close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bovin lait en agriculture biologique

IntégréTéléchargement
Bovin lait en agriculture biologique
Présentation de l’exploitation
(Revenus 2014 de l’agriculture biologique en Pays de la Loire)
Résultats des exploitations avec plus de 15 % de maïs dans la SFP.
Main d’œuvre : 2,4 UMO (2 UTA)
SAU : 113 ha dont :

17 ha de grandes cultures

96 ha de SFP (dont 20 % d’ensilage de maïs)
75 vaches laitières (6 000 L/VL)
450 000 litres de lait vendus
Total UGB: 115
Chargement UGB/ha de SFP: 1,20 UGB
Dans ce GAEC laitier spécialisé, la production laitière est soutenue avec du maïs
ensilage et la surface pâturable autour des bâtiments est importante.
L’objectif est de viser l’autonomie alimentaire en fourrage et en concentrés .
Le pâturage significatif des vaches laitières et une faible utilisation d’intrants sont
les deux facteurs ayant fait évoluer l’exploitation vers l’agriculture biologique.
Pâturage
Les animaux pâturent tôt dans la saison. Toutes les parcelles pâturables le seront
ainsi avant la mi-avril, certaines seront ensuite fauchées.
Gestion des risques
 Nécessité d’avoir suffisamment de stocks, notamment pour passer l’été. Le maïs
ensilage permet de faire du stock de qualité et en quantité mais nécessite une
complémentation azotée.
 Pour l’herbe, l’objectif est de récolter tôt sous forme d’ensilage pour assurer de
la qualité. Enfin, sortir tôt au pâturage permet d’optimiser le rendement des
prairies.
 Adapter le choix des espèces et des variétés à chaque parcelle (types de sol,
mode d’exploitation : fauche ou pâturage dominante).
Résultats économiques conjoncture 2014
Produit brut
. Dont subventions exploitation
(-) charges opérationnelles (1)
(-) charges directes
Marge globale
Foncier et bâtiment
Mécanisation (2)
Main - d'œuvre
Autres charges de structure
TOTAL charges de structure
Excédent brut d'explpoitation (EBE)
Charges financières
Amortissement
Autres produits et charges
Résultat courant
€/UTA
148 198
23 582
33 271
2 320
112 607
9 709
19 678
13 994
17 310
60 691
51 916
3 975
22 408
835
26 368
€/ha
2 610
415
586
41
1 983
171
347
246
305
1 069
914
70
395
464
en %
100
16
22
2
76
7
13
9
12
41
35
2
15
18
(1) Charges opérationnelles
Charges de cultures (€/ha SAU)
. dont engrais
. dont semences
. dont produits défense sanitaire
Charges d'élevage (€/UGB)
. dont aliments animaux SFP
. dont produits + honoraires vétérinaires animaux SFP
. dont travaux par tiers animaux
Total (hors travaux tiers cult.) (€/ha SAU)
111
30
79
2
347
229
43
75
586
(2) Coût de mécanisation
Total charges de mécanisation (€/ha)
. dont carburant lubrifiant
. dont entretien réparations
. dont travaux par tiers et localisation de matériel
. dont amortissement
423
89
97
170
67
UTH (unité de travailleurs humains) : Unité de travail correspondant à une personne travaillant à temps plein sur une exploitation.
UTA (unité de travai agricole) : Unité de travail définie pour le calcul de la dimension économique.
Référence : un UTA pour un agriculteur à temps plein. Cette définition tient compte différemment des conjoints installés
comme exploitants (1 UTA) et des conjoints collaborateurs (0,5 UTA à temps plein, 0,25 UTA à temps partiel).
Points sensibles
 La valorisation optimale du pâturage est recherchée, le parcellaire devient capital
dans la gestion globale du travail. La bonne portance des sols est une chance
supplémentaire pour le maintien des animaux à l’herbe le plus longtemps
possible et retarder ainsi la distribution de fourrages stockés et la consommation
de paille.
 La maîtrise de la qualité du lait (notamment les cellules somatiques) est
importante pour optimiser le prix du lait.
 Nécessité de bien maîtriser la conduite du maïs (désherbage mécanique), elle
oblige par ailleurs à acheter ou à produire des matières azotées pour l’hiver.
Données issues des Chambres d’agriculture des Pays de la Loire
Ce document a reçu l’appui financier du Casdar.
Contact : Jérôme PIVETEAU 05 49 77 15 15
Réalisation : Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres – Crédit photos : CA79 – CRAPL – IDELE - Juin 2016
Le disponible de cette exploitation est de 51 000 €, soit 25 500 € par travailleur. Il est
d’un niveau correct et traduit à la fois une bonne productivité et une bonne maîtrise
des charges. En raison des faibles intrants, il est peu soumis à l’évolution des prix des
marges sauf à celle du prix du lait. Le capital total est de 460 000 €.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
667 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler