close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

16 06 2016 manifestation policiers blesses

IntégréTéléchargement
Jeudi 16 juin 2016 France‐Polémique entre le gouvernement et la CGT sur les violences PARIS, 16 juin (Reuters) ‐ Le gouvernement et la CGT se rejettent la responsabilité des violences qui émaillent depuis plus de trois mois les manifestations contre la loi Travail, tandis que des syndicats de police s'interrogent sur la gestion du maintien de l'ordre. Depuis la manifestation de mardi, l'exécutif accuse la CGT de complaisance, voire d'une forme "d'appui" aux "casseurs", notamment lors des violences contre la façade de l'hôpital pour enfants Necker, où se trouvait le garçonnet dont les parents ont été tués lundi par un homme se réclamant de l'Etat islamique… Une quarantaine de personnes arrêtées mardi en marge de la manifestation doivent être jugés jeudi en comparution immédiate. Parmi eux figure un militant CGT du Loiret, a annoncé la fédération des Services publics du syndicat, qui a appelé à manifester devant le palais de justice de Paris. "DÉTOURNER LE DÉBAT" Philippe Martinez a rejeté en bloc ces accusations, justifiant l'attitude violente de certains cégétistes mardi par un probable "ordre" de "charger des manifestants"."Essayer de détourner le débat sur la CGT alors que le problème, ce sont des casseurs qui sont à l'extérieur des manifestations, c'est un nouveau procès d'intention contre la CGT", a‐t‐il déclaré sur RTL… Jeudi, le syndicat Alternative CFDT a estimé que les responsabilités étaient "partagées" entre les organisateurs des manifestations et "certaines autorités de la préfecture de police de Paris". Selon lui, la CGT ne peut ignorer que les "casseurs" arrivent "habillés normalement", organisent un carré de tête dans le cortège puis, "en cours de manifestation, s'équipent de tout le matériel nécessaire pour passer à l'acte". Soulignant le nombre très élevé de policiers blessés, Alternative CFDT critique aussi les notes de la hiérarchie interdisant l'usage des flash‐ball et des grenades de désencerclement et le manque de "consignes adéquates". "Comment expliquer que les policiers aient été obligés d'attendre une heure avant que les instructions ne soient données pour utiliser le canon à eau ?" lors de la manifestation de mardi, demande‐t‐il. 
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
164 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler