close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

bulletin 46 … Créateur du Ciel et de la terre…

IntégréTéléchargement
Bulletin de
San Damiano Media
Numéro 46. Trimestriel - 1er trimestre
… Créateur du ciel et de la terre ...
Selon notre habitude, nous continuons de méditer, Bulletin après Bulletin, sur les paroles du Credo, pour chercher à mieux comprendre le message du Ciel donné au monde à San Damiano, par Notre-Dame des Roses.
La création d'Adam * Michel-Ange 1510 * Chapelle Sixtine Vatican
« Nous sommes invités à regarder le monde qui nous entoure et qui fait peur. Tout est prêt à nous écraser; l'homme est
faible et seul, dans un univers tellement plus grand que lui ! Il
est même devenu menaçant car l’homme ne réussit plus à maîtriser sa technologie, comme le montre de façon dramatique
l'affaire des réacteurs nucléaires de Fukushima (…) Tout peut
être remis en question, toutes les sécurités peuvent venir à
nous manquer, mais jamais celle-ci : que Dieu nous aime et
qu’Il est plus fort que tout » (Rome P. Cantalamessa, 1er avril 2011).
Dieu créa le Ciel et la terre… et il vit que cela était bon
(Gen 1, 1 ; 10).
Mais cette même terre qui a produit tant de désolation au
Japon, en Haïti, au Chili et ailleurs, est-elle vraiment
« bonne » ?
Oui, la création est bonne et le Seigneur l’a confiée aux
hommes pour qu’ils l’embellissent encore.
Le monde est créature d’amour pour les hommes. Ses
beautés sont autant de merveilles voulues par le Créateur pour
émerveiller leur cœur et susciter leur louange.
Malheureusement au lieu de l’embellir, ils ont souvent défiguré ce cadeau de l’Amour de Dieu.
Un certain 16 octobre 1964, Marie est venue sur cette
terre, en un lieu du nord de l’Italie, San Damiano. Elle y a posé
ses pieds, et a voulu y être représentée au moyen d’une statue
posée à même le sol, comme pour reprendre possession
de ce qui a été souillé :
Jamais en ce lieu n’entrera Satan ! Jamais, jusqu’à la
fin des siècles ! Parce que ce lieu a été béni par le Père
Éternel (SD 26 janvier 1968).
Dans cette première apparition, Rosa Quattrini a vu Marie
poser ses pieds sur un globe rouge.
Elle a expliqué plus tard que ce globe représentait le
monde et qu’il était de feu. Ce feu signifie l’amour dont le Père
Éternel veut embraser le monde entier, par la Vierge, Reine de
l’Univers. Rosa dit aussi que ce feu est l’intimité d’Amour du
Père, du Fils, du Saint Esprit à laquelle toute âme en ce monde
est appelée à participer (SDhd p45)1.
Marie veut donc donner à ce bout de terre, une signification
mystique …/...
1. Avec son aimable autorisation, nous empruntons pour cet article,
des passages des livres de Roland Maisonneuve : San Damiano, Hist.
et Doc. ; et : San Damiano à l’aube du IIIe millénaire, Ed. Tequi.
1
Préparez-vous, pour les enfants abandonnés, pour les pauvres, pour tous !
Commencez l’œuvre. N’attendez pas
qu’il ne soit trop tard. Réunissez-vous
par la prière et par les œuvres. Lorsque
viendront les châtiments, que la jeunesse
soit toute réunie sous mon manteau, que
leurs âmes soient candides comme la
neige, Jésus leur pardonnera, leur donnera le baiser du pardon, les consolera
dans les heures tristes (SD 10 mars 1967).
La Cité des Roses
Cette « Cité des Roses », doit s’étendre
bien au-delà de San Damiano même, et
comprendra un village de jeunes, des
fondations pour handicapés et incurables, un hôpital et un centre de recherche, ainsi qu’un centre marial œcuménique (A95).
Rosa Quattrini a exposé, plus d’une fois,
les volontés de la Vierge. À côté du
« La Pietà » à la La cascinotta
Lieu du futur second lieu de prière pour ceux qui travailleront pour
sanctuaire, il y aura le couvent des capules œuvres qui y seront construites.
cins, avec un séminaire. Et non loin,
d’autres fondations : maisons pour les
prêtres
âgés,
pour
les
enfants orphelins ou abandonnés, pour
Le sanctuaire et les œuvres
les personnes âgées ; centres de retraites spirituelles, écoles
Dès 1965, Rosa Quattrini annonce que la Vierge veut en ce et aussi, plus tard, dit Rosa Quattrini, une université (A87, SDhd
lieu, un sanctuaire et un ensemble d’œuvres. Le Jardin de p119).
Paradis est le commencement d’une Cité étendue où seront
La Vierge veut que cet ensemble s’érige avec simplicité,
implantées de nombreuses fondations de miséricorde corpo- dans un cadre de beauté, au milieu de jardins, de fleurs et
relles et spirituelles : la « Cité des Roses ».
d’arbres, de fontaines et de jets d’eau. Il doit s’étendre avec
Surgira ici un grand sanctuaire (SD 26 juin 1965).
d’autres fondations et former, selon un esprit nouveau, une
Je veux ce saint sanctuaire, si grand, si glorieux pour moi. véritable ville.
Je veux triompher sur cette terre (SD 6 août 1965).
De la même manière que Rosa Quattrini affirma à son curé,
avant
1964, que des foules viendraient un jour, à San DamiaJe veux un sanctuaire très très grand, dit la Maman Céleste. Que tous puissent y venir, de toutes les parties du no, du monde entier, et que l’église, déserte à l’époque, serait
un jour débordante de fidèles ; de la même manière, elle affirmonde, pour y demander des grâces (SD 20 août 1965) !
Le 9 mai 1966, Rosa décrit l’abside de verre qui, du sanc- ma jusqu’à sa mort, que la Cité des Roses, point infime à son
tuaire, permettra de voir le Jardin des apparitions. La basilique origine, croîtrait et deviendrait un jour une véritable cité ; « plus
se dressera au milieu des arbres et des fleurs et sera ornée grande que Rome », dit-elle. Dans cette cité l’homme pécheur
pour valoriser les mystères du Rosaire. Sur le portail sera gra- désirera vivre pour la gloire de Dieu. Toutes les activités du
vé un M, formé de roses. Le sanctuaire sera confié aux capu- labeur humain y seront présentes, mais fondées en Dieu, sous
le regard de Dieu, et retournant les cœurs vers Dieu. Car le
cins et le Saint Sacrement sera toujours exposé, nuit et jour.
Père Éternel a créé ce monde non pas pour que nous le
Mais le Jardin de Paradis et son sanctuaire ne sont que le consommions comme un gâteau qui finirait en déchet, mais
point central d’un ensemble d’œuvres et de fondations qui pour le faire fructifier et l’embellir pour sa gloire. Cette Cité doit
s’inscrivent dans le projet sans cesse renouvelé par le Sei- devenir un phare de lumière pour le monde entier (A106,
gneur, de confier à l’humanité son œuvre d’embellissement de SDhd p120).
la création.
Rosa a vécu pour que naisse la Città delle Rose. NomJe veux beaucoup de maisons pour y mettre beaucoup breux sont les messages qu’elle a transmis, au nom de la
d’enfants, qui sont sans toit. Ils n’ont rien, il faut s’en occuper. Vierge, à propos de cela :
Faites tout ce qui est possible. Je répandrai sur vous beauIl faut que Je parle clair, car mes fils ne comprennent pas,
coup de grâces. Vous, faites tout ce que vous pouvez, faites
ne
veulent pas comprendre mes paroles de Mère. Ma Cité, la
tout pour sauver beaucoup d’innocents qui souffrent et pleuCité
mariale de mon Triomphe, doit être d’amour.
rent. Vous, promettez, et je promets aussi. À beaucoup d’âLa
Cité, Je la veux à tout prix. J’inspirerai beaucoup d’âmes, Jésus a donné beaucoup de bien-être, et ils ne s’en sermes,
afin
qu’elles comprennent. Mon Triomphe Je le veux
vent que pour faire beaucoup de mal, mais maintenant, mes
dans
la
grande
Cité et dans l’Eglise, où Jésus a toujours réfils, c’est assez, assez ! Promettez ici, à mes pieds, de tout
gné, a toujours triomphé et triomphera toujours (SD 2 oct.1966).
faire (SD 8 déc. 1966).
…/...
2
Les fondations
Des pèlerins proposèrent d’aider Rosa en créant des associations, notamment l’association italienne : « Ospizio Madonna delle Rose », qui fut crée le 19 mars 1974. Un terrain de
44 hectares (la superficie du Vatican…) fut acquis, au lieu-dit
de la Cascinotta (Rizzolo, Plaisance), à quelques kilomètres de
San Damiano. De là doivent surgir l’hôpital et le centre de recherche médicale ; le futur centre marial œcuménique ; un
village de jeunes ; une fondation pour orphelins et personnes
âgées, car les anciens ont tant d’amour à donner aux jeunes,
qui en ont besoin en retour. Le camping pour les pèlerins est
déjà installé et on y organise, l’été, des camps de spiritualité
pour les jeunes et les familles (cf. p 7). Une petite pièce d’eau,
avec une île en son centre, a été réaménagée pour la contemplation et la prière. Sur l’île a été posée une belle Pietà de marbre, selon les indications de Rosa
La Vierge, dit Rosa, enverra en ce lieu beaucoup de jeunes, de tous les coins de la terre, très particulièrement ceux qui
sont en marge de la société, qui ont traversé toutes sortes
d’expériences, n’ont pas eu la chance d’avoir la foi ou qui l’ont
perdue. La Vierge les convertira là, à une nouvelle vie. Surgiront toutes sortes de petits artisanats et d’activités agricoles,
où ils œuvreront, par la fécondité de leur labeur, à la bonne
marche et à la fructification de la Cité (SDhd p124). À San Damiano, Marie veut nous faire aimer la création :
« Je veux faire toucher aux yeux et aux cœurs les présences de la tendresse, de l’amour et de la beauté de celui qui
nous a créés et qui a tout créé » (SDhd p368).
Sous le signe de la Trinité
La Vierge avait fait comprendre à Rosa que cette Cité
serait à la gloire de la très Sainte-Trinité :
La rose signifie votre âme qui doit fleurir et ressusciter.
2. La Cité, c’est aussi le lieu même de San Damiano et
ses fondations qui a une vocation internationale :
Depuis le premier jour où Je suis venue, J’ai annoncé que
le monde entier viendra ici à mes pieds, que Je veux un centre
international du monde entier. Une Cité des Roses… Je veux
que mon cœur Douloureux triomphe dans les cœurs, que
triomphe la paix, que triomphe l’amour (SD 25 mars 1967).
Elle a annoncé qu’Elle veut la grande Cité mariale de son
amour, pour rappeler tant d’âmes à la prière par la foi, par l’espérance, par la charité et tant d’amour, pour le salut du monde,
afin que tous soient unis : malades, pauvres, disgraciés ; et
pour avoir beaucoup de vocations saintes pour la nouvelle ère
(Doc 1084). (Voir à ce sujet Mgr Tchidimbo, p.7)
Ce Lieu, c’est la Trinité Sainte qui en a eu le dessein. Elle
a envoyé sa fille pour accomplir tant d’œuvres bonnes, pour
glorifier Dieu, pour sauver les âmes, pour convertir les pécheurs, pour apporter beaucoup de saintes vocations (Doc
1085).
3. Avec l’aide de Marie, Rose mystique, et le concours de
ses enfants, le point minuscule de San Damiano est appelé à
se joindre et à s’unir à tous les points de renouveau que Dieu
suscite aux quatre coins de la terre. Ainsi les différentes missions de Marie, ou inspirées par Elle, sur cette terre, sont une
toile où tous les fils se rejoignent dans la même Miséricorde.
Cette grande Cité fleurira dans le monde entier, dans tous
les cœurs (Doc 1087).
Cette Cité sera le monde entier. Cette cité doit fleurir
dans les cœurs de tous. Tous doivent comprendre ce que
signifie la Cité ; le Règne d’amour de Jésus, mon Règne
d’amour (Doc 1088) …/...
Vos yeux y comprendront la grandeur du Ciel, la beauté
du Ciel, la Joie du Ciel, l’amour du Ciel (A288 SDhd p121).
Cette Cité qui doit surgir à
San Damiano n’est qu’une partie du trèfle plus complexe
qu’est la Cité des Roses. La
Cité des Roses totale que veut
Marie, au nom de la SainteTrinité, est comme l’entrelacs
de trois feuilles qui s’unissent et
qui sont : 1°, notre cœur ; 2°,
les œuvres qui naissent sur ce
lieu ; 3°, le monde entier qui
doit devenir une Cité des Roses
de l’Amour Divin.
1. Le Seigneur, qui est
jardinier de notre âme, veut
faire de chacun de nous une
rose divine.
La Madone a dit :
Faites fleurir la rose qui est
en votre cœur (Doc 1080).
La Cité ? C’est votre cœur.
Une flamme d’amour (Doc 1081).
La Pietà
3
La Civilisation de l’Amour
Le concept de Cité des Roses, englobe à la fois une transformation personnelle, un ensemble de fondations qui surgiront
petit à petit sur le lieu même, et le rayonnement universel de
l’Amour Divin. Ce concept est bien parallèle à celui de la
« Civilisation de l’Amour » que l’Eglise, depuis la fin du siècle
dernier, invite tous les chrétiens et tous les hommes de bonne
volonté, à construire :
La réalisation d’une véritable civilisation de l’amour est
le but essentiel de toute action de l’Eglise (Jean-Paul II, 25 juin
1987).
Le Saint-Père avait dit : Vous m’avez demandé quel est le
problème de l’humanité qui me préoccupe le plus. Précisément
celui-ci : Penser aux hommes qui ne connaissent pas encore le
Christ, qui n’ont pas découvert la grande vérité de l’amour de
Dieu. Voici une humanité qui s’éloigne toujours davantage du
Seigneur, qui prétend croître en laissant Dieu en marge ou
même en niant son existence. Une humanité sans Père et,
par conséquent, sans amour, orpheline et désorientée, capable d’assassiner les hommes qu’elle ne considère pas proprement comme des frères et qui prépare ainsi sa propre destruction et son anéantissement…
En lisant ces paroles, on ne peut s’empêcher de repenser à
l’actualité effrayante que le Japon a vécue, et d’autres peuples
avant lui, tout récemment.
Quand on sait aussi que, dans le monde, les hommes ont
assassiné plus d’un milliard d’enfants innocents dans le sein de
leur mère ; que pour chaque avortement, ce sont plusieurs personnes qui, devant Dieu, partagent la responsabilité et la complicité d’un meurtre ! Voilà la vraie dimension de ce complot
démoniaque contre l’humanité : faire de chaque homme un
meurtrier pour le mettre au bord de l’abîme. Devant la gravité et
le poids du péché des hommes, le Ciel et la terre peuvent
trembler. Mais :
Si tu retiens les fautes, Seigneur, qui donc subsistera ?
Le pardon est près de toi, pour que nous restions dans la
crainte. Car près du Seigneur est la grâce, près de lui, l'abondance du pardon ; c'est lui qui rachètera Israël de toutes ses
fautes (Ps 130, 3-8).
C’est pourquoi, face aux détresses du monde le Pape
poursuit et nous maintient dans l’espérance :
…C’est pour cela, chers jeunes, que je voudrais encore
une fois vous engager à vous faire les apôtres d’une nouvelle
évangélisation pour édifier la Civilisation de l’Amour… Ce n’est
qu’en vivant l’expérience de l’amour de Dieu et en vous prodiguant pour réaliser la fraternité évangélique que vous pourrez
être de vrais et heureux constructeurs de la Civilisation de l’Amour (Jean-Paul II, aux jeunes du monde entier, Buenos-Ayres, 26 mai
1987).
Marie tient un langage parallèle :
« Mes enfants, élargissez votre cœur » (SD 15 sept 1968).
« C’est à vous de sauver le monde, dit la Vierge, par vos
prières, vos sacrifices. Avec Jésus, vous pourrez tout faire, car
votre cœur, donnez-le à Jésus, et Jésus vous donne le sien
pour accomplir mon Œuvre, pour accomplir l’œuvre de votre
Mère qui vous appelle à son service pour réaliser l’œuvre de la
Cité grande, grande, qui s’étendra au monde entier afin qu’il
fleurisse d’amour, vive d’amour, se sanctifie dans l’amour
» (Doc 1088).
Prions avec beaucoup de foi, et le Père Éternel aura
pitié, il adoucira ces fléaux. Mais nous devons être forts, com-
battre avec la prière, le sacrifice, avec le Rosaire. Vous, faites,
et Je ferai avec vous (message du 5 janvier 1968 que nous commentons en pages 8 à 11).
Ce lieu est le symbole du cœur de la Madone, dans lequel
le monde entier est appelé à se réunir : « La Cité est le
triomphe du Ciel... Elle sera l'amour de la terre avec Jésus et
avec moi (B28.11.75 SDA3M p225).
Mystère insondable qui nous dépasse...
Sous le signe de l’Esprit-Saint
Pour l'éclosion du renouveau, Rosa di Gesù-Maria
presse chacun de nous, au nom de la Madone des Roses, à
entrer dans un cœur à cœur avec le Saint-Esprit. Une quête
ardente de Dieu fera découvrir aux hommes et femmes de ce
temps, les merveilles de Dieu, Père, Fils et Esprit ; et les merveilles de sa création, de l’homme lui-même, créé à l'image et à
la ressemblance de Dieu, temple de l’Esprit-Saint. L’ouverture
de notre cœur vers celui qui est le principe de toutes chose,
nous rapproche de l’état de « justice originelle ».
L’Eglise nous enseigne en effet que nos premiers parents
Adam et Eve ont été constitués dans un état "de sainteté et de
justice originelle" (Cc. Trente: DS 1511). Cette grâce de la sainteté
originelle était une "participation à la vie divine" (LG 2). Par le
rayonnement de cette grâce toutes les dimensions de la vie de
l'homme étaient confortées. Tant qu'il demeurait dans l'intimité
divine, l'homme ne devait ni mourir (Gn 2,17 3,19), ni souffrir (Gn
3,16). L'harmonie intérieure de la personne humaine, l'harmonie
entre l'homme et la femme (Gn 2,25), enfin l'harmonie entre le
premier couple et toute la création constituait l'état appelé
"justice originelle" (CEC 375-376).
Il est urgent de retrouver cette intimité avec l’Esprit Saint. Si
nous lui demandons de nous guider dans nos actions, Il nous
évitera les erreurs qui causent tant de souffrances, tant au niveau de notre vie personnelle que dans la vie des entreprises
et des nations. Marie l’explique :
Sur cette terre, ce qui vaut, c'est la grandeur du Ciel.
Quand il y a la grandeur du Ciel, il y a aussi la grandeur de la
terre... Si vous pensiez au Ciel, si vous œuvriez seulement
par amour pour Jésus, vous régneriez sur cette terre avec
Jésus (B14.3.75, SDA3M). Les évènements de Fukushima, de Birmanie, de Nouvelle-Zélande et d’Haïti, marée moire du golfe du
Mexique, inondations d’Australie et du Pakistan, incendies de
Russie et tout ce que nous avons vu depuis quelques mois, ne
peuvent pas nous laisser indifférents. Une telle accélération
de l’histoire est un avertissement du Ciel pour que les
hommes reviennent à la conversion et à la prière. …/...
4
Intercédons pour le Japon
Mes petits enfants, Je l’'ai dit la première
fois où Je suis venue vers mon instrument : Tous
ceux qui sont loin viendront, mais ceux qui vivent
tout près, il y en aura peu, car ils n'écouteront
pas mon invitation de mère qui souffre tant pour
ses enfants. Mais je répandrai des grâces sur le
monde entier, spécialement sur ceux qui viennent de loin, de lointaines terres étrangères
(SD 27 oct. 1967).
Jésus appelle tout le monde. Il appelle
avec la foi et l'amour. Il veut que tous retournent
à Lui. Jésus vous attend (SD 11 fév. 1968) !
Dans les communautés de pèlerins de San
Damiano, celle des pèlerins japonais est une des
plus remarquables. Ils ont montré, depuis des
décennies, une fidélité sans faille. Plusieurs
groupes viennent tous les ans prier avec nous.
Tous ceux qui sont loin, viendront, avait dit la
Madone qui a promis de répandre sur eux d’abondantes grâces. À cause d’eux, peut-être ces terribles évènements auront
été adoucis ! Tout ce peuple est en train de souffrir une croix
lourde, sa résignation, son calme, son sens de l’entraide, force
le respect et l’admiration (voir encadré ci-contre). S’il a su manifester tant de vertus humaines, ne connaissant pas la joie de
l’Évangile, et si le Seigneur a permis une telle épreuve, c’est
dans l’attente d’une résurrection ! Sans doute qu’après ce
temps de douleur surgira pour ce pays une grande lumière,
comme le dit Notre-Dame des Roses. Demandons à Marie d’y
hâter son triomphe :
Le Père Éternel envoie un grand rayon de lumière sur
tous les présents, un rayon puissant qui éclaire tous les esprits, que tous puissent se convertir, avec si grand amour, si
grand, si grand, si grand !. Écoutezmoi bien, mes enfants. Il faut que vous
Des amis de
vous convertissiez tous (SD 27 mai 1966).
Nous sommes tous, issus de
terres lointaines
Lorsque Marie parle des terres
lointaines, ce sont aussi, et principalement ceux qui sont à distance, soit
qu'ils vivent loin de Dieu, soit qu'ils
demeurent sur des terres spirituelles
étrangères à la foi chrétienne.
Marie recommande tous ces
frères, toutes ces îles lointaines, à la
prière de ses enfants, mais aussi à agir
pour eux. Être loin de Dieu est une
telle détresse !
Il faut, dit-elle, donner l'amour à
tous (SD 22 août 1968). Les fondations de
la Cité des Roses ont ce but fondamental. Mais il faut aussi œuvrer dans
le monde entier :
Réveillez le monde entier !
Réveillez-le par la prière, par les œuvres, par le sacrifice, par tout (SD 2 janvier
1968).
L’appel s'adresse très particulièrement aux jeunes, qui
sont les apôtres des Temps nouveaux :
« Je mettrai un grand amour dans le cœur des hommes,
dans le cœur de la jeunesse, qui doit être comme une rose qui
éclate sur la terre : la jeunesse qui doit fleurir dans le cœur de
mon Cœur, dans le Cœur de Jésus (SD 1er mai 1970).
Il adviendra une si grande joie dans le monde. Mais
d'abord il faut qu'il y ait la purification, la sanctification pour le
Ciel. Il y a tant de choses belles dans le Ciel, et tant de grandes choses sur terre à conquérir encore ! Tous unis à moi,
sous mon manteau, sur la terre et au Ciel, nous serons
dans la joie et la félicité (25.3.76, SDA3M). ■
Jean-Romain Fabrikant
San Damiano nous écrivent du Japon
Comme je vis à Tokyo, qui est à plusieurs centaines de kilomètres du tremblement
de terre et de la zone du tsunami, nous n'avons pas eu de problème majeur ici. Mais,
les secousses se poursuivent et nous les sentons, même ici. Il y a deux nuits, c’était
une secousse de magnitude 7,2, ce qui est très fort. Il y a de nouveau des morts et des
destructions. On nous dit que les répliques peuvent se produire pendant une période
de six mois !
Tant de gens sont morts, tant de personnes ont été blessées, la plupart ont tout
perdu, mais lentement, ils sont sur la voie de la reconstruction, qui peut prendre cinq
ou dix ans. Il y en a qui meurent encore de maladies à cause de la catastrophe. Mais,
Dieu merci, beaucoup de gens envoient de l’aide, même des autres pays.
Malheureusement, je ne pense pas que le peuple japonais comprenne que ces événements ont un rapport avec ce que le Ciel veut de l'humanité. Car seulement moins
d'un pour cent sont chrétiens, et les autres croient à diverses formes de croyance
spirituelles ; panthéisme, bouddhisme et autres, sans réelle conviction dans l’au-delà.
Comme vous le faites remarquer, la plupart sont dans l’acceptation tranquille et
cela est beau de voir autant de personnes partager le peu qu'ils ont. Cette tragédie a
fait ressortir la bonté des gens, et en même temps a exposé la faiblesse et la mauvaise
préparation du gouvernement et de ses agences.
Vous avez tellement raison de dire que les pèlerins japonais qui se rendent à San
Damiano sacrifient beaucoup et ils sont très sincères. Je prie pour qu'ils continuent
de faire l'expérience de la simplicité et la profondeur du message de San Damiano. Il
est gratifiant de savoir que certains évêques au Japon, en privé, croient à San Damiano, en voyant la vie de prière profonde des nombreux pèlerins japonais qui y
vont. S'il vous plaît, gardez-nous dans vos prières !
Tokyo, le 10 avril 2011. H. Q.
5
L’ÉGLISE DÉFIGURÉE : VISION DE SAINTE HILDEGARDE
Sa Sainteté le Pape Benoit XVI s’est adressé aux évêques dans son discours annuel à la Curie romaine sur l'état de
l'Eglise et l'année 2010, le lundi 20 décembre 2010. Il aborde entre autres le thème de la pédophilie dans des termes
courageux et sévères.
« … Nous savons comme il est beau d'avoir comme mission (de s’occuper) de l'être même de l'homme, pour l'aider à s'ouvrir à Dieu et à vivre à partir de Dieu.
« Nous avons été d'autant plus bouleversés quand nous
avons eu connaissance d'abus contre les mineurs commis
par des prêtres, qui transforment le Sacrement en son
contraire ; sous le manteau du sacré ils blessent profondément la personne humaine dans son enfance et lui
cause un dommage pour toute la vie.
« Dans ce contexte, m'est venue à l'esprit une vision de
sainte Hildegarde de Bingen qui décrit de façon bouleversante ce que nous avons vécu cette année :
En 1170 après la naissance du Christ, j'étais pendant un
long temps malade au lit. Alors, physiquement et mentalement éveillée, je vis une femme d'une beauté telle que
l'esprit humain n'est pas capable de comprendre. Sa figure se dressait de la terre jusqu'au ciel. Son visage
brillait d'une splendeur sublime. Son regard était dirigé
vers le ciel. Elle était vêtue d'un vêtement lumineux et
resplendissant de soie blanche et d'un manteau garni de
pierres précieuses. Aux pieds elle portait des souliers
d'onyx. Mais son visage était couvert de poussière, son
vêtement était déchiré du côté droit. Le manteau aussi
avait perdu sa beauté singulière et ses chaussures
étaient souillées sur le dessus. D'une voix haute et plaintive, la femme cria vers le ciel : “Écoute, ô ciel : mon
visage est sali ! Afflige-toi, ô terre : mon vêtement est
déchiré ! Tremble, ô abîme : mes chaussures sont souillées !” Et elle poursuivit : “J'étais cachée dans le cœur
du Père, jusqu'à ce que le Fils de l'homme, conçu et engendré dans la virginité, répandit son sang. Avec ce
sang, comme sa dot, il m'a prise comme son épouse. Les
stigmates de mon époux demeurent frais et ouverts, tant
que sont ouvertes les blessures des péchés des hommes.
Justement le fait que les blessures du Christ restent ouvertes est la faute des prêtres. Ils déchirent mon vêtement puisqu'ils sont transgresseurs de la Loi, de l'Évangile et de leur devoir sacerdotal. Ils enlèvent la splendeur à mon manteau, parce qu'ils négligent totalement
les règles qui leur sont imposées. Ils souillent mes
chaussures, parce qu'ils ne marchent pas sur les droits
chemins, c'est-à-dire sur les durs et exigeants chemins
de la justice, et ils ne donnent pas aussi un bon exemple
à ceux qui leur sont soumis. Toutefois je trouve en certains la splendeur de la vérité”. Et j'entendis une voix du
Ciel qui disait : ‘Cette image représente l'Église. C'est
pourquoi, ô être humain qui vois tout cela et qui écoutes
les paroles de plainte, annonce-le aux prêtres qui sont
destinés à la conduite et à l'instruction du peuple de
Dieu et auxquels, comme aux Apôtres, il a été dit : " Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à
toute la création " (Mc 16, 15) (Lettre à Werner von Kirchheim et à sa
communauté sacerdotale : PL 197, 269ss).
Le Saint-Père reprend son commentaires:
« Dans la vision de sainte Hildegarde, le visage de
l'Église est couvert de poussière, et c'est ainsi que nous
l'avons vu. Son vêtement est déchiré, par la faute des
prêtres. Ainsi comme elle l'a vu et exprimé, nous l'avons
vu ces derniers temps. Nous devons accueillir cette humiliation comme une exhortation à la vérité et un appel
au renouvellement. Seule la vérité sauve.
Le Saint-Père continue en proposant une meilleur préparation au sacerdoce, en remerciant ceux qui aident les
victimes et les bons prêtres « qui transmettent dans l'humilité et la fidélité, la bonté du Seigneur et qui, sont témoins de la beauté non perdue du sacerdoce ».
« Nous sommes conscients », poursuit le pape, « de la
gravité particulière de ce péché commis par des prêtres
et de notre responsabilité correspondante. Mais nous ne
pouvons pas taire non plus le contexte de notre temps
dans lequel il est donné de voir ces événements. Il existe
un marché de la pornographie concernant les enfants, qui
en quelque façon, semble être considéré toujours plus
par la société comme une chose normale. La dévastation
psychologique d'enfants, dans laquelle des personnes
humaines sont réduites à un article de marché, est un
épouvantable signe des temps. Chez des Évêques de
pays du Tiers-Monde, je sens toujours de nouveau combien le tourisme sexuel menace une génération entière et
l'endommage dans sa liberté et dans sa dignité humaine.
L'Apocalypse de saint Jean énumère parmi les grands
péchés de Babylone - symbole des grandes villes irréligieuses du monde - le fait d'exercer le commerce des
corps et des âmes et d'en faire une marchandise (cf. Ap 18,
13). Dans ce contexte, se pose aussi le problème de la drogue, qui avec une force croissante étend ses tentacules
autour de tout le globe terrestre - expression éloquente
de la dictature de Mammon qui pervertit l'homme… ■
SDM
A San Damiano, la Vierge aussi avait des paroles parfois dures pour les consacrés, mais dans la miséricorde:
Priez pour mes fils de prédilection que j’aime tant afin que tous puissent revenir repentis entre mes bras
avant que n’arrive l’heure triste, qu’ils soient entre mes bras (SD 16 mai 1969).
La lumière resplendira sur le monde entier spécialement sur l’Eglise de Pierre. Elle se révélera, Et
tous mes fils de prédilection reviendront repentants parce que Je les veux entre mes bras repentis. Je leur
donne le baiser de l’amour et du pardon parce que Je les veux tous avec moi, là-haut (SD 5 septembre 1969).
6
Mgr Tchidimbo, un grand ami de San Damiano,
est retourné à la maison du Père.
Nous apprenons que l’archevêque émérite de Conakry (Guinée),
Mgr Raymond Marie Tchidimbo est
décédé le 26 mars
2011 à Vénasque
(Vaucluse), à l'âge
de 90 ans.
Né à Conakry en
Guinée,
Mgr
Raymond Marie
Tchidimbo est entré
dans la Congrégation du Saint-Esprit
en 1949, et a été ordonné prêtre deux ans plus tard.
Premier Evêque-Archevêque africain de Conakry en
1962, il est chargé par le pape Jean XXIII de renouer le dialogue avec le communiste Ahmed Sékou Touré, premier président de Guinée après l’indépendance, dont le régime répressif
conduit des milliers de Guinéens à la mort. Arrêté en 1970,
condamné à la prison à vie, Mgr Tchidimbo passera neuf ans
dans le camp de Boiro.
Libéré et expulsé de Guinée le 7 août 1979, le pape
Jean-Paul II le reçoit quelques jours plus tard. Il reste plusieurs années à Rome en tant que membre de la commission
pontificale de la famille, il prendra sa retraite près d'Avignon,
à l'Institut Notre-Dame de Vie, pour y animer une œuvre de
formation des prêtres guinéens.
En 1992, lors de son voyage en Afrique, le pape Jean-
Paul II a évoqué son amitié avec Mgr Tchidimbo, depuis le
Concile, et la fécondité de son sacrifice pour l’Afrique.
Il est devenu un grand ami des pèlerins de San Damiano
qu’il a rencontré en 1988, à Rome lors l’année Mariale. Il s’est
attaché à leurs groupes de prières et a présidé plusieurs fois
leurs réunions annuelles de Paray le Monial. Il est venu en
personne à San Damiano en septembre 1992 et a pris fait et
cause pour les apparitions, en se chargeant spécialement de
collecter et de remettre au Saint-Père un dossier de 250 témoignages de vocations sacerdotales et religieuses, nées en ce
lieu. Cette rencontre a eu lieu en 1995. Après cette visite il a
demandé à Monsieur Marcel Mora, président de l’association
des pèlerins de Dax et à l’association Ospizio, de nouveaux
témoignages qu’il puisse transmettre à Rome.
Un « aspirateur céleste »
Une deuxième rencontre entre Monseigneur Tchidimbo
et le Saint-Père eut lieu, le 9 juin 2000 à l’occasion de leurs 80
ans. C’est dans cette circonstance, que le Saint-Père a rencontré Madame Marie Schmit, présidente de l’association des
Pèlerins de Notre-Dame, organisatrice et animatrice de pèlerinages à San Damiano. Jean-Paul II avait déclaré que pour San
Damiano « ce sera bien long », et qu’il fallait « dépoussiérer »
le dosser de San Damiano.
Comme nous l’écrit Monsieur Marcel Mora :
« Désormais réunis dans la lumière du Ciel Éternel ils vont
tous les deux acquérir rapidement un aspirateur céleste très
perfectionné pour happer les dernières poussières qui obscurcissent encore la reconnaissance du caractère surnaturel des
faits de San Damiano ».
C’est ce que nous lui demandons dans la prière. ■ SDM
AGENDA 2011 – ÉVÈNEMENTS À SAN DAMIANO
La neuvaine des premiers vendredis, samedis et des premiers dimanches, cette année, est placée sous le
signe de
L’ESPERANCE : « Que Marie ouvre nos cœurs au Christ, notre espérance ».
19 mars : Saint Joseph Patron de la Cité des Roses, Anniversaire de la constitution de l’Association OSPIZIO MADONNA DELLE ROSE.
22 avril Vendredi Saint : chemin de croix à la Pietà – Cascinotta.
24 avril Pâques de Résurrection.
Samedi 7 et dimanche 8 mai :
Rassemblement International de la Jeunesse et des Familles.
Thème de méditation : « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (Col 2, 7)
Du dimanche 31 juillet au dimanche 7 aout : Camp des jeunes – Camp des familles (même thème de méditation qu’au rassemblement de mai).
2 août : anniversaire du retour de don Edgardo Pellacani à la Maison du Père (1989).
23 août : Sainte Rose de Lima.
28 août : Solennité de Notre Dame de la Consolation, fête patronale de la paroisse de San Damiano.
Lundi 5 septembre :
30e Anniversaire du retour de Rosa di Gesù Maria à la Maison du Père (1981).
2, 3, 4 septembre : A 21h triduum de veillées de prière au Petit Jardin de Paradis.
15 septembre: Notre Dame des sept douleurs ; Prières à la Pietà – Cascinotta.
29 septembre : Sts Archanges Michel, Gabriel, Raphaël : 50e Anniversaire de la guérison de Rosa di Gesù Maria (1961), recueillement à la Maison de la Guérison.
Dimanche 16 octobre :
47e Anniversaire de la première Apparition de Notre Dame des Roses (1964)
13, 14, 15 octobre : veillée de prière, préparation à l’anniversaire.
— Ouverture du triduum de trois années pour les 50 ans de l’Apparition (1964 - 2014) —
Fin d’année 31 décembre : Te Deum d’action de grâce (Paroisse). Au Petit Jardin de Paradis, à minuit, veillée de prière pour le
monde, consécration à Marie, puis « verre de l’amitié ».
7
Dialogue au Jardin
de Paradis. San Damiano,
le vendredi 5 janvier 1968
1
2
3
4
5
6
Les mers s'élevèrent
et engloutirent la terre !
Rosa redit l'annonce de Saint-Michel Archange : « Combattez et faites triompher
votre Maman et la mienne dans le Ciel, car l’heure a sonné, mes frères...! Notre
Maman du Ciel vous a déjà demandé de vous unir ; laïcs, prêtres, frères, sœurs.
Tous ensemble, en un seul cœur ; en avant, en avant et parlez !
Faisons tout : Moi, avec mon épée, notre Maman avec sa puissance et vous avec le
chapelet à la main, allez, faisons-la triompher au plus vite ; n’attendons pas qu’arrivent les moments terribles ! L'heure a sonné... ! Avez-vous compris...? La Maman
(du Ciel) vous a déjà averti ... et maintenant Elle m'envoie pour le proclamer encore en son nom...! Aujourd'hui, c’est l’heure du réveil, et je vous apporterai la
lumière, je vous assisterai, vous protégerai, vous défendrai avec mon épée au nom
de tous les anges et des saints, vous serez tous protégés pour qu’on ne vous fasse
rien1 ...! En avant, en avant... vers le triomphe avec Jésus et Marie! » (Suite du Rosaire récité par un moine, pour tous les consacrés).
Mamma Rosa dit au Père Francesco: - Récite-le pour tous les prêtres. Demandons
ensemble au Père Éternel, pitié et miséricorde. Dans ce chapelet au lieu de réciter
le Pater Noster, on récitera le Credo afin que tous aient la foi, que tous connaissent
et aiment Jésus et Marie ... et que tous demandent pardon et pitié pour tous nos péchés. Demandez-le avec foi, avec amour et vous verrez que le Père Éternel aura
pitié et miséricorde pour le monde entier... Les châtiments seront adoucis, mais
l'heure est proche. Prions avec foi!2 … (Au P. Francesco) Toi, récite une prière au
Père Éternel pour demander pardon et miséricorde, pour demander tout, pour le
monde entier ...» dit saint Michel Archange.
P. Francesco : - Je dois la dire à voix haute ?
Mamma Rosa: - Oui, tous doivent entendre ... c’est pour tout le monde.
P. Francesco : - Récitons ce chapelet pour implorer du Père Éternel grâce et miséricorde.
(On récite le chapelet).
Au quatrième mystère glorieux Mamma Rosa dit : - Voici que la Maman Céleste
vient avec une grande foule d’enfants, de tous les pays du monde, noirs, blancs,
jaunes ... de toutes les couleurs, dit la Maman Céleste!
La Maman Céleste : « Parce que Je veux toutes les nations sous mon manteau,
toutes ! Que personne ne se perde. Je les veux tous dans mes bras... Je veux les
tenir sur mon cœur, parce que ce sont tous mes enfants. Oui, mes petits enfants,
vous m’avez donné de la joie au cœur. Voir tant de mes enfants tout autour de
moi... Mais il faut m'aimer beaucoup, beaucoup ; d’un grand amour pour moi et
mon fils, Jésus. Il faut tout faire pour me consoler, il faut tout faire pour me faire
triompher et me faire aimer par la récitation du Rosaire. Je répandrai sur vous
beaucoup de grâces et de bénédictions ... mais vous, soyez sereins, restez sous mon
manteau et Je vous suivrai pas à pas.
Soyez sûrs que Je vous accompagne toujours lorsque vous venez et lorsque vous
rentrez chez vous. Je vous suis et vous envoie les Anges Gardiens avec SaintMichel qui vous protège et vous défend avec son épée.
1. "Et quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous
préoccupez pas de ce que vous direz, mais dites ce qui
vous sera donné sur le moment : car ce n'est pas vous
qui parlerez, mais l'Esprit Saint (Mc 13, 11). Cette citation
peut expliquer l’assurance donnée par l’Archange lorsqu’il
dit : « parlez » (§ 1).
2. Nous avons résolu de publier ce message intégralement,
avec toutes les interventions des acteurs de l’époque. On
La Rosa ripete l’annuncio dell’Arcangelo
San Michele : « Combattete e fate trionfare
la mia e la vostra Mamma del Cielo poiche
l’ora e suonata, fratelli miei...! La nostra
Mamma del Cielo a già annunciato che
dovete riunirvi, laici, sacerdoti, fratelli,
sorelle. Tutti riuniti in un cuor solo e
andate, andate, parlate...!
Facciamo tutto: Io con la mia spada, la
nostra Mamma con la sua potenza e voi con
il Rosario in mano, andate, facciamola al
piu presto trionfare, non aspettiamo che
arrivi il momento terribile...! L’ora e
suonata...! Avete capito...? La Mamma lo ha
già annunciato... adesso a mandato me a
nome suo di annunciarlo ancora...! E ora del
risveglio, ch’Io vi illuminerò, vi assisterò,
vi proteggerò, vi diffenderò con la mia
spada a nome di tutti gli angeli e i santi...
sarete tutti circondati che nessuno vi potrà
far niente...! Avanti, avanti... trionfate con
Gesù e Maria! (segue il Rosario recitato da
un frate per tutti i consacrati)
Mamma Rosa dice: “Reciti lei (a P.
Francesco) per tutti i sacerdoti. Chiediamo
insieme all’Eterno Padre pietà e
Misericordia. In questo Rosario invece di
recitare il Pater Noster, si recita il Credo
che tutti possano aver fede e che tutti
possano conoscere e amare Gesù e Maria ..
e chiedere perdono, pietà di tutti i nostri
peccati. Chiedetelo con fede, con amore che
l’Eterno Padre, vedrete, avra pietà e
misericordia di tutto il mondo... I castighi
mitigheranno perchè l’ora e vicina.
Preghiamo con fede!.. Lei (a P. Francesco)
reciti una preghiera all’Eterno Padre per
chiedere tutto, a nome di tutto il mondo
perdono e pietà... dice San Michele
Archangelo
P. Franceso : devo dirlo forte?
Mamma Rosa : Si tutti devono sentire... A
nome di tutto il mondo
P Franceso : recitiamo questa corona per
implorare misericordia e grazia dall’Eterno
Padre...
(si recita la corona)
Al quarto mistero glorioso Mamma Rosa
Dice : Qua c’è presente la Mamma Celeste
con una schiera di tanti bambini, di tutti gli
stati del mondo, neri, bianchi, gialli.. di tutti
i colori... dice la Mamma Celeste!
“Perchè Io voglio tutte le nazioni sotto il
mio manto, tutti... tutti! Nessuno deve
andare perduto. Io li voglio tra le mie
braccia... Li voglio stringere al mio seno,
perche sono tutti miei figli. Si, figliuoli una
gioia mi avete dato nel cuore. Vedere tanti
miei figli circondati a me... Ma dovete
amarmi tanto, tanto, di un amore grande per
Me e il mio figlio Gesù. Dovete far tutto per
consolarmi, dovete far tutto per farmi
trionfare e farmi amare con la recita del
Rosario. Io spargerò sopra voi tante grazie,
tante benedizioni... ma voi state sereni, state
sotto il mio manto et vi seguo passo per
passo.
Non dubitate ch’Io vi seguo sempre quando
antate, quando ritornate. Io vi seguo, vi
mando addietro gli Angeli Custodi con San
Michele che con la sua spada vi proteggee e
vi difende.
verra au travers des paroles de Rosa, la force de sa foi,
de sa confiance en la Miséricorde, son esprit de sacrifice,
d’abandon et de don total (§20), et son profond amour
pour Marie. De plus, les descriptions finales sont d’une
redoutable actualité… (§24)
8
7
8
9
10
11
12
Mes petits enfants, n’avez-vous pas senti Saint-Michel qui a fait toutes ces croix
ici, sur le poirier avec son épée, toute de lumière. Vous ne réfléchissez pas ? C’est
Saint Michel qui vous a mis la joie dans le cœur. J'ai immédiatement envoyé Saint
Michel pour que vous soyez toujours serein, toujours heureux, même si vous avez
la croix à porter3, car nous l’avons porté en premiers, Moi et Mon Fils Jésus.
Vous, portez-la dans l’amour et l’abandon. Ainsi, petit à petit, vous monterez le
chemin du Calvaire pour arriver à la sainteté... Là-haut dans le Ciel vous aurez
tant de joie, vous chanterez avec les anges et les saints, car ils sont là et ils chantent et jouent avec vous ... c’est une foule d’anges, avec tant de jeunes saints et
aussi certains de vos proches !
Appelez-moi souvent du doux nom de Mère, et Je serai toujours près de vous. Je
veillerai avec vous, reposez sur mon cœur, sur le cœur d'une Maman qui suscite
toujours la joie et la sérénité. Je vous inspirerai et vous guiderai ».
Mamma Rosa : - Maintenant, les Rois-Mages avec saint Joseph sont là. Il y a une
longue route, mais longue, longue, pleine d'anges et de saints et voilà qu’arrive le
Saint-Père ... avec d'autres évêques, des cardinaux... Je ne sais pas... Je ne les
connais pas ... un grand nombre !
Le père Francesco dit : des Patriarches d’Orient?
Avete visto, figliuoli miei, San Michele
che con la sua spada tutta in luce, tante
croci ha fatto quà sul pero??! Non avete
riflettuto? San Michele vi ha messo la
gioia nel cuore. Vi ho mandato subito
San Michele che voi deve essere sempre
sereni, sempre contenti, anche se avete
la croce da portare, perche l’ha portata
prima il Mio Figlio Gesù e Me. E voi
portatela con rassegnazione, con amore.
E voi, adagio, adagio, salite la via del
Calvario che arriverete alla santità...
Lassù nel Cielo dove godrete tanta gioia,
tanti canti farete con gli angeli e coi
santi, che sono quà che cantano e
suonano insieme a voi... Una schiera di
Angeli e tanti santi giovani e vi saranno
anche di quelli dei vostri parenti.
Mamma Rosa : Je ne les connais pas ... des Noirs ... des Jaunes... de toutes sortes... Il y a des évêques de toutes les nations. Tout du moins ils sont tous habillés
en habit de cardinaux, d’évêques, de patriarches ... parce qu'ils sont venus visiter
Jésus, dit la Maman Céleste : « Ils viennent pour recevoir la bénédiction de Jésus,
le réconfort de Jésus, pour qu’Il les éclaire comme Il le faisait quand Il était dans
le temple ... afin de prêcher la vérité de la foi pour le triomphe de l'Eglise, pour
que tous mes consacrés aient la lumière, que tous s’approchent encore de mon fils
Jésus, qu’ils soient tous apôtres de Jésus. Jésus pardonne, Jésus est miséricordieux, il suffit d’un regard de repentir et Jésus les sauve ».
Mamma Rosa : Maintenant, le Saint-Père se met à genoux devant Jésus avec de
nombreux évêques... un grand nombre de cardinaux. À côté du Saint-Père se présentent deux jeunes gens4. Une blanche et un noir, et tout autour en procession,
toutes sortes de garçons et de filles de toutes les couleurs, de toutes les nations...
Oui, il y en a sept de chaque coté. Ce sont les sept œuvres de miséricorde corporelle et spirituelle, dit la Maman Céleste. Padre, que pouvez-vous dire des œuvres de miséricorde?
P. Francesco: Les œuvres de miséricorde corporelle sont de nourrir les affamés,
de donner à boire à ceux qui ont soif...
La Maman Céleste: «Alors, comprenez-vous ce que je vous ai annoncé ? Il y a si
longtemps que je vous dis que je veux beaucoup de maisons pour nourrir les enfants qui meurent de faim et de froid. Il y a si longtemps et pourquoi ne m’écoutez-vous pas, mes petits enfants ? Beaucoup d'enfants meurent dans la rue, les
quartiers ... beaucoup de vieillard ... beaucoup de mamans qui souffrent et pleurent5... »
Mamma Rosa dit: La Madone les fait voir tous.
M Rosa: Non li conosco... dei neri... dei
gialli... di tutte le qualità... dei Vescovi
ci sono... di tutte le nazioni. Sono tutti
però vestiti in grande uniforma da
Cardinali, Vescovi, Patriarca... perche
vengono a far visita à Gesù dice la
Mamma Celeste : “Vengono a ricevere
la benedizione da Gesù, il conforto da
Gesù... che Gesù li illumini come Lui
quand’era nel tempio... Che possano
predicare la verità della fede per far
trionfare la chiesa, per essere tutti
illuminati i miei consacrati, tutti possano
avvicinare ancora il mio figlio Gesù,
tutti apostoli di Gesù. Gesù perdona,
Gesù e misericordioso, uno sguardo
basta di pentimento, che Gesù li salva”
Mamma Rosa : Adesso il Santo Padre
s’inginocchia davanti a Gesù con tanti
vescovi ... una quantita di cardinali. Da
parte al Santo Padre si presentano due
giovinetti. Una bianca e uno nero... e
tutto intorno in fila di tutte le qualità di
bambini e bambine, di ogni colore... di
tutte le nazioni... si, sette per parte ne
ha... le sette opere di misericordia
spirituali e corporali, dice la Mamma
celeste.. Cosa dice Padre delle opere di
misericordia?
Voi chiamatemi spesso col dolce nome
di Madre, che Io sarò sempre vicino a
voi. Veglierò con voi e riposate sul mio
cuore, sul cuore di una Mamma che
sente sempre gioia e serenita. Io vi
ispirerò e guiderò”
Mamma Rosa : Adesso quà c’e presente
i re magi con San Giuseppe. C’e una
lunga strada, ma lunga, lunga, lunga,
piena di Angeli e Santi e arriva quà il
Santo Padre... con degli altri Vescovi,
Cardinali... Io non so... non li conosco...
una quantità.
Padre Francesco dice : Patriarca
orientali?
P Francesco : Le opere corporali di
misericordia sono: dar da mangiare agli
affamati, dar da bere agli assedati....
La Mamma Celeste : “Allora vedete
cosa Io ho annunciato, la Mamma
Celeste? E tanto tempo che Io annucio
che voglio tante case per dar da
mangiare ai bambini, che muorono di
fame e di freddo. Tanto tempo e voi
perchè non mi ascoltate, figliuoli miei?
Tanti bambini muoiono per istrada, per
contrade... tanti vecchi... tante mamme
che soffrono, che gemono...”
Mamma Rosa dice : La Madonna li fa
vedere tutti...
et qui est si célèbre pour son contact avec les enfants.
3. Remercier pour les épreuves. Le saint Fère André (p 12 à
16) nous aide à comprendre ce mystère (en dernière
page). Les croix tracées par l’Archange, qui correspondent selon le texte, à autant de sentiments de joie chez le
pèlerin, peuvent être comprises comme nos propres
épreuves qui ont été offertes dans la joie et la sérénité.
5. La Madone insiste dans de nombreux messages sur l’urgence de l’édification de la « Cité des Roses », Cité de
l’Amour, Cité des Œuvres qu’elle a demandés. Rosa disait souvent dépêchez-vous de les construire, il y a tant
de malheureux sur les routes, tant d’orphelins !
4. On peut s’imaginer qu’elle a vu d’avance le Pape JeanPaul II ; il est le premier pape qui a tant sillonné le monde
9
13
14
15
16
17
18
19
La Maman Céleste : « Parle, parle au monde, mon fils, que tous puissent entendre : Je veux beaucoup de maisons, de nombreuses maisons pour réunir ces
enfants. Ce sont vos frères, ce sont des enfants comme les vôtres, des mamans
et des papas comme vous. Vous devriez vous soucier de vos frères... Continue,
mon fils, avec les œuvres de miséricorde ».
P. Francesco : … Nourrir les affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir
les nus, visiter les prisonniers, rendre visite aux malades, enterrer les morts.
La Maman Céleste : « Parmi eux, il y a beaucoup, beaucoup d'âmes innocentes
qui souffrent en prison. Nombreux sont ceux qui souffrent par la faute des autres... Tant de malades qui gémissent et personne ne va les voir... Beaucoup de
pauvres qui n'ont rien à se mettre... Réfléchissez petits enfants, réfléchissez, si
vous étiez dans cet état qu’en serait-il de vous ? Je suis la Mère de tous, Je suis
venue sur cette terre pour vous sauver tous ... pour me faire connaître
comme Mère de tous, la Corédemprice de tous. Pourquoi n’écoutez-vous pas
mon appel ?
Une maman peut tout faire pour ses enfants ! Une maman de cette terre veut
sauver son enfant, et fait tout pour le sauver, même si c’est le plus ingrat ou le
plus coupable, car c'est son enfant... Et moi, qui vois tant de mes enfants, beaucoup de mes « prédiletti », tant d’enfants du monde entier qui sont sur le bord
du précipice, Je ne devrais pas les sauver ? Je fais tout ! Moi qui suis la Maman
de tous, Je peux tout faire. Je peux aller où Je veux, mes petits enfants, pour
vous porter secours, vous donner la force, et Je veux vous emmener au Ciel
avec moi 6. Je ne veux que l'amour, l'amour, mes petits enfants ! Pas l'orgueil, ni la fierté, ni la vanité... L'amour, l'amour, petits enfants et un grand
amour pour votre Maman du Ciel qui vous aime tant... et beaucoup d'amour
pour mon Fils Jésus au Saint-Sacrement, qui est le Roi des rois et qui peut tout
vous donner... Et toi, mon fils, que me demandes-tu ? (au P. Francesco)
P. Francesco : Je remercie la Madone qui nous a protégés de la mort ce matin,
lors d’un accident de voiture. Je demande la grâce d'augmenter la foi, l'amour
dans nos cœurs, chez tous les prêtres, chez tous ceux qui rejettent ce qui présente un caractère sacerdotal ou épiscopal, du Pape à la hiérarchie ecclésiale
tout entière … pour toutes les âmes consacrées ; courage, force, pureté et la
grâce de continuer leur mission. Grâces de foi et de consolation à tous ceux qui
sont présents, à tous nos chers parents, à tous ceux qui ont demandé nos prières ... grâces, secours, consolation et la force d’aimer Jésus, l'Enfant-Jésus, Jésus crucifié et la Maman Céleste.
Le père bénit « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, Amen »
La Maman Céleste dit: «Soyez unis. Priez pour le Saint-Père, qu’il ait la force,
la résistance pour accomplir sa mission de Père sur le monde entier. Qu’il soit
un pasteur pour les âmes, plein de lumière, qu’il puisse s’élancer dans le
monde avec beaucoup d'amour, avec beaucoup de sérénité, avec grande disponibilité envers tous... Il faut que tous le connaissent et l’aiment...7
Toi, mon fils bien-aimé, parle, demande à la Maman Céleste, pour tous les pays
» (un prêtre français fait une invocation)...
La Maman Céleste : «Je suis prête à tout donner à mes enfants... Tous ceux qui
ont recours à moi avec amour, avec foi, je les embrasse tous et Je répands tant
de grâces. Réunissez-vous toujours avec un grand amour près de votre Maman
du Ciel, pour avoir la force de surmonter toutes luttes qui viendront. Je suis toujours à vos côtés. Combattez, combattez, petits enfants, seulement pour Jésus
et votre Maman du Ciel. Priez et ayez confiance en moi ».
6. Toutes les apparitions mariales authentiques sont soustendues par le projet de miséricorde du Père Éternel sur
l’humanité. C’est au sein d’un projet de miséricorde que
Marie la met en garde face aux évènements douloureux
qu’elle doit subir.
La Mamma Celeste : “parla, parla figlio
mio, al mondo, che tutti si possano
ascoltare.. che voglio tante case, tante
case da richiamare questi bimbi. Sono
fratelli come voi, sono bambini come
voi, sono mamme come voi, sono papà
come voi, sono figli come voi... dovrete
preoccuparvi dei vostri fratelli... Vai
avanti figlio mio, con le opere di
misericordia”
P. Francesco: Dar da mangiare agli
affamati, dar da bere agli assetati, vestire
gli ignudi..; visitare i carcerati, visitare
gli infermi... seppellire i morti...
Mammam Rosa : “Di questi ce ne sono
tanti, tante anime che sofrono innocenti
nelle carceri. Tanti ce ne sono che
soffrono per colpa dei altri... Tanti
infermi che gemono e nessuno li va a
vedere... Tante anime nude che non
hanno niente di cofrirsi... Riflettete,
filgliuoli, riflettete che siete (forse) voi
in questo stato, cosa sarebbe per voi? Io
son Mamma di tutti, son venuta su
questa terra per salvare tutti... per farmi
conoscere che sono la Madre di tutti... la
Corredentrice di tutti, perchè non
ascoltate il mio invito?
Una mamma può far tutto per suoi figli!
Una mamma di questa terra pel suo
figlio, anche se è il più ingrato, il più
peccatore, ma è sempre il suo figlio e lo
vuol salvare e fa di tutto per salvarlo...E
Io vedere tanti miei figli, tanti miei
prediletti, tanti figli di tutto il mondo,
che sono sull’orlo del precipizio. Io non
devo salvarli? Faccio tutto! Io che sono
la Mamma di tutti... tutto posso fare. Io
posso andare dove voglio, figliuoli
miei... Io sono su questa terra per
salvarvi figliuoli, per darvi aiuto, forza,
vi voglio portare tutti in Cielo con me.
Voglio solo amore, amore, amore
figliuoli! Non orgoglio, non superbia,
non vanita... Amore amore amore
figliuoli e grande amore verso la vostra
Mamma del Cielo che tanto vi ama.. e
tanto amore verso il mio figlio Gesù
sacramentato, che e il Re dei re et tutto
vi puo donare... E tu, figlio mio cosa
chiedi? (al P Francesco)
P Francesco: Ringrazio la Madonna che
questa mattina ci ha liberato da
occasione di morte, di scontro
(d’automobile). Chiedo la grazia di
aumentare la fede... amore nei nostri
cuori, in tutti i sacerdoti, in tutti quelli
che riversano il carattere sacerdotale,
vescovile.. dal Papa a tutta la gerarchia
ecclesiastica... a tutte le anime
consacrate fortezza, energia, purità e
grazia di continuare la loro missione...
Grazia di fede e consolazione a tutti i
presenti, a tutti i nostri cari parenti, a
tutti quelli che si sono raccomandati alle
nostre preghiere... grazie aiuto,
consolazione e la forza di amare Gesù,
Gesù Bambino, Gesù crocifisso e la
Mamma Celeste.
Il padre benedice nel nome del Padre del
Figlio e dello Spirito Santo, Amen
La Mamma Celeste dice : “State uniti,
Pregate per il Santo Padre che abbia
forza, resistenza da svolgere la sua
missione di Padre sopra tutto il mondo.
Sia un pastore di anime, che sia proprio
illuminato, che possa slanciarci nel
mondo con grande amore, con grande
serenità, con grande prontezza a tutti...
Tutti devono conoscerlo ed amarlo...
Tu figlio mio prediletto annuncia...
Chieda alla Mamma Celeste per tutti gli
stati” (Rivolto a un sacerdote francese
che fa un invocazione)...
La Mamma Celeste : “Tutto son pronta a
dare ai miei figli... Tutti quelli che
ricorrono a me con amore, con fede, Io li
stringo tutti e spargo tante, tante grazie.
Riunitevi sempre di un amore grande
verso la vostra Mamma del Cielo che
avete forza a superare ogni lotta che
verrà. Io sono sempre al vostro fianco.
Combattete, combattete figliuoli solo per
Gesù e la vostra Mamma del Cielo.
Pregate e confidate in Me”
7. Ce paragraphe semble être une description prophétique,
dix ans plus tôt, de ce que sera le pontificat de Jean-Paul
II : Qui ne l’a pas connu ; qui ne l’a pas aimé ?
10
20
21
22
23
24
Mamma Rosa : - Maman Céleste, je renoncerai à tout ce que tu veux, même au
prix de n’importe quel sacrifice ... (Rosa pleure...) je suis prête à tout accepter...
Donne-moi la force ... donne-moi le courage … donne-moi beaucoup de foi,
d'amour, d’humilité que je puisse toujours te servir, toujours sous ton manteau,
jusqu'à ce que tu m’emmènes au Ciel ! Je te recommande tous les malades ... ma
tante (malade du cœur), ma famille, tous mes parents, mes amis, mes ennemis,
les mourants, les malades, ceux qui sont dans la peine, les prisonniers, ceux qui
pleurent... Je te recommande beaucoup le Saint-Père. Couvre-le de ton manteau.
Couvre-le, embrasse-le. Mon évêque, donne-lui la lumière et la force. Mon curé,
ma paroisse. Illumine-les tous et console-les, Maman Céleste, donne force et
courage à tous. Que tous puissent te comprendre et t’aimer. Tu peux tout faire...
Puissent-ils tous se réveiller. Puissions-nous tous t’aimer et te donner beaucoup
d'amour, à Toi et à ton Fils, Jésus... Oui, Maman Céleste, je ferai tout ... donnemoi beaucoup de force et je ferai tout ce que tu veux, pourvu que tu sauves le
monde parce que nous sommes tes enfants. Nous sommes pécheurs, mais nous
sommes tes enfants... Aie pitié de tous ! Sauve-nous ! Sauve-nous, maman
sauve-nous! N’envoie pas ce grand châtiment ... non ! Implore le Père Éternel,
qu’il ait pitié et miséricorde pour nous (Rosa pleure).
« Oui, Maman Céleste... oui ... demandez ce qu'il faut faire, » dit Saint Michel
Archange... - Demande, toi, Padre (à Francesco) - et dit comment nous devons
accomplir ce triomphe de la Maman, dit Saint-Michel.
P. Francesco : - Saint Michel, enseigne-nous ce que nous devons faire, nous, les
prêtres et les bons chrétiens, pour réaliser le royaume de Jésus, le royaume de la
Vierge et accomplir les œuvres de prière et de pénitence pour éloigner le grand
châtiment du monde.
Mamma Rosa dit : Saint Michel annonce : « Il n'y a que le Rosaire, recevoir les
sacrements et recevoir Jésus dans votre cœur... Il faut aller écouter le sacrifice
de la messe, ainsi vous pourrez tout obtenir ».
(Le P. Francesco traduit en français)
Mamma Rosa: - Pitié, pitié et miséricorde. Père Éternel, je vous offre le corps,
sang, âme, divinité de notre Seigneur Jésus-Christ en échange de nos péchés et
de ceux du monde entier. Par ton sang très précieux, Jésus, Marie, ayez pitié de
nous et du monde entier. Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Immortel, aie pitié de nous
et du monde entier (trois fois).
La Maman Céleste : « Réunissez-vous tous avec les Anges, avec les Archanges, avec les Saints, tous les Patriarches du Ciel, unis à Moi en un seul cœur, et
prions avec beaucoup de foi, et le Père Éternel aura pitié, il adoucira ces fléaux.
Mais nous devons être forts, combattre avec la prière, le sacrifice, avec le Rosaire. Vous, faites, et Je ferai avec vous ».
À la fin Mamma Rosa dit au P. Francesco de faire le chemin de croix. Mamma
Rosa est présente, mais souffre beaucoup la passion de Jésus en réparation pour
le grand fléau qu’elle a vu et qui l’a terrifié ! Après les prières, elle dit que le
Père Éternel était présent et quand il leva les bras, les mers s'élevèrent et engloutirent la terre! C'était terrifiant !
Saint Michel Archange avait une épée lumineuse.
Avant le Rosaire Mamma Rosa avait appelé auprès d’elle une personne de chaque nation présente pour réciter chacune une dizaine du Rosaire, pour représenter les pays, sur l’ordre de la Madone (pour l'Italie, c’était Rosa Vignali, auteur
de cette transcription).
Mamma Rosa : “Mamma Celeste, tutto
rinuncerò a tutto quello che tu vuoi,
anche a costo qualunque sia sacrificio...
( piangendo...) Son pronta ad accettare
qualunque sia cosa... Dammi forza...
dammi coraggio... dammi tanta fede,
tanto amore tanta umiltà che ti possa
sempre aiutare, sempre sotto il tuo
manto, finchè tu mi porti in Cielo! Ti
raccomando tutti i malati... la mia Zia
(colpita al cuore), la mia famiglia, tutti i
miei parenti, amici, nemici, agonizzanti,
infermi, i tribulati, i carcerati, gli
afflitti... Ti raccomando tanto il santo
Padre. Coprilo Tu col manto tuo.
Coprilo, stringelo a Te. Il mio vescovo,
dagli luce e forza. Il mio parroco, la mia
parrochia. Illumina tutti, consola tutti,
Mamma Celeste, da forza a tutti e
coraggio. Che tutti ti possano
comprendere e amarti. Tu tutto puoi
fare... Che possano tutti risvegliarsi.
Che tutti possano amarti e darti tanto
amore a te e al tuo figlio Gesù.... Si
Mamma Celeste tutto farò... dammi
tanta forza e compirò tutto quello che
vuoi. Basta che salvi il mondo perche
siamo figli tuoi. Siamo peccatori ma
tuoi siam figli... Abbi pietà di tutti!!
Salvaci ! Salvaci Mamma salvaci !! Non
dar questo grande castigo... no !! Prega
l’Eterno Padre che abbia pietà e
misericordia di noi (Piange Rosa); Si
Mamma Celeste... Si ... chieda cosa
dobbiamo fare, dice San Michele
Arcangelo.. Chiedi tu padre (a
Francesco) e dice come dobbiamo
svolgere questo triomfo della Madonna,
dice San Michele
P. Francesco : Insegnaci San Michele
cosa dobbiamo fare e noi sacerdoti e i
buoni cristiani per realizzare il regno di
Gesù... il regno de la Vergine e
compiere opere di preghiera e penitenza
per allontanare il grande castigo dal
mondo
Mamma Rosa dice : S Michele
Arcangelo annuncia “ c’e solo il Rosario
e accostarci ai sacramenti e ricevere
Gesù nel cuore... andare ascoltare il
sacrificio della messa ... tutto potrete
ottenere”
P Francesco (lo traduce in francese)
Mamma Rosa : Pietà, pietà e
misericordia. Eterno Padre, vi offro il
corpo, sangue, anime, divinità di nostro
Signore Gesù Cristo in isconto dei nostri
peccati e di quelli di tutto il mondo. Per
il tuo preziosissimo sangue, Gesù,
Maria abbiate pietà di noi e del mondo
intero. Santo Dio, Santo forte santo
immortale abbi pietà di noi e del mondo
intero (per tre volte).
La Mamma Celeste : “Riunitevi tutti
con gli Angeli, con gli Arcangeli, coi
santi, tutti i Patriarca del Cielo, uniti con
Me in un cuor solo e preghiamo con
tanta fede, che l’Eterno Padre avrà
misericordia, mitigherà questi flagelli.
Ma dobbiamo essere forti, conmbattere
con la preghiera, col sacrificio, col
Rosario. Voi fate, Io farò con voi”
Alla fine Mamma Rosa dice a P
Francesco di far la via crucis. Mamma
Rosa e presente ma soffre moltissimo la
passione di Gesù in riparazione del
grande flagello che ha visto e l’ha
terrorizzata! Dopo le preghiere disse che
l’Eterno Padre era presente e quando
alzava le braccia, i mari si sollevano
inghiottendo la terra !! Era terrificante!!
San Michele Arcangelo aveva una spada
luminosissima.
Prima del Rosario Mamma Rosa chiama
una persona vicino a lei di ogni nazione
presente e si recita il Rosario una decina
per persona per rappresentare gli stati...
per ordine della Madonna (per l’Italia
era Rosa Vignali)
Traduction commentée : San Damiano Media
11
Saint Frère André
Congrégation de Sainte-Croix
9 août 1845 – 6 janvier 1937
Béatifié le 23 mai 1982
Canonisé le 17 octobre 2010
Il y a si peu de distance entre le Ciel et la terre
que Dieu nous entend toujours !
...disait-il.
Le projet de la construction de l’Oratoire lui vint
en cherchant un moyen d’accueillir les gens qui aimerait
se reposer, un lieu dédié à Saint Joseph. Jamais rebuté
par les difficultés, La foi du frère André a permis de
construire un « Oratoire » presque aussi grand que
Saint Pierre de Rome !
Selon notre habitude nous tentons de dégager de
cette biographie certains traits qui nous rappellent la
spiritualité du message de San Damiano.
Enfance
Alfred Bessette est né à Saint Grégoire d'Iberville, à 40 kilomètres au sud-est de Montréal, au Québec, le 9 août 1845. Il est
baptisé le lendemain. Son père, Isaac Besset est menuisier et charron, sa mère, Clautilde Foisy est une mère aimante. L'enfant est
fragile et restera malingre toute sa vie.
Chrétien dès le berceau, sa sainteté puise son origine dans le
cœur de sa maman qui se préoccupe de faire de lui un héritier du
Ciel. Entre les mains de cette femme du peuple, illettrée, il apprend
les noms de Jésus, Marie, Joseph avec ceux de papa, maman (1).
C'est sur les genoux d’une mère que se dessine souvent l'orientation
d'une vie ! Le père, ne pouvant subvenir aux besoins de la famille,
décide de s'établir dans la petite ville de Farnham. Mais le 20 février
1855, il meurt accidentellement, écrasé par l’arbre qu'il abattait dans
la forêt, laissant son épouse pauvre et chargée d'enfants.
Alfred a dix ans, il est très proche de sa mère : Le soir, pendant la prière en famille, j'étais près d'elle et je suivais sa prière sur
son chapelet (2). Je n'ai vu ma mère que souriante... et quel beau
sourire !
Pendant deux années, la courageuse veuve s'efforce de faire
vivre sa famille, mais elle succombe à la tâche. Brisée de veilles, de
labeurs et de privations, minée par la tuberculose, elle est hébergée
par sa sœur. Seul Alfred l'accompagne, le reste de la famille est
dispersée chez d'autres parents charitables. Lorsque sa fin approche, elle adresse à ses enfants rassemblés un dernier adieu :
« Mes chers petits, voilà plus de deux ans que votre cher papa
nous a quittés pour le Ciel... Le bon Dieu vient me chercher à son
tour... Priez pour moi... Du haut du Ciel, je veillerai sur vous... ».
Jeunesse écourtée
Au sortir du cimetière, les orphelins se séparent de nouveau
en pleurant. Alfred retourne auprès de sa tante. Son oncle est un
homme fort et pense que tous les autres sont bâtis comme lui …
1. Réfléchissez, mamans
et papas, réfléchissez.
Pour tenir unie la famille, il faut l’amour de
Jésus, mon amour, la
prière et la pénitence.
Alors, la famille sera sainte, la famille
amènera les âmes au Ciel et la Paix sur
la terre. SD 6 déc1969.
2. Recourez souvent à Moi par la réci-
« Fini de pleurnicher maintenant, tu es capable de travailler, tu as
douze ans. A ton âge, je labourais et gagnais ma vie ! Il faut t'habituer à te débrouiller, à te tirer d'affaires, car on n'est pas riche...
Comme ta faible santé et tes goûts t'éloignent de l'étude, j'ai songé à
te faire apprendre le métier de cordonnier ».
Le petit Alfred accepte avec plaisir, car les rudes tâches ne
l’impressionnent pas malgré ses violents maux d'estomac qui le tenaillent. Il fait l'apprentissage de la compassion pour les malades (3)
et les travailleurs. Parlant de ce temps d’enfance maladive, il avouera que ce travail surpassait ses forces : Vous comprenez, travailler à
la cordonnerie presque à quatre pattes, taper du marteau toute la
journée, ce n'est pas un moyen pour faire sa digestion !
Un cœur entièrement donné
Adorateur assidu du Saint Sacrement (4), le jeune Alfred se
prépare à sa première communion. Son confesseur, fervent de saint
Joseph, le prépare à cette divine rencontre.
Un soir, Alfred se sent bien malade. Sa tante qui l'aide à se
mettre au lit, le voit grimacer de douleur et lui demande : « Qu'est ce
que tu portes sous ta chemise ? » - Oh ! Rien ! - « Laisse moi voir,
mon enfant. » - Elle découvre une ceinture de cuir armée de quelques broquettes. « Mais tu deviens fou ! Avec une santé comme la
tienne, faire des pénitences semblables. » - Ma tante, c'était un sacrifice que j'avais promis. Pardonnez-moi, je ne le ferai plus. ... Peu
après, elle lui enlève une chaîne de fer qu'il porte étroitement serrée
à la taille. A ses reproches, l'enfant répond : Je ne le ferai plus. Mais
il invente toujours d'autres sacrifices (5) !
Ses petits cousins, qui le chérissent comme un frère, se plaisent toutefois à mettre de temps à autre leurs fredaines sur son
compte ! Souvent, il pleure à l'écart. Dieu le prépare à sa mission.
…/...
tation du Rosaire. N’abandonnez pas
l’arme du rosaire, mais tenez-la entre
vos mains. Elle est celle qui vous met à
l’abri de toute tempête. SD 2 août 1969.
3. Priez pour tous et apportez du soulagement à tous, surtout aux malades,
surtout à ceux qui sont dans la tribulation, aux prisonniers et aux affligés.
Donnez-leur à tous le réconfort, l’amour. SD 23 janv 1969.
4. Allez souvent faire des heures d’adoration. Jésus est si seul ! Jésus souffre
tant. Jésus n’est adoré que par les anges. Tant l’ont abandonné ! SD 20 mars
1970.
5. Priez, priez, Mes enfants car les heures deviennent terribles. Mais avec la
prière, vous affronterez tout sacrifice
que Jésus vous enverra pour votre salut.
SD 12 sept1968.
12
Saint Joseph, Protecteur des travailleurs
Afin de mieux servir de modèle aux ouvriers, la Providence lui
fait tâter de tous les métiers. L'apprenti cordonnier se met à la boulangerie. Son oncle, Timothée Nadeau en proie à la fièvre de l'or qui
pousse les canadiens à s'expatrier par centaines, quitte sa famille
pour la Californie. Vers la même époque, Alfred, âgé de quinze ans,
part pour s’embaucher comme garçon de ferme. Gai, serviable, laborieux, il ne ressemble pas aux autres enfants. Il passe ses loisirs à
prier. Les jours de pluie, les heures de repos, il les consacre à égrener son chapelet et à rentrer en intimité avec Saint Joseph.
Vocation
A vingt trois ans, après trois ans d’exil en Nouvelle-Angleterre
à la recherche de travail, il revient au pays. La providence met sur sa
route un frère de Sainte-Croix (6)… Alfred, n'as-tu jamais songé à
devenir religieux, à vivre toute ta vie dans une maison qui a une
chapelle où tu pourrais assister à la messe et communier tous les
jours ? - Mais, je n’ai pas d’instruction ! - Qu'à cela ne tienne, mon
enfant. Tous les religieux ne sont pas professeurs. Dans la communauté des frères qui viennent d'arriver ici, il y a des religieux qui sont
affectés aux travaux manuels. Tu n'aimerais pas devenir frère de
Sainte-Croix ? - Vous pensez vraiment que j'ai la vocation ? - Je le
crois, mon enfant; Prie bien le Bon Dieu pour qu'Il t'éclaire. - Merci
beaucoup, monsieur le curé, je vais y penser. A cause de sa santé précaire, ceux-ci ne le pressent pas trop
d'entrer au noviciat. La Congrégation de Sainte Croix est formée de
pères et de frères, dont la vocation est de méditer sur le mystère de
l'intimité entre Jésus et son père adoptif. (Arrivée au Canada, en
1847, cette famille religieuse, fondée au Mans en France par un saint
prêtre, Basile Moreau, compte déjà plusieurs fondations très florissantes). Alfred est ravi de ce bonheur qui lui est offert. La vie religieuse répond aux aspirations les plus secrètes de sa jeunesse errante... Aussi brûle-t-il de réaliser cette vocation (7).
Désir d'honorer Saint Joseph
Le 8 décembre 1870, sa sainteté le pape Pie XI constitue
Saint Joseph, Patron de l'Eglise universelle.
Belle coïncidence spirituelle : C’est cette même année que
Alfred Bessette est reçu à bras ouverts dans la congrégation... Le 27
décembre, le jeune postulant se donne à Dieu : « Alfred Bessette,
désormais vous vous appellerez frère André. » Il exerce les fonctions
de linger et d'infirmier, mais on lui ajoute les tâches de portier et de
lampiste. Sa santé chancelante donne cependant des inquiétudes.
Dans cette période d'incertitude, le frère André rencontre un conseiller spirituel qui lui est d'un grand secours, le père Narcisse Hupier,
religieux de Sainte-Croix venu de France. Le frère André l'invoque
comme un saint, un jour, il raconte : - Le père Hupier m'est déjà apparu en songe et je lui ai demandé : Quelle prière fait le plus plaisir
au Bon Dieu ? Il a récité 3 fois le Notre Père, puis a ajouté : ''Vous
répéterez souvent : Que votre volonté soit faite''. J'ai senti par là
que j'aurais bien des épreuves dans ma vie !
Au début de l'année 1872, toujours novice, le frère André apprend la douloureuse nouvelle : Il n'est pas admis aux vœux temporaires, à cause de son état de sa santé… Mais, quelques jours avant
son renvoi, Monseigneur Bourget visite le collège :…« Que
désirez-vous, mon enfant ? »
Avec grande audace, le jeune
homme s'agenouille et, les
mains jointes sur un genou du
prélat, les larmes aux yeux,
confie son beau rêve de vie
religieuse qui va être brisé,
qu'on veut le renvoyer à cause
de sa santé trop frêle. Il dit son
grand amour de Dieu, son
désir de se dévouer dans les
plus obscures tâches... et son
désir qui le hante d'honorer
spécialement Saint Joseph.
« Ne craignez pas, mon enfant
» lui répond l’évêque, « vous
serez admis à la profession
religieuse ».
Le maître des novices
fait état de la situation à sa
communauté dans ces mots : Si ce jeune homme devient incapable
de travailler, il saura au moins très bien prier !
Oui, il prie jour et nuit (8), travaille beaucoup, dort peu, et
mange très peu : Un verre de lait coupé d'eau et une tranche de
pain, voilà son repas habituel.
Travailleur infatigable
Au terme du noviciat, il continue d'assumer sa fonction de
portier au collège Notre-Dame. Débrouillard, gai, serviable, il remplit
à merveille cette activité. Il aimait dire avec humour : A la fin du noviciat, les supérieurs m'ont mis à la porte, et j'y suis demeuré quarante
ans... sans partir !
Sa cellule est étroite, éclairée par une petite fenêtre. A la
place du lit, un banc recouvert d'une mince bourrure; une armoire, un
petit écritoire, une chaise, un banc. Sur le mur dénudé se détachent
un crucifix et une image de Saint Joseph.
Le nombre des religieux étant restreint, chacun doit cumuler
plusieurs fonctions. Le frère André se voit ainsi confier une multitude
de travaux. Comme portier, il répond au parloir, va à la recherche
des religieux ou des élèves demandés. A lui de sonner le réveil, le
matin à cinq heures, de frapper à chaque chambre en disant le traditionnel Benedicamus Domino. Chaque lundi, il se rend en voiture,
par toute la ville, distribuer le linge sale des élèves chez leurs parents respectifs, pour le récupérer le samedi. Coiffeur dans ses moments libres, il en profite pour glisser aux enfants quelques conseils
et développer en eux l'amour de Saint Joseph, ''le père du petit Jésus''. Le soir, il prépare le pain d'autel, fabrique les cordons de laine
pour les religieux, ou accomplit quelque autre tâche. Il se dépense
sans compter, même la nuit. Les maux d'estomac, les différents soucis de santé ne ralentissent pas son ardeur(9).
A quarante trois ans, il devient très faible par suite de surmenage, le médecin lui ordonne le repos : Si je meurs, ma communauté
sera bien débarrassée, dit-il ! …/...
7. (aux prêtres) Votre mission est
grande, vous êtes consacrés, vous êtes
apôtres de Jésus. Sauvez les âmes, sauvez les âmes de mes enfants, Emmenezles toutes au Ciel avec vous. SD 11 fév.
6. (Jésus) Pourquoi vous préoccupezvous tant de faire, de dire, d’avoir ?
Tout passe en ce monde. Je vous ai mis
ici sur cette terre pour vous préparez
pour le Ciel. C’est Moi qui m’occupe de
vous jour après jour. Vous n’avez pas à
vous préoccuper. Vous, pensez à votre
âme et à la garder pure. Quand vous
vous présenterez au Tribunal, que je
serai devant vous, que me direz-vous?
8. Dans la prière et la pénitence, vous
recevrez tout. Ne vous lassez pas, mes
enfants, mais jetez-vous ici à mes pieds.
Demandez des grâces.
SD 27 oct 1968
SD 12 sept 1969
1970
9. (A Rosa) Courage, ma
fille, courage.. Prie, offre
souffre et fais silence.
Moi, je ferai tout. Je triompherai dans le monde entier ! SD 3 janv 1969
Livres utilisés : Le frère André, H.P. Bergeron, csc,
Montréal - Album officiel de la canonisation Messages de San Damiano : Père André Althoffer -
13
murent timidement : « Vous savez, le bon frère André, c'est un saint.
Il guérit les malades » (11)...
Souvent, les nuits d'hiver, il se donne des douches d'eau glacée dans la boutique de forge; parfois même, il se roule nu dans la
neige, dans un recoin sombre, à l'arrière du collège. A maintes reprises, il subit des tracas du démon, comme en témoignent certaines
confidences (12).
Le frère André sème des guérisons au nom de Saint Joseph,
par milliers !
Quelques Fioretti
sa cellule
Les murs ne sont pas un obstacle
Quelle joie pour lui lorsqu'un confrère consent à le remplacer
quelques instants à la porterie. Le frère André commence son Heure
Sainte, mais n'en finit plus ! Aussi, après deux heures, on est obligé
de le chercher pour l'arracher à la prière... Il recommence, mais les
frères se dérobent, souvent victimes de ses oraisons prolongées !
On doit même fermer la nuit la chapelle, pour l'empêcher d'y aller,
mais il y pénètre quand même sans embarras !
Une place pour Saint Joseph
Un petit bout d'homme de dix ans, élève externe au collège,
se prépare à la première communion. Le portier le charge parfois de
déposer des lettres à la poste. Un jour, il demande : Où alliez-vous
hier soir ? Je vous ai vu grimper dans la montagne. - J'allais prier
saint Joseph. On y est bien tranquille. - Comme ça, tout seul ? - Mais
oui, Aimerais-tu venir ? - Oh oui, frère. - Demande la permission à
maman. Tu viendras me rejoindre après souper.
Le collégien, fier d'une telle faveur, arrive à l'heure convenue.
Ils grimpent tous deux par un étroit sentier rocailleux, et parvenus
dans une petite clairière, s'agenouillent. J'ai caché là une médaille de
Saint Joseph. Nous allons prier pour qu'il nous obtienne l'achat de ce
terrain... Souvent, le bon frère renouvelle ce pèlerinage avec son
petit compagnon de prière, et il répète : On va l'avoir, le terrain...
Saint Joseph, il lui faut une place ! (10)...
Saint Joseph aussi, a des vues sur le Mont Royal
Chaque jour, il va chercher des lettres chez le Supérieur pour
les mettre à la poste. Celui-ci lui demande un jour : Frère André,
voulez-vous bien m'expliquer pourquoi à chaque fois que je fais le
ménage dans ma chambre, la statuette de saint Joseph, qui est sur
mon armoire, se tourne d'elle-même vers la montagne ? - C'est que
Saint Joseph veut y être honoré !
Une foi ferme guérit
Il profite de ses sorties journalières au bureau de poste pour
s'arrêter de temps à autre auprès d'un malade, auquel il remet un
peu d'huile qui a brûlé quelques instants devant la statue de Saint
Joseph, à la chapelle du collège. Personne dans la communauté ne
prête attention à cette originalité. Au dehors, les bonnes gens mur10. Réunissez-vous
avec moi et avec
tous les anges et les
saints du Ciel et
aussi avec mon
patriarche Saint
Joseph qui est le Chef de toutes les
familles. Recourez à Lui pour obtenir
l’humilité, la patience et la bonté : saint
Joseph faisait tout pour son Fils Jésus…
SD 10 mai 1068
● Un religieux modèle est alité depuis plus d'un mois, à la suite
d'une blessure à la jambe. Quelques jours avant le 19 mars, il dit au
portier qui lui rend visite : Aucune amélioration dans la plaie. Je crois
décidément que je ne pourrai me rendre à la chapelle pour la fête de
saint Joseph ! - Faites la neuvaine avec foi et descendez sans
crainte à la chapelle. Au matin de la fête, les religieux sont étonnés
de voir dans leur rang le malade encore alité la veille.
● Un élève est au lit à l'infirmerie depuis plusieurs jours pour une
fièvre maligne. A l'heure de la récréation, le frère portier se présente
auprès de l'enfant et demande avec un sourire : Qu'est-ce que tu as
à faire la paresse ? - Je suis malade - Lève-toi - Le médecin ne le
veut pas - Tu n'es plus malade, va-t'en en récréation. Le gamin se
sentant ragaillardi, ne se le fait pas répéter et le voilà bientôt à gambader, parmi ses amis, à la grande surprise du surveillant. Après
enquête, le frère André est accusé d'imprudence... Le médecin, qui
examine l’enfant à plusieurs reprises, ne trouve plus de trace de
maladie.
● Une épidémie de variole ravage la communauté à saint Laurent.
L'infirmerie est remplie, élèves et religieux. Quelques uns meurent.
Le Supérieur du collège se charge de veiller les contagieux en quarantaine. Le frère André vient avec plaisir à la rescousse du bon
père, sans craindre la contagion de la maladie, qu'il peut contracter
facilement, vu sa faible santé. Dès son entrée dans la salle des malades, il se met à genoux et prie Saint Joseph d'éloigner ce fléau.
Aucun autre cas de variole ne se déclarera dans la suite, et tous les
malades reviennent bientôt guéris (13).
● Un adolescent se présente, appuyé fortement au bras d'un
homme : Me reconnaissez-vous, frère André ? - Mon petit compagnon qui venait prier avec moi dans la montagne ! Comment ça va ?
- Oh ! Ça va très mal, j'ai eu un accident de travail, le mois dernier.
Le médecin veut m'envoyer à l'hôpital. On parle de me couper la
jambe, parce que la gangrène s'y est mise… Si vous voulez, frère
André, vous pourriez me guérir. - Non, pas moi, mais Saint Joseph,
si vous avez confiance. Renvoyez la voiture qui vous a transporté.
Il conduit discrètement l'estropié dans une salle de débarras
attenante à sa cellule. Le soir, en cachette pour éviter les critiques il
fait passer le jeune homme dans sa chambre et frictionne quelque
temps la jambe enflée et noircie. Le malade peut retourner à son
domicile, tout seul à pied, par les chemins enneigés et glissants.
Les prodiges se multiplient et s'ébruitent au dehors, en dépit
sa recommandation de n'en parler à personne (14) ! …/...
11. Soyez fermes dans la foi, papas et
mamans, fermes dans la foi chrétienne,
dans l’amour de Jésus et de Marie. Par
la fermeté de votre foi, vous obtiendrez
tout, vous conquerrez tout sur la terre et
vous aurez la gloire du Paradis. SD 23
janv. 1970
12. L’ennemi fait rage. Ce sont ses dernières heures et il fait tant de ravages !
Mais viendra le jour où Je lui écraserai
la tête et le jetterai dans les profondeurs
des abîmes. SD 29 mars 68
13. Priez pour tous et apportez du soulagement à tous, surtout aux malades,
surtout à ceux qui sont dans la tribulation, aux prisonniers, et aux affligés.
Donnez-leur à tous le réconfort, l’amour. SD 23 janvier 1969
14. Pas d’orgueil, pas de superbe, pas
de malice, c’est l’amour seul que je
veux : charité et pardon. Vous aurez
tout. Dans l’humilité, vous recevrez
tout ! SD 7 nov 1969
14
Le Mont Royal : terrain pour Saint Joseph ?
Le propriétaire, un Écossais hargneux, défend l'accès de ce
coin pittoresque et lance parfois ses chiens aux trousses des visiteurs… Les novices y vont souvent réciter l’office de la Vierge.
Les autorités convoitent le terrain pour y ériger un hôtel, mais
le prix demandé est excessif...
Le 22 juillet 1896, l'achat est conclu... Mais, pour le petit frère !
Le laborieux portier est le premier à la tâche. Il élargit le sentier, défriche. Ce sera le boulevard Saint Joseph (15) !
Des premiers pèlerins envahisseurs
Chaque jour lui amène un nouveau contingent de malades et
d'affligés. Il les accueille tous, les console et leur parle de Jésus et
de son père adoptif. En 1890, les guérisons attribuées au frère André
sont si nombreuses que les foules envahissent la porterie du collège.
Au début, les supérieurs l’acceptent. Mais il y a la pression et les
menaces des parents d'élèves, qui ne veulent pas voir tant de malades côtoyer leurs petits ! Le médecin attaché au collège en rajoute,
et lorsqu’un malade sortait de la porterie on entendait dire : « En
voilà encore un qui vient de se faire graisser ! (le frère André utilisait
son « huile de Saint Joseph »). Certains visiteurs sont traités de
fous ! Frère André en pleure…
Rejeté dans une petite gare
Le Supérieur lui suggère de recevoir ses visiteurs dans un abri
de l'autre côté de la rue. Marché conclu; le frère portier a désormais
sa salle de réception, son premier bureau, qu'il doit partager avec les
voyageurs de la petite gare, mais loin des humiliations (16).
Vingt mètres carrés pour Saint Joseph
En fin de journée, seul ou avec des élèves, le frère portier part
faire une promenade sur la montagne en face du collège. Il y éparpille des médailles de Saint Joseph, comme pour lui consacrer l'espace qu'il arpente. Un jour, il installe au creux d'un arbre une statue
de saint Joseph ...
Etant malade à l'infirmerie, son Supérieur qui est aussi son
voisin de lit, lui donne la permission de construire une chapelle dans
la montagne. Mais dites à Saint Joseph que vous ne pourrez construire que si vous avez de l'argent... De l'argent ? Oui, les quelques
dollars mis de côté en coupant les cheveux des élèves !...
La permission est obtenue !
Une petite écuelle pour un grand chantier
Il place une petite écuelle au pied de la statue de Saint Joseph, afin de recueillir les dons des pèlerins éventuels. Aux heures
d'affluence au parloir, le portier parle à ses amis de ses travaux : Il
leur conseille de grimper jusqu'au boulevard saint Joseph pour profiter de la merveilleuse vue et leur recommande bien de ne pas oublier de faire un bout de prière auprès de la statuette du rocher !...
Les minuscules oboles se multiplient et, avec la permission
des supérieurs, le portier les destine à aménager le lieu de pèlerinage qu'il rêve. Il y ajoute les quelques cents que lui rapporte chaque
coupe de cheveux.
Et c'est avec les petits sous des pauvres, que le frère André
bâtit sa première chapelle.
15. Jésus vous veut tous sauvés. Il veut
tout votre amour. Ayez en Jésus une
confiance illimitée. Donnez-Lui tous
vos péchés, et Jésus changera votre
cœur et l’enflammera d’un ardent
amour. SD 4 avril 1969
16. En avant, mes enfants, avec la croix
sur les épaules. Acceptez avec résignation les croix que Jésus envoie, portezles avec amour et vous aurez la récompense. Jésus aussi l’a portée, la croix,
dans le silence, dans les douleurs. Il a
Avec quelques amis, laïcs et
religieux, le frère Abondius, charpentier du collège, sur le promontoire, à mi-hauteur de la montagne,
on commence la construction du
premier oratoire qui fait quatre mètres sur cinq environ, sans fenêtre,
percée d’une large porte à deux
vantaux. C'est là que frère André
vient prier à ses moments libres.
Le sanctuaire primitif est
inauguré le 16 octobre 1904, le
frère André, alors âgé de 59 ans
(17).
Le 19 novembre suivant, jour d'exultation : dans la chapelle du
collège, bénédiction d'une statue de Saint Joseph qui est portée en
procession jusqu’au nouveau sanctuaire, où la messe est célébrée et
un chemin de croix érigé (18) !
Une œuvre éprouvée
Le père André frise la soixantaine. Sa mission est loin d'être
totalement approuvée. C'est par tolérance qu'il exerce son action
auprès des malades dans son abri de tramway, entouré de gens
pressés qui le toisent distraitement.
A peine inaugurée, la chapelle est fermée aux pèlerins pour
les longs mois d'hiver. Alors, le frère André transforme en oratoire un
réduit attenant à la salle de récréation. Quelques privilégiés y viennent prier devant une statue de Saint Joseph. Les malades, doivent
attendre dans la petite gare, de l'autre côté du chemin. A ses moments libres, le frère portier se rend auprès d'eux.
Le calme après la tempête
Les années passent et la tempête redouble autour de l'œuvre.
Ce qui me console, dit il, c'est qu'après chaque grosse épreuve,
l'Oratoire se développe beaucoup.
Un groupe de confrères et d'amis le soutiennent. Ils demandent au provincial, le père Dion, d'agrandir le sanctuaire, de le chauffer pour le rendre accessible en hiver. Les démarches auprès de
l'évêché sont mal accueillies... Le vent tourne : Monseigneur Bruchési et le père Dion se rallient à sa cause, et le soutiennent.
Épanouissement
En juillet 1908, un abri formé d'une simple toiture soutenue
par des poteaux, prolonge la première construction jusqu'au flanc
rocheux de la montagne. Deux mois plus tard, la moitié de ce local
est clos et devient la nef d'une église dont la primitive chapelle forme
le chœur. L'oratoire, maintenant chauffé, devient accessible aux
pèlerins, tout l'hiver. L’œuvre se développe dépassant les prévisions
les plus optimistes. Bientôt, c’est le presbytère, puis nouvel agrandissement de la nef. Durant trente trois ans, il reste intimement uni à
son œuvre, contribue à sa croissance et devient aux yeux des foules, la figure vivante du charpentier de Nazareth.…/...
tout offert au Père Éternel. Vous aussi,
poursuivez le chemin. Si vous la portez
avec amour, vous arriverez au Ciel où
vous goûterez le bonheur éternel. SD 2
août 1969
17. On Notera que la première apparition de Notre-Dame à San Damiano
aura lieu soixante ans jour pour jour
après cette inauguration.
Jésus vous veut tous saints et persévérants jusqu’à la mort. En avant, en
avant, toujours avec Jésus. Jésus triom-
phera : et Jésus viendra
avec son Règne. SD 27
déc. 1968
18. Faites le Chemin de
la Croix. Méditez combien Jésus a souffert sur
la Voie du Calvaire.
Personne ne veut plus souffrir. Personne ne veut plus aimer. Seulement
jouir et prendre du plaisir en compagnie
du démon.
SD 14 mars 1969
15
L’œuvre de Dieu
Le 17 novembre 1912,
mgr Bruchési, archevêque
de Montréal, vient bénir
cette dernière partie et
parle à la foule qui déborde de l'enceinte : « Je
vois un mouvement de
piété qui me console. Cet
oratoire pourrait justement
être comparé au grain de
sénevé qui est si petit en
soi et qui produit cependant un grand arbre. A
l'origine, une main
pieuse et simple plaça
une statue à cet endroit ;
Chaque jour, on vint prier
ici : bientôt s'éleva une
petite chapelle. Mais les
dévots de saint Joseph devenant de plus en plus nombreux, on dut
l'agrandir et même plusieurs fois ! Aujourd'hui, c'est la dernière rallonge que je viens bénir. Mais cette œuvre n'est qu'à son début ; et
j'entrevois dans un avenir pas très éloigné, une église, une basilique
digne de Saint Joseph, s'élevant sur le Mont Royal, en face du
plus magnifique horizon ».
En 1924, derrière la crypte qui lui sert de palier, la basilique
commence à surgir... Les constructions demandent du temps : Vous
voulez couvrir la basilique ? Installez la statue de Saint Joseph dans
les murs ouverts, et Lui, il trouvera bien de quoi se couvrir ! … Des
millions d'oboles arrivent. La basilique sera achevée en 1967(19).
Des fioretti à la chaîne !
Un jour, débordé par le flot des visiteurs, ne pouvant les recevoir un à un, le bon frère se rend dans la salle d'attente, se place
derrière le comptoir des objets de piété et demande successivement
ce que chacun désire. A tous, il donne à peu près la même réponse :
Frottez vous avec la médaille, avec l'huile de saint Joseph... Faites
une neuvaine...
Son regard se fixe sur un infirme : Donnez moi vos béquilles,
marchez maintenant. L'autre s'exécute et, sous le coup de l'émotion,
ne peut rien articuler. Fou de joie, il sort et dévale la pente à la
course, monte dans le premier tram qui se présente. Les témoins
stupéfiés suivent la scène…
Sans broncher, le frère continue : Pour vous monsieur ? - J'ai
le bras droit paralysé depuis longtemps, je ne peux le remuer. - Allez
19. Réunissezv o u s
avec moi
et avec
tous les
anges et
les saints
du Ciel
et aussi
a v e c
mon patriarche Saint Joseph qui est le
Chef de toutes les familles. Recourez à
lui pour obtenir l’humilité, la patience et
la bonté : saint Joseph faisait tout pour
son Fils Jésus… SD 10 mai 1968
20. Ici sont présents la Madone avec
Jésus et Saint Michel (paroles de Rosa)
avec toute la cour céleste et avec toutes
vous confesser et commencez une neuvaine (20)...
Une mère conduit au bon frère son jeune enfant, dont la colonne vertébrale amollie laisse retomber le corps inerte. Il déclare
l'enfant guéri. L'heureuse mère enlève sur le champ le corset de plâtre et la tige de fer qui soutiennent son corps et sa tête. Vainement le
supérieur essaie-t-il de l’en empêcher. Le bambin dépouillé de sa
gangue se met à gambader !
Des miracles pour un monde aveugle
On compte par milliers les miracles du frère André. Il disait que
les miracles sont des grandes faveurs que Dieu nous donne pour
faire ouvrir les yeux au monde. Mais on dirait que le monde reste
aveugle quand même !
Les guérisons sans explications apparentes, que les gens lui
attribuent, font du frère André un héros populaire dont la réputation
grandit. Il devient connu comme étant ''le thaumaturge du Mont Royal''. Pourtant, il s'en défend, car dit-il, ce n'est pas lui qui guérit, mais
Dieu, par l'intermédiaire de saint Joseph, grâce aux prières de chacun.
Remercier pour les épreuves !
S'il accorde des faveurs à ses amis, il sait aussi les initier à
l'amour de la souffrance, à l'exemple du Sauveur. Souvent il répète :
On ne doit pas prier pour éloigner les misères, mais pour mieux les
supporter. Il donne l'exemple des saints, qui savent souffrir le martyr
avec joie. Remerciez le bon Dieu de venir vous visiter par
l'épreuve, vous êtes bien chanceux ! Si on connaissait la valeur de la
souffrance, on la demanderait à genoux et les mains jointes.
A un vieil ami qui se plaignait, il répond : Faites des prières
d'action de grâces pour remercier le bon Dieu de s'occuper de vous. Drôle de façon d'agir ! répond l'ami. Vous le comprendrez plus tard.
Le Bon Dieu s'occupe de ses meilleurs amis et de ses meilleurs sujets par la souffrance... Quand une âme a fait quelque chose pour le
Bon Dieu, il la paie par la souffrance... La souffrance est une chose
si grande et de si grand prix, qu'elle ne peut trouver sa récompense qu'au Ciel (21)...
L'appel du Tout-Puissant
Il a 91 ans et sent déjà que la fin approche. Il prie, demande
que l'on prie. Il répète à tous ceux qui l'entourent ou le visitent : Priez
saint Joseph ! Le mercredi 6 janvier 1937, jour de l’Epiphanie, à minuit cinquante-cinq, le Frère André nous quitte : …O Marie, ma douce
Mère, et Mère de mon doux Sauveur, soyez-moi propice et secourezmoi… Il reprend faiblement dans un dernier souffle : Saint Joseph
(22)... ■
les âmes du purgatoire délivrées durant
ces jours de neuvaine. Il y a tous vos
enfants, vos papas, vos mamans vos
frères et sœurs qui prient pour vous,
demandant pour vous au Père Éternel
pardon et miséricorde. SD 16 juillet 1969
Faites un bon examen de conscience,
allez vous confesser et faites une bonne
confession et communion. Mettez vous
en état de grâce et restez en état de
grâce. SD 1 mai 1970
21. Je suis Mère, Je suis Reine, Je suis
Mère de la Consolation et des Affligés
pour ceux qui recourent à Moi, surtout
les agonisants, les malades, les éprouvés. A ceux qui recourent à Moi, Je
donne le réconfort dans leurs peines.
Souffrez en silence. Réparez tant d’offenses qu’ils font à Mon Fils et à Moi.
Marie-Dominique Fabrikant
SD 30 janvier 1970
22. Quand Il ouvrira les portes du Ciel,
que vous verrez tous les Anges et les
Saints et vos chers, quelle joie vous
éprouverez. Vous ne vous souviendrez
plus du passage de cette terre, de ce que
vous avez souffert. Vous direz à Jésus
que vous auriez voulu souffrir davantage avec plus d’amour, plus de foi ! SD
20 fev 1970
Vous n’êtes pas pour cette terre. Vous
êtes pour le Ciel, Mes enfants. Tout
passe ici-bas ! C’est un éclair sur la
terre. Mais le Ciel est une éternité où
vous jouirez pour toujours avec Jésus,
avec Moi et avec tous les Anges et les
Saints ! SD 9 mai 1970
16
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
2 415 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler