close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

agenda

IntégréTéléchargement
Vol. 16 | No 37 | Le lundi 20 juin 2016
Journal syndical
SYNDICAT DE L’ENSEIGNEMENT DE LA POINTE-DE-L’ÎLE (SEPÎ)
(514) 645-4536 | Téléc. (514) 645-6951 | www.sepi.qc.ca | f www.facebook.com/sepi.syndicat
ÉDITO | POUR UNE DERNIÈRE FOIS, AVANT DE M’EN ALLER…
Ces paroles, extraites d’une chanson de Gerry Boulet, résument très bien l’exercice dans lequel je suis plongé en ce
vendredi matin. Je l’ai pourtant fait, depuis onze ans, presque
à chaque vendredi des quarante semaines de l’année de
travail.
Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore ou à qui l’information aurait échappé en raison du brouhaha habituel de fin
d’année, je quitterai la présidence du SEPÎ le 30 juin prochain.
Je commencerai à ce moment-là, à la clôture du Congrès de
la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), un mandat
de 3 ans à la vice-présidence aux relations du travail aux côtés des autres membres du comité exécutif de la FAE, présidé
par Sylvain Mallette.
Il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis la restructuration des
commissions scolaires qui, en 1998, eh oui, dans l’autre siècle,
a occasionné une restructuration syndicale dans laquelle j’ai
plongé. C’est de façon totalement imprévisible pourtant que
je me suis retrouvé, pendant plus de 3 ans, conseiller (terminologie des vice-présidences à cette époque) au CA de ce qui
allait devenir le SEPÎ.
Je me suis retrouvé, en 2005, du jour au lendemain, parachuté
à la présidence, alors que j’avais pourtant pris ma retraite syndicale, en pleine négo nationale qui, sous la gouverne de la
FSE, ne tournait franchement pas rond.
Depuis le début de ces onze années passées à la présidence,
en compagnie de plusieurs collègues qui se sont succédé au
sein des différentes éditions du conseil d’administration, des
centaines de personnes déléguées que j’ai vues défiler à la
barre des établissements, des multiples membres de comités
et surtout, grâce à la participation des membres de la base, le
SEPÎ a vécu de très nombreux beaux moments.
Pour accepter de relever ce nouveau défi au niveau « national », il a d’abord fallu que j’accepte de quitter la tête d’une
organisation que j’aime, à qui j’ai tout donné et qui me l’a
toutefois rendu au centuple.
AGENDA
Vous êtes, membres du SEPÎ, de formidables catalyseurs
d’énergie. Exigeants, réclamant de la rigueur et de la transparence auxquelles vous avez parfaitement droit, vous forcez
vos membres de CA et l’organisation à demeurer en alerte et
à constamment se dépasser, ne changez pas d’attitude. Vous
êtes parmi les plus dynamiques et les plus engagés. On vous
dit inspirés, c’est parce que vous êtes inspirants.
Vous m’avez donné l’opportunité et le privilège de vous représenter pendant toutes ces années. Chaque fois que j’en ai
eu l’occasion, c’est avec fierté, conviction et parfois un peu
de véhémence… que j’ai défendu vos intérêts, qu’ils soient
individuels, collectifs ou relatifs à la profession enseignante. Je
continuerai de le faire, mais à un autre niveau.
J’aimerais, si je le pouvais, vous remercier individuellement
pour la confiance, le soutien, l’encouragement et, dans plusieurs cas, l’amitié que vous m’avez témoignés au fil des années. Puisque c’est un au revoir et non des adieux, on se reverra assurément lors d’une quelconque manif ou à l’occasion
d’une assemblée générale du SEPÎ dont je suis et demeure
un fier membre. Pour une dernière fois, avant de m’en aller…
bonne semaine et bon congé estival !!!
▪ Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
FERMETURE POUR
LA PÉRIODE ESTIVALE
Veuillez prendre note que
nos bureaux seront fermés
du lundi 11 juillet au
vendredi 12 août 2016
inclusivement.
Bon été à toutes et à tous!
FERMETURE
CONGRÈS
Veuillez prendre note
que nos bureaux
seront fermés les 24 juin
et 1er juillet prochain.
>> D
u 27 au 30 juin 2016 :
Congrès de la Fédération
autonome de l’enseignement (FAE)
INFO | ENSEIGNANT(E) EN FIN DE CONTRAT EN MAI, JUIN, JUILLET OU AOÛT
Pour l’enseignantE terminant son contrat en mai, juin, juillet ou août, l’employeur doit « désactiver l’emploi » en utilisant le
motif de cessation d’emploi qui générera un code de résiliation chez l’assureur. Cependant, l’enseignantE voit ses protections maintenues jusqu’au 31 août. Le prélèvement des primes sur la dernière paie s’effectue en fonction du salaire assurable reçu. Ainsi, si le salaire assurable de la dernière paie est plus élevé que celui des paies antérieures, il y a prélèvement
d’autant de périodes de prime qu’il y a de périodes de paie incluses dans cette dernière paie.
PROTECTION
LORS D’UN ARRÊT
TEMPORAIRE
DE TRAVAIL
La Loi sur l’assurance médicaments du Québec prévoit qu’une personne inscrite à un régime d’assurance collective doit maintenir sa protection, si elle y est
admissible, lors d’un arrêt temporaire de travail. Le contrat de La Capitale prévoit le maintien de la protection durant une période de 120 jours. Cependant, l’enseignantE a le choix de maintenir SEULEMENT LE RÉGIME MALADIE 1 OU L’ENSEMBLE DES
RÉGIMES QU’IL DÉTIENT AU MOMENT DE L’ARRÊT TEMPORAIRE DE TRAVAIL. Lorsque la protection d’assurance salaire longue durée n’est pas maintenue, aucune invalidité survenue durant la période de suspension de la protection ne sera reconnue.
1er CAS
À la reprise de la facturation magnétique au mois d’août, et ce, pour les trois (3) premières
périodes de paie, une prime sera acheminée par le système et, s’il y a retour au travail,
les primes seront perçues rétroactivement à la date du début de l’année scolaire. La personne se voit octroyer les mêmes protections qu’elle détenait à la fin de l’année scolaire
précédente et n’est pas considérée comme une nouvelle adhérente.
RETOUR AVANT
MI-OCTOBRE
EN AGISSANT DE LA SORTE, L’ENSEIGNANT(E) NE POURRA, EN AUCUN CAS, DÉBOURSER PLUS
QUE LES PRIMES ANNUELLES PRÉVUES.
2e CAS
PAS DE RETOUR
OU RETOUR APRÈS
MI-OCTOBRE
3e CAS
RETOUR APRÈS
120 JOURS
(JANVIER)
Au-delà de ces trois (3) tentatives de perception, s’il n’y a pas de retour au travail, une
facture couvrant une période de 120 jours sera automatiquement adressée par La Capitale à l’enseignantE afin de lui permettre de conserver ses protections. LA PÉRIODE DE
120 JOURS DÉBUTERA LE 1ER SEPTEMBRE. Un communiqué accompagnera cette facture
afin de préciser à l’enseignantE qu’elle ou qu’il n’a pas à acquitter la facture s’il ou elle a
repris le travail dans un emploi admissible aux assurances. Si l’enseignantE était couvertE
par un autre contrat collectif entre le début de l’année scolaire et sa date de retour
au travail, il ou elle doit en informer la commission scolaire. Sinon, La Capitale considérera qu’elle ou qu’il désire conserver toutes ses protections rétroactivement à la date du
début de l’année scolaire et récupérera les primes non perçues par l’entremise de la
facturation régulière à raison de deux (2) fois les primes par période de paie.
Si la personne signe un contrat prenant effet au-delà de la période de 120 jours, elle sera
alors considérée comme une nouvelle adhérente aux fins d’admissibilité au régime.
Elle devra donc choisir à nouveau le régime d’assurance maladie qu’elle désire (maladie 1, 2 ou 3) et participer ou non au régime d’assurance vie.
ATTENTION ! En cas de divergence entre ce texte et le contrat d’assurance de La Capitale, les dispositions de ce dernier prévalent.
▪ Sophie Fabris | sophiefabris@sepi.qc.ca
2
TOPO - Vol. 16 | No 37| Le 20 juin 2016
Bonne retraite
Nous tenons à souligner toutes ces années pendant lesquelles vous avez travaillé d’arrache-pied dans les
écoles et les centres. Votre implication laissera un souvenir impérissable chez ces jeunes et ces adultes
que vous avez, au fil des ans, guidés. Tous les bons moments que vous avez partagés avec vos collègues
resteront présents en mémoire, tant la vôtre que celle des collègues qui ont croisé votre chemin. La profession d’enseignant et d’enseignante est unique et se caractérise principalement par l’engagement et
l’altruisme. L’heure de la retraite, pleinement méritée, a finalement sonné.
Que cette étape de votre vie soit des plus heureuse, pleine de santé et remplie d’expériences enrichissantes.
Bonne retraite à : Louise Lavallée, Suzanne Jasmin, Yves Laurent, Michel De Lamirande, Guylaine Paiement,
Denise Ratelle, Lyne Marotte, Gladys Doleyres, Céline Dubé-Charbonneau, Pearl Brown, Geneviève Boutet,
Yolande Deschamps-Migneron, Andrée Perron-Ferrante, Monique Harvey, Nadine Normand, Jocelyne
Juneau, Maria J.Vizarro, Magdalena Mateescu, Bernard Parser, Daniel Marginean, Hélène Martel, Daniel
Haché, Lyne Rolland, Jacques Armstrong, Wilfrid Bellamy, Raymonde Dubic, Marie-Thérèse BellavanceCrack, Guy Lévesque, Marie Andrée Lefebvre, Maryse Ferland, Réjean Couture, Claude Beaulieu, André Gibily,
Isabelle Dufresne, Sylvain Paquette, Bernard Flamand, Julienne Marie Thermophile, Louise Piché, Louise
Lacasse, Martine Caron, Joseph Azzi, Alain Franklin Présent, Suzanne Lefebvre et Maria Rosa Lucciola.
▪ Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
Voici quelques photos prises lors du souper des
personnes retraitées du SEPÎ tenu le 16 juin dernier :
© Marc-André Roy, ESPAT
Bonne
retraite!
Photos prises au
TOPO - Vol. 16 | No 37| Le 20 juin 2016
3
INFO | BONNE RETRAITE, JOCELYNE ET BIENVENUE, JULIE !
Le conseil d’administration (CA) ainsi
que ses collègues de travail souhaitent
une retraite bien méritée à Jocelyne
Desrochers. Jocelyne passera de salariée active à « mamie attentionnée et
hyperactive » le 30 juin prochain. Depuis
1988, et pendant plusieurs années, elle a
accueilli à nos bureaux, toujours souriante
et cordiale, la majorité des profs qui s’y
sont présentés. Elle a par la suite été, pendant la majorité de
ces années, la secrétaire attitrée du secteur des relations du
travail. Quiconque est allé un jour se choisir un poste ou un
contrat, lors des affectations à la commission scolaire, a forcément déjà rencontré Jocelyne. Merci pour toutes ces années
de bons et fiers services rendus aux membres, aux conseillers et
conseillères ainsi qu’aux membres du CA qui se sont succédé.
Par la même occasion, nous souhaitons la bienvenue à Julie StPierre qui s’occupe, depuis quelques semaines, à assimiler les
rouages relatifs à la fonction. Les chaussures à porter peuvent
sembler de grande pointure, mais nous sommes assurés qu’elle
y parviendra rapidement. Bienvenue au sein de l’équipe !
▪ Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
© À bâbord !
INFO | REVUE À BÂBORD !
La très zen couverture du numéro
d’été de la revue sociale et politique
À bâbord ! ne saurait mieux convenir
au titre du magazine et au contenu
de son dossier qui porte cette fois sur la
Gaspésie et ses forces vives : la pêche,
bien sûr, mais également la culture, le
développement régional, l’action communautaire, l’éducation supérieure,
l’inclusion sociale des anglophones, les
grands enjeux environnementaux, etc. Ça donne le goût de
s’y pointer cet été afin de mieux comprendre cette réalité qui
est très différente de celle que nous connaissons dans la région
métropolitaine. On en profitera pour célébrer le 475e anniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, humer à satiété
l’air du large et se gaver de ces délicieuses petites bêtes à
pinces et à carapace rose…
En complément du texte portant sur Hannah Arendt en avril
dernier, Normand Baillargeon récidive avec une « suite et fin »
concernant l’article controversé de cette grande penseuse
en éducation, Reflections on Little Rock, article écrit en réaction aux événements violents du 24 septembre 1957, aux ÉtatsUnis, pendant lesquels la foule avait expulsé neufs enfants noirs
d’une école publique de Little Rock (Arkansas).
À l’international : le regain du syndicalisme étatsunien - il était
temps - et la militance féministe post-printemps arabe. Côté
culture, un article sur You Tube, outil pédagogique dorénavant incontournable, et plusieurs suggestions lecture, cinéma
et musique, histoire de ne pas bronzer mou. Empruntez vite
l’exemplaire disponible à votre salle des profs ! (Plusieurs salles
de profs = plusieurs exemplaires disponibles) Premier arrivé,
premier servi !
▪ Lucie Lépine | lucielepine@sepi.qc.ca
ASSURANCE-EMPLOI
Les enseignantEs qui désirent se prévaloir de l’assurance-emploi cet été trouveront une fiche syndicale à ce sujet dans leur salle
de profs et sur notre site web au www.sepi.qc.ca  Dossiers / Assurance-emploi.
Le TOPO est réalisé par le Syndicat de l’enseignement de la Pointe-de-l’Île (SEPÎ). Tiré à 2600 exemplaires, le TOPO est
distribué à toutes les enseignantes et tous les enseignants de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ).
La reproduction du journal, en tout ou en partie, est autorisée à condition de mentionner la source.
Commentaires et/ou suggestions
Syndicat de l’enseignement de la Pointe-de-l’Île
745, 15e Avenue | Montréal (Québec) H1B 3P9
Tél. : (514) 645-4536 | Téléc. : (514) 645-6951
Par courriel : topo@sepi.qc.ca
4
TOPO - Vol. 16 | No 37| Le 20 juin 2016
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
4 873 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler