close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

2016-06-21 collect arts antiques auctions fr

IntégréTéléchargement
m 1^' IF
K|D
^
1
ni
^•(
^, ^
:li
D'^ ^
f:/ l ^ '
'%'»;.••»•
<<A" i . '• ••.
à
Sï?Newton
pîitts
RSÏ\'
i9'0'€»*Édition française
Teneinde de auteursrechten op de geleverde inhoud te respecteren, herrinneren wij u aan artikel 7 van onze algemene
voorwaarden
over gebruik buiten de gewone consultatie.
i En
Sas . ^MSi.i.
FÇREYER-IÇ ÇOMPÇÇË
^
i^
F
.\
A'.
ir^-'^^i
Teneinde de auteursrechten op de geleverde inhoud te respecteren, herrinneren wij u aan artikel 7 van onze algemene voorwaarden over gebruik buiten de gewone consultatie.
Bruno &_Gaël
van Lierde
Une passion raisonnée
Alors que la prochaine édition de la foire Art Basel, la Mecque de l'art contemporain, approche à
grands pas, rencontre avec les collectionneurs Bruno et Gaël van Lierde qui nous ouvrent les portes
de leur demeure bruxelloise.
TEXTE : CHRISTOPHE DOSOGNE PORTRAIT : GUY KOKKEN
est une maison contemporaine aux
lignes sobres signée par les architectes
tout quitter pour se consacrer^// time à la gestion
de la collection.
Claire Bataille et Paul Ibens, qui abrite
leur collection. Plusieurs centaines
Panamarenko
d'œuvres d'an contemporain rassemblées par ce
Un ensemble conséquent, que Bruno van Lierde
couple passionné, réuni par l'amour de l'an. Lui a
a entamé au milieu des années 1980. Homme de
été longtemps Senior Partner et Managing Direc-
culture classique et amateur de littérature, jusqu'à
tor du Boston Consulting Group. Il a conseillé les
la trentaine, il se rendait régulièrement dans les
plus grandes entreprises et d'autres organisations
musées sans sinvesrir davantage. Jusquau jour
internationales en matière de stratégie et de ges-
où le hasard lui fait croiser la route du directeur
don. Il est aujourd hui investisseur, administrateur
du Centre de Création Contemporaine de Tours,
et conseiller pour des entreprises familiales et des
Alain Julien-Laferrière. L'homme lui transmet sa
start-ups. Son épouse, d'abord bercée dès l'enfance
passion et lui propose de l accompagner, d'abord à
dans l univers des antiquités et du mobilier ancien
Art Basel. « Si j avais déjà un goût pour la création
dont elle fut restaurarrice, a mené une carrière de
contemporaine, qui me permettait d'appréhender la.
galeriste en Belgique et à l international avant de
réalité du monde d'aujourd'hui, Alain julien-Lafer-
ci-contre
Accrochage 2014-2015 dans le Grand
Salon, de gauche à droite :
Kelley Walker, BlackStarPress (Rotated
180°):Black, 2006, chocolat sérigrap-
hié sur impression digitale, toile, 264
x 211 cm.
Kell ey Wa l ker, Un titled (recyde sign),
2011, feuille d'orsur acier découpé au
laser, 152,4x 152,4cm.
Valérie Snobeck, Standard Extension,
2011, débris de filet, miroir partiellement enlevé, impression pelée sur
plastique, crochets de portail, bois,
plâtre, composantes électroniques,
243,9x182,9 cm.
© photo : Philippe De Gobert
"Je suis attiré par
ce que je ne
comprends pas."
COLLECTl 17
Teneinde de auteursrechten op de geleverde inhoud te respecteren, herrinneren wij u aan artikel 7 van onze algemene voorwaarden over gebruik buiten de gewone consultatie.
"Gérer, c'est-à-dire
ri'ere ma vraiment transmis sa passion pour l'art. »
professionnalisation du monde des colleciion-
Dès lors, les choses vont s'enchaîner. Impression-
neurs, une manière plus systématique à laquelle
né par l énergie et le dynamisme de l'événement
notre homme n'adhère pas forcément. « Ce qui
participer aux choix,
bâlois, il saute le pas et y fait d'emblée l'acquisi-
m'anime n'a. jamais été de l'ordre de l'économique ou
tion d une œuvre. Une pièce en trois dimensions
de l'investlssement », prédse-t-il. « La. collection que
étudier les oeuvres, en
de l'artiste anversois Panamarenko. Une création
j'ai constituée, je l'ai faite d'abord essentiellement au
réaliser l'inventaire, les
utopique, de la série Reis naar de sterren (Voyage
départ d'achats en galerie ou directement à l'artiste.
vers les étoiles), entamée au début des années 1980.
A de très rares exceptions près, en ventes publiques. A
prendre du recul,
conserver, les prêter,
Une pièce difficile, un moteur composé d'aimants
ce titre, en dehors de toute idée d'achat, les expositions
destiné à aider virtuellement à la propulsion d'un
qui préludent aux grandes ventes d'art contemporain
les accrocher."
engin de l'espace. « Cette oeuvre est à la rencontre
de Londres ou New York sont des moments d'excep-
des sciences et de l'art. Elle combine rigueur et poé-
tion, qui permettent de contempler des œuvres impor-
sie. » Au début, Ihomme agit intuitivement. Très
tantes que l'on risque de ne pas revoir de sitôt. »
vite toutefois, d'autres achats s'enchaînent, au gré
des rencontres avec les artistes, Olivier Debré,
Passion raisonnée
Roman Opalka ou Eugène Leroy, mais aussi de ses
Son épouse, Gaël, qui a fait ses armes en art
coups de cœur et de ses coups de tête. Car l'intel-
contemporain successivement chez les galenstes
ligence, pour lui, a autant sa place que le cœur.
Dorodiée De Pauw, Albert Baronian et Barbara
Il s'agir d'abord d'éviter la facilité : « Je suis attiré
Gladstone, a décidé qu'il était temps de s'investir
par ce que je ne comprends pas. », dit-il. Dans les
personnellement dans la gestion de cette collection,
années 1990, son orientation verse moins dans
devenue très conséquente, et qui est désormais ex-
leclectisme, s oriente plus vers Part post ou néo-
posée chez eux par roulement. Gérer, c'est-à-dire
conceptuel ; Broodthaers, Buren, Boeiti, ... « C'est
prendre du recul, participer aux chobc, étudier les
également lié au fait que je me suis investi de ma-
œuvres, en réaliser l'inventaire, les conserver, les
nière différente dans le monde de l'art. Très vite, j'ai
prêter, les accrocher. Car une collection est bien
été administrateur du Palais des Beaux-Arts puis du
plus que la somme des œuvres qui la composent.
Wiels. J ai rencontré Herman Daled, Anton Herbert,
« Gaël et moi nous sommes connus à travers notre
Dirk Snauwaert. Leur regard, a, influencé mes choix.
passion commune pour l'art contemporain, explique
J'aimais alors ce qui était décalé. Les expositions de
Bruno van Lierde. Cette estime mutuelle s'est peu à
Marie-Puck Broodthaers à. la Galerie des Beanx-Arts,
peu transformée en histoire d'amour, d'autant plus
puis celles de Jan Mot aussi. ] e fus, par exemple, le
aisément que nous étions, chacun dans notre vie, à la
premier acheteur de Francis Alys et de Tino Seghal.»
croisée des chemins. Je suis ravi que mon épouse s'in-
Sa démarche, à l'époque, il la considérait comme
vestisse désormais fortement dans la gestion de notre
le fait d'un amateur. Aujourd'hui, on assiste à une
collection. » Longtemps, Bruno van Lierde n avait
d-contre
Pierre Huyghe, The Clearing, 2014,
murs sablés, silex.
© photo : Philippe De Gobert
18ICOLLECT
Teneinde de auteursrechten op de geleverde inhoud te respecteren, herrinneren wij u aan artikel 7 van onze algemene voorwaarden over gebruik buiten de gewone consultatie.
bruno & gaël van lierde
pas vraiment de lieu pour exposer ses œuvres.
L'espace quasi muséal, construit il y a près de duc
ans en surplomb d'un très beau jardin ucclois, lui
permet de montrer nombre d oeuvres qui ne sont
pas en prêt dans des institutions internationales.
En 2000, e est ainsi la collection complète des
éditions de l'artiste conceptuel français Robert
Filliou (membre de Fluxus) qu'il mettait en dépôt
au Musée d'Art contemporain de Lyon. En 2011,
une sublime sculpture de Lee Ufan, Relatum, prenait le chemin de la Villa Empain à l'occasion de
l'exposition temporaire Un Rêve d'éternité, ... Gaël
assurant désormais, avec tout le sérieux requis, la
gestion de ces nombreux prêts. A propos de son
goût pour Filliou, Bruno van Lierde explique
: «Filliou était économiste — il travaillait pour la
Banque mondiale — devenu artiste. Il y a une phrase
l
de lui qui m>est • particulièrement chère : Lart, c'est ce
qui rend la vie plus intéressante que l art. ' On peut
l'appliquer à sa vie propre. La création, les projets, les
rencontres artistiques rendent la vie plus intéressante
que l'art. » C'est ainsi que le couple fit dernièrement
épouse, de culture francophone. La philosophie, la lit-
ci-dessu5
appel à l'ardste Pierre Huyghe pour installer, à même
témture françaises furent parmi mes livres de chevets.
Accrochage 2015-2016 dans le Grand
le mur de la maison, une grande fresque inritulée The
Etj'aifait mon éducation artistique en France. Cela
Salon, de gauche à droite :
Clearing qui s'inscrit dans une série d'œuvres sémi-
compte. » En dehors des événements culturels et
nales de lartiste (Shorè), qui interrogent le rapport
marchands, le couple organise ses voyages à l'étran-
au temps. Le tandem s'est intéressé également à des
ger autour de la visite de grandes institutions ou
ao centra do ceu e da terra, 2002, fer, 300
ardstes ladno-américains et africains, aujourd'hui
de grandes expositions monographiques interna-
x50x5cm.
à des artistes japonais ou corcens, notamment des
tionales, à New York, Los Angeles, Londres ou en
mouvements Mono-ha ou Dansaekhwa. En madère
Asie, quelle que soit d'ailleurs la période artistique
de goût, ceux de Bruno comme ceux de Gaël furent
envisagée. C'est ainsi qu'ils firent récemment le
d'aiUeurs toujours assez proches, ce qui facilite gran-
déplacement à Bois-le-Duc pour visiter la rétros-
dement la collection quils développent désormais
pecdve consacrée à Jérôme Bosch. « C est un maître
surtoile, 123x100 cm.
© photo : Philippe De Gobert
ensemble, lui se montrant plus spontané, voire
absolu, explique Bruno van Lierde. Il possède à la
parfois plus impulsif, elle plus raisonnée, «à dis-
fois ce caractère très personnel qui permet de l'iden-
tance du moment immédiat», même si une certaine
tifier entre mille, et cette dimension universelle, qui
notion d'urgence, par rapport à des œuvres dont
parle à l'humanité tout entière, typiques des grands
la disponibilité sur le marché est souvent aléatoire,
artistes. » Gaël van Lierde : « C'est pareil avec l'art
unpose parfois de décider rapidement d'acquisitions
contemporain qui, comme un livre ouvert, permet de
importantes ou de nature à renforcer la cohérence
se confronter à sa propre histoire. Car, comme disait
de l'ensemble. Bien gérer une collection impose
Thierry de Duve, l'œuvre me regarde autant que je
aussi parfois de se séparer de certaines œuvres. « C'est
la regarde. » Du XXe siècle, alors que nous leur
plutôt rare, insiste le couple. Mais nous parvenons à
demandons quels artistes ils retiendraient, sans hé-
dépassionner notre rapport à l'œuvre et nhésitom pas à
siter Bruno et Gaël van Lierde citent Pablo Picasso
nous en séparer si la cohérence ou le développement de
et Andy Warhol. « Le premier, créateur, inventeur,
la collection l exige.»
Sergej Jensen, Untitled, 2004, toile de
jute, 200 x 145 cm.
Cildo Meireles, prototype pour Viagem
Niele Toroni, Hommage à Rimbaud,
2003, empreintes de pinceau n° 50, à
intervalles réguliers de 30 cm, peinture
acrylique, 139,7x139,7 cm.
WalterSwennen.L'n&ï/ed, 1986, huile
démiurge, car il a. libéré le langage plastique. Le second car il a. changé le rapport à l'objet d'art, à sa
Nomadisme mesuré
reproductibilité, à sa commercialisation tout comme
Sacrifiant très peu, même s'il la juge avec bien-
son rapport à la société. Cette idée de diffusion mas-
veillance, à cette dimension lifestyle qui caractérise
sive de l'un est plutôt positive a priori. En revanche,
aussi l'évolution de l'art contemporain, elle qui
sa marchandisdtion, comme sa professionnalisation
pousse sa grande tribu à une transhumance perpé-
à outrance, posent désormais question et menacent
tuelle, d'un continent à l autre, d'une foire à une
la création individuelle. Encore que, la. mondiali-
biennale, d une exposition à une vente, le couple
sation et le monde multipolaire nous permettent de
ne manque jamais quelques événements impor-
découvrir d'autres artistes et d'autres cultures, loin de
tanis. La Biennale de Venise, d abord, mais aussi
l'européocentrisme, dans ce qu'ils ont à la fois de per-
Art Basel, la FIAC, Frieze et Arr Brussels. « La
sonnel et d'universel. C'est une période d'effervescence
FIAC représente, pour moi, un ancrage dans le temps,
créative unique, passionnante. L'histoire jugera ce
souligne Bruno van Lierde. Je suis, comme mon
qu'il faut en retenir. »
"La création, les
projets, les rencontres
artistiques rendent la
vie plus intéressante
quel'art."
COLLECTI19
Teneinde de auteursrechten op de geleverde inhoud te respecteren, herrinneren wij u aan artikel 7 van onze algemene voorwaarden over gebruik buiten de gewone consultatie.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
2 954 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler