close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cette page - Agefi.com

IntégréTéléchargement
Lundi 13 juin 2016
|
Numéro 112
|
Créé en 1950
|
Vendu en kiosques et par abonnement
|
Prix 4,50 CHF (TVA 2,5% incl.) - 4,50 EUR
|
agefi@agefi.com
|
Rédacteur en chef: François Schaller
Jeux vidéos à Los Angeles
Grand laboratoire
pour la réalité
virtuelle
PAGE 23
JA-PP/JOURNAL — CASE POSTALE 5031 — CH-1002 LAUSANNE
SMI 7922.71
8030
7990
7950
7910
DOW JONES 17865.34
18000
17940
17880
17820
-1.90%
-0.67%
CORRECTION SUR LES TITRES BANCAIRES
Poussée du risque
de dislocation
PAGE 12
RENDEMENTS OBLIGATAIRES AU PLUS BAS
La course folle dans l’inconnu
PAGE 14
SIMPLIFICATION DU GROUPE ZURICH
Fin de la structure matricielle
PAGE 4
TAG HEUER (GROUPE LVMH) EN CHINE
Investissement à contre-courant
PAGE 24
PRIVATISATION DE L’AÉROPORT DE LYON
L’offre locale face à Genève
Rendez-vous très attendu sur
un marché en sérieuse correction
ART BASEL. Le microcosme des artistes, intermédiaires et collectionneurs ne parlera que de cela cette semaine.
STÉPHANE GACHET
Art Basel ouvre au grand public
ce jeudi, pour trois jours. Les marchands et VIP auront déjà repéré
les grandes pièces, et le salon aura
fait toutes les couvertures médiatiques, locales et internationales.
Le marché de l’art ne peut en tout
état de cause pas se permettre de
rater ce rendez-vous.
Cet exercice sera d’autant plus
scruté que le marché connaît un
ralentissement sérieux, avec un
recul du débouché chinois et des
ventes aux enchères décevantes
sur toutes les grandes places. New
York et Londres en particulier.
Philippe Davet, codirecteur de
Blondeau & Cie à Genève, souligne dans un entretien que la correction en est aux balbutiements
et que le processus est sain, même
souhaitable.
Ce point de vue n’est pas consensuel du tout. Il va dans le sens de
certaines priorités sur un champ
d’activité accaparé par la grande
distribution et ses effets marketing. Art Basel a donné le modèle
à toutes les autres foires d’art dans
le monde et représente aujourd’hui pour les négociants et
galeristes l’un des derniers dispo-
sitifs à grande échelle capable
d’entamer la domination des maisons de ventes aux enchères.
Art Basel est donc logiquement
toujours aussi courtisé: près d’un
millier d’applications pour 286
stands cette année.
Beaucoup d’efforts aussi pour jalonner l’événement d’œuvres trophées et pour diluer la composante commerciale dans le flux
culturel, à renfort de pièces muséales et de parcours annexes.
Cette animation est indispensable
pour un marché dont le seul fondamental est son rattachement à
l’histoire de l’art - même si tout le
monde sait que l’histoire de l’art
ne s’écrit pas à Bâle.
Philippe Davet rappelle que le
succès repose aussi sur la capacité
des grands opérateurs à transformer n’importe quelle valeur en
high-end. Le mimétisme des
acheteurs et la financiarisation de
l’art font le reste. La dimension
marketing n’a pourtant pas tout
submergé. Art Basel a été créé
quand l’art était encore une affaire de connaisseurs et le but était
de mettre sur peid une plateforme d’échanges entre collectionneurs et marchands. Cette dimension n’a pas disparu. PAGE 3
PAGE 23
LA RÉACTION D’ANNE EMERY-TORRACINTA
A propos du Stade de Genève
PAGE 7
MASSCHALLENGE À LAUSANNE-RENENS
L’accélérateur d’innovation
PAGE 5
PRODUITS STRUCTURÉS
Le rendez-vous du lundi
PAGE 15
Les étudiants suisses
dominent à Berlin
KURT KRUMMENACHER. Berlin est privilégié des
étudiants et cadres suisses pour les séjours linguistiques. Ils représentent plus d’un cinquième du total des
étudiants à Berlin. L’entreprise Boa Lingua et son directeur Kurt Krummenacher n’y sont pas pour rien. PAGE 6
La nouvelle pièce
du puzzle européen
Nouvel acteur dans
l’énergie à Genève
Le vote sur le Brexit compliquera les négociations entre
Suisse et l’Europe. Quel que soit le choix des Britanniques.
SIMEC. L’entreprise internationale de négoce de matières
Le Private Banking Day organisé
vendredi à Genève a une nouvelle fois montré à quel point il
est difficile que quelque chose se
crée, se perde ou se transforme
dans les relations entre la Suisse
et l’Union Européenne. Davantage encore lorsque le prochain
vote sur le Brexit vient bouleverser une situation déjà complexe.
La solution idéale d’un accord sur
les services financiers ne sera pas
créée, tant que le Conseil fédéral
n’a pas transformé le vote populaire du 9 février 2014 sur l’immigration de masse en solution
eurocompatible. Pour cela, les
émissaires du SIF, le Secrétariat
aux questions financières inter-
SIMEC annonce l’ouverture de
sa nouvelle localisation à Genève.
Le groupe multinational actif
dans les secteurs du négoce de
matières premières, de l’extraction minière et de l’énergie, du
transport maritime, de l’industrie
lourde, poursuit le développement de ses opérations commerciales en Europe et en Suisse.
Implantation sur le hub de Genève, pour y établir ses activités
administratives, financières, opérationnelles et d’exécution. Cette
nouvelle entité sera dirigée par le
CEO Europe du groupe, Piero
Piccolo.
Jay Hambro est le président exécutif de la division Energy & Mi-
nationales, devront soumettre un
projet au Parlement en septembre, et donc faire parvenir un
texte en commission d’ici miaoût. Ce qui implique d’avoir
trouvé un accord avec Bruxelles
d’ici fin juillet (une solution unilatérale pourrait être refusée par
l’UE).
Or il ne restera seulement qu’un
petit mois après le 24 juin, jour
du vote sur le Brexit. Car les services de la Commission européenne seront débordés, que les
Britanniques décident de rester
dans l’Europe ou non. On comprend qu’en attendant, le SIF ne
veuille pas perdre de vue l’option
bilatérale. PAGE 7
premières énergétiques augmente ses opérations en Suisse.
JAY HAMBRO. Président
exécutif de la division
Energy & Mining.
ning de SIMEC. Il répond aux
questions sur les principes de développement du groupe et le
choix de Genève pour de l’opérationnel. PAGE 4
ÉDITORIAL CHRISTIAN AFFOLTER
.com
L actualité en continu
c
sur
www.agefi
fi.com
MIQUE
Q EN DIRECT ”
“ L’INTELLIGENCE ÉCONOM
Les producteurs suisses d’électricité
n’ayant pas accès au client final n’osent
plus guère espérer un renversement de
tendance sur le marché européen. Une
simple interruption de la puissante baisse
des prix serait déjà quelque peu rassurante.
Les résultats du semestre 2015/16 du
groupe CKW en Suisse centrale, contrôlé
à 81% par Axpo, sont particulièrement
intéressants de ce point de vue parce que
l’exercice est bouclé fin mars, Il permet
d’obtenir les premières indications sur
l’évolution de la situation en 2016. Elles
montrent qu’aucune détente sur le front
des prix n’est en vue.Au contraire, ils ont
encore diminué... d’un quart.
Les raisons de ce nouveau décrochement
n’ont pas changé non plus. Le prix du
charbon n’a pas suivi le mouvement de
reprise du pétrole et reste au contraire à
un niveau plancher depuis 2007. Quant
aux certificats CO2, ils sont toujours très
loin de pouvoir diminuer l’attractivité de
la production d’électricité à partir de cette
source polluante.
Le rythme d’augmentation de capacité
des nouvelles énergies renouvelables en
Allemagne ne connaît aucun répit. La
consommation augmente moins que
prévu en Europe, et les distorsions de
marché s’accentuent. Les opérateurs
suisses à haute composante hydroélectrique vont probablement continuer de
subir: diminution du chiffre d’affaires
malgré une production stable ou en
hausse (-8,7% chez CKW), nouvelles dépréciations potentielles sur la valeur des
installations hydroélectriques, la compensation par les autres activités n’étant
pas suffisante pour améliorer significativement le résultat.
Ce qui risque de conduire encore à des
cessions d’actifs pour assainir les bilans,
ou au moins en maintenir la qualité actuelle. Le recours aux contrats de couverture à long terme permet toujours
moins d’absorber les effets de la chute
des prix. Le centime par kilowattheure
prévu par la stratégie énergétique 2050
couvrirait au mieux l’effet de la chute la
plus récente. Il ne permettra en tout cas
pas d’atteindre le seuil de rentabilité tel
qu’il est reconnu sur le marché suisse régulé. Et l’urgence d’une solution à court
terme continue de ne se manifester que
par le biais d’annonces de cession spectaculaires.n
La gestion immobilière personnalisée.
www.moservernet.ch
9HRLEMB*jeiaae+[L\A\A\C\O
Aucune détente sur le front des prix
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
648 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler