù, con Maria vostra Madre, Regina
del Cielo e della terra. A nome
dell’Eterno Padre vi do una forte
benedizione che vi assista in vita e in
morte. Miei prediletti, questa
benedizione che Io do a none dell’Eterno
Padre datela a tutte le anime che a voi si
avvicineranno con tanto amore e con
tanta dolcezza.
In none del Padre, del Figlio e dello
Spirito Santo, Amen.
Traduction critique: San Damiano Media
12 On a déjà réfléchi dans ces
lignes, sur la paroles de Marie
à Bernadette : « Je ne vous
promets pas d’être heureuse
en ce monde mais dans l’autre ». Ici, dans un message
destiné au IIIe millénaire, l’envoyée du Ciel nous invite à
gravir la montagne de la perfection dans la joie et le bonheur. Serait-ce la fin d’une
spiritualité doloriste ?
13 Serviteur bon et fidèle, en peu
de choses tu as été fidèle, sur
beaucoup je t'établirai ; entre
dans la joie de ton Seigneur
(Matt 25, 21).
14 Venez à ma suite, et je vous
ferai pêcheurs d'hommes (Matt 4,
19).
8
15 Paul VI est le pape de San Damiano. L’essentiel des messages ont été exprimés pendant
son pontificat. La Vierge parle
souvent de ses souffrances et
des persécutions dont il était
l’objet : Il est sous la croix, ditelle, car il la porte, comme
tous les chrétiens, mais à un
titre particulier. On peut s’imaginer que son séjour au
Vatican n’a pas été simple.
Notons deux initiatives parmi d’autres, de Paul VI, qui
ont posé problème et soulevé
la polémique contre lui.
Dix huit mois avant la
diffusion de ce message,
était proclamée l’encyclique
Humanae Vitae qui dénonçait l’avortement et la
contraception, pour élever
les hommes à une « paternité
responsable ». Il y a eu un
tollé mondial même au sein
de la chrétienté.
Actuellement on redécouvre cette encyclique et son
aspect prophétique (Voir intervention de Mgr Cattenoz page suivante).
Depuis, l’avortement a fait
plus du milliard de victimes et
déstabilisé les démographies
et les économies mondiales.
Le deuxième évènement d’Église qui a précédé de peu ce
message est la promulgation du
nouvel Ordo Missae de 1969. Il
s’agissait de mettre en pratique
les réformes voulues par les
pères du Concile. Les changements liturgiques ont été le déclenchement d’une crise dans
l’Église qui laisse encore des
blessures. C’est dire si les paroles de Marie nous ont alerté sur
une réalité cachée et souffrante
de la vie de ce grand Pape dont
nous espérons qu’il sera un
jour sur les autels.
16 il est intéressant de noter
cette chronologie du Triomphe
du Ciel : Église - Marie - Jésus.
8
Pendant l’année Saint Paul ,
rencontrons un certain Paul VI
Le pape Paul VI est le Pape de San Damiano. Il est au
centre de nombreux messages de Marie, l’objet de sa
sollicitude et de son amour constant (cf message du 7 février
1970 page 6).
Pape critiqué, Pape méconnu, le 40e anniversaire de
l’encyclique Humanae Vitae donne l’occasion de commentaires excellents dont celui de Mgr Jean-Pierre
Cattenoz.
Nous citons en encadré quelques paroles de Marie à
San Damiano, qui alertent ses enfants sur l’épineux
problème de la « paternité responsable ».
« … Il y a trois "non à la vie" qui ont marqué
notre histoire depuis quarante ans. L'Europe a dit "non à
la vie" une première fois il y a quarante ans en refusant
l'encyclique "Humanae Vitae". Elle s'est fermée à la vie
une deuxième fois en 1975 avec les lois sur l'avortement. Elle s'apprête à dire un troisième non à la vie avec
les menaces qui pèsent sur la famille et la fin de vie.
Le Cardinal Christoph Schönborn déclarait récemment
à la télévision autrichienne : « Il ne s’agit
pas seulement d’une question morale ;
c'est une question de faits : l'Europe
meurt pour avoir dit "non à la vie". »
tion du corps humain et toute dérive bioéthique (…).
Aujourd'hui, n'ayons pas peur de dire un oui vrai à
"Humanae Vitae", ayons le courage de dire oui à
l'amour humain et au don de la vie. Ayons confiance,
croyons à la vie. (…)
Aurons-nous le courage d'entendre le pape Benoît XVI
s'adressant aux participants au congrès international
organisé à l'occasion du quarantième anniversaire de l'encyclique "Humanae Vitae" le 10 mai
2008 ? « Je souhaite vraiment que l'on réserve,
notamment aux jeunes, une attention toute
particulière, afin qu'ils puissent apprendre le
véritable sens de l'amour et se préparent pour
cela à travers une éducation adaptée à la sexualité, sans
se laisser distraire par des messages éphémères qui empêchent d'atteindre l'essence de la vérité qui est en jeu ».
Oui
à la vie...
Il y a quarante ans, dans la tourmente
de mai 68, nous n'avons pas eu le courage de dire "oui" à "Humanae Vitae", une encyclique
qui, à de rares exceptions, a été jugée décevante, inadmissible, irrecevable, insupportable et pratiquement
inacceptable.
Or Paul VI nous invitait à avoir confiance, à croire à la
vie et il nous rappelait la grandeur de l'amour humain
et du don de la vie. L'union d'amour qui unit deux personnes est inséparable de l'ouverture au don de la vie.
L'amour comme tel ne saurait trouver sa finalité en luimême, il a besoin de se donner, de se communiquer. Un
amour qui exclurait l'ouverture à la vie, au don de
soi, est contraire à la réalité même de l'amour et
porte en lui un germe de mort.
Dès lors, Paul VI écartait l'utilisation de toute méthode
artificielle de régulation des naissances comme contraire
à la grandeur même de l'amour qui unit l'homme et la
femme jusqu'à ne faire plus qu'un, car de telles méthodes excluaient l'ouverture au don de la vie.
Paul VI invitait les hommes et les femmes de notre
temps à ne pas se laisser prendre par les mirages qu'offrent la technique et la culture hédoniste environnante,
mais à vivre un amour véritable qui tout à la fois unit
deux êtres dans un don total l'un à l'autre et s'ouvre au
don de la vie qui est toujours reçu comme un don de
Dieu. (…)
Paul VI a eu l'audace des prophètes en affirmant la
grandeur de l'amour humain et en refusant toute division entre l'amour qui unit deux êtres et l'ouverture au
don de la vie, écartant par avance toute marchandisa-
En même temps, nous chrétiens, nous voulons nous
inscrire en faux, face à cette spirale de mort, car nous
voyons au cœur de l'Église, se lever des familles, de
vraies familles, de grandes familles, des familles nombreuses qui témoignent de leur confiance dans la vie.
Elles témoignent que Paul VI avait raison : la vie est un
merveilleux don de Dieu et le "oui à la vie" est une
condition pour une vie heureuse et pour une Europe
vivante. »
■
Mgr Jean-Pierre Cattenoz
Papas, mamans, occupez-vous de vos enfants, aimez vos enfants. Rappelez-les par le
bon exemple, par la prière, par le sacrifice. Mettezles sur la voie droite de la persévérance parce que
tout passe ici bas, mais l’éternité, jamais (…).
Quand vous verrez vos enfants dans l’au-delà et
qu’ils ne seront pas à vos cotés, qu’en sera-t-il de
vous ? Pensez-y bien. Faites un bon examen de
conscience et priez pour vos enfants. Priez votre
Ange Gardien de les préserver de tous les malheurs, de tout mal et de les conduire dans une vie
droite qui mène au Paradis. Priez le Saint Esprit
d’éclairer pleinement leur esprit pour qu’ils aiment
Jésus et qu’ils m’aiment. Ils sont à votre exemple,
Papas et Mamans. Comme vous vous comportez,
ainsi sont vos fils (SD 6 mai 1970).
9
9
St Ambroise de Milan
Évêque et Docteur de l’Église - 339 – 397
« Sur la terre comme au Ciel » … Le Ciel n’est pas comme la terre ! ….
La richesse de la terre est éphémère. C’est tout l’art et le charisme de ce
saint de nous permettre de toucher du doigt les richesses du Ciel.
Au travers de cette méditation, nous voulons aussi remercier l’Église et
l’Esprit Saint de nous avoir donné Monseigneur Gianni Ambrosio comme
nouvel Évêque de Piacenza. Qu’il soit la main du Ciel qui nous guide dans
ce chemin de pauvreté, que tant de pèlerins parcourent à San Damiano depuis 44 ans !
Selon notre habitude, nous méditerons sur la vie et la pensée du saint
choisi, en lien avec la parole de Marie en son Jardin de Paradis.
LES SAINTES ABEILLES
Un jour, dans une cour du palais, pendant que le
petit Ambroise dormait dans son berceau, un essaim
d’abeilles fond sur lui et s’engouffre dans sa bouche
comme dans une ruche, s’agglutine sur ses paupières fermées d’un sommeil innocent. La nourrice s’épouvante et réclame secours. Le père, la mère, sa
sœur la petite Marcelline, contemplent les abeilles
qui entrent et sortent de cette petite bouche sans lui
faire aucun mal, pour s’envoler finalement et se perdre dans le ciel. Le Père s’écrie « Cet enfant, deviendra quelqu’un de grand ! ». Ils verront plus tard,
quels seront les prodiges de l’éloquence d’Ambroise,
douce et nourrissante comme le miel !
L’enfant est initié au christianisme et reste ainsi catéchumène pendant plus de trente
ans car, même dans les familles
chrétiennes, l’habitude était de
différer le baptême.
QUI DONC EST
AMBROISE ?
Issu d’une grande famille romaine, Ambroise naît à Trèves
en 339. C’est là que réside son
père, Aurelius Ambrosius, qui
asssume la haute situation de
préfet des Gaules. Une mort préBasilique de St Ambroise
maturée met fin à sa carrière, et
sa veuve revient à Rome avec ses trois enfants : Marcelline, sa soeur aînée et Satyre son frère … Plus
tard, le jeune adolescent, qui voyait sa mère et sa
sœur baiser les mains des prêtres, offre par manière
de jeu, ses propres mains à sa sœur, en ajoutant
prophétiquement qu’elle aurait un jour à les lui baiser sérieusement !
Dans ce milieu de la haute noblesse romaine subsistent encore, à cette époque, une éducation et une
culture d’un raffinement rare en Occident. Ambroise
ne se borne pas à étudier le grec pour un usage scolaire ; il le possède à fond, ce qui lui sera plus tard
10
*Arianisme : Hérésie des ariens, qui
niait la consubstantialité du Fils et du
Père (Unité et identité de substance
des personnes de la Trinité).
Elle fut condamnée au Concile de
d’un grand secours. Il étudie le Droit et la Rhétorique, entre dans la carrière administrative, puis devient avocat à la cour de justice de Sirmium. A trente
ans, il est nommé gouverneur des provinces d’Italie
du Nord, la Ligurie et l’Émilie, qui comprennent dans
la plaine du Pô, Milan, Lodi, Pavie, Brescia, Piacenza (C’est donc pour nous un saint très proche) ...
Le siège de ses fonctions est à Milan, capitale de la
Haute Italie qui, à plusieurs reprises, a servi de résidence aux Empereurs d’Occident. En peu de temps,
il se bâtit une solide réputation de probité et d’impartialité.
AMBROISE, ÉVÊQUE !
L’évêque de Milan, Auxence qui ne se reconnaissait
pas « arien »*, refusait de reconnaître le Symbole de
Nicée, et rejetait ceux de son clergé qui le confessaient. A sa mort, ses partisans restent très virulents
et la campagne électorale menace de dégénérer en
émeute. Ambroise court à l’église pour assurer le
nécessaire maintien de l’ordre et tenter de concilier
les deux partis, ariens et non ariens.
C’est alors que subitement, un enfant élève la voix
dans l’enceinte, et crie : « Ambroise, évêque ! » Ensuite comme par miracle, c’est l’unanimité
qui se fait autour de lui. Les évêques présents,
connaissaient les règles qui interdisaient l’élection
d’un laïc comme évêque, et à plus forte raison un
non baptisé. Cependant, ils y consentirent, devant la
voix unanime des fidèles et du clergé. Surpris, Ambroise veut se soustraire à l’élection… Il tente même
de fuir et marche toute une nuit dans le brouillard
pour finalement se retrouver le matin aux portes de
Milan : il était revenu au point de départ ! Reconnu,
on le maintient de force.
Pour gagner du temps, il fait appel à l’empereur
Valentinien, mais celui-ci est enchanté de voir qu’on
veut prendre un de ses fonctionnaires pour évêque.
Il reçoit le baptême puis la consécration sacerdotale.
Huit jours plus tard, à 35 ans, il est consacré évêque
de Milan ! (B112).
Nicée (325). Pour Arius, si le Fils témoigne Arius, le Père seul est Éternel, le Fils et
de Dieu, il n'est pas Dieu, et si le Fils a une l'Esprit ont été créés.
position divine, elle est de moindre importance que celle de Dieu Lui-même. Pour
10
DON TOTAL DE SES RICHESSES
A peine fait évêque, Ambroise, en guise de programme d’action, commence par faire don à l’Église
de tous ses biens (1). Ceux-ci n’étaient pas négligeables : le palais familial de Rome, des terres en Afrique et en Sicile. L’argent est distribué aux pauvres.
Il veut suivre, nu et libre, Jésus-Christ, comme l’avaient fait les apôtres.
Quatre ans plus tard, de retour à Rome, lorsqu’il
retrouve sa sœur, elle lui baise respectueusement la
main. Il lui rappelle en riant : « Eh bien, ne t’avais-je
pas prédit, que tu aurais un jour à me baiser la
main ? ».
DROITURE D’AMBROISE
Après son entrée en fonction, une des premières
démarches d’Ambroise est de rapporter solennellement les ossements de son antéprédécesseur, l’évêque Denys, persécuté par les Ariens puis mort en
exil. Il manifeste ainsi publiquement son Credo en
faveur de la Confession de foi de Nicée. Cependant, il
se montre disposé à recevoir dans ses services tout
le clergé d’Auxence. De la sorte, il évite d’aiguiser les
oppositions et les conflits. L’avenir lui donnera raison car dans toutes les luttes à venir, le seigneurévêque se gardera la totale fidélité de son clergé.
L’attachement à la foi est de tradition dans sa famille. Il compte une martyre parmi ses ancêtres,
sainte Sotère, et son unique sœur, Marcelline a fait
vœu de perpétuelle virginité. Il est difficile d’attribuer
au hasard que lui-même et son frère soient encore
célibataires. De tout temps, le renoncement au mariage lui a semblé à une forme supérieure de vie
(B114).
Bienheureux l’homme qui met son espérance en lui ! »
Le Christ, est le Royaume de Dieu, le Ciel tout entier,
en chair et en os, sur notre terre, bien présent (Card
Barbarin).
L’AMOUR DE LA PURETÉ
Ambroise revient maintes et maintes fois sur le sujet des vierges et de la virginité, verbalement et par
écrit. Il s’agit là d’une question pratique de la vie de
la communauté qui lui tient particulièrement à
cœur… Il décrit dans l’Église trois degrés de
« chasteté » : le mariage – unique si possible – le
veuvage, et la sainte virginité des « épouses du
Christ ». La virginité volontaire est une vertu que le
christianisme est le premier à avoir révélée au
monde, et ses mérites sont incontestables (2).
Des jeunes filles accourent de loin à Milan, pour y
recevoir le voile de ses mains. Nombre de parents
auraient préféré voir leurs filles s’assurer une
confortable situation comme épouses, et pour cela,
on s’efforce de les détourner de leur enthousiasme
ascétique. On fait à Ambroise beaucoup d’objections,
on dissuade les jeunes de venir l’écouter, on l’accuse
de jeter la discorde dans les familles et d’agir contre
le bien public et la natalité. Mais lui réplique que là
où il y a beaucoup de vocations virginales, c’est là
aussi que la population croît le plus (D) !
CHERCHEUR DE DIEU DEPUIS L’ENFANCE
Il se peut qu’avant même son changement de profession, Ambroise se soit déjà préoccupé de sujets
théologiques. Sitôt après son élévation, le jeune évêque se révèle comme un prêcheur et un écrivain de
valeur, bien qu’il se plaigne « de devoir enseigner des
choses qu’il n’a pas apprises ».
Il a une véritable réputation d’exégète et il est
consulté de toutes parts sur les textes difficiles de
l’Ancien et du Nouveau Testament. Il pourrait signer
la parole de son disciple Augustin : « Lis les livres des
prophètes sans y découvrir le Christ : il n’est rien de
plus insipide. Découvres-y le Christ, non seulement tu
y trouves une saveur mais jusqu’à l’ivresse. »
Ambroise n’attire pas seulement les fidèles de sa
communauté, mais aussi beaucoup de gens du dehors. Il y a une longue queue d’attente pour lui parler et pour trouver auprès de lui consolation et espérance. Comme l’apôtre Jean, Ambroise, ne se lassait
jamais de répéter « Omnia Christus est nobis ! » : Le
Christ est tout pour nous : « Si tu veux guérir une blessure, il est le médecin ; si tu es brûlant de fièvre, il est
la fontaine ; si tu es opprimé par l’iniquité, il est la
justice ; si tu as besoin de secours, il est la force ; si tu
as peur de la mort ; il est la vie ; si tu désires le Ciel, il
est la voie ; si tu es dans les ténèbres, il est la lumière. Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ;
1. Si Jésus vous a mis sur cette
terre, ce n’est pas pour penser aux
choses de la terre mais pour envisager
qu’un jour vous vous trouverez là-haut
dans la Patrie Céleste avec les Anges
et avec les Saints. SD 7 février 1970
2. Priez beaucoup l’Esprit Saint
A la bataille de Parabiago, en 1339, l’évêque Ambroise apparaît
miraculeusement sur un cheval blanc mettant en déroute les ennemis
des Visconti
afin qu’ils (mes fils de prédilection)
puissent avoir la lumière, l’amour envers tous : c’est le don de la pauvreté,
de la pureté et de la persévérance
jusqu’à la mort, d’embrasser la croix
avec Jésus, de suivre Jésus. SD 25 mai
1969
Soyez forts, soyez purs, soyez
humbles, soyez obéissants. Et en
avant avec Jésus, en avant avec Jésus. Près de Jésus, Je suis là, Moi, qui
vous assiste. SD 8 dec. 1969
11 11
UNE FAMILLE DE SAINTS
Un jour, le saint Évêque raconte aux vierges chrétiennes, le martyre de sainte Sotère qui a consacré
par son martyre, le sang de la famille des Ambroise.
Cette jeune fille, belle d’une beauté angélique, pendant les persécutions de Dioclétien, refusa absolument de se plier aux règles idolâtres. Elle était heureuse de présenter son visage à ses bourreaux parce
qu’elle voulait passer par ce premier sacrifice, celui
de la beauté extérieure, qui pourrait être perfide pour
la vertu. Elle fut si forte qu’elle ne versa même pas
une larme, n’émis pas un seul gémissement. Mais la
beauté de l’âme, personne ne pouvait la lui ravir et
l’épée lui donna, à la fin, cette mort qu’elle cherchait.
Ambroise avait constaté dans sa propre maison la
richesse les fruits de la profession de virginité et
Marcelline, sa sœur, continuait une tradition familiale en revivant spirituellement la vertu du sacrifice
de sainte Sotère. Ambroise savait que la laideur et
l’impudicité du paganisme pouvait être lavée par la
lumière de la virginité chrétienne. De là son appel
aux jeunes chrétiens qui voulaient suivre le Christ
au plus proche en lui consacrant leur virginité (D).
LA POLITIQUE : ADAPTÉE À LA FOI
Pour Ambroise, foi et politique sont liées (3) : La
terre a été établie en commun pour tous, riches et
pauvres. La nature ne connaît pas les riches, elle qui
nous enfante tous pauvres et nus (A24) ! Tu es l’intendant de tes biens et non leur souverain, toi qui enfouis
ton or dans la terre. Tu en es le serviteur et non le
maître. Quel est le riche dont la propriété voisine n’excite pas l’esprit ? Plus tu possèdes et plus tu désires :
et quelles que soient tes acquisitions, tu crois toujours
manquer d’autre chose ! Qui aime l’argent n’est pas
rassasié par l’argent (Ec 5. 9).
Le Seigneur notre Dieu a voulu que la terre soit la
commune possession de tous les hommes et en a
servi les fruits à tous. C’est la cupidité qui a réparti
les droits de possession. Il est donc juste que celui
qui revendique comme son bien propre, ce qui a été
donné en commun à tous les humains, en redistribue une part aux pauvres : « ne refuse pas la nourriture à ceux avec qui tu partages un même droit ».
UN SEUL DIEU EN TROIS PERSONNES
La confession de la divinité du Christ, consubstantielle au Père, répond au plus profond de sa foi personnelle à la doctrine du salut et constitue donc,
pour lui, le seul et unique fondement d’une véritable
Église chrétienne. La gravité de cette exigence va
d’ailleurs faire d’Ambroise dans les années suivantes,
un dogmaticien. Il n’a de cesse d’étudier à fond, pièce
par pièce, toutes les arcanes du mystère trinitaire (4).
12
3. Priez beaucoup pour tous les
chefs d’États, que tous puissent se
réconcilier avec mon Fils Jésus, qu’ils
puissent être fermes dans la foi. SD
8 mai 1969
4. Le Père est celui qui donne la
puissance, le Fils, celui qui a répandu
son sang pour nous sauver, le Saint
Pour en renouveler les
fondements,
Il s’initie à
la théologie
moderne
orientale
des jeunes
nicéens,
sans
pour
autant négliger
les
plus anciennes
traditions de sa
patrie
latine. C’est à
lui
qu’on
doit de mettre fin également, sur le
plan spirituel et poliLa Trinité, Église St Hilaire Poitiers
tique,
au
conflit
de
l’arianisme en Occident, notamment après le premier
concile de Constantinople , en 381 et, en Occident
avec celui d’Aquilée, entièrement soumis à la direction d’Ambroise(B125).
Il développe sa doctrine trinitaire, dans la prédication et aussi dans plusieurs traités : un ouvrage sur
«La Foi», suivi d’un traité en trois volumes sur «Le
Saint Esprit», dont la position au sein de la Trinité
n’avait, jusqu’alors, pas été suffisamment précisée. Il
lui avait été commandé par l’empereur Gratien qui
l’avait en grande estime.
LA BASILIQUE AMBROSIENNE
La communauté chrétienne de Milan se préparait à
la consécration d’une nouvelle basilique. Ils avaient
gardé un beau souvenir de la récente consécration de
la basilique des Apôtres, et ce qui avait particulièrement frappé les imaginations, c’étaient les reliques
des apôtres Thomas et Jean que l’on y avait solennellement déposé. Au IVe siècle, le culte des martyrs
prend une forme nouvelle et la vénération de leurs
reliques est l’un des points forts de la piété populaire
(C225).
En 386, la consécration de la nouvelle basilique des
martyrs est imminente, on désire donc que les reliques
ne fassent pas défaut ; Consacrez-la comme vous avez
fait pour la basilique Romaine ! Crie-t-on à Ambroise.
Mais Ambroise fait observer à la foule : Je ferai ainsi si
je découvre des reliques de martyrs…
Esprit vous donne l’amour et ses sept
dons… SD 26 sept 1968
Je suis en ce Lieu, mes fils, au
nom du Père Éternel. Je vous le répète
et je vous l’ai répété tant de fois. Je ne
suis pas venue de ma propre volonté.
Je suis venue au nom du Père, du
Fils et de Saint Esprit, qui est la
Trinité d’Amour, la Trinité de Puissance, la Trinité du Règne du Christ en
la nouvelle ère d’amour, de miséricorde, de pardon. Là est le Règne de
Jésus. (Doc 1009 entretien avec Rosa – Hist
Doc p 362)
12
LES VISIONS DE SAINT
AMBROISE
Un jour, dans son église, saint
Ambroise a la vision de deux jeunes gens d’une grande beauté,
vêtus de blanc, qui priaient avec
lui, les mains étendues. Saint
Ambroise demande à Dieu que,
s’il s’agit d’une illusion, qu’elle
ne se reproduise plus, mais que
si c’est vrai, que la vision revienne. Peu de temps après, à
Saint Protais
l’aube, saint Ambroise revoit les
deux jeunes gens, en compagnie cette fois de saint
Paul. L’apôtre s’adresse à lui pour lui dire : « Voici
ceux qui n’ont rien désiré des choses terrestres ; tu
trouveras leurs corps dans le lieu ou tu es en ce moment ; à douze pieds de profondeur, tu rencontreras
une voûte recouverte de terre, et auprès de leur tête
un petit volume contenant le récit de leur naissance et
de leur mort ».
Ambroise convoque ses frères, et les évêques voisins. A l’endroit indiqué par la vision, on découvre
une sépulture. Avant d’aller plus loin, l’évêque veut
procéder sur le lieu à l’exorcisme de possédés.
AMBROISE ET SES POSSÉDÉS
soldats de Néron les emmènent à
Milan. De là, Astase partait faire
la guerre aux Marcomans, et afin
d’obtenir la bénédiction des dieux
païens il s’empare des jumeaux
pour qu’ils sacrifient aux idoles.
Ceux-là refusent et Gervais
ajoute que les idoles sont sourdes, et que seul Dieu peut lui
donner la victoire. Il est alors
fouetté jusqu’à la mort.
Ensuite Astase fait venir Protais
Saint Gervais
en lui disant : « Misérable, songe à
vivre et ne cours pas, comme ton frère, à une mort violente ». Mais Protais refuse à son tour de sacrifier aux
idoles, tenant tête au général. Celui-ci le fait alors
suspendre au chevalet. Protais lui répond : « Je ne
m’irrite pas contre toi, général, je sais que les yeux de
ton cœur sont aveuglés ; bien au contraire, j’ai pitié de
toi, car tu ne sais ce que tu fais ». Alors Astase ordonne de le décapiter.
Un chrétien du nom de Philippe s’empare de leurs
deux corps et les fait ensevelir sous une voûte de sa
maison. Ensuite, il plaçe dans leur cercueil un écrit
contenant le récit de leur vie et de leur martyr. Il y
aura plusieurs miracles en ce lieu.
Une inspiration, vision ou songe n’auraient pas sufMARTYRS POUR LA VÉRITÉ
fi à authentifier la tombe
La découverte des corps des
comme celle d’authentiques
deux martyrs, saints Gervais
martyrs. Il fallait d’autres
et saint Protais est le coup de
indices. On fait donc venir
théâtre qui met fin au conflit
quelques possédés et l’évêqui opposait Ambroise à la
que devait leur imposer les
cour impériale depuis plus
mains dans le rite d’exord’un an : tous ont vu comcisme de l’époque. L’ément les forces du Ciel avaient
preuve imaginée par Amsoutenu l’évêque de Milan. On
broise a l’effet attendu. Il
transporte les deux martyrs
n’avait pas encore ouvert la
dans la nouvelle basilique et
bouche que, du groupe des
on prie toute la nuit avec la
possédés, se détache une
lecture des Livres saints et
femme : poussée par le déavec des prières qui remonChâsse renfermant les dépouilles vénérées de
mon qui l’habitait, elle se
tent aux premiers temps de
St Ambroise au centre, et de chaque côté
jette au sol et reste étendue
l’Église.
les saints Gervais et Protais.
sur la tombe des martyrs
On prie beaucoup, on « impose
encore invisibles, mais dont la puissance se manifesles mains », gestes qui reprenaient leur place dans le
tait...(5). Ils découvrent à l’endroit indiqué, les corps
processus de libération des possédés. La présence
des saints martyrs intacts, d’où émane une odeur
des reliques des martyrs devait renforcer les rites
suave (Int).
habituels. D’autres possédés sont libérés et des miracles s’accomplissent.
SAINT GERVAIS ET SAINT PROTAIS
En 57, sous le règne de Néron, saint Vital et la
bienheureuse Valérie ont des jumeaux : Gervais et
Protais. Les deux frères, après avoir donné tous leurs
biens aux pauvres, rejoignent saint Nazaire mais les
5. Le démon fait tout pour
prendre l’esprit de mes enfants,
pour les arracher à Jésus. SD 16
janvier 1970.
Voir en dernière page comment un exorcisme a été informatif sur le fait de San Damiano, avant les évènements.
LES PRODIGES
Un des plus impressionnants est la guérison d’un
aveugle. Il se tient à l’endroit où devaient passer les
reliques des deux martyrs. On lui permet de
les toucher avec son mouchoir ; ayant en6. Lire en page suivante
suite porté ce linge à ses yeux, il recouvre
l’explication sur les mouchoirs
aussitôt la vue (C230) ! Les reliques restent
bénis à San Damiano. Marie
reprend en ce lieu une tradiexposées le lendemain. Alors on se met à jeter
tion qui remonte aux apôtres
sur elles des mouchoirs, des vêtements :
et qui est aussi révélée dans
on les touchait, et aussitôt, on se sentait
cet épisode de la vie d’Amsoulagés (C231) (6).
broise.
13
13
AMBROISE,
MAÎTRE DE SAINT AUGUSTIN
SUR LA TERRE
COMME AU CIEL
Ambroise commente
ces évènements : Les
cieux ont raconté la gloire
de Dieu. Oui, Dieu a regardé ce qui est en bas quand
il a révélé à son Église les
restes des saints cachés
sous une motte de terre
ignorée. Il les a tiré du fumier, et il leur a donné
place parmi les princes de
son peuple, c’est-à-dire
parmi les martyrs. Si on
considère seulement les
corps et non les âmes, ces
martyrs sont vraiment ressuscités... Voilà les défenseurs que je souhaite, les soldats que je possède ; ce
ne sont pas les soldats du monde, mais les soldats du Christ…
LIBERTÉ DE CONSCIENCE
Ambroise est un partisan convaincu de la liberté de conscience (7). Lorsqu’il défend inconditionnellement le fondement nicéen de l’Église catholique, il veut protéger l’indépendance de l’Église. Il
combat pour la liberté et pour le droit de son Église,
combat qu’il mène au nom de la foi. Il souligne volontiers que la foi doit être libre et qu’on doit pouvoir l’embrasser en toute liberté. Il abhorre toute
pression extérieure et rompt avec indignation toute
communion avec les évêques de Gaule, qui à cette
époque, avaient pour la première fois condamné à
mort leurs adversaires dans l’Église… (B124)
6. Texte sur les mouchoirs bénis : Le 8 décembre,
apportez beaucoup de petits mouchoirs blancs. Mettezles dans un petit panier... dans un petit sac en Nylon, et
mettez-les tous dans mon petit jardin. Ces petits mouchoirs, vous les donnerez à tant de malades, et ils essuieront leurs larmes... Ce mouchoir recevra de moi
un grand don. Ceux qui s’essuieront les yeux auront la
lumière du Ciel... comprendront que Jésus les appelle...
comprendront qu'ils ont à se préparer à la pénitence et à
demander pardon pour arriver au Ciel heureux et joyeux.
C’est le grand don que je vous fais, mes enfants ! Un
grand don que m’a fait le Père Éternel pour sauver
mes fils. Dites-le à tous... Que tous puissent accourir ici,
Sources :
14
A. Ambroise de Milan Richesse et pauvreté Les
pères dans la foi DDB
B. Les pères latins Han Von
Campenhausen Livre de
vie
C. Ambroise de Milan Hervé
Savon Ed Desclée
Vita di S Ambrogio Angelo
Paredi (Centro Ambrosiano)
Compilation messages Père
Althoffer - Int = Internet
San Damiano Histoire et
documents R. Maisonneuve Ed Tequi
San Damiano A l’aube du III°
millénaire R.Maisonneuve
Tequi
Int : internet
7. Liberté de conscience
– Communiqué de Rosa Quattrini, le vendredi 5 juin 1970 :
Monseigneur l’évêque m’a
ordonné de ne plus transmettre les messages publics
et privés de la Mamma Céleste. Je m’en tiens à l’obéissance. Je ne les transmettrai plus, cependant, je
ne renie pas et je ne renierai jamais la Maman Céleste. Je dis et dirai toujours que la Madone est
venue et vient et viendra
comme avant. Priez, offrez,
Pendant le carême de 386, Augustin est
réellement ému de cette tribulation entre la
cour romaine (qui voulait réquisitionner les
églises au bénéfice d’un clergé arien), et l’évêque Ambroise, dont le peuple qui priait nuit et
jour dans l’église était prêt à mourir avec lui.
Ma mère, dira Augustin, pleine d’inquiétude
participa à ces veillées (Confes. 8, 7).
Puis ce sont les semaines enthousiasmantes de la découverte des reliques des martyrs Protais et Gervais. Sans doute pour Augustin cela a été une période décisive avec la
célèbre « explosion des larmes » ; une totale
volte-face par rapport à tout ce qui engluait sa
vie jusqu’alors. Il se retire à Casaciaco (près de
Côme) avec sa mère Monique et son fils de quinze
ans Adeotat et quelques amis. C’est de là qu’il écrit
à Ambroise son désir de recevoir le baptême. Il participe aux enseignements, aux scrutins, aux rites
qui préparent les catéchumènes au baptême pendant le carême. Il écrira cette « confession » au Seigneur : « Dans ces jours d’extraordinaire douceur je
ne me rassasiais pas en ces premiers jours de la
contemplation si douce des profondeurs de votre Sagesse pour le salut du genre humain. A ces hymnes,
à ces cantiques célestes, quel torrent de pleurs faisait
jaillir de mon âme violemment remuée les suaves accents de votre Église ! Ils coulaient dans mon oreille,
et versaient votre vérité dans mon cœur; ils soulevaient en moi les plus vifs élans d'amour; et mes larmes roulaient, larmes délicieuses!» (Confes. 9, 6) (D).
que tous puissent venir m’aimer, que tous puissent venir
recevoir des grâces pour cette vie et pour être emportés
là-haut. SD 11 novembre 1969 (le 8 déc. a été un jour
de grande pluie...).
Déclaration de Rosa Quattrini sur les mouchoirs
bénis:
Les mouchoirs, explique Rosa, doivent être toujours gardés
sur soi. Si on est dans le trouble, si on a de dures épreuves, si on est
dans les larmes et la confusion, alors on se couvre le visage avec le
mouchoir en faisant le signe de la croix. Et aussi pour la conversion
des pécheurs... quand ils se mettront le mouchoir sur eux, sur leurs
yeux, ils auront la lumière de la Foi, que ce soient des malades ou
non.
souffrez et faites silence
pour le triomphe de la Maman Céleste. Dans le silence, vous recevrez tout.
… Ainsi, Rosa Quatrini a
obéi héroïquement et volontairement. Elle a profondément souffert que les âmes,
l’Église et le monde aient été
privés, pendant dix ans, des
paroles de vie de la Vierge
(...). En conscience, elle a été
« martyre de la Vérité »… Un
certain nombre d’actes visant
Rosa et les pèlerins, violent la
conscience humaine. Or, Jean
Paul II l’a redit clairement le
10 janvier 1982 : Le viol de
conscience cause un grave
dommage à l’homme. Il est
le coup le plus douloureux
que l’on puisse infliger à la
dignité humaine : en un
certain sens, c’est pire
qu’infliger la mort physique. Le principe du respect
de conscience est un droit
fondamental garanti par
les constitutions et les accords internationaux. SD Hist
et doc R. Maisonneuve
14
Fioretti
PAUVRE RICHE !
Les fioretti de saint Ambroise
sont nombreuses, en voici quelques unes : Pendant un voyage à
Rome, Ambroise est accueilli
chez un homme extrêmement
riche qui l’informe avec insistance sur sa condition de fortune : « Ma condition, seigneur, a
toujours été heureuse et glorieuse.
Voyez, j’ai des richesses infinies,
un nombre incalculable d’esclaves
et de serviteurs. Toujours, tous
mes vœux ont été réalisés, et jamais rien ne m’est arrivé de
contraire, ni même de désagréable ». Ambroise est stupéfait et
consterné. Il dit à ses compagnons de route : Levez-vous, et
fuyons au plus vite d’ici, car le
Seigneur n’a point de place dans
cette maison. Hâtez-vous, mes
enfants, hâtons-nous de fuir, de
peur que la vengeance divine ne
nous surprenne ici et ne nous enveloppe dans l’expiation des péchés de ces gens-là !
A peine Ambroise et ses compagnons ont-ils quitté la maison,
que la terre s’ouvre et engloutit
tout, sans laisser de trace. Ce
que
voyant,
Ambroise
dit : « Voyez, mes frères,
comme Dieu nous traite avec
miséricorde quand il nous
envoie des épreuves (7) , et
comme il nous traite avec sévérité quand il nous envoie une longue suite de plaisirs ! » (Int).
quand tu as de quoi faire l’aumône, ne diffère pas en disant : je
donnerai demain, de peur que tu
ne perdes ton moyen de partager.
Le sursis est dangereux pour le
bonheur d’autrui. Tandis que tu
temporises, il se peut qu’il
meure…
RENDRE LE BIEN
POUR LE MAL
Ambroise vient un jour ordonner un évêque dans une ville où
l’impératrice Justine et d’autres
hérétiques voulaient faire élire
un homme de leur secte. Et voici
qu’une jeune fille arienne, monte
dans la chaire où se tenait saint
Ambroise, et se met à tirer par le
pan de son manteau ; elle espérait l’entraîner vers un groupe de
femmes qui l’auraient frappé et
jeté hors de l’église. Mais Ambroise lui dit : Si indigne que je
sois de mon sacerdoce, tu n’as
pas le droit de porter la main sur
un prêtre ! Crains le jugement de
Dieu, et prends garde que quelque
mal n’en résulte pour toi ! Paroles
prophétiques car, le lendemain,
la jeune fille meurt. Ambroise
l’accompagne vers sa sépulture,
rendant ainsi le bien pour le mal.
L’exemple de cette mort remplit
de crainte toute la ville (Int).
LA MORT DE L’AVARE
Ils sont déjà là ceux qui demandent ton âme, et, jusqu’à
présent, tu remets à plus tard
les résultats de tes œuvres ; Jusqu’à présent, tu t’es promis de
longues années à vivre ?
« Insensé, cette nuit même, on va
te redemander ton âme ». A la vérité, l’argent demeure ici-bas :
mais le bienfait des bonnes œuvres se présente avec nous devant le juge du mérite. Donc,
7. Acceptez avec résignation les
croix que Jésus vous envoie. Portezles avec amour, et vous aurez la récompense. Parce que Jésus aussi l’a
portée, la croix, dans le silence, dans
les douleurs. Il a tout offert au Père
L’ANGE SOUFFLEUR
Un jour, un hérétique, acharné
à la discussion et très difficile à
convertir, écoute prêcher saint
Ambroise. Il voit un ange qui lui
soufflait à l’oreille les paroles
Éternel. Vous aussi poursuivez le chemin. Si vous la portez avec amour,
vous arriverez au Ciel où vous jouirez
d’un bonheur éternel. SD 2 août 1969
8. La mort de Rosa à l’hôpital de
de son discours ! L’homme depuis lors, se transforme en défenseur de la foi qu’il attaquait
(Int).
POUVOIR LIMITÉ DU DÉMON
Un démon, qui s’était emparé de
l’esprit d’un homme, sortait de cet
homme toutes les fois qui celui-ci
entrait à Milan, et en reprenait
possession toutes les fois qu’il sortait de la ville. Interrogé sur les
motifs de sa conduite, ce démon
répondit qu’il avait peur de se trouver en contact avec saint Ambroise… (Int).
L’HEURE DE LA RENCONTRE
C’est en revenant d’ordonner l’évêque d’un diocèse voisin
qu’Ambroise contracte la maladie
dont il va mourir. On lui demande de prier pour sa guérison,
ce qu’il refuse : « J’ai vécu parmi
vous de telle manière que je n’aurais pas à rougir de vivre plus
longtemps ; mais je ne crains pas
non plus la mort car nous avons
un bon Maître », dit-il d’une voix
faible.
En ce vendredi saint de 397, Honorat, évêque de Verceil, qui se
trouvait à assister Ambroise et dormait à l’étage au-dessus est réveillé
par une voix lui répétant par trois
fois : « Lève-toi vite ! Ambroise va
mourir ». Honorat descend en hâte
et remet à Ambroise le Corps du
Seigneur. A peine l’a-t-il pris et
avalé qu’il rend l’âme, les bras en
croix, emportant en lui le saint
viatique (8). De sorte que son âme,
restaurée par la vertu de cette
nourriture, jouit maintenant de la
compagnie des anges.
Dans la nuit de Pâques son corps
est porté à l’église et il apparait à
beaucoup d’enfants qui venaient
d’être baptisés; les uns le voient
dans la chaire, les autres le montrant du doigt à leurs parents, en
train de monter dans la chaire.
Quelques autres témoigneront
qu’ils ont vu une étoile sur son
corps. ■
Marie-Dominique Fabrikant
Fidenza fut aussi simple que sa vie.
Ayant reçu l’Eucharistie, elle se mit
sur le côté, pria et, quelques instants
plus tard, s’endormit dans le Christ.
SD Hist et docs
15
15
PETITE HISTOIRE
Comment j’ai connu le fait de San Damiano,
avant qu’il ne soit manifesté...
Marie, exorciste par excellence
« Le lundi 6 juillet 1964, je suis parti avec ma
nièce pour Lorette. Ensuite nous sommes allés chez le
père Domenico de Cesa, compagnon de Padre Pio.
Puis nous sommes descendus à San Giovanni Rotondo, où j’ai rendu visite au Padre Pio. Après un entretien
avec lui, nous nous sommes rendus au célèbre sanctuaire du Mont Gargano, dédié à Saint Michel.
Arrivés là,
alors que
Dans les premiers temps des apparitions de
nous desNotre-Dame à San Damiano, le Père Don Vasco
cendions
Pirondini, comme Saint Ambroise, fit l’expérience
les marde possédés …
c h e s ,
nous avons entendu un bruit fracassant. « Qu’est ce
que c’est ? » dit ma nièce. Je lui répondis : « Ici, dans le
midi, les gens tonitruent leurs prières, tu sais ». C’est
alors que j’entendis une voix terrifiante et caverneuse
hurler : « Voici un sac de charbon ! » Je suis entré dans
le sanctuaire. Il faisait très sombre, car on ne voit plus
rien quand on arrive du dehors. J’ai entendu deux voix
me dire : « Venez par ici, père, venez ! » Je me suis
rapproché. On me demanda de mettre une main sur la
tête d’une possédée assise sur un banc. Je vis alors
que j’étais en présence de deux exorcistes : l’un, le
père Bernardino, franciscain ; l’autre, le père Bonaventura Martinelli… Ils avaient avec eux une femme consacrée, du nom de Sœur Veronica de la Sainte Face, qui
était possédée par un démon, contre lequel ils ne pouvaient rien. J’ai posé la main sur la tête. Une voix
d’homme sortit de sa gorge et s’écria : « Ah ! Il ne manquait plus que çà. Un sac de charbon et deux sacs de
cacao ! ».
Durant l’exorcisme, les deux exorcistes ont voulu
savoir si cette femme serait libérée du dernier démon
qui demeurait en elle. Les autres s’étant enfui devant le
Padre Pio. La voix caverneuse dit : « Je suis ici, Je ne
peux pas m’échapper. Je suis resté prisonnier. – Que
fais-tu là ? – Je suis prisonnier. Aucun pape, aucun
évêque ou prêtre ne pourront me chasser d’ici. – Alors
tu vas rester dans cette âme éternellement ? – Non. Je
serai mis dehors un jour. – Quand ? ». Il fallait beaucoup d’injonctions et d’exorcismes pour obtenir des réponses. La séance durait longtemps.
Quel jour ? Interrogea l’un des exorcistes – Je ne
puis le dire. – Un jour ? – Le jour de son triomphe. (Le
triomphe de la Vierge). – Où ? – La voix ne voulait pas
répondre. A Lorette ? – Non. – Dans un sanctuaire ? –
Non – A Milan ? (La sœur était de Milan) – Non – A
Modène ? – Non – Entre les deux ? – Oui – Entre Milan
et Modène ? – Oui – Nous n’avons rien pu tirer d’autre.
« Reggio ? - Non – Plaisance ? – Aucune réponse. La
voix dit seulement : « Un lieu tout puant » (ce qui voulait dire : où l’on prie beaucoup, on l’on prie trop). Nous
nous disions : « Ce lieu, où peut-il bien être ? »…
Le sanctuaire allait fermer ses portes. Nous avons
repris la route et sommes revenus à San Giovanni.
C’est alors que le frère portier est venu à notre rencontre de la part du Padre Pio : « Le Padre m’a envoyé
pour que vous lui communiquiez le message sorti de la
bouche de cette sœur. » - Je me suis dit : « Comment
16
pouvait-il savoir ce qui s’est passé ?
Peu après, j’ai dû me rendre
chez une sainte religieuse,
sœur Erminia… Elle m’a dit :
« La Madone m’a prié de vous
faire savoir que vous devez aller sous le poirier où elle est
apparue ». Je lui ai demandé :
« Mais, où est ce poirier ? – Je
n’en sais rien », dit-elle.
Le 9 novembre, accompagné
d’un ami, je suis allé à Lucques,
au carmel de Madre Teresa.
Quand nous sommes arrivés,
Madre Teresa m’a dit : « Avez- Saint Michel Archange
vous su, Don Vasco, que la Ma- Sanctuaire du Mont Gargano
done est apparue sur un poirier ? – Non, mais je voudrais bien savoir où il se
trouve. – C’est facile. Elle est apparue dans le village où
vit la sœur de notre vice prieure, sœur Giuseppina » (la
sœur de Rosa). Je lui dit : « Faites-là venir tout de suite,
il faut qu’elle m’indique où la Vierge est apparue exactement ». Lorsque sœur Giuseppina est venue, elle m’a
dit : « A San Damiano ».
C’est ainsi que le premier vendredi suivant, le 13
novembre 1964, je me suis rendu à San Damiano. Je
suis allé chez le curé du village, Don Edgardo Pellacani. J’ai célébré la messe à l’église et il m’a servi la
messe. Il m’a parlé longuement de Rosa, de ses rapports avec le Padre Pio, de ses locutions avec l’Enfant
Jésus, avec la Madone qu’elle avait déjà vue. Il a ajouté :
« On ne peut pas penser qu’elle ment ou trompe.
Elle en est incapable. Elle a guéri miraculeusement
le 29 septembre 1961 ». Je me suis rendu vers le fameux poirier. Il y avait encore trois ou quatre poires vertes. Il restait des fleurs, mais sans pétales, car nous
étions déjà le 13 novembre. A midi, Rosa récita l’Angélus. Elle le prononçait mal, mais avec beaucoup de ferveur. Soudain, elle arrêta le rosaire et transmit les paroles de la Madone : exhortation à prier beaucoup pour
l’Église, pour le pape, les évêques et tous les consacrés, à réciter le chapelet, à venir et à faire venir en ce
lieu beaucoup d’âmes. « Elle dit alors : « La Vierge
vient pour libérer tant d’âmes tourmentées par le démon, même celles que les prêtres, les évêques ou le
pape lui-même ne peuvent libérer… Nombreux sont
ceux qui recevront ici lumière, force, pour croire et vivre
en bons chrétiens. » L’apparition terminée, Rosa me
demanda si j’avais vu combien le Madone était belle. Je
ne répondis pas pour ne pas la désillusionner. Elle
ajouta qu’il y avait aussi un jeune homme vêtu d’une
cotte de mailles et portant un heaume sur la tête (Saint
Michel).
Elle parlait en dialecte et s’exprimait de façon confuse.
Par contre, le message était en bon italien, avec des
cadences un peu brisées. C’est une bonne campagnarde, simple. De même sa tante, Adèle, et le mari de
Rosa qu’on appelait Pino. »
Témoignage de Don Vasco Pirondini (R.
Maisonneuve : San Damiano, à l’aube du III° millénaire Ed Tequi)
16
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 144 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler