close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

com presse centraleSupelec pour site

IntégréTéléchargement
Communiqué de presse du 13 juin 2016
Depuis un an et demi, Supélec et Centrale Paris ont fusionné. Une situation juridique inédite et
complexe ayant même nécessité des aménagements de la loi régissant l’Enseignement supérieur (loi
Fioraso).
Après deux années consacrées à la préparation du transfert des personnels de Supélec vers
CentraleSupélec et à la rédaction du décret fondateur de la nouvelle entité, la fusion est effective
depuis le 1er janvier 2015.
Le nouvel établissement est composé pour 1/3 de fonctionnaires titulaires et pour 2/3 de personnels
contractuels.
Gouvernance
L’administration de Centrale a pris le relais de celle de Supélec pour assurer la gestion administrative
du nouvel établissement. Faute des moyens nécessaires à la conduite de ces missions nouvelles, ces
services sont débordés. Les nouvelles conditions d’organisation génèrent inquiétudes et difficultés
professionnelles pour les agents : déplacements sur les 3 sites de l’établissement Supélec, procédures
complexes et inappropriées, injonctions contradictoires, organisation centralisatrice des prises de
décision…
En plus de ces problèmes de gouvernance, le Sgen-CFDT dénonce l’absence de dialogue social et une
Gestion des Ressources Humaines incohérente.
Une GRH qui nie les effets de la fusion sur les personnels.
-
Refus de réunir le CHSCT malgré les alertes des médecins concernant le développement des
risques psycho-sociaux.
Refus de négociation avec les organisations syndicales pour traiter du cadre de gestion
des contractuels.
Absence de budget dédié à la création d’un système de rémunération permettant de
reconnaitre l’engagement professionnel des contractuels.
Défaut de représentants des enseignants-chercheurs contractuels dans le Conseil
d’Administration restreint.
Les personnels concernés ne sont pas associés à l’élaboration des nouveaux cursus de
formation.
Pour le Sgen-CFDT, le dialogue social ne peut pas se résumer à une information descendante mais doit
résulter d’une consultation sérieuse des représentants des personnels, qui doivent être associés aux
prises de décision.
C’est pourquoi nous appelons les personnels du site de Metz, inquiets pour l’avenir de leur campus et
soucieux de l’amélioration de leurs conditions de travail, à se mobiliser le 16 juin 2016.
Contact :
Jean Maufoy
Secrétaire adjoint de la section Sgen-CFDT de CentraleSupelec,
responsable du site de Metz.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
650 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler