close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV_RA_GC_no21_du_23_06_2016 - DRAAF Auvergne

IntégréTéléchargement
Grandes Cultures n°21 du 23 juin 2016
A RETENIR
Céréales
Plus de 90% des parcelles ont atteint ou dépassent le stade grains pâteux. L’état
sanitaire reste fortement dominé par la septoriose qui poursuit sa pression avec son
passage sur la feuille F1. La rouille brune augmente sa présence et atteint la feuille F1.
La présence de piétin échaudage est de plus en plus fréquente, et un début d’attaque
de fusarioses graminearum et microdochium se confirme.
Pour toutes les parcelles, la période de contrôle opérationnel de ces maladies est
désormais dépassée.
Dernière analyse de risque sur céréales avant moisson.
Maïs
Limaces : les jeunes stades restent sensibles (parcelles de Dombes et de Bresse).
Pyrale : le pic de vol de la première génération est atteint dans les secteurs chauds.
Taupins : peu de remontées dans le réseau mais le ravageur est présent.
Sésamie : attention dans la plaine de Valence. Un foyer semble se développer.
Héliothis : présence de papillon, mais rien d’alarmant.
Colza
Les analyses de risque hebdomadaires sont terminées pour le colza 2016.
8
Céréales
BLÉ TENDRE
A la date du 21 juin, le réseau d’observation est composé de 15 parcelles de blé tendre réparties sur les
départements suivants :
- Ain :
2 parcelles
- Rhône :
2 parcelles
- Isère :
2 parcelles
- Loire :
2 parcelles
- Drôme :
7 parcelles
La répartition des stades est
représentée dans le graphe cicontre.
Près de 90% des parcelles ont
atteint ou dépassent le stade
grains pâteux.
État sanitaire
L’oïdium n’est observé que dans une seule parcelle sur les feuilles F1, F2 et F3 avec une fréquence de 10%.
La septoriose est signalée dans 9 parcelles dans les départements de l’Ain, le Rhône, la Loire et l’Isère. Elle
n’est signalée que sur une parcelle de la Drôme. Dans les 6 autres parcelles de ce département il est possible
que l’état des F1 et F2 ne permette plus de réaliser des notations.
La forte pression de cette maladie se poursuit. Elle est observée :
- sur F3 dans 7 parcelles avec des fréquences de 50 à 100%.
- sur F2 dans 7 parcelles avec des fréquences de 30 à 100%.
- sur F1 dans 9 parcelles avec des fréquences de 20 à 80%.
Ces observations sont synthétisées à titre d’information car au stade où sont actuellement les parcelles, la
période de contrôle opérationnel de cette maladie est désormais dépassée, mais on peut craindre une fin de
cycle perturbée.
La rouille brune est observée sur 3 parcelles de la Drôme, sur F1 avec une fréquence de 30 à 80%. Cette
maladie est désormais sur la feuille F1 ce qui n’était pas encore le cas la semaine dernière.
Ces observations sont synthétisées à titre d’information car au stade où sont actuellement les plantes, la
période de contrôle opérationnel de cette maladie est désormais dépassée.
La rouille jaune est signalée sur les feuilles F1, F2 et F3 d’une parcelle du Rhône avec des fréquences de 50
à 70%.
BSV n°21 du 23 juin 2016
2
8
Fusariose : la fusariose graminearum a été observée sur épis d’une parcelle du Rhône.
Des symptômes de Microdochium ont été observés sur trois parcelles réparties dans l’Ain, le Rhône et la
Drôme :
- sur F3 d’1 parcelle avec des fréquences de 10 à 20%.
- sur F2 de 2 parcelles avec des fréquences de 20%.
- sur F1 des 3 parcelles avec des fréquences de 10% à 20%.
Du piétin échaudage est observé sur deux parcelles du réseau et hors réseau avec des niveaux d’attaques
parfois très significatifs, mais sans possibilité d’action de protection à ce stade des cultures.
Comme les semaines passées, des taches physiologiques, des symptômes abiotiques ou des carences
alimentaires en faibles fréquences sont signalés sur 3 parcelles.
La présence de Lémas est toujours signalée sur 6 parcelles, mais on est toujours très loin du niveau de risque
pour les cultures.
Pucerons : des pucerons sont observés en faible nombre, très en dessous du seuil de risque sur une parcelle
arrivée au stade grains pâteux.
BLÉ DUR
3 parcelles de blé dur ont été observées cette semaine. Elles sont au stade grains pâteux.
La septoriose est signalée sur 1 seule parcelle :
- sur feuilles F3 avec une fréquence de 20%
- sur feuilles F2 avec une fréquence de 10%.
La rouille brune est signalée sur une parcelle sur feuilles F3 et F2 avec une fréquence de 10%.
La fusariose microdochium est observée sur cette même parcelle sur feuille F1 avec une fréquence de 10%.
Ces observations sont synthétisées à titre d’information car au stade où sont actuellement les plantes, la
période de contrôle opérationnel de ces maladies est désormais dépassée.
Quelques pucerons ont été observés sur une parcelle ainsi que quelques taches physiologiques et des
symptômes abiotiques.
Tournesol
Exceptionnellement, pas d'analyse de risque cette semaine sur tournesol. Reprise du bulletin la semaine
prochaine.
BSV n°21 du 23 juin 2016
3
8
Maïs
Cette
semaine
22
composent le réseau.
parcelles
Il est désormais trop tard pour semer
du maïs dans les secteurs touchés
par les excès d’eau (inondations ou
sols engorgés).
Les parcelles suivies présentent des
stades en retard par rapport à la
normale.
Les observations sur les noctuelles
du maïs sont complétées par les 16
parcelles suivies par le SPSMS RA.
Les ravageurs
Limaces : malgré des conditions climatiques toujours favorables aux limaces, les plantes des parcelles suivies
sont désormais suffisamment développées pour ne plus être sensibles aux attaques. Pour les maïs entre la
levée et 7 feuilles (situations de Dombes et de Bresse), il faut malgré tout bien surveiller les parcelles.
Pyrale
 Suivi des papillons
Avec les quelques jours de
chaleur, les pyrales se
développent. Les captures
sont en nette augmentation
cette semaine.
Dans la plaine de l’Ain, la
plaine de Lyon, la plaine
de Bièvre, la vallée du
Rhône et la Drôme, les
captures sont en pleine
explosion. Les quelques
belles journées leur ont été
favorables. Le pic de vol
doit être atteint dans ces
secteurs.
Dans la Dombes, la
Bresse et les monts
du Forez l’humidité
constante
semble
limiter fortement le
développement
des
insectes.
BSV n°21 du 23 juin 2016
4
8
BSV n°21 du 23 juin 2016
5
8
Sésamie : les captures se stabilisent. Des papillons ont été observés sur 4 parcelles entre la vallée de l’Isère
et la plaine de Valence.
Lorsque 50% du pic de vol est atteint les premières larves se baladent avant de se réfugier dans les tiges.
C’est à ce moment qu’elles sont atteignables. Ce stade est certainement atteint dans le secteur en question.
Héliothis : les premiers papillons sont piégés sur 4 parcelles, exclusivement dans la plaine de Valence. Les
niveaux de capture sont moyens à forts (entre 4 et 117 papillons capturés sur ces pièges). Il ne faut pas pour
autant s’inquiéter pour le potentiel des parcelles. Ce n’est qu’à la floraison femelle (lorsque les soies sortent)
que les larves sont nuisibles. Il est possible d’observer quelques lacérations sur le feuillage, mais ce n’est pas
bien grave.
Cicadelles : 10 parcelles ont présenté des attaques de cicadelles. Mais les dernières feuilles émises ne sont
pas atteintes. Malgré le côté impressionnant des feuilles, les dégâts ne justifient pas une intervention.
Bulletin édité sous la responsabilité de la Chambre Régionale d’Agriculture de "Auvergne-Rhône-Alpes."
Directeur de publication : Jean-Luc FLAUGERE, Président du Comité Régional d'Epidémiosurveillance
Analyse de risque et rédaction : Colza et tournesol : Terres Inovia, Blé et maïs : ARVALIS-Institut du Végétal
Animation du réseau : Chambre d’Agriculture de la Drôme
A partir des observations réalisées par :
Coopératives et négoces agricoles : Agridev, Agridrôme, Natura'Pro, Drômoise de Céréales (CDC), Ets Payre, GAIC Cholat, Groupe
Bernard, Groupe Dauphinoise, Groupe Eurea, Pomarel Négoce, Terres Dioises, Top Semence, Valsoleil
Autres organismes : ANAMSO, ARVALIS-Institut du Végétal, Chambre d’Agriculture de la Drôme, Centre Régional d’Expérimentation
Agricole de Satolas (CREAS), FREDONRA, Syndicat des Producteurs de Semences de Maïs et de Sorgho (SPSMS)"Ce bulletin est
produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire régionale, celle-ci ne peut pas être transposée telle quelle à la parcelle.
La CRARA dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à prendre ces décisions
sur la base d’observations qu’ils auront eux mêmes réalisées sur leurs parcelles et/ou en s’appuyant sur les préconisations issues de bulletins techniques.
Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l'appui financier de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la
redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto."
BSV n°21 du 23 juin 2016
6
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
374 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler