close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Autour d`une même terre - Mudo

IntégréTéléchargement
MARC ALBERGHINA, DOMINIQUE ANGEL, ALICE BERTRAND,
CAROLE CHEBRON, AUGUSTE DELAHERCHE, SOPHIE GAUCHER
SOPHIE GOULLIEUX, CHARLES ET PIERRE GRÉBER
BENJAMIN HOCHART, ELOÏSE LE GALLO, HÉLÈNE NÉRAUD,
JEAN-LOUIS NIGON, PIERRE PISSAREFF, JEAN-MICHEL SAVARY,
JULES ZIEGLER…
AUTOUR D’UNE MÊME TERRE prend sa source dans l’identité
céramique du Beauvaisis. Du Néolithique à l’ère contemporaine,
les argiles du Pays de Bray ont fixé des générations d’artisans qui
ont su transformer la terre selon un art accompli. Foisonnante, leur
production n’a cessé d’évoluer au rythme des inventions et des progrès
technologiques lui permettant de se commercialiser largement et de
s’inscrire dans les grandes tendances de la céramique européenne.
Cette exposition souligne la permanence et la richesse d’expression
du matériau terre. Dans les espaces de la Galerie nationale de la
tapisserie, elle s’organise autour de trois parcours. Le premier est
dédié aux céramiques emblématiques du Pays de Bray. Mobilier
archéologique, poteries gauloises, antiques et médiévales, terres
glaçurées, faïences, grès salés et éléments architecturaux témoignent,
au fil des siècles et des foyers de production, des diversités d’usage
qu’il soit domestique, funéraire ou artistique, et de l’extraordinaire
renouvellement des formes et des décors. Les grands maîtres de
la céramique beauvaisine des XIXe et XXe siècles sont également
représentés, marquant l’évolution du statut d’artisan à celui d’artiste
ainsi que le lien étroit entre l’espace de création de l’atelier et la
production à vocation industrielle des manufactures : Jules-Claude
Ziegler avec ses créations novatrices en grès salé, Auguste Delaherche
dont les pièces allient la pureté des lignes à la maîtrise des émaux
ainsi que la dynastie des Gréber, à l’origine de la célèbre manufacture
beauvaisienne de grès artistique. Quelques décennies plus tard, les
œuvres singulières de Pierre Pissareff s’affranchissent des modèles
traditionnels et font de la terre le support et la matière d’une expression
purement artistique.
La deuxième section de l’exposition offre un focus sur l’École d’Art du
Beauvaisis qui perpétue durablement la transmission des savoir-faire
liés aux arts de la terre et de la céramique en mettant au cœur de son
programme d’éducation artistique, la présence continue des artistes au
sein de ses murs. Le parcours de l’exposition s’achève avec FICTIONS
du sculpteur Dominique Angel. Pour cette création de grande ampleur,
l’artiste se saisit du matériau terre dans sa dimension physique et
mentale, l’incarnant tour à tour dans le champ de la sculpture, de
la performance, de l’image et du récit. Œuvres issues de l’atelier ou
réalisées sur site, pièces pérennes ou vouées à la destruction, objets
usuels ou artistiques, s’associent et se recomposent dans une mise
en scène réjouissante qui prend à rebours la hiérarchie des genres
artistiques et la question de l’utilité sociale de l’art.
L’ABÉCÉDAIRE
TERRE
CÉRAMIQUE
A
Marc Alberghina
B
Alice Bertrand
Né en 1959. Vit et travaille à Vallauris.
Exposé en 2011 par l’École d’Art
du Beauvaisis et intervenant en 2016 pour le
stage de formation céramique.
Née en 1981. Vit et travaille à Rennes.
En résidence en 2012 à l’École d’Art
du Beauvaisis.
Le travail de Marc Alberghina,
originaire de Vallauris, est fortement
marqué par l’histoire de ce haut
lieu de création artisanale qui connut
son apogée artistique dès les années
1940 puis son rapide déclin
à la fin des années 1970. Alliant la
virtuosité technique, les références
à l’art ancien et la force de narration,
ses œuvres rejouent le drame
de la violence des rapports humains.
La figure de l’artiste est ici incarnée
par le corps martyr de deux
Saint-Sébastien : le premier ployant
son corps sous le jet de cœurs-organes,
le second arborant un visage pétrifié.
Dominique Angel
Né en 1942. Vit et travaille à Marseille.
En résidence-workshop en 2015
à l’École d’Art du Beauvaisis.
Protéiforme, sa démarche artistique
conjugue divers moyens d’expression :
des sculptures de grande dimension
et aux multiples matériaux, des
installations conçues comme des
compositions d’atelier associant
œuvres anciennes et nouvelles,
des photographies donnant à voir
d’autres images de sculptures,
des vidéos comme traces ou
témoignages de performances ainsi
qu’un travail d’écriture comprenant des
textes sur l’art, des romans
et des nouvelles. L’ensemble constitue
une œuvre unique dans laquelle
l’artiste interroge l’acte de création
dans son expérience et sa réception.
Le travail d’Alice Bertrand embrasse
le champ de la sculpture interrogeant
plus particulièrement le statut
donné à l’objet. Puisant son inspiration
dans les sciences naturelles
et le répertoire ornemental des arts
décoratifs, l’artiste donne forme
et contenu à des œuvres qui allient
le manufacturé au fantasmé,
le primitif au raffinement. Les séries
Reliques, Imago et Deer Hunter
résultent d’une hybridation de formes :
une carapace de fossile trouve son
double dans le moteur d’une voiture,
l’œuf et la larve sont greffés de tubes
et de griffes, le crâne de l’animal se
recouvre de décors végétaux
et d’images du monde industriel.
C
Carole Chebron
(Maladrerie Saint-Lazare)
Né en 1970. Vit et travaille à Paris
Professeur et coordinatrice
du pôle volume de 2008 à 2012
à l’École d’art du Beauvaisis.
Jouant avec les qualités intrinsèques
de la matière, les œuvres de Carole
Chebron évoquent les pouvoirs créatifs
qui s’expriment dans la nature ainsi que
ceux issus de l’imaginaire et de la main
de l’artiste. Elle investit les jardins de
la Maladrerie Saint-Lazare avec une
création autour de la mémoire et de
l’enfermement. Une grappe de mille
clochettes en porcelaine surgissant de
l’ancien logis, des mains moulées en
cire enserrant des crécelles ou ouvrant
des cages à oiseaux, viennent
dialoguer avec l’architecture du site,
faisant émerger par le son et la poésie,
la voix
des anciens reclus.
D
Auguste Delaherche
Né en 1857 et mort en 1940
De 1883 à 1886, Auguste Delaherche
produit des grès vernis au sel dans
la fabrique de L’Italienne, à Goincourt.
En 1894, il s’installe à Armentières,
près de Beauvais où, peu à peu,
il abandonne toute idée de décor.
Seules la pureté des lignes, la couleur
des fonds et des émaux définissent
l’exigence de son art qui s’exprime
dans des pièces uniques pour
lesquelles il refuse tout effet aléatoire,
même esthétique, survenu en cours
de cuisson.
G
Sophie Gaucher
Née en 1984. Vit et travaille
au Pré Saint-Gervais.
Exposée en 2013 par l’École
d’Art du Beauvaisis.
Sophie Gaucher travaille insitu.
Ses œuvres graphiques et ses
sculptures en terre cuite se déploient
sur les murs, les sols ou viennent
se nicher discrètement dans les
interstices des différents lieux
qu’elle investit. Au cœur de cet art
minutieux, les corps s’enchevêtrent,
se métamorphosent jouant des effets
d’échelles et de perception afin
de brouiller les frontières entre
imaginaire et réalité. Pour l’exposition,
l’artiste réalise une composition murale
de grande ampleur à proximité du
rempart gallo-romain.
Sophie Goullieux
Paul Gréber
Pierre Gréber
Née en 1972. Vit et travaille
à Saint-Ouen.
Professeur d’expression plastique
à l’École d’Art du Beauvaisis.
En résidence en 2011.
Né en 1851 et mort en 1915
Né en 1896 et mort en 1964
Il travaille d’abord avec son père,
puis en association avec son frère
Charles jusqu’en 1898. Il s’installe
par la suite, à son compte au Pont
d’Allonne, route de Paris, où il rachète
une petite manufacture de grès salé
« Clerc et Taupin » et produit surtout
des grès bleus et des vases funéraires.
Petit-fils du fondateur de la dynastie
des Gréber, il prend la succession
de son oncle Charles en 1933 et dirige
la Manufacture de Céramique jusqu’en
1962. Outre une production
de céramiques d’usage courant,
il crée des œuvres uniques dont une
série de très grands plats aux décors
abstraits. Il cosigne également avec
sa fille Françoise Gréber-Hebbrecht
(1925-1974) de nombreuses pièces
de facture moderne.
Éclectique, sa démarche artistique
emprunte aux registres
de la photographie, de la céramique
ou de la collection d’objets et d’images.
S’inspirant des objets-bibelots exposés
dans les salons du XIXe siècle,
les séries Cité et Boules de neiges
interrogent l’imagerie du décor et son
rôle dans la construction de l’identité
sociale. Les portraits d’anonymes,
les tours d’immeuble ou les pavillons
familiaux, effigies de notre société
contemporaine, apparaissent
ici figés dans le temps et la matière,
témoignant de leur fragilité
et fugacité.
Johann-Peter Gréber
Né en 1820 et mort en 1898
Né en Autriche, il arrive à Beauvais
en 1846 et pratique la sculpture
de monuments funéraires.
Il épouse une beauvaisienne avec
laquelle il a six enfants dont trois
seront céramistes. En 1866,
il fonde la Manufacture Gréber à
laquelle collaboreront ses deux fils
aînés, Paul et Charles. En 1880,
deux ans après la participation
de la Manufacture à l’Exposition
Universelle de Paris, il cède la place
à ses deux fils, Paul et Charles à la tête
de la « Manufacture Céramique de
Beauvais Gréber Frères ».
Charles Gréber
Né en 1853 et mort en 1935
Il reprend seul l’affaire familiale
de 1900 à 1933. Il donne à la
manufacture un essor international
dont témoignent les participations aux
expositions universelles en Europe
et aux États-Unis. Il développe
et exporte avec succès la production
de céramique architecturale. En 1926,
il fait une donation importante de ses
œuvres au MUDO – Musée de l’Oise.
Henri Gréber
Né en 1854 et mort en 1941
Sculpteur, il a suivi les cours
d’Antonin Mercié à l’École
des Beaux-Arts de Paris. Il réalise
de nombreuses sculptures dont
certaines, commandées par l’État
ou par des villes, sont destinées
à des parcs dont le Jardin des Plantes
à Paris ou à des bâtiments officiels
comme le Grand Palais. Parallèlement
à ces créations monumentales, il crée
des modèles pour la Manufacture
familiale, notamment pour des pièces
sculpturales dont le fameux « Groupe
des deux jardiniers » qu’il cosigne
avec son frère Charles.
H
Benjamin Hochart
Né en 1982. Vit et travaille
à Aubervilliers.
En résidence en 2010 à l’École
d’Art du Beauvaisis.
Puisant son inspiration dans
l’art populaire, la bande-dessinée,
la science-fiction ou l’art brut,
le travail de Benjamin Hochart prend
à rebours la question du genre
artistique. Ses dessins, installations,
céramiques ou tapisseries se
nourrissent des techniques artisanales,
mettant en exergue les qualités
inhérentes au matériau mais aussi
les traces et les méthodes de sa
fabrication. Pour la série Section,
la forme et la couleur des dés
de céramique, fixés sur de longues
tiges métalliques, résultent ainsi
d’un processus de création faisant
intervenir le jeu et le hasard.
L
Eloïse Le Gallo
Né en 1989. Vit et travaille à Paris.
Professeur de sculpture
à l’École d’art du Beauvaisis.
La démarche artistique d’Eloïse
Le Gallo allie les techniques
traditionnelles de sculpture, le dessin
et les créations vidéos et sonores.
Ses nombreuses résidences en Guyane
française au sein du collectif d’artistes
Degré 7 et auprès d’artisans locaux
ont fondé les bases de son approche
de la création.
Se nourrissant de la rencontre entre
les matériaux, les espaces et les êtres,
elle propose des formes plastiques
et des protocoles d’actions artistiques
fondés sur le travail collectif et le
partage du geste, à l’instar d’Index04
réactivé pour l’exposition.
N
Hélène Néraud
Né en 1986. Vit et travaille
à Sotteville-lès-Rouen
Professeur de céramique
à l’École d’Art du Beauvaisis.
Hélène Néraud interroge,expérimente
les possibles points de rencontre entre
la peinture et la céramique. Ici, la
série de sculptures en terre émaillée
L’empierrement du souffle incarne des
« morceaux de paysages » qui se fixent
dans la matière et mettent en volume
une géologie, une chute du matériau.
Pratiquant l’alpinisme, l’artiste
éprouve sa passion pour la conquête
des sommets dans l’affrontement
du corps et de l’esprit avec la terre.
Recouvertes d’émaux puissants,
les figures ainsi créées mêlent
la force d’attraction au pouvoir
d’anéantissement.
Jean-Louis Nigon
Né en 1946. Vit et travaille
à Savignies.
S
Jean-Michel Savary
Né en 1948. Vit et travaille
à Saint-Paul.
Professeur de céramique de 1976
à 2015 à l’École d’Art du Beauvaisis.
En 1969, Jean-Louis Nigon crée
son premier atelier et expérimente
ses recherches d’argiles et d’émaux.
Rejoint en 1986 par Monique
Lesbroussart, il fonde un nouvel atelier
en 1992. Il s’inspire alors de l’histoire
potière brayonne du grès, de la terre
vernissée, reprenant des formes
caractéristiques des XVIIIe et XIXe
siècles. Ses créations s’inscrivent dans
la représentation de personnages
ou d’un fabuleux bestiaire. Il poursuit
également l’art des épis de faitages
du XVIe siècle par de très belles
réalisations, comme Le Coq présent
dans les jardins du MUDO - Musée de
l’Oise.
Il s’installe en 1968 à Saint-Paul
et se lie d’amitié avec Pierre Pissareff.
Potier et sculpteur, il travaille
également la céramique architecturale.
En 2001, il réalise pour la gare
de Beauvais une fresque évoquant
l’histoire de la céramique du Beauvaisis
dont une nouvelle version sera
inaugurée à l’automne 2016. Jusqu’en
2015 et durant quarante années,
il a transmis son savoir-faire aux élèves
de l’École d’Art du Beauvaisis.
P
Pierre Pissareff
Peintre de métier, des problèmes
de vue le décident à s’installer en 1838
à Voisinlieu, commune limitrophe de
Beauvais, afin d’y pratiquer l’art du
grès salé qu’il a découvert lors d’un
voyage en Allemagne. Il produit des
œuvres dont l’éclectisme s’accorde
au style des arts décoratifs d’alors.
Son art se révèle autant dans la
perfection des techniques qu’il utilise
que dans l’élégance des formes
et le raffinement des décors.
En 1842, il abandonne la céramique
pour retourner à la peinture, écrire
et se consacrer à la photographie.
Né en 1904 et mort en 1981
Originaire de Russie, Pierre Pissareff
s’installe en 1931 à à Armentières,
près de Beauvais, où il façonne où
il façonne des plats extrêmement
originaux aux décors rehaussés
d’émaux richement colorés.
Son inspiration doit autant à ses
origines slaves qu’à l’interprétation
de motifs byzantins et persans.
À partir des années 1950,
il se lance dans la production de
faïence stannifère avant de privilégier
la création d’œuvres dégagées
de toute fonction utilitaire tels les
masques de faunes qu’il exécute
à partir de 1968.
Z
Jules-Claude Ziegler
Né en 1804 et mort en 1856
LE GLOSSAIRE
TERRE CÉRAMIQUE
Céramique
Glaçure (ou couverte)
Terme générique sous lequel on
désigne tout ce qui se fabrique
à partir des argiles. La céramique
englobe la terre cuite, la terre cuite
émaillée, la faïence stannifère,
la faïence fine, le grès ainsi que la
porcelaine.
Revêtement vitreux, transparent
ou coloré, ayant pour but
de donner à la céramique qu’elle
recouvre un brillant et une certaine
imperméabilité. Matière fondant
à haute température, elle s’unit
étroitement à la pâte, faisant corps
avec elle.
Décor à la corne
Décor réalisé à l’aide d’une corne
de bovidé, trouée à son extrémité et
fermée par un tuyau de grosse plume.
Engobe
Dilution d’argile fine parfois enrichie
d’un colorant sous forme d’un oxyde
métallique qui recouvre la céramique
en une couche mince soit pour
masquer les imperfections de surface
de la pâte, soit à des fins décoratives.
Faïence
Céramique à pâte colorée tendre
et poreuse recouverte d’un émail
stannifère blanc opaque à base
d’oxyde d’étain.
Flammé
Terme apparu avec la technique
du grès vers la fin du XIXe siècle.
Il désigne des grès cuits en pleine
flamme.
Glaçure au sel
Enduit brillant et transparent
recouvrant certains grès et obtenu
par volatilisation à haute température
(1300°C) à partir de chlorure de
sodium (sel de cuisine).
Glaçure plombifère
Glaçure à base d’oxyde de plomb,
qui peut être teintée mais reste
transparente.
LES RENCONTRES
TERRE CÉRAMIQUE
ENTRÉE LIBRE
Index 4 par Eloïse Le Gallo
Participez à la quatrième collection
d’index de l’artiste en réalisant
le moulage de votre doigt
Ouverture de l’atelier :
du mardi au vendredi, de 13h à 14h,
le samedi de 16h à 17h30
Avec le soutien de la briqueterie DEWULF
Le plat de la Passion :
histoire et symbolique
Production beauvaisine du XVIe siècle,
les plats de la Passion étaient des pièces
d’ornement. Aujourd’hui conservés dans
des collections prestigieuses dont
la Bibliothèque nationale de France,
leur histoire et leur symbolique vous
seront détaillées par Jean Cartier,
président de GRECB, et Michel Lefèvre,
président de la Société académique
de l’Oise.
Mardi 14 juin 2016 à 18h, auditorium
La céramique du XIXe siècle
et du début du XXe siècle au
cœur des collections du MUDO
En un siècle, la production céramique
du Beauvaisis a connu de grandes
mutations. De l’atelier à l’ère industrielle,
le Beauvaisis a su attirer de nouveaux
artistes, renouveler sa production
et figurer parmi les centres céramiques
artistiques les plus reconnus en France
et en Europe. Sylvain Pinta, attaché de
conservation au MUDO – Musée de l’Oise,
présentera une sélection de ces
chefs-d’œuvre céramiques conservés
dans les collections du musée.
Jeudi 30 juin 2016 à 18h, auditorium
Rencontre avec Marc
Alberghina, artiste plasticien
à Vallauris
Ayant travaillé dans les Manufactures
de Vallauris, Marc Alberghina,
s’est engagé, suite à leur fermeture,
dans une démarche artistique résolument
contemporaine tout en utilisant les
techniques traditionnelles du travail
de la terre et des émaux propres
à Vallauris. Il présentera son parcours
et plus particulièrement la série
des Saint-Sébastien, exposée dans
« Autour d’une même terre ».
Mardi 5 juillet 2016 à 18h, auditorium
Le panorama de la céramique
de l’Oise, du Moyen Âge
à aujourd’hui
L’art contemporain et la terre
Le matériau terre s’est imposé depuis
une vingtaine d’années sur la scène
artistique mondiale. Des manifestations
parisiennes comme Circuit céramique
en 2010 ou tout récemment CERAMIX
démontrent un intérêt croissant
des institutions pour ce medium dont
les artistes font un usage large et
varié. Laurent de Verneuil, commissaire
d’expositions, présentera une sélection
d’œuvres d’artistes de renom, rencontrés
en France ou outre-Atlantique.
Jeudi 7 juillet 2016 à 18h, auditorium
La céramique architecturale
d’intérieur
Terre de céramiques depuis des
millénaires, l’Oise et ses artisans ont
produit une grande diversité de pots
ou de décors muraux, que ce soit dans
un but utilitaire ou purement artistique.
Jean Cartier, spécialiste de la céramique
de l’Oise et auteur de nombreux ouvrages
sur ce sujet, vous fera découvrir
plusieurs siècles d’art de la terre.
Pour les Beauvaisiens, les décors
de céramiques qui ornent les façades
des maisons du XIXe siècle n’ont plus
de secrets, depuis la rue Victor-Hugo
au boulevard Saint-André.
Mais savez-vous que ce médium décore
aussi les intérieurs de nos maisons ?
Des cheminées de Charles Gréber aux
carreaux muraux de Ponchon, autant
de créations artistiques qui vous seront
présentées par Jean Cartier, président
du GRECB
Mercredi 6 juillet 2016 à 18h, auditorium
Mardi 6 septembre 2016 à 18h, auditorium
Les décors sur la
céramique à travers les âges
et l’archéologie
Depuis que l’Homme fait de la poterie,
des éléments décoratifs ont toujours
orné les céramiques. Peints, imprimés,
incisés, modelés… ils sont le reflet
d’une période, d’une « mode » et d’un
savoir-faire. Ces détails artistiques
sont l’un des éléments qui permettent
aujourd’hui au céramologue de dater
un vase. Un voyage à travers les âges
et l’archéologie de Beauvais par Lauriane
Miellé, céramologue au sein du Service
Archéologique Municipal, docteur
diplômé en céramologie
Mardi 13 septembre 2016 à 18h,
auditorium
INFORMATIONS
PRATIQUES
AUTOUR D’UNE
MÊME TERRE
4 JUIN
18 SEPTEMBRE
2016
Exposition organisée en partenariat
avec le MUDO-Musée de l’Oise.
Avec le concours de l’École d’Art
du Beauvaisis, du GRECB, du Musée
de la Poterie de Lachapelle-aux-Pots
et du service archéologique municipal,
et le soutien de la briqueterie DEWULF
GALERIE NATIONALE
DE LA TAPISSERIE
22 rue Saint-Pierre, Beauvais
Ouverte du mardi au vendredi,
de 12h à 18h, samedi et dimanche,
de 10h à 18h
Tél. 03 44 15 67 00
culture.beauvais.fr
conception graphique : Atelier k.ro.line, 2016
MALADRERIE SAINT-LAZARE
ALLEZ, ALLEZ - CAROLE CHEBRON
203 rue de Paris, Beauvais
Ouverte du mardi au dimanche
de 11h à 18h
Tél. 03 44 15 67 62
maladrerie.fr
À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT
Jusqu’au 18 juin 2016
Exposition d’Anne Rochette,
Tous de lopins, et d’une contexture
si informe et diverse
Salle basse de l’auditorium
Rostropovitch
ecole-art-du-beauvaisis.com
Jusqu’au 19 septembre 2016
Exposition Vivre, créer.
Découvertes récentes et énigmes
archéologiques dans l’Oise
MUDO – Musée de l’Oise
mudo.oise.fr
Du 25 juin au 18 septembre 2016
La cathédrale infinie et Horizons
imaginaires, un spectacle son
et lumière conçu par Skertzò
Spectacle gratuit à la nuit tombée
rue Saint-Pierre
En juillet et août, jeudi, vendredi
et samedi. En septembre,
vendredi et samedi
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
330 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler