close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chine : on entend souvent dire que

IntégréTéléchargement
FLASH ÉCONOMIE
RECHERCHE ÉCONOMIQUE
7 juin 2016 – N° 599
Chine : on entend souvent dire que « le
gouvernement chinois gère très bien la
transition vers une économie de services
tirée par la demande intérieure » : la
situation est en réalité plus compliquée
Il est vrai que la croissance de la Chine, dans la période récente, est
davantage tirée par les services et par la consommation des ménages.
Mais cette évolution seule ne peut pas être satisfaisante et doit être
accompagnée :
-
par la montée en gamme de l’industrie, nécessaire pour la rendre à
nouveau compétitive, de manière à maintenir des emplois qualifiés dans
l’industrie, et de ne pas devoir subir la disparition de l’industrie qui
entrainerait le chômage et la baisse de la qualification des emplois ; il ne
faut pas confondre désindustrialisation voulue et désindustrialisation
subie, qui est celle qu’on observe aujourd’hui ;
-
par le maintien d’une industrie de taille élevée, qui correspond aux
avantages comparatifs de la Chine, et nécessaire pour satisfaire la
demande intérieure, éviter la dégradation du commerce extérieur, le
risque d’une crise de change dans le futur, menaces auxquelles sont
confrontées les économies de services.
L’urgence n’est donc pas l’amaigrissement de l’industrie mais la montée en
gamme de l’industrie, qui risque d’être trop lente d’autant plus que les
programmes de relance concentrent les ressources (dépenses publiques,
crédit), sur les secteurs traditionnels.
Rédacteur :
Patrick ARTUS
FLA S H
On entend souvent dire que le gouvernement chinois est aujourd’hui en train de
gérer la transition de l’économie chinoise d’une économie tirée par l’industrie
et les exportations à une économie tirée par les services et la consommation.
Le changement de
modèle économique
de la Chine
Quand on regarde la structure sectorielle de l’économie chinoise
(graphique 1), on voit effectivement le recul des poids de l’agriculture et de
l’industrie manufacturière, la hausse du poids des services : quand on regarde la
structure de la demande (graphique 2) on voit la baisse depuis 2008 du poids
des exportations, la hausse du poids de l’investissement hors construction, l’arrêt
de la baisse du poids de la consommation.
Graphique 1
Chine : valeur ajoutée
(en % du PIB volume)
Agriculture
Construction
Industrie manufacturière
Services
50
Graphique 2
Chine : consommation, investissement
et exportations (volume, en % du PIB)
Consommation
Investissement en construction
Investissement hors construction
Exportations
60
50
40
60
50
50
40
40
30
30
20
20
10
40
30
30
20
20
10
10
10
0
0
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
0
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
96
98
00
02
04
06
08
10
12
14
0
16
La Chine évolue bien dans le sens d’un moindre poids de l’industrie
manufacturière, d’un poids plus élevé des services, d’un moindre poids des
exportations.
L’évolution récente est assez brutale avec :
-
le freinage de l’investissement industriel (graphique 3) ;
-
le freinage des exportations (graphique 4) ;
-
la baisse forte du rôle de la Chine comme place d’assemblage des produits
industriels (graphique 5).
Graphique 3
Chine : investissement en machines
et équipements (GA en %)
Graphique 4
Chine : exportations
(GA en %)
50
50
40
40
30
30
20
20
10
10
0
0
-10
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
Flash 2016 – 599 - 2
-10
60
Exportations volume
Exportations valeur
60
40
40
20
20
0
0
-20
-40
-20
Sources : Datastream, China Customs, NATIXIS
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
-40
FLA S H
Graphique 5
Chine : part des exportations des produits
assemblés en % des exportations totales
70
70
65
65
60
60
55
55
50
50
45
45
40
40
35
35
30
30
Sources : Datastream, China Customs, NATIXIS
25
96
98
00
02
04
06
08
25
10
12
14
16
Mais il faut comprendre que cette évolution est subie et non voulue : l’industrie
chinoise souffre à la fois d’une très forte hausse des coûts de production
(graphique 6a) qui a conduit à la surévaluation réelle du change (graphique 6b) et
de l’excès d’investissement (graphiques 2 et 3 plus haut) qui conduit à l’excès de
capacité, au recul des prix (graphique 6c) et de la profitabilité (graphique 6d).
Graphique 6a
Chine : coût salarial unitaire
(en % par an)
12
Graphique 6b
Chine : taux de change effectif réel*
(déflaté par le PPI, 100 en 1996:1)
135
135
12
130
130
(*) Hausse = appréciation réelle de la monnaie
10
10
8
8
6
6
4
4
125
125
120
120
115
115
110
110
105
105
100
100
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
2
2
96
Graphique 6c
Chine : PPI et prix du PIB
(GA en %)
15
Prix de production industrielle (PPI)
Prix du PIB
10
02
04
06
08
95
10
12
14
16
GA en % (D)
(*) Epargne brute des entreprises non-financières + financières
0
-5
00
En % du PIB valeur (G)
15
5
0
98
Graphique 6d
Chine : profits après taxes, intérêts
et dividendes des entreprises*
10
5
Sources : Datastream, J.P. Morgan, NATIXIS
95
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
-5
25
35
24
30
23
25
22
20
21
15
20
10
19
5
18
0
17
-10
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
-10
16
-5
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
-10
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14
Flash 2016 – 599 - 3
FLA S H
Il faut distinguer entre une évolution pilotée vers une industrie de petite taille
et la disparition de l’industrie à cause de la perte de compétitivité et
l’insuffisance de la montée en gamme.
La nécessité de la
montée en gamme
Le niveau élevé des coûts de production en Chine (graphiques 6 a/b plus haut)
conduit à une contraction de l’industrie (graphiques 1 et 3 plus haut), au recul
des marges bénéficiaires (graphique 6d plus haut), à des délocalisations
croissantes de la Chine vers les autres pays (graphique 7).
Graphique 7
Chine : investissement direct
(en Mds de $)
140
140
Investissement direct en entrée
Investissement direct en sortie
120
120
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
Sources : Datastream,NBS, NATIXIS
0
96
98
00
02
04
06
08
10
12
14
0
16
Pour éviter des pertes massives d’emplois dans l’industrie (graphique 8), et, soit le
chômage, soit la baisse du niveau de gamme des emplois, il faut donc qu’il y ait
montée en gamme de l’industrie chinoise de manière à rendre le niveau de
gamme compatible avec le niveau de coût.
La solution consistant à faire artificiellement maintenir le plein emploi par les
sureffectifs dans les entreprises publiques (graphique 8), d’où le recul de la
productivité (graphique 9) ne pourra pas être durablement utilisé.
Graphique 8
Chine : emploi dans le secteur manufacturier
9
Graphique 9
Chine : productivité par tête
16
En % de l'emploi total (G)
En % par an (D)
8
800
100 en 1996:1 (G)
En % par an (D)
25
12
700
20
7
8
600
15
500
10
6
4
400
5
5
0
300
0
200
-5
4
-4
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
3
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14
Flash 2016 – 599 - 4
-8
100
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14
-10
FLA S H
La Chine peut-elle monter rapidement en gamme ?
Le tableau 1 montre l’effort de Recherche – Développement, les tableaux 2 a/b
l’effort de robotisation de l’industrie, le graphique 10 la structure des
exportations par niveau de gamme.
Tableau 1
Dépenses privées de R&D
(En % du PIB valeur)
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Etats-Unis
1,8
1,8
1,8
1,9
1,9
1,9
1,8
1,7
1,7
1,7
1,8
1,9
2,0
2,0
1,9
1,9
1,9
1,9
nc
Royaume-Uni
1,1
1,1
1,1
1,2
1,1
1,1
1,1
1,1
1,0
1,0
1,0
1,1
1,1
1,1
1,0
1,1
1,0
1,1
1,1
Allemagne
1,4
1,5
1,5
1,6
1,7
1,7
1,7
1,7
1,7
1,7
1,7
1,7
1,8
1,8
1,8
1,9
2,0
1,9
1,9
France
1,4
1,3
1,3
1,3
1,3
1,4
1,4
1,3
1,3
1,3
1,3
1,3
1,3
1,4
1,4
1,4
1,4
1,5
1,5
Espagne
0,4
0,4
0,4
0,4
0,5
0,5
0,5
0,6
0,6
0,6
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,6
Italie
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,6
0,6
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
Japon
2,0
2,0
2,1
2,1
2,1
2,3
2,3
2,4
2,4
2,5
2,6
2,7
2,7
2,5
2,5
2,6
2,6
2,6
2,8
Chine
0,2
0,3
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,7
0,8
0,9
1,0
1,0
1,1
1,2
1,3
1,4
1,5
1,5
1,6
Corée
1,7
1,7
1,5
1,5
1,6
1,8
1,7
1,8
1,9
2,0
2,2
2,3
2,4
2,5
2,6
2,9
3,1
3,3
3,4
Source : OCDE
Tableau 2a
Nombre de robots industriels achetés
(Pour 1000 emplois dans le secteur manufacturier)
Pays
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015*
Etats-Unis
0,56
0,72
0,62
0,70
0,70
0,61
0,55
0,78
0,97
1,24
1,04
1,08
1,00
0,58
1,25
1,75
1,88
1,97
2,15
2,40
Royaume-Uni
0,26
0,42
0,31
0,35
0,40
0,53
0,22
0,34
0,25
0,46
0,42
0,37
0,31
0,25
0,35
0,60
1,17
1,00
0,84
0,95
Allemagne
1,21
1,07
1,28
1,36
1,63
1,62
1,54
1,75
1,82
1,39
1,59
2,02
2,02
1,17
1,97
2,68
2,36
2,45
2,68
2,80
France
0,42
0,43
0,47
0,89
1,08
0,99
0,87
0,92
0,92
0,96
0,98
0,88
0,85
0,49
0,73
1,10
1,07
0,79
1,10
1,20
Espagne
0,36
0,45
0,67
0,75
1,02
1,24
0,85
0,71
0,99
0,94
0,85
0,83
0,83
0,56
0,82
1,39
0,96
1,39
1,16
1,32
Italie
0,70
0,81
0,94
1,13
1,29
1,39
1,19
1,12
1,24
1,20
1,12
1,26
1,05
0,67
1,08
1,23
1,08
1,19
1,58
1,69
Japon
2,76
3,03
2,40
2,62
3,55
2,18
2,01
2,63
3,15
3,82
3,27
3,10
2,83
1,11
2,02
2,63
2,74
2,43
2,82
3,17
Chine
n.d
n.d
n.d
0,02
0,01
0,02
0,02
0,05
0,11
0,14
0,17
0,19
0,23
0,16
0,41
0,55
0,54
0,70
1,09
1,42
Corée
n.d
n.d
0,37
0,61
1,10
0,96
0,94
1,11
1,31
3,15
2,65
2,25
2,92
2,04
5,84
6,24
4,73
5,09
5,71
6,46
(*) Estimation
Sources : IFR International Federation of Robotics, NBS, NATIXIS
Flash 2016 – 599 - 5
FLA S H
Tableau 2b
Stock de robots industriels
(Pour 100 emplois dans le secteur manufacturier)
1996 1997 1998
1999
2000
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015*
Etats-Unis
n.d
n.d
0,23
0,25
0,29
0,32
0,37
0,42
0,47
0,60
0,71
0,83
0,96
1,14
1,30
1,35
1,41
1,52
1,64
1,78
Royaume-Uni
n.d
n.d
0,26
0,29
0,32
0,37
0,40
0,43
0,45
0,50
0,52
0,54
0,55
0,54
0,54
0,55
0,60
0,63
0,68
0,72
Allemagne
n.d
n.d
0,94
1,05
1,16
1,26
1,37
1,50
1,64
1,74
1,85
1,93
1,94
1,98
2,08
2,16
2,18
2,25
2,35
2,45
France
n.d
n.d
0,46
0,52
0,59
0,65
0,70
0,77
0,86
0,94
1,02
1,07
1,12
1,16
1,23
1,24
1,22
1,18
1,20
1,22
Espagne
n.d
n.d
0,32
0,37
0,46
0,57
0,64
0,70
0,76
0,84
0,92
0,99
1,04
1,20
1,25
1,35
1,39
1,41
1,40
1,40
Italie
n.d
n.d
0,68
0,76
0,86
0,96
1,02
1,08
1,16
1,24
1,29
1,34
1,39
1,44
1,50
1,51
1,50
1,50
1,52
1,56
2,92
2,96
2,95
2,78
2,77
2,90
3,03
3,25
3,08
3,06
3,04
2,89
2,84
2,90
2,96
2,95
2,85
2,86
0,002 0,003
0,01
0,01
0,01
0,02
0,04
0,05
0,07
0,09
0,11
0,14
0,18
0,23
0,25
0,36
0,50
0,00
1,04
1,14
1,23
1,49
1,69
1,79
1,94
2,06
0,25
3,04
3,38
3,73
4,08
4,49
Japon
2,8
2,9
Chine
n.d
n.d
n.d
Corée
n.d
n.d
#N/A
0,84
0,88
(*) Estimation
Sources : IFR International Federation of Robotics, UNECE, NATIXIS
Graphique 10
Chine : structure des exportations chinoises
(en %)
45
40
High-technology products
Medium-high-technology prod.
Medium-low-technology products
Low-technology products
45
40
35
35
30
30
25
25
20
20
15
Sources : CHELEM, NATIXIS
15
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14
On voit qu’il y a montée en gamme, mais que la Chine a encore un important
retard en termes de modernisation du capital par rapport à tous les autres
grands pays.
La nécessité de
conserver une
industrie de grande
taille
Flash 2016 – 599 - 6
Un pays comme la Chine, avec une classe moyenne nombreuse et acheteuse
de produits industriels, ne peut pas avoir une industrie de petite taille. Il est
difficile de comprendre cette suggestion que la Chine doit devenir une économie de
services. Au niveau de développement de la Chine (graphique 11), la
croissance de la consommation de biens est encore très rapide
(graphique 12), et si l’appareil de production domestique ne peut pas
satisfaire cette demande intérieure de produits industriels, il apparaît un
déficit extérieur chronique (comme c’est le cas pour cette raison en Inde, en
Turquie, en Afrique du Sud, graphiques 13 a/b), d’où le risque à terme d’une crise
de balance des paiements.
FLA S H
Graphique 11
Chine : PIB par habitant
16000
en $
Graphique 12
Chine : ventes de voitures et
ventes au détail volume (GA en %)
16000
en $PPA
Ventes de voitures
Ventes au détail volume
14000
14000
100
12000
12000
80
80
10000
10000
60
60
8000
8000
40
40
6000
6000
4000
4000
20
20
2000
2000
0
0
Sources : Datastream, FMI, NATIXIS
0
96
98
00
02
04
06
08
10
12
14
0
-20
16
Afrique du Sud
Turquie
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
-20
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
Graphique 13a
Balance commerciale
(en % du PIB valeur)
15
100
Graphique 13b
Valeur ajoutée dans le secteur manufacturier
(en % du PIB volume)
Inde
Chine
Afrique du Sud
Turquie
15
Inde
Chine
10
10
45
45
5
5
40
40
0
0
35
35
-5
-5
30
30
25
25
-10
-10
20
20
-15
-15
Sources : Datastream, Sources nationales, NATIXIS
-20
96
98
00
02
04
Synthèse : montée
en gamme de
l’industrie plutôt que
disparition de
l’industrie en Chine
06
08
10
-20
12
14
16
15
10
15
Sources : Datastream, Oxford Economics, NBS, NATIXIS
10
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
Nous ne pensons pas que le bon modèle pour la Chine soit le passage à une
économie de services : la désindustrialisation ferait apparaître le chômage, ferait
reculer la qualification des emplois, ne permettrait pas de satisfaire la demande
intérieure de produits industriels.
Le bon modèle est la montée en gamme de l’industrie (de l’industrie
d’assemblage vers le plus haut de gamme) qui rende le niveau de gamme
compatible avec le niveau des coûts de production.
Le problème est la capacité de la Chine à monter en gamme suffisamment
rapidement, d’autant plus que les politiques de relance concentrent les
ressources (dépenses publiques, crédit) sur les secteurs traditionnels
(immobilier, construction d’infrastructures, graphiques 14 a/b).
Flash 2016 – 599 - 7
FLA S H
Graphique 14a
Chine : crédit et ventes de maison
Graphique 14b
Chine : investissement par activité
(GA en %)
Variations mensuelles des crédits (en Mds de Yuan, G)
Ventes de maison* (en Mln de mètre carré, D)
30000
25000
175
(*) séries désaisonnalisées
Electricité, eau, gaz
Transports
80
Construction
80
150
60
60
100
40
40
10000
75
20
20
5000
50
0
25
20000
125
15000
0
Sources : Datastream, NBS, NATIXIS
-5000
98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
Flash 2016 – 599 - 8
0
0
Sources : Datastream,
NBS, NATIXIS
-20
98
00
02
04
-20
06
08
10
12
14
16
FLA S H
Flash 2016 – 599 - 9
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 543 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler