close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV Aquitaine - Chambre Régionale d`Agriculture d`Aquitaine

IntégréTéléchargement
N°12
Edition
14/06/2016
Aquitaine
Bulletin disponible sur www.aquitainagri.fr et sur le site de la DRAAF
www.draaf.aquitaine-limousin-poitou-charentes.agriculture.gouv.fr
Recevez le Bulletin de votre choix GRATUITEMENT en cliquant sur :
Formulaire d'abonnement au BSV
Ce qu'il faut retenir
Animateur filière
Etienne LAVEAU
Chambre d’agriculture
de Gironde
e.laveau@gironde.chambagri.fr
Phénologie
•
Mildiou
•
Directeur de publication
Dominique GRACIET
Président de la Chambre
Régionale d'Agriculture
Aquitaine Limousin PoitouCharentes
Boulevard des Arcades
87060 LIMOGES Cedex 2
accueil@alpc.chambagri.fr
Stade moyen : « 50 à 80 % Floraison » (I-24).
Progression notable des symptômes sur feuilles et
grappes. Attaques localement virulentes.
Risque en forte progression pour les jours à venir.
Black-Rot
•
Situation stable au vignoble. Risque en légère progression
et toujours fort à localement très fort de contaminations
épidémiques.
Oïdium
Supervision
DRAAF
Service Régional de
l'Alimentation Aquitaine–
Limousin-Poitou-Charentes
22 Rue des Pénitents Blancs
87000 LIMOGES
•
Situation stable au vignoble. Risque en baisse pour les jours
à venir. Contaminations épidémiques de faible ampleur
possibles sur les pluies.
Vers de la grappe
•
Glomérules globalement faibles avec, localement, des
parcelles à très fortes populations, y compris sur des
secteurs jusque-là sans historique.
Cicadelle de la Flavescence dorée
•
Reproduction intégrale
de ce bulletin autorisée.
Reproduction partielle
autorisée avec la mention
« extrait du bulletin de santé
du végétal ALPC Vigne
N°X du J/M/2016 »
Premier traitement larvicide cette semaine.
Le bulletin de cette semaine est réalisé à partir des données d’observations
du réseau de parcelles (33 parcelles de références et 41 parcelles
Témoin Non Traité), complétées par des données « tour de plaine ».
La qualité des données du BSV dépend, en grande partie, de la qualité et
du nombre d’observations du vignoble Aquitain. Vous pouvez, vous aussi,
participer à tous moments en signalant vos observations en quelques clics
sur le site Web Alertes Vigne.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
1/12
Données climatiques de la semaine passée
•
Températures
Au cours de la semaine dernière, les températures enregistrées ont nettement augmenté par rapport à la
semaine précédente (+ 2,9°C en moyenne) en raison des 2 journées « estivales » enregistrées au cours
de la semaine.
La température moyenne observée en Aquitaine est de 19,3°C. La température moyenne la plus basse a
été observée sur la station de Saint-Etienne de Baïgory (64) avec 18,2°C, la plus élevée a été enregistrée
e sur la station de Parempuyre (33) avec 20°C.
•
Pluviométries
Des pluies sont intervenues régulièrement au cours de la semaine dernière, principalement dans la nuit
des 6 et 7 juin puis les 10 et 12 juin. Les répartitions des volumes de pluies sont très variables d’un jour
à l’autre et d’un site à l’autre.
La pluviométrie moyenne enregistrée en Aquitaine est de 13,2 mm ; elle est légèrement inférieure à la
semaine précédente (-3,8 mm). Toutefois, les pluies enregistrées sont globalement supérieures aux
prévisions.
La plus forte pluviométrie a été enregistrée sur la station de Parempuyre (33) avec 36,6 mm alors que les
plus faibles ont été enregistrées sur les stations de Saint-Etienne de Baïgory (64) et Saint-Trojan (33)
avec seulement 3,5 mm.
Etat général du vignoble
•
Stades phénologiques
Depuis l’observation des premières fleurs, la floraison progresse plus ou moins vite selon les secteurs et
les cépages. La vitesse de floraison est très dépendante des conditions climatiques locales mais
aussi d’autres facteurs comme l’état physiologique de la vigne, la nature et l’état hydrique des
sols…
Le stade moyen observé en Aquitaine est « Fin-floraison – 50 à 80 % de floraison » (I-24).
Les Merlots, mais aussi les Tannants, Cabernets francs, Gros Manseng et même les Cabernets Sauvignon
atteignent majoritairement ce stade (I-24). Les Sauvignons et Muscadelles sont en tout début de floraison
(I-20). Les Sémillons sont un peu plus avancés dans leur floraison et présentent le stade moyen
« Mi-floraison - 20-50% de floraison » (I-23). Les parcelles les plus précoces du réseau présentent
le stade « Nouaison – Grain de plomb » (I-30).
•
Stades extrêmes
Premières fleurs
(I-20)
1-10% floraison
(I-21)
Pleine floraison
(I-23)
80% floraison
(I-26)
Nouaison - baies 1
à 2 mm (J-28)
Merlot, Tannat, Gros Manseng, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon
Sémillon
Sauvignon, Muscadelle
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
2/12
Maladies fongiques
•
Mildiou
Eléments de biologie
Fiche pratique en ligne : INRA
Les conditions nécessaires pour les contaminations de mildiou sont les suivantes :
− Températures moyennes supérieures à 11°C.
− Pluviométrie suffisante (volume et intensité).
Observations
Depuis le milieu de semaine dernière, la remontée des températures révèle la sortie de nouveaux
symptômes de mildiou sur les parcelles Témoin Non Traité mais aussi sur les parcelles de référence.
Ainsi, sur les parcelles TNT, le nombre de parcelles concernées par du mildiou sur feuille a doublé depuis
la semaine dernière. La progression des symptômes sur grappes est encore plus importante. A ce jour,
66% des parcelles TNT du réseau présentent des symptômes sur feuilles avec une fréquence
d’attaque moyenne de 15% mais une intensité d’attaque limitée à 1 % en moyenne sur les
parcelles concernées. Près de 50% des TNT du réseau présentent des symptômes sur grappes,
avec une fréquence d’attaque de 23% et une intensité d’attaque moyenne de 4% sur les
parcelles concernées.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
3/12
S’agissant des parcelles de Référence, la progression des symptômes concerne surtout les dégâts sur
feuilles. Cependant, des symptômes sur grappes sont observés depuis ce début de semaine.
Actuellement, le mildiou sur feuilles est présent sur 45% des parcelles de Référence mais avec
une fréquence d’attaque moyenne de 3% et une intensité d’attaque moyenne de 0,3% sur les
parcelles concernées. Le mildiou sur grappes est observé sur 12% des parcelles de Référence
mais avec une fréquence moyenne d’attaque de 2% et une intensité d’attaque moyenne de
0,5% sur les parcelles concernées.
Localement, sur l’ensemble de l’Aquitaine, des expressions beaucoup plus agressives du mildiou ont été
observées de façon comparable à ce qui a été observé en 2015 sur une partie du Libournais. Sur ces
parcelles, on peut trouver des symptômes sur feuilles avec des taches imposantes, mais aussi des
symptômes sur vrilles, pétioles et rameaux. Toutefois, ces expressions agressives ne concernent qu’un
nombre restreint de parcelles et peuvent souvent être extrêmement localisées à l’intérieure même d’une
parcelle.
Symptôme « imposant » de mildiou sur feuille
Symptôme de mildiou sur rameau
(Crédit Photos : E.LAVEAU – CA33)
Globalement, les symptômes sur feuilles sortent principalement sur le jeune feuillage du haut
du plan de palissage ou sur les feuilles d’entre-cœurs particulièrement sensibles. Les
symptômes sont sporulants aussi bien sur feuilles que sur grappes.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
4/12
Modélisation
Le risque a globalement augmenté sur la majorité du vignoble. Un niveau de risque fort s'étend
actuellement sur la presque totalité de la Gironde et de la Dordogne, l’Est du Lot-et-Garonne et
une grande partie des vignobles de Béarn et Jurançon. La situation du risque se conforte à un
niveau très fort sur le Fronsadais, Le Libournais, le Médoc, le Nord-Est de l’Entre-deux-Mers et
le vignoble de Pessac-Léognan.
Ces prochains jours, cette classe de risque doit s'étendre sur la presque totalité des secteurs
actuellement en risque fort. Seul un scénario peu pluvieux pourrait maintenir ou diminuer le niveau de
risque rencontré aujourd'hui.
Des contaminations épidémiques consécutives aux pluies de ces derniers jours provoquent une
augmentation de la FTA. Ainsi, elle atteint aujourd'hui en moyenne 4,6%. Sur les zones où le risque est
très fort durant la semaine écoulée, la FTA a augmenté plus fortement +4 à +8 points en moyenne.
Cette semaine, le modèle annonce de nouvelles séries de contaminations épidémiques qui
augmenteraient en moyenne la FTA de +8 points environ sur le la Gironde, la Dordogne, l’Est du Lot-etGaronne et une partie sud du Jurançon et Béarn. Sur le centre de l’Aquitaine, l’Irouléguy et les zones
à risque faible (Cf. carte ci-dessus), l’augmentation de FTA serait d’à peine 1% en moyenne.
Moyens de lutte prophylactique
−
Evitez l’entretien des sols dans les situations trop humides.
−
Eliminez les quelques feuilles présentant des symptômes (premiers symptômes sur la
parcelle).
−
Eliminez les pampres, surtout en début de saison (ils sont plus particulièrement sensibles aux
contaminations primaires de par leur proximité avec le sol).
−
Les levages effectués à temps permettent de limiter le nombre de
qui tombent vers le sol, sources potentielles de contamination par le mildiou.
−
Les écimages permettent d’éliminer une partie des symptômes ou des symptômes en
incubation.
rameaux
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
5/12
Evaluation du risque 2016
Les symptômes sont en nette augmentation sur feuilles mais aussi sur grappes sur les parcelle
TNT. Les parcelles de Référence concernées par le mildiou sont plus nombreuses mais, globalement,
les intensités d’attaques sont encore faibles. Localement quelques parcelles présentent des expressions
plus agressives.
Les annonces météo prévoient des pluies sur toute la semaine avec des risques d’orages sur
les journées de mercredi et jeudi.
Le modèle indique une augmentation du risque potentiel sur toute l’Aquitaine, avec des
contaminations d’ampleurs très dépendantes du risque local et des quantités de pluies à venir. Le
risque devrait encore progresser sur la semaine à venir pour devenir très fort sur quasiment tout le
Nord de l’Aquitaine.
Risque fort de contaminations épidémiques avec des niveaux d’infestations modérés
sur la partie centrale l’Aquitaine et sur l’Irrouléguy.
Risque très fort de contaminations épidémiques avec des niveaux d’infestation importants
sur la partie nord de l’Aquitaine (Gironde-Dordogne), l’est du Lot-et-Garonne et le sud du
Jurançon et du vignoble de Béarn
•
Black Rot
Eléments de biologie
Fiche pratique en ligne : INRA
Observation
De nouveaux symptômes sont observés cette semaine, mais ils sont faibles. Sur les parcelles du
réseau, les nouveaux symptômes sont surtout visibles sur les parcelles TNT. Sur la très large majorité
des parcelles les symptômes ne progressent pas.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
6/12
Modélisation
Ces derniers jours, le risque n'a que peu évolué. Seul le Bourgeais voit le risque augmenter et
devenir fort. Pour ces prochains jours, le vignoble, à quelques points de simulation près, devrait
retrouver la situation de risque de lundi dernier (Cf. carte de risque). Pour des pluies plus
abondantes (H3), le modèle indique une diminution des surfaces concernées par un risque très fort. En
cas de précipitations moins abondantes (H1), ces mêmes zones pourraient s'étendre un peu plus.
La FTA a progressé plus nettement que prévue initialement lundi dernier. Elle a gagné +2,4 points en
moyenne pour être à 14,5% aujourd'hui. Selon le scénario probable, cette progression devrait être plus
marquée cette semaine : +4.2 points.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
7/12
Evaluation du risque 2016
Quelques nouveaux symptômes sont observés, principalement sur Témoin Non Traité.
Les annonces météo prévoient des pluies sur toute la semaine avec des risques d’orages sur
les journées de mercredi et jeudi.
La modélisation indique un risque potentiel stable et toujours fort à très fort de contamination
épidémique sur les pluies annoncées.
Une vigilance accrue doit être portée sur les parcelles qui ont présenté des attaques de Black Rot
significatives sur grappes l’an dernier, sur celles présentant des sorties plus importantes sur feuillage
cette année et sur les secteurs à risque très fort (secteurs les plus arrosés les semaines précédentes).
Risque fort à très fort de contamination en cas de pluies
•
Oïdium
Eléments de biologie
Fiche pratique en ligne : INRA
L'optimum de développement de l'oïdium se situe entre 25°C et 30°C, et 40% et 100% d’humidité
relative. Les pluies fines sont favorables à l'oïdium tandis que les pluies fortes lessivent les conidies et
peuvent les faire éclater.
Observation
La situation n’a pas évolué sur le vignoble. Actuellement, seules 4 parcelles Témoin Non Traité
du réseau présentent les premiers symptômes sur feuilles.
Rappel : les premiers symptômes sont très délicats à observer et peuvent être confondus très facilement
avec d’autres symptômes comme des micro-blessures des nervures de feuilles (blessures occasionnées
par le vent) ou des symptômes carentiels (carence magnésienne induite par un fonctionnement perturbé
de la vigne occasionné par de faibles températures).
Symptôme primaire d’Oïdium
Blessure de micro-nervure de feuille
(Crédit Photos : E. LAVEAU – CA33)
Modélisation
Depuis lundi dernier, la situation du risque de chacun des secteurs viticoles est stationnaire. Aujourd'hui,
le risque est majoritairement fort sauf sur l'extrême nord de l'Entre Deux Mers, le Bourgeais, le
Fronsadais et le Libournais où il reste faible. Les conditions météorologiques annoncées et probables
devraient réduire le risque à un niveau faible à très faible. Seules des conditions météorologiques peu
pluvieuses (H1) seraient susceptibles de maintenir la situation actuelle.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
8/12
Au cours de la semaine dernière, la FTA progresse faiblement. D'ici à lundi prochain, des contaminations
plus fortes que celles enregistrées jusqu'à maintenant devraient se produire : la FTA pourrait atteindre un
peu plus de 1,5% en moyenne. Ce sont le Sud du Médoc, les Graves et Sauternais qui enregistrent les
évolutions plus nettes : la FTA sur ces secteurs pourrait atteindre près de 4%.
Evaluation du risque 2016
Les annonces météo prévoient des pluies sur toute la semaine avec des risques d’orages sur les
journées de mercredi et jeudi.
Pas ou très rares nouveaux symptômes observés en Aquitaine malgré le fait que les stades
phénologiques actuels soient des stades de forte sensibilité.
Le modèle indique un risque potentiel en légère baisse depuis la semaine dernière. Il reste
toujours fort sur la majorité de l’Aquitaine. Les conditions météo sont encore favorables à des
contaminations épidémiques mais de faible ampleur.
Pour les jours à venir, le risque devrait diminuer très nettement.
La vigilance est cependant de mise pour les parcelles sensibles et à fort historique.
Risque modéré de contamination épidémique de faible ampleur
Ravageurs
•
Cicadelles vertes
Observations
Les populations de larves de cicadelles vertes évoluent encore cette semaine mais restent relativement
faible (6% de fréquence moyenne). La fréquence la plus élevée du réseau n’excède pas 35 larves pour
100 feuilles.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
9/12
•
Cicadelle de la Flavescence dorée
Observations
Des larves de cicadelles de la Flavescence dorée sont observées avec des fréquences d’observations très
différentes d’un site à l’autre.
Larve de cicadelle de la Flavescence dorée
Larve de cicadelle verte
(crédit Photos : E. LAVEAU - CA33)
L’observation des premières larves de cicadelle de la Flavescence dorée a permis de déterminer les dates
de traitements obligatoires sur toute l’Aquitaine : Dates des traitements obligatoires contre la cicadelle de
la Flavescence dorée en Aquitaine (2016).
Les premiers traitements obligatoires contre la cicadelle de la Flavescence dorée commencent
cette semaine. Pour plus de précisions sur votre secteur, consultez votre GDON.
Note Abeille
Les abeilles butinent, protégeons-les ! Respectez la réglementation "abeille" et
lisez attentivement la note nationale BSV sur les abeilles :
•
Lors des périodes d’intervention sur des cultures peu mellifères mais en
présence d'autres plantes en fleurs (semées sous couvert ou adventices)
ou dans un environnement à fort potentiel mellifère, dans les situations
proches de la floraison ou lors de la pleine floraison, utiliser un
insecticide ou acaricide portant la mention autorisé "pendant la floraison mais toujours en
dehors de la présence d’abeilles". Intervenir le soir par température <13 °C (et jamais le
matin) lorsque les ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas
favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les autres auxiliaires des
cultures potentiellement exposés.
•
Attention, la mention "abeille" sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le
produit est inoffensif pour les abeilles. Cette mention "abeille" rappelle que, appliqué dans
certaines conditions, le produit a une toxicité moindre pour les abeilles mais reste potentiellement
dangereux.
•
N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions
d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou
l’étiquette) livrée avec l’emballage du produit.
•
Si vos parcelles sont voisines de ces parcelles en floraison, porter une grande vigilance à vos
traitements.
•
Les traitements effectués le matin présentent un risque supplémentaire pour les abeilles
car le produit peut se retrouver dans les gouttes de rosée du matin, source vitale d’eau pour les
abeilles.
Pour en savoir plus : téléchargez la plaquette "Les abeilles butinent" et la note nationale BSV.
Note nationale abeilles et pollinisateurs
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
10/12
•
Vers de la grappe
Observations
Les comptages de glomérules sur les parcelles du réseau révèlent que 25% des parcelles observées
présentent des tordeuses. La fréquence moyenne de glomérules sur les parcelles du réseau
progresse mais reste globalement faible (moyenne de 3,3 glomérules pour 100 grappes).
La parcelle du réseau la plus infestée atteint 18 glomérules pour 100 grappes (à Lalande-de-Fronsac).
Toutefois, hors réseau, quelques parcelles présentent des populations très élevées (jusqu’à 135
glomérules pour 100 grappes). Certaines de ces parcelles ont des historiques forts comme dans le
sauternais ou le Médoc, voire le Libournais, mais ce n’est pas le cas d’une grande partie de ces
parcelles qui, jusque-là ne présente que des historiques très faibles, voire pas de présence du
tout.
De même, des parcelles à fort historique Eudémis voient leurs populations supplantées par des
populations importantes de Cochylis, jusque-là plutôt rares.
L'évaluation de la pression vers de grappe sur les parcelles peut se faire par du piégeage et par des
observations. Les captures permettent notamment de connaître la date de début des vols, élément
nécessaire, conjointement aux comptages de chenilles, au raisonnement de la protection phytosanitaire
contre les tordeuses.
La floraison est la période de prédilection pour l’estimation des populations de tordeuses sur
les parcelles en réalisant des comptages de glomérules pour 100 inflorescences observées.
Eudémis : Fiche pratique en ligne INRA
Glomérule
(Crédit Photos : E. LAVEAU-CA33)
Cochylis : Fiche pratique en ligne INRA
Voici les seuils de décision qui peuvent être utilisés à l’issu de ces comptages de glomérules en
1ère génération :
• Entre 0 et 5 glomérules pour 100 inflorescences : pas de gestion insecticide en deuxième
génération,
• Plus de 5 glomérules pour 100 inflorescences : gestion en deuxième génération à étudier
selon….
La gestion de ce ravageur nécessite de prendre en compte d'autres paramètres comme l'historique de la
parcelle, la présence d'une lutte par confusion sexuelle sur la parcelle, la pression vers de grappe sur le
secteur, les conditions climatiques lors du 2ème vol…
Vous pouvez vous rapprocher d'un conseiller technique pour adapter votre stratégie à chaque
parcelle.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
11/12
Sur un grand nombre de parcelles, la floraison
se termine et la nouaison est bien engagée.
Sur
ces
parcelles,
les
comptages
de
glomérules ne vont plus être possibles. De
plus, on observe les premières chrysalides au
vignoble.
Il
va
donc
être
temps
de
repositionner des capsules dans les pièges
pour observer le début du prochain vol.
Chrysalide d’Eudémis
(Crédit Photo : E. LAVEAU-CA33)
Moyens de lutte prophylactique
La faune auxiliaire présente sur les parcelles peut diminuer les populations de tordeuses. Certains
auxiliaires comme les araignées ou les larves de chrysope attaquent directement les larves. Des larves
peuvent aussi être parasitées par les pontes de certains insectes (comme Campoplex capitator).
Localement, des taux de parasitisme de 50% peuvent être observés. A eux seuls, prédation et
parasitisme peuvent permettre de diminuer les populations de tordeuses en dessous du seuil
d'intervention.
Larve d'Eudémis capturée par une araignée
de la famille des Salticidae
(Crédit Photo : C. CAZENAVE - CA33)
Larve d'Eudémis parasitée.
Présence d'une cicatrice d'oviposition
et segments abdominaux boursouflés
(Crédit Photo : E. LAVEAU - CA33)
Prochain bulletin : le mardi 21 juin
Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du
végétal d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Vigne sont les suivantes : Adar de Castillon et de Ste Foy, Adar de Coutras,
Adar des 2 Rives, Adar Haute Gironde, Adar de Langon, Adar du Médoc, Agridor, BGD Conseils, Biovitis, Cave de Blasimon, Cave de
Buzet, Cave du Marmandais, Cave des Vignerons de Tutiac, Caves de Rauzan-Grangeneuve, Cave de Sauveterre, Cave de Sigoules,
Cave du Tursan, Cave des Vignerons des Coteaux du Céou, Cave des Vignerons des Coteaux de l'Isle, CDA24, CDA33, CDA40,
CDA64, Chrysope eurl, Cic, Comptoir Agricole Dufour, Euralis, EVO La Tour Blanche, Fredon Aquitaine, Gdon du Libournais, Grains
d'Raisins, Groupe Isidore, IFV, La Périgourdine, Maïsadour, Groupement d'Employeurs du Pays de l'Entre-Deux-Mers, Soufflet Vigne,
SRA Cadillac, Terres de Gironde, Terres du Sud, Urablt Grézillac, Vignobles André Lurton, Vitivista.
Ce bulletin est produit à partir d'observations ponctuelles réalisées sur un réseau de parcelles. S'il donne une tendance de la situation
sanitaire régionale, celle-ci ne peut pas être transposée telle quelle à chacune des parcelles. La Chambre Régionale d'Agriculture
Aquitaine-Limousin–Poitou-Charentes dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par les agriculteurs pour la
protection de leurs cultures. Celle-ci se décide sur la base des observations que chacun réalise sur ses parcelles et s'appuie le cas
échéant sur les préconisations issues de bulletins techniques (la traçabilité des observations est nécessaire).
" Action pilotée par le Ministère chargé de l'agriculture et le Ministère de l’Ecologie, avec l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux
aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto ".
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes / Edition Aquitaine
Vigne – N°12 du 14 juin 2016
12/12
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
11
Taille du fichier
1 417 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler