close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Apport 6.22 - Didacthis.be

IntégréTéléchargement
ÉTUDE DU MILIEU
Les catholiques vus par les protestants
Vers 1500, beaucoup de chrétiens voudraient que
l'Église respecte mieux l'enseignement de JésusChrist. Mais leurs appels ne sont pas entendus. Des
réformateurs proposent alors de créer une Église
nouvelle.
Catholiques et protestants tentent d’attirer à eux les fidèles. Pour cela, ils utilisent différents moyens de persuasion. Ils
diffusent par exemple des gravures qui mettent en avant les faiblesses de leurs adversaires. Ils n'hésitent pas, dans ce but,
à faire appel à des artistes réputés. Chez les protestants,
Martin Luther peut compter sur
l'aide de son ami Lucas Cranach
l'Ancien (1472-1553), un peintre et dessinateur talentueux.
Celui-ci est l’auteur d’une grande image en deux parties opposant les qualités des protestants
aux défauts des catholiques. La
partie droite de cette image,
reproduite ici, cherche à montrer que la manière de servir
Dieu des catholiques est pleine
de faussetés.
n En 1517, Martin Luther (1483-1546), un religieux
allemand, lance un appel à la réforme* de l'Église. Il publie une liste de propositions dans laquelle il
exprime les attentes des nombreux chrétiens qui désirent vivre leur foi de façon plus vraie, plus proche de
l'enseignement de Jésus-Christ. Sa demande, bientôt
diffusée à travers toute l'Europe, est rejetée par les
autorités religieuses. Luther propose alors de créer une
Église nouvelle qui ne dépende plus du pape et de ses
conseillers. D'autres réformateurs se joignent au mouvement, en particulier le français Jean Calvin (15091564). Des communautés de « protestants » se multiplient partout en Europe.
n Tout le monde attend la réunion d'un concile*
pour trouver une solution au désordre religieux.
Mais les responsables traînent, pensant que tout va vite
rentrer dans l’ordre. Le concile est finalement organisé
dans la ville de Trente, en Italie du Nord, presque 30
ans plus tard, en 1545. Il ne modernise pas les croyances et les pratiques. Au contraire, il les confirme et les
renforce. L'Église reste inflexible. La rupture est inévitable.
n Catholiques et protestants se disputent partout.
Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, beaucoup de pays sont
ravagés par des guerres de religion. La chrétienté* perd
son unité : l'Europe du Nord devient majoritairement
protestante tandis que l'Europe du Sud reste catholique, situation qui existe toujours.
Apport 6.22
* Voir glossaire
u Lucas Cranach, La vraie religion du
Christ et la fausse doctrine de l’Antéchrist (détail). Gravure sur bois.
Vers 1545. Staatliche Museen
Preussischer Kulturbesitz, Berlin
(commons.wikimedia.org).
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Die_wahre_Religion_Christi_und_die_falsche_Lehre_des_Antichristen.jpg?uselang=fr
LA RÉFORME
Christian Patart, Geneviève Quinet, Bernard Stanus, Danielle Tamigniau.
Temps modernes (de 1450 à 1750)
Apports décisifs du passé
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
2 483 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler