close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSVHorti_114_100616 - draaf paca

IntégréTéléchargement
N°114 - 10 juin 2016
Sommaire du bulletin
1. Tableau synthétique des observations …………………. P2
2. Actualités phytosanitaires ……………………………………. P3
Plantes en pot : fuchsia, gerbera, impatiens, pelargonium,
alysse, angelonia, begonia, hellébore
Fleurs et feuillage coupées : alstroemeria, dahlia, gerbera,
lisianthus, muflier, rose, aralia, asparagus, hibiscus
Fleurs comestibles : fuchsia
3. Suivi noctuelles ……………………………………………………. P7
LE BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL PEUT VOUS ETRE ENVOYE
GRATUITEMENT PAR MAIL.
SI VOUS SOUHAITEZ VOUS ABONNER,
INSCRIVEZ-VOUS DIRECTEMENT SUR LE SITE :
www.bsv-paca.fr
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 1/8
1. Tableau synthétique des observations
importance
élevée
moyenne, variable
faible
auxiliaire de culture
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 2/8
2. Actualités phytosanitaires
Fleurs coupées
Plantes en pot
Fleurs comestibles
PPAM
Alstroemeria
Chenilles : des tordeuses de l’espèce Cacoecimorpha pronubana sont observées sur une culture à Hyères. Le
niveau de présence est faible.
Cochenilles : présence faible de cochenilles farineuses au sein d’une culture à Hyères.
Pucerons : une culture est faiblement touchée à Hyères. Les populations sont régulées par des hyménoptères
parasitoïdes des genres Aphidius et Praon.
Dahlia
Forficules : des individus sont présents au sein d’une culture à Hyères. Ils pourraient être à l’origine de blessures
au niveau des fleurs. Cet insecte est cependant un prédateur de ravageurs comme les pucerons ou les psylles.
Pucerons : une culture est faiblement touchée à Hyères.
Coccinelles : la présence de larves de Scymnus sp., coccinelle prédatrice de pucerons, est signalée sur une
culture à Hyères. Attention à ne pas confondre les larves blanches de cette coccinelle avec des cochenilles.
Fuchsia
Aleurodes : une culture est modéremment touchée à La Gaude.
Pucerons : le niveau de population est faible à La Gaude et élevé sur une culture située à Antibes. Des momies
de pucerons indiquant la présence d’hyménoptères parasitoïdes sont également observées au sein des foyers.
Thrips : les populations sont fortes à Antibes ainsi qu’à La Gaude.
Momie de puceron indiquant la présence d’Hyménoptère parasitoïdes (Source : CA06)
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 3/8
Gerbera
Acariens : la pression est en hausse à Hyères. Le niveau de population actuel est modéré.
Chenilles défoliatrices : la pression est modérée à Hyères. Des œufs et chenilles de tordeuses et de la noctuelle
Chrysodeixis chalcites sont notamment observés au niveau du feuillage et des capitules.
Cochenilles : présence modérée et persistante de cochenilles à bouclier sur une parcelle située à Hyères.
Mouches mineuses : quelques galeries creusées par des larves de mouches ainsi que des pupes sont observées
sur une culture à Antibes.
Pucerons : présence faible et localisée sur une culture à Hyères et forte à Antibes.
Thrips : les populations sont importantes sur une culture de plantes en pot à Antibes.
Oïdium : niveau de pression nul à élevé sur une même exploitation située à Hyères. L’intensité des attaques est
en effet variable selon les variétés mais aussi en fonction de la localisation dans la serre.
Hyménoptères parasitoïdes : des momies de pucerons et des adultes d’Aphidius sp. sont observés sur une
culture de plantes en pot à Antibes.
Cécidomyies : des larves de cécidomyies mycophages ont été observées sur un foyer d’oïdium à Hyères. Des
larves et cocons de Feltiella sp., sont également présentes au sein de foyers d’acariens à Hyères.
Macrolophus : des larves et adultes, de cette punaise prédatrice d’aleurodes, sont naturellement présents sur
une culture située à Hyères.
Phytoséiides : des acariens prédateurs des espèces Amblyseius swirskii et A. limonicus sont modérement
présents sur des cultures conduites en Protection Intégrée à Hyères. Ces deux espèces se nourrissent
notamment d’œufs et de larves d’aleurode, ravageur qui, fait rare, n’est actuellement pas observé sur ces
cultures.
Macrolophus (Source : CA06)
Impatiens
Pucerons : le niveau de population est modéré sur une culture à Antibes où de nombreux hyménoptères
parasitoïdes des pucerons appartenant aux genres Aphidius et Praon sont également observés.
Thrips : une forte attaque est signalée à Antibes.
Phytoséiides : de nombreux acariens prédateurs sont observés sur une culture à Antibes.
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 4/8
Lisianthus
Mouche du terreau : des larves de sciarides sont à l’origine de trous à la base des tiges d’une culture localisée à
Hyères. Le niveau d’attaque reste cependant faible. Les excès d’eau favorisent l’apparition de ces ravageurs.
Pucerons : Les niveaux de population sont faibles à Hyères en raison d’une présence modérée d’hyménoptères
parasitoïdes du genre Praon notamment et de larves prédatrices de cécidomyies du genre Aphidoletes.
Thrips : Les niveaux de populations sont faibles à Hyères et élevés à La Gaude.
Coenosia : cette mouche polyphage prédatrice, entre autre des aleurodes, est faiblement présente à Hyères.
Muflier
Chenilles défoliatrices : quelques dégâts ont été observés sur une culture à Hyères.
Punaises : présence faible de punaises à Hyères.
Cécidomyies : la présence d’Aphidoletes, dont les larves se nourrissent de pucerons, est signalée à Hyères.
Chrysopes : quelques larves de chrysopes sont observées suite à un lâcher sur une culture localisée à Hyères.
Larve de chrysope sur foyer de pucerons (Aphis nerii). (Source : CA06)
Hyménotères parasitoïdes : des pucerons momifiés, indiquant la présence d’hyménoptères parasitoïdes, sont
observés sur une culture à Hyères.
Syrphes : de nombreux adultes sont présents sur une culture située à Hyères.
Pelargonium
Pucerons : le niveau de population est élevé sur une culture à Antibes où l’on observe également des
hyménoptères parasitoïdes appartenant au genre Aphidius.
Thrips : une forte attaque est signalée à Antibes.
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 5/8
Rosier
Acariens : présence faible à Hyères. Les foyers sont contrôlés par les acariens prédateurs Phytoseiulus persimilis
précédemment introduits dans ces cultures conduites en PBI. En revanche à Nice et Saint Laurent du Var, le
niveau de pression est élevé.
Aleurodes : la pression exercée par Trialeurodes vaporariorum est modérée à forte sur des cultures situées à
Hyères.
Cétoines : quelques individus sont observés à Hyères.
Cochenilles : foyer persistant localisé sur une culture à Hyères avec un niveau de pression qui reste faible.
Pucerons : présence faible mais persistante sur des cultures de fleurs coupées sous abris et de plein air à Hyères.
Toutefois, sur une parcelle à La Gaude, les attaques sont fortes.
Thrips : les niveaux de population varient en fonction des lieux de production et des parcelles :
- faibles sur une culture de plein air à Hyères
- forts sur des cultures sous abris à Hyères, Saint-Laurent-du-Var et Nice.
Maladie des tâches noires : une faible attaque est signalée sur des rosiers cultivés en plein air à Hyères.
Oïdium : le niveau des attaques est variable en fonction des parcelles situées sur un même site à Hyères. Sur
une de celles-ci, il est même élévé.
Rouille : présence généralisée sur la quasi-totalité de cultures localisées à Hyères avec un niveau de pression
faible à modéré.
Autres cultures
Alysse : les populations de thrips sont importantes sur une culture située à Antibes. On retrouve également des
momies de pucerons indiquant la présence de parasitoïdes Aphidius sp.
Angelonia : forte présence de thrips à Antibes.
Aralia : un observateur nous signale une forte attaque de pucerons sur une culture située à Antibes.
Asparagus : Le niveau de population de pucerons est modéré à Antibes.
Begonia : une forte attaque d’oïdium est signalée sur une culture à Antibes.
Hellébore : des acariens prédateurs du genre Neoseiulus ont été observés sur une culture à La Gaude.
Hibiscus : attaque modérée de pucerons à Hyères où l’on retrouve également des larves de coccinelles
prédatrices de pucerons du genre Scymnus sp.
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 6/8
3. Suivi noctuelles
Le suivi de l’espèce Spodoptera littoralis a débuté en début d’année à Hyères. Le niveau de captures de papillons
adultes reste élevé cette semaine.
Le suivi de l’espèce Chrysodeixis chalcites a débuté en semaine 15 à La Gaude, en semaine 17 à Hyères et en
semaine 20 à Antibes. Les niveaux de captures en baisse cette semaine ont été importants sur les 3 sites en
semaine 22. Pour information, l’année dernière à Hyères, le niveau de capture était très faible à la même période
pour un piège situé au même emplacement. Un produit de biocontrôle à base de Bacillus Thruringensis, bactérie
capable de détruire les jeunes larves de lépidoptères, peut être positionné 7 à 10 jours après un pic de vol. Cette
bactérie est active uniquement par ingestion sur les chenilles.
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 7/8
LES OBSERVATIONS CONTENUES DANS CE BULLETIN SONT REALISEES PAR DE NOMBREUX PARTENAIRES : CONSEILLERS,
HORTICULTEURS… SI VOUS SOUHAITEZ DEVENIR
OBSERVATEUR, CONTACTEZ-NOUS :
ISABELLE FOREST : 04 94 12 32 82
SOLENE HENRY : 04 97 25 76 52
Anne Roberti : 04 94 35 22 84
LES OBSERVATIONS CONTENUES DANS CE BULLETIN ONT ETE REALISEES PAR LES PARTENAIRES SUIVANTS :
CHAMBRES D’AGRICULTURE DES ALPES-MARITIMES ET DU VAR, RESEAU DE FERMES DEPHY ECOPHYTO, SRAL PACA, LE SCRADH, LE
CREAT, JARDICA COOP DE LA CRAU, RACINE SAP – DUBOURDEAUX, PHILA FLOR, BIOBEST, KOPPERT, SICA MARCHE AUX FLEURS
D’HYERES, COOPERATIVE TERRES D’AZUR, PLANTS ET SERVICES ET LA FREDON PACA
COMITE DE REDACTION DE CE BULLETIN :
Anne ROBERTI, Sébastien REGNIER, Isabelle FOREST, Solène HENRY
N.B. Ce Bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles réalisées sur un réseau de parcelles. S’il donne une
tendance de la situation sanitaire, celle-ci ne peut pas être transposée telle quelle à chacune des parcelles. La
Chambre régionale d’Agriculture et l’ensemble des partenaires du BSV dégagent toute responsabilité quant aux
décisions prises pour la protection des cultures. La protection des cultures se décide sur la base des observations
que chacun réalise sur ses parcelles et s’appuie, le cas échéant, sur les préconisations issues de bulletins
techniques.
Action pilotée par le ministère chargé de l’agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l’eau et des
milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan
Ecophyto.
REPRODUCTION DE CE BULLETIN AUTORISEE SEULEMENT DANS SON INTEGRALITE – REPRODUCTION PARTIELLE INTERDITE
– page 8/8
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 029 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler