close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse du 15 juin 2016

IntégréTéléchargement
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
LILLE, le 15 JUIN 2016
SÉCURITÉ DU TRAVAIL DANS LA RÉGION NORD - PAS-DE-CALAIS PICARDIE :
271 CHANTIERS DU BÂTIMENT CONTRÔLÉS
PAR L’INSPECTION DU TRAVAIL LES 26 et 28 AVRIL 2016
Le secteur bâtiment - travaux publics, qui emploie 8 % des salariés du secteur privé (données
CARSAT 2014) dans la région fusionnée, occasionne 14 % du total des accidents du travail,
malgré des progrès continus depuis plus de dix ans. Les chantiers du BTP font donc l’objet d’une
attention particulière de l’Inspection du travail.
Dans ce secteur, les chutes de hauteur sont encore, avec 18 % des accidents, une des premières
causes d’accidents du travail. Elles sont toujours la première cause d’accidents graves et mortels
(10 %). Le ministère chargé du travail a engagé sur ce thème, en juin 2014, une campagne de
sensibilisation nationale avec les principaux acteurs de la prévention des risques professionnels.
Son slogan : « travail en hauteur, pas droit à l’erreur ». Elle est reconduite tous les ans.
À cette occasion, 271 chantiers ont été inspectés de manière inopinée les 26 et 28 avril 2016
par la Direccte Nord - Pas-de-Calais Picardie.
Au total 1913 salariés y étaient employés par 443 entreprises.
L’intervention portait sur les risques les plus fréquents rencontrés dans le secteur de la
construction : le risque de chute de hauteur - régulièrement constaté dans de nombreuses
situations de travail -, les risques liés à la manutention et les conditions de travail.
Si des améliorations ont pu être constatées dans les techniques et matériels employés, les
inspecteurs, ingénieurs et contrôleurs de l’Inspection du travail ont constaté la persistance de
risques majeurs, notamment sur les échafaudages et les plates-formes de travail.
Des mesures de prévention et des rappels à la réglementation ont été signifiées à 373
entreprises. Les contrôles de chantier ont conduit à dresser pour 40 entreprises des mises en
demeure, des arrêts de chantier et de procès-verbaux d’infraction.
L’arrêt temporaire de travaux sur un chantier permet à l’Inspecteur du travail, ou par
délégation au contrôleur, de « prendre toutes mesures utiles visant à soustraire immédiatement
le salarié de cette situation en prescrivant, notamment, l’arrêt temporaire de la partie des
travaux en cause ». Ce pouvoir est mis en œuvre lorsqu’il existe une cause de danger grave et
imminent résultant soit d’un défaut de protection contre les chutes de hauteur, soit de l’absence
de dispositifs de nature à éviter les risques d’ensevelissement, soit de l’absence de dispositifs de
protection dans des opérations de confinement et de retrait de l’amiante. Cette procédure
constitue une mesure de sauvegarde de la vie des salariés.
Contacts DIRECCTE : Jérôme CREUTZ (03 20 96 48 06) – Annie FRÈRE (03 22 22 41 55)
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
338 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler