close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

45 ans d`âge de Joseph Kabila Kabange

IntégréTéléchargement
Ali s’est battu trente minutes encore
avant de rendre les armes, dit sa fille
in t e rn a ti o na l
Le plus fort tirage | la plus forte vente | la plus forte audience | de tous les temps
Kabila,
présenter
défendre
www.lesoftonline.net
1 9 8 9
!
www.lesoft.be
N°1361 | Jeudi 9 juin 2016 | 20 PAGES €6 $7 CDF 4500 | FONDÉ à kinshasa PAR TRYPHON KIN-KIEY MULUMBA
Jean-Pierre Kambila Kankwende, Daniel Mukoko Samba, Norbert Nkulu Kilombo Mitumba entourant Tryphon Kin-kiey Mulumba et un jeune Kabiliste
Christian Mumpakani ont célébré samedi 4 juin dans la Vérité et la Réhabilitation les 45 ans d’âge du Président Joseph Kabila Kabange arrivé au pouvoir à 29 ans. dr.
Le soft international est une publication de droit étranger | AUTORISATION DE DIFFUSION en R-dCongo M-CM/LMO/0321/MIN/08 daté 13 janvier 2008
top news |
à Kinshasa, Kamerhe fait couvrir
d’injures Moïse Katumbi annoncé
dans un hôtel 5 étoiles à Genval
L
e Député
UNC (opp.)
Baudouin
Mayo
Mambeke
très proche de Vital
Kamerhe Lwa-Kanyiginyi paraît avoir
donné le coup d’envoi
d’une campagne d’injures contre l’ex-gouverneur Moïse Katumbi Chapwe, candidat déclaré Président
de la République
attendu dans la cossue
banlieue de Bruxelles,
à Genval, dans un
hôtel 5 étoiles, invisible au discours de
Tshisekedi, d’une dizaine de minutes qui
s’est interrompu plusieurs fois. Tshisekedi
ouvrait un Conclave
de l’opposition destiné
à accorder celle-ci
dans le cadre du Dialogue politique national inclusif.
C’est non à 11h00’ comme initialement
prévu - mais à 17h00
que le Conclave convoqué autour d’Étienne
Tshisekedi wa Mulumba a ouvert ses travaux
à Genval, banlieue du
sud-est de Bruxelles
par un discours de l’opposant historique.
une centaine
d’opposants.
Plus d’une centaine
de représentants des
différents partis d’opposition (UDPS et ses
alliés, partis du G7
qui soutiennent l’exgouverneur Moïse
Katumbi Chapwe, Dynamique, l’Alternance
pour la République
et des membres de la
Société civile) étaient
arrivés dans la matinée, dans la salle de
conférences de l’hôtel
Martins connu aussi
sous le nom de château
du lac, où se tenaient
les travaux. pour tenter
de s’unir et de former
un front commun afin
de «forcer» leur destin.
Toute la journée, des
discussions en commissions ont eu lieu sans
que les différents partis
parviennent à se mettre
d’accord sur les modalités de leur conclave.
Le MLC (Mouvement
de libération du Congo)
de l’ex-vice président
de la République JeanPierre Bemba Gombo
trop occupé car en attente du verdict de la
Cour pénale internationale pour les meurtres
et viols commis par sa
milice en Centrafrique
en 2002 et 2003, s’est
dit non concerné.
Une autre force importante de l’opposition,
l’UNC (Union pour la
nation congolaise, une
de croire après le Mzee
Laurent-Désiré Kabila
et le président Joseph
Kabila Kabange qu’«un
troisième président du
Congo pouvait encore
venir d’affilée du Katanga».
Ils l’ont accusé d’user
de corruption pour «se
payer des opposants»
et de «miser sur le foot
pour devenir le chef de
l’opposition congolaise». «A l’heure où des
chefs d’Etat africains
sont des docteurs en
droit ou des ingénieurs,
le Congo ne saurait se
permettre d’avoir un
illettré à sa tête», ont
déclaré ces jeunes étiquetés UNC.
à Genval, Tshisekedi
a fini par prononcer un
discours d’ouverture à
19h30’,
Le vieux leader âgé de 83 ans a donné un court discours d’une dizaine de minutes, interrompu par plusieurs pauses. dr.
dizaine de députés), a
Vital Kamerhe Lwadéputé Claudel Lubaya, UNC ont littéralement
- comme jamais sur
délégué son secrétaire
Kanyiginyi accuse ceun autre UNC qui ont
couvert d’injures l’andes médias - de «ne
général, Jean-Bertrand
lui-ci Ewanga d’avoir
rejoint l’ex-gouverneur. cien gouverneur du
disposer d’aucun diEwanga, mais son chef
été «acheté» comme le
à Kinshasa, des jeunes Katanga l’accusant
plôme universitaire» et
Le chef présumé mercenaire rapatrié aux USA
L
e Parquet
Général
de la République
a rapatrié, mercredi 8 juin,
l’Américain Daryll
Lewis L., poursuivi
avec l’ex-gouverneur Moïse Katumbi
Chapwe et onze
autres Congolais
dans l’affaire présumée de mercenaires.
Le premier avocat
général de la République, Victor
Mumba, a indiqué
que l’extradition de
Daryll Lewis L., ne
clôturait pas pour
autant le dossier. «Le
dossier se poursuit ici
de la même manière
qu’il se poursuivra
là-bas [états-Unis].
étant donné qu’il y
a des éléments au niveau des états-Unis
que nous ne pouvons
pas avoir ici. Nous le
[Daryll Lewis] ferons
accompagner d’une
commission rogatoire
internationale en vue
d’obtenir ces éléments».
L’ambassadeur des
états-Unis James
Swan, s’est réjoui
du rapatriement de
Daryll Lewis. «Notre implication dans
ce dossier a été de
nature consulaire.
Nous remercions
le gouvernement
congolais d’avoir res-
L’ambassadeur des états-Unis James Swan et le chef mercenaire présumé Daryll Lewis L. dr.
pecté l’obligation de
té notre client avec
l’ex-gouverneur du
objectifs, les moyens
permettre à notre am- dignité et nous ne
Katanga, Moïse Kahumains, la logistibassade de lui rendre
pouvons que renouve- tumbi, pour «atteinte
que, le financement
des visites consulaires ler notre confiance de à la sûreté intérieure
et le modus opelors de sa détention.
voir qu’à la deuxième et extérieure de
randi, ne paraissent
Nous souhaitons à
tranche de l’enquête
l’état». Cette instance être connus que par
Monsieur Lewis un
soit aussi crédible que judiciaire avait égale«Cow Boy», le nom
bon retour aux étatsla phase qui vient de
ment décidé de placer de code qui désiUnis», a souligné le
se terminer», s’est-il
le candidat déclaré
gne Moïse Katumbi
diplomate américain.
réjoui.
à la prochaine présiChapwe, a établi la
Au nom du collectif
Selon le Procureur
dentielle sous mandat
police.
d’avocats du citoyen
Général de la Répud’arrêt provisoire
L’affaire a commenaméricain, Me Azablique, sept coaccusés pour recrutement pré- cé dimanche 24 avril
rias Ruberwa Manya
du citoyen américain
sumé des mercenaires. 2016 lorsque l’exa pris acte et espère
et de Moïse KaL’enquête congolaise
gouverneur alors en
que la seconde phase
tumbi Chapwe, tous
présente Lewis Darryl voie de se déclarer de l’instruction va
Congolais, restent en
L comme le point
c’est un secret de pose poursuivre avec
détention à la Prison
focal du groupe d’exlichinelle - candidat
dignité pour d’autres
centrale de Makala
US Marines ayant
Président de la Récomplices de son
et quatre autres à
constitué pendant des
publique, avait tenté
client. «La justice
Lubumbashi (Hautmois la ceinture rapde tenir un meeting à
congolaise, au sein du Katanga). En mai
prochée de Katumbi,
Lubumbashi mais un
Parquet général de la
dernier, le Parquet
dans le cadre d’une
meeting non autorisé
République, s’est bien Général de la Répuopération dénommée
par la mairie. Donc
comporté. Ils ont trai- blique avait inculpé
«OP Congo» dont les
illégal pour la police.
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 2.
dix minutes
et des pauses.
Après avoir fait deux
fois le tour de la salle
pour saluer les délégués présents, le vieux
leader âgé de 83 ans, a
donné un court discours
d’une dizaine de minutes, interrompu par plusieurs pauses. «Nous
avons voulu sceller
l’unité des forces acquises au changement.
Plus que jamais nous
devons nous unir pour
chasser celui que vous
savez», a-t-il déclaré
sous les applaudissements.
«Nous avons initié le
dialogue politique. Le
dialogue fait partie de
notre ADN. C’est par le
dialogue que tout finit
par s’arranger», a-t-il
martelé.
À l’issue de la journée
et malgré un discours
qui s’est voulu rassembleur, les divisions
qui parcourent les
factions de l’opposition n’étaient pas levées. Moïse Katumbi
Chapwe, l’ancien
gouverneur de l’exKatanga, 51 ans, et
candidat déclaré à la
présidentielle, en exil
médical en Europe,
était annoncé à Genval,
mais n’avait pas encore
fait son apparition à la
fin du discours de Tshisekedi. Les opposants
tentaient des consultations pour essayer
d’adopter une position
commune. Selon des
milieux proches du
Conclave de Genval,
cette banlieue bruxelloise pourrait décréter
la fin de la Constitution
congolaise du 18 février 2006 en envisageant un président de
transition, ce qui serait
rien moins qu’un coup
d’état constitutionnel.
D. Dadei n
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 3.
Les vérités de M. Nangaa
interview |
A
nous livrer dès fin juin
le premier lot des 500
kits qui vont nous permettre de lancer l’opération d’identification
et d’enrôlement en province pilote du NordUbangi à partir de fin
juillet.
On connaît enfin le
nom du fournisseur
des kits électoraux.
Combien de temps va
prendre l’enrôlement
et à partir de quand
est-ce que cette procédure d’enrôlement va
pouvoir commencer?
Nous devons travailler
avec le nouveau fournisseur et il va devoir
Et pour le lancement
sur l’ensemble du territoire?
Le lancement sur l’ensemble du territoire se
fera au fur et à mesure
que le fournisseur va
produire les kits.
Ça veut dire que la
révision du fichier ne
pourra pas être terminée à temps pour le
mois de septembre ?
Nous l’avions dit depuis notre évaluation.
Nous avions parlé à
l’époque de plus ou
moins 16 mois et un
jour. On a commencé à
compter depuis le mois
de février, nous travaillons et nous faisons
en sorte que nous ayons
le fichier dans un temps
record. Nous nous
sommes lancés dans
cette procédure et nous
avançons. Il est vrai
que le fichier ne sera
pas disponible avant
la fin de l’année. En
milieu de l’année 2017,
le fichier sera déjà prêt.
Le fichier aujourd’hui
est le seul argument,
lors que
le débat
dans
l’opposition
fait
rage, Rfi a fait le point
sur le processus électoral au Congo. La
question qui obsède la
classe politique est de
savoir s’il est encore
possible de tenir les
délais constitutionnels
pour la présidentielle.
Le processus d’enrôlement des électeurs
n’a même pas encore
commencé. Mais la
Céni promet de débuter l’opération au
mois de juillet, pour
une convocation du
corps électoral fixée
par la Constitution
à septembre. Rfi a
donné son micro à
Corneille Nangaa,
président de la Commission électorale nationale indépendante.
malheureusement, qui
justifie la non-tenue de
l’élection.
Pourquoi ne pas annoncer que l’élection
présidentielle ne sera
pas tenue dans les délais constitutionnels,
puisque vous savez
déjà que le fichier ne
sera pas prêt pour
pouvoir organiser cette élection et convoquer le corps électoral
en septembre?
Nous sommes en train
de constituer le corps
électoral qui sera
convoqué pour toutes
les élections. Pourquoi
ne pas l’annoncer,
c’est la question du
calendrier. Nous allons
publier dans les jours
qui viennent des calendriers et il y a des éléments que nous sommes en train de réunir,
qui nous permettront de
publier ces calendriers
sans qu’il y ait encore
un refus ou un rejet par
l’un ou l’autre camp de
ce calendrier. Ce qu’il
faut savoir, c’est qu’il
y a la contrainte légale
et constitutionnelle qui
est là et il y a aussi la
contrainte technique.
Comment concilier
les deux contraintes?
C’est ça la question.
Et c’est là où nous di-
par Sonia Rolley
sons que cette question
devrait être gérée par
d’autres acteurs. La
Céni se focalise sur ce
critère technique parce
qu’après tout il faut
avoir un fichier fiable
pour aller aux élections.
Est-ce que si les acteurs se décidaient
demain à aller aux
élections sans révision
du fichier, est-ce que
ce serait encore possible de tenir les délais
constitutionnels?
C’était une option qui
était tenable à partir
de janvier. Et nous
avions proposé en son
temps cette question.
Aujourd’hui, à cette
date en juin, même si
l’option politique était
levée d’aller aux élections avec le fichier de
2011 fiabilisé, on ne
tiendra plus le mois
de novembre. Ce n’est
plus tenable, même
dans cette hypothèselà.
Donc il n’y a plus
d’option possible
pour tenir les délais constitutionnels
aujourd’hui, selon
l’avis technique de la
Céni?
Je pense que nous
avons donné notre
avis technique, nous
avons fait une feuille
de route, qu’on nous
fasse confiance. Nous
sommes en train de
travailler pour avoir un
fichier fiable sur lequel
tout le monde peut être
d’accord. Et à partir de
là, nous allons tenir de
très bonnes élections.
Pourtant il y avait des
experts électoraux onusiens qui disaient dans
un rapport qu’il était
encore possible de tenir
les délais constitutionnels sans révision du
fichier électoral. C’est
un point de vue que
vous ne partagez pas ?
J’aurais bien voulu voir
ce rapport avant de
faire des commentaires
là-dessus. Mais tout ce
que je sais c’est que
nous avons travaillé
avec les experts de
l’OIF et des Nations
unies et nous avons mis
sur la table toutes les
options possibles.
Vous ne craignez pas
d’être accusé d’avoir
violé la Constitution
et en l’occurrence
d’être poursuivi pour
haute trahison, ce
que disent certains
membres de la société
civile aujourd’hui?
Ce qui veut dire pour
que je publie le calendrier, il faut que je sois
couvert pour que vous
ne me traitiez pas de
l’institution qui a violé
la Constitution. Nous
n’allons pas violer la
Constitution. Nous
disons nous-mêmes
que nous avons pris
beaucoup de retard.
Et le retard accumulé
a fait qu’aujourd’hui,
il faut constituer les
fichiers. C’est ça la
contrainte technique
qui est devant nous. Et
nous sommes en train
d’avancer.
Mais comment expliquer ça alors que depuis 2011 vous savez
que des élections sont
à organiser en 2016 et
qu’il n’y a pas de surprise avec ça?
Il n’y a pas de surprise.
Mais la vérité est que je
suis entré en fonction
en novembre. Nous
avons fait l’évaluation
de la situation et nous
avons tracé la feuille de
route pour sortir de cette impasse où on était.
Qui est responsable de
ce retard selon vous?
Qui est responsable
du fait que les élections ne soient pas
organisées dans les
délais constitutionnels
cette année?
Ce n’est pas le rôle de
la Céni de déterminer
qui est responsable de
quoi. Nous, on a établi
les faits.
Il y a bien un problème de financement?
La Céni elle-même
s’est plainte du fait de
ne pas être financée
à hauteur de ce qui
était promis par l’Assemblée nationale l’an
dernier.
Les finances constituent effectivement une
contrainte importante
au processus. Dans ce
calendrier global de
2015, la Céni avait déjà
soulevé cette question. Mais il faut dire
qu’avec le gouvernement, dès décembre,
dès notre prise de
fonction, nous sommes
tombés d’accord sur
le plan de décaissement. Et depuis janvier jusqu’à ce jour, le
gouvernement exécute
ces plans de décaissement correctement. La
bonne nouvelle, c’est
qu’aujourd’hui nous
connaissons les fournisseurs. à la signature
du contrat, la Céni a
plus ou moins de quoi
payer le matériel, ce
qui est une avancée et
nous pensons que nous
allons évoluer dans ce
sens-là.
Sonia Rolley n
Rfi, l’invité
de la rédaction
Afrique.
AVIS AU PUBLIC
RAWBANK CONTINUE D’éTENDRE SON RéSEAU
D
ans son
objectif
d’aller
plus haut,
plus loin
et de marquer sans
cesse l’économie
de la République
Démocratique du Congo
de son empreinte,
RAWBANK a procédé
le mardi 10 mai 2016,
à l’ouverture de sa nouvelle
agence de Bon Marché.
Située sur l’avenue Flambeau
au n°261, dans le quartier
Bon Marché, commune de
Barumbu Ville province
de Kinshasa, la nouvelle
succursale de RAWBANK
est disponible à tous ceux
qui souhaitent effectuer des
opérations bancaires en toute
sécurité.
Cette agence vient renforcer
le large réseau RAWBANK,
dorénavant constitué de
42 agences et 27 guichets
avancés sur toute l’étendue du
territoire national.
La Direction Générale
remercie tous les clients
et partenaires pour leur
confiance et leur intérêt dans
les produits et services offerts
par RAWBANK.
Nos agences sont ouvertes:
Du lundi au vendredi:
de 8h30’ à 15h30’
Le samedi: de 9h00’ à 12h00’
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 4.
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 5.
Le PM Matata fait face aux
interrogations des Sénateurs
l’actus |
N
ul ne
s’attendait
qu’ayant
adressé
une
question orale avec
débat au Chef du
Gouvernement, un élu
de l’opposition - à plus
forte raison le sénateur
Florentin Mokonda
Bonza paré de ses
titres de professeur
d’Economie, d’ancien
DirCab de Mobutu - le
tout dernier - d’éternel
candidat Premier
ministre et..., last but
not least, de chef de
file de l’opposition
dure au Sénat - allait
faire de cadeau au
Gouvernement.
Les deux séances
programmées au
Sénat - jeudi et lundi
derniers - ont tenu
leurs promesses. Il
n’empêche! Augustin
Matata Ponyo
Mapon a donné sa
réplique républicaine
à l’hémicycle sans
manquer ni de
repartie, ni de punch
de punch, dont extraits
ci-après.
Les questions et
observations reçues
des Sénateurs ont été
classée en cinq points
par le Premier ministre
Augustin Matata Ponyo
Mapon.
w Le domaine politique
et sécuritaire;
w Le domaine
économique;
w Le domaine social;
w Le domaine des
infrastructures;
w Le domaine de la
gestion des ressources
humaines du secteur
public.
Les questions d’ordre
politique et sécuritaire.
Les préoccupations
et questions d’ordre
politique et sécuritaire
notées, portent
essentiellement sur
quatre points, à savoir:
(i) les avancées dans
la réforme des forces
armées et de police,
(ii) la politique mise
en œuvre pour mettre
fin à l’insécurité
particulièrement à l’Est
du pays (iii) les moyens
mis à la disposition de
la CENI dans le cadre
de l’organisation des
élections, et enfin (iv)
les rapports entre le
Pouvoir central et les
provinces en vue de
leur implication dans la
dynamique de l’action
du Gouvernement.
Sur les avancées
dans la réforme de la
police et de l’armée,
«je dois signaler (...)
que dans le cadre de
la réorganisation et
de la modernisation
de nos Forces armées,
la mise en œuvre
du plan de réforme
a commencé par la
définition d’un cadre
juridique moderne. Il
convient de préciser
que ce cadre juridique
et organisationnel
nouveau soutient
la réorganisation
fonctionnelle et
opérationnelle de nos
Forces armées. Ainsi,
le nouveau visage
constaté par tous de
notre Armée s’est
traduit par la mise
en place efficace des
unités de couverture.
Actuellement, l’Armée
s’attelle à monter en
puissance avec les
unités de réaction
rapide et les unités de
défense principale.
Aussi, pour doter
l’Armée de moyens
supplémentaires
humains, logistiques et
financiers nécessaires
pour poursuivre et
parachever la mise
en œuvre du plan
de réforme, une loi
de programmation
militaire a été élaborée,
et se trouve aujourd’hui
dans le processus pour
sa promulgation».
Sur la police
nationale, «il s’agit
ici d’améliorer
principalement
ses capacités
opérationnelles. Pour
cela, il a été procédé
au renforcement
des capacités des
unités regroupées,
avec l’appui de la
MONUSCO. Les
différents centres
d’instructions ont
été réhabilités pour
garantir une bonne
formation de nos
éléments. Parmi
lesquels nous pouvons
citer Kapalata, Kasapa,
Kasangulu, Jules
Moke, Mbulamatadi
et Mbankana. La
démarche entreprise
se situe à deux
niveaux: primo,
neutraliser les forces
négatives à implication
locale (FRPI,
Raia Mutomboki,
Yakutumba, Mai-Mai
Simba, etc.), secundo,
neutraliser les forces
négatives à implication
régionale (ADF et
FDLR). Grâce aux
opérations militaires en
cours (Rudiya, Safisha,
Sukola I et Sukola II),
la capacité de nuisance
de ces forces négatives
tant nationales
qu’étrangères a
sensiblement baissé.
Affaiblis, ces groupes
armés ont changé
de mode opératoire
et se livrent à des
actions terroristes. La
difficulté éprouvée
par le Gouvernement
dans la résolution de
ce problème vient
notamment du fait que
certains pays de la
sous-région des GrandLacs, ne sont pas assez
coopératifs dans la lutte
contre ces mouvements
armés». Sur le
processus électoral
et son financement,
«la dynamique
démocratique
enclenchée depuis
l’organisation des
premières élections
libres, transparentes et
démocratiques en 2006,
est irréversible.
Ainsi, depuis 2014,
le gouvernement a
décaissé en faveur de
la CENI un montant de
USD 138,71 millions
pour le processus
électoral. à fin mai
2016, le Gouvernement
a décaissé au profit
de la CéNI USD
50,675 millions. Ces
sommes n’incluent
pas le fonctionnement
mensuel et la
rémunération de cette
institution, soient USD
56 millions ainsi que
le paiement des dettes
de 2011, soient USD
11,58 millions. Si on
ajoute ceux-là, le total
des décaissements en
faveur de la CéNI se
chiffre à USD 206,3
millions de dollars
américains. Ce montant
peut être ventilé comme
suit: 67,2% en faveur
des opérations, 27,1%
pour couvrir les frais
de fonctionnement
et les dépenses de
rémunérations, et enfin
5,7% pour apurer les
dettes de la CéNI».
Les préoccupations
d’ordre économique.
«S’agissant des
remarques sur la
fragilité du cadre
macro-économique au
regard de la crise des
cours des matières
premières, (...), la
stabilité du cadre
macroéconomique
est la fondation
pour construire une
économie prospère.
Le frémissement du
Franc congolais a
montré à la population,
à nos concitoyens,
mêmes les plus
sceptiques, cette vérité
économique, à savoir
la pertinence de la
nécessité de préserver
la stabilité du cadre
macroéconomique.
Au regard de ce qui
précède, les actions
du gouvernement
sont orientées vers
les objectifs de
stabilisation du
taux de change du
Franc congolais par
rapport au dollar
américain. Quant aux
préoccupations sur
la fragilité du cadre
macroéconomique
et au dérapage de la
monnaie, le cours
de change vendeur
au marché parallèle
est passé de 940
francs congolais le
dollar, à fin décembre
2015, à près de 985
francs congolais au
4 juin 2016. Ainsi,
la dépréciation de la
monnaie nationale,
depuis le début de cette
année se situe à 4,5%
au marché parallèle.
Avec des telles
variations, il ne me
semble pas approprié
de parler de dérapage.
Il s’agit plutôt de
frémissement du
taux de change,
comparativement
à ce qui se passe
actuellement dans
certains pays de
la région, où la
dépréciation moyenne
depuis le début de
l’année est de 30%.
S’agissant de la
situation conjoncturelle
qui frappe la BIAC,
cette situation a déjà
fait l’objet d’une
analyse approfondie
au niveau du
gouvernement et de
la Banque centrale.
Des mesures pour
le redressement de
cette banque sont à
pieds d’œuvre. Le
gouvernement s’est
attelé à travailler dans
le sens de redorer
la confiance des
Congolais à l’égard
du système bancaire.
En effet, cette
banque commerciale
a bénéficié d’un
refinancement accordé
par la Banque centrale
depuis le 01er juin
2015 et prévu pour
être remboursé dans
les trois jours. Or, ce
refinancement a fait
l’objet de reconduction
permanente et n’était
pas couvert par une
garantie jusqu’à
fin février 2016,
contrairement aux
textes y relatifs. Voyant
le pire arriver, nous
avons dénoncé le
déséquilibre financier
de la BIAC, caractérisé
notamment par le
détournement de
l’épargne publique.
PRRIS I
PRRIS II
TOTAL
ECOLES
LIVREES
01
BANDUNDU
52
51
103
50
02
BAS-CONGO
28
33
61
32
03
EQUATEUR
49
52
101
31
04
KASAI OCCIDENTAL
44
61
105
44
05
KASAI ORIENTAL
43
59
102
48
06
KATANGA
61
60
121
59
07
KINSHASA
24
34
58
20
08
MANIEMA
42
50
92
50
09
NORD-KIVU
46
42
88
45
10
PROVINCE ORIENTALE
66
51
117
71
11
SUD-KIVU
57
43
100
52
512
536
1.048
502
TOTAL
(suite en page 7).
(dans les 26 provinces).
N°
01
PRRIS I
PRRIS II
TOTAL
ECOLES
LIVREES
MAI-NDOMBE
15
9
24
13
KWILU
22
24
46
22
KWANGO
15
18
33
15
52
51
103
50
28
33
61
32
EQUATEUR
15
16
31
15
MONGALA
7
9
16
7
NORD-UBANGI
11
8
19
1
SUD-UBANGI
7
7
14
3
TSHUAPA
9
12
21
5
49
52
101
31
KASAI
24
38
62
24
KASAI CENTRAL
20
23
43
20
SOUS/TOTAL
44
61
105
44
KASAI ORIENTAL
11
12
23
11
SANKURU
17
19
36
22
LOMAMI
15
18
33
15
43
59
102
48
HAUT-KATANGA
15
14
29
15
HAUT-LOMAMI
16
10
26
15
TANGANYIKA
13
18
31
13
LWALABA
17
18
35
16
PROVINCES
EX-BANDUNDU
SOUS/TOTAL
02
KONGO CENTRAL
03
EX-EQUATEUR
SOUS/TOTAL
04
05
EX-KASAI
OCCIDENTAL
EX-KASAI ORIENTAL
SOUS/TOTAL
06
(dans les 11 provinces).
PROVINCES
des recettes, le
gouvernement s’est
employé à réduire
progressivement son
déficit notamment en
réduisant le train de
vie des institutions
publiques et en
insistant sur l’effort
des services en matière
de mobilisation de
recettes, notamment
dans le cadre des 28
mesures arrêtées en
janvier 2016».
Disons ici que le
Premier ministre
Augustin Matata
Ponyo Mapon a fait
part du projet de loi
sur les Partenariats
Public-Privé (PPP) en
discussion à l’éCOFIN
de l’Assemblée
Nationale.
Puis: «Le secteur
extractif joue un rôle
historique essentiel
dans l’économie
Synthèse des écoles construites
Synthèse des écoles construites
N°
Ce qui nous a amené
à recommander la
réduction, et non le
gel, du refinancement
bancaire situé à
l’époque à près de 42
milliards de francs
congolais. Contre
nos propositions,
le refinancement
est allé au-delà des
chiffres acceptables,
conduisant ainsi à
une dilapidation des
ressources publiques.
Enfin de compte, la
BIAC a été déclarée en
faillite par la Banque
centrale qui a traduit en
justice les responsables
pour détournement de
l’épargne publique.
C’est ce que nous
avions prédit depuis
plusieurs mois et qui
n’avait pas bénéficié
de la compréhension
des responsables
compétents en la
matière. Au regard
de la baisse drastique
EX-KATANGA
61
60
121
59
07
KINSHASA
SOUS/TOTAL
24
34
58
20
08
MANIEMA
42
50
92
50
09
NORD-KIVU
46
42
88
45
10
EX-PROVINCE
ORIENTALE
BAS-UELE
15
9
24
17
HAUT-UELE
12
14
26
18
ITURI
17
13
30
16
TSHOPO
22
15
37
20
66
51
117
71
57
43
100
52
512
536
1.048
502
SOUS/TOTAL
11
SUD-KIVU
TOTAL
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 6.
Le deuxième oral de Matata
Ponyo face à la Chambre haute
l’actus |
(suite de la page 6).
de notre pays, qui
compte parmi les
premiers producteurs
mondiaux de cobalt,
de cuivre, de diamant,
de tantale et d’étain.
Mais l’effrontément
récent des cours des
produits de base a une
incidence négative
sur nos prévisions de
croissance et notre
objectif d’atteinte
de l’émergence
économique. On
remarque cependant,
que si les cours du
cuivre et du cobalt,
nos produits miniers
champions, ont chuté,
l’or et l’étain ont été
touchés dans une
moindre mesure.
La diversification
de notre production
minière s’impose par
conséquent et implique
principalement
la relance de la
filière stannifères et
accompagnateurs
communément
appelées 3T,
aujourd’hui dominée
par l’exploitation
artisanale, et le
développement de la
filière aurifère.
Dans ce cadre, les
projets suivants
augurent de
perspectives
intéressantes à court et
moyen termes:
w Mine d’or de Banro à
Namoya au Maniema;
w Mine d’étain
d’Alphamin à Bisié,
dans le à Walikale au
Nord-Kivu ;
w Mine d’or de
Randgold à Moku dans
le Haut-Uélé.
Le gouvernement
accompagne ces
sociétés minières
dans un partenariat
bénéfique au
Trésor public et
aux communautés
impactées par les
projets.
En vue d’améliorer
la prévisibilité de
recettes attendues
du secteur minier,
l’identification de nos
réserves minières,
sur l’ensemble du
territoire national,
nous permettra une
politique économique
plus efficiente.
La certification
subséquente de nos
réserves exploitables
aidera notre pays à
mobiliser des fonds
nécessaires à son
développement. Il y
a lieu de souligner
l’existence de deux
domaines miniers dans
notre pays, à savoir
le concédé et le nonconcédé. En ce qui
concerne le second cité,
des travaux préalables
d’exploration
géologique et minière,
faisant appel à des
procédés modernes,
sont à mener.
Le gouvernement
a pris l’option de
concentrer d’abord ses
efforts sur 19 blocs
sélectionnés selon des
critères économiques
bien précis. Les avis à
manifestation d’intérêt
et les appels d’offres
ont été lancés en 2016
par le ministère des
Mines. Plus tard, avec
des moyens mobilisés
sur le potentiel
minier de ceux-ci, la
recherche sera étendue
à 53 autres blocs
déjà choisis, avant de
systématiser l’opération
en l’étendant au
reste du pays. Outre
l’identification des sites
prioritaires, le ministère
vient de finaliser
la nouvelle carte
géologique, produite
avec l’assistance de la
Banque mondiale via
le ProMines. Enfin, le
gouvernement a engagé
le processus de création
d’un service géologique
national, SGN,
devenu urgent pour
valoriser les ressources
naturelles du pays, et
tenir nos connaissances
constamment à jour».
«Le potentiel pétrolier
et gazier du Plateau
Continental de la RDC
était évalué comme
suit, en 2012:
w Réserves prouvées:
5 milliards de barils,
w Productions à cette
date (2012): 600.000
barils/jour,
w Réserves probables et
possibles:
a) 19 milliards de barils
de pétrole
b) 55 milliards de
mètres cubes de gaz
c) 3 milliards de gaz
naturel liquéfié.
Sur le terrain, il se
fait que des activités
d’exploitation ont
lieu. En effet, on y
compte une vingtaine
de sociétés pétrolières
internationales.
Face à cette situation,
le gouvernement se
fixe comme objectif
d’accélérer la rédaction
et l’introduction de
notre requête définitive
pour l’extension du
Plateau Continental
au-delà des 200 mille
marins.
S’agissant de la
mobilisation et la
canalisation des
ressources extérieures,
Votre Gouvernement
s’emploie déjà à suivre
la mise en œuvre des
différents contrats de
financement signés
aussi bien avec les
partenaires bilatéraux
que multilatéraux de
la RDC. C’est dans ce
cadre que les revues
des programmes de
coopération avec les
partenaires techniques
et financiers ont
été organisées pour
certains et sont en cours
de préparation pour
d’autres.
Par ailleurs, eu égard
à la morosité actuelle
de l’environnement
économique
international, Votre
Gouvernement travaille
avec le FMI dont une
mission séjourne à
Kinshasa depuis ce
mercredi 1er juin 2016.
Votre Gouvernement
attend de cette mission
l’obtention d’une
lettre de confort
qui va faciliter
l’aboutissement
de la procédure
lui permettant de
bénéficier des appuis
budgétaires escomptés.
Parallèlement à cela,
Votre Gouvernement
poursuit les préparatifs
techniques en rapport
avec l’émission
souveraine inaugurale
sur le marché financier
international».
Sur la politique
agricole et la mise
en œuvre des
stratégies des parcs
agroindustriels, «le
PAI de Bukanga Lonzo
n’est pas seulement
un champ de maïs,
mais recèle aussi des
activites de production
de soya, de légumes,
de manioc, de poulets,
d’œufs, de poisson et
de porc ainsi que des
produits transformes
y relatifs. à ce sujet,
l’on peut citer la
production d’aliments
pour bétail a partir du
maïs, soya et manioc.
Il s’agit donc d’une
approche holistique
où le développement
agricole est soutenu
par une plateforme
d’infrastructures de
base (énergie, eau,
routes, voies ferrées,
voies fluviales, etc.),
des investissements
sociaux (santé,
éducation, etc.),
des investissements
strictement agricoles
(intrants, équipements,
etc) ainsi qu’une
plateforme de
distribution. En guise
d’illustration, lors de
sa visite à Bukanga
Lonzo le mois passé,
la délégation de la
Banque Africaine
de Développement
(BAD) a déclaré que
le PAI de Bukanga
Lonzo est une initiative
qui intègre les cinq
objectifs prioritaires du
Président de la BAD
dans un seul projet. Il
s’agit de:
w 1. éclairer et
électrifier l’Afrique:
Avec une sous-station
installée d’une capacité
de 56 mégawatts, le
parc de Bukanga Lonzo
va fournir de l’énergie
à la population locale et
à d’autres industries se
trouvant dans un rayon
de 100 km.
w 2. Nourrir l’Afrique:
Le volume de
production envisagé
dans le PAI de
Bukanga Lonzo aura
un impact positif sur
le prix des denrées
alimentaires pour les
consommateurs.
w 3. Industrialiser
l’Afrique: le volume
de production et
les technologies
de transformation
adoptées par le Parc
vont accompagner
la RDC vers l’âge
de l’agro-industrie.
La BAD a noté
favorablement que
les liens existent avec
les petits producteurs
qui vivent dans et aux
alentours du Parc, à
travers la technologie
de transformation de
manioc. Ainsi, le Parc
est en train d’amener
l’industrialisation
même aux plus petits
producteurs.
w 4. Intégrer l’Afrique:
Le volume de
production envisagé
va faciliter le
commerce avec les
pays voisins, ce qui
renforcera l’intégration
commerciale.
L’Afrique devrait
commercer de plus en
plus avec l’Afrique.
w 5. Améliorer la
qualité de vie des
Africains: Il va sans
dire qu’il y aura
l’amélioration dans la
sécurité alimentaire,
sur le niveau d’emploi
et de revenu pour
des milliers des
personnes, ainsi que
sur l’amélioration
des services et
infrastructures sociaux
(logements, écoles,
hôpitaux, aires de
loisirs, etc.). Ce qui
servira d’exemples
concrets d’amélioration
de la qualité de vie des
Congolais grâce au
Parc.
En conséquence, la
BAD a recommandé
que les autres pays
africains s’inspirent
du concept congolais.
C’est à ce titre qu’une
autre mission de
la BAD séjourne
présentement à
Kinshasa pour explorer
avec le gouvernement
les opportunités de
partenariat autour de la
stratégie d’essaimage
des parcs agroindustriels à travers
le pays. Il s’agit
bel et bien d’une
stratégie nationale
conformément
à la volonté du
Chef de l’état. Le
déploiement à travers
les provinces va se
faire graduellement
en fonction des
ressources disponibles.
à cet effet, avec
l’accompagnement
de la BAD, il est
prévu une table ronde
d’investisseurs et
partenaires intéressés
par la stratégie des
parcs agro-industriels».
Sur le financement
monétaire qui peut
servir à financer les
grands travaux, «notre
Loi organique relative
aux finances publiques
adoptées par les
Augustes Chambres
du Parlement et
promulguée en 2011
interdit, en son
article 16, le recours
aux avances de la
Banque centrale ou
financement monétaire
ou encore planche
à billets tant pour le
pouvoir central que
pour les provinces et
les entités territoriales
décentralisées. à
travers le monde et
l’histoire, l’expérience
a démontré que le
recours au financement
monétaire a un coût
élevé en termes
d’inflation, de baisse
de pouvoir d’achat
et de recul de la
production. C’est
pourquoi, ce mode de
financement, qui nous
a valu par ailleurs
l’hyperinflation,
l’hyper-dépréciation
et leur impact
négatif sur l’activité
économique au cours
des années 1990 à
2000, a été abandonné.
Il s’avère donc que
l’on ne peut financer
de grands travaux
par le recours au
financement monétaire.
En effet, les travaux
d’infrastructures
prennent beaucoup
de temps pour arriver
à maturité, de telle
sorte que le processus
inflationniste déclenché
lors du lancement des
travaux risque de se
pérenniser dans la
durée».
Sur la dette intérieure
et de la dette extérieure,
«la dette extérieure
a été certifiée par
les organismes
attitrés. Elle est donc
clairement déclinée en
principal et en intérêts
et a par ailleurs fait
l’objet d’une décote
d’environ 70%. C’est
cela qui explique que
le service de la dette
extérieure soit assuré
régulièrement. La dette
intérieure, surtout sa
composante financière
et commerciale, devait
faire l’objet d’un
traitement identique,
en vertu du principe
«pari passu» qui veut
que tous les créanciers
soient traités de
manière équitable.
Cette démarche est
d’autant plus justifiée
que cette dette a été
conclue, presque dans
sa totalité, au titre de
gré à gré. Elle a, par
ailleurs, plusieurs
fois fait l’objet
d’une actualisation
abusive réalisée par
les créanciers euxmêmes, sur fond des
taux d’intérêt et taux de
change excessivement
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 7.
élevés. Un processus de
certification de la dette
intérieure est en cours
par les organismes
compétents. Il vise à la
décliner en principal et
en intérêts et engager
les parties concernées
à une négociation sur
une décote plus au
moins équivalente
à celle effectuée sur
la dette extérieure,
conformément au
principe du traitement
équitable des créanciers
évoqué précédemment.
Toutefois, il convient
de mentionner qu’en
parallèle de ce travail
de certification, le
service de la dette est
assuré progressivement
sur la partie déjà
certifiée et pour
laquelle les créanciers
ont adhéré au principe
de la décote. En effet,
entre fin 2011 et 2015,
l’encours de la dette
intérieure certifiée est
passé de USD 1,407
milliard à USD 1,388
milliard, soit un service
de la dette assuré à
hauteur de USD 18,22
millions. Le principe
établi actuellement est
de s’interdire de gonfler
l’encours de cette dette
à l’effet de préserver
les générations futures
d’un lourd tribut.
Comme c’est le cas de
la génération actuelle
qui paie une dette
qu’elle n’a jamais
contractée et dont il est
difficile de démontrer
objectivement les
dividendes socioéconomiques des
projets qu’elle avait
financés».
Sur la répartition des
écoles construites par
provinces qui s’inscrit
dans le cadre du Projet
de Réhabilitation et
de Reconstruction
des Infrastructures
Scolaires (PRRIS),
celle-ci est
proportionnelle à
la population par
province administrative
(anciennes provinces
administratives). Ainsi,
sur les 1.048 écoles à
construire, 7 provinces
ont plus de 100 écoles
chacune (Bandundu,
équateur, les deux
Kasaï, Katanga,
Province orientale et
Sud-Kivu), les autres
provinces ont un total
compris entre 58 et 92
écoles. L’évolution des
travaux de construction
est fonction notamment
de la capacité technique
des Agences Locales
d’Exécution (ALE),
de la disponibilité
des matériaux de
construction et
des ressources
financières ainsi que
de l’accessibilité aux
sites». Sur la répartition
des centres de santé par
provinces, «la même
logique de répartition
des écoles prévaut
pour le secteur de
la santé à travers le
Projet d’équipement
des structures
sanitaires. Ainsi, en
ce qui concerne le
volet «équipements
médicaux», tous les
hôpitaux (200) et
centres de santé (1.000)
retenus les ont déjà
reçus, sauf ceux du
Maniema et de l’ex
Province Orientale dont
une partie est en voie
d’acheminement.
Pour le volet
«Médicaments»,
tous les hôpitaux
et centres de santé
retenus bénéficient
de lignes de crédit
auprès des Centrales
de Distribution
Régionales (CDR). En
ce qui concerne le volet
«Construction», sur les
100 centres de santé à
construire, 30 centres
sur 34 de la première
phase sont terminés et
22 réceptionnés. Tandis
que pour ceux de la
deuxième phase, le
marché pour 55 centres
est déjà attribué. Tous
les centres de santé
seront livrés cette
année».
Sur «des effets
bénéfiques de la
bancarisation sur la
rémunération des
agents de l’État,
l’orthodoxie de la
gestion des finances
publiques nous impose
des efforts pour la
maîtrise des effectifs
et, par ricochet, celle
de la masse salariale.
Seule une telle maîtrise
peut permettre une
rationalisation de la
politique salariale
et l’amélioration
soutenable des salaires.
Premier avantage pour
les fonctionnaires:
les nombreux cas de
détournements de triste
mémoire de salaires
ou de prélèvements
indus sur les salaires
ont été annihilés.
Deuxième avantage:
les sommes détournées
qui représentaient
plusieurs millions de
dollars par mois sont
aujourd’hui préservées.
Troisième avantage: les
salaires sont désormais
payés régulièrement à
terme échu. Quatrième
avantage: sur le
plan de l’économie
nationale, ce sont
plus de 100 milliards
de francs congolais
qui sont injectés
chaque mois dans les
circuits bancaires,
ce qui représente
un apport important
à l’édification du
système financier
inclusif et à l’épargne
nationale. Enfin
cinquième avantage:
l’amélioration
du niveau des
rémunérations dans
l’administration
publique. (...).
Désir
de vérité
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
Samedi 4 juin 2016, salle comble comme un œuf réunie à l’Espace Congo Loisirs à l’initiative de l’Asbl Kabila Désir à l’occasion des 45 ans de Joseph Kabila Kabange. dr.
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 8.
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
Quand une majorité soudée
est rangée derrière son leader, elle
fait vivre la démocratie
L
Réunis à Espace Congo Loisirs (de g. à dr.) le prof. Daniel Mukoko Samba, le ministre en charge des Relations avec le Parlement Tryphon Kin-kiey Mulumba, S.E
Monsieur l’Ambassadeur Norbert Nkulu Kilombo Mitumba, juriste de premier ordre et un jeune Kabiliste membre de l’Asbl Kabila Désir, Christian Mumpakani. drvés.
a démovais, il n’est pas le pire. Manuel Valls ne sorte
jeunes kabilistes, très
Et particulièrement sur
le dernier dimanche
Une Vision partagée!
cratie peut w 2. En démocratie,
sa fameuse «arme atoengagé, qui va témoideux articles très quede novembre de la
On parle souvent de
être mauil y a d’un côté l’opmique» - l’article 49.3
gner; Kabila 45 ans, un rellés de cette Constitu- cinquième année du
l’émergence. Quand
vaise, elle
position, de l’autre la
de la Constitution de
rêve de jeune.
tion du 18 février 2006, mandat présidentiel»
on voit la Malaisie
n’est pas
majorité. à l’opposi1958 - sorti comme un
Barack Obama est arl’art. 70 et l’art. 73.
(art. 134. 2).
avec Mahathir Bin
le pire des systèmes.
tion de s’opposer (c’est carton rouge, ses élus
rivé à la tête de l’Admi- La premier stipule: «Le Enfin: «le Président de
Mohamad, Singapour
Le Congo a choisi ce
son métier, le contraire
auraient été exclus du
nistration américaine à
Président de la Répula République ne peut
avec Lee Kuan Yew,
système qui met en
n’aurait pas de sens!)
PS, et mâtés!
l’âge de 47 ans; Nicolas blique est élu au suffra- bénéficier de prolonla Corée du Sud avec
place une opposition
parfois tête baissée héw 4. Quand partout dans le général Park Chung
Sarkozy a gagné la
ge universel direct pour gation de mandat. Il ne
et une majorité. Et
las! Mais qui pourrait
le monde et dans la
Présidence française à
un mandat de cinq ans
peut assumer un nouHee, père de l’actuelle
lorsqu’une majorité
lui en faire le reprosous-région, les majori- présidente du pays
52 ans; François Holrenouvelable une seule
veau mandat, qu’après
au pouvoir se range
che! à la majorité (de
tés au pouvoir s’exprilande allait fêter ses 58 fois. à la fin de son
un intervalle de cinq
Park Guen Hye ou la
soudée, derrière son
Congolais) au pouvoir
ment soudées, derrière
ans quand il succède
mandat, le Président de (5) ans. En aucun cas,
Chine), on a un rêve
leader, pour préd’exercer le pouvoir,
leur leader, pour préà Sarkozy et accède à
la République reste en
il ne peut briguer un
pour le Congo qui, à
senter, défendre son
de se défendre le cas
senter, défendre, elles
l’élysée. Joseph Kabila fonction jusqu’à l’instroisième mandat» (art.
l’accession du pays à
projet de société et
échéant, de défendre
font leur métier. Et font l’indépendance, avait
- cet homme d’exceptallation effective du
134. 3).
son joker, elle fait son son leader, son Joker
vivre la démocratie.
tion - a pris les rênes
nouveau Président élu». L’interdiction mieux,
les mêmes indicateurs
métier et fait vivre la
(c’est son métier, le
w 7. Quand face au déles interdits sont trop
que ces pays. Comment de son pays à 29 ans. Il Le deuxième dispose
démocratie. Ci-après
contraire n’aurait pas
luge de mensonge, au
a mis fin aux guerres,
que «le scrutin pour
clairs comme l’eau de
réaliser ce rêve?
la présentation du dé- de sens!).
déni de vérité, face à
pacifié
ce
pays,
orgal’élection
du
Présiroche et voulus par le
w 2. Deuxième interbat faite par le minisw 3. Partout dans le
la manipulation, face nisé les premières élec- dent de la République
constituant et le peuple
venant: Son Exceltre Tryphon Kin-kiey
monde, c’est comme
oui - au discours mani- lence Monsieur le
tions démocratiques,
est convoqué par la
de Haïti. Il n’y a aucuMulumba, président
cela qu’elle existe la
chéen - des Congolais
relevé tous les défis
Commission électorale
ne similitude possible
Vice-Premier Ministre
de l’Asbl Kabila Dédémocratie et c’est
se mettent debout, font
qui faisaient face à son
nationale indépendante avec la Constitution
honoraire en charge
sir.
comme cela qu’elle
montre du désir de vépays! Kabila incarne
quatre-vingt dix jours
Congolaise.
du Budget, le profesDisons-le haut et fort,
fonctionne!
rité, pour présenter et
toutes les valeurs que
avant l’expiration du
seur Daniel Mukoko
et soyons très clairs:
Quand apparaît une
défendre, ils font leur
l’on aimerait retrouver
mandat du Président en Mesdames et MesSamba, professeur
w 1. Le Congo est une
fronde - au sein de la
métier. Et font vivre la
sieurs,
d’économie: Kabila 45 dans la jeunesse congo- exercice».
démocratie. Liberté
majorité comme au sein démocratie.
laise… Kabila, un atout à ce propos, d’aucuns
Chacun disposera de
ans, une vision éconod’expression. Liberté
de l’opposition - elle
pour le Congo.
nous parlent du pré15 à 30 minutes, vomique. Et précisément
de presse (500 jourdoit être mâtée; elle
Présenter, défendre.
w 4. Enfin, Son Excelcédent haïtien. Or, là,
tre humble serviteur
d’où venons-nous? Où
naux peut-être plus,
doit être évacuée!
Nous avons réuni
dans ce système de
aura la tâche difficile
en sommes-nous? Quel lence Monsieur l’Am1.000 radios peut-être
Mesdames et Mesautour de cette table
bassadeur,
Me
Norbert
Haïti,
la
question
est
de tenter une première
rêve nourrissons-nous
plus, 1.000 télévisions
sieurs,
quatre personnalités
Nkulu Kilombo Mitum- strictement réglée par
synthèse avant d’ouvrir
à cette étape? Il n’y a
peut-être plus!). Liberté En France, pays dont
exceptionnelles, repréba, juriste de premier
l’art. 134 de la Constila session de commend’émergence qu’écod’association (près de
le système politique
sentant la crème, l’élite nomique, qu’infrasordre. Face à la confutution de ce pays.
taires ou de questions700 partis politiques et
est proche du nôtre ou
de notre pays que je
«La durée du mandat
réponses, pour ceux qui
tructurelle, que sociale, sion savamment entreautant d’associations
pays dont le système
présente selon l’ordre
tenue par l’opposition
présidentiel est de cinq
le souhaiteraient.
qu’humaine! Où en est
diverses). Liberté de
politique a inspiré le
de leur intervention:
dont c’est le métier, il
(5) ans. Cette période
Mesdames et Mesnotre pays - moteur du
manifestation tout en
nôtre, la fronde PS si
w 1. Monsieur Jeanva avoir la charge de
commence et se termisieurs, j’ai l’honneur
Continent - sous Karespectant l’ordre puelle s’était exprimée
Pierre Kambila Kannous éclairer sur l’arrêt nera le 7 février suivant d’inviter le premier
bila?
blic surtout pour un
par une motion de
kwende, politologue de w 3. Autre intervenant:
de la Cour Constitula date des élections»
intervenant, Monsieur
pays post-conflit.
censure contre le gouhaut vol qui présentera
tionnelle: fin de mandat (art. 134. 1).
Jean-Pierre Kambila
un jeune Christian
Ce pays a voulu ce sys- vernement avant que
Kabila 45 ans, une Visignifie-t-elle vacance
Puis: «Les élections
Kankwende et de lui
Mumpakani, jeune
tème. Il peut être maule Premier ministre
sion pour le Congo.
de pouvoir?
présidentielles ont lieu
céder le micro.
parmi des millions de
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 9.
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
«Ni vide juridique, ni vide institutionnel,
ni vacance du pouvoir, ni président intérimaire»
C
i-après
la
présentation
tant
attendue de l’ambassadeur,
Me Norbert Nkulu
Mitumba Kilombo.
1. Sens et portée
de l’arrêt du 11 mai
2016 de la Cour
Constitutionnelle
en matière.
d’interprétation.
w L’article 161 de la
Constitution permet
au Président de
la République, au
Gouvernement, au
Président du Sénat,
au Président de
l’Assemblée nationale,
à un dixième des
membres de chacune
des Chambres
parlementaires,
aux Gouverneurs
de province et
aux Présidents
des Assemblées
provinciales
d’introduire devant la
Cour constitutionnelle
un recours en
interprétation de la
Constitution.
w Plus de 250
députés ont saisi la
Cour pour solliciter
l’interprétation de
l’article 70 alinéa 2 en
combinaison, d’une
part avec les articles
103, 105 et 197 de la
Constitution et d’autre
part avec les articles
75 et 76 de la même
Constitution.
w Par son arrêt du 11
mai 2016, la Cour a
dit que l’art. 70 al. 2
permet au Président
de la République
actuellement en
exercice de rester
en fonction jusqu’à
l’installation effective
du nouveau Président
élu en vertu du principe
de la continuité de
l’état. En outre, la
Cour a dit que bien
que d’une durée de
cinq ans renouvelable,
le mandat des
députés nationaux,
sénateurs et députés
provinciaux ne prend
fin qu’à l’installation
d’une nouvelle
Assemblée nationale,
d’un nouveau Sénat
ou d’une nouvelle
Assemblée provinciale,
en vertu du même
principe continuité
de l’état, également
traduit par les alinéas
2 des articles 103 et
105 ainsi que l’al. 6
de l’article 197 de la
Constitution. La Cour
a ensuite précisé que
les articles 75 et 76 de
la Constitution règlent
le cas de vacance
de la Présidence
de la République
intervenant en cours
de mandat pour cause
de décès, démission
ou pour toute autre
cause d’empêchement
définitif du Président
de la République,
les articles 75 et 76
n’étant pas applicables
lorsqu’il s’agit de la
fin normale du mandat
de cinq ans. Enfin,
la Cour a indiqué
que la vacance de
la Présidence de la
République nécessite
l’intervention de la
Cour constitutionnelle
qui en fait la
déclaration, sur saisine
du Gouvernement.
Il ressort ainsi de la
décision de la Cour
que les élus du peuple,
à savoir le Président
de la République, les
députés nationaux
et provinciaux,
les Sénateurs,
les Gouverneurs
de province, les
Conseillers urbains,
les Conseillers
communaux, les
Conseillers de secteur
et de chefferie,
les Maires, les
Bourgmestres et les
Chefs de secteur ne
cessent d’exercer
leur fonction
qu’à l’installation
effective de leurs
successeurs élus.
En ce qui concerne
particulièrement
le Président de la
République, la Cour
s’est notamment
appuyée sur le
rapport de la
Commission politique,
administrative
et juridique de
l’Assemblée nationale
relatif à l’avant-projet
de la Constitution qui,
à la page 27, précise
qu’un deuxième
alinéa a été ajouté
à l’article 70 pour
que le Président
de la République
sortant puisse rester
en fonction jusqu’à
l’installation effective
du nouveau Président
élu afin d’éviter le
vide institutionnel.
Il convient de dire
qu’en statuant de la
sorte, la Cour n’a ni
révisé l’article 70
de la Constitution ni
conféré un troisième
mandat au Président
de la République, ni
violé l’article 220 de
la Constitution qui
souligne le nombre et
la durée des mandats
du Président de la
République.
C’est comme pour les
Sénateurs, les Députés
provinciaux et les
Gouverneur de
province qui ne sont
qu’à leur premier
mandat qui a
commencé en 2007
tandis que le Président
poursuit son deuxième
mandat et non le
troisième mandat en
restant en fonction
après le 19 décembre
2016.
2. Fin du mandat
présidentiel au 19
décembre 2016 et
vacance au sommet
de l’état.
Comme l’a si bien
rappelé la Cour
constitutionnelle, la
vacance de la
présidence de la
République ne peut
être déclarée par un
individu ou groupe
d’individus, quels
qu’ils soient, majorité
ou opposition politique
ou société civile.
à cette fin, la
procédure est initiée
par le Gouvernement
réuni de toute
urgence en Conseil
des Ministres dès la
survenance de l’une
des causes prévues
par la Constitution et
l’article 84 de la loi
du 15 octobre 2013
portant organisation et
fonctionnement de la
Cour constitutionnelle.
La Cour déclare
la vacance de la
Présidence de la
République qui peut
résulter soit du décès
ou de la démission
du Président de la
République soit de
toute autre cause
d’empêchement
définitif, telle que la
maladie, la captivité,
la destitution par la
Cour constitutionnelle
à la suite d’une
condamnation pénale.
Il y a lieu de préciser
que l’article 84 précité
dispose qu’il y a
empêchement définitif
lorsque le Président de
la République se trouve
dans l’impossibilité
absolue d’exercer
personnellement
les fonctions qui lui
sont dévolues par la
Constitution et par les
lois de la République.
L’arrêt de la Cour
précise bien que
la vacance de la
présidence de la
République renvoie
à l’hypothèse où la
fonction présidentielle
reste sans titulaire à
la suite de certains
événements qui
surviennent en cours
de mandat et non
pas l’hypothèse
de fin de mandat.
Il convient donc de
ne pas confondre
les deux hypothèses
qui entraînent
des conséquences
différentes.
En conclusion, la fin
du mandat présidentiel
au 19 décembre 2016
n’entraîne ni vide
juridique ni vide
institutionnel, encore
moins la vacance au
sommet de l’état.
3. Délai
constitutionnel prévu
par l’article 73 de la
Constitution.
Aux termes de l’article
73 de la Constitution,
le scrutin pour
l’élection du
Président de la
République est
convoqué par la
Commission électorale
nationale indépendante,
quatre-vingt-dix jours
avant l’expiration du
mandat du Président en
exercice.
C’est cette disposition
qui permet aux acteurs
politiques d’invoquer
un délai constitutionnel
pour l’élection
présidentielle. Il ne
revient à personne de
contester ce délai mais
les opinions divergent
en ce qui concerne
les conséquences
politiques et juridiques
lorsque ce délai n’est
pas respecté ou lorsque
l’élection présidentielle
n’est pas organisée
dans le respect de ce
délai. Une fraction
de l’opposition
politique prétend, sans
se référer à aucun
principe de droit ni
à aucune disposition
constitutionnelle ou
légale, que la non
tenue des élections
dans ce délai entraîne
la vacance de la
présidence de la
République. Cette
thèse est insoutenable
au regard des
prescriptions légales et
constitutionnelles.
à titre d’exemple
prescriptions de la loi
électorale.
Aux termes de l’article
27 de la loi électorale,
les juridictions
appelées à statuer sur
le contentieux des
candidatures disposent
de sept jours pour
rendre leurs décisions.
Passé ce délai, le
recours est réputé
fondé et le requérant
rentre dans ses droits.
L’article 78 de la loi
électorale dispose
que l’élu qui fait
l’objet de l’une des
incompatibilités visées
à l’article 77 doit opter,
dans les huit jours de la
validation de mandat,
entre son mandat et les
autres fonctions qu’il
exerce. à défaut de se
prononcer dans le délai
fixé, il est présumé
avoir renoncé à son
mandat. Il ressort de
ces dispositions que la
loi elle-même a indiqué
les conséquences à
tirer lorsque le délai
qu’elle prescrit n’est
pas respecté. Aux
termes de l’article 74
de la loi électorale,
le délai d’examen
du contentieux de
l’élection présidentielle
est de sept jours
à compter de la
saisine de la Cour
constitutionnelle, celui
du contentieux des
élections législatives,
provinciales, urbaines,
communales et
locales est de deux
mois à compter de la
saisine des juridictions
compétentes. Ici la loi
est muette quant aux
conséquences à tirer
si le délai pour statuer
n’est pas respecté.
Cela signifie qu’il
appartient à la loi
elle-même d’indiquer
les conséquences à
tirer lorsque le délai
prescrit n’est pas
respecté. Cela échappe
donc à la compétence
d’un individu ou d’un
groupe d’individus de
tirer des conséquences
que la loi n’a pas
indiquées.
à titre d’exemple,
prescriptions
constitutionnelles.
Ce qui est dit ci-dessus
concernant la loi,
s’applique également
à la Constitution. Aux
termes de l’article 99
de la Constitution,
le Président de
la République et
les membres du
Gouvernement sont
tenus de déposer,
devant la Cour
constitutionnelle,
la déclaration écrite
de leur patrimoine
familial. Faute de cette
déclaration, endéans les
trente jours, la personne
concernée est réputée
démissionnaire.
Dans les trente jours
suivant la fin des
fonctions, faute de cette
déclaration, en cas de
déclaration frauduleuse
ou de soupçon
d’enrichissement
sans cause, la Cour
constitutionnelle ou la
Cour de cassation est
saisie selon le cas.
L’article 112 de la
Constitution dispose
qu’avant d’être mis
en application, le
règlement intérieur
est obligatoirement
transmis à la Cour
constitutionnelle
qui se prononce sur
sa conformité à la
Constitution dans un
délai de quinze jours.
Passé ce délai, le
règlement intérieur est
réputé conforme.
L’article 120 dispose
qu’avant d’être mis
en application, le
règlement intérieur
du Congrès est
communiqué à la
Cour constitutionnelle
qui se prononce sur
sa conformité dans
un délai de 15 jours.
Passé ce délai, le
règlement intérieur
est réputé conforme.
L’article 130, alinéa
3 dispose que les
propositions de loi
sont, avant délibération
et adoption, notifiées
pour information au
Gouvernement qui
adresse, dans les
quinze jours suivant
leur transmission,
ses observations
éventuelles au bureau
de l’une ou l’autre
chambre. Passé ce
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 10.
délai, ces propositions
de loi sont mises en
délibération.
L’article 139, in fine:
La loi ne peut être
promulguée que si elle
a été déclarée conforme
à la Constitution par la
Cour constitutionnelle
qui se prononce
dans les trente jours
de sa saisine. Passé
ces délais, la loi est
réputée conforme à la
Constitution.
Article 140 alinéa 2:
Le Président de la
République promulgue
la loi dans les quinze
jours. à défaut de
promulgation de la loi
par le Président de la
République dans les
délais constitutionnels,
la promulgation est
de droit. Article 144:
L’état d’urgence ou
l’état de siège peut être
proclamé sur tout ou
partie du territoire de
la République pour une
durée de trente jours.
L’ordonnance
proclamant l’état
d’urgence ou l’état de
siège cesse de plein
droit de produire ses
effets après l’expiration
du délai prévu cihaut…
Article 126, alinéa 7
et 8: Si quinze jours
avant la fin de la
session budgétaire, le
Gouvernement n’a pas
déposé son projet de
budget, il est réputé
démissionnaire. Dans
le cas où l’Assemblée
nationale et le Sénat
ne se prononcent pas
dans les quinze jours
sur l’ouverture des
crédits provisoires,
les dispositions du
projet prévoyant ces
crédits sont mises en
vigueur par le Président
de la République
sur proposition
du Gouvernement
délibérée en conseil
des ministres. La revue
de ces dispositions
constitutionnelles
révèle que la
Constitution
a prescrit ce qui advient
lorsque le délai n’est
pas respecté ou est
arrivé à l’échéance.
Par contre d’autres
dispositions restent
muettes quant à ce qui
pourrait advenir en cas
de non-respect du délai
constitutionnel.
à titre d’exemple:
Article 114: chaque
Chambre du Parlement
se réunit de plein
droit en session
extraordinaire le
quinzième jour suivant
la proclamation des
résultats législatives.
Qu’adviendrait-il si la
session ne commence
pas le quinzième jour?
Est-ce à dire que
la session qui
commencerait après le
quinzième jour serait
nulle ou irrégulière?
Non, la Constitution
n’ayant stipulé aucune
sanction.
Article 126, alinéa
3: Le projet de loi
de Finances de
l’année, qui comprend
notamment le budget,
est déposé par le
Gouvernement au
Bureau de l’Assemblée
nationale, au plus tard
le quinze septembre
de chaque année.
La pratique montre
qu’à ce jour, aucun
gouvernement n’a
déposé le budget le
quinze septembre.
Cela n’empêche pas
l’examen du budget
et son adoption par
le Parlement, la
Constitution n’ayant
prévu aucune suite en
cas de non respect du
délai constitutionnel.
La lecture de l’article
73 qui prévoit un délai
constitutionnel montre
que la Constitution
est muette quant aux
conséquences de la
non organisation des
élections endéans ce
délai. En tous les cas,
elle n’a prévu ni la
vacance ni la démission
d’office ou de plein
droit du Président
de la République.
Elle n’a pas stipulé
que le Président est
réputé démissionnaire
à l’issue de ce délai
et en cas de la non
convocation du
scrutin pour l’élection
présidentielle.
En conclusion:
w 1. Il y aura ni vide
juridique ni vide
institutionnel ni
vacance au sommet
de l’état ni Président
intérimaire, au
lendemain du 19
décembre 2016, le
Président Kabila
exerçant la plénitude
des pouvoirs
présidentiels jusqu’à
l’installation effective
de celui qui sera élu
pour le remplacer,
à l’exemple des
sénateurs, des députés
provinciaux et des
gouverneurs de
province.
w 2. Cette prorogation
exceptionnelle mais
constitutionnelle
ne constitue pas un
troisième mandat
pour le Président de
la République ni un
deuxième mandat pour
les Sénateurs, pour les
députés provinciaux
et les Gouverneurs de
province .
Telle est la volonté
du peuple souverain
exprimée lors du
référendum par
l’adoption de la
Constitution du 18
février 2006, c’est cela
le pacte républicain,
c’est cela le pacte
social qui lie les
dirigeants au peuple
congolais.
Me NOrbert
NKULU KILOMBO n
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
L’état stratège se soucie
avant tout d’une vision définie
L
’état
stratège
est celui
qui se
place audessus
des contingences mais
se soucie de réaliser
une vision définie
par son concepteur,
laisse entendre le politologue Jean-Pierre
Kambila Kankwende,
Directeur de cabinet
adjoint du Président
de la République qui
se demande «si une
organisation politique
qui impose des changements incontournables des dirigeants
avec la pression de
médias et celle du
peuple lui-même
n’aura pas tendance à
pousser les politiques
à se focaliser sur des
questions de court
terme».
J’ai choisi le jour de
l’anniversaire de Son
Excellence Monsieur le
Président de la République pour vous parler
du projet que ce Leader
propose à la Nation
congolaise.
Mon choix ne s’explique pas seulement par
cette commémoration.
Il s’agit pour moi de
vous proposer une réflexion autour de l’idée
de certains d’entre nous
de demander à Son
Excellence, Monsieur
le Président de la République de rester aux
affaires après cette année 2016. Beaucoup de
Congolais, à l’instar de
vous-mêmes membres
de Kabila Désir Asbl
considèrent que notre
pays a encore besoin
de Joseph Kabila Kabange.
J’aimerais, avec vous,
faire comprendre aux
Congolais qui hésitent
encore et à ceux qui
s’opposent à cette idée
de prendre conscience
que Joseph Kabila est
à ce jour l’homme qui
détient le projet le plus
approprié pour sortir ce
pays du sous-développement.
Alors qu’est-ce que
la Révolution de la
modernité? La Révolution de la modernité doit être entendue
comme, une volonté,
une démarche, une
détermination à mobiliser les énergies
et les intelligences
congolaises en vue de
les engager pleinement
dans les efforts devant
conduire la République Démocratique du
Congo à l’émergence
économique et sociale
dans un laps de temps
raisonnable. Nous sommes dans une politique
volontariste située dans
le droit fil des objectifs
du progressisme tels
Ce samedi 4 juin, l’Espace Congo Loisirs plein comme un œuf a refusé du monde. Des représentants de l’élite
congolaise s’y réunissaient à l’occasion des 45 ans d’âge du Président de la République, Joseph Kabila Kabange. dr.
que voulus par Patrice
pose Joseph Kabila à la de l’égalité au sein de
et affirmer cet objectif. toire solide vers notre
Lumumba et M’Zee
Nation congolaise.
la société, l’état doit se Qui d’autre peut mieux but qu’il convient de
comprendre les efforts
Laurent Désiré Kabila. Il va sans dire que
mettre en œuvre une
définir d’une manière
actuels en matière
L’objectif de Joseph
cette politique ne peut
politique que celui qui
particulière.
d’éducation et de scoKabila consiste à faire
se faire rapidement et
l’a définie?
Il nous faut donc dans
larisation de tous les
de la RDC une société
facilement. L’une et
Dès
lors
que
la
vision
le cadre de cette réenfants en âge de scodans laquelle est redis- l’autre composante de
est
connue,
pour
agir
flexion, concevoir une
larité, de soutien à l’entribué équitablement le ce binôme exige des
en
stratège,
on
se
doit
définition de l’état
seignement technique
produit du travail naefforts considérables.
maintenant
de
dessiner
intégrant les challentional. Il faut pourtant
Pour accélérer l’atteinte ges indiqués ci-dessus.
une trajectoire, prendre et d’amélioration du
reconnaître que la poli- de ce double objectif, la On pourrait donc dire
les orientations structu- niveau de nos univertique kabiliste ne sauRDC a besoin d’un état que chez nous, l’état
rantes sur le long terme sités. «On a coutume
de dire que la compérait, à l’étape actuelle,
stratège.
et se soumettre à l’exidoit être l’instance de
titivité des Nations se
privilégier la mise en
Pour pouvoir amener
gence d’une allocation
l’incarnation de la voforge à l’école». En
place d’un état-Proun pays sous-développé lonté de consolider la
rationnelle de ressourvidence. L’état-Proà l’émergence, plus
ces disponibles. Le pre- effet, nous ne saurons
Nation et l’instrument
devenir une nation écovidence est celui qui
tard au développement
mier signe de la trajecapproprié pour l’atnomiquement compéorganise le corps social et enfin au niveau de
toire et notamment de
teinte des objectifs que
titive et respectée dans
de manière à ce que
grandes puissances, il
prise
d’orientation
a
été
se fixe la communauté.
le concert des nations
le besoin de base de
s’impose que l’état se
annoncé
dès
le
départ
à
Ceci, dans le cadre des
sans une ressource huchaque citoyen soit rai- définisse et se donne
travers
le
souci
d’unir
valeurs du patriotisme
maine tant intellectuelle
sonnablement pris en
un rôle particulier.
l’ensemble
du
pays
et de notre objectif de
qu’ouvrière bien forcharge par l’état. Dans Répondons de prime
par
des
infrastructures
bâtir un état où les rimée. Les politiques tant
un état-Providence, on à bord, à une question
de
transport
efficace.
chesses sont équitableminières que forestièinsiste sur l’assurance
de base: qu’est-ce que
C’est ainsi qu’il faut
ment reparties.
res, malgré les problèmaladie, l’assurance
c’est qu’un état? Les
comprendre les grands
Ainsi donc, l’état en
mes auxquels elles font
chômage, l’école obliclassiques «libéraux»
travaux routiers, les
République Démocraface actuellement, sont
gatoire et gratuite, sub- répondent que l’état
efforts pour améliorer
tique du Congo se doit
à considérer comme un
vention des moyens de est l’instrument ou la
la navigabilité de nos
d’être un état véritastade intermédiaire à
transport, etc. Il faut re- structure que se donne
cours d’eau, la rénoblement stratège. Nous
travers lequel il fallait
connaître que l’état ac- une Nation pour s’orcomprenons la stratégie vation ou la réparation
passer pour accumuler
tuel de notre économie ganiser rationnellement comme la réflexion et
des ponts et des bacs,
les finances, l’expertise
ne saurait soutenir un
en vue d’atteindre ses
l’investissement
dans
l’effort de se fixer un
et l’expérience nécessystème de redistribubuts. Les marxistes et
une
société
d’aviation
but et de concevoir, de
saire à l’élargissement
tion d’une richesse enautres révolutionnaires
performante,
le
projet
manière systémique,
du domaine industriel
core potentielle, donc
considèrent l’état com- les actions à poser pour de réhabilitation des
national.
concrètement indisme l’instrument de la
voies
des
chemins
de
atteindre cet objectif.
Qui d’autre pourrait
ponible. Aujourd’hui,
classe bourgeoise pour
fer,
etc.
Les
différentes
D’aucuns diront que la
mieux veiller à cette
nous devons consacrer
légitimer, à son profit,
interventions dans le
démarche stratégique
politique que celui qui
nos efforts à deux cho- l’exploitation de la ma- c’est d’abord la capaci- domaine agricole sont
l’a conçue et guider ses
ses:
jorité de la population.
également à classer
té d’une organisation à
premiers pas?
Premièrement: traAlors que l’idéologie
dans les orientations
développer une vision.
Dans sa trajectoire tout
vailler à transformer
néo-libérale partisane
structurantes. Elles
En la matière, en ancomme dans sa strucnotre potentiel en disde la privatisation tous
sont la manifestation
nonçant dès 2001 la
ponible utilisable, à
azimuts, milite pour la
évidente de notre déter- turation, la Républidétermination de reque Démocratique du
faire de nos nombreuréduction de l’appareil
mination de construire
construire la RDC, en
Congo se veut un pays
ses ressources des véri- d’état, les gouverneun
développement
réaffirmant cette volonouvert aux investissetables richesses.
ments de tendance pro- té par le programme dit autocentré à partir de
ments étrangers suscepDeuxièmement: à
gressiste ou de gauche
ce
secteur
porteur,
tant
des «5 chantiers», et fitibles de l’accompagner
cette étape, la politicombattent pour son
pour
nos
intérêts
internalement en élargissant
dans la concrétisation
que congolaise se doit
maintien et parfois son
nes
que
pour
un
autre
l’ambition par l’annonde sa vision.
d’initier, d’organiser et élargissement.
ce de «la Révolution de positionnement sur le
En considérant la vide mener à bon port la
Dans notre contexte,
grand marché des prola Modernité», Joseph
sion définie plus haut
difficile et délicate éta- où l’on doit à la fois,
duits tropicaux.
Kabila a ainsi précisé
pe du partage équitable consolider la Nation,
Qui d’autre peut mieux et la stratégie générale
quel était l’objectif ou
abordée au travers de la
des sacrifices qu’exige
déployer les organes de le but de son action
mettre en œuvre une
trajectoire sus-indiquée,
le progrès de tous.
l’état sur l’ensemble
politique que celui
politique. L’état que
ainsi que des orienC’est là que réside la
du territoire, résoudre
qui l’a définie? C’est
doit mettre en place la
tations structurelles
particularité essentielle les problèmes du sousencore
dans
ce
souci
politique congolaise
de s’assurer une trajec- déjà en cours, quelles
de la politique que pro- développement et celui devra donc reprendre
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 11.
devraient être les missions spécifiques de
l’état stratège congolais? Celui-ci devrait-il
se cantonner dans le
pouvoir régalien que
l’idéologie dominante
réserve à l’état, ou devrait-il aller plus loin?
Les partisans de Joseph
Kabila répondent que
l’état, en sa qualité
d’incarnation d’une
nation en construction
sur tous les plans, devrait avoir un rôle plus
élargi. Sa mission aura
donc une ampleur plus
grande, eu égard aux
nombreuses attentes
de l’exigeante société
congolaise. C’est ici
que se trouve la réponse et l’explication de
la patience que cet état
sollicite de la part de la
Nation congolaise pour
ne pas instaurer immédiatement un étatProvidence que justifieraient ses objectifs.
La mission de l’état
stratège congolais est
avant tout d’être l’instance de conception,
d’étude et de mise en
œuvre des voies et
moyens d’entraîner le
pays, non seulement
hors du sous-développement, mais aussi loin
des injustices et des
inégalités de la société.
La lourdeur de cette
tâche et la nécessité
d’y consacrer, non seulement du temps mais
aussi de la cohérence
et une longue détermination, ne permet pas
des changements imposés uniquement par
des idéologies ou des
dictats étrangers. Dans
ces conditions, pourquoi changer à la fin de
cette année, au milieu
du gué.
Dans ce travail de
conception du rôle stratégique de l’état, celuici ne doit pas être perçu
comme un problème,
selon la vision néolibérale, mais comme une
solution. Ce qui veut
dire qu’il faudra réinventer le champ régalien, ne pas le limiter à
la Police, à la Défense
Nationale, aux Relations Extérieures, à la
Justice et à la Fiscalité.
Par ailleurs, il est légitime de se demander
si une organisation
politique qui impose
des changements incontournables des dirigeants avec la pression
de médias et celle du
peuple lui-même n’aura
pas tendance à pousser les politiques à se
focaliser sur des questions de court terme. Il
faut craindre que l’on
s’éloigne définitivement de l’état stratège.
Je vous remercie.
Jean-Pierre Kambila
Kankwende n
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
Il s’installe au Congo un nouvel élan
économique depuis la venue au pouvoir
du président Joseph Kabila Kabange
Graphique 1
RDC: évolution des taux de croissance du PIB et du PIB par habitant et du Revenu National Brut par habitant (1960-2014)
M
ême si le
Congolais
moyen
de 2014
ne vit pas mieux que
celui de 1960, depuis
2002, l’économie
nationale est
demeurée en terrain
positif, enregistrant
la plus longue
période de croissance
(soit 12 ans) depuis
l’indépendance,
explique le professeur
d’économie Daniel
Mukoko Samba,
Vice-premier ministre
honoraire en charge
du Budget (Matata
1). «Un nouvel élan
est perceptible depuis
que le Président
Joseph Kabila
Kabange a accédé à la
fonction de Président
de la République.
C’est, pour chaque
Congolais, un devoir
de préserver cet élan».
Les Congolais
réclament de meilleures
conditions de vie. C’est
leur droit légitime.
C’est une aspiration
largement justifiée.
Toutefois, l’évolution
à travers le temps des
conditions de vie des
citoyens d’un pays
doit être appréciée en
tenant compte de la
marche de la nation
tout entière. Qu’en
est-il de la marche de
la RD Congo depuis
l’indépendance?
En 54 années
d’indépendance, soit
Source des données: World Bank, World Development Indicators, disponible en ligne à l’adresse http://data.worldbank.org/country/congo-dem-rep.
de 1961 à 2014, la
de trois trimestres.
de 2005) de 728 USD
4,5%. Rêvons un peu.
lequel les fruits
la loi relative aux
croissance économique L’hécatombe a lieu
en 1960 à 823 USD
Supposons qu’entre
économiques ne seront
finances publiques, le
a été négative pendant
après le discours du 24
en 1974, 187 USD en
1974 et 2014 le Congo
pas que produits par
code des assurances, la
33 ans, dont 14
avril 1990. Le revenu
2001 et 253 USD en
ait connu une évolution le secteur minier. Un
loi sur l’électricité, la
années d’affilée, de
par habitant a reculé de 2014. On comprend
régulière semblable,
Congo où l’énergie
loi sur l’eau, pour ne
1988 à 2001. Elle
16% en 1993, l’année
mieux l’expression
soit 4,5% de taux de
électrique ne sera pas
citer que ces quelques
n’a été positive que
de la deuxième vague
«descente aux enfers»
croissance annuelle du
que produite par la
textes. Une lecture
pendant 21 ans, dont
des pillages de triste
à la lecture de ces
revenu national brut par Snél et l’eau par la
attentive de ces lois
11 ans de 2003 à 2014
mémoire. Cette longue
chiffres; le revenu
habitant, le RNB par
Régideso. Un Congo
permet d’y déceler
(Graphique 1).
descente aux enfers
moyen du Congolais
habitant serait de 4.784 où le secteur des
la volonté d’instituer
Au cours de ces 54
s’est arrêtée en 2002.
de 2001 ne représente
USD en 2014.
assurances libéralisé
un nouveau système
années d’indépendance, Depuis 2002,
que 26% de son niveau Mais l’on finit toujours
jouera son plein
économique.
la marche de la nation
l’économie est
de 1960. Si, à partir de
par sortir d’un rêve.
rôle dans un secteur
Le Nouveau Congo
a donc été en dents
demeurée en terrain
2002, sous le Président Et le nôtre nous laisse
financier national
va naître au terme
de scie, avec des
positif, enregistrant la
Joseph Kabila
un goût amer. Normal!
modernisé. Un Congo
d’un bond qualitatif
fluctuations de très
plus longue période de
Kabange, le revenu
Nous aspirons à mieux, où l’état laissera le
et quantitatif sur
grande envergure. Les
croissance (soit 12 ans) par habitant a repris
nous méritons plus.
secteur privé jouer
une longue période.
troubles politiques de la depuis l’indépendance. une évolution positive,
Mais tout n’est pas
pleinement son rôle
C’est ce que j’appelle
période 1960-1965 sont Nous sommes en
nous n’en sommes qu’à perdu. Il est désormais
dans la création
un mouvement
clairement reflétées
droit de considérer
34,8% du niveau de
temps de mieux faire.
d’une économie plus
long. Permettonsdans les indicateurs
qu’un nouvel élan est
1960 ou encore 30,7%
Pour commencer,
pourvoyeuse d’emplois nous un autre rêve.
économiques.
perceptible depuis que
du niveau de 1974.
reconnaissons
et de revenus stables.
Considérons que l’élan
L’économie pendant
le Président Joseph
Il est, par conséquent,
d’abord ce nouvel
Une abondante
positif qui est évident
cette période trouble
Kabila Kabange a
utile de rappeler
élan et engageonsproduction législative a depuis l’accession
n’enregistre pas
accédé à la fonction
que dans sa marche,
nous à rechercher un
déjà jeté les bases de ce du Président Kabila
d’évolution régulière,
de Président de la
une nation a besoin
consensus national
Nouveau Congo. Oui,
au pouvoir en 2001
les taux de croissance
République. C’est, pour de maintenir plus
pour le préserver et
même si la Constitution est un scénario bas,
passant du négatif
chaque Congolais, un
longtemps un élan
le consolider. Pour
du 18 février 2006
ce qui signifie que
au positif d’une
devoir de préserver cet
positif.
ce faire, tournons le
est muette sur le
nous pouvons, nous
année à l’autre. Ce
élan.
C’est le cas du
dos aux démons, plus
choix d’un modèle
devrions faire mieux.
mouvement oscillatoire Nous n’avons pas le
Botswana, l’un des
particulièrement le
économique et social
Le Graphique 3
va se poursuivre entre
droit de rentrer dans un pays africains ayant
démon de l’instabilité
(et ce n’est d’ailleurs
illustre trois sentiers
1965 et 1974; le pays
autre cycle de perte de
connu une évolution
et du «stop and go»,
pas le rôle d’une
possibles pour faire de
n’aligne des taux de
revenus pour tous.
positive de longue
qui nous faisait faire un Constitution), elle a
la R-dCongo un pays
croissance positifs
On peut se demander
durée depuis son
pas en avant, six pas en tout de même indiqué
à revenu intermédiaire
successifs qu’en 1968
pourquoi le sentiment
indépendance du
arrière.
et de la manière la
de la tranche inférieure.
et 1969. à partir de
général dans le pays
Royaume-Uni en
Il y a un Nouveau
plus claire possible les
La Banque mondiale
1974 commence la
ne traduit pas cette
1966 (Graphique 2).
Congo à construire. Les grandes orientations.
classifie les 210 pays
longue descente aux
évolution positive.
Considéré au moment
nombreuses réformes
Ainsi, depuis 2007,
ayant une population
enfers. L’économie
La réponse est simple
de son indépendance
engagées depuis 2007
le Parlement a voté
supérieure à 30.000
recule chaque année, à
et elle est dans la
comme l’un des
préparent ce Nouveau
des lois majeures
habitants en quatre
part les courts épisodes courbe rouge du même
territoires les plus
Congo. Nous sommes à qui vont altérer notre
catégories:
(1980-1981, 1983graphique 1. Cette
pauvres au monde, le
un moment particulier
système économique:
t Pays à faible revenu
1984, et 1986) au cours courbe montre que le
Botswana a connu une
de transition, quittant
la loi sur les entreprises (1.035 USD ou moins);
desquels elle retrouve
Congolais moyen de
évolution régulière
le Congo que nous
publiques, la loi sur
t Pays à revenu
le terrain positif à la
2014 ne vit pas mieux
faisant passer le revenu connaissons pour aller
le désengagement de
intermédiaire de la
suite de programmes
que celui de 1960. Le
par habitant de 1.255
vers le Congo auquel
l’état, la loi sur les
tranche inférieure (de
macroéconomiques
Revenu National Brut
USD en 1975 à 7058
nous aspirons. Un
marchés publics, la
1.036 à 4.085 USD);
dont les effets ne
par habitant est passé
USD en 2014, soit une
Congo à 26 provinces
loi sur la Taxe sur la
t Pays à revenu
duraient pas plus
(suite en page 13).
(en dollars constants
progression annuelle de fonctionnelles dans
Valeur Ajoutée (TVA),
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 12.
45 ans d’âge de Joseph Kabila Kabange |
Le Congo se doit tourner le dos
aux démons d’un passé instable
(suite de la page 12).
intermédiaire de la
tranche supérieure (de
4.086 à 12.615 dollars)
t Pays à revenu élevé:
12.616 dollars ou plus.
L’indicateur de revenu
utilisé est le Revenu
National Brut par tête
d’habitant calculé selon
la méthode Atlas.
Les trois scénarii
(scénario bas à 8,1%
l’an de croissance du
RNB par habitant;
scénario moyen à
10,6% et scénario élevé
à 12,7%) indiquent
clairement un bond
spectaculaire qui doit
durer jusqu’en 2030.
Dans les trois cas, la
R-dCongo sera un pays
à revenu intermédiaire
à partir de 2023 pour le
scénario haut et 2027
pour le scénario bas.
Un tel bond, pour
qu’il dure, requiert de
lever deux catégories
d’hypothèques:
t les hypothèques
d’ordre institutionnel
t et les hypothèques
relatives aux structures
économiques.
Sur le plan
institutionnel, les
hypothèques sont de
deux ordres:
t 1. l’hypothèque
sécuritaire: les
nuisances sécuritaires
à répétition importées
de quelques pays
voisins et la capacité
limitée (par les
moyens matériels et
organisationnels) des
services de sécurité et
du système judiciaire à
protéger physiquement
et/ou juridiquement les
citoyens;
t 2. l’hypothèque
d’administration
du territoire: la
faible densité de
l’administration à
travers le territoire
national et sa faible
capacité à faciliter
les transactions des
citoyens à moindres
coûts. Ces hypothèques
consacrent l’instabilité
des institutions et de
certaines parties du
territoire national. Elles
limitent surtout les
capacités de l’État à
assumer ses missions
régaliennes avec
efficacité et à fournir
les services publics
aux citoyens. Lever ces
hypothèques requiert
de grandes réformes de
l’État, lesquelles sont à
leur tour indispensables
pour la planificationprogrammation et
la mise en œuvre de
principaux projets
à caractère national
incontournables pour
la transformation
du Congo. Le projet
Inga III, prélude du
mégaprojet Grand
Inga fait partie de cet
ensemble de grandes
Graphique 2.
Botswana: évolution des taux de croissance du PIB et du PIB par habitant et du Revenu National Brut par habitant (1960-2014)
Source des données: World Bank, World Development Indicators, disponible en ligne à l’adresse http://data.worldbank.org/country/botswana.
insurmontables.
aventures qui vont faire bruts. Depuis les
des ressources
d’inventer un modèle
je voudrais souligner
Il s’agit essentiellement naturelles. Le secteur
émerger le Congo.
tristes mesures de
économique qui crée
que nous Congolais
de:
Le Congo souffre aussi zaïrianisation, les
minier est, depuis
plus d’entreprises
n’avons pas le droit
t la diversification des quelques années, le
des hypothèques ayant
filières de l’agriculture
tournées vers les
de nous tromper dans
exportations;
trait à ses structures
industrielle (thé, café,
principal contributeur
marchés extérieurs et
la lecture que nous
t de l’amélioration
économiques restées
coton, cacao, etc.)
à la formation du
plus d’emplois. Une
faisons du parcours de
de la productivité des
quasi inchangées
se sont écroulées
PIB. Toutefois, ce
telle transformation
notre pays, de grands
facteurs;
depuis la période
et l’industrie
secteur n’a que peu
structurelle n’est pas
moments de rupture et
t et de la conception
coloniale. Le Congo
manufacturière ne
d’effets de diffusion
possible en l’état
de l’énorme chantier
d’un modèle visant
ne peut réussir le
représente plus que
sur les autres secteurs.
actuel de notre système qui nous attend,
à capturer, pour le
bond requis en ne
moins de 4% du PIB.
Sa contribution aux
financier. Celui-ci,
celui de produire des
compte de l’État
comptant que sur une
Les tâches que le
revenus publics est
malgré les progrès de
résultats tangibles des
congolais, la part la
base économique
Congo doit accomplir
faible et il ne crée que
ces dernières années,
nombreuses réformes
plus élevée possible
étriquée composée
dans ce domaine
très peu d’emplois.
est encore dans sa
initiées depuis 2002.
de la rente en rapport
essentiellement de
sont nombreuses
Pour réussir son bond,
tendre enfance.
Prof. Daniel Mukoko
avec l’exploitation
produits miniers
et ardues, mais pas
le Congo a besoin
En guise de conclusion,
Samba n
Graphique 3.
RDC: Revenu National Brut par habitant (en $ courants), selon la méthode Atlas, 1962-2030
Source: World Bank, World Development Indicators, disponible http://data.worldbank.org/indicator/NY.GNP.PCAP.CD et calculs par nous-mêmes
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 13.
porte-monnaie |
Fin de course au Congo pour les
Blattner défaits désormais en cavale
F
in de course et
fin de carrière
pour les Blattner
au Congo. Ayant
perdu «leur» banque,
les voici désormais
poursuivis par la
Banque Centrale
du Congo. Visés par
l’action en justice: les
administrateurs les
deux fils américains
Blattner (Elywin,
représentant de
l’actionnaire
majoritaire et
Michael), le Français
Charles Sanlaville
mais aussi les
Congolais Blaise
Mbatshi, Edouard
Mambu ma Khenzu,
le Belge Robert
Melotte et..., surtout
Michel Losembe dit
«Mike», directeur
De g. à dr., Michel Losembe dit «Mike», le Français Charles Sanlaville, l’US Elywin Blattner. dr.
Un contrat chinois signé à Kinshasa
K
inshasa
et Pékin
ont signé
lundi 6
juin un
accord confiant à un
consortium chinois
la construction
de la centrale
hydroélectrique de
240 MW, destinée à
combler une partie
du déficit énergétique
freinant la production
minière du pays.
Le barrage de Busanga,
en aval de deux autres
centrales existantes
sur le cours supérieur
du fleuve Congo
dans l’ex-province
du Katanga, doit être
réalisé dans «les cinq
prochaines années» a
déclaré après la séance
de signature Moïse
Ekanga, directeur du
Bureau de coordination
de la coopération sinocongolaise. Le coût de
la construction n’a pas
été révélé. L’électricité
produite doit être
affectée prioritairement
à la Sicomines (Société
sino-congolaise des
mines), qui a sorti
sa première cathode
(feuille de cuivre
raffiné) en novembre.
Cette coentreprise
est le fruit d’un
gigantesque contrat
signé par Pékin et
Kinshasa en 2007.
Aux termes de cet
accord, la Chine s’est
engagée à construire
des infrastructures
(routes, hôpitaux,
écoles, etc.) en échange
de concessions
minières et de prêts à
l’État congolais.
L’accord a dû être
renégocié pour offrir
des termes plus
avantageux au Congo
en 2008. Il avait été
dénoncé comme
léonin par le FMI
(Fonds monétaire
international) et la
Banque mondiale.
Assise sur des réserves
évaluées à 10 millions
de tonnes en cuivre,
la Sicomines avait
indiqué vouloir
produire 125.000
t/an et monter
progressivement
jusqu’à 400.000 t.
Selon Moïse Ekanga,
la Sicomines importe
actuellement l’essentiel
de ses besoins en
électricité de la
Zambie. Cinquième
producteur mondial de
cuivre (chiffres 2014)
grâce à ses fabuleux
gisements du Katanga,
le Congo est durement
frappé par la chute
des cours des matières
premières provoquée
par le ralentissement de
l’économie chinoise.
Le patronat congolais
déplore depuis des
mois un déficit
chronique d’énergie
au Katanga entravant
l’essor du secteur
minier, à l’origine de
la forte croissance
économique qu’a
connue le pays de 2012
à 2016 (plus de 7% par
an en moyenne). Dans
un communiqué publié
Interpol honore l’OCC
en visitant son laboratoire
microbiologique
L
a criminalité
sous toutes
ses formes
et surtout la
contrefaçon de produits
pharmaceutiques ont
poussé une délégation
d’Interpol venue
de France (Lyon)
et du Cameroun à
visiter le laboratoire
microbiologique
de l’OCC, Office
Congolaise de contrôle.
Une visite qui s’inscrit
dans le cadre de
l’appui et du soutien
que l’OCC reçoit de
la police criminelle
internationale.
Après une brève
présentation des
laboratoires faite
par Gabriel Lubiba,
chef de Département,
la délégation a
été conviée à une
visite du laboratoire
microbiologique afin
qu’elle se fasse une
idée du travail abattu
par l’OCC dans le
cadre de la lutte
contre la contrefaçon
des produits
pharmaceutiques et
de toutes formes de
criminalité. L’OCC est
une pièce maîtresse
du contrôle des
médicaments. Ses
laboratoires sont les
mieux côtés d’Afrique
centrale. D’où les
objectifs poursuivis
par la Direction
Générale conduite
par Mme Bernadette
Muongo wa Nabahasha
tendant à doter l’OCC
des laboratoires
ultramodernes
et dignes d’une
entreprise technique
et scientifique de
renom. Au Congo, il
ne se passe pas un jour
sans que les produits
impropres ne soient
appréhendés aux
frontières. Interpol a
voulu par cette visite
s’assurer de la manière
dont ces produits sont
contrôlés et, envisager
de soutenir le pays dans
le domaine de contrôle
des médicaments.
lundi, la Chambre des
mines congolaises se
réjouit de l’annonce
récente d’une projet
de développement de
l’énergie solaire en
Zambie devant apporter
100 mégawatts
supplémentaires
à la région. Elle
demeure cependant
«extrêmement
préoccupée» par la
desserte en électricité
et déplore que la
compagnie publique
congolaise «n’ait pas
été en mesure de lancer
des projets similaires
au Katanga».
général jusqu’à la
banqueroute de
la BIAC (Banque
internationale pour
l’Afrique au Congo).
D’ores et déjà, leurs
biens identifiés ont été
mis sous séquestre et
leurs avoirs bloqués.
Alors que certains de
ces administrateurs
seraient déjà en...
cavale! Après avoir
placé cette troisième
banque commerciale
sous administration
provisoire, le 30
mai, la BCC a porté
plainte contre ses
administrateurs et
anciens dirigeants.
Très critiqué pour
sa condescendance,
le gouverneur
Deogratias Mutombo
Mwana Nyembo a
fini par adresser le 30
mai un courrier au
PGR, dans lequel il
porte plainte contre
les administrateurs
et les dirigeants de la
BIAC pour «violation
de la loi n°003/2002
du 2 février 2002
relative à l’activité
et au contrôle des
établissements
de crédit». Le
gouverneur dénonce
«des actes de
mégestion ayant
suscité la banqueroute
de la BIAC avec,
pour conséquence,
la dilapidation de
l’épargne du public
collectée au sein de
cet établissement
bancaire».
Le courrier
demande au PGR
«l’ouverture d’une
action judiciaire
et des mesures
conservatoires visant
la mise sous séquestre
des biens et avoirs
des concernés ainsi
que de leurs sociétés
apparentées». L’une
des plus grosses
fortunes du Congo,
les Blattner étaient
depuis longtemps
plongés dans la mafia
financière. L’affaire
BIAC sonne l’hallali,
leur mise à mort
professionnelle.
Quant à «Mike»
Losembe présenté
comme la tête
pensante de cette
maffia expérimentée
depuis la Citi impossible qu’il se
reproduise dans le
secteur.
Alunga Mbuwa n
MESSAGE DE VŒUX
à Son Excellence Monsieur le Président de la
République Démocratique du Congo, Chef de l’état,
à l’occasion de la célébration de son anniversaire
A
l’occasion de la célébration
de l’anniversaire de votre
naissance, le Conseil
d’Administration et la
Direction Générale de l’Office Congolais
de Contrôle ainsi que l’ensemble de
son personnel ont l’insigne honneur de
présenter à votre très Haute Personnalité
les vœux de paix, de stabilité, de bonheur,
de santé et de longévité.
L’Office Congolais de Contrôle,
Etablissement public à caractère
scientifique et technique, saisit cette
opportunité pour vous exprimer son
soutien tous azimuts dans les efforts que
vous ne cessez, d’une part, de fournir
pour la réinstauration de la paix et la
sauvegarde de l’intégrité de l’ensemble du
territoire national et d’autre part, pour la
tenue du Dialogue National et Inclusif qui
constitue une opportunité offerte à notre
peuple pour baliser le chemin vers les
élections libres, transparentes, crédibles et
apaisées en République Démocratique du
Congo.
Plaise au Très-Haut de vous éclairer
davantage et vous combler de toutes ses
bénédictions pour le bonheur du peuple
congolais et qu’il daigne bénir notre
pays que nous voulons tous uni, fort et
prospère.
Fait à Kinshasa, le 02/06/2016
Le Directeur Général a.i.
Bernadette MUONGO wa
NABAHASHA
Le Président du Conseil
d’ Administration,
Moussa KALEMA
SANGOLO-ZAKU
Office Congolais de Contrôle
Le Conseil d’Administration
Alain BUBU n
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 14.
prestige de l’auto |
Le premier SUV de chez Jaguar dépasse
son concurrent de chez Porsche: le Macan
E
lle a décidé
de rattraper
son retard en
présentent
au dernier salon de
Francfort son SUV.
Les concurrents de
la marque anglaise
(Audi, BMW,
Mercedes et Porsche)
avaient une sérieuse
longueur d’avance
sur le constructeur
britannique,
engrengeant les
bénéfices grâce au
luxe haut perché.
Ambitieuse, Jaguar
avait tout simplement
annoncé vouloir
faire mieux que celui
qu’elle estime être
comme son rival le
plus naturel: le Porsche
Macan. Pari réussi?
Esthétiquement, ce F
Pace dégage un certain
charme, une émotion
comme Ian Callum, son
designer, est capable
d’en créer. C’est sans
contestation possible
le SUV le plus sexy
du marché. Bourgeois,
sportif et aventurier,
on a la sensation
d’être face au héros
de BD Largo Winch.
Cette ligne évoque
à la fois l’élégance
et un petit côté bad
boy. À l’intérieur,
le match tourne très
rapidement à l’avantage
de son principal rival
allemand. Ce F Pace
présente bien mais
se révèle un peu
quelconque. Rien de
très émotionnel même
si c’est bien fait. Le
coup de crayon de
Porsche pour ses
intérieurs est juste
magnifique en plus
d’une qualité au dessus
de tout soupçon. Voilà
pour le subjectif,
pour le rationnel,
l’anglais s’impose
par l’espace proposé.
Une famille voyagera
mieux installée à bord
du sujet de la reine
(longueur de 4731mm
et un empattement de
2874mm coffre 650
litres) que dans le
Macan où l’on se sent
un peu plus confiné.
L’équipement dans
les deux cas présente
absolument tout ce dont
on a besoins: écrans
TFT, connectivité, hi-fi,
etc, etc et heureusement
vu les prix pratiqués.
Confort contre sport ...
Pourtant annoncé
comme rival du Macan
avec un tout nouveau
châssis pensé pour
coller au train de
l’allemand, autant le
dire tout de suite : le
F-Pace aura beaucoup
de mal à devancer le
SUV Porsche.
Le modèle S équipé des
quatre roues motrices
et du V6 3,0L essence
doté d’un compresseur
pour 380 ch, a certes
fait preuve d’une belle
sportivité mais n’a pas
le talent nécessaire pour
lutter. Une prise en
! le plus naturel: F Pace, le SUV le plus sexy du marché? dr.
La marque avait annoncé vouloir faire mieux que celui qu’elle prend comme son rival
mains quelques jours
et confort l’handicape
détail le très gros point
puisqu’elle laisse
sait rester civil en
des options, il faudra
auparavant du Macan
un peu. Ses appuis
fort de ce F Pace tient
l’arrière enrouler
proposant un confort
sans doute plus tabler
GTS nous avait permis sont plus marqués et
dans son très musical
naturellement les
un cran au-dessus de
sur un budget de
de nous replonger
le roulis un peu plus
et sensationnel V6
virages comme à
son concurrent Macan
65 000 euros pour
dans le niveau de
présent. Néanmoins,
essence.
bord d’un coupé :
de Porsche. Finalement emporter un beau
performances atteint
ses bonnes dispositions
passionnant! Sans
bien sous tous rapports
F-Pace: l’assurance
par l’allemand. Le F
le placent tout de
Une belle
gagner complètement
ce F Pace a de fortes
de se distinguer des
Pace est loin d’être
même devant tous
réussite.
son pari, Jaguar
chances de briller dans
copains qui roulent
ridicule mais le
les autres premiums
La gestion des quatre
a finalement su
la catégorie.
en allemande. C’est
compromis chois par
allemands. Voiclà pour
roues motrices est
proposer un SUV
Affiché à partir de
ce qu’on appelle le
Jaguar entre sportivité
les généralités, dans le
également intéressante
très performant qui
42.470 euros, au jeu
charme britannique ...
Ne roule pas au volant d’une Ferrari qui veut
L
orsqu’on
est riche,
on peut
s’offrir une
Ferrari. Et
lorsqu’on est très très
riche, il est possible de
demander à Ferrari
de construire un
modèle unique, sur
la base d’un existant.
C’est ce que la firme
italienne nomme les
«One-Off». Dernière
née de cette série: la
458 MM Speciale.
Rares sont les Ferrari
qui ne passent pas
par le Département
Personnalisation de la
firme au cheval cabré,
qui permet de ne pas
avoir la même auto
que son (riche) voisin.
Certains clients
vont beaucoup plus
loin: ils demandent
au constructeur
italien de dessiner et
fabriquer à la main
une nouvelle tenue
pour un véhicule
qu’ils viennent
d’acquérir.
une auto de
grande valeur.
On ose imaginer le
prix que cela coûte,
en prenant en compte
aussi bien le fait qu’il
faut concevoir des
pièces en exemplaire
unique que la valeur
que peut prendre
la voiture une fois
finie. La 458 Speciale
qui sert de base à ce
véhicule coûtait déjà
près de 250.000 €.
Pour la transformer,
son propriétaire
britannique a dû
signer un chèque à six
chiffres! Et pour que
Ferrari accepte de lui
abaisse visuellement
le pavillon et donne à
la voiture un côté plus
furtif.
Les pare-chocs avant
et arrière en carbone
sont inédits. Celui de
l’avant intègre des
entrées d’air inclinées
vers l’arrière.
L’ouverture latérale
a aussi été redessinée,
tout comme les jantes.
L’acquéreur a beau
être anglais, il a tenu
à rendre hommage
à l’Italie avec la
présence d’une bande
tricolore dans le
sens de la longueur.
La carrosserie en
aluminium est peinte
en «Bianco Italia».
! Dans l’habitacle,
Ferrari 458 MM Speciale: une nouvelle Ferrari. Unique. Mais n’est pas unique pas qui veut! dr. les modifications
ont porté sur un
système audio de
pointe et les finitions
répondant aux désirs
du propriétaire. La
garniture Cioccolato
en cuir à coutures
blanches est
élégamment mise en
relief par une série
de détails soignés
comme les anneaux
blanc satin autour
les commandes
du tunnel. Aucun
commentaire n’est
fait sur la technique,
mais il ne semble
pas y avoir de
changement à ce
niveau. Pour rappel,
la Speciale était
dotée d’un V8 de 605
! ch, atmosphérique.
Quand on sait que les
Celui-ci souhaitait
nouvelles Ferrari 488
faire cet honneur, il
premiers essais sur
de 1984. Les vitres
des lignes plus
sont dotées d’un bloc
ne doit pas en être à
le célèbre circuit de
latérales sont ainsi
sportives avec un
turbo, voilà qui donne
sa première Ferrari,
Fiorano. Elle a été
dans la continuité du
effet visière pour le
encore plus de valeur
loin de là! La MM
conçue en interne,
pare-brise, avec un
vitrage, un détail qui
vient d’être dévoilée
selon les consignes
montant peint en noir. à la MM.
fait écho à la GTO
FLORENT FERRIERE n
à l’occasion de ses
dictées par le client.
Ce choix esthétique
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 15.
!
Mettre les gaz en période d’incertitude
C’est ce qui s’appelle une salle noire de monde, que nul n’avait jamais remplie avant où, en pleine période d’incertitude et de reniement, sur le thème «Tous ensemble derrière
Kabila», le Parti pour l’Action refuse du monde sur une terre passant pour hostile, laisssant des grappes humaines traîner dans les dépendances de cette Fikin. lesoft numérique.
Sur les bords de la Luye, sur nos terres bénies de Bandundu, dans Masimanimba, des villages entiers se vident et entrent en transe à l’apparition de Ya Khala (le Grand Crabe).Une
histoire vient de commencer qui passera par la matinée politique de rentrée organisée dans la mythique salle de la Fikin sur le thème «Tous ensemble derrière Kabila». lesoftNumérique.
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 16.
Pourquoi elles ne
quittent pas leur conjoint
vie |
E
ntre eux,
l’amour
et le
désir se
sont évanouis et
ont laissé la place aux
conflits, au mépris,
à l’indifférence... Un
enfer conjugal que de
nombreuses femmes
subissent, sans parvenir à quitter leur
compagnon. Le sociologue Jean-Claude
Kaufmann a enquêté
sur ces femmes piégées dans leur couple.
Entretien.
Aujourd’hui, les
couples se font et se
défont rapidement.
Comment expliquer
qu’à une telle époque,
existe également ce
piège conjugal que
vous décrivez: des
couples où l’amour
est mort, la souffrance
omniprésente, mais
où les partenaires
restent malgré tout
ensemble?
Le grand problème
actuel, c’est une difficulté à s’engager, à
accepter d’abandonner
une part de sa liberté.
De simples agacements
deviennent parfois
des prétextes pour ne
plus supporter l’autre
et le quitter. Tout ceci
masque une autre réalité: des engagements
conjugaux qui se prolongent alors que le
couple s’enfonce dans
le mal-être. à la pointe
de ces deux réalités
contraires, on trouve
les femmes.
Elles sont davantage
à l’origine des divorces - les hommes les
y poussent souvent:
lorsque le couple ne va
pas bien, ils vont généralement rester plus
longtemps à l’extérieur,
commencer à s’enfermer dans le silence et
avancer vers la rupture
sans le dire, jusqu’à
ce que leur compagne
acte la séparation. Et
les femmes sont plus
souvent piégées dans
leur couple que les
hommes, incapables de
quitter leur conjoint.
Ce décalage avec
l’image actuelle de la
rupture facile et rapide
aggrave d’ailleurs leur
souffrance. Beaucoup
racontent avoir souffert
de l’incompréhension
des autres, qui leur
disaient: «tu n’as qu’à
partir, c’est tout simple».
Dans leurs témoignages, beaucoup disent
qu’elles sont sans
énergie, comme paralysées face à une sorte
de fatalité conjugale… Est-ce pour cela
qu’elles ne peuvent
pas partir ?
est souvent pire à vivre
pour des enfants qu’un
divorce.
Des femmes disent qu’elles sont sans énergie, comme paralysées face à une sorte de fatalité conjugale… droits réservés. !
Cette perte d’énergie
est un élément très
important. Pour partir,
il en faut beaucoup!
Il faut également de
l’assurance, car il ne
s’agit pas d’un simple
changement de décor.
Il y a des difficultés
matérielles, la question
des enfants et toute une
vie à reconstruire. Une
autre identité, un autre
soi à inventer. C’est
souvent une source
d’angoisse: ces femmes
se demandent ce qu’elles vont devenir. Elles
ont peur de l’avenir, de
la solitude. Elles ont
une piètre estime d’elles-mêmes car au quotidien, elles sont continuellement rabaissées,
dévalorisées, par leur
compagnon. Cependant, elles continuent,
dans un esprit de sacrifice: ces femmes n’ont
pas condamné leur rêve
romantique et gardent
l’espoir que les choses
finiront par s’arranger.
D’un autre côté, elles
ressentent une forte
envie de liberté qui les
fait retrouver un peu
d’optimisme, d’énergie. Mais la plupart du
temps, elles vont reporter le départ à plus tard.
Ça sera «dans un an»
ou «quand les enfants
seront plus grands»...
Et quand cette date
arrive, leur esprit de
sacrifice reprend généralement le dessus
et leur énergie disparaît. D’où vient cet
esprit de sacrifice?
Si les femmes sont plus
souvent piégées, c’est
parce qu’elles sont
nombreuses à s’engager corps et âme dans
le couple. Lorsque les
choses commencent
à se dégrader, elles
baissent la tête et continuent. Quand elles ont
un bébé, elle reportent
leur amour sur lui et
surinvestissent la famille. Mais cet enfant
va les enfermer encore
davantage car partir
devient encore plus
difficile. Ces femmes
se retrouvent également
isolées car elles ont peu
d’activités en dehors
de la famille, sont peu
épanouies ou passionnées par leur travail.
Lorsque le piège se
referme, elles n’ont pas
d’endroit alternatif où
reconstituer leur estime
d’elles-mêmes, un lieu
d’échange. Elles sont
enfermées dans ce huis
clos familial.
Quel est le profil de
ces femmes piégées?
Il existe plusieurs
degrés dans le piège
conjugal. Certaines sont
dans un piège relativement léger, «doré»:
c’est le confort matériel
qui les empêche de
partir. Chez d’autres,
la souffrance est telle
qu’elles peuvent avoir
des idées de suicide.
Globalement, les femmes les plus concernées
ont 30-40 ans, des enfants en bas âge et évoluent dans des milieux
modestes. Certaines ne
peuvent pas partir car
elles n’ont pas d’indépendance financière.
Mais il y a aussi des
femmes d’autres milieux, beaucoup plus
jeunes qui sont concernées et des femmes plus
âgées, qui n’ont jamais
réussi à partir.
Quels sont alors les
points communs entre
toutes ces femmes?
Souvent, elles n’avaient
pas d’attirance particulière pour leur futur
compagnon. Elles commençaient à s’inquiéter
de la suite de leur existence, elles avaient peur
de rester seules. Elles
se sont convaincues que
cet homme «n’était pas
si mal» et ont eu le sentiment d’avoir résolu le
problème: elles étaient
«casées». C’est donc la
norme et l’image de soi
qui ont présidé au couple. Une image qu’elles
ont alimentée par la
suite, racontant à leur
famille, leurs amis, que
tout allait bien alors
que déjà, le couple se
dégradait. Ce faisant,
elles se sont là encore
isolées et le jour où elles ont voulu raconter
la vérité, personne n’a
voulu y croire. Souvent, leur compagnon
est très différent en société et dans le couple.
Qui sont leurs compagnons? Vous évoquez leur silence, leur
mépris, leur violence
parfois... Ont-il un
profil particulier?
Lorsque le fonctionnement du couple se détraque, les partenaires
se transforment à des
degrés très divers. Ils
n’étaient pas forcément
«comme cela au début». Dans ces couples,
les hommes sont souvent aussi en souffrance et essayent d’interpréter la situation. Ils
ont tendance à adopter
la technique du boucémissaire: si le couple
a mal tourné, c’est de
la faute de l’autre. Ils
vont donc dénigrer leur
compagne.
Lors de mon enquête,
je n’ai reçu le témoignage que d’un seul
homme piégé. Depuis
la sortie du livre, j’ai
enfin des témoignages
masculins plus nombreux. Hommes et
femmes expriment leur
souffrance de façon
très différente: chez les
hommes, elle est moins
palpable car ils ont
tendance à s’enfermer
dans le silence, jusqu’à,
parfois, un véritable
effondrement intérieur.
Les femmes, elles, essayent de comprendre
ce qui passe, d’avoir
des explications. C’est
parfois explosif dans
leur tête: elles vivent
la situation de manière
plus intense.
Comment le couple
peut-il devenir et rester un tel lieu de souffrance?
Les attentes par rapport
au couple sont consi-
dérables. La vie à deux
est devenue quelque
chose de très difficile
à construire car elle
est basée sur des aspirations paradoxales:
on veut à la fois être
proche de l’autre, mais
aussi ne pas se perdre
et garder une maîtrise
sur sa propre existence
ainsi que des moments
pour soi. Des ajustements permanents sont
nécessaires: souvent,
quand l’un souhaite la
distance, l’autre désire de la proximité et
vice-versa! Cela crée
des petites déceptions,
insatisfactions, anicroches et agacements permanents.
C’est normal et de
nombreux couples arrivent à les surmonter,
tant qu’une règle d’or
est respectée: un rapport de bienveillance,
de confiance et de reconnaissance mutuelle.
Mais parfois, cette
bienveillance disparaît
en même temps que
le couple s’enfonce
dans la routine, sans
que les partenaires ne
le voient forcément
venir. Des phrases méchantes et des critiques
gratuites commencent
à être prononcées, le
couple bascule alors
dans le dénigrement
et le rabaissement de
l’autre, dans l’irrespect, le mépris. Les
partenaires ne s’aident
plus à construire leur
estime d’eux-mêmes.
Au contraire, celle-ci se
construit au détriment
de l’autre, qui devient
un adversaire. La spirale positive qui fait du
couple une machine à
se faire du bien disparaît. Le couple devient
une machine terrifiante
à se faire du mal. Une
fois enclenchée, cette
spirale négative est difficile à inverser.
Des femmes prises
au piège décident de
prendre un amant ou
font tout pour que
leur compagnon les
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 17.
trompe. Quel rôle ont
ces «stratégies»?
Certaines femmes
piégées se lancent effectivement dans des
stratégies, comme
tromper leur mari. Mais
souvent, celui-ci ne
réagit pas en l’apprenant et l’effondrement
est encore plus fort.
Bon nombre d’entre
elles ne comprennent
pas pourquoi elles n’arrivent pas à partir et
cherchent à avoir «une
bonne raison de s’en
aller». Certaines disent
«qu’elles préfèreraient
presque être battues»
car là, elles s’en iraient.
Ce n’est d’ailleurs pas
certain: il y a parfois le
même engrenage chez
les femmes battues.
Beaucoup attendent en
espérant que cela va
aller mieux.
Autre élément du
piège: si elles ne partent pas, c’est parfois
aussi par amour pour
leur compagnon. Elles
l’aiment donc encore?
Les femmes ont souvent peur de faire du
mal à leur conjoint,
même si celui-ci développe des attitudes qui
sont parfois proches
de celles d’un pervers
narcissique. Souvent,
quand elles vont enfin
arriver à évoquer leur
départ, les hommes
vont s’accrocher au
couple alors qu’ils
sont aussi la plupart du
temps en souffrance.
Certains vont se lancer dans des tactiques
de chantage affectif:
«si tu pars, ça va être
la guerre» ou «je suis
perdu sans toi, je vais
me suicider». D’autres
se transforment subitement en amoureux
transis et font tout pour
séduire à nouveau leur
compagne et souvent,
ça fonctionne. Ces
femmes ont aussi peur
de faire du mal à leurs
enfants en partant,
même si cette crainte
est parfois exagérée
car un couple toxique
Les femmes qui parviennent à partir parlent d’un déclic. En
quoi consiste-t-il?
Cela peut être une trahison amoureuse du
mari, un geste violent,
un nouveau travail ou
une promotion qui va
donner les moyens de
son autonomie... Le
déclic doit être fort.
Beaucoup en rêvent
mais cela n’a rien de
mécanique ou magique: il ne peut arriver
que lorsque l’on est
prête à partir, proche
de la décision. Quand
il se produit, c’est une
libération: beaucoup de
femmes disent revivre
et se demandent comment elles ont fait pour
ne pas partir plus tôt...
Comment faire pour
se sortir du piège?
Pour s’en sortir, il faut
désirer avoir une autre
vie. On sera quelqu’un
de différent: ni la
personne d’avant le
couple, ni celle du couple. Il faut être prête
à s’assumer. C’est la
confiance en soi qui
va donner l’énergie et
l’envie de vivre d’une
manière différente mais
malheureusement, ça
ne se décrète pas. Mais
on peut déjà partir du
principe qu’on a le
droit à un minimum de
respect, de bonheur et
de bien-être. Si le couple est un élément qui
crée au contraire de la
souffrance, c’est qu’il
est temps de partir.
Que faire si l’on commence à se sentir piégée dans son couple?
Si le couple est simplement endormi dans
la routine, mieux vaut
éviter de divorcer trop
vite. Ce n’est pas le
rêve, le poids du quotidien est difficile à gérer
à deux, chacun cherche
ses petits conforts...
Mais on peut sans
doute redynamiser la
relation conjugale qui
est toujours vivante,
même s’il y a des hauts
et des bas. En revanche, si la frontière de
la bienveillance est
brisée, c’est différent.
Il ne s’agit pas de
penser tout de suite à
partir mais de réfléchir
de manière lucide à la
situation et surtout, de
ne pas s’isoler uniquement dans le couple
et la famille. Il est important de trouver des
amis, des confidents à
qui parler, pour faire le
point et avoir un regard
extérieur, sortir du huis
clos.
Propos recueillis par
Margaux Rambert n
Pimenter nos soirées
avec des jeux coquins
T
côté rose |
ous les
deux,
on aime
bien se
faire des
Trivial
Pursuit les vendredis
soirs (avec un Japonais et de la sangria,
même si ça n’a aucun
rapport). Et si on exportait notre passion
pour les jeux dans notre lit? Voici quelques
idées érotiques accompagnées de conseils
pour... se lancer.
Quand on lit «jeux
coquins» on se dit: les
autres couples jouent
certainement, mais
nous, ce n’est pas notre
truc. Comment oser
faire la secrétaire et
débouler avec un rabbit
aux grandes oreilles
devant l’être aimé, en
pinçant ses lèvres et
en désignant les rideaux du coin de l’œil,
comme futurs témoins
de notre extase? Jamais
simple. Pourtant, personne ne nous oblige
à prendre des airs très
sérieux. Les jeux coquins peuvent démarrer
avec un verre et mille
éclats de rire, on peut
même se moquer de
nous-mêmes parce
qu’on n’est pas très à
l’aise. Dix minutes plus
tard, excitation en route
et sous-vêtements qui
demandent à fuir, on
se sent soudainement
prêts à jouer toute la
nuit parce qu’on s’aperçoit que ça change, de
se lancer des défis ou
d’emprunter quelques
accessoires.
Un conseil valable
pour chaque jeu? On
commence par s’exciter
«comme d’habitude»,
des baisers en veux-tu
en voilà, et ensuite on
démarre notre petit jeu.
Car le désir montant est
le meilleur moteur pour
s’abandonner sur de
nouveaux terrains, dont
celui des jeux. Donc...
à vous de jouer avec
nos propositions. Et
découvrez, pour chaque
idée, un conseil pour se
lancer.
Le jeu des défis sexo.
On prend une série de
petits papiers sur lesquels on écrit quelques
défis: un baiser, une
culotte qu’on retire…
on choisit, selon nos
envies, nos habitudes
(ou pas pour aller plus
loin). Et on tire au sort
chacun notre tour. Voilà
comment se retrouver à
faire des cochonneries
sous la douche ou sur
la machine à laver. Il
existe la variante dés:
chaque résultat correspond à une action, de 1
«Quand on lit «jeux coquins» on se dit: les autres couples jouent
certainement, mais nous, ce n’est pas notre truc» Si sûre? dréservés.
Verre et mille éclats de rire suffisent pour démarrer les jeux coquins. dr.
à 12.
Comment se lancer?
Avec des dés justement. Chéri, si je fais
un six, je descends aux
poubelles. Si je fais
double six, je te saute
dessus. Ce qui est dommage c’est de devoir
descendre aux poubelles mais en remontant,
avec un peu de chance,
on finira par faire ce
double six. C’est statistique. De toute façon,
l’homme se prendra au
jeu, rien ne nous empêche de changer les
règles: si je fais un un,
un deux, un trois, un
quatre, un cinq ou un
six… je te saute dessus,
est-ce que ça te va?
Le strip poker
(et autres strip pour
finir tout nu).
On l’aime bien, lui. Et
on ose des variantes:
tous les jeux de société
soigneusement rangés à
la maison peuvent faire
l’affaire, de loin. Tant
qu’on retire une de nos
fringues dès lors qu’on
perd, nous y sommes.
Pourquoi ne pas s’amuser avec le Pictionary
ou autour de votre babyfoot? (Et si on veut
y passer la semaine, on
peut toujours tenter les
échecs).
Comment se lancer?
Proposer un jeu de société classique, qu’on
aime bien tous les
deux. Et ni une ni deux,
dès que l’homme perd,
lui proposer un gage.
On peut d’abord taper
à côté: fais la roue. Et
après, on tape en plein
dedans: enlève ton
haut. Virons en strip
échecs.
gourmandise.
Et si on jouait avec
quelques gourmandises? Un peu de chocolat par-ci, ou de chantilly par-là. Ou d’eau
gazeuse avant une
fellation… Le frigo regorge de bonnes idées
pour des préliminaires
doux et coquins.
Comment se lancer?
Manger comme un
cochon de notre glace
et lui demander de la
retirer avec autre chose
qu’une serviette. On
peut aussi lui mettre du
chocolat partout en lui
disant qu’on s’occupe
de laver tout ça. Bref,
prévoir un dessert.
jeux de rôle.
Et si ce soir, on jouait
la patronne et lui le stagiaire timide et fébrile?
Des idées de jeux de
rôle, on en a toujours.
Mais parmi tous les
jeux possibles et inimaginables, s’il y en a
bien un qu’on n’ose pas
aborder, c’est celui-ci.
Comment se lancer?
Direct. Pas besoin de
sortir les costumes et
de créer un dialogue de
mise en scène pour s’y
croire (tellement gênant: bon chéri, va sur
le palier et sonne et dis
que tu es le plombier).
On saute franchement
sur l’autre en imposant
les règles: je décide,
je suis la patronne. Ou
encore: moi kiné, que
puis-je faire pour votre
cher dos?
Le striptease.
Il existe toujours et
ne prend pas une ride.
Petite musique de fond
et voilà qu’on se déshabille au gré de nos
déhanchements. Envie
de rire? On tamise la
lumière. Et on s’excite
mutuellement avant,
conseil phare.
Comment se lancer?
On fixe l’homme droit
dans les yeux (et on
!
!
!
peut se marrer, oui)
en déboutonnant notre gilet bouton après
bouton. On lui propose
alors de lui en montrer
plus, en l’entraînant
dans la chambre. On
l’excite d’abord en le
touchant, et dès lors
qu’il veut nous déshabiller, on refuse. On
s’en charge toute seule.
Les accessoires
(pour s’amuser).
Les sextoys et autres
jouets sexo agrémentent les soirées à deux!
Du petit canard vibrant
au gel lubrifiant, du stimulateur de clitoris aux
œufs masturbatoires
pour monsieur… Voilà
que ce soir, on les met
tous sur le lit en se promettant de longs, très
longs, préliminaires. Et
qui dit accessoires dit
aussi bandeau, miroir...
Comment se lancer?
Lui dire qu’on possède
ce jouet (on l’a gagné
sur Internet ou Marie
nous l’a offert, elle en
avait déjà trois). On lui
murmure qu’on a envie
d’essayer, au moins,
«pour le fun». On le
dépose près de nous,
on n’est pas obligé de
l’attraper tout de suite.
C’est une fois dans le
feu naissant de l’action
qu’on le saisit. Un petit
«J’ai envie» (si l’homme ne l’a pas attrapé
avant) suffit.
atteignent assez facilement l’orgasme clitoridien. Une petite minorité atteignent également l’orgasme par la
stimulation du vagin.
Pour de nombreux spécialistes, la séparation
orgasme clitoridien
ou vaginal semble de
plus en plus abstraite
et dépassée: L’orgasme
clitoridien peut être le
révélateur et l’initiateur
de l’orgasme vaginal.
exceptionnellement.
L’orgasme clitoridien
est relativement court
et correspond à des
contractions (spasmes)
qui le rendent facile à
identifier.
Caroline Michel n
Objet de bien des fantasmes
F
emmes
fontaines,
que signifie donc
ce terme?
Il désigne une femme qui
libère au moment de
l’orgasme une quantité
importante de liquide
au niveau de son sexe.
Connu depuis l’Antiquité, ce phénomène
qui procure beaucoup
de plaisir aux femmes
et qui est l’objet de
bien des fantasmes
masculins, est souvent
considéré comme une
éjaculation féminine.
Description.
Sur le plan mécanique, il semble que cet
orgasme particulier
soit surtout déclenché
par la stimulation du
point G, encore appelé
prostate de la femme.
L’éjaculat féminin correspondrait à du liquide
rejeté, à ce moment-là,
par les voies urinaires.
L’excitation du point
G stimulerait en effet
l’urètre sous la vessie,
et aboutirait à une expulsion en plusieurs
jets, pouvant aller de
quelques gouttes à plus
de 200 ml.
Une partie du liquide
proviendrait ainsi de
la vessie, ce que tend à
confirmer de récentes
recherches réalisées en
France.
Ce liquide est incolore,
inodore et ressemble à
de l’eau. Il semble que
certaines femmes fontaines soient dépendantes d’une stimulation
vaginale par stimulation directe de la paroi
antérieure du vagin et
que d’autres le soient
spontanément.
Inconvénients.
Une inondation des
draps peut même parfois s’observer tant les
quantités de liquide
éjaculé sont importantes. Cette situation est
difficile à maîtriser et
parfois très handicapante pour la femme et
son partenaire.
Traitement.
Il n’existe pas de traitement pour diminuer
ou supprimer cette éjaculation. Augmenter la
durée des préliminaires
peut parfois permettre
de diminuer l’éjaculation.
Orgasme vaginal ou
orgasme clitoridien? Ce
sont des questions que
se posent de nombreuses femmes.
Orgasme.
La plupart des femmes
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 18.
Orgasme clitoridien.
L’organe du plaisir
sexuel féminin est le
clitoris. Les femmes
sont majoritairement
clitoridiennes, c’està-dire qu’elles atteignent l’orgasme par
une stimulation de
leur clitoris. Certaines
femmes n’ont jamais
d’orgasme, certaines
tardivement ou très
Orgasme vaginal.
Le vagin ne devient
en général un organe
de «plaisir» qu’au fil
des années. Une faible
proportion de femmes
connaît l’orgasme vaginal si leur clitoris est
stimulé au même moment.
Un orgasme vaginal
pur est déclenché par
des stimulations du
vagin. Contrairement à
l’orgasme clitoridien,
l’orgasme vaginal est
considéré comme plus
long et plus diffus.
L’orgasme vaginal serait déclenché par une
stimulation du point G.
faits divers |
Ali a lutté contre la mort trente minutes encore
A
u chevet
de son
père,
Mohamed Ali,
avant
que celui-ci ne décède
vendredi soir, Hana
Ali s’est confiée sur les
L’histoire
d’un tweet
A
lain Juppé
ne portera
finalement
pas plainte
après la photo d’un
faux tweet envoyé par
un lycéen ardéchois.
Benoist Apparu, député Les Républicains
de la Marne et soutien
d’Alain Juppé à la
primaire de la droite
pour l’élection présidentielle, l’a annoncé.
Il a expliqué qu’«n’y
aura évidemment
pas de suite» au nom
d’Alain Juppé. «Ça
va s’arrêter», a-t-il
ajouté. Le maire de
Bordeaux avait dans
un premier temps
annoncé qu’il allait
porter plainte après la
publication sur Twitter d’une photo d’un
faux tweet qui disait:
«Un très bon ramadan
à tous mes frères et
sœurs en islam. Que
la paix d’Allah soit
sur vous».
«On ne peut pas jouer
avec l’image d’un
homme politique. Il y
a eu une réaction qui
est de dire: «Ras-lebol, on porte plainte»», raconte Benoist
Apparu. Le jeune
lycéen s’est ensuite
excusé, expliquant,
mardi soir, qu’il
trouvait que l’affaire
prenait un tour «disproportionné» avec
l’annonce de cette
plainte de l’ancien
Premier ministre.
«C’était plus une
moquerie envers la
«fachosphère» qu’envers Alain Juppé»,
a-t-il expliqué à l’Afp.
Son tweet a été repris par ses abonnés,
et «compris comme
tel» par eux, puis par
des «petits sites de la
«fachosphère»», la
nébuleuse d’extrême
droite sur internet, qui
l’ont «pris au sérieux», d’après lui.
«Mais à un moment,
il faut quand même
rappeler notamment
en campagne électorale qu’on ne peut pas
dire tout et n’importe
quoi et notamment de
gros mensonges sur
un homme politique»,
a expliqué le soutien
d’Alain Juppé. Il a
justifié la réaction du
maire de Bordeaux
par le fait qu’«il y a
aujourd’hui une campagne médiatique organisée par l’extrême
droite avec des mensonges répétés sur la
mosquée de Bordeaux
qui n’existe pas».
contre la maladie de
Parkinson. Mais vendredi soir, Mohamed
Ali s’est éteint à l’âge
de 74 ans à Phoenix alors qu’il était
hospitalisé depuis
jeudi pour un problème respiratoire.
La légende de la boxe
a longtemps affiché
une énorme détermination et l’une de ses
filles, Hana, a raconté
samedi dans un texte
émouvant les derniers
instants de son champion de père, force de
la nature jusque dans
la mort.
! «Nous étions tous
autour de lui à le
«Nos cœurs sont si lourds, mais nous sommes tellement heureux que papa soit libre», sa fille Hana. DR. prendre dans nos
derniers instants de
bras, l’embrasser, lui
la vie du légendaire
tenir la main. Nous
boxeur. Jusqu’au
chantions des prièbout, «The Greatest»
res… Tous ses orgaaura affiché sa déternes, les uns après les
mination et son sens
autres, ont arrêté de
du combat. Jusqu’au
fonctionner, mais son
bout, il aura lutté
cœur, lui, n’arrêtait
Miss Beauté
USA s’y connaît
en politique
pas de battre. Pendant trente minutes
encore, son cœur
a battu, personne
n’avait jamais vu
cela, un signe supplémentaire de la force
de son esprit et de sa
volonté. Nos cœurs
sont si lourds, mais
nous sommes aussi
tellement heureux
que papa soit libre
maintenant», a-t-elle
ajouté.
Le corps de Mohamed Ali sera rapatrié
à Louisville par sa
famille dimanche.
L’ancienne terreur
des rings sera inhumée vendredi dans
un cimetière de cette
ville du centre-est
des états-Unis, après
une procession funéraire qui traversera le
quartier de son enfance pour permettre au
plus grand nombre de
faire leurs adieux.
Pendant deux ans,
ils ont oublié de payer
Nicolas Sarkozy
D
es «lenteurs
administratives» ont
empêché
le patron des Républicains de toucher
environ 6.000 euros
par mois d’indemnités
pendant deux ans.
En tant qu’ancien
chef de l’État, Nicolas Sarkozy, «sixième
président de la Ve
République», comme il
se présente sur sa biographie Twitter, a droit,
comme ses prédécesseurs, à une allocation
mensuelle fixée par la
loi. Mais selon le pureplayer Mediapart, l’actuel président du parti
Les Républicains a dû
attendre avril 2014, soit
près de deux ans, pour
toucher son indemnité
versée par l’État, d’un
montant d’environ 6
000 euros par mois.
«Ce retard a été dû à
des lenteurs administratives», explique le
directeur des services
administratifs et financiers du Premier ministre dans les colonnes de Mediapart. En
avril 2014, la somme
de 6.000 euros ainsi
que les arriérés dus à
Nicolas Sarkozy lui ont
finalement été versés.
«Je précise que l’administration a procédé de
sa propre initiative à la
mise en paiement des
sommes dues», précise
encore Matignon au
média. Nicolas Sarkozy
n’aurait pas réclamé
cette indemnité pendant deux années.
Pendant ce laps de
temps, il avait d’autres
sources de revenus, en
tant qu’avocat, conférencier, et membre du
Conseil constitutionnel,
notamment.
convaincue. Comment
pouvions-nus imaginer qu’ils la tueraient
comme ça?» Ce matin,
Perveen Bibi a mis fin
aux jours de son propre
enfant. Elle a arrosé
d’essence sa fille, et a
allumé le feu, de son
propre aveu. Ce sont
des voisins qui, entendant crier, ont alerté les
autorités. Mais la jeune
fille était déjà morte à
leur arrivée.
avoué le crime, mais
il nous est difficile de
croire qu’une femme
de 50 ans a commis cet
acte toute seule sans
l’aide de membres de
la famille», a expliqué
à la BCC Urdu un policier.
La semaine dernière,
Maria Sadaqat, une
Pakistanaise de 19 ans,
a été torturée et brûlée
vive parce qu’elle avait
décliné une demande
en mariage. Un mois
plus tôt, une adolescente a également été
immolée par le feu
parce qu’elle avait
aidé une amie à s’enfuir avec un homme.
Cette recrudescence
de ce genre d’affaires
intervient alors que la
provibce du Pendjab,
où les deux dernières
attaques ont eu lieu, a
adopté une loi historique en février criminalisant toutes les formes
de violence contre les
femmes. Mais cette
législation progressiste
n’est pas du goût de
tous.
Elle immole sa propre fille
L
L
es états-Unis ont élu, dimanche, leur nouvelle ambassadrice de beauté. Miss USA s’appelle Deshauna Barber. Elle
a fondu en larmes lorsqu’elle a découvert le résultat. Sortie
diplômée de l’Université d’État de Virginie en 2011, Deshauna est officier de l’armée américaine, qu’elle a intégré
à 17 ans.Ses parents et ses frères et soeurs eux aussi sont
passés par l’armée. «Je considère l’engagement comme une tradition familiale. Le patriotisme et le service militaire est quelque chose qui coule
dans nos veines», a-t-elle déclaré. Deshauna Barber a raflé la couronne
à ses deux dauphines Miss Georgie Emanii Davis et Miss Hawaï Chelsea
Hardin. D’ailleurs, depuis plusieurs heures, cette dernière est au coeur
d’une vaste polémique. Lors de l’élection, Miss Hawai a été interrogée
sur ses opinions politiques. «Si l’élection avait lieu demain, voteriez-vous
Hillary Clinton ou Donald Trump, et pourquoi voudriez-vous choisir
l’un plutôt que l’autre?» Chelsea a tenu bon et répondu à cette question embarrassante: «Ce dont nous avons besoin aux États-Unis c’est
quelqu’un qui représente ceux d’entre nous qui ne se sentent pas représentés, ceux d’entre nous qui veulent faire entendre leur voix. No...»
!
e comble de
l’horreur. Zeenat Rafiq, une
Pakistanaise de 18
ans, a été brûlée vive
par sa propre mère
mercredi au Pakistan,
rapporte la BBC citant
sa filiale locale, BBC
Urdu. Motif: elle venait
d’épouser un homme
qu’elle avait choisi. Le
29 mai, Zeenat s’était
unie à Hasan Khan, un
voisin de 20 ans - un
pachtoune alors que la
famille de la mariée est
pendjabi. Une audace
insupportable pour sa
famille. «Quand elle a
annoncé à ses parents
(que nous étions ensemble), ils l’ont battue
si fort qu’elle saignait
de la bouche et du
nez», a confié le veuf à
la chaîne de télévision
internationale. «Puis sa
famille l’a leurrée, lui
promettant des réconciliations et une réception digne de ce nom,
a-t-il poursuivi. Elle
avait peur (…) Elle
ne voulait pas y aller,
mais ma famille l’a
LE SOFT INTERNATIONAL | ÉDITION NATIONALE | N° 1361 | PAGE 19.
1.100 crimes
d’honneur en
2015.
Il s’agit de la troisième
attaque de ce type en
un mois au Pakistan, où
1.100 «crimes d’honneur» ont été commis
l’an dernier selon la
Commission des droits
de l’Homme du Pakistan (HRCP). Mais cet
assassinat-là semble
encore pire que tout. La
mère infanticide, qui a
été trouvée dans la maison familiale, auprès du
corps, a été arrêtée. Le
frère de la victime est
recherché. «Sa mère a
interna t i o n a l
Duel entre une femme et un
homme d’affaires inexpérimenté
www.lesoftonline.net
since 1989
www.lesoft.be
L
e dernier
«Super
Tuesday»,
qui s’est
déroulé
mardi 7 juin dans six
états américains, laisse
entrevoir la fin de la
saison des primaires
démocrates et républicaines pour l’élection présidentielle de
novembre et Hillary
Clinton a revendiqué
sa victoire lors d’un
discours à New York,
insistant sur le caractère historique de son
investiture pour représenter le Parti démocrate à la présidentielle.
«Grâce à vous, nous
avons franchi une étape
importante. C’est la
première fois dans
l’histoire de notre pays
qu’une femme est
investie par l’un des
grands partis», a déclaré la candidate de 68
ans devant ses partisans
fous de joie dans le
quartier de Brooklyn, à
New York. «La victoire
de ce soir n’est pas
celle d’une personne,
elle appartient à une
génération de femmes
et d’hommes qui se
sont battus et se sont
sacrifiés et ont rendu
possible ce moment».
Mme Clinton, qui avait
renoncé à briguer la
Maison Blanche face
à Barack Obama, il y
a huit ans jour pour
jour, a profité de son
discours de victoire
pour tacler son opposant républicain Donald
Trump. «Les ponts
sont meilleurs que les
murs», a-t-elle lancé
en référence au projet du milliardaire de
construire un mur à la
frontière mexicaine.
Elle avait consolidé
mardi sa victoire dans
la course à l’investiture démocrate pour
la Maison Blanche en
remportant les états
du New Jersey et du
Nouveau-Mexique face
à Bernie Sanders.
La candidate aurait atteint dès lundi la majorité requise de délégués
lui garantissant l’investiture du Parti démocrate (2.383). Mais elle
comptait terminer par
des victoires symboliques lors de ce dernier
«super-mardi», pour
décourager son rival de
poursuivre cette bataille éreintante jusqu’à
la convention démocrate fin juillet. Elle aurait
remporté, mercredi 8
juin, la primaire en Californie, l’état le plus
peuplé des états-Unis.
Devant ses partisans,
mardi soir, en Californie, son rival, Bernie
Sanders a toutefois
annoncé qu’il restera
en course jusqu’à la
!
«Je vais annuler l’accord de Paris sur le climat», a promis le républicain Donald Trump en ayant à ses côtés un climatosceptique patenté. dr.
!
convention démocrate
économique, raciale
n’empêche, en effet,
Américains à écrire
L’identité de notre
tion des électeurs noirs,
de Philadelphie, qui
et environnementale»,
Bernie Sanders de
avec elle une nouvelle
pays est en jeu». Pour
hispaniques et jeunes,
doit officialiser l’inves- a-t-il ajouté. Mais il a
rester techniquement
page de l’histoire des
Donald Trump, le point dit-il à l’Afp. Clinton
titure d’Hillary Clinton aussi assuré: «Nous ne
en course. Il a toutefois états-Unis en l’élisant
faible de Hillary Clinen a donné un aperçu
à la fin du mois de
laisserons pas Trump
souligné qu’il avait
à la Maison Blanche en ton est la nébuleuse
la semaine dernière à
juillet. «Nous continue- devenir président des
hâte de «travailler»
novembre et en rejetant d’affaires entourant la
San Diego en livrant un
rons à nous battre pour
états-Unis». Si Hillary
avec le président
le message de «ressencandidate: l’enquête
réquisitoire mordant et
chaque voix et pour
Clinton a désormais
Barack Obama, fortiment» du républicain
du FBI sur son usage
sarcastique sur l’incochaque délégué», a-t-il
largement dépassé la
mellement neutre dans
Donald Trump.
d’une messagerie prihérence et les «coups
déclaré. «Nous pourmajorité requise de
les primaires, mais qui
Mais le poing en l’air,
vée lorsqu’elle dirigeait de gueule bizarres» de
suivrons notre combat
délégués pour l’invessemble désireux d’un
Bernie Sanders a
la diplomatie (2009l’homme d’affaires,
pour la justice sociale,
titure démocrate, rien
dénouement rapide.
juré de poursuivre sa
2013), et les financepromouvant sa propre
Bernie Sanders a rem«révolution politique»
ments étrangers de la
crédibilité en politiporté la primaire dans
jusqu’à la dernière
fondation fondée par
que étrangère. Pour
le Dakota du Nord et
primaire, mardi proBill. «Les Clinton sont
l’instant, la démocrate
dans le Montana. Le
chain à Washington.
devenus maîtres dans
recueille en moyenne
14 juin, le District of
S’aménageant peut-être l’art de l’enrichisse44% des intentions de
Columbia (D. C.) sera
une porte de sortie, il a ment personnel», a-t-il
vote des Américains,
le dernier à voter pour
souligné que sa priorité affirmé mardi. «Ils ont
contre 42% pour Dodésigner 45 délégués.
était la bataille d’idées
gagné des centaines de
nald Trump. «Si Hillary
Barack Obama a appelé et d’empêcher Donald
millions de dollars en
Clinton continue à faire
mardi Bernie Sanders
Trump d’être élu prévendant accès, faveurs
campagne comme elle
et Hillary Clinton pour
sident. La démocrate
et contrats gouvernel’a fait à San Diego,
les féliciter d’«avoir
a tendu la main aux
mentaux». ExceptionTrump est cuit», prédit
mené des campagnes
millions de partisans
nellement, le milliarà l’Afp Howard Dean,
pleines d’inspiration,
du socialiste, plus
daire a lu un discours
ancien patron du parti
qui ont enthousiasmé
jeunes que les siens, et
sur un prompteur, un
démocrate et candidat
les démocrates, fait
a savouré sa revanche
texte plus sobre que
aux primaires de 2004.
s’impliquer une
lors d’une soirée triom- d’ordinaire, illustrant
IVAN Couronne n
nouvelle génération
phale à New York.
son désir d’endosser le
d’Américains dans le
Assumant son statut
costume présidentiel
FINANCE PRESS GROUP.
RCCM
processus politique», a
de pionnière, après 44
alors que son camp
KIN/RCCM/15-A-27926
déclaré le porte-parole
présidents masculins,
est consterné par ses
Id. Nat.
de la Maison Blanche.
elle s’est inscrite dans
dernières sorties contre 01-93-N00932M
Soft International
«Le président a félila lignée des suffragetun juge d’origine mexi- Le
Global site www.
cité Mme Clinton pour
tes et du mouvement
caine. Mais la préfélesoftonline.net/www.lesoft.
avoir récolté le nombre pour l’égalité des sexes rence de Donald Trump be
LeSoftConcept
de délégués nécessaires et les droits des minopour les attaques ad
LeWebSoftConstruct
pour sceller l’investirités.
hominem plutôt que les InterCongoPrinters
Radio Télé Action
ture démocrate pour
«Ne laissez personne
débats d’idées présage
kkmtry@lesoft.be
info@lesoft.be
la présidentielle, a-t-il
vous dire que l’Améune campagne d’une
0898936344
ajouté. En outre, à la
rique n’est pas capable
violence inédite. «Clin- Phone
SIP-AFRiMAGES
B-1410 Belgique.
demande du sénateur
de grandes choses»,
ton a une connaissance
Tél 00-32-488205666.
Sanders, le président et a-t-elle déclaré. «Je
intime des dossiers et
Fax 00-322-3548978.
le sénateur Sanders se
veux profiter de cette
un programme détaillé, eFax 00-1-707-313-3691
rencontreront à la Mai- soirée et des prochains
mais comme Trump
Fondateur
son Blanche jeudi pour jours pour prendre
n’en a pas, personne
Tryphon Kin-kiey Mulumba.
poursuivre leur conver- pleinement conscience
ne s’intéresse à leurs
Directeur général
sation sur les enjeux
de l’histoire que nous
différences. Et comme
Gasha Kin-kiey Mulumba.
importants de cette
avons écrite ici», a dit
les deux candidats sus!
Directeur Administratif
élection». Chez les
l’ancienne Première
citent plus de défiance
& commercial
n des lions du zoo de Chiba a été trahi républicains, dernière
dame, près de 16 ans
que de confiance, il faut Alain Bubu.
Tél. 0993057455.
par sa gourmandise. Un petit garçon
ligne droite pour Doaprès le départ des
craindre un nivelleDirecteur associé
et sa famille visitaient le parc zoologi- nald Trump. Alors qu’il Clinton de la Maison
ment pas le bas», prédit Yves Soda.
Assistante: Claudine Ngingi.
que de cette ville japonaise, à l’est de
est le seul candidat à
Blanche. La campagne
Norman Ornstein,
Tél. 0898936344.
Tokyo quand, protégé de la pluie par un anocontinuer la course à
qui s’ouvre est sans
politologue de l’Ameri- Directeur de la
rak jaune, l’enfant s’est mis à regarder un lion
l’investiture du Parti
précédent. Elle se joue
can Enterprise Institute. publication.
Munyonga Mubalu.
sagement couché au fond de son enclos. Lorsrépublicain, cinq états
entre une femme et un
La stratégie du camp
AMP Agences et
que le petit garçon se tourne pour parler à sa
Messageries de la Presse
étaient appelés à voter
homme d’affaires sans
Clinton consiste à exbelges. Accords spéciaux.
famille, le lion bondit pour l’attaquer avant de
lors des dernières priexpérience politique.
ploiter les polémiques
Belgique. Trends. Trends,
se cogner violemment contre la vitre de protec- maires du Grand Old
Et les candidats sont
déclenchées par Donald Tendances. Le Vif/
L’Express. Knack.
tion qui le sépare du jeune spectateur. à aucun Party (GOP) avant la
sources de division
Trump pour valoriser
© Copyright 2015
moment ce dernier n’a été perturbé par l’atconvention de Clevecomme jamais dans
le CV et les valeurs de
FINPRESS.
Imprimé à Kinshasa
taque. Il ne semble même pas avoir réalisé ce
land qui se déroulera
l’histoire récente. Dans Hillary Clinton. «PerInterCongoPrinters
qui s’est passé puisqu’il a continué à admirer le en juillet. Le magnat de ce concours d’impopu- sonne ne peut «trumTHE NEWSPAPER
fauve qui se trouvait désormais à quelques cen- l’immobilier l’emporte
LE SOFT INTERNATIONAL
larité, Hillary Clinton
per» Trump», constate
IS PUBLISHED BY
timètres de lui, probablement déçu de ne pas
donc sans surprise
veut imprégner dans
Tim Miller, ancien
FINPRESS GROUP |
avoir attrapé sa jeune proie. L’animal pèserait
DIFFUSION MONDE
dans le New Jersey, le
l’esprit des Américains conseiller presse du
PRESSHOP.
180 kilos selon le personnel du zoo interrogé
Nouveau-Mexique, le
l’image d’un homme
républicain Jeb Bush,
par la chaîne NTV News24 et aurait l’habitude Montana, le Dakota du
susceptible, impulsif et annihilé aux primaires.
de se comporter de cette manière lorsqu’il voit
Sud et en Californie.
sectaire. «Cette élec«Elle est sûre de perdes enfants «parce qu’il veut jouer avec eux».
tion ne ressemblera
dre si elle se jette dans
Que la réelle intention du roi de la savane était
après 44
pas aux bonnes vieilles le combat de boue».
de s’amuser avec le garçonnet ou non, la vidéo, présidents masbatailles entre républi«Donald Trump doit
visionnée plus de deux millions de fois sur You- culins.
cains et démocrates»,
lui servir de faire-vatube, rappelle qu’il reste l’un des plus grands
à 68 ans, Hillary
a-t-elle dit. «Cette
loir auprès de sa base»,
BELGIUM
prédateurs du règne animal.
Clinton a enjoint les
élection est différente.
pour doper la participa-
Le fauve
loupe
son repas
U
Le soft international est un Journal de droit étranger | AUTORISATION DE DIFFUSION en R-dCongo M-CM/LMO/0321/MIN/08 daté 13 janvier 2008.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
15
Taille du fichier
4 291 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler