close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

chabbat parchat beaalote`ha

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
BEAALOTE’HA
19 Sivan 5776 - 25 juin 2016
SEFER BAMIDBAR
Beaalote’ha
>ĞƐĚĞƵdžƉƌĞŵŝĞƌƐƐĂĐƌŝĮĐĞƐĚĞWĞƐƐĂ͛Ś
(Discours du Rabbi, 11 Nissan 5737-1977)
Le verset Beaalote’ha 9, 2 dit : «ůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůĮƌĞŶƚůĞWĞƐƐĂ͛ŚĞŶƐŽŶƚĞŵƉƐ» et
ZĂĐŚŝĞdžƉůŝƋƵĞ͗«ŶƐŽŶƚĞŵƉƐ͗LJĐŽŵƉƌŝƐůĞŚĂďďĂƚ(1)»͘ŶĞīĞƚ͕ůĞƐĂĐƌŝĮĐĞĚĞWĞƐƐĂ͛Ś
ƉĞƵƚġƚƌĞŽīĞƌƚĚĂŶƐĚĞƵdžƐŝƚƵĂƟŽŶƐ͕ĞŶƵŶũŽƵƌĚĞƐĞŵĂŝŶĞŽƵďŝĞŶůĞŚĂďďĂƚ(2)͛͘ĞƐƚ
ĐĞ ƋƵŝ ƐĞ ƉƌŽĚƵŝƐŝƚ ƉŽƵƌ ůĞƐ ĚĞƵdž ƉƌĞŵŝĞƌƐ ƐĂĐƌŝĮĐĞƐ ĚĞ WĞƐƐĂ͛Ś ŽīĞƌƚƐ ƉĂƌ ůĞƐ ĞŶĨĂŶƚƐ
d’Israël.
ŶŐLJƉƚĞ͕ůĞƐĂĐƌŝĮĐĞĚĞWĞƐƐĂ͛ŚĨƵƚŽīĞƌƚƵŶũĞƵĚŝ͕ĂůŽƌƐƋƵĞ͕ĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚ͕ƉŽƵƌůĞ
ƐĂĐƌŝĮĐĞĚĞWĞƐƐĂ͛ŚĚŽŶƚŝůƋƵĞƐƟŽŶĚĂŶƐĐĞƩĞWĂƌĂĐŚĂ͕ĐĞĨƵƚƵŶŚĂďďĂƚ(3).
KŶƉĞƵƚĞdžƉůŝƋƵĞƌ͕ƐĞůŽŶůĂĚŝŵĞŶƐŝŽŶƉƌŽĨŽŶĚĞĚĞůĂdŽƌĂŚ͕ƋƵĞĐĞƐĚĞƵdžƉƌĞŵŝĞƌƐƐĂĐƌŝĮĐĞƐĚĞWĞƐƐĂ͛Ś(4)ĚĠůŝǀƌĞŶƚƵŶĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚ͕Ě͛ŽƌĚƌĞŐĠŶĠƌĂů͕ƉŽƵƌůĞƐĞƌǀŝĐĞĚĞ͘ŝĞƵ
ĚĞƚŽƵƐůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů(5).
>ĞŵŽƚWĞƐƐĂ͛ŚƐŝŐŶŝĮĞ«ďŽŶĚ», «ƐĂƵƚ»͘ĂŶƐůĞƐĞƌǀŝĐĞĚĞ͘ŝĞƵ͕ĐĞŵŽƵǀĞŵĞŶƚĚĠƐŝŐŶĞƵŶĞĠůĠǀĂƟŽŶĂƵͲĚĞůăĚĞƚŽƵƚĞƉƌŽŐƌĞƐƐŝŽŶĠĐŚĞůŽŶŶĠĞ͕ƉĞƌŵĞƩĂŶƚăů͛ŚŽŵŵĞĚĞ
ƐĞŚŝƐƐĞƌ͕ƐĂŶƐƚƌĂŶƐŝƟŽŶ͕ǀĞƌƐƵŶƐƚĂĚĞŵŽƌĂůŝŶĮŶŝŵĞŶƚƉůƵƐŚĂƵƚƋƵĞĐĞůƵŝƋƵ͛ŝůƉŽƐƐĠĚĂŝƚĂƵƉƌĠĂůĂďůĞ(6).
>ĂƉŽƐƐŝďŝůŝƚĠĚ͛ƵŶƚĞůďŽŶĚĞŶĂǀĂŶƚĞƐƚƵŶĞƉĞƌƐƉĞĐƟǀĞŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ͕ăůĂĨŽŝƐƉŽƵƌĐĞůƵŝ
ƋƵŝĞƐƚĚĂŶƐƵŶŶŝǀĞĂƵĐŽŵƉĂƌĂďůĞăƵŶũŽƵƌĚĞƐĞŵĂŝŶĞĞƚƉŽƵƌĐĞůƵŝƋƵŝƉŽƐƐğĚĞů͛ĠůĠǀĂƟŽŶĚƵŚĂďďĂƚ͘
hŶũŽƵƌĚĞƐĞŵĂŝŶĞĨĂŝƚĂůůƵƐŝŽŶĂƵŶŝǀĞĂƵĚĞĞǀŽƵůŽƵŶ(7)͕ăů͛ŚŽŵŵĞƋƵŝĞdžĞƌĐĞƵŶĞ
ĂĐƟǀŝƚĠƉƌŽĨĞƐƐŝŽŶŶĞůůĞĞƚƋƵŝ͕ĚĞĐĞĨĂŝƚ͕ĐŽŶƐĂĐƌĞůĂŵĂũĞƵƌĞƉĂƌƟĞĚĞƐŽŶƚĞŵƉƐĂƵdž
ĂĐƟǀŝƚĠƐƉƌŽĨĂŶĞƐ͕ĚĂŶƐůĞƐĚŽŵĂŝŶĞƐĚƵŵŽŶĚĞ͘
(1) Le sacrifice de Pessa’h repousse le Chabbat.
(2) Selon le jour de la semaine du 14 Nissan, cette année-là.
(3) On trouvera, à ce propos, une longue explication dans le Likouteï Si’hot, tome 18, à partir de la page 104,
avec les références qui sont indiquées.
(4) Les deux premiers de l’histoire du peuple d’Israël.
(5) Et, l’on peut penser que c’est précisément pour délivrer cet enseignement que le Saint béni soit-Il fit en
sorte que le premier Pessa’h soit sacrifié un jour de semaine et le second, un Chabbat.
(6) Le bond se distingue ainsi de la marche, dans laquelle un pied est toujours posé par terre, ce qui la rend
mesurée. Le bond, en revanche, suppose de soulever les deux pieds en même temps.
(7) Il est dit que : «Zevouloun réside aux bords des mers». Cette tribu peut ainsi se consacrer au commerce
international, le plus lucratif. Ses gains lui permettent de subvenir non seulement à ses propres besoins, mais
aussi à ceux de la tribu de Issa’har, qui, grâce à cela, peut se consacrer à l’étude de la Torah.
1
ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ ůĞ ŚĂďďĂƚ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚ ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞ /ƐƐĂ͛ŚĂƌ͕ ă ů͛ŚŽŵŵĞ ĚŽŶƚ ůĞƐ ĂĐƟǀŝƚĠƐƉƌŽĨĂŶĞƐƐŽŶƚƌĠĚƵŝƚĞƐ͕ƋƵŝƐĞĐŽŶƐĂĐƌĞĞƐƐĞŶƟĞůůĞŵĞŶƚăů͛ĠƚƵĚĞĚĞůĂdŽƌĂŚĞƚăůĂ
ƌĞĐŚĞƌĐŚĞĚĞů͛ĠůĠǀĂƟŽŶŵŽƌĂůĞ(8).
>͛ŚŽŵŵĞƋƵŝƐ͛ŝŶǀĞƐƟƚĚĂŶƐůĞƐĚŽŵĂŝŶĞƐĚƵŵŽŶĚĞƉŽƵƌƌĂŝƚƉĞŶƐĞƌƋƵ͛ƵŶďŽŶĚĞŶ
ĂǀĂŶƚĚĂŶƐůĞƐĞƌǀŝĐĞĚĞ͘ŝĞƵĞƚĚĂŶƐůĂƌĞĐŚĞƌĐŚĞĚĞůĂƐƉŝƌŝƚƵĂůŝƚĠĞƐƚĂƵͲĚĞƐƐƵƐĚĞƐĞƐ
ĨŽƌĐĞƐ͕ƋƵ͛ŝůĞƐƚĐĂƉĂďůĞ͕ƚŽƵƚĂƵƉůƵƐ͕Ě͛ĂǀĂŶĐĞƌĠƚĂƉĞƉĂƌĠƚĂƉĞ͕ŵĂŝƐĞŶĂƵĐƵŶĞĨĂĕŽŶ
Ě͛ĂĐĐĠĚĞƌ͕ƐĂŶƐƚƌĂŶƐŝƟŽŶ͕ăƵŶĞƐƉŝƌŝƚƵĂůŝƚĠŝŶĮŶŝŵĞŶƚƉůƵƐŚĂƵƚĞƋƵĞĐĞůůĞƋƵŝĞƐƚĂĐƚƵĞůůĞŵĞŶƚůĂƐŝĞŶŶĞ͘
ů͛ŽƉƉŽƐĠ͕ ů͛ŚŽŵŵĞ ƋƵŝ ĐŽŶƐĂĐƌĞ ƚŽƵƚĞƐ ƐĞƐ ũŽƵƌŶĠĞƐ ă ů͛ĠƚƵĚĞ ĚĞ ůĂ dŽƌĂŚ ƉŽƵƌƌĂŝƚ
ƉĞŶƐĞƌƋƵ͛ŝůůƵŝĞƐƚŝŶƵƟůĞĚĞƌĞĐŚĞƌĐŚĞƌů͛ĠůĠǀĂƟŽŶŵŽƌĂůĞ͘ŶĞīĞƚ͕ƐŽŶŵŽŶĚĞĞƐƚ͕ĞŶ
ƚŽƵƚĠƚĂƚĚĞĐĂƵƐĞ͕ĐĞůƵŝĚĞůĂdŽƌĂŚ(9)͘/ůƉĞƵƚĚŽŶĐƐĞĐŽŶƚĞŶƚĞƌĚĞƉƌŽŐƌĞƐƐĞƌĚĂŶƐů͛ĠƚƵĚĞ
ĞƚĚ͛ĂŵĠůŝŽƌĞƌƐŽŶĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ͕ƐĂŶƐĂǀŽŝƌƌĞĐŽƵƌƐăƵŶďŽŶĞŶĂǀĂŶƚĂƵͲĚĞůăĚĞƐǀŽŝĞƐ
ĚĞůĂŶĂƚƵƌĞ͘
dĞůĞƐƚĚŽŶĐů͛ĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚƋƵŝĞƐƚĚĠůŝǀƌĠƉĂƌůĞƐĚĞƵdžƉƌĞŵŝĞƌƐƐĂĐƌŝĮĐĞƐĚĞWĞƐƐĂ͛Ś͕
ĐĞůƵŝĚĞů͛ŐLJƉƚĞ͕ƋƵŝĨƵƚŽīĞƌƚĞŶƵŶũŽƵƌĚĞƐĞŵĂŝŶĞĞƚĐĞůƵŝĚƵĚĠƐĞƌƚ͕ƋƵŝĨƵƚŽīĞƌƚ
ƉĞŶĚĂŶƚůĞŚĂďďĂƚ(10).
ĞůƵŝƋƵŝĞƐƚĐŽŵƉĂƌĂďůĞăƵŶũŽƵƌĚĞƐĞŵĂŝŶĞĚŽŝƚ͕ůƵŝĂƵƐƐŝ͕ƌĞĐŚĞƌĐŚĞƌůĂƉůƵƐŚĂƵƚĞ
ĠůĠǀĂƟŽŶƐƉŝƌŝƚƵĞůůĞ͘ŶŽƵƚƌĞ͕ĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚƉĂƌǀĞŶƵăů͛ĠůĠǀĂƟŽŶĚƵŚĂďďĂƚ͕ĚĂŶƐƐŽŶ
ƐĞƌǀŝĐĞĚĞ͘ŝĞƵ͕Ŷ͛ĞƐƚƉĂƐĚŝƐƉĞŶƐĠƉŽƵƌĂƵƚĂŶƚĚ͛ĞŶĨĂŝƌĞĚĞŵġŵĞ͘
* * *
(8) De fait, celui qui est «Zevouloun» tout au long de la semaine doit, à son tour, devenir «Issa’har», pendant
le Chabbat.
(9) Il vit en secteur protégé. Dès lors, à quoi bon accélérer la cadence ?
(10) La différence entre ces deux sacrifices de Pessa’h correspond également à la situation des enfants d’Israël,
quand ils furent offerts. Le premier fut sacrifié, en un jour de semaine, dans le pays de l’Egypte, un endroit
qui représente le profane, avec tout ce qui en découle. Le second fut sacrifié, pendant le Chabbat, dans le
désert, un lieu dans lequel tous les enfants d’Israël vivaient une situation de Chabbat, puisque tous leurs
besoins étaient satisfaits de façon miraculeuse et céleste.
2
Il extrait le pain des cieux
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 4, page 1035)
Le verset Beaalote’ha 11, 9 dit : «>ŽƌƐƋƵĞůĂƌŽƐĠĞƚŽŵďĂŝƚƐƵƌůĞĐĂŵƉĞŵĞŶƚ͕ƉĞŶĚĂŶƚ
ůĂŶƵŝƚ͕ůĂŵĂŶŶĞĚĞƐĐĞŶĚĂŝƚƐƵƌĞůůĞ(1)»͘YƵĞĨĂŝƌĞƋƵĂŶĚŽŶŶĞƐĂŝƚƉĂƐƋƵĞůůĞWĂƌĂĐŚĂĚŽŝƚ
ġƚƌĞůƵĞ͕ƵŶŚĂďďĂƚ(2)͍>ĞƐĐŽŵŵĞŶƚĂƚĞƵƌƐ(3)ĞdžƉůŝƋƵĞŶƚ͕ĂƵŶŽŵĚĞZĂďďŝ^ĂĂĚŝĂ'ĂŽŶ͕
ƋƵ͛ĞŶƉĂƌĞŝůĐĂƐ͕ŽŶĚŽŝƚůŝƌĞůĂWĂƌĐŚĂƚĞĂĂůŽƚĞ͛ŚĂ͕ĐĞůůĞĚĞůĂŵĂŶŶĞ͕ƌĞůĂƚĂŶƚůĞŵŝƌĂĐůĞ
ĚĞůĂŵĂŶŝğƌĞĚŽŶƚĞůůĞĠƚĂŝƚĚŝƐƚƌŝďƵĠĞ͕ĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚ(4).
>͛ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶĞƐƚůĂƐƵŝǀĂŶƚĞ͘>ĂWĂƌĂĐŚĂĚĞůĂŵĂŶŶĞĨƵƚĚŝƚĞƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚůĞŚĂďďĂƚ(5).
dŽƵƚĞĨŽŝƐ͕ŽŶƉĞƵƚƐ͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌƐƵƌĐĞƩĞĞdžƉůŝĐĂƟŽŶ͕ĐĂƌĚ͛ĂƵƚƌĞƐWĂƌĂĐŚLJŽƚĨƵƌĞŶƚĠŐĂůĞŵĞŶƚĚŝƚĞƐůĞŚĂďďĂƚ͕ĂǀĂŶƚƚŽƵƚĐĞůůĞƐĚĞƐĚŝdžŽŵŵĂŶĚĞŵĞŶƚƐ͘KŶƐĂŝƚ͕ĞŶĞīĞƚ͕ƋƵĞ
ůĂƌĠǀĠůĂƟŽŶĚƵ^ŝŶĂŢƐĞƉƌŽĚƵŝƐŝƚƉĞŶĚĂŶƚƵŶŚĂďďĂƚ(6).
/ůĨĂƵƚĞŶĐŽŶĐůƵƌĞƋƵ͛ŝůĞdžŝƐƚĞƵŶƌĂƉƉŽƌƚƉůƵƐĚŝƌĞĐƚĞƚƉůƵƐƉƌŽĨŽŶĚĞŶƚƌĞůĞŚĂďďĂƚĞƚ
ůĂWĂƌĂĐŚĂĚĞůĂŵĂŶŶĞ͕ĞŶĚĞŚŽƌƐĚƵĨĂŝƚƋƵĞĐĞƩĞWĂƌĂĐŚĂĨƵƚĚŝƚĞƉĞŶĚĂŶƚůĞŚĂďďĂƚ͘
ƚ͕ŝůĐŽŶǀŝĞŶƚĚĞƉƌĠĐŝƐĞƌĐĞƌĂƉƉŽƌƚ͘
>ĂdŽƌĂŚƋƵĂůŝĮĞůĂŵĂŶŶĞĚĞ͗«ƉĂŝŶĚƵĐŝĞů»(7) et, selon certains avis(8)͕ŽŶƌĠĐŝƚĂŝƚ͕ĞŶ
ůĂĐŽŶƐŽŵŵĂŶƚ͕ůĂďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͗«/ůĞdžƚƌĂŝƚůĞƉĂŝŶĚĞƐĐŝĞƵdž»͘ůůĞƉŽƐƐĠĚĂŝƚůĂƋƵĂůŝƚĠĚĞ
ŶĞŶĠĐĞƐƐŝƚĞƌĂƵĐƵŶĞīŽƌƚƉŽƵƌƐĞůĂƉƌŽĐƵƌĞƌ͘ŶŽƵƚƌĞ͕ĞůůĞĠƚĂŝƚĞŶƟğƌĞŵĞŶƚĂďƐŽƌďĠĞ
ƉĂƌůĞĐŽƌƉƐĞƚĞůůĞŶĞƉƌŽĚƵŝƐĂŝƚƉĂƐĚĞĚĠĐŚĞƚƐ(9).
ĞƐƋƵĂůŝƚĠƐŵĂƚĠƌŝĞůůĞƐĠƚĂŝĞŶƚů͛ĞdžƉƌĞƐƐŝŽŶĚĞƐŽŶĠůĠǀĂƟŽŶŵŽƌĂůĞ͘>ĂŵĂŶŶĞƉŽƐƐĠĚĂŝƚ͕ĞŶĞīĞƚ͕ĚĞƐǀĞƌƚƵƐŵĞƌǀĞŝůůĞƵƐĞƐ͘ůůĞƌĂĸŶĂŝƚƉƌŽĨŽŶĚĠŵĞŶƚĐĞƵdžƋƵŝůĂĐŽŶƐŽŵŵĂŝĞŶƚĞƚ͕ĚĞĐĞĨĂŝƚ͕ŶŽƐ^ĂŐĞƐ͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͕ĚŝƐĞŶƚ(10)ƋƵĞ͗«la
dŽƌĂŚŶĞƉŽƵǀĂŝƚġƚƌĞĐŽŵŵĞŶƚĠĞƋƵĞƉĂƌĐĞƵdžƋƵŝĐŽŶƐŽŵŵĂŝĞŶƚůĂŵĂŶŶĞ».
(1) Et, elle était ainsi protégée, jusqu’à ce que les enfants d’Israël viennent la cueillir, le matin.
(2) Par exemple pour celui qui est perdu, dans un endroit éloigné de toute communauté. En effet, même en
l’absence d’un Sefer Torah, il est judicieux de lire la Paracha dans un livre de ‘Houmach. Que faire si l’on ne
sait pas quelle est cette Paracha ?
(3) Notamment le Sefer Ha Itim, Lois de la bénédiction et du plaisir du Chabbat, au chapitre 184.
(4) Un homme peut ainsi se pénétrer de la conscience que D.ieu satisfait ses besoins de façon miraculeuse,
comme Il accordait la manne aux enfants d’Israël, dans le désert.
(5) C’est donc la Paracha du Chabbat par excellence.
(6) Comme l’indique le traité Chabbat 86b.
(7) Dans le verset Bechala’h 16, 4.
(8) Notamment, Rabbi Mena’hem Azarya de Fano, dans son Maamar Chabatot Hachem, au début de la
seconde partie et le Sefer ‘Hassidim, édition Mekitseï Nirdamim, au chapitre 1640.
(9) Ainsi, quand la Torah parle d’une pelle pour couvrir ses déjections, elle fait allusion à celles des aliments
que les enfants d’Israël achetaient à d’autres peuples. La manne, en revanche, n’en produisait pas.
3
ĞƩĞŚĂƵƚĞŝŶŇƵĞŶĐĞĚĞůĂŵĂŶŶĞƐ͛ĞdžĞƌĕĂƐƵƌƚŽƵƐůĞƐƐĞŐŵĞŶƚƐĚƵƉĞƵƉůĞ͕LJĐŽŵƉƌŝƐ
ůĞƐŝŵƉŝĞƐ͘ŶĞīĞƚ͕ůĂĚŝīĠƌĞŶĐĞĞŶƚƌĞůĞƐdƐĂĚĚŝŬŝŵĞƚůĞƐŝŵƉŝĞƐƉŽƌƚĂŝĞŶƚƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ
ƐƵƌů͛ŝŶƚĞŶƐŝƚĠĚƵƌĂĸŶĞŵĞŶƚƉƌŽǀŽƋƵĠƉĂƌůĂŵĂŶŶĞ͕ŵĂŝƐ͕ĞŶƚŽƵƚĠƚĂƚĚĞĐĂƵƐĞ͕ƚŽƵƐ
ĠƚĂŝĞŶƚƌĂĸŶĠƐƉĂƌĐĞƩĞĐŽŶƐŽŵŵĂƟŽŶ͘
EŽƐ^ĂŐĞƐ͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͕ƌĠƉĂƌƟƐƐĞŶƚ(11)ůĞƉĞƵƉůĞĚ͛/ƐƌĂģůĞŶ
ƚƌŽŝƐĐĂƚĠŐŽƌŝĞƐ͕ůĞƐdƐĂĚĚŝŬŝŵ͕ůĞƐŚŽŵŵĞƐŵŽLJĞŶƐĞƚůĞƐŝŵƉŝĞƐ͘>ĞƐƉƌĞŵŝĞƌƐƚƌŽƵǀĂŝĞŶƚ
ůĂŵĂŶŶĞăůĂƉŽƌƚĞĚĞůĞƵƌŵĂŝƐŽŶ͕ůĞƐƐĞĐŽŶĚƐĚĞǀĂŝĞŶƚĂůůĞƌĞŶĨĂŝƌĞůĂĐƵĞŝůůĞƩĞĞƚůĞƐ
ƚƌŽŝƐŝğŵĞƐĚĞǀĂŝĞŶƚƉĂƌĐŽƵƌŝƌƵŶĞĐĞƌƚĂŝŶĞĚŝƐƚĂŶĐĞƉŽƵƌůĂƚƌŽƵǀĞƌĞƚůĂĐƵĞŝůůŝƌ(12).
DĂŝƐ͕ůĞƐŝŵƉŝĞƐĞƵdžͲŵġŵĞƐƐĞŶŽƵƌƌŝƐƐĂŝĞŶƚĚĞŵĂŶŶĞĞƚŝůƐŝŶƚĠŐƌĂŝĞŶƚ͕ĚĂŶƐůĞƵƌŽƌŐĂŶŝƐŵĞ͕ƐŽŶĂƉƉŽƌƚĚ͛ƵŶĞŚĂƵƚĞĠůĠǀĂƟŽŶ͕ŵġŵĞƐŝůĞĨĂŝƚĚĞƐ͛ĞŶŶŽƵƌƌŝƌŶĞůĞƐĐŽŶĚƵŝƐĂŝƚƉĂƐƐLJƐƚĠŵĂƟƋƵĞŵĞŶƚăƵŶĞdĞĐŚŽƵǀĂƉĂƌĨĂŝƚĞ(13).
ĞůĂǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵĞůĞƐƋƵĂůŝƚĠƐƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞƐƋƵĞƉŽƐƐĠĚĂŝƚůĂŵĂŶŶĞ͕ĞŶƚĂŶƚƋƵĞƉĂŝŶ
ĚĞƐĐŝĞƵdž͕Ŷ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐƌĞŵŝƐĞƐĞŶĐĂƵƐĞƉĂƌůĞĨĂŝƚƋƵ͛ĞůůĞĠƚĂŝƚĐŽŶƐŽŵŵĠĞƉĂƌĚĞƐŝŵƉŝĞƐ͕ƉĂƐŵġŵĞƋƵĂŶĚŝůƐŝŶŐĠƌĂŝĞŶƚĐĞƚĂůŝŵĞŶƚĚŝǀŝŶĞƚůĞĐŽŶĨŽŶĚĂŝĞŶƚăůĞƵƌĐŚĂŝƌĞƚă
ůĞƵƌƐĂŶŐ͘>ĂŵĂŶŶĞĐŽŶƐĞƌǀĂŝƚƐŽŶĠůĠǀĂƟŽŶƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞĚĂŶƐƚŽƵƚĞƐůĞƐƐŝƚƵĂƟŽŶƐ͘
͛ĞƐƚƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚĚĂŶƐĐĞĚŽŵĂŝŶĞƋƵĞƌĠƐŝĚĞůĂĐŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶƋƵŝĞƐƚĠƚĂďůŝĞŝĐŝĞŶƚƌĞ
ůĂŵĂŶŶĞĞƚůĞŚĂďďĂƚ͘dŽƵƐĚĞƵdžŶĞƉĞƌĚĞŶƚƉĂƐůĞƵƌĠůĠǀĂƟŽŶ͕ƋƵĂŶĚŝůƐĚĞƐĐĞŶĚĞŶƚ
ŝĐŝͲďĂƐ͘/ůƐĐŽŶƐĞƌǀĞŶƚůĞƵƌƐĂŝŶƚĞƚĠĠŐĂůĞŵĞŶƚĚĂŶƐůĞƐĚŽŵĂŝŶĞƐůĞƐƉůƵƐŝŶĨĠƌŝĞƵƌƐ͘/ůƐ
ĞdžĞƌĐĞŶƚůĞƵƌŝŶŇƵĞŶĐĞ͕ũƵƐƋƵ͛ĂƵƐƚĂĚĞůĞƉůƵƐďĂƐƋƵŝƐŽŝƚ͘
>Ă'ƵĞŵĂƌĂĚŝƚ(14)ƋƵ͛ƵŶŝŵƉŝĞĂǀĠƌĠ͕ůƵŝͲŵġŵĞ͕ŶĞŵĞŶƚƉĂƐ͕ƉĞŶĚĂŶƚůĞŚĂďďĂƚ͘ĞůĂ
ŶĞǀĞƵƚƉĂƐĚŝƌĞƋƵ͛ĞŶĐĞũŽƵƌ͕ŝůĐĞƐƐĞĚ͛ġƚƌĞƵŶŝŵƉŝĞ͘/ůĞŶƌĞƐƚĞďŝĞŶƵŶŵĂŝƐůĂůƵŵŝğƌĞ
ĚƵŚĂďďĂƚů͛ĠĐůĂŝƌĞĞƚ͕ĚğƐůŽƌƐ͕ŝůĐĞƐƐĞĚĞŵĞŶƟƌ(15).
(10) Dans le Me’hilta et le Yalkout Chimeoni, sur le verset Chemot 16, 4. Au sens simple, il en est ainsi parce
qu’ils étaient libérés de toute contrainte matérielle, mais, plus profondément, ils tiraient aussi cette capacité
de comprendre profondément la Torah de l’affinement de leur corps physique que leur procurait la manne.
(11) Dans le traité Yoma 75a.
(12) L’effort était donc proportionnel à la catégorie d’appartenance.
(13) Un impie exclusivement nourri de manne possède une immense élévation !
(14) Dans le Yerouchalmi, traité Dmaï, au début du chapitre 4.
(15) En conséquence, disent nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, s’il prétend avoir effectué tous
les prélèvements agricoles, on le croit et l’on peut consommer la nourriture qu’il propose.
4
/ůĞŶĞƐƚĚĞŵġŵĞĠŐĂůĞŵĞŶƚƉŽƵƌĐĞƋƵŝĐŽŶĐĞƌŶĞůĂŶŽƵƌƌŝƚƵƌĞĞƚůĂďŽŝƐƐŽŶ͘WĞŶĚĂŶƚ
ůĞƐ ũŽƵƌƐ ĚĞ ƐĞŵĂŝŶĞ͕ ƵŶ :ƵŝĨ ĚŽŝƚ ĐŽŶƐŽŵŵĞƌ ƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞ ƉŽƵƌ
ŵĂŝŶƚĞŶŝƌƐŽŶĐŽƌƉƐĞŶďŽŶŶĞƐĂŶƚĠ͕ƐĂŶƐƌĞĐŚĞƌĐŚĞƌƐŽŶƉƌŽƉƌĞƉůĂŝƐŝƌ͘
WĞŶĚĂŶƚůĞŚĂďďĂƚ͕ĞŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ŝůĞƐƚƵŶĞDŝƚƐǀĂĚĞƌĞƐƐĞŶƟƌůĞƉůĂŝƐŝƌĚƵũŽƵƌƐĂĐƌĠ
ĚĂŶƐůĂŶŽƵƌƌŝƚƵƌĞĞƚĚĂŶƐůĂďŽŝƐƐŽŶ(16)͘ĞƉůĂŝƐŝƌůƵŝͲŵġŵĞĞƐƚƐĂŶĐƟĮĠĞƚŝůĚĞǀŝĞŶƚƵŶĞ
Mitsva(17)͘>ĞŚĂďďĂƚ͕ĞŶĞīĞƚ͕ĞƐƚĞŶŵĞƐƵƌĞĚ͛ĂƉƉŽƌƚĞƌů͛ĠůĠǀĂƟŽŶĂƵdžĠůĠŵĞŶƚƐůĞƐƉůƵƐ
ďĂƐ͘
͛ĞƐƚĚŽŶĐƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚƉŽƵƌĐĞƩĞƌĂŝƐŽŶƋƵ͛ŽŶůŝƚůĂWĂƌĂĐŚĂĚĞůĂŵĂŶŶĞ͕ƋƵĂŶĚŽŶ
ŶĞƐĂŝƚƉĂƐůĂƋƵĞůůĞĞƐƚůƵĞ͕ƉĞŶĚĂŶƚƵŶŚĂďďĂƚ͛͘ĞƐƚ͕ĞŶĞīĞƚ͕ĐĞƩĞůĞĐƚƵƌĞƋƵŝĨĂŝƚĚĞƐĐĞŶĚƌĞĚĂŶƐůĞŵŽŶĚĞůĂůƵŵŝğƌĞĚƵŚĂďďĂƚ͕ůĂƋƵĞůůĞĂůĞƉŽƵǀŽŝƌĚĞĚĞƐĐĞŶĚƌĞũƵƐƋƵ͛ĂƵ
ƐƚĂĚĞůĞƉůƵƐŝŶĨĠƌŝĞƵƌ͕ƚŽƵƚĞŶĐŽŶƐĞƌǀĂŶƚƐĞƐŝŵŵĞŶƐĞƐƋƵĂůŝƚĠƐ(18).
* * *
(16) Selon le Choul’han Arou’h de l’Admour Hazaken, au début du chapitre 42. Bien entendu, il s’agit alors
du plaisir du Chabbat, non pas du plaisir de l’aliment, qui, en tout état de cause, ne peut pas affiner celui qui
le ressent !
(17) C’est à ce propos qu’il est dit : «tu appelleras le Chabbat, plaisir».
(18) C’est donc bien là l’aspect le plus dominant du Chabbat.
5
‫לע"נ‬
Cette si’ha est offerte
par son épouse et ses enfants,
pour l’ élévation de l’âme de
Tsion ben Yossef
‫ע"ה‬
MIMOUN
décédé le 22 Sivan 5754
' ‫ת' נ' צ' ב' ה‬
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
191 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler