close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

2016.06_POS_5.0216_Construction autoroute dans le

IntégréTéléchargement
POSTULAT URGENT
Auteur
Objet
Date
Numéro
Christian Gasser, SVPO, et Michael Graber, SVPO
Construction de l’autoroute dans le Haut-Valais: pas d’argent pour des
prestations médiocres!
14.06.2016
5.0216
Actualité de l'événement
Les paiements complémentaires n’ont été rendus publics que récemment dans différents
rapports de presse.
Imprévisibilité
On ne pouvait pas prévoir que le canton du Valais serait confronté à des paiements
complémentaires de cet ordre de grandeur.
Nécessité d'une réaction ou d'une mesure
Les paiements complémentaires sont toujours en suspens et requièrent ainsi qu’on agisse tout
de suite.
Le tunnel d’Eyholz sur l’A9 a été en partie construit avec du béton qui, après 100 jours,
présentait une résistance à la compression inférieure à 200 kg/cm2. Ainsi, ce béton était tout
simplement inutilisable.
Par conséquent, le consortium AHE a dû détruire certaines parties du tunnel et les reconstruire.
Il a facturé ces réparations à hauteur de 20 millions de francs.
Bien que la direction locale des travaux ait refusé cette créance, le chef de l'Office de
construction des routes nationales a manifestement pris l’initiative d’autoriser le paiement de
4,4 millions de francs, une libération que lui seul a signée.
Diverses expertises et enquêtes coûteuses ont été mandatées et réalisées.
Le Contrôle fédéral des finances (CDF) est intervenu et a résumé toutes ces expertises et
enquêtes coûteuses en cinq phrases simples, affirmant que rien ne doit être payé pour de si
mauvaises prestations.
Le Conseil d’Etat ne se rend pas compte de la situation.
Pour des prestations si mauvaises et un béton de moindre qualité, ce n'est pas le maître
d’ouvrage qui doit payer, mais l’entrepreneur qui doit passer à la caisse pour cette moins-value.
Une chose est claire: ce béton de mauvaise qualité doit être assaini au plus vite!
A notre grande stupeur, nous constatons pour ce mandat d’ingénieur un dépassement de frais
de 450% pour le tunnel entre Eyholz et Staldbach, et même de 900% pour celui du Vispertal!
En 2006, lors de la construction du tunnel de Riedberg, de hauts fonctionnaires avaient été
suspendus pour avoir payé des avances, une procédure avait été engagée, et on avait organisé
une véritable «chasse aux sorcières», qui se termina par une procédure judiciaire et des
condamnations.
Aujourd’hui, nous en sommes à un point où des paiements sont effectués pour des prestations
médiocres et de la piètre qualité, malgré le refus de la direction des travaux locale. Tous les
reproches sont minimisés par des déclarations lapidaires; on affirme par exemple que la
question de l’assainissement n’est pas encore réglée et qu’on en est seulement au stade de la
discussion.
Ces arguments sont avancés quoiqu’on sache bien que juridiquement, un paiement partiel vaut
comme reconnaissance de la créance en question et ne peut pas simplement être renommé
dans d’autres «prestations».
Par le passé, le canton du Valais a déjà fait plusieurs fois les gros titres à cause de la
construction de l’A9 et des paiements relatifs à ce chantier. Le mécontentement de la
population grandit à vue d'œil, et l’image du canton en pâtit beaucoup.
Conclusion
Les auteurs demandent que le contrôle de la qualité soit immédiatement confié à des
entreprises externes tierces, également pendant que le projet est en cours, et que la direction
des travaux locale effectue un contrôle permanent des coûts, afin d’empêcher que de telles
situations, où des assainissements engendrent des suppléments exorbitants, ne se
reproduisent. Les dépenses et travaux supplémentaires ne doivent être effectués qu’après
libération par la direction des travaux locale. De plus, il faut examiner d’autres mesures pour
garantir un achèvement fiable et transparent de l’A9.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
14 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler